Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©MissPie & Ealitya
Multi-comptes : Vera & Vittoria
Messages : 301 - Points : 996

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle ( le Dim 27 Aoû - 0:06 )
“Et la prochaine fois que tu t’approches d’Angèle : t’es un homme mort !” Les trois individus partirent en rigolant : laissant Tobias sur le parvis.

Son corps n’était que spasmes et douleurs. Du sang coulait de ses lèvres et il tremblait encore. De peur, de rage : de souffrances. Il avait payé le prix fort. Aucun doute que ces hommes travaillaient pour l’époux d’Angèle. Apparemment, il avait regardé dans le GPS de sa voiture pour voir où elle était allée. Evidemment : il a compris qu’étant donné que la voiture n’avait pas bougé de la journée ; sa compagne n’avait pas bougé. Tobias se doutait que Gian avait le bras long : il n’imaginait pas un seul instant que cela était à ce point. Que savait-il d’autres ? Avait-il découvert qu’il était réellement ou bien était-ce juste quelques hommes qu’il paye pour garder un oeil sur sa femme ? L’Historien n’avait pas envie de savoir. Il devait rentrer et finir sa valise : il partait dans quelques heures pour Edimburg rejoindre sa famille et dire au revoir à son père. Naturellement, la belle se joignait à lui, mais était-ce bien raisonnable maintenant ? Tobias n’en avait aucune idée, il ne pouvait pas raisonner correctement. Il lui fallu plusieurs heures pour bouger, pour traîner son corps jusqu’à son appartement avant qu’un voisin accourt pour l’aider. Toute personne censé aurait appelé la police, fait un constat. Mais il n’était pas con : en faisant ça il se rendait d’une encore plus coupable et de deux si Gian avait assez d’influence pour savoir où il vit : cela signerait son arrêt de mort.
Le petit matin arriva bien trop tôt, son assistante qui devait le conduire à l’aéroport retrouva le conservateur avachi dans le canapé : du sang séché partout sur lui. Tobias sortit de sa léthargie en l’entendant paniquer. Il la rassura immédiatement et lui dit que ça allait aller avant de se diriger vers sa chambre pour se changer. Cela fait, il revenit dans le salon et lui fit promettre de ne rien dire avant de sortir.

Il était sur le point de rater son avion, en vue de son état : la sécurité lui avait posé des questions. Heureusement, une hôtesse eut pitié de lui et appela ses collègues pour que l’avion soit retenu quelques minutes le temps qu’il arrive. Tobias savait que tous les regards seraient braqués sur lui. Il ne supportait pas cette idée. Encore moins celle qu’Angèle le voit dans cet état. C’est alors qu’il réalisa : et si elle aussi en avait payé le prix ? Son coeur s’arrêta et il s’empressa d’avancer pour rentrer dans l’avion.
Elle était là. Plus ravissante que jamais. Tobias retrouva immédiatement son sourire et compris qu’il était prêt à subir tous les sévices tant qu’il pouvait se plonger dans son regard. Il l’aimait. Éperdument et il en crèvera. Après l’altercation d’hier soir : cela était évident. Il alla s’installer à son siège une fois sa valise dans le compartiment au dessus d’eux. Un long soupire traversa ses lèvres et il sortit son mouchoir pour essuyer sa lèvre encore fêlée.

“Don’t ask…” Il sourit en coin : “Remembered when you say to me one day you wanted me to be a bad boy ?” Tobias la rassurait tant bien que mal. “Here I am !” Il s’attacha et ferma les yeux. Heureusement qu'ils n'avaient fait que passé un message : “I’m glad you’re here…” Cela lui mettait du baume au coeur oui. Il avait tellement besoin d’elle.  


you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior


Dernière édition par Tobias Spilsbury le Dim 12 Nov - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Je suis absent-e : du 21 mai au 7 juin
Messages : 629 - Points : 1191

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle ( le Dim 27 Aoû - 15:21 )



BREAK THE SILENCE
So we know we can brave it all


Elle était assise dans l'avion, regardant distraitement par le hublot. Un homme était supposé être à ses côtés mais il tardait à arriver. Viendrait-il encore? Son coeur serré, elle faisait tourner son alliance autour de son doigt, craignant de trop penser à toutes les difficultés qui l'attendaient. Lorsqu'elle était rentrée chez elle ce soir là... Gianluca était à la maison. Voyant sa voiture dans l'allée, elle avait tout de suite su que quelque chose clochait. Il savait. Elle avait pris une nouvelle douche chez Tobias avant de partir pourtant elle sentait la présence de l'homme partout sur elle, en elle. Honteuse, elle devait pourtant arborer un sourire éclatant afin de chasser les suspicions de son époux. Jouer à ce jeu de femme infidèle ne lui allait pas du tout et elle se sentait mourir de l'intérieur. Pourtant elle mit un sourire radieux sur ses lèvres et entra en chantonnant. Rejoignant Gianluca dans le salon, Angèle ne put s'empêcher de remarquer qu'il y fumait. Il ne faisait jamais ça. Il y avait un fumoir prévu à cet effet. Probablement qu'il fulminait autant qu'il fumait. Elle le rejoint tout en continuant son petit théâtre et vint s'enrouler à son cou. "J'ai passé une excellente journée! Tu n'as pas idée!" Le regard nauséeux qu'il avait lui indiquait au contraire qu'il semblait avoir une idée précise du contenu de la journée de sa femme. Une idée réelle et non celle qu'elle s'apprêtait à lui servir. "Tu es rentré plus tôt?" Elle jouait les idiotes tout en ôtant ses talons des pieds. L'après-midi elle était sortie et s'était acheté des vêtements neufs grâce à la carte de crédit qui se trouvait dans le portefeuille livré. La livraison. Etait-ce là la faute d'Angèle? Etait-ce là qu'elle avait commis une erreur gigantesque? Elle ne pouvait penser que son valet l'avait trahie, après tout elle voyait bien qu'il la regardait avec compassion depuis qu'elle se faisait frapper. L'aurait-il ainsi exposée aux coups de son mari? Elle avait alors pris les devants. S'il savait où elle était, il fallait qu'elle lui montre qu'elle s'en fichait qu'il sache, qu'elle ne cachait rien. "Ce matin j'avais une inspiration monstrueuse. Je me suis levée et j'ai été chercher des fleurs chez une israélienne très sympathique. Puis tu ne devineras jamais qui j'ai croisé!" Elle battait des paupières, le draguant ouvertement tout en remontant ses pieds sous elle pour se blottir contre lui. "Tu as l'air fatigué aujourd'hui." fit-elle remarquer pour pointer du doigt qu'il ne coopérait pas. Gianluca posa son regard sur elle et esquissa un sourire sévère, attendant de voir ce que la suite lui réservait. "L'historien du musée! Il se baladait par là et on a parlé un peu avant qu'il ne m'invite à voir une collection absolument hallucinante d'objets anciens, des fossiles etc. Ca m'a redonné de l'inspiration et ... je sais que je n'aurais pas dû parce que c'est peu professionnel mais..." Elle souriait comme une gamine qui avoue une faute dont elle est tout de même assez fière "... je suis restée chez lui toute la journée pour croquer une pierre ravissante qu'il avait nettoyée et devait renvoyer le soir-même. C'est fou comme ce garçon est un amour tout de même!" Gianluca se rembrunit et elle l'observa. "Mais non, pas un amour comme ça... Un amour parce que figure-toi qu'il m'a laissé rester chez lui toute seule tandis qu'il est parti travailler. J'imagine que je n'ai pas le profil d'une grande voleuse mais tout de même!" Elle se releva tout en continuant de sourire et attrapa ses affaires qu'elle avait placées au sol. La main de Gian attrapa son poignet, l'empêchant de se redresser ensuite. Les yeux plantés dans les siens il la sondait. Un frisson parcourut Angèle, elle sentait qu'elle risquait sa peau en ce moment-même. Son pouce caressait dangereusement les veines de sa main et il l'attira vers lui. "Tu sais que je tuerais pour toi?" furent les seuls mots qu'il lui dit ce soir-là. Ils glacèrent Angèle et elle le regarda se lever et partir dans son bureau. L'avait-elle berné? Elle n'en savait rien. Mais elle sentait que le danger venait de s'inviter dans son foyer et que désormais chacun de ses gestes seraient fortement analysés.

Elle n'aurait pas dû venir. Elle avait décidé de ne pas venir. Mais en passant dans le couloir ce matin-là, elle avait vu cette photo dans le hall. Celle de la valise de Tobias qu'elle aimait tant. Il allait partir pour dire au revoir à son père et si elle n'était pas avec lui à ce moment-là, alors... cela serait synonyme d'adieux entre eux aussi. Elle risquait leurs vies à tous les deux mais elle ne pouvait se retenir d'agir ainsi. Elle avait fait sa valise et avait sonné à une compagnie de taxi pour qu'on vienne la chercher. Gianluca était en voyage d'affaires et ne rentrerait que trois jours plus tard, normalement. Elle l'avait prévenu qu'elle risquait de partir pour Vienne afin de chercher un tableau dans une vente aux enchères. Mais elle pensait abandonner son plan. Finalement elle sonna à Marcia, une blonde qui lui ressemblait légèrement et elles se rencontrèrent à l'aéroport. Là-bas, elles échangèrent des faux-papiers et l'une embarqua pour Vienne tandis que l'autre embarquait pour la mort assurée. Cela avait pris beaucoup de temps et de force à Angèle pour trouver comment tout combiner. Maintenant qu'elle était à bord de l'avion elle ne pouvait plus faire demi-tour. Quand elle vit Tobias arriver, elle eut envie de lui dire "Partons et ne rentrons plus." Mais son coeur n'était pas encore prêt pour ça. Lorsqu'elle vit le visage tuméfié de son amant, elle sentit la nausée la prendre au cou. Il fit de l'humour mais elle n'avait pas envie de rire. « I'm so sorry.» C'était uniquement sa faute et elle en était consciente. Gianluca n'avait rien gobé ou alors il avait tout de même voulu faire passer un message préventif. Et maintenant, elle était en train de signer l'acte de mort de Tobias. Il était content qu'elle soit là...
mais elle se sentait affreusement coupable. « That was such a bad idea. I'm so selfish.» Il ne voulait pas en parler mais elle ne pouvait rester muette. Elle se tourna vers lui et posa ses mains sur le visage du roux. « It's not too late, I can still get out of the plane now. Are you sure you want to take the risk...? Tobias... » Sa main tremblait tandis qu'elle parcourait les bleus de l'homme. Ses blessures à elle, elle ne s'en souciait pas. Mais celles de Tobias, c'était trop à supporter.

⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©MissPie & Ealitya
Multi-comptes : Vera & Vittoria
Messages : 301 - Points : 996

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle ( le Lun 28 Aoû - 23:45 )
Chaque pas, chaque parole étaient une torture. Purement et simplement. Il avait du mal à garder les idées en place. Les langues s’entrechoquaient dans son cerveau. Le coeur au bord des lèvres : il avait envie de vomir mais il ne pouvait pas s’arrêter. Tobias n’avait pas le choix. Il devait prendre cet avion et aller voir son père. Des regrets : il en avait déjà assez pour ne pas souhaiter alourdir sa croix. Alors, la solution était simple : il devait arborer un sourire alors que tout son cœur lui faisait mal notamment son visage qui était tuméfié par les coups reçus. Que pouvait-il faire d’autres ? Cela ne plaisait évidemment pas à Angèle qui prit le blâme tout de suite.

“Stop it ok ? It is not tour faut. I’m as guilty as you it is the case.” Il n’y avait pas besoin de blâmer quelqu’un. “We both knew what might happen. If it is the price I have to pay to be with you : so be it. They haven’t kill me in the desert, they will not kill me either.”

Il semblerait que de toute façon la vie n’ait pas décidé de reprendre ce qui lui appartient. Il respirait encore après tout : ce n’était pas pour rien. De plus, comment pouvait-il regretter alors que la journée qu’ils avaient passée ensemble lui avait redonné espoir ? Il aurait encore et encore fait cette erreur pour avoir ne serait-ce qu’un peu de paix.

“I’m fine don’t worry.”

Mais cela était sans compter sur sa Angèle qui avait décidé de continuer sur le sujet lui arrachant un long soupire suivit d’une grimace alors qu’elle posait ses mains sur son visage. Il sentit qu’elle tremblait alors doucement il les attrapa.

“Listen carefully, I will not repeat it ok ? I want you to be with me. I have no regret. None you hear me ? If I have to choose : I will do it the same.”

Dans ses yeux, il y avait de l’amour. Beaucoup d’amour. Cela était évident. L’avion n‘était pas plein mais il ne voulait pas prendre le risque de dire les quatre mots. Il éloigna les mains de la jeune femme : il savait qu’ils n’étaient pas encore en lieu sûr.

“I just hope it haven’t beat you again.”

Puis Tobias s’attacha et tira ses cheveux en arrière avant de regarder les portes se fermer. Il n’y avait plus de retour en arrière possible. Tobias regarda Angèle :

“My uncke is picking us up to the airport. I’ve let my mum knows that you are coming too and she was happy. My father too for what he can understands now.” Puis regarda l’hôtesse qui faisait les explications.


you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Je suis absent-e : du 21 mai au 7 juin
Messages : 629 - Points : 1191

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle ( le Lun 18 Sep - 19:54 )



BREAK THE SILENCE
So we know we can brave it all


Le vol avait été tranquille. Elle avait éludé les questions de Tobias concernant les violences de son mari. Elle savait qu'il finirait par insister mais maintenant, tout ce que Angèle voulait c'était oublier. Et partir au loin semblait une bonne solution à cette fin. Elle était consciente que cacher ce séjour à l'étranger et surtout cacher avec qui elle était serait une tâche ardue. Mais il était trop tard pour faire demi-tour. Elle se lova contre Tobias, rêvassant à ce qu'aurait pu être la vie s'il n'était pas parti à la guerre. Elle lui en voulait encore, probablement parce qu'elle l'aimait trop que pour lui pardonner d'avoir sacrifier leur amour. Mais elle avait jeté ses rancoeurs aux oubliettes, le temps du voyage. Il avait besoin de soutien et de rien d'autre.

En plein vol, des secousses la sortirent de son calme apparent. Elle se serra contre lui bien qu'elle ne craignait pas les turbulences. Etre dans les airs, elle aimait ça. Son regard croisa celui de cet homme qu'elle aimait et elle sentit comme la peine prenait le dessus sur elle. Elle aurait aimé que ce voyage ne soit pas à des fins lugubres, elle aurait aimé que cette escapade ne soit pas si risquée pour Tobias. Car elle savait que Gianluca s'en prendrait à lui bien plus qu'à elle. Il n'y avait qu'à regarder le visage déjà tuméfié de son amant. Angèle soupira en répétant le mot "amant" dans sa tête. C'était injuste pour Toby d'être relégué à cette place ingrate. Elle enserra ses doigts avec les siens et les porta contre sa poitrine, au niveau de son coeur. "This might seem akward to you but I would love to see the plane go down now... we would die together and this would be it. No more worries, no more death, just... us." Elle sourit faiblement et regardant autour d'elle, elle s'assura que personne ne les regardait avant se tendre vers lui et de l'embrasser tendrement. "You never left my heart and now... I'm so afraid... of everything." Tant de choses pouvaient arriver. Il pouvait s'ennuyer d'être avec une femme mariée à un autre. Gianluca pouvait le tuer. Tobias pouvait être appelé à travailler ailleurs.

L'avion finit par se poser au sol au bout de quelques longues heures de vol. Avec Tobias auprès d'elle, elle avait eu le sentiment que seules quelques minutes s'étaient écoulées. Elle se réjouissait de passer les trois jours qui suivraient rien qu'avec lui. Il y aurait aussi sa famille mais elle aimait ses parents et ne les considérait pas comme gênants, au contraire.

⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©MissPie & Ealitya
Multi-comptes : Vera & Vittoria
Messages : 301 - Points : 996

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle ( le Dim 24 Sep - 22:50 )
Pas besoin d'être Einstein pour comprendre que si son mari était tombé sur Tobias : la tête d'Angèle ne tarderait pas à être aussi dans son collimateur. A en juger par les marques qu'il avait embrassées lors de leurs retrouvailles charnelles : cela avait déjà été le cas. Déjà qu'il ne portait pas cet homme dans son coeur mais il était dans une strade plus bas que terre. Il n'avait aucun respect pour ce lâche et ce connard qui ose s'en prendre à une femme. Encore plus quand cette dernière est son ancienne fiancée. LA femme de sa vie. Celle pour qu'il serait prêt à tout. Surtout aux pires. L'Irak lui avait arraché cette petite part de retenue. Aujourd'hui, il avait décidé de vivre pleinement même si cela vouloir dire être l'homme qui servait de réconfort ; l'amant interdit : celui qui risque tout pour ne probablement rien gagner. Après tout, c'était ça l'amour non ?
Là, tout contre lui, Tobias se permit de souffler et de se relaxer. Angèle était belle et bien à ses côtés : prête à affronter la mort. Son soutien était aussi précieux qu'essentiel et il savait que sa belle en avait conscience sans quoi peut-être n'aurait-elle pas proposé de venir. Pour tout dire, il ne pensait pas que cela serait possible. Elle était mariée après tout et cela allait leur retomber dessus. Resterait la lourde et complexe tâche de prendre le blâme sur lui pour ne pas que sa belle paye elle aussi les frais de ce voyage aux goûts interdits. Tobias passa son bras autour d'elle et embrasse le sommet de son crâne quand une turbulence la sortit de ses songes. A quoi pensait-elle ? Se demanda-t-il en la regardant les yeux. Finalement, il n'eut pas besoin de demander. En posant sa main sur son coeur, elle exprima le fond de sa réflexion.

"I know what you means and I understand you." Parce que tous les jours il se battait avec l'envie d'abandonner : "But we are alive and we have found again each others so maybe... Maybe we have a shoot to be happy again. Together." Tobias répondit tendrement au baiser. Savourant cet instant volé. "It was always you and it will always be so." Il n'avait pas aimé une autre femme qu'elle non. Et il ne cessait de se répater que cela était le noeud de cette tragédie. "Don't, everything will be alright." Il ne pouvait pas lui promettre cependant. "Trust me."

L'avion maintenant au sol, il sortit et porta comme un gentleman le bagage de la belle avec le sien. Il la lui redonna cependant pour qu'ils ne passent pas ensemble à la frontière. Il ne voulait pas tenter le diable. Passant la frontière écossaise : Tobias se sentit vivant à nouveau. Il revenait au pays. Chez lui. Sur sa terre natale, bien que Londres ait été sa ville d'adoption par la force des choses. Il attendit Angèle de l'autre côté des barrières puis ils allèrent rejoindre sa famille. Sa mère, un petit bout de femme à la peau légèrement matte les attendaient. Elle se jeta dans les bras de son fils qui la serra tendrement contre lui. Son oncle salua Angèle :

"C'est bon de te revoir." Il lui fit la bise et sourit. La blonde avait toujours été appréciée par sa famille. Tobias lâcha sa maman qui prit Angèle dans ses bras : "Viens par là toi." Elle la serra contre elle tandis que l'oncle serra la main de son neveu. C'est l'Historien qui demanda : "Comment il va...?" Levia attrapa la main de son fils : "N'en parlons pas tout de suite..."

Arrivé au manoir dans les Highlands, Tobias aida à décharger et regarda Angèle : profitant qu'ils soient enfin seuls.

"Voilà... Là où j'ai grandi. Je voulais t'emmener ici depuis tellement longtemps." Il encercla le visage de sa belle et l'embrassa. "Je t'aime." Souffla-t-il avant de reprendre les bagages pour les rentrer dans le manoir perdu au milieu de nul part au bord d'un immense lac.


you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t119-incancellabile-angele http://www.ciao-vecchio.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka (jenn)
Faceclaim : margot robbie (sweet disaster) ; gif sign: MayOosh,
Je suis absent-e : du 21 mai au 7 juin
Messages : 629 - Points : 1191

Âge : 29 ans, elle est au bord de la trentaine mais toujours en pleine forme (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique. Il lui arrive de faire du stylisme aussi. En vérité, tout ce qui touche à ce qui est "beau" l'intéresse. Que cela soit de la poterie, du dessin, de la gravure, elle a les moyens de tout essayer. Mais son don par excellence demeure dans la peinture.
Sujet: Re: [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle ( le Lun 25 Sep - 9:26 )



BREAK THE SILENCE
So we know we can brave it all


Il avait toujours su quoi dire. Quand elle perdait la tête, qu'elle s'énervait ou qu'elle paniquait, Tobias savait quels mots utiliser pour l'apaiser. Il n'était pas que son petit-ami, pas uniquement son fiancé, il était bien plus. Il était tout: le feu et la glace, le temps et l'infini, la brise douce et forte, le soleil et la lune. Angèle se souvenait encore trop bien de leurs heurts réguliers, des sourires moqueurs qu'elle lui adressait quand il essayait de la calmer mais qu'elle était résolue à lui tenir tête. Alors il pliait le genoux devant elle, posait son visage contre son ventre et murmurait des mots doux à ses pans... La première fois qu'il avait utilisé ce stratagème elle n'avait pu s'empêcher de rire aux éclats. La seconde, elle avait perdu toute contenance, le trouvant diablement sexy à être ainsi à ses pieds... La troisième, elle avait essayé de le repousser mais il l'en avait empêchée en la retenant de ses bras et en embrassant son nombril, embrasant tout son être à nouveau. C'était devenu une habitude. Quand elle lui résistait de trop, il trouvait une nouvelle parade à tout cela, lui interdisant toujours de gâcher des moments de bonheur à râler. Et maintenant encore, même si plus de la même façon, il trouvait les mots pour chasser les démons qui planaient au dessus d'eux. "I trust you." Si elle n'avait pas fait confiance à Tobias, jamais elle ne se serait embarquée dans cette mission suicide. Mais elle ne pouvait le laisser partir seul. L'idée qu'il se confronterait à la mort de son père sans personne pour le soutenir lui arrachait le coeur. Pourtant il y aurait d'autres membres de la famille qui seraient là... Mais Tobias lui avait dit une fois qu'elle représentait bien plus que sa famille, elle était son tout. Et maintenant, après le mal qu'elle savait qu'elle lui faisait en jouant avec ses sentiments, en l'aimant sans lui permettre d'être sien, elle se devait de réparer un peu cela... de se mettre elle à ses genoux, même si partiellement seulement, et l'épauler dans cette triste quête qui le menait en Ecosse.

" C'est bon de vous revoir aussi." Elle était mal à l'aise. Tellement mal à l'aise. Elle souriait de manière polie mais désengagée à l'oncle qui l'analysait. Puis sans qu'elle ne s'y attende, elle fut happée par celle qui aurait dû devenir sa belle-mère. Levia l'enserrait dans ses bras et Angèle passa les siens autour de la frêle créature avec affection. Des larmes lui montèrent aux yeux. Ce n'était pas la peine de savoir le père de Toby mourant qui lui donnait ces larmes. C'était la peine de ne plus appartenir à cette famille. "Levia... je suis tellement désolée." murmura-t-elle tandis que la femme s'écartait pour la regarder attentivement en souriant. La minute de retrouvailles était finie et ils prirent tous la direction du manoir des Highlands.

" This is wonderful." Elle comprenait la peine qui lui tordait les mots. Car ils devaient venir ici après son retour du combat. Avant leur mariage, ils étaient supposés venir en Ecosse pour qu'il lui montre ses terres et pour décider si le mariage aurait lieu ici ou ailleurs. Tobias avait mille idées pour l'Ecosse, mille idées qu'il n'avait jamais pu lui exposer. Angie savait qu'il aurait fini par la convaincre même si elle n'était pas fan de l'idée d'un mariage dans le froid. Elle sentit ses lèvres se poser sur les siennes avant qu'il ne rentre dans le manoir avec les bagages et la laisse seule au bord du grand lac. Elle s'en approcha, il était à une trentaine de mètres du manoir. C'était tellement apaisant d'être ici. Cette eau noire, cette vue... Le temps passait et elle se doutait que Tobias devait être au chevet de son père en ce moment. Elle ne voulait pas s'imposer et surtout... elle ne se sentait pas prête à faire face à cet homme qu'elle aimait tant. Il avait toujours été un beau-père bienveillant. Il avait un caractère fort mais doux aussi. Elle avait toujours su que Tobias lui ressemblait énormément même s'il ne s'en rendait pas forcément compte. Et quand Tobias avait été porté disparu, elle avait parlé avec lui au téléphone. C'était le père de Toby qui lui avait dit de continuer sa vie, c'était lui qui lui avait donné le droit de vivre quand bien même l'homme qu'ils aimaient tant était mort. Et maintenant, c'était cet homme qui mourrait et elle ne savait comment l'aborder. Elle s'assit au bord du lac, à quelques centimètres de l'eau, laissant les petites pierres du graviers s'enfoncer sous son jean et se mit à respirer profondément. Tobias appartenait à cet endroit-ci. " I love you so much." finit-elle par dire une dizaine de secondes après qu'elle l'ait senti s'arrêter derrière elle. Il était silencieux et elle se doutait du pourquoi. " Come sit next to me." Elle ne bougeait pas, elle l'attendait, sachant qu'il était probablement dans une phase trouble et que les heures qui suivraient pourraient le faire replonger dans ses traumas. " I'm here Toby. " Elle tourna son visage vers lui et répéta sa phrase "I'm really here. " Elle se rapprocha de lui et posa ses doigts sur son visage, en parcourant chaque trait du bout de son index et de son pouce. " And I'll always be here for you." Elle continuait de caresser ce visage fermé qui retenait sa souffrance à l'extrême. Elle ne pouvait rien dire de plus ni faire. Car elle savait qu'il lui faudrait du temps pour faire face à ce qui venait vers eux. Elle savait que le deuil serait dur. Elle sortit un petit bloc de son sac et prit un crayon avant de commencer à dessiner. Elle faisait un croquis de Tobias, le regard perdu vers le lac d'Ecosse. Ses traits étaient sûrs et distingués. Et la main qui le dessinait était aimante, tellement aimante qu'elle rendait un portrait trop fidèle à la réalité: Tobias était beau mais de sa force se dégageait aussi une infinie douleur. "I will never let you leave me again." murmura-t-elle une fois que le dessin fut terminé. C'était une sorte de promesse et de menace en même temps. Le genre de phrase que les gens en peinent prononcent quand ils sentent que leur bonheur est sur le point de s'écrouler.

⇜ code by bat'phanie ⇝


Near, far, wherever you are... My heart will go on.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©MissPie & Ealitya
Multi-comptes : Vera & Vittoria
Messages : 301 - Points : 996

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle ( le Dim 1 Oct - 23:40 )
Trouver les mots pour la réconforter, pour lui témoigner qu’il était là pour elle : Tobias y arrivait toujours. En revanche, exprimer son amour : cela était bien plus difficile. Peut-être car ses sentiments étaient forts. Bien trop pour sa santé. La femme qui dormait sur son épaule le hantait, le tourmentait et en même temps lui permettait de se sentir vivant. Doux et douloureux paradoxe. La suite n’allait pas être facile. Mais Tobias n'était pas prêt. Que cela soit de dire au revoir à son père ou bien laisser Angèle le quitter pour aller avec un autre. L’historien savait qu'il n'arriverait jamais à se satisfaire de cette position. Il voulait plus. Il voulait qu'Angèle soit à lui. Rien qu'à lui. Cette chimère était insoutenable mais son âme avait bien du mal à se faire une raison. Elle semblait préférer se déchirer avec des images intimes du couple.

“Good, because together we are stronger.”

Et cela était vrai. Ils étaient deux opposés qui s’attiraient et qui ont besoin de l’un et de l’autre. Tobias ne voyait pas sa vie avec une autre femme. Jamais. Angèle était l’amour de sa vie et rien au monde ne changerait ça. Viendra un jour où il affrontera vents et marées pour la posséder à nouveau. Pour veillir à ses côtés et l’entendre se plaindre, chercher la dispute. Bon sang que tous ces défauts lui manquaient ! Durant le reste du trajet, il fit la liste de tout ce qu'il n’aimait pas chez elle pour se rendre compte que ce sont ces particularités qui ont alimentés ces sentiments.
Sur le sol Écossais, sa mère prit Angèle dans ses bras et cette scène attendrie un peu plus Tobias qui porta la valise de la belle. Levia et elle s’entendaient à merveille.

Cette maison perdue dans la nature des Highlands était son refuge. Le cadre était digne de ces cartes postales sur le Lac du Loch Ness. Emmener ici Angèle ravivait des souffrances inavoués nées des plans avortés de leur mariage. Et puis ici maintenant la mort était là. Tobias le sentir immédiatement. Son grand-père avait également péri ici. La même atmosphère était palpable à l’époque. Tobias s’en souvenait comme si cela était hier. Alors, il embrassa sa Blonde une dernière fois avant de monter les bagages et aller voir son père.

Il ne ressortit qu’une heure plus tard. Pâle pour ne pas dire livide. Tobias avait attrapé un plaide et une tasse de thé. Il déposa sans dire un mot la couverture sur les épaules de la belle et le thé à ses côtés. Il alla s’installer plus loin : le regard planté dans les pierres. Ses pieds tanqués dans le sol, la tête entre les jambes ; il n’avait pas fier allure. Il tentait de puiser sa force dans sa terre natale. Mais il n’y arrivait pas. Ce fut Angèle qui brisa le silence sans qu'elle ne réussisse à le sortir de sa torpeur. Elle était là oui. Mais pour combien de temps ? Au contact de ses doigts sur son visage, il redressa sa tête pour plonger son regard dans le sien.

“I know… You'll not fail where I did.” Un long soupire traversa ses lèvres.

En la voyant sortir son calepin, il regarda l’horizon : la laissa dessiner au gré de ses pensées. Tobias avait toujours respecté son intimité. Toujours. Cela était son monde. Le silence les enlaça de nouveau et il trouva cela réconfortant. Quand finalement elle avoua de ne plus jamais le laisser s’éloigner : il sourit en coin.

“I don’t plan to do this. Never again.” D’un coup de menton, il pointa l'îlot au milieu du lac. “Tomorrow I will take you there. You have some ruins on it. It is beautiful.” Son regard fixait l’horizon. “Should we stay here forever ? You and I ?” Une question bête mais surtout impensable. “Here… I have everything I need. Peace, calm and you.” Tobias ne voulait pas la regarder. Il savait qu'il allait craquer sinon. “We should go and help my mum for the dinner.” Il tourna la tête envers elle et l’embrassa passionnément en passant sa main dans ses cheveux. “I love you.”

Puis il se leva pour rentrer et aider sa maman a couper les légumes et la viande. N'importe qui aurait vu l’amour que porte Tobias à sa Angèle. Il eut d’ailleurs une discussion mouvementée avec son oncle après le souper qui se conclut par une esclandre que le whisky avait aidé à envenimer. Levia s’approcha de son fils dans l'étude, lui adressa quelques mots et sortit après l’avoir embrassé mille fois. D’un pas lourd, il alla frapper à la porte d’Angèle.

“Tu veux dormir avec moi ce soir ?” Souffla-t-il. Sa mère les avait mis dans des chambres séparées mais il ne pouvait pas se résigner à la laisser loin de lui.

Le séjour se passe difficilement, les larmes et le chagrin déforment les visages des Spilsbury et notamment celui de Tobias qui n'arrive pas à trouver du réconfort. Seul Angèle lui donne l'envie de continuer, lui donne la force d'aller à l'enterrement : d'agir comme le mâle de la famille. Le retour en Italie est tout aussi douloureux car en disant en revoir très pieusement à la belle femme : il ne sait pas quand il la reverrait.


you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] So break the silence we know that we can brave it all. // Tobyèle -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde