Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] To these memories I will hold. ⁂ Demetrio -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Shiya
Multi-comptes : Tobias, l'historien torturé
Messages : 192 - Points : 833

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [Terminé] To these memories I will hold. ⁂ Demetrio ( le Lun 9 Oct - 22:27 )
Vera admirait chaque détail que l’homme à prit soin de penser, d’exécuter pour faire d’un simple bateau : un petit bijou. On ne pouvait pas dire qu’elle, connaissait cet univers, mais elle savait admirer et reconnaître les talents des autres. L’être humain était bien trop complexe pour avoir le luxe de mettre tout le monde dans le même sac. Si elle était chanteuse : elle était bien incapable de faire quelque chose de ses dix doigts. Winston était le manuel de la famille, celui qui a seize ans s’était mis en tête de faire une cabane dans les bois pour les beaux yeux de Vera ; pour qu’ils aient un monde rien qu’à eux. Loin de tout : surtout des adultes et de la pression exercée par leur père.

“Ne vous méprenez pas, je ne suis pas la Castafior : ma voix n’est pas aussi perçante.” Elle sourit cependant : “Si vous aimez le théâtre : je peux vous avoir des tickets pour la prochaine représentation. Vous me faites découvrir votre univers : il est normal que je souhaite vous montrer le mien.” Cela était donnant, donnant.

Et puis, quelque chose lui disait qu’ils ne s'arrêteraient pas à cette simple entrevue. Il y avait autre chose. Après tout, ce n’est pas comme s’il y avait un petit détail qui les liait. Il portait le coeur de son frère. Maintenant devant le fait accomplis : Vera ne voulait pas retourner en arrière. Elle ne pouvait pas imaginer le laisser s’éloigner d’elle. Demetrio représentait un espoir. Une lueur qui la poussait à croire aux lendemains heureux.
Lorsqu’il lui fit remarquer qu’elle ne passait par Quatre Chemins : elle haussa les épaules. Ce n’était pas vrai. Si elle n’était pas mal à l'aise d’êtres franche : elle avait bien du mal à faire la même chose devant celui qui faisait battre son coeur à un rythme effréné.

“Oui, il est allé à l’école avec le neveu de la Reine alors forcément… Ma mère est de la région de Naples, une bonne famille aussi : ils n’ont pas eu leur mot à dire sur cette union de toute façon.” Les mariages forcés n’avaient pas été inventés à l’époque de Vera non. “J’ai les deux nationalités, je préfère l’Angleterre en hiver et l’Italie en été même si cela fait des mois que je ne suis pas allée à Londres. Et vous ?”

Vera se sentait gênée maintenant de “fanfaronner” de la sorte. Ce n’était pas son genre. Alors quand il propose d’aider, elle prit une gorgée de vin tout en levant sa main pour l’arrêter :

“Si vous voulez oui, mais ne vous sentez pas obligé. Nous ne disons jamais non à des bienfaiteurs. Peut-être que vous pourriez venir les voir ? Je suis certain qu’ils seraient impressionnés de vous entendre parler de bateaux.”

Les enfants n’ont pas besoin de grands choses pour êtres heureux. Surtout ceux de l’orphelinat. Et puis il utilisa la phrase de trop. Celle qui la fit soupirer longuement tout en baissant la tête :

“Winston était un grand rêveur. Il vous faudrait plusieurs vies pour accomplir sa liste mais je dois l’avoir quelque part : je pourrais vous la donner si vous voulez.” Après tout, il devait comprendre qui avait porté le coeur avant. Vera était touchée à cette idée.

Elle le suivit jusqu’au canapé en sortant son portable de son sac pour chercher une photo d’eux. Prise avant leur dispute : la dernière qu’elle a de lui. Vera entendit la question, mais ne savait pas vraiment quoi répondre. Quelque chose l’empêchait de parler librement. Sa salive passa difficilement et elle prit plusieurs gorgées du liquide vermeil pour faire passer ses émotions.

“A chaque fois que je monte sur scène.” Elle se force à étirer un sourire. Cela était partiellement vrai. En réalité : elle n’avait connu que très peu d’émoi amoureux. Son seul étant son ami dont elle était éperdument accrochée. “Mais pour quelqu’un, rarement.” Elle regarda la photo sur son portable : “Elle doit être spéciale cette demoiselle. Vous semblez être un homme admirable et bon : elle est chanceuse.”

Elle donna le cellulaire à Demetrio.

“Vous lui ressemblez un peu. Dans votre façon de bouger, d’agir, de parler. C’est… Agréable et déstabilisant à la fois.” Son regard se posa sur sa poitrine. “Est-ce… Puis-je poser ma main ?” Elle se permettait de demander cette fois-ci oui. Elle avait retenu la leçon. Vera n’était pas une sauvageonne.


No more and yet no less
« Love all, trust a few, do wrong to none. » Shakespeare by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t393-demetrio-o-la-terre-tour http://www.ciao-vecchio.com/t455-demetrio-o-take-a-sad-song-and-make-it-better
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Sean O'Pry ©Lux Aeterna + Laura (gif Magdem)
Multi-comptes : Dante, Enzo, Erio, Stefan
Messages : 585 - Points : 1654

Âge : trente-deux ans
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Sujet: Re: [Terminé] To these memories I will hold. ⁂ Demetrio ( le Lun 23 Oct - 1:12 )
« Je demande à entendre, que je puisse vous donner mon avis. » Il ne tient pas à la flatter ou à la complimenter alors qu’il n’a pas encore écouté quelques morceaux. C’est comme les livres. Avant de partager une critique, il préfère lire l’ouvrage entièrement plutôt que se fier à ce que l’on dit. Il aime savoir de quoi il parle et ne pas dire des choses dans le vent, sans même les penser. C’est ce qui fait que sa parole est plus ou moins fiable. Maintenant, tout le monde entend ce qu’il veut bien entendre, personne n’a à le croire sur parole. Lui-même ne prétendra jamais détenir la vérité. Il défendra son point de vue, mais n’osera jamais affirmer qu’il est meilleur qu’un autre. Chacun voit midi à sa porte, chacun à sa vision des choses. La sienne, il y tient et rare sont les fois où on arrive à le faire changer d’opinion. « Cette représentation tombe bien. Dites-moi le prix de vos billets. Je ne tiens pas à les avoir gracieusement. » Ca lui importe beaucoup de faire comme ces personnes qui ont moins de revenu que lui et qui mettent la main à la patte pour voir un spectacle qui leur est cher. Pourquoi donc profiterait-il de cette nouvelle proximité avec la star de la musique ? « Je vois… Vous avez baigné dans cet univers, donc. » Un monde qu’il ne connait pas. Il apprend seulement à vivre avec son nouvel élément qui est plus aisé que sa petite vie modeste d’autrefois et ne se plaint ni de ses revenus, ni de sa notoriété. Seulement, il n’apprécie pas quelques aspects, comme les rumeurs, ou encore son anonymat inexistant, mais il arrive à garder la tête froide et préserver sa vie privée de ses détracteurs. « Une pure napolitaine, donc. Pourquoi choisir lorsqu’on a l’opportunité de se partager entre deux villes ? C’est volontaire ? » enchaîne-t-il, concernant son manque de déplacements à Londres. « Je suis napolitain. Ma vie est ici, à Naples, mais mes déplacements sont nombreux. J’aime quitter cette ville pour voir d’autres horizons, mais j’aime encore plus revenir. » Il a trop d’attache. Naples lui importe beaucoup trop pour penser s’en aller un jour et comme il vient de le dire, il se déplace beaucoup. Nullement besoin de plus. « Je ne me sens pas obligé, mademoiselle Venezzio. Ca me tient à cœur. Je serai donc ravi de pouvoir participer à cette cause et pourquoi pas les inviter à une journée au port. Nous serions ravis de leur expliquer les grandes lignes de la conception d’un bateau. Je vous ferai part de mes disponibilités rapidement. Par téléphone, ça vous irait ? » Il lui suffira de jeter un œil à son agenda, annuler quelques rendez-vous qui ne lui semblent pas si importants, ou alors déléguer à son bras droit, un homme de confiance. Il saura s’arranger. « Je dois cependant vous tenir au courant. Je ne suis pas très à l’aise avec les enfants. » Il se réconforte en se disant qu’il ne sera pas seul, qu’on ne lui sautera pas dessus comme peuvent le faire les enfants de son amie Nina. « Quant à cette liste, j’aimerais bien l’avoir. Au moins une copie, si ça ne vous dérange pas. Je ne prétends pas pouvoir réaliser la plupart des points cités, mais je ferai mon maximum. » Au moins quelques uns. Ce qu’il pourra. C’est important pour Demetrio.

Son verre à la main, il fait tourner le liquide rouge, l’air ailleurs. Il imagine cet homme, sa gestuelle, tente de mettre une voix sur la sienne, chose non évidente. Lui, il a dû ressentir des choses similaires pour son ex, même si elle n’était pas à la hauteur de ce qu’il était. « Elle l’est, spéciale. » Dafne est une femme qui lui fait beaucoup de bien. Elle le pousse à parler, à se confier, même s’il n’en a pas envie. Elle est intéressante, cultivée, sensible. Demetrio se retourne vers ce petit brin de femme qui a de très belles valeurs. Il s’y attarde pour tout ce qu’elle est. C’est lui qui a de la chance, mais c’est encore compliqué de poser les mots sur ce qu’il ressent. Demetrio récupère le cellulaire et observe cette photo où le frère et la sœur sont fusionnels, l’un à côté de l’autre. C’est avec étonnement qu’il lève les yeux vers elle, toujours peu habitué à ce genre de demande, mais il acquiesce d’un signe de tête, repose son verre et fait le tour du canapé pour se retrouver à ses côtés. « Vous pouvez. » Il comprend son besoin, alors il saisit sa main sans plus attendre et la pose sur sa poitrine. « Ce lien qui nous unit, j’ignore ce que vous en pensez, mais je le trouve très… étrange. »


J'ai toujours vécu comme ça, gardant une distance confortable. Et jusqu’à maintenant, je me suis juré que je me satisferais d'un rien avec la solitude. Parce que rien de tout ça n'avait jamais valu de prendre le risque, mais...


Dernière édition par Demetrio Clarizio le Mer 1 Nov - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Shiya
Multi-comptes : Tobias, l'historien torturé
Messages : 192 - Points : 833

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [Terminé] To these memories I will hold. ⁂ Demetrio ( le Sam 28 Oct - 17:10 )
Vera sourit : exposant toutes ces dents en l’entendant affirmer vouloir l’écouter. Cela la rendait heureuse car cela était la preuve qu’il voulait la revoir. Malgré l’étrangeté de la situation : Demetrio semblait être enclin à passer à nouveau du temps avec elle. Elle sourit : « Je vous enverrai cela par mail. » Cela ne l’aurait absolument pas dérangé d’avoir des tickets gratuits : mais elle ne pouvait pas le forcer à les accepter. Le libre-arbitre était une notion primordiale pour elle : ce qui lui causait quelques soucis avec son fils qui prenait plaisir à dire non juste pour dire non. « Par forcément par choix… Mais mon père a rapidement remarqué mon don et avec ma mère ont décidé de l’exploiter. » Elle n’avait jamais eu son mot à dire. Peut-être qu’elle aurait pris une voie différente si elle en avait eu l’occasion. Personne ne saurait ce qu’elle aurait fait de sa vie si ses parents ne l’avaient pas poussé à chanter.

Parler de ses origines laissait un goût amer. A part partager le nom : elle n’avait aucun lien avec ces gens qui chiaient du marbre. Pourquoi ? Telle est la question.

« Parce que j’ai suivi mes géniteurs et après j’ai construit ma vie ici avec mon époux. J’aime tellement Naples que je sais ne pas pouvoir la quitter même si j’en ai envie. Ne vous méprenez pas : je suis heureuse d’aller en Angleterre mais je me sens chez moi dans cette ville. »

Vera prit une gorgée de vin en l’écoutant. Ils avaient la même vision ce qui la faisait sourire encore et encore. Il ne fallait pas grand-chose pour que cet instant la propulse dans la sphère de la nostalgie. Regardant autour d’elle : à la recherche du détail qu’elle aurait manqué, mais surtout pour éviter de regarder Demetrio. Elle avait dû mal à se plonger dans ses yeux quand elle parlait de Winston. Comme si cela n’était pas… Normal encore. Elle devait s’habituer. Ils devaient s’apprivoiser tous les deux puisqu’elle avait forcé le destin en poussant une rencontre que le jeune homme n’aurait probablement jamais accepté d’en d’autres circonstances. Devant le fait accomplis : Demetrio aurait pût lui claquer la porte au nez sans qu’elle n’ait son mot à dire.

« Cela serait parfait. » Elle attrapa un stylo posé devant elle et griffonna son numéro ainsi que son adresse email. « Je… N’hésitez pas à m’appeler. »

Cela lui ferait plaisir mais elle se doutait qu’il était inutile de le préciser. Le jeune homme devait s’en douter. Son commentaire sur les enfants l’amusa. Alessio n’arrêtait pas de dire ça et pourtant avec son fils tout se passait bien.

« Ne vous en faites pas, ils sauront vous conquérir vous pouvez me croire et me faire confiance. Ce sont des enfants qui n’ont jamais rien eu, qui doivent tout reconstruire par eux-mêmes. » Vera était fière de pouvoir les aider. Elle se sentait utile au moins.

« Je vous l’apporterais. » Cette liste, elle savait exactement où elle était. La chanteuse en ferait une copie à l’homme qui portait le cœur de son frère. Qui sait : il pourra apprivoiser plus facilement cet organe. Et puis il pourra accomplir le reste.

Curieuse de savoir qu’elle femme allait clamer le cœur de Demetrio, elle se permit de lui poser la question. Il avait le choix de ne pas répondre si tel était son choix. Elle ne le forcerait pas. Jamais. Vera sourit en l’entendant dire qu’elle était spéciale. C’était cute. Prenant son courage à deux mains, elle se permit de lui demander si elle peut sentir une nouvelle fois le cœur du jeune homme. Elle est surprise quand il prend sa main pour la poser lui-même sur sa poitrine. Elle sent les battements forts de ce palpitant qui a changé de cœur. Les larmes montent à ses yeux et elle se fait violence pour ne pas céder à la tentation de les laisser dévaler ses joues pâles.

« Oui… Il l’est. »
Vera ne pouvait pas le nier. C’était… Étrange. Elle ne savait pas vraiment quoi penser de tout ça. « Une part de moi veut partir pour ne pas vous déranger. Une autre veut rester et apprendre à vous découvrir. Vous voir évolué avec ce cœur sur lequel pourtant je n’ai jamais eu de droit. » Elle enleva sa main pour boire son verre de vin. « Maintenant que je suis devant le fait accomplis : je crois que … Que l’on peut beaucoup s’apporter. Je serais toujours là si vous avez besoin de quoique ce soit. »


No more and yet no less
« Love all, trust a few, do wrong to none. » Shakespeare by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t393-demetrio-o-la-terre-tour http://www.ciao-vecchio.com/t455-demetrio-o-take-a-sad-song-and-make-it-better
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Sean O'Pry ©Lux Aeterna + Laura (gif Magdem)
Multi-comptes : Dante, Enzo, Erio, Stefan
Messages : 585 - Points : 1654

Âge : trente-deux ans
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Sujet: Re: [Terminé] To these memories I will hold. ⁂ Demetrio ( le Mer 1 Nov - 23:59 )
« Et aujourd’hui, est-ce un choix ? » Il ne sort pas du même monde. Sa mère n’a pas toujours été là pour lui, si on peut dire qu’elle l’a été. Son père a fait ce qu’il fallait pour qu’il ait une profession dans la vie, l’a poussé à aller de l’avant, mais Demetrio n’a pas l’impression qu’il ait pris trop de décision à sa place. S’il est ingénieur, multimilliardaire, c’est parce qu’un jour, il s’est réveillé en se disant que si on ne croyait pas en lui, il allait lui-même se faire une place au sein du secteur naval. Il ne pensait pas arriver jusqu’à être réputé au point d’avoir sa page Wikipédia. Ce n’est pas ce qu’il cherchait à la base, mais il est fier de tout ce qu’il a entrepris. « Je comprends. Je vois les choses de cette façon, aussi. Ravi de partir, mais bien content de rentrer et retrouver les bonnes habitudes. » Les bonnes adresses, les gens qu’il côtoie dans la vie de tous les jours. Camillo, son chauffeur qui a pris une place bien plus importante qu’il ne le laisse penser, mais il espère bien que l’homme s’en doute. Depuis le temps qu’il travaille pour lui et avec tout ce qu’il connait de lui, son opération… C’est quelqu’un de bienveillant, sur qui il peut compter, qui vient même lorsque Demetrio ne lui demande rien. Il est présent à chaque fois qu’il passe à l’hôpital et à chaque fois, c’est la surprise. Camillo fait partie de la famille qu’il a choisie.

Son mail écrit, il récupère le morceau de papier qu’il range soigneusement dans son portefeuille, se promettant de la rappeler. « Je n’hésiterai pas. » Il aimerait le lui promettre, mais il évite de prononcer de tels mots depuis son opération. Il les pense néanmoins très fort. Il sait qu’il la recontactera, qu’il ne manquera pas à ses engagements. Les enfants verront un vrai bateau, de l’extérieur et de l’intérieur. « Permettez-moi d’en douter, mais je ferai ce qu’il faut pour que tout se passe au mieux. » Autant dire que ce ne sera pas évident pour lui qui est plus habitué à parler à des adultes qu’à des gamins qui voient le monde d’une autre manière, avec bien plus d’innocence, bien qu’ils aient déjà vécu des choses difficiles. Tout comme Vera qui a dû faire face à la perte de son frère, alors lui refuser qu’elle puisse poser sa main sur son cœur est inenvisageable. Il voit bien à ses yeux larmoyants qu’elle en a besoin. « Vous ne me dérangez pas. Vous pouvez rester. Il n’est pas utile de se poser des tonnes de questions, ou de culpabiliser. » Les choses sont faites, elle est là maintenant et Demetrio ne peut plus faire comme si de rien n’était. Ce lien qui est en train de naître est bien plus fort qu’il ne le pensait. Ils ne se connaissent pas et pourtant, il a l’impression que leur relation est déjà très intense, très fusionnelle. « Je vous retourne la même chose Vera. Si vous avez besoin, il ne faudra surtout pas hésiter. » A son tour, il récupère le stylo et note sur un morceau de papier son numéro. Elle sait déjà où le trouver, mais avec son emploi du temps, il est parfois difficile de le joindre. Avec son numéro de téléphone, les choses seront bien plus simples.

Spoiler:
 


J'ai toujours vécu comme ça, gardant une distance confortable. Et jusqu’à maintenant, je me suis juré que je me satisferais d'un rien avec la solitude. Parce que rien de tout ça n'avait jamais valu de prendre le risque, mais...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] To these memories I will hold. ⁂ Demetrio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] To these memories I will hold. ⁂ Demetrio -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli