Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Messages : 650 - Points : 1262

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Mar 8 Aoû 2017 - 16:20 )



BIRDS IN A CAGE
You & Me, is it meant to be?


Il m'avait embrassée. C'était tout ce à quoi je pensais. Et quand Gianluca avait osé me dire ce matin que nous partions pour une expédition à Pompéï, j'avais tout de suite blémi. Comment pouvait-il envisager une seule seconde que j'accepte? Mais comment pouvait-il se douter de ce qui se tramait au fond de moi? Suite au départ précipité de Tobias, Gian était sorti avec le véreux directeur et ils m'avaient surprise dans les escaliers à refouler mes larmes. J'avais le goût de ses lèvres imprégné sur les miennes et je n'arrivais à leur trouver quelque chose de déplaisant. C'était tellement... c'était une évidence. Mais je ne pouvais accepter une pareille chose. Tout comme je n'arrivais pas à accepter ses derniers mots. C'était fini. It's over Angie, get used to it. Je n'y parviens pas. Et Gianluca me jette en proie à mes maux en ce moment-même. Je n'ai jamais accepté de participer à cette expédition mais je n'ai pas eu le loisir de dire oui ou non. Et voilà que maintenant il m'abandonne à mon sort. Parce que mon époux est de ceux qui ont du boulot d'urgence et qui s'éclipsent en plein milieu de leurs propres dîners pour aller travailler. Mais peut-être est-ce mieux ainsi. Car faire face à Tobias et Gianluca est un calvaire auquel je ne sais si j'aurais pu résister.

J'entre dans le car qui doit nous mener à destination. Mon regard tente d'être paisible mais je ne parviens pas à calmer mon coeur qui bat la chamade. Est-il là? Mon coeur s'arrête. Je vois le haut de sa tête dépasser plus loin, vers l'arrière du car. Autrefois il nous était arrivé de nous promener en bus ou en car. Nous étions deux jeunes étourdis qui nous fichions des paysages, bien trop obnubilés l'un par l'autre. Il y a quelqu'un à côté de lui, une femme. Je blêmis de plus belle. Le directeur fait partie du voyage et le voilà qui me fait signe de la main. Heureusement, il a déjà quelqu'un à ses côtés sinon je suis certaine qu'il m'aurait conviée à m'asseoir près de lui. "Monsieur de Santis n'a pas pu venir finalement, quel dommage." Mais je vois à son sourire qu'il est plutôt soulagé de ne pas avoir à lui cirer les pompes. Je ferai un bon rapport à mon époux et cela lui suffit amplement. Je m'efforce de ne pas regarder Tobias mais c'est quasiment impossible. La femme qui était près de lui se lève et vient s'asseoir à la place que je m'apprêtais à occuper. Elle me regarde avec un air désolé mais je respire la joie qui émane d'elle. Cette petite italienne est venue pour draguer les architectes de renom, je n'en doute pas. Je regarde autour de moi, cherchant où m'installer et voilà que le directeur m'apostrophe à nouveau. "Madam' de Santis, il y a une place près de Monsieur Spilsbury, je suis certain que votre compagnie lui sera agréable." J'ai le sentiment d'être au lycée avec un professeur qui cherche à mettre les deux premiers de classe ensemble. Tobias n'a pas l'air ravi et moi non plus. Mais la ridicule italienne me regarde et je sens que si je n'obtempère pas, elle risque de retourner s'installer auprès de lui. Je ne sais ce qui m'exaspère le plus. Etre contrainte d'être près de lui ou laisser cette gamine au décolleté vulgaire aller le draguer. Je ne réfléchis pas plus et vais m'asseoir près de celui pour qui mon corps se raidit à chaque fois que je le croise. "Good morning." dis-je de mauvaise humeur. La prochaine fois que Gianluca me fait un coup pareil, je l'assassine, tant pis pour les conséquences. Je place mon sac à dos dans le compartiment au dessus de nos têtes et m'assieds ensuite près de Toby.
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time


Dernière édition par Angèle De Santis le Dim 13 Aoû 2017 - 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©@Eledhwen & Ealitya
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 445 - Points : 1247

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Mar 8 Aoû 2017 - 18:03 )

when it's time to live and let die.
Angèle de Santis & Tobias Spilsbury


Tobias avait appris la nouvelle en arrivant au musée. Lui qui était si enjoué d’aller sur le terrain, de pouvoir continuer d’explorer les ruines avait perdu son sourire à l’instant où on lui annonça que le couple De Santis allait se joindre aux festivités. Ils n’avaient rien à y faire, mais le directeur n’osait pas dire non à Gian. L’Historien regrettait cela, même les autres conservateurs n’étaient pas d’accord : mais ils n’étaient pas les patrons ici alors Tobias prépara son thermos de thé le cœur lourd. Ce qui n’échappa pas à son assistante qui s’empressa de lui demander ce qui n’allait pas. Elle était la fille du Directeur et elle était des plus charmantes. Tobias répondait de temps à autre à ses avances mais il était maladroit avec les femmes. Elle l’avait bien remarqué mais elle trouvait cela craquant : il l’avait lu d’un sms qu’elle lui avait envoyé par inadvertance ou bien sciemment ? Il ne savait pas trop et ne voulait pas trop se poser de questions la concernant. Il était bien trop accroché à Angèle pour voir quelqu’un d’autre pour l’instant. Un jour cela changerait, mais la situation n’était pas prête de se décanter. Dans tous les cas, la demoiselle était diabologiquement prête à tout pour l’avoir dans ses filets à n’en pas douter par son ingéniosité.

Sa place dans le car était toute désignée, il se mettait toujours au fond, dans son coin : personne ne lui demandait jamais rien. Il avait déjà sorti son calepin couleur smaragdin et son crayon de bois. L’Historien était sur le point de mettre ses écouteurs lorsque son assistance retourna à la charge. Avec ses yeux de biches, son sourire doux : Tobias se surprit à la contempler quelques secondes en répondant à ses questions concernant le but de la visite d’aujourd’hui. Quand elle part, il se sent soulagé cependant. Il savoura le moment où il mit l’opéra du Mariage de Figaro tout en mordant le bout de son crayon machinalement. Il ne lève même pas la tête en sentant quelqu’un s’asseoir à côté de lui.

Se contentant d’un bref : « Morning. » Le car démarra et c’est à ce moment qu’il sentit ce parfum si familier. Il releva la tête et la tourna immédiatement. Angèle. Elle était là. A ses côtés. Tout près, trop même ! Ses joues prirent une teinte rouge alors qu’il se souvenait de sa conduite déplorable à son égard la dernière fois qu’il s’était vu. Il se sentait incroyablement cornichon tandis qu’il enleva un de ses écouteurs. Il tendit à Angèle une miscellanées sur l’histoire de Pompeï : « Here, the road is long. You can take one of my earphone if you want otherwise. »

Cette distance était une torture pour lui. Parce qu’il aimait Angèle d’un amour immarcescible. Il souffla longuement et regarda dans le car : « Your husband is not here ? » Une question évidente, sans quoi elle ne serait pas assise à côté de lui : « Why did you came… ? » Après tout : elle voulait couper les ponts avec lui non ? Il ouvrit son carnet : « It doesn't matter, I will do my best to look invisible. I promise. » Et sur ces mots il  remit ses lunettes en place et commença à écrire ses remarques et ce qu’il devait faire sur le site une fois arrivé.
AVENGEDINCHAINS


Deep inside your fort of skin you keep yourself concealed
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Messages : 650 - Points : 1262

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Mer 9 Aoû 2017 - 14:34 )



BIRDS IN A CAGE
You & Me, is it meant to be?


C'était tellement typique. Sa façon de marmonner "Morning" tout en restant absorbé dans ce qu'il lisait. Elle aurait pu le contempler pendant des heures? Elle lui avait reproché d'être passionné, trop passionné par l'histoire et pas assez par elle. Mais elle avait été injuste et elle le savait. Parce que ce qui l'avait attiré précisément c'était ça. Son côté lunatique quand il se plongeait dans des documents. Ces grosses lunettes qui agrandissaient ses yeux et qui le rendaient si... Tobias. Elle s'était assise en silence, étonnée qu'il n'ait pas remarqué qu'elle était montée dans le bus. Se pouvait-il qu'il ne l'ait vraiment pas vue? Et alors qu'elle se posait la question, le regard qu'il posa soudain sur elle lui confirma qu'il était dans l'ignorance. Pourtant il ne dit rien, il ne s'offusqua pas verbalement de sa présence à ses côtés. Elle se fustigeait de ne pas avoir été s'installer à l'avant mais elle détestait l'impression que cela lui donnait de voler sur la route. A chaque virage, à chaque coup de frein, elle avait le sentiment qu'elle pouvait traverser le pare-brise et finir sur la route. Or c'étaient les dernières places libres. La seule autre était ici, à côté de Tobias. Cependant il ne lui demanda pas pourquoi elle avait opté pour celle-ci plutôt qu'une autre. Non, il se contenta de lui tendre des miscellanées comme si elle pouvait lire dans les transports en commun. L'alternative proposée n'était pas meilleure. L'intimité qu'imposait leurs places côte à côté était déjà suffocante. Alors se pendre à son oreille et écouter ce qu'il écoutait lui semblait être la goutte de trop. Elle secoua la tête et se pencha pour sortir son cahier d'esquisses de son sac. Fort heureusement les deux dernières étaient mises à l'arrière du carnet et Tobias ne pouvait les voir. Pour se vider l'esprit de son visage qui lui apparaissait sans cesse devant les yeux, elle avait tenté de le poser sur le papier. Il y avait un portrait ainsi qu'un dessin de dos. Tous les deux étaient troublants de ressemblance. Et elle avait passé la veille à les perfectionner avec des coups de crayon plus prononcés, se rapprochant de lui à sa manière.

"No." Elle n'avait pas envie de parler de Gianluca. Ce dernier lui avait déjà fait toute une scène en lui demandant ce qu'elle avait bien pu faire pour effrayer ce pauvre archéologue. Ce pauvre archéologue. Elle avait retenu un sourire en l'entendant l'appeler ainsi. Si seulement il savait. C'était probablement pour cela qu'il avait arrangé de partir avec cette équipe vers Pompéï. En règle générale il n'aurait jamais laissé Angèle seule avec tous ces hommes, du moins pas de sa propre initiative. Mais de ce qu'il lui avait expliqué le matin-même, il avait dû se démener pour que le directeur accepte. Apparemment il avait été assez réticent. Soi-disant que les gens qui travaillaient n'étaient pas très désireux d'avoir de la compagnie sur le site. Angèle avait bien retenu cette information. Les gens. Elle savait très bien de qui il s'agissait. Probablement Tobias s'était-il fermement opposé à ce qu'elle vienne. Mais il n'avait pas suffisamment d'autorité sur son patron. C'était ce qui l'avait décidée à accepter la demande de son mari. Si Tobias se donnait tellement de mal pour ne plus la revoir, alors elle lui montrerait qu'il n'avait aucun droit de lui dire quoi faire ou quoi ne pas faire. Alors que Tobias lui demandait pourquoi elle était venue alors, il s'interrompit tout seul et changea de sujet. "Stop doing that." Elle arrêta son crayon avant qu'il n'atteigne le papier. "You perfectly know that I was angry the other day. I never meant to tell you... all the things I've said." Il ne comprenait pas tout de toute évidence. Il ne comprenait pas ce que cela faisait de voir l'homme qu'on avait tellement aimé revenir d'entre les morts. Mais ça, à la rigueur, elle aurait pu encaisser. Ceci dit, il y avait plus. Il avait assisté sans rien dire à son union avec un autre homme. Elle griffonnait sur son cahier sans même faire attention à ce qui se dessinait sous ses doigts, le crayon partait tout seul. "What if I wouldn't have seen you that day? We would have met at the charity, right? And what would have it looked like? In front of all the people... " Ce n'était pas une question d'apparences. C'était une question bien plus profonde. "You claim you love me Tobias. But if you do, you should know better..." Elle se tut afin de réprimer les larmes qui lui montaient aux yeux. Elle leva une main lasse et autoritaire entre eux.
"You know what? I don't wanna talk. Read your thing, listen to your music, whatever..."

Il était sept heures trente-cinq quand le car démarra. Angèle avait bien regardé l'heure qui était affichée au bout de l'allée centrale afin de savoir combien de temps aurait duré le trajet quand ils arriveraient à destination. Au bout d'un moment, fatiguée, elle reposa sa tête en arrière et sans qu'elle ne puisse le contrôler, finit par s'endormir. Elle avait tant pleuré les nuits précédentes qu'elle était exténuée. Bizarrement, là, dans le car et auprès de Tobias, elle avait trouvé une certaine paix et ce malgré sa colère. Plus tard, elle sentit sous son front quelque chose de dur. Elle ouvrit les yeux et tout était noir. Redressant son visage, elle réalisa qu'elle était en train de s'écarter de l'épaule de Tobias. Elle avait son odeur familière sous les narines et elle regretta aussitôt de ne pas avoir profité un peu plus de cette position pendant qu'elle en était consciente. Mais réalisant aussi à quel point c'était inapproprié, sa façon de se redresser fut brusque sur la fin. L'horloge indiquait maintenant neuf heures dix. "I'm... I'm sorry about that." murmura-t-elle tandis qu'elle cherchait son cahier qui avait dû lui glisser des mains.
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©@Eledhwen & Ealitya
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 445 - Points : 1247

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Mer 9 Aoû 2017 - 17:29 )

when it's time to live and let die.
Angèle de Santis & Tobias Spilsbury


Tobias était dans son monde, dans son univers : il était déjà sur le terrain et préparait à la seconde près l’expédition. Il ne faisait donc pas attention aux gens qui montaient et descendaient : il avait cette incroyable faculté de ce couper du monde quand il le souhaitait. Mais son assistante allait et venait : le rendant en un sens fou. S’en allant pour l’énième fois, il pensait avoir la paix mais le répit fut de courte durée car une autre personne prenait déjà place à côté de lui. Parce qu’il était poli, il salua d’un bref morning avant de reconnaître la voix de cette femme. Il avait fallu que de toutes les habitantes de Naples : ce soit elle qui s’installe près de lui. Tobias lui propose de quoi s’occuper, mais la belle Américaine est équipée. Il sourit en reconnaissant immédiatement ses traits de crayons. Qu’elle était douée par tous les Dieux. Il se souvenait de tout, de toutes ses habitudes et ses mimiques. Parce que malgré la distance et le froid entre eux : leur amour est comme ces fleurs nivéales qui fleurissent en hiver. Il pouvait survivre à tout, même à la mort.
Angèle reprends finalement la parole. Son ‘non’ est si significatif qu’il fait soupirer Tobias. Elle ne voulait pas épiloguer sur le sujet et il lui en était redevable. Il savait son existence, il ne pouvait se défaire de ce bel âtre qui tient dans ses bras sa muse. Cette image le tuait parce que ce n’était pas seulement un mauvais rêve : c’était l’insupportable réalité. Finalement le couperet tombe et il hausse les épaules :

« It’s ok don’t worry. » Il avait l’habitude de passer inaperçu et cela lui convenait. « No. I don’t know. I was just playing your game. I’m not a liar but I became one for you. » Cela était aussi simple que cela.

Angèle commença à griffonner, il pouvait entendre les coups de crayons nerveux de son ancienne compagne. Elle continua de parler et il comprit rapidement qu’il n’aurait pas son mot à dire alors il la laissa vider son sac avant de couper court à la discussion. Toby ne se fit pas prier et remit son deuxième écouteur avant de commencer à lui-même écrire et noircir les pages de son calepin.
Quand Angèle s’endormie, il se permit de la couvrir du regard avant de reprendre ses croquis. Surprit de sentir une masse contre son épaule, il tourna sa tête et constata que la belle l’utilisait comme oreiller. Un immense sourire illumina son visage et son cœur se mit à tambouriner à tout rompt dans sa poitrine. Délicatement, il lui remit une mèche de cheveux et la laissa se reposer.

Son malaise était palpable alors qu’elle venait d’ouvrir les yeux. Tobias la regardait en souriant : nullement en colère ou gêné.

« No worries, you didn’t snore. » Il la taquinait : « You still have time to rest, we should arrived in like twenty minutes. » Tobias, voyant le carnet de dessin de la belle par terre se baissa pour le ramasser.  Les croquis de son visage tombèrent. Il les ramassa rapidement pour que personne ne les voit : « You haven't lost your gift. » Il les tendit à Angèle avant de sortir son thermos de thé dans son sac. Il en servit une tasse à la belle à ses côtés : « Here, drink this, you’ll feel better. »
AVENGEDINCHAINS


Deep inside your fort of skin you keep yourself concealed
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Messages : 650 - Points : 1262

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Mer 9 Aoû 2017 - 17:51 )



BIRDS IN A CAGE
You & Me, is it meant to be?



Fallait-il qu'il prenne cela ainsi? Fallait-il qu'il lui reproche le mensonge? Il ne pouvait comprendre qu'elle ne faisait que le protéger. Et puis après l'amour qu'ils avaient vécu, comment auraient-ils pu sortir indemnes d'une révélation? Quel mari accepterait que son épouse traîne avec celui qu'elle avait tant aimé qu'elle ne s'en était jamais vraiment remis? Aucun. Et il aurait dû le savoir. « It's pointless. » Se disputer avec lui ne menait à rien. Il était obstiné et elle ne l'était pas moins. Il valait mieux ne pas continuer. Pourtant elle lui dit ce qu'elle avait sur le coeur. Elle lui imposa le silence ensuite et il ne se fit pas prier. Remettant ses écouteurs, elle avait envie de le frapper tant son indifférence l'agaçait en ce moment même.

Lorsqu'elle revint à elle, Tobias semblait de meilleure humeur. A peine éveillée, elle entendait déjà sa voix la taquiner. On aurait dit que les années de souffrance n'avaient été qu'un mauvais rêve et qu'aujourd'hui ils étaient un vieux couple qui partait en expédition de groupe. Cela aurait pu être sa vie. Elle aurait pu être son accompagnatrice lors de ses voyages pour le boulot. Si seulement... Il lui dit qu'elle pouvait encore se reposer et cela la tira de sa rêverie. «  No, thanks. » Son n'était plus aussi froid qu'avant. Elle était juste perdue. Et il se pencha pour lui rendre son cahier qui avait glissé. Mais il n'était pas le seul à s'être fait la malle. Toby lui rendit aussi les deux dessins qui le représentaient. Angèle rougit et les rentra aussitôt parmi le tas de feuilles vierges. Il n'aurait jamais dû voir ça. Elle ne savait quoi dire et se contenta alors d'un simple haussement d'épaules. Puis quand il lui servit du thé, elle murmura « Stop acting as if you were my mother. » Elle avait le sentiment d'être baby sittée et cela ne lui convenait pas. Il avait été son amoureux, pas son parent. Et si dans leur relation, il leur arrivait d'être doux et attentionnés, la plupart du temps ils aimaient se chamailler et se raccommoder. Même si il est vrai qu'à une époque ils étaient tellement attachés l'un à l'autre que les disputes s'étaient faites quasiment dévorées par leur amour sans fin. Malgré ses remontrances, elle prit le thé qu'il lui tendait et sans crier gare, saisit l'écouteur qui pendait le long de son cou pour le caler dans son oreille. Là, elle fut surprise d'entendre au moment où la musique entrait dans son conduit auditif, son prénom fredonné. "You can't say we've never tried..." Angie des Rolling Stones était la chanson diffusée par le lecteur de Tobias. Les larmes lui montèrent à nouveau aux yeux mais elle les refoula, comme d'habitude. Elle tapa sa tête sur son siège et laissa la musique la torturer encore un peu plus. Les paroles lui donnaient la nausée tandis que le soliste fredonnait

"You can't say we're satisfied
Angie, I still love you baby
Everywhere I look I see your eyes
There ain't a woman that comes close to you
Come on baby dry your eyes
Angie, Angie ain't good to be alive"

Une larme finit par perler au coin de son oeil droit et sans même chercher à se contrôler, elle passa sa main par dessus l'accoudoir, cherchant celle de Tobias. Croisant ses doigts aux siens, elle effectua une pression qu'elle ne relâcha qu'au bout d'une dizaine de secondes. Le car continuait de rouler paisiblement tandis qu'elle se sentait sombrer dans cette peine qui ravageait son coeur.
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©@Eledhwen & Ealitya
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 445 - Points : 1247

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Jeu 10 Aoû 2017 - 14:04 )

when it's time to live and let die.
Angèle de Santis & Tobias Spilsbury


Bien sûr que cela ne menait à rien. Ils étaient tous les deux assez intelligents pour prouver par a + b que l’autre à tort. Justement, c’est parce que leurs joutes verbales ont toujours été incroyablement riche que Tobias aimait autant cette femme. Il avait imaginé toute sa vie avec elle : des longues discussions philosophiques sur le pourquoi du comment de la vie jusqu’aux disputes qui déchireraient leurs cœurs avant que le corps ne guérisse les blessures. Angèle avait ce pouvoir sur lui. Il ressentait pour elle un amour Immarcescible. Des sentiments tellement forts que cela en étaient à la fois gisant et déroutant. A contre cœur, il savait qu’il devait tourner cette page. Pour toujours. Alors, il remet ses écouteurs puisqu’elle ne souhaitait pas lui parler. Il n’allait certainement pas l’obliger. Ce n’était pas dans son tempérament.
Tobias releva ses yeux et regarda les rayons du soleil percé les nuages. Il admirait les parhélies qui ont toujours été à ses yeux la preuve vivante que Dieu existait. Il bénissait le monde de sa chaleur et de sa bonté. Cela était idiot et on pouvait rire de lui : mais ce sont ces petites pensées qui l’ont fait tenir durant les moments les plus sombres et lugubres de sa vie. L’image que lui offrait par la suite le visage endormi d’Angèle apaisa son esprit tourmenté. C’est cette image qui l’avait fait tenir toutes ces années. Elle était tellement belle, profitant de sa mémoire photographique : il la contempla jusqu’à ce que ce moment soit imprimé dans sa rétine.

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, il la laissa se réveiller et l’accueilli avec un sourire doux, presque niais. Le carnet tomba et il l’aida à tout ramasser : ne faisant aucun commentaire sur les dessins de lui. Qui était-il pour juger alors que le prénom d’Angèle était partout dans ses carnets ? Il n’était rien et surtout personne. Il ne devait plus prendre de place dans le cœur de la demoiselle car il était déjà pris et elle semblait heureuse ainsi. Il n’avait aucun droit de juger, ni de clamer ce qui ne lui appartenait plus.
Le ton qu’elle employa, les mots qu’elle utilisa pour le réprimander lui fit immédiatement perdre son sourire. Pourquoi recevait-il toujours son courroux ? Encore et encore alors qu’il se pliait en quatre pour la satisfaire ? Quand ils étaient ensemble : jamais elle n’aurait refusé de la sorte une tasse de thé.

« Just want to be nice that’s all. » Pas besoin qu’elle monte sur ses grands chevaux. Le pire étant qu’elle finit par accepter le gobelet en plastique. C’était l’hôpital qui se foutait de la charité.

Angèle prit un de ses écouteurs et il se remit à travailler sans rien dire d’autre. Cela lui apprendrait à être gentil. Il devait sérieusement arrêter d’être aussi altruiste et attentionné. Comme lui avait tant dit sa mère : « Ils ne te méritent pas. » La chanson d’Angie passait, il entendit rapidement sa belle fredonner l’air avant d’attraper sa main. Etant gaucher ; il la laissa faire et la serra à son tour sans pour autant la regarder.

Quand le car s’arrêta, Tobias attrapa la tasse de thé et la termina pour ne pas perdre une goûte du breuvage avant de la ranger avec son thermos. Ils sont arrivés, ce n’était pas le moment de feignantiser. Il réveilla par la suite Angèle :

« We’re here. » Il ferma son sac, vérifia qu’il avait tout : « You can stay in the bus if you want you know ? » Un seul coup d’oeil dehors lui permis de constater qu’il allait faire chaud aujourd’hui. « You’ll be better here than outside. »

Le directeur s’approcha d’eux : « Tobias, je te laisse montrer à Signora De Santis le site. » L’Historien le regarde : « Je doute qu’elle ait envie de ramper dans la terre. Elle serait mieux avec Jonas. » Son patron le regarde noir : « Diantre ! On en a déjà discuté, prends soin de notre invité. » Puis il sortit.

Le conservateur regarda Angèle : « Sorry about this, if you wish I will tell you where you can go. You’re not obliged to come with me if it is easier for you. »
AVENGEDINCHAINS


Deep inside your fort of skin you keep yourself concealed
©crack in time


Dernière édition par Tobias Spilsbury le Jeu 10 Aoû 2017 - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Messages : 650 - Points : 1262

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Jeu 10 Aoû 2017 - 14:35 )



BIRDS IN A CAGE
You & Me, is it meant to be?



Ils avaient été déconnectés par le destin. Des années les séparaient de leur douce jeunesse passée ensemble. Et désormais il y avait des malentendus à peu près partout entre eux. Elle n'avait pas souhaité être désagréable avec lui mais il ne le voyait pas. Probablement avait-elle abusé de sa mauvaise humeur jusque là. Et quand il lui proposa du thé, elle fut toujours sèche bien que moins qu'avant. Tobias était habitué à une Angèle bien plus souriante et joviale, pas à ce chien de garde qui lui aboyait sans cesse dessus. « I know you want to, but it feels as if you were trying to hard. » C'était cela qui la gênait. Elle avait le sentiment que ce n'était plus naturel entre eux. Avaient-ils perdu aussi toute chance d'être des amis? Il était certainement agacé par ses manières princières. Mais elle n'avait aucune intention d'être indulgente avec lui. L'indulgence était bonne pour les vivants, par pour ceux qui avaient caché ce petit détail à propos d'eux.

Angèle regardait au dehors, étonnée de voir le soleil taper aussi intensément à cette heure du matin. Tobias lui indiqua qu'elle pouvait rester dans le car si elle voulait. « What? » Elle était tellement outrée qu'il suggère pareille chose qu'elle n'arrivait pas à formuler autre chose que ce what indigné. Il lui indiqua qu'elle serait mieux à l'intérieur que dehors et elle pâlit. « Don't worry, I won't bother you. I'll easily find someone who won't think I am disturbing him.  » Elle s'apprêtait à se lever quand le directeur s'approcha d'eux. Great. Il voulait qu'elle colle Tobias aux basques toute la journée et ce dernier avait déjà exprimé son désir d'éviter cela. Les deux se disputèrent devant elle et elle maudit alors son époux de l'avoir obligée à venir. Lorsque Tobias lui dit qu'elle n'avait pas à le suivre si elle ne voulait pas, elle mit ses lunettes de soleil sur son nez et se leva. « Oh no, don't make it about how it would be easier for me.   » Elle prit son sac qu'elle avait aménagé pour en faire un sac à dos et longea l'allée du car. Lorsqu'elle arriva au bout, tout en descendant les trois marches la séparant de l'asphalte elle lui dit avec une grimace énervée « Oh look, your puppy waits for you. » en parlant de l'italienne qui l'attendait dehors. « Have a nice day! » Elle prit le petit programme qu'un guide lui tendait avec dessus les heures de rendez-vous pour le déjeuner et autres "activités" où tout le monde se retrouvait. Elle avait espéré passer la journée avec Tobias. Suite à leur petit moment dans le car, elle pensait qu'ils pourraient peut-être s'entendre. Mais visiblement il préférait ne pas l'avoir dans ses baskets. Ne sachant pas où aller, elle traînait, prétendant chercher quelque chose dans son sac, le temps que tout le groupe ait quitté les lieux.
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©@Eledhwen & Ealitya
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 445 - Points : 1247

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Sam 12 Aoû 2017 - 12:27 )

when it's time to live and let die.
Angèle de Santis & Tobias Spilsbury


« I was always like this. » Même quand ils voyageaient avant il lui proposait une tasse de thé. Tobias n’avait pas tant changé que ça, pas avec les personnes qu’il aime tout du moins. IL souhaite garder l’illusion d’être le même homme alors que ce bon vieux temps était finit.

Mais peut-être qu’elle avait raison. Tobias se forçait à être une personne qu’il ne serait plus jamais. Le destin était passé par-là et avait fait les dégâts nécessaires pour le briser. Il n’y avait personne à blâmer sauf la malchance et son entêtement pour faire quelque chose de bien dans sa vie sans penser à lui. Sans penser au mal qu’il pourrait s’infliger en menant à bien des projets pharaoniques. Angèle avait-elle ressentie et compris que son aimé était bel et bien mort ? Qu’en face d’elle : elle n’avait que la structure basique de cet homme si admirable et honorable ? L’Historien ne serait pas surpris si tel était le cas. Elle avait toujours été assez intelligente pour comprendre bien avant la personne concernée les choses.

La discussion, une fois le bus statique, n’est pas du goût de la jeune femme qui se permet de montrer son mécontentement. Pire encore, elle prend mal les paroles bienveillantes de Tobias. En fait-il trop encore une fois ? Pourquoi se battait-il tellement pour quelque chose qu’il n’avait plus lieu d’être ? Il était évident que la belle ne voulait pas qu’il soit à ses petits soins. Il devait accepter et il était prêt à s’éloigner mais voilà que lorsqu’il respectait sa volonté : elle se jetait à sa gorge le laissant pantois. Qu’avait-il fait pour subir un courroux tel que celui qu’elle lui lançait à la figure.

Il la regarde partir et suit le mouvement en soupirant longuement. Devant la porte attendait son assistance : désireuse d’admirer toute la journée l’Historien. La réflexion amère d’Angèle ne tarde pas à tomber. Même quand ils étaient ensemble elle ne supportait pas qu’une autre femme l’approche : qu’importe qu’il lui montre mille fois par jour qu’il n’y avait qu’elle à ses yeux. Aujourd’hui, elle semblait marquer son territoire comme si elle en avait le droit. Mais comme elle l’avait fait remarquer : ils n’avaient plus le droit d’interférer dans les affaires amoureuses de l’autre. Ce n’était plus leur place. L’Italienne s’en offusque et pose ses mains sur ses hanches. Tobias la voit ouvrir sa bouche, mais il posa la main sur son épaule pour l’arrêter avant d’hocher négativement la tête.

« Va avec Jonas ok ? Je te rejoins dans l’après-midi. » Elle va pour protester, mais le sourire de Tobias la fait abdiquer et elle va avec son collègue. Il s’approche d’Angèle : « Come, I have something to show you. A place that is not available to the public but I think you will love it. » Un geste de paix. Qui se voulait agréable. Il part devant et se retourne : « Please ? »

Il tourna à nouveau les talons pour la guider. Il passa à travers les cordons de sécurité et montra son passe et son passeport à la sécurité du site pour pouvoir passer les grilles qui menaient à la partie non-visitable du site. Les corps des habitants étaient encore emprisonnés à même le sol. Ils n’avaient pas été déplacés car ils étaient en assez bon état pour rester à la merci des éléments.

« Carefull, they are fragile. » Oui, il parlait d’eux comme s’ils étaient encore des êtres humains. Il avait le plus grand respect pour les morts. « We are not ready yet to show this part to the public . There is a lot of mosaic that needs to be preserved and recreated before. » Tobias avait retrouvé la petite lueur dans ses yeux qui l’animait quand il parlait de l’histoire. « We have found this bath house very randomly by reading the journal of Caroline Bonaparte. It is because of her and her love for archaeology and for the site of Pompei and Hercularum that we have today so much thing to study. »

Il fit rentrer Angèle dans une maison romaine et montra l’escalier qui descendait dans une cave naturelle. Les murs étaient couverts de mosaïques encore colorer et magnifiquement décorer. « We’ve finally cleaned all the walls to discover the colour. Thought an artist like you might like this. »
AVENGEDINCHAINS


Deep inside your fort of skin you keep yourself concealed
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Messages : 650 - Points : 1262

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Sam 12 Aoû 2017 - 13:18 )



BIRDS IN A CAGE
You & Me, is it meant to be?



Alors qu'elle s'en prenait sans raison à l'assistante, elle ne put s'empêcher d'observer qu'il était proche de celle-ci. Elle pensait que l'italienne était amoureuse et qu'elle lui courait après. Mais elle ne s'imaginait pas qu'elle pouvait avoir une chance. Angèle était méchante uniquement parce qu'elle n'aimait pas qu'on s'approche de ce qui lui appartenait. Tobias n'était pourtant plus sien et elle le savait. Mais c'était instinctif et elle ne pouvait s'en empêcher. La main que Tobias venait de poser sur l'épaule de la fille, son sourire bienveillant... cela finit de la mettre en rogne. Elle farfouillait dans son sac avec agacement, prétendant ne pas avoir assisté à cette scène qui la mettait hors d'elle. Tobias, une fois qu'il se fut débarrassé d'elle, se dirigea vers Angie pour lui demander de le suivre. Cette dernière avait alors arrêté de faire semblant d'être accaparée par ses recherches et l'avait regardé avec un haussement de sourcil. S'attendait-il à ce qu'elle coopère aussi facilement? Il insista avec un please accentué bien que se moquant légèrement d'elle et de ses réticences. Se pinçant les lèvres et remontant ses lunettes de soleil sur son nez, elle se lança à sa poursuite, capitulant pour cette fois.

Une fois le contrôle passé, elle se demandait où il l'emmenait. Visiblement cette aire n'était pas ouverte aux visiteurs. Consciente qu'elle pénétrait dans un lieu exceptionnel, elle marchait avec précaution. Quand Tobias lui indiqua de faire attention, elle grinça des dents. « I'm not stupid, I know they're fragile. » Ils parlaient de morts, des morts engloutis par la lave et figés pour l'éternité. La force de la nature était émouvante. C'était tragique de savoir que sous leurs pieds se trouvaient des gens qui n'avaient tout simplement pas pu fuir leur destin. Elle regardait Tobias avancer devant elle et elle se dit que lorsqu'il était réapparu dans sa vie, le même phénomène lui était tombé dessus. Elle n'avait pas pu fuir son destin. Il s'adressa à elle, lui expliquant des choses sur le pourquoi tout cela n'était pas encore ouvert aux visites, et cela la ramena au présent. Il lui expliquait comment ils avaient trouvé les termes où ils étaient maintenant et elle sourit. Tant de choses étaient à trouver dans les journaux d'une femme. Des milliers de trésors. Heureusement pour elle, elle ne tenait pas de journal. Elle préférait l'art. C'était là qu'elle tenait ses secrets : dans des formes que seule elle pouvait déchiffrer. Devant la mosaïque de couleurs qu'il lui présentait, Angèle écarquilla les yeux avec un plaisir intense affiché sur le visage. « Toby, this is just amazing. » Elle s'était approché du mur coloré qui attirait le plus son regard et voulant y poser la main, elle se tourna vers son guide pour lui demander la permission « May I? » Ce n'était pas tous les jours qu'elle faisait face à de pareilles beautés. C'était une aubaine pour son inspiration et cela occuperait ses pensées. C'était plus sain que rêvasser à Tobias. Même si elle savait que cet endroit serait intrinsèquement lié au visage de son ex-fiancé. Elle se retourna sans crier gare et le regarda. Il était à deux mètres d'elle. C'était spontané et elle ne put freiner cet élan qui venait du plus profond d'elle-même « I still love you, you know» "So much, that it hurts." Mais elle ne put lui dire que les premiers mots. Le reste fut pensé intérieurement. Elle en avait déjà trop dit. Elle se retourna pour contempler la mosaïque et éviter de prolonger cette confession de trop. Elle sentait les larmes lui monter aux yeux et bizarrement c'étaient tant des larmes de peine que de joie. Où était la joie dans tout ça? Elle ne le savait pas trop bien. Mais elle se sentait heureuse, là, cachée du monde, juste avec lui. Elle avait ôté ses lunettes pour regarder les couleurs qui s'offraient à elle mais elle souhaitait les remettre maintenant. Ses yeux brillaient des larmes qu'elle ne voulait libérer. Mais il était derrière elle, elle se rassurait ainsi du fait qu'il ne pouvait voir ce triste mélange de souffrance et de jouissance.
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©@Eledhwen & Ealitya
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 445 - Points : 1247

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le Sam 12 Aoû 2017 - 15:57 )

when it's time to live and let die.
Angèle de Santis & Tobias Spilsbury


Demander à Angèle de faire attention n’était pas réellement contre elle. C’était une habitude que Tobias avait tout comme ses collègues. Parce qu’ils avaient peur des coups de sacs non contrôlés, de ces personnes qui touchaient à tout en pensant que ce n’était pas grave. Certes, sa douce et belle Angèle n’était pas comme ça, mais il ne pouvait s’empêcher de la mettre en garde.
L’Historien s’était senti chanceux d’avoir pu lire le journal de Caroline Bonaparte. Avoir le privilège de lire son écriture et de déceler les indices conduisant à des endroits insoupçonnés. Des petits détails qui pouvaient changer le cours de leur recherche comme ils en avaient eu la preuve en découvrant les termes privés. En étudiant le journal de cette femme, il s’était demandé si un jour ses carnets seraient utile à quelqu’un ? Après tout, il y consignait absolument tout. Notamment sur ses découvertes, mais aussi sur ses états d’âme. Coucher sur papier ses sentiments l’aidaient plus qu’il ne pourrait l’expliquer et la pratique de l’écriture était conseillée par son médecin qui y voyait une thérapie personnelle. En sachant que Tobias n’était pas le genre d’homme à beaucoup communiqué de son plein gré sur ce qui se passe dans sa tête : cela était un bon moyen de guérir. Tout du moins tenter et éviter la casse, le point de rupture qui marquerait le non-retour. Tobias encaissait au quotidien et se demandait quand il en aurait assez. Quand il aurait finalement la lâcheté de prendre la porte de sortie.

« I knew you might like this. » Satisfait de la réaction d’Angèle, il la laissa s’approcher et sortit déjà de son sac une paire de gants en coton. « Here, put that on. » Il les lui tendit en souriant. « We’re still trying to know when it has been done. But it is one of the most preserved we have found so far so we are hoping now that more is waiting to be discovered. The dried lava protected all the color over the ages. »

Il ne s’attendait certainement pas à la révélation qui suivit. Il baissa la tête et plongea ses mains dans ses poches sans rien dire. Que pouvait-il faire ? Comment devait-il réagir ? Après tout… Elle était mariée et heureuse à ce qu’elle lui avait dit.

« I think we will always love each other. It is too strong to deny or forget it. » Tobias s’approcha finalement et il sortit sa dextre de la poche pour caresser l’épaule nue. « If you need me for anything, I will be here. I will not leave you again. » Ses doigts carressèrent sa joue délicatement. « And a part of me will always be yours. »

AVENGEDINCHAINS


Deep inside your fort of skin you keep yourself concealed
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Birds in a cage | ft. Tobias -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde