Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Je suis absent-e : du 21 mai au 7 juin
Messages : 638 - Points : 1205

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Dim 13 Aoû 2017 - 19:05 )



IF YOU LEAVE ME NOW...
Please don't go



Cela devait être une erreur. Cela ne pouvait être autre chose qu'une erreur. Elle avait pourtant parfaitement entendu Nicole Varinski s'esclaffer dans le salon de thé. Le petit anglais qui avait fait toute une scène concernant un simple vase (Angèle avait envie de lui mettre une gifle tant son ton hautain et son inculture l'exaspéraient) allait bientôt rentrer chez lui. Angèle avait feint de ne pas s'intéresser à la nouvelle lorsqu'elle l'avait entendue quelques jours plus tôt. Elle avait ouvert ses yeux comme si cela l'étonnait et avait répondu nonchalamment  « Really? This is weird, I thought the director liked him. » Cette russe qui avait émigré aux Etats-Unis à l'âge de vingt-deux ans, préférait parler en anglais et écorchait chaque mot de la langue de Shakespeare. Mais le dialogue dans la langue natale d'Angèle avait un grand avantage: tous ne le comprenaient pas. C'est ainsi que Nicole lui répliqua que ce n'était pas le directeur qui cherchait à se séparer de son larbin. C'était Tobias lui-même qui avait décidé de partir. Pourquoi? Quand? Nul ne le savait. Angèle était rentrée chez elle totalement bouleversée. Gianluca pensait que c'était dû à l'exposition qui approchait et à sa première apparition publique depuis des mois. En effet Angie avait travaillé durement ces derniers jours. Elle avait rattrapé son retard et était parvenue à finir des oeuvres qu'elle pensait ne jamais terminer. Tout cela... pour éviter de penser à lui. Mais voilà qu'elle avait beau se cloîtrer dans d'autres choses, Tobias trouvait toujours une manière de s'imposer à son esprit.

Tournant dans son lit, elle ne parvenait plus à trouver le sommeil. Le visage moqueur de Nicole ne cessait de lui revenir en tête. A côté de lui, il y avait celui perdu de Tobias. Se pouvait-il que cela soit vrai? L'Italie n'était pas toujours clémente pour certains artistes. Historien, Tobias pouvait faire une carrière plus intéressante en Angleterre, cela aurait du sens. Mais non... "There's no way he... I can't... He would tell me if... No, I can't belive... But, he looked so sad the last time... My God, he will leave, that's it, he will leave. How can I think he wouldn't? Oh Gosh, Angie, shut up! Sleep!" Ses pensées ne lui donnaient aucun répit. Et alors qu'il était deux heures du matin, elle finit par céder à la tension qui l'habitait depuis trois jours. Gianluca était parti en voyage d'affaires quelques heures plus tôt et cela avait permis à la blonde de ne plus avoir à prétendre aller bien. Elle se leva, enfila un gilet en pilou, il faisait frais dehors et partit sur la terrasse. Faisant rouler une cigarette entre ses doigts, elle cherchait à se décompresser. Mais rien n'y faisait. Tobias agitait son esprit comme jamais. "How can he dare?" Sans plus réfléchir, elle rentra à l'intérieur, enfila une veste par dessus son pyjama deux pièces en satin et partit dans le garage. Il faisait pleine nuit quand elle gara sa voiture devant l'entrée de l'immeuble de Tobias. Elle avait son adresse depuis quasiment un mois. Elle était déjà venue pour regarder où il vivait, sans oser sonner à sa porte. Quelqu'un sortit du bâtiment alors elle courut pour se faufiler à l'intérieur sans avoir besoin de sonner à l'interphone.

Arrivée devant l'appartement numéro 22, son coeur battait à toute vitesse. "What are you doing here? Go back home!" Mais elle n'avait aucune intention de faire demi-tour. Elle sonna d'abord. Puis prise de froid et ensuite de panique. Et s'il était déjà parti? Elle se mit à tambouriner sur la porte avec force. Lorsque cette dernière s'ouvrit, son visage s'éclaircit bien que légèrement seulement. « Where do you think you go? Did you even think I wouldn't know? How can you leave without telling me?  »
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Opy & Ealitya
Multi-comptes : Vera & Vittoria
Messages : 355 - Points : 1088

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Dim 13 Aoû 2017 - 21:58 )

If you still care, don't ever let me know.
Angèle De Santis & Tobias Spilsbury


« Tobias… Il est temps que tu rentres. » Lui avait dit sa mère en hébreu. « Et arrête de boire je t’en prie… »

La raison était suffisamment pressante pour prendre l’avion. Son père vivait probablement ses dernières semaines dans le meilleur des cas. Ses jours étaient en réalité comptés. Tobias ne voulait pas l’accepter, il ne pouvait pas se faire à l’idée que bientôt son père partirait pour un royaume qui ne lui était pas encore ouvert. Cela lui crevait le cœur, rendait un peu plus son existence malheureuse. Comment un homme de sa carrure pouvait-il être battu par un cancer du foie ? Lui qui avait passé sa vie à se battre et à défendre ses idées ; lui qui a toujours été l’homme fort : le super héros de Tobias. Malgré les nouvelles pièces ramenées d’Herculareum : il ne trouvait aucune paix. Aucun repos dans le travail et surtout pas un répit. Rien qui ne pouvait nourrir ses démons pour qu’il se tienne tranquille. Et quand il ne pensait pas à sa mère : ce sont les traits d’Angèle qui sourdait le reste de sa volonté. Le seul rayon de soleil dans sa vie résidait en la personne de Sofia et de Théa. Deux femmes qui lui ont permis de se redresser et d’encaisser les coups que la vie avait en réserve pour lui. Apparemment les affres du passé n’étaient pas assez lourdes pour cette pauvre âme. Il faut que son père lui soit arraché.
On sonna puis on tambourina à la porte. Sa mère bougeait de droite à gauche sur l’écran comme si elle pouvait voir.

« Qui est-ce ? Tu attends quelqu’un ? » Tobias souffla et continua de parler dans ce qu’il estimait être sa langue natale : « Non, mais ne t’en fais pas. Je ne suis pas à Tel-Aviv, je ne crains rien ici. » Il se leva avec son verre à la main et ouvrit la porte.

Sa stupeur fut totale lorsqu’il vit qu’Angèle se tenait derrière la porte. Il se décala pour la laisser rentrer, parce qu’à ses paroles y compris que ce n’était pas de passage. Elle était encore en pyjama. De la matière noble pour une femme aussi belle était de mise. Il referma derrière elle la porte et termina son verre.

« Who have told you that ? » Sa mère ne laissa pas la jeune femme répondre. Elle reconnut immédiatement celle qui aurait du être sa belle-fille. Elle est d’ailleurs stupéfaite : « Angèle ? » Levia regarda son fils et continua de lui parler en hébreu : « Je te rappelle tout à l’heure… Viens au plus vite. Si tu ne le fais pas pour ton père… Fais le pour moi. » Puis elle raccrocha.

Tobias soupira longuement et alla se resservir un whisky. Il versa dans un autre verre du gin et du tonic.

« I’m not leaving forever. » Il prit une longue inspiration, toujours dos à Angèle il tentait de trouver un moyen de lui dire. « It’s my dad. He is dying. » Il n’y avait pas de bonne ou de mauvaise façon d’annoncer ça. « Mother wants me to come back home, to be with him for his last moments. But... I'm not ready... »

Il essuya les larmes sur son visage et tendit un verre à Angèle. Leur chat roux arriva en miaulant et se frotta immédiatement aux jambes d'Angèle.

« I’m not the only one who came in Naples. » Il se laissa tomber sur le canapé et révulsa sa tête. Sa main frotta plusieurs fois son visage, mais ses yeux humides et son visage bouffis témoignait de son état. « I need to go back… I’ve already too many regrets in my life. My mother needs me too. » Tobias ferma les yeux et deux larmes coulèrent le long de ses tempes : « Why did you came ? It is early, your husband might get worried. »
AVENGEDINCHAINS


you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Je suis absent-e : du 21 mai au 7 juin
Messages : 638 - Points : 1205

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Lun 14 Aoû 2017 - 16:22 )



IF YOU LEAVE ME NOW...
Please don't go



Elle avait entendu des voix. Elle tambourinait d'autant plus fort qu'elle craignait de le trouver avec quelqu'un. Sa peur était tellement paradoxale. Qu'il soit là ou non, elle sentait qu'elle s'apprêtait à souffrir. Elle n'avait pas le droit de le retenir et pourtant elle estimait qu'il n'avait pas celui de partir. S'il était avec quelqu'un, s'il partait pour quelqu'un d'autre, son coeur allait s'émietter sans aucun doute. Il ouvrit la porte et elle put lire l'étonnement sur son visage. Il s'était décalé pour la laisser entrer et elle se sentit obligée de le faire. Une dame ne faisait pas de scandale dans le couloir. Une dame ne faisait pas de scandale tout court. Mais avec Tobias, elle n'avait jamais dû faire semblant d'être quelqu'un d'autre. Elle était juste elle. Pas Signora De Santis.

Alors qu'il venait de lui demander d'où elle avait appris la nouvelle, elle souhaitait lui crier que cela n'avait aucune importance. Elle était désespérée de l'entendre confirmer qu'il partait. Mais elle n'eut pas le temps de parler qu'une voix familière se hissa entre eux. C'était la mère de Tobias. Une émotion sans pareille submerga la jeune femme lorsqu'elle reconnut le visage de celle qui devait devenir sa belle-mère autrefois. Mais celle-ci n'attendit pas qu'Angèle sorte de son émerveillement. Elle dit quelques mots qu'Angèle ne put comprendre et la fenêtre où s'affichait son visage disparut instantanément.

Tandis que Tobias se servait à boire, Angèle tentait de maintenir ses craintes silencieuses. Elle regardait discrètement autour d'elle, curieuse de découvrir dans quel endroit son Toby vivait. Lorsque les mots fatidiques quittèrent la bouche de Tobias, elle se sentit défaillir. « Oh... Toby...  » Tandis qu'il parlait, des larmes coulaient sur son visage. Il tendit un verre à Angèle et celle-ci le saisit, bien qu'elle n'avait aucune intention de boire à deux heures du matin. Elle n'avait rien mangé de consistant depuis près de trois jours, il aurait été mal venu de mettre de l'alcool sur cet estomac vide. Une boule de poils roux se glissa entre eux et Angèle crut pendant un court instant qu'elle rêvait. « What...  » Tobias confirma ce qui semblait être impossible. « I thought I would never see this little thing again. » Elle se pencha pour poser sa main sous son menton mais le chat était méfiant. Elle avait été portée disparue pendant si longtemps, il était normal qu'il boude. Probablement tout comme elle boudait Tobias.

Le roux se laissa tomber dans son canapé et Angèle ne put s'empêcher de remarquer qu'il avait l'air terriblement mal. Son père était malade, mourant même. Il y avait de quoi aller mal. Elle déposa le verre qu'elle n'avait pas touché sur la table basse et partit s'asseoir dans le canapé, près de lui. Elle était soulagée qu'il ne parte pas définitivement. Mais la triste nouvelle n'était pas pour lui plaire. Elle avait connu Monsieur Spilsbury et il avait toujours été un homme qu'elle avait aimé. Angèle s'attachait facilement aux gens, c'était vrai. Mais Monsieur Spilsbury avait ce quelque chose ... il avait les gênes de son fils. Elle voyait en lui tant de bonté et de détermination. Un peu avant les fiançailles, il lui avait demandé si elle était amoureuse de son fils. Il y avait une véritable bienveillance dans les yeux du père. Il voulait ce qu'il y avait de meilleur pour son rejeton. Elle n'avait pas su quoi répondre, déroutée par cette question surprenante. Bégayant et ne sachant comment lui dire qu'elle en était folle sans pour autant être impolie, le père de Tobias avait éclaté de rire et avec bonne humeur l'avait prise dans ses bras. "I'm so happy he found you, you have no idea." Angèle se lova contre Tobias, passant un bras autour de son torse pour le tenir contre elle. « I was afraid of... losing you again. » Il lui avait parlé de son époux mais elle ne voulait pas ramener Gianluca sur le tapis. « You should go and see your father Toby... I understand what you feel, I really do...  » Elle se rappelait à quel point on se sentait désarmé quand on apprenait qu'on ne pourrait probablement plus jamais serrer dans ses bras l'être qu'on aimait le plus au monde. « But even if it's hard, you have to go and be with him now. Not everyone gets the chance to say goodbye.  » Elle pensa intérieurement qu'elle n'avait pas eu cette chance avec lui. Elle tourna son visage alors vers celui de Tobias et passa ses longs doigts sur sa joue qui était encore humide. « I never got the chance to tell you goodbye and I hope I will never have to. » Il y avait tellement de non dits dans cette petite phrase. Elle ne gérait plus ce qu'elle ressentait. Elle avait cru devenir folle ces derniers jours. Elle avait dû brûler deux trois de ses croquis, craignant que De Santis tombe dessus et ne comprenne ce qui se passait dans son coeur. Elle avait des bleus sur les épaules, il l'avait maltraitée quand il avait constaté qu'elle était si lunatique. Il sentait comme Angèle était en train de lui échapper alors qu'elle était dans la même pièce que lui. Mais Angèle ne sentait plus ses douleurs physiques, elle avait quelque chose qui l'aidait à faire face. L'espoir. L'espoir de le revoir. Rien de plus: juste voir son sourire au détour d'une rue, lui serrer la main lors d'un gala... Et puis tout s'était effondré lorsqu'elle avait cru qu'on lui ôtait ce dernier plaisir, lorsqu'elle avait cru qu'il s'en allait pour toujours.
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Opy & Ealitya
Multi-comptes : Vera & Vittoria
Messages : 355 - Points : 1088

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Lun 14 Aoû 2017 - 23:47 )

If you still care, don't ever let me know.
Angèle De Santis & Tobias Spilsbury


Levia avait de tout temps adoré Angèle, elle pensait que son fils n’aurait pas dû lui cacher son retour. Mais d’un autre côté, en tant que mère : elle comprenait également cette décision. Elle coupa court à la conversation qu’elle avait son fils se doutant bien qu’en cet instant ce n’était pas d’elle dont il avait besoin. Tobias aurait pourtant aimé qu’elle reste en ligne, au moins il aurait trouvé une autre raison pour ne pas se renfermer sur lui-même. En cet instant, il n’avait clairement pas envie de faire un effort quelconque. De jouer le fort, celui qui pouvait vivre avec cette distance entre eux. Aujourd’hui il n’était pas un brave petit soldat : juste un petit garçon au cœur meurtrit qui noyait son chagrin comme un adulte avec de l’alcool.
Son verre à nouveau remplit, il servit à Angèle ce qu’elle aimait. Tout du moins, ce qu’elle buvait quand ils étaient encore ensemble il y a des années de cela. Finalement, il trouva le courage d’annoncer pourquoi il partait. De retour à ses côtés, il tentait pour la dernière fois de faire bonne figure. Mais il n’avait aucune volonté. Leur chat avait toujours été là pour lui, il calmait ses anxiétés et ses angoisses notamment la nuit. Il était un loyal et fidèle compagnon.

« I couldn’t let him behind… » Cela sonnait comme une évidence. « Sometimes, he is the only thing that save me from my sorrow. » Parce qu’il comptait sur Tobias pour remplir son bol. Cela donnait une dynamique dans sa vie.

Le matou ne tarda pas à rejoindre Tobias et à chercher sa main. Il avait bien compris que son maître avait besoin de lui. L’Historien remarqua que la dame avait posé son verre sans le toucher :

« If you prefer a tea or a coffee… Let me know. » Les civilités étaient de mises. Il ne perdait pas ses bonnes manières si facilement.

Alors que deux larmes coulèrent le long de ses tempes, il fut surpris de sentir le bras d’Angèle suivit du reste de son corps. Elle était là, contre lui et un sanglot sortit de sa gorge sans qu’il puisse le contrôler. Pourquoi lui faisait-elle cet effet ? Pourquoi n’arrivait-il pas à savourer ce moment ? Pourquoi est-ce que cela était si douloureux ? Il ne mit pas de temps à passer son bras autour d’elle et redressa sa tête pour enfouir le bas de son visage dans ses cheveux blonds.
Il l’écoutait parler, elle avait raison et son discours était similaire à celui que sa mère lui a tenu pendant des heures. Tobias devait y retourner.

« I can't… » Cela sonnait comme une plainte, il tentait d’arrêter ses sanglots et ses larmes en inspirant et expirant doucement : mais cela était inutile. « I’m not strong enough. » C’était la triste vérité. « I’ve lost so many people I loved. »

Tobias n’avait pas le choix, comme lorsque ses amis lui ont été arrachés dans le désert. Il les avait vu disparaître un à un sans pouvoir faire quoique ce soit. Ce sentiment d’impuissance le rendait fou. Il serra son verre  de rage.

Et puis finalement, il relâcha la pression quand son regard se plongea dans celui d’Angèle. Il la laissa caresser sa joue humide. N’osant pas bouger de peur de briser ce moment qu’il avait tant de fois rêvé. Il y avait tellement de choses qu’ils n’avaient pas vécues. Ces pensées mettaient de l’huile sur le feu. Il posa son visage dans sa main avant de venir embrasser le poignet de la belle.

« I’m not leaving you anymore. » Cela était dit. « I’m always learning from my mistake you know. » Tobias ferma les yeux et reposa sa tête dans le creux de sa dextre. Il savourait cet instant comme s’il était le dernier : « No matter what, I will be here for you. Always. »

Le chat s’était mis sur ses genoux et ronronnait en les regardant comme s’il comprenait. Comme s’ils savaient que les deux âmes devant lui avaient besoin de l’une et de l’autre.

« Will you be able to take care of Tobyele while I’m away ? »

AVENGEDINCHAINS


you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Je suis absent-e : du 21 mai au 7 juin
Messages : 638 - Points : 1205

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Mar 15 Aoû 2017 - 9:51 )



IF YOU LEAVE ME NOW...
Please don't go



Comment pouvaient-ils combattre les désirs de leurs coeurs? Pouvaient-ils seulement le faire? Elle avait pensé qu'il partait et alors elle avait réalisé à quel point cela serait dévastateur de le perdre à nouveau. Elle savait parfaitement que cette histoire n'aurait pas un happy end, car rien ne pouvait se combiner parfaitement ici. Mais elle ne pouvait pas le laisser partir sans rien dire. Et alors qu'elle venait, en pyjama, battre à sa porte... Angèle découvrit que Tobias ne partait nulle part. C'était le sieur Spilsbury qui comptait s'envoler pour l'éternité. C'était une triste nouvelle, trop triste que pour parler de leurs problèmes en ce moment. L'américaine avait beau en vouloir à son british, elle ne pouvait lui garder rancune en ce moment. La mort... elle avait appris ce que c'était à ses dépens. Elle avait entendu parler de son fiancé comme d'un homme que jamais elle ne reverrait. Mais il y avait eu la mère d'Angie avant, cette mère qu'elle n'avait pas assez connue.Elle se souvenait encore de cette image douloureuse qu'était celle de sa mère allongée sur un lit d'hôpital. Angèle avait peu de souvenirs de cette époque là, elle était tellement petite. Mais cette image était tellement violente qu'elle avait marqué son esprit de jeune enfant. Une femme tristement belle, couchée immobile, attendait la mort. Elle avait refermé ses doigts autour de la petite main d'Angie et cette dernière s'était hissée sur le lit pour se rapprocher de celle qui s'apprêtait à la quitter. Sa mère avait des larmes au bord des yeux bien qu'elle souriait d'un sourire las mais heureux. La petite ne comprenait rien, elle savait juste que ce qui se passait autour d'elle était grave. Son père avait cherché à la protéger en évitant de lui expliquer ce qui pourrait la traumatiser. Mais sa mère avait fermé les yeux, là devant elle. Elle aurait pu juste s'endormir mais Angèle sentit le froid l'envahir lorsque ces yeux furent fermés. Elle serra la main de sa maman qui la serra faiblement en retour. Une dernière fois. Elle ne rouvrirait jamais les yeux, Angie l'avait compris tout de suite. Des larmes perlaient aux yeux d'Angèle en ce moment, comprenant que même si c'était dur, Tobias avait besoin de ces derniers instants avec son père.

Il lui avait dit que seul leur chat pouvait encore parfois le sauver de son état de tristesse. Et elle aurait voulu se damner de ne pas avoir été là. En vérité elle le condamnait lui. Mais il allait tellement mal... Peut-être que ce mal l'habitait depuis trop longtemps déjà. Elle secoua légèrement la tête à sa proposition de lui servir autre chose. Comme toujours, Tobias voyait tout. C'était un garçon si prévenant, si généreux. Pourquoi avait-il tout foutu en l'air? La passion... La passion est tellement destructrice. Aujourd'hui encore elle faisait des ravages dans le coeur d'Angèle. Elle aimait deux hommes totalement différents qui tous deux lui faisaient presque autant de mal l'un que l'autre.

Il ne pouvait pas aller auprès de son père, c'était ce qu'il pensait. « Toby... » Mais il ne la laisserait pas argumenter dans le sens contraire. Si elle voulait lui dire qu'il était plus fort qu'il ne le pensait, il lui répondait déjà qu'il avait perdu trop de monde pour supporter une perte supplémentaire. Elle ne dit plus rien, se contentant de passer sa main sur sa joue. Leurs regards se croisèrent et Angèle savait que ces moments-là, entre eux, c'était une évidence. Ils avaient été interrompu par le temps, par la vie... Mais ils étaient faits pour vivre ces événements-là ensemble. « Always » répéta-t-elle de cette voix endeuillée. Il avait déjà promis des choses dans le passé. Ce mot avait déjà été prononcé. Mais elle voulait le croire. Même si elle savait que cela ne pourrait mener à rien de bon. Elle chassait des démons intérieurs quand Tobias la rappela à la réalité. « Tobyèle? » Elle était surprise qu'il lui fasse cette demande. Il venait de dire qu'il ne se sentait pas de partir. Comme quoi, il savait qu'il n'avait pas vraiment le choix. Son père n'attendrait pas. « When do you leave? » Elle regardait le chat qui se frottait contre le pied de la table. Une fois assis, celui-ci se retourna et commença à faire son gros entretien. Une patte lui servait de brosse à laver et le reste du corps passait sous ses soins. Tandis qu'elle se disait que le chat aurait fait du bien à Tobias là-bas et qu'elle s'apprêtait à lui demander s'il ne ferait pas mieux de le prendre avec lui, Angèle eut une autre idée. « Would you let me come with you? » C'était inattendu et elle-même ne savait pas trop pourquoi elle avait posé cette question. « I've known him and he's been... so kind to me. » Elle retenait ses larmes pour ne pas provoquer la douleur de Tobias. « I would like to be there too. If you want me to and if your mother accepts of course. »
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Opy & Ealitya
Multi-comptes : Vera & Vittoria
Messages : 355 - Points : 1088

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Mar 15 Aoû 2017 - 22:39 )

If you still care, don't ever let me know.
Angèle De Santis & Tobias Spilsbury


Peu importe au combien Tobias aimait la belle, ils ne pouvaient pas être ensemble. Elle lui en voulait toujours et elle avait le droit d'être en colère et rancunière le concernant. Et puis il y avait aussi l'époux d'Angèle qui n'était pas seulement un détail dans l'équation. Il était le problème principal. Il n'avait pas l'air d'être le genre d'homme à laisser partir ce qu'il lui appartient. L'Historien l'avait remarqué. Il se doutait bien que les hommes qui étaient plantés toute la sainte journée devant le Musée n'étaient pas là par hasard. Il s'entichait à nouveau d'une femme qu'il ne pourrait jamais avoir. Il devrait se concentrer sur Thea, ou une autre personne : tant qu'elle ne s'appelait pas Angèle et qu'elle ne possédait pas son coeur, son âme : ce qui faisait de lui Tobias Spilsbury. Et s'il ne trouvait personne, il pourrait toujours compter sur leur chat pour lui remonter le moral. Après tout, ils l'avaient adopté ensemble non ? Il devait prendre cet avion et il ne pouvait pas prendre le matou roux dans sa valise. Alors, il demanda à Angèle de prendre soin de lui. Elle était une personne de confiance après tout et au final : ils l'avaient adopté ensemble. Tobias préférait passer à autre chose plutôt que de revenir sur les paroles qu'il avait prononcé. Elles étaient idiotes, mais surtout inutiles. Qu'importe que la jolie blonde répète ce fameux mot devenu célèbre grâce à Harry Potter.

« Yes, this is how we were calling our cats. Remember ? We were drunk and we were dancing at the light of the moon and then he appears out of nowhere and we laugh... Then we decided to find him a cute nickname. »

A sa question, il pousse un long soupire :

« In two days. Just the time for me to leave the last instruction to my assistante. »

La suite le laissa pantois, pour ne pas dire que le cul. Comment ça elle voulait venir ? Le pouvait-elle seulement ? Les yeux de Tobias la scrutèrent : il était bien trop surpris pour pouvoir articuler quoique ce soit. Etait-ce une mauvaise blague ?

« Angèle... » Commence-t-il : « You have your life here. I'm not sure your husband will let you go with me or anywhere else without him... » Il se retient de dire qu'il avait vu la façon dont il avait posé sa main sur sa hanche au gala. « Of course you can come. He was always very fund of you, you know. » Tobias finit par s'éloigner, non sans embrasser le front d'Angèle avant de se lever. Il termina son verre cul-sec. « But we both know you can't come. »

Il posa le recipient vide sur la table, attrapa le verre de la belle pour le terminé et les amener tous les deux dans la cuisine ouverte sur le salon. Une fois dans levier, il souffla longuement. L'alcool montait enfin à son cerveau :

« It's late, I will prepare the guest room. I don't want you to have an accident. »

Et sur ces mots, il s'enfonça dans le couloir plongé dans l'obscurité pour faire le lit dans la chambre d'ami. Cela leur éviterait de faire des projets irréalisables.
AVENGEDINCHAINS


you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Je suis absent-e : du 21 mai au 7 juin
Messages : 638 - Points : 1205

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Mar 15 Aoû 2017 - 22:41 )



IF YOU LEAVE ME NOW...
Please don't go



Il y avait une atmosphère triste entre eux. Et pour cause. Il était question de mort. Celle qui venait chercher le père de Tobias, cet homme si bon et fort à la fois. Tobias avait de grosses responsabilités qui l’attendaient, c’était certain. Et il voulait l’aide d’Angèle concernant la petite pelote rousse qu’ils avaient adopté ensemble. Il lui rappela d’où provenait le surnom du chat. Elle n’avait pas oublié mais elle avait enterré certains de ses souvenirs avec Tobias : dans une tombe éphémère. Elle revit alors son fiancé la faire chavirer sous les rayons de lune, elle entendit son rire maladroit et leurs rires étourdis par l’alcool lorsque le chat avait pointé son nez. « Of course I remember. How could I forget ? » Mais elle ne voulait pas savoir d’où le chat tenait son petit nom. Elle voulait savoir autre chose. Si elle avait répété le prénom avec cet air d’interrogation dans la voix, c’était parce qu’elle avait été surprise qu’il veuille lui confier le félin pendant son absence. Quand partait-il ? Deux jours. Il ne voulait pas partir mais tout était déjà prévu. « I see. » fut sa réponse. Deux jours. C’était peu. Et elle ne savait quand il reviendrait. Elle espérait pour lui qu’il aurait de bonnes semaines avant de devoir dire un adieu définitif à son paternel. Mais son cœur égoïste ne voulait se passer de lui si longtemps. Pourtant quand il était là, elle ne le voyait pas. Elle ne le pouvait pas. Il y avait ce risque qu’on les surprenne et ô que les gens aimaient parler. Cela pouvait faire de sales rumeurs. Alors elle ne pouvait que l’éviter. Mais là, alors qu’il allait quitter le paysage, alors qu’elle souffrait aussi de savoir son ex futur beau-père sur le seuil de la mort… une idée folle lui traversa l’esprit. « He doesn’t own me. » Son ton était sévère et fâché. Gian pensait effectivement qu’elle était sa possession et qu’elle ne pouvait rien faire sans son accord. Que Tobias insinue la même chose la blessait profondément. Elle avait toujours eu une nature indépendante et tellement… libre. Sa liberté lui manquait affreusement.

Tobias avait dit qu’évidemment elle pouvait l’accompagner. Mais l’expression de son visage traduisait une toute autre décision. Et comme si c’était une fatalité, il conclut le tout par une sentence opposée. Elle avait voulu le reprendre, le confronter. Mais il avait l’air tellement las qu’elle n’était pas prête à se disputer maintenant. Seulement, elle ne comptait pas lui donner gain de cause aussi facilement. Et lorsque Angèle ne criait pas, elle savait s’arranger pour obtenir ce qu’elle voulait autrement. Elle avait été une enfant gâtée dès son plus jeune âge. Son père l’avait dorlotée pour combler l’absence de sa mère. Et elle était habituée à ne pas prendre les refus. Elle trouverait un moyen d’arriver à ses fins.

Il était effectivement tard mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il l’invite à passer la nuit chez lui. Elle n’avait rien bu, elle pouvait conduire sans difficulté. Mais Gian était parti, il était en voyages d’affaires et il n’y aurait personne pour remarquer qu’elle avait découché. Puis, elle était déjà en pyjama sous son gilet en pilou. Tandis qu’il faisait probablement le lit qu’il lui avait promis, elle se leva et fit le tour de son salon. Il y avait des petits objets anciens, certains qu’elle reconnaissait, sur les étagères de sa bibliothèque. Il y avait une édition originale d’un livre de Dickens qu’elle avait achetée à une vente aux enchères en ligne, ça avait son cadeau pour leur premier anniversaire. Elle revoyait le visage heureux de Tobias en découvrant le livre et puis sa façon de secouer la tête « No, no, it can’t be mine. I accept it only if we share it. » Ils avaient cette passion pour la lecture en commun. Elle sortit le livre de la bibliothèque et ouvrit la première page où ils avaient tous deux imprimés l’empreinte de leur pouce. Ils ne voulaient pas le saccager avec des mots et des lettres qui n’appartenaient pas à l’auteur. Mais ils voulaient sceller que cette édition était la leur. Angèle se pencha et respira l’odeur du bouquin ancien.

Elle entendit du bruit dans la chambre qu’il lui préparait, et submergée par les émotions, elle redéposa le livre plus bas, sur le rebord de la bibliothèque. Partant retrouver son ex-fiancé, elle s’arrêta dans l’encadrure de la porte pour le regarder qui finissait de mettre une taie sur un oreiller. « I will come with you Tobias. He doesn’t need to know where I go. » Son ton était ferme mais son regard tendre. Elle s’approcha du lit fraîchement fait pour elle et ota le gilet qui la couvrait. Elle n’était plus très décente avec ce haut en satin dont la dentelle des rebords ne cachait que le minimum de sa poitrine. Ses cheveux lui tombaient dans le dos et elle les sentait qui lui chatouillaient la peau. S’asseyant sur le rebord du lit, elle passa un doigt dans sa chevelure, tentant de se concentrer dessus plutôt que sur toutes les émotions contraires qui l’animaient. Chipotant dans ses cheveux, il était clair qu’elle était agitée, c’était son tic nerveux le plus connu de ses proches. Elle releva son regard vers lui, sans trop savoir ce qui devait suivre. Se diraient-ils bonne nuit là, comme ça ? Partirait-il sans un mot ? S’asseyerait-il pour discuter encore un peu ? Elle commençait à regretter de ne pas avoir bu le gin qu’il lui avait donné.
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Opy & Ealitya
Multi-comptes : Vera & Vittoria
Messages : 355 - Points : 1088

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Mar 15 Aoû 2017 - 23:43 )

If you still care, don't ever let me know.
Angèle De Santis & Tobias Spilsbury


Parler du chat, de ce moment à eux. Rien qu’à eux, quelque chose que le temps ne serait endommagé, le rendait un peu plus nostalgique. Évidemment qu’il se doutait qu’elle n’ont plus n’avait pas oublié cette danse et ce fou rire. Il n’avait pas envie de connaître les derniers instants de son père, accepté qu’il était malade car cela rendait le tout terriblement plus vrai. Il n’était tout simplement pas encore prêt. Il l’était encore moins pour ce qui suivit. Pourquoi elle avait proposé de venir, Tobias n’arrivait pas à comprendre, il n’arrivait pas à saisir l'intérêt de dire une telle chose qu’ils savaient que ce n’était pas possible. Il avait depuis longtemps perdu l’espoir et préférait toujours s’attendre au pire. Cela était moins douloureux que d’espérer un peu de miséricorde de la part de la vie.

“True, but he is your husband and not the type that trust woman to go on their own.” Une réflexion comme ça, dit à la volette. Peut-être qu’il se trompait sur cet homme.

En connaissant Angèle aussi bien, cela l’avait surpris qu’elle n’essaye pas de s’émanciper alors qu’il l’a ramenait toujours à lui. Tobias qui était d’une nature observateur n’avait rien laissé échappé à son regard. Ni même les paroles échangées en compagnie du directeur lors du dîner. Gian avait une piètre opinion de la femme et cela en étant désolant.

Il termina les verres et préféra couper court à la conversation. Parler de l’impossible était bien trop douloureux, il était le genre d’homme à faire des plans sur la comète. A ne pas vraiment réaliser que ses souhaits n’étaient jamais réalisables. Tobias ne voulait pas croire et espérer qu’Angèle viendrait car la déception serait bien trop cruel. Il portait déjà assez de malheurs comme ça. Chaque homme avait sa limite et il commençait de plus en plus à l’atteindre.
Si Angèle était en état de conduire, de partir : Tobias ne faisait pas confiance aux autres chauffeurs. Il était hors de questions qu’elle prenne des risques inutiles alors qu’il avait une chambre de libre. Sans demander son dû, il tourna donc les talons pour préparer un lit propre et douillet à sa belle. Il aurait été déplacé de lui proposer le sien. La voix de la jeune femme le fit sursauter, il prit quelques instants pour se calmer. Il ne répond rien, se contentant de taper l’oreiller pour qu’il soit douillet avant de le mettre au milieu. Les mains dans ses poches, il baissa la tête alors qu’elle enleva son gilet. Pourtant, il releva les yeux pour caresser de ses iris la peau de son ancienne compagne. Elle était tellement jolie… Il était sincère quand il l’a complimenté l’autre soir : aucune statue n’égalait sa perfection. Une vague de désir montait en lui et le rouge lui monta rapidement aux joues avant qu’il remarque les bleus. Il souffla longuement. Ce n’était pas sa place de dire quelque chose après tout.

Tobias regarda à nouveau le sol et se dirigea vers la sortie. Il avait remarqué qu’elle commençait à jouer nerveusement avec ses cheveux.. Elle agissait pareil lors de leur première nuit. Celle où ils se sont découverts. Même après, il avait remarqué qu’elle faisait souvent ce geste pour occuper ses mains et cacher sa gêne. Il pouvait sentir son regard. Non. Il ne pouvait pas partir si facilement. Il le savait. Alors, il tourna légèrement son buste, sans pour autant la regarder. Ce qu’elle attendait de lui ? Il ne savait pas.

“If you need anything, please let me know. Bathroom is in front of your room. Toilet at the end of the corridor.” D’un geste nerveux, il tira ses cheveux en arrière : “I let the door open.” Leur char ne supportait pas les portes fermées : “Do you have everything you need ?” Finit-il par demander en continuant d’admirer le parquet.
AVENGEDINCHAINS


you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Je suis absent-e : du 21 mai au 7 juin
Messages : 638 - Points : 1205

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Mer 16 Aoû 2017 - 11:45 )



IF YOU LEAVE ME NOW...
Please don't go


Si seulement Tobias avait su quel genre d'homme était Gianluca, probablement qu'ils n'auraient plus eu ce genre de discussion. Il fallait être fou pour laisser la femme de De Santis chez soi en pyjama et au beau milieu de la nuit. Si le millionnaire l'apprenait, c'en était dit de l'un comme de l'autre. Mais Angèle, bien que sachant dans quel merdier elle se mettait, n'avait pas pu résister à venir malgré tout. Cependant, elle n'était pas d'humeur à discuter du tempérament de son mari. Il ne laisserait probablement pas Angèle partir avec Tobias s'il savait où elle allait et avec qui. Mais Angèle n'était pas non plus un chien domestique que l'on enchaînait dans le jardin et que l'on promenait en laisse. Certes, elle avait bel et bien une laisse, une laisse dorée qui plus est. Mais elle était aussi une chienne vagabonde, une chienne qui errait dans la ville sans se soucier de ce que son maître lui ferait à son retour. Gianluca avait beau être possessif, il était aussi tombé amoureux de cette personnalité rebelle et libre. C'était son esprit sans limite, les rêves qu'elle avait dans les yeux, qui lui avaient permis de passer outre ses réticences et de l'épouser. Parce qu'au début, il l'avait aimée correctement. Mais en dépit des erreurs de son mari, en dépit de ses défauts, Angèle ne parvenait pas à contrôler son caractère et elle demeurait celle qu'elle était. Elle s'était bien bridée un peu oui... mais totalement, certainement pas. Elle ne réagit pas à la remarque de Tobias, préférant abandonner le sujet momentanément.

Leurs regards n'avaient pas tant changé que ça. Lorsque Tobias finit d'apprêter le lit de son invitée nocturne, Angie le surprit à rougir. Déjà embarrassée par la situation, l'embarras de Tobias ne faisait rien pour diminuer le sien. Jouant frénétiquement avec une mèche de cheveux, elle attendait qu'il fasse un pas. Un pas vers elle ou un pas vers la sortie. Pour tout dire vrai, elle ne savait ce qu'elle espérait. Une part d'elle désirait qu'il vienne la prendre dans ses bras et qu'il la laisse panser ses blessures ô combien nombreuses. Une autre espérait qu'il fuirait en courant et fermerait la porte à clé derrière lui. Etre sa prisonnière était un bien doux fantasme. Si son époux ne la retrouvait pas et qu'elle vivait ici en catimini... C'était invraisemblable et Tobias le lui confirma en prenant congé d'elle. « Thank you » dit-elle pour le remercier de sa bienveillance. Il venait de lui indiquer où se trouvaient les commodités, prêt à partir. Il ne la regardait même plus, il était de profil, traînant le pas et respirant de cette manière nerveuse propre au Spilsbury. Il lui dit qu'il laissait la porte ouverte et elle fut tentée de lui demander pourquoi. Mais il lui demanda si elle avait tout ce dont elle avait besoin et la question de l'écossais chassa la sienne. "No. No. I don't. I need you." Mais les mots restèrent au creux de ses pensées. Au lieu de cela, elle esquissa un petit sourire contrit « Yes. » Tobias quitta sa chambre et la porte étant ouverte, Angèle le regarda marcher le long du corridor. Cette allure noble, cette carrure forte malgré ses faiblesses, sa façon d'avancer alors que le poids du monde était sur ses épaules. Elle recula dans le lit et une fois contre le dos du meuble, elle remonta ses jambes contre sa poitrine. "Toby Toby, why on earth did you come back to me?" Tout un tas de pensées s'agitaient dans son esprit. La douleur qu'il devait ressentir en ce moment et la solitude qui pesait probablement sur ses épaules. Elle n'était pas bien avec son époux. Mais elle avait une présence à ses côtés quand elle se sentait sombrer. Son mariage était loin d'être parfait, c'était presque une catastrophe même. Mais pourtant, parfois, Gianluca redevenait celui qu'elle avait aimé et alors il chassait d'un revers de main les douleurs de la jolie blonde. Mais Tobias n'avait personne. Et Angèle souffrait de le savoir ainsi seul. Si seulement il avait quelqu'un pour... Cette pensée lui transperça le coeur. Aussi égoïste que cela puisse paraître, elle ne supportait pas l'idée qu'une autre puisse consoler son coeur meurtri. Elle se leva sans trop savoir ce qu'elle faisait. Les lumières de l'appartement étaient éteintes depuis une bonne demi-heure déjà. Elle était dans le corridor, avançant à tatillons quand elle sursauta en réalisant qu'elle faisait une erreur, qu'elle ne devait pas aller là où son coeur lui dictait d'aller. Elle fit demi-tour. Mais après trois pas, elle s'arrêta à nouveau et pivota, ne sachant que faire. "God Angèle, when will you stop being so stupid? Behave! Go to bed. I should go to bed, right? Yes I should... But... " Elle se sentit défaillir. Se laissant glisser le long du mur, elle était assise à même le sol, cherchant à contrôler ce flux de larmes amères qui lui montaient aux yeux. Alors elle recommença ce qu'elle faisait autrefois quand il était au front et qu'ils ne pouvaient pas se parler. "Toby? Do you hear me? I'm so lost here. Please, please help me. Give me a sign, tell me what to do." Quand elle était perdue, elle s'isolait et criait son nom intérieurement, persuadée qu'il pouvait l'entendre. Et là, elle avait besoin de lui comme autrefois. Ils étaient à quelques mètres mais elle se sentait si loin de lui. Alors qu'elle répétait son prénom inlassablement dans sa tête, elle entendit un craquement provenant de la chambre de Tobias. C'était un signe. Ca ne pouvait pas être autre chose qu'un signe. Elle voulait y croire et elle décida que c'était le destin qui lui avait donné un coup de pouce. Elle se leva et marcha vers la chambre où Tobias s'était engouffré plus tôt. Dans la pénombre, elle ne distinguait quasiment rien. Juste une silhouette sous les draps. Elle était si légère que le sol ne craquait pas sous ses pieds et elle n'était donc pas sûre qu'il l'avait entendue entrer. Peut-être dormait-il profondément. Elle s'approcha du lit qui retenait le corps étendu de son ancien amant et caressa le visage qui dépassait sous la couverture. Le tressaillement qui provint de Tobias lui indiqua qu'il ne s'attendait pas à ce contact. Qu'il dorme ou non, elle continuait à le caresser, passant ses doigts dans sa chevelure sans s'arrêter. « Are you asleep? » Sa voix n'était qu'un murmure. Elle leva légèrement la couverture pour se glisser en dessous et venir se coucher contre lui. Il y avait tant de choses qui tournaient dans sa tête. Mais là, dans la pénombre de cette chambre, dans le silence de la nuit, elle sentait enfin sa tête s'apaiser. « You know I was mad at you... because I've missed you. And if I'm still mad at you, it is only because I still miss you. » "So much." Elle se recroquevilla légèrement pour se mettre en boule contre lui. « Is it okay if I stay with you tonight? »
⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Opy & Ealitya
Multi-comptes : Vera & Vittoria
Messages : 355 - Points : 1088

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le Mer 16 Aoû 2017 - 15:11 )
Il était évident qu'il devrait peut-être payer la présence de la belle dans son humble demeure. Ce n'était cela qu'il le faisait peur. Après avoir survécu à l'enfer : tout vous semble surmontable. Tobias avait créé une résistance à la douleur qui avait impressionné les docteurs. Naturellement, il avait encore peur de beaucoup de choses, mais de souffrir ne faisait plus partit de la liste non. De toute façon, chaque pensée ramenait son lot de douleurs alors avec le temps elles étaient devenues de vieilles et de tendres amies. Cette peine était tout ce qui lui restait de ses proches. De ses amis disparus et bientôt de son père quand ce dernier aura rejoint l'haut de-là.

En attendant, la scène que lui offrait Angèle était des plus gênantes et excitante à la fois. Bon sang qu'elle était belle ! Et pourtant en remarquant les marques sur son corps il avait compris. Il n'était pas con. Ni idiot. Il pouvait discerner les coups et les blessures sur les corps des gens qu'il côtoyait. Il préférait ne rien dire et se faire. Ce n'était pas sa place après tout, ce ne l'était plus tout du moins. Il était parti. Il avait quitté la jolie plante maintenant à quelques mètres de lui pour achever son rêve : celui de faire quelque chose de bien pour l'avenir. De ne pas être seulement un pion : mais un acteur. Tobias avait des rêves de grandeurs pourtant très humbles mais surtout altruiste. Aider son prochain en préservant les artefacts du passé : voilà sa vraie force. Il n'avait pas été sculpté dans le roc, ils n'avaient pas des muscles comme Gian. Non. Et puis il avait des principes aussi et jamais il ne pourrait imposer quelque chose à un être humain. C'est bien parce qu'il avait beaucoup trop de respect et d'amour pour cette femme qu'il ne succomba pas au plaisir de s'approcher, de l'embrasser, de la plaquer contre ce lit et lui faire l'amour encore et encore en répétant au combien il lui appartenait. Au lieu de cela, il gardait des paroles prudes. Il l'informa de la position des commodités et avant de partir lui a poliment demander si elle avait besoin de quoique ce soit. Sa réponse fut sans appel, il souffla un :

"Good night." Avant de s'éclipser à son tour dans le couloir.

Tobias alla dans sa chambre et se laissa tomber sur le lit. Il attrapa la boite de pilule pour dormir et les mit dans le creux de sa main avant de les avaler : vidant la petite bouteille d'eau au passage. Il alla la remplir avant de revenir et de se déshabiller. La lumière éteinte, il se glissa dans les draps et ferma les yeux. Il fut immédiatement assailli par des images qui seraient jugées obscènes par n'importe qui. Mais pas pour lui. Il avait des pensées intimes pour la femme qui dormait de l'autre côté de la cloison. Cela lui arracha un long soupire. Il n'avait pas le droit de rêver de cette situation. Au lieu de cela, il tenta de penser à Thea, il devrait lui envoyer un message : peut-être qu'elle pourrait l'aider à oublier Angèle. Après tout en quelques heures il était tombé dans ses bras. Un exploit quand on le connaît. Elle avait ce quelque chose qui retenait son attention. En s'endormant près d'elle : il n'avait pas pensé à celle qu'il a perdu. Et il avait raison ! Il devait passer à autre chose : elle était avec un autre homme et elle l'aimait. Il l'avait bien vu. Et il n'était pas né de la dernière pluie.

Les médicaments commençaient à faire effet quand il sentit une main sur son visage. Il sursauta immédiatement et chercha sous son oreiller sa dague. Il en caressa le manche avant de se calmer en réalisant que c'était Angèle. Il soupira longuement et se décala : se doutant de la suite. Elle n'était pas venue pour parler. Tobias ouvre les draps pour qu'elle le rejoigne. Il devait aimer souffrir pour la laisser faire comme ça. Il lui avait rarement refusé quelque chose. Il ne répond pas, ses yeux étaient encore fermés mais il était conscient de ce qu'il se passait. Quand il sent le satin contre sa peau, mais aussi les formes qui n'étaient pas couvertes suffisamment pour qu'il y soit indifférent ; il prit une longue inspiration et se fit violence. Il devait se contrôler. Il passa ses bras autour d'elle et la serra contre lui. Tobias, en homme bienveillant se décala de l'oreiller pour qu'elle soit au plus près de lui.

"I'm here now. I will not leave you again. Never. You know how I can be stubun when I want." Il respira doucement son odeur : "God I love you so much Angèle." Souffla-t-il comme une plainte. Il ouvrit enfin ses yeux pour la regarder : "I'm accepting the position of friend." Parce qu'il ne pouvait pas lui offrir plus. "But please... Tell me clearly : is that what you want ?" Il finit par prenre le taureau par les cornes. "I've see the bruises... Did you felt in the stairs ?" L'excuse par excellence des femmes battues. Il embrassa les plaies, il savait où elles étaient : "Are you happy with him ? This is the only thing I want for you."


you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] If you leave me now... | ft. Tobias -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences