Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + Schizophrenic.+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 696 - Points : 1616

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Sam 9 Sep 2017 - 16:22 )
X
Vera & Alessio
Trouver un appartement ou une maison, pas vraiment une priorité pour Alessio, mais plutôt un moyen de s’occuper et de satisfaire sa curiosité. Ne pouvant plus jouer de piano actuellement, il s’ennuyait terriblement et essayait de se creuser les méninges tous les jours pour trouver une occupation. Le sport occupait une partie de son temps, tout comme  l’aide qu’il apportait à l’association de femme battue, les visites qu’il rendait à ses amis, les compositions qu’il écrivait pour d’autres, les rendez-vous chez son médecin puis chez son possible futur chirurgien, les relations avec son manager occupaient l’autre partie de son temps.

Toutefois depuis quelques jours il n’avait rien à faire et la situation commençait à lui peser, il espérait que la visite d’un probable futur logement allait lui remonter le moral, malgré qu’il n’envisage pas d’acheter ou de louer pour le moment. Sa chambre au sein de l’hôtel était payée par sa maison de disques et même s’il se doutait que le loyer d’un appartement allait aussi être payé par sa maison de disques, il ne voulait pas abuser. Certes ils se faisaient de l’argent grâce aux ventes faites par Alessio, mais il n’était pas un profiteur, ni un pique-assiette et sa situation d’assisté commençait aussi à lui peser. Les rares maisons qu’il avait visitées seul ne lui avaient rien provoqué, la plupart des agents lui proposant des maisons super-luxueuse, le genre de maison où il habitait dans son enfance ce qu’il ne recherchait absolument pas.


Pour résoudre le problème, il avait fait appel à une petite agence qui ne proposait pas des millions valant plusieurs millions, certains biens valaient cher, mais il n’y avait pas de manoir ou de villa gigantesque, bien loin des attentes d’Al. Les photos qu’il avait reçues de l’agence lui avaient montré qu’il avait eu raison de la choisir et il avait sélectionné plusieurs biens espérant que son amie Vera allait pouvoir l’aider à choisir. Il lui avait donné rendez-vous devant la première maison qu’il allait visiter et il espérait qu’il aurait le temps de parler avec elle avant que l’agent immobilier n’arrive.

Il avait commandé un petit déjeuner à emporter et passa dans les cuisines pour le récupérer avant de filer à toute allure sur sa bécane slalomant entre les voitures pour arriver rapidement. Une fois là-bas, il se gara devant la bâtisse, enleva son casque et sortit son petit déjeuner de son sac à dos souriant en voyant des gâteaux au chocolat, véritable pêché mignon du jeune pianiste. Il s’appuya sur sa moto et commença à déguster son petit déjeuner regardant le ciel changer de couleur avant d’entendre quelqu’un approcher. Il tourna la tête et sourit en reconnaissant Vera lui faisant un grand sourire de la tête.


Hello, content que tu sois là et je ne vois pas le truc qui te sers d’enfant dont je suis d’autant plus ravie. J’espère qu’il s’est étouffé avec son petit déjeuner. Ales rit de ses propres bêtises taquinant la jeune femme qui allait sûrement rentrer dans son jeu pour son plus grand plaisir, il ne parla pas du petit déjeuner qu’il avait préparé pour eux lors de leurs dernières rencontres pas forcément à l’aise avec les gestes d’affection.  



B-Ever

.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Ven 17 Nov 2017 - 22:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Mok
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 239 - Points : 1018

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Mer 13 Sep 2017 - 23:44 )
Vera avait eu la bonne surprise de trouver la table du petit-déjeuner mise. Alessio était réellement un ange, un homme incroyable et elle s’était évidemment empresser de lui envoyer un message pour le remercier de cette douce attention. C’étaient les petites choses comme ça qui lui permettait de tenir. Il fallait de toute façon continuer d’avancer et se morfondre ne servirait clairement à rien. À part perdre du temps. Son fils avait besoin d’elle et elle se voyait mal laisser tomber son ami. De plus, maintenant qu’elle avait trouvé le porteur du cœur de Winston : Vera s’était senti poussée des ailes. Pour la première fois depuis longtemps Vera pensait sincèrement pouvoir sortir définitivement la tête de l’eau et enfin vire après douze années de deuil quotidien.
En attendant, il y avait plus important, elle allait tenir sa promesse et aider Alessio à trouver un toit sur sa tête. À ses yeux : il ne pouvait pas rester toute sa vie dans une chambre d’hôtel. Avoir son chez-soi était tout de même quelque chose d’agréable. Vera n'avait beau ne pas apprécié totalement sa demeure : il n’en restait pas moins qu’aujourd’hui cela était son domaine.
Alessio avait bien choisi son jour : elle était libre pendant quelque temps avant l’audition pour la Flûte Enchanté. En temps normal, elle serait partie en Angleterre, mais elle est bien trop stressée pour pouvoir faire autre chose que travailler sa voix. Et puis Achille était de retour en ville et elle ne pouvait pas le laisser à nouveau. Elle le regretterait sinon. Elle le savait. Elle en avait déjà assez dans son sac pour pouvoir en souhaiter d’autres.
Ainsi donc, elle se retrouva dans sa voiture électrique parce qu’elle a les moyens de faire attention à la nature. Elle n’avait aucune excuse et ne voulait pas s’en trouver. Elle conduisit jusqu’au lieu de rendez-vous en chantant à tue-tête les airs du futur Opéra qu’elle aimerait jouer. Quand on aime : on ne compte pas et la chanteuse souhaitait plus que tout faire cette œuvre. Elle gara sa voiture et se dirigeait déjà vers le point de rendez-vous. Elle portait une robe noire avec une veste cintrée blanche et des escarpins vernis de la même couleur que la tenue. Ses lunettes de soleil cachaient ses yeux fatigués qu’elle n’avait pas pris soin de maquiller. Vera se mit à sourire quand elle vit Alessio et s’approcha pour déposer un baiser sur sa joue : laissant une belle marque de rouge à lèvres qu’elle frotta avec son pouce en rigolant.

« Je l’ai laissé avec Alfred. Il doit déjà être en train de le rendre chèvre. Au pire je lui ai dit où était les somnifères pour le calmer. » Une blague évidemment : son fils n’était pas si difficile que ça. Sa nourrice était en vacances. Vera s’occupait de Winston normalement quand elle n’était pas sur scène, mais pas aujourd’hui. « Alors dis-moi. C’est quoi qu’on visite aujourd’hui hein ? » Elle regarda la maison : « C’est celle-ci ? » Puis elle pense soudainement : « Eh tu crois que l’agent va nous prendre pour un couple ? Ça te tente de jouer le jeu si jamais c’est le cas ? »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + Schizophrenic.+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 696 - Points : 1616

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Ven 15 Sep 2017 - 12:58 )
X
Vera & Alessio
Alessio grimaça lorsqu’il reçut une trace de rouge à lèvres sur la joue posant à son tour un baiser sur la joue de la jeune femme avant de l’observer de haut en bas. Tu es splendide, même si tu portes une tenue d’enterrement. On assiste à la fin de ma vie de diva, les lunettes de soleil, c’est pour éviter d’être ébloui par ma personne ? Al porta un morceau de gâteau à sa bouche avant de demander silencieusement à la jeune femme si elle en voulait une part, il haussa les épaules face à sa réponse avant de finir son petit déjeuner écoutant les propos de son interlocutrice.

Il faillit s’étouffer en avalant sa bouchée de gâteau en pensant à un truc débile. Merde, je n’ai pas réussi mon coup, mais j’ai déjà tout acheté en prévision de ma soirée de garde lorsque tu seras en rendez-vous avec ton charmant inconnu. D’ailleurs j’ai toujours le cœur brisé, la femme de ma vie me quitte pour un autre. Il a quoi de plus que moi hein ? Le sourire d’Ales montrait qu’il n’était pas sérieux, même si une personne extérieure à la scène pouvait penser qu’ils étaient un couple en train de se crêper le chignon. Il hocha la tête face à son idée aimant faire ce genre de blague.


En effet, malgré son éducation assez stricte et rigide, il avait toujours aimé faire de temps à autre des petites blagues innocentes. Ce n’était pas un blagueur pour autant, il respectait généralement le règles familiales, mais il avait parfois besoin de relâcher la pression. Il se doutait que ses blagues passaient mieux que celles de ses frères et sœurs vu que lui était généralement l’image type de l’enfant parfait en présence de ses parents. Enfin plus géniteur que parents, il songea à cela en mettant son papier dans son sac ne voyant pas de poubelle et ne voulant pas jeter le papier dans la nature non plus. Je vais te trouver un surnom horrible juste pour t’embêter, attends je cherche.

Il fronça les sourcils avant de pousser une exclamation de joie en voyant la voiture de l’agent immobilier arriver. Mon petit poussin, je pense que l’agent immobilier vient d’arriver. Allons à sa rencontre. Il fit un clin d’œil à Vera, lui fit un baisemain avant de la prendre par la taille se dirigeant ensuite vers l’agent immobilier qui les regardait comme des bêtes curieuses depuis son arrivée. Bonjour Monsieur, je suis Alessio Valentini et voici Vera. Ravie de vous revoir.


Il tendit la main à son interlocuteur qui lui serra sans le quitter du regard. Il trouvait cet homme étrange, mais il n’avait pas encore essayé de le tuer, donc c’était peut-être un point positif. C’était sûrement son imagination, mais il préféra demander son avis à Vera lorsque l’agent avança pour ouvrir la porte.

Dis-moi petit poussin, c’est moi ou il est bizarre ? Pourquoi il me fixe comme ça ? J’ai un truc sur la tête ou j’attire les gens de façon disproportionnée. Peut-être que je l’éblouis comme toi, pourquoi tu portes des lunettes ? Laisse-moi me perdre dans tes beaux yeux mi amore. Alessio sourit avant de se diriger vers l’intérieur de la maison en compagnie de la jeune femme se demandant ce qu’il allait trouver à l’intérieur. Un cadavre ?




B-Ever

.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Mer 20 Sep 2017 - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Mok
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 239 - Points : 1018

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Lun 18 Sep 2017 - 20:09 )
Vera s’amusait de la situation et lui faire une belle trace de rouge à lèvres sur sa joue faisait partie de cette petite chose qu’elle se permettait avec son amie. Elle sourit à la réflexion d’Alessio : vrai qu’elle aurait pu choisir une autre tenue.

« C’est la fin de ta vie à l’hôtel, faut bien que je m’habille en conséquence. » Elle rentrait dans son jeu. Parce que cela était une tradition maintenant entre eux.

La vie était bien trop sérieuse et difficile pour tout prendre aux pieds de la lettre. Ils valaient mieux que ça, mais surtout ils méritaient d’être heureux. Elle s’approcha et croqua le gâteau avant de parler la bouche pleine :

« Che bon cha, tu l’as acheté dans quelle boulangerie ? » Vera arqua un sourcil quand il affirmait avoir tout préparé. Devait-elle s’attendre au pire ? Probablement. Elle avala sa bouchée de ce délicieux gâteau pour pouvoir répondre : « Tu m’inquiètes… Je vais le retrouver saucissonner à une chaise ? » Vera savait qu’Alessio plaisantait. « Ne mets pas la charrue avant les bœufs veux-tu ? Rien n’est joué entre nous… Et pour répondre à ta question, personne ne sera aussi charmant et parfait que toi mais il faut bien que je me fasse une raison que je ne suis pas ce qu’il te faut. » Un clin d’œil complice : si Alessio était hétéro cela fait depuis longtemps qu’elle l’aurait accroché à son lit.

Vera soumit une idée saugrenue de jouer un tour à l’agent immobilier. Au lieu de se faire passer pour des amis : ils pouvaient passer pour un jeune couple. Évidemment, son ami ne mit pas de temps à accepter. Après tout : ils étaient fait du même bois. Non contente qu’il accepte, elle se mit à rire et voulu répondre mais une voiture coupa court à la conversation.

« Avec plaisir mon Canari des Îles. » Voilà. Les noms de codes étaient donnés, il n’y avait plus qu’à rentrer dans la fosse aux lions et voir s’ils sont doués en musique et en comédie. « Enchantée. Merci de nous aider à trouver un futur cocon pour notre vie à deux. » Poliment, elle serra la main de l’homme et emboîta le pas aux deux hommes.

Avant de rentrer dans la demeure, Alessio la prit à parti et elle se mit à rire. « Parce qu’il n’a jamais vu autant de perfection. » Elle lui fait un clin d’œil et enleva ses lunettes et l’embrassa furtivement au coin de ses lèvres histoire de jouer un peu plus le jeu : « Allons-y Darling. » Et sur ces mots elle rentra dans la demeure moderne au plus haut point.

Elle fit quelques pas et regarda autour. L’agent commençait à sortir son speech, mais elle l’écoutait à peine. Les murs blancs, la modernité des lieux donnaient un style épuré qui n’était pas pour déplaire à Vera. Beaucoup de choses lui rappelaient sa propre demeure et elle savait qu’Alessio n’aimait pas là où elle vivait. Elle le regarda d’ailleurs avant de partir à l’aventure toute seule pour explorer sans avoir la voix nasillarde de l’agent. Elle avait le sens de la mélodie et il y avait des timbres qu’elle ne supportait pas. Quand on a l’oreille juste : la vie n’est pas facile.

A l’étage, elle trouva une grande pièce, elle frappa contre le mur pour écouter la résonnance avant de chanter les gammes pour tester la sonorité. Enfin, elle s’approcha des fenêtres pour regarder la vue. Il n’y avait pas à dire : cette maison était neuve, sans vie ; mais elle avait du potentiel. Vera se retourna en entendant le parquet craqué derrière elle.

« Cette pièce serait parfaite pour installer ton piano. Il y a une bonne acoustique. »
Elle croisa ses bras : « Qu’en penses-tu mon Canari ? Tu es le principal concerné après tout ? Même si j’ai déjà choisi la pièce qui sera ma chambre. »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + Schizophrenic.+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 696 - Points : 1616

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Mer 20 Sep 2017 - 21:49 )
X
Vera & Alessio
Al ne fit aucun commentaire lorsqu’elle lui parla de quitter sa vie à l’hôtel, il aimait bien son hôtel et il cherchait juste un toit pour arrêter de jeter de l’argent par les fenêtres. Il n’avait aucune hâte de trouver un appartement et il devait bien avouer qu’il n’avait pas grand espoir concernant cette recherche de maison ou d’appartement. Il regarda la jeune femme mordre dans le gâteau avant de porter le même gâteau à ses lèvres se moquant bien de partager sa salive avec la jeune femme. Tu es bien trop gentille avec ton gnome, je te montrerais mon installation, il va nous rapporter de l’argent et on sera riche comme crésus. Et tu es parfaitement ce qu’il me faut, mais ton cœur est déjà pris pour mon plus grand malheur. Ton éducation jeune femme, je suis outrée de ton attitude, on avale avant de parler.

Alessio ébouriffa les cheveux de la jeune femme partant rapidement pour éviter de subir la rage de la jeune femme rejoignant rapidement l’agent immobilier avant d’atterrir dans la grande villa laissant la jeune femme se balader dans la demeure. Il écouta un instant l’agent immobilier parlant notant dans un coin de sa tête que la brune l’avait abandonné avec un agent ayant l’air d’un psychopathe. Ce dernier le regardait d’ailleurs vraiment bizarrement.


En voyant l’homme s’approcher de lui d’un air qu’il aurait qualifié de menaçant, la main fouillant une poche de son manteau, Alessio prit peur et signifia à l’agent qu’il rejoignait rapidement sa charmante épouse. Il monta rapidement remerciant mentalement sa condition physique.


En entendant la jeune femme parler, il la rejoignit rapidement fermant la porte à clés derrière lui. Parles mon  petit poussin, mais je n’oublie pas que tu m’as laissé avec… Il ne finit pas sa phrase préférant mimer la scène de peur que l’agent ne soit juste derrière la porte, il mima un zombie avant de faire signe de se trancher la gorge. Tu vois de quoi je te parle mon poussin ? Il observa la pièce autour de lui sur un dernier sourire ne rajoutant rien de plus. Il n’aimait pas cette maison, elle était vide, sans aucun signe de vie et surtout tellement vide. Le jeune homme avait beau être un solitaire, là il avait l’impression de rentrer dans une salle d’autopsie. En même temps avec l’agent immobilier qu’il avait Al n’était même pas étonné.


Il fit le tour de la pièce avant de se mettre devant la jeune femme. Ce n’est pas moi Vera, j’ai l’impression de plonger dans un lieu complètement mort, je sais que je ne suis pas le genre d’homme aimant la compagnie humaine, mais là c’est bien trop, je ne sais même pas comment décrire la maison.



Il poussa un soupir avant de grimacer en entendant l’agent immobilier taper contre la porte. Nous arrivons, mon poussin voulait observer la chambre et nous devons avouer que la vue nous a complètement perdus. Il ouvrit la porte avec un sourire factice avant de passer devant l’agent immobilier lui faisant signe qu’il allait visiter le reste de la maison sans son aide. Si tu as besoin de moi, tu cries mon poussin et comme un chevalier servant j’arriverais à ta rescousse. Alessio savait que la jeune femme savait se défendre et il pouvait lui rendre la monnaie de sa pièce sans prendre le risque de retrouver son corps découpé en petit morceau. Elle allait voir que l’homme était vraiment étrange et elle allait bien devoir admettre qu’Al avait raison et que son imagination ne lui jouait pas des tours.


De toute manière, rare étaient les personnes qui avaient le droit à l’amour d’Alessio, la jeune femme faisait partie des rares personnes qui l’obtenaient et il n’était pas certains qu’elle se rende bien compte de la place qu’elle avait dans sa vie. Lorsqu’elle lui avait claqué un baiser au coin des lèvres, il n’avait pas réagi parce que c’était elle, une autre personne aurait subi la foudre d’Alessio.

Il retourna dans la pièce passant son bras autour de la taille de son interlocutrice lui faisant un sourire hypocrite. Comment tu vas ? Il se doutait qu’elle devait avoir les oreilles détruites par la voix de l’agent, mais il avait juste abandonné la jeune femme comme elle l’avait fait.



B-Ever

.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Dim 1 Oct 2017 - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Mok
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 239 - Points : 1018

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Mer 27 Sep 2017 - 22:33 )
S’il y avait bien une chose que Vera ne faisait jamais : juger. Les gens faisaient bien comme ils voulaient. Ce n’était pas son problème et encore moins ses affaires. Si Alessio était heureux dans une chambre d’hôtel : alors tant mieux. Le principal c’est que cela lui convienne. En ce jour pourtant, la chanteuse avait l’impression que son ami avait besoin d’un nouveau départ peut-être ? Qui sait. En attendant de trouver un logement à la hauteur de son talent : ils avaient décidé une nouvelle fois de croquer la vie à pleines dents en prétendant être un couple. Chose qui ne sont pas, qui ne seront jamais. Ils en avaient déjà parlé : pour le bien de l’humanité ils ne pouvaient pas procréer.

« Ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Pour ce que je sais… Il a peut-être quelqu’un d’autre dans sa vie. » Vera ne savait pas. Elle avait toujours peur de demander en réalité. « Mon cœur tu pourrais l’avoir en un claquement de doigts, mais tu ne le voudrais pas quand bien même je te l’offrais. » Elle le taquinait évidemment. « Sauf si je me laisse pousser la barbe ? »

L’agent immobilier mit fin à leur pitrerie pour devenir la cible principale. Bah oui tant qu’à faire ! Prétendant être un couple amoureux, Vera ne tarda pas à laisser son ami entre les mains de cet homme qui lui semblait normal. Cependant, en voyant Alessio quelque temps plus tard rentrer et fermer la porte à clé. Elle explosa de rire quand elle le vit faire une belle imitation d’un mort-vivant.

« Tu as fini oui ? Je croyais entendre Winston à se plaindre tout le temps ! » Elle croisa ses bras en ne le quittant pas du regard. « Je ne sais pas pourquoi, mais je me doutais que tu allais dire ça. » Vera réfléchit quelques instants : « J’ai peut-être une solution, faut juste que je passe un coup de fil. Je vais te la trouver-moi ta maison parfaite ! Je ne suis jamais mieux servi que par moi-même et j’aime que tu sois dans mes dettes mon canari des îles. »

L’agent frappa à la porte et elle eut une idée, elle laisse Alessio répondre et enleva la mise ne plie de ses cheveux pour leur donner un effet décoiffé comme s’ils avaient échangés un baiser passionné. Elle s’approcha de ce qui devait être son compagnon pour lui coller du rouge à lèvres au coin de ses lèvres avant de le laisser ouvrir la porte. Prétendant remettre ses cheveux en place, elle se racla la gorge sous le regard dubitatif de l’agent immobilier. Alessio partit rapidement et elle emboîta le pas à l’homme qui semblait réellement perdu.

Quand son faux amant fit l’honneur de revenir avec eux, l’agent immobilier était plus détendu. Il faut dire que Vera savait parler avec les hommes, surtout quand il était question de business. Elle regarda son ami :

« J’ai dit à ce charmant Monsieur que je ne suis pas sure que cette maison soit faite pour nous. Nous voulons quelque chose de vivants et non ce qui ressemble à une chambre mortuaire. » Le pauvre homme qui pensait avoir un deal pâlissait a vu d’œil. Délicatement, Vera attrapa sa main pour la serrer : « Cela fut un plaisir de vous raconter. » Puis elle tourna les talons pour sortir : remettant ses lunettes comme une diva.

Vera se retenait de rire, elle s’amusait réellement oui. Elle sortait de son carcan, de son éducation. Depuis la mort de son époux il y a un peu plus de dix ans : elle revivait et était une autre femme. Alessio à nouveau à ses côtés, elle sourit :

« Bon, tu me suis ou veux déposer ton bolide chez moi et on y va ensemble ? »

Elle avait son portable à la main et composait déjà le numéro de son ami. Dans un Allemand presque sans accent, elle se mit à parler avant de sourire. En raccrochant, elle fit un clin d’œil à Alessio :

« Il nous attend. »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + Schizophrenic.+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 696 - Points : 1616

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Dim 1 Oct 2017 - 17:54 )
X
Vera & Alessio
Tu devrais lui demander tout simplement, ce n’est pas une question indiscrète ou autres. Tu peux même poser ta question de façon détournée, prendre ça sur le ton de la rigolade ou autres. Enfin je ne suis pas vraiment un expert vu que j’ai tendance à être assez franc, je ne prends jamais de gants, je devrais parfois. Et je ne suis pas gay, tu sembles oublier que j’avais une copine, sauf qu’à la fin, elle me demandait sans cesse plus d’affections. Donc je lui ai dit d’adopter un chien si elle manquait tant d’affection, elle n’a pas apprécié. Les êtres humains sont bien trop susceptibles si tu veux mon avis.

Alessio n’avait pas compris pourquoi elle avait si mal pris sa proposition, le chien était une bonne astuce si elle manquait d’affection non ? Sans tomber dans des clichés sexistes, il devait avouer que certaines femmes étaient vraiment étranges et susceptibles.


Il devait aussi avouer que le fait qu’elle sous-entende qu’il soit gay l’avait mis dans une situation vraiment dérangeante. Il n’était pas gay, il refusait catégoriquement d’être gay et il ne se considérait pas comme gay. Il avait des aventures avec des hommes juste parce qu’il y avait un truc déréglé en lui, mais il espérait que le problème passerait vite, qu’il allait redevenir normal dans quelques années.


Il se concentra à nouveau sur l’agent qui écoutait toutes leurs conversations sans manifester aucune gêne, il détestait les gens qui se permettaient d’écouter la conversation des autres sans même se soucier du respect de leur vie privées. Alessio le foudroya du regard prêt à lui lancer une réflexion cinglante dans les dents avant d’être pris de court par Vera qui prit la parole, des propos qui donnèrent envie à Al d’exploser de rire et il se retient de justesse sortant ensuite avec la jeune femme.


Il la laissa passer son coup de fil avant de lui ébouriffer les cheveux justes pour la faire chier. Mon Dieu, épouse-moi femme parfaite. Ta réflexion au mort-vivant était juste parfaite et tu parles plusieurs langues ? Serais-tu la femme parfaite, mon cœur va encore être brisé quand l’homme que tu aimes remarquera enfin quelle femme merveilleuse tu aies. Je pense que je vais laisser ma moto ici et je viendrais rechercher mon bébé plus tard.


Al ne voyait pas l’intérêt à retourner chez lui pour déposer sa moto sachant que le quartier était calme, que le taux de criminalité était assez bas et que le seul truc vraiment étrange ici était le vendeur. D’ailleurs en songeant au vendeur, il se souvient d’une remarque de Vera et poussa une exclamation outrée en rentrant dans la voiture de la jeune femme.


Maintenant que j’y pense, tu oses me comparer à ton gnome maléfique ? Le truc qui ne nous rapporte pas un centime et qui passe son temps avec moi quand tu n’es pas là, tu oses me comparer au gnome, on devrait se séparer vu l’affront que tu viens de me faire. Al croisa les bras sur son torse faisant semblant d’être en colère contre Vera. En vérité, les moments passés avec le fils de Vera lorsqu’elle n’était pas là ne le dérangeaient pas vraiment. Il n’irait pas jusqu’à dire qu’il aimait ce gosse, disons qu’il lui tapait moins sur les nerfs que les autres, mais il ne ressentait aucune affectation pour le petit. Il n’aimait pas les enfants et ne songeait même pas à en avoir après il devait bien avouer que les moments qu’il passait avec le gamin étaient agréable.


Heureusement  que ce genre de moment n’arrivait pas souvent, généralement le gamin venait lorsque Vera n’était pas à la maison et qu’Al venait jouer dans la pièce à musique de la jeune femme.


Il ne savait pas si Vera était au courant des visites de son gosse à Al, peut-être que le gamin lui disait lorsqu’elle revenait, il ne s’était jamais posé la question et il ne savait même pas si le gnome parlait vu qu’il n’avait jamais pris le temps de s’intéresser à lui. Il lui apprenait quelques notes de piano ou le laissait colorier ses tatouages dans un calme absolu appelant le majordome lorsqu’il commençait à être trop chiant.




B-Ever

.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Mer 11 Oct 2017 - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Mok
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 239 - Points : 1018

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Lun 9 Oct 2017 - 22:34 )
Vera se contenta d’hausser les épaules. Son ami avait probablement raison : elle ferait mieux de mettre un terme à ce jeu. Tôt ou tard, ils devraient parler. Mettre des mots sur ce qu’ils sont. Cependant, elle savait qu’il avait mille et une conquête et elle n’avait pas envie d’être un nom de plus à la liste. Elle ne partageait pas. Si les infidélités de son ancien époux ne la dérangeaient pas, étant donné, qu’elle le détestait : chaque femme au bras de son Quidam la rendait malade. Une jalousie maladive naissait en son sein. Peut-être que Vera devrait faire appel à un des nombreux personnages interprétés au cours de sa carrière. Ces derniers semblaient avoir la sensibilité des mots, des sentiments. Ils pourraient probablement aider la chanteuse à formuler ses sentiments. Vera, malgré une pointe d’espoir, se faisait une raison petit à petit cependant. Son fils serait le seul amour de sa vie, qui sait. Au moins, elle n’était pas seule. Winston était la prunelle de ses yeux. En attendant de confronter le metteur en scène, elle préférait se taire et changer de sujet.

“Vrai qu’on ne mérite pas les animaux.”

Une réflexion pensée et dites en connaissance de cause. Si elle n’avait pas de chien ou de chat chez elle : Vera n’avait jamais caché son désir d’avoir un animal de compagnie. Pour sûr : son fils serait aux anges ! Nul besoin de remettre de l’huile sur le feu, elle avait rapidement compris que l’utilisation du mot ‘gay’ avait braqué son ami.
De plus, ils avaient d’autre chat à fouetter comme ce patibulaire d’agent immobilier bien trop engoncé dans son costume et derrière ses lunettes empruntés à Harry Potter. Il ne fallait que quelques mots, des phrases cinglantes pour faire comprendre rapidement à ce monsieur qu’ils n’étaient pas intéressés. Et puis : Vera avait une idée. Une bonne pour changer ! Alors, elle s’empressa de sortir pour passer un coup de téléphone. Son cellulaire dans sa poche, elle le foudroya du regard quand il défit un peu plus ses cheveux.

“Rassurant de savoir que si on est vieux et célibataire : je suis assez à ton goût pour te demander en mariage.” Elle le taquinait cela allait de soit. “Je chante en français aussi. Histoire de rajouter un élément de plus à la liste un fait de moi une personne parfaite. Étonnant que je sois seule.” Ses lunettes sur son nez, elle se dirigea vers sa voiture. “Fais pas l’enfant martyr veux-tu ? Je connais des amis de Winston qui sont mille fois pire : tu ne survivrais pas deux minutes dans cette fosse aux lions !” Elle lit le contact en lui tirant la langue comme une gamine. “Et tu sais aussi bien que moi que tu es comme un héros, un modèle pour lui.”

Vera prit la direction du centre-ville en réfléchissant à la suite. “Après la visite, on se trouve un restaurant ? Je commence à avoir faim : c’est tellement difficile d’être nous hein ?” Certaine qu’Alessio allait rentrer dans le jeu : elle continuait d’arborer un sourire amusé.

Elle se gara devant une vieille villa. Un homme dans un costume gris immaculé attendait assis sur le petit muret. Son visage s’illumina en voyant la jeune femme. Vera se permit donc de prévenir son ami :

“Paul est un admirateur, donc t’en fais pas s’il me dévore du regard ou autre.” Il était un bel homme, intelligent et fortuné. “Il est veuf aussi et … Ma foi si d’aventure il venait à croiser le chemin de ma loge…” Vera lui fit un clin d’oeil et sortit en rigolant.

Prenant dans ses bras l’allemand, elle lui fit la bise et échangea quelques mots avec lui avant de se tourner vers Alessio.

“Voici l’ami dont je te parlais et qui cherchait un bien typique et vivant.” Paul tendit sa main : “Enchanté. Paul Linmann.” Il donna les clés à la chanteuse : “Je reviens dans une demie heure ?” Il déposa un baiser sur la joue de Vera et partit.

La brune sourit à Alessio et passa le portillon puis ouvrit la porte de la villa.

“Elle a été rénovée, mais elle a du cachet.” L’intérieur était raffiné et il y avait même un bassin au milieu : comme à l’époque. “Je te laisse faire le tour. Au moins, ça sent qu’il y a eut de la vie ici. On peut même imaginer facilement les banquets et les orgies qu’ont du abriter ces murs.” Une pointe d’humour comme ils aimaient.


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + Schizophrenic.+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 696 - Points : 1616

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Mer 11 Oct 2017 - 22:05 )
X
Vera & Alessio
La parfaite Vera qui aide la veuve et l’orphelin m’annonce qu’elle préfère les animaux ? Tu as perdu la foi ? Je suis choquée, autant pour ma part, mon aversion pour le genre humain est connue de tous et certains ont plaisir à me surnommer connard, comme mon ex. Pourquoi je suis sortie avec elle ? Parce que tu ne voulais pas sortir avec moi la diva, mon existence est chamboulée à cause de toi, tu acceptes de me faire des crêpes ? Alessio s’amusait avec la jeune femme sachant qu’elle ne le voyait pas de cette façon, même si son aversion pour les humains était connue et choquait un grand nombre de personnes.


Il ne savait pas pourquoi il aimait la jeune femme, en règle général il ne s’attachait pas aux gens, il n’avait pas une foule d’amis et restait dans son coin la plupart du temps. Il n’était pas un monstre, mais il essayait d’éviter les autres personnes en général. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi il aimait la jeune femme, c’était juste une évidence pour lui, un coup de foudre amical dès qu’il l’avait vu, comme son double féminin en plus gentil et plus joli. D’ailleurs il espérait vraiment sa soirée crêpe, même s’il allait devoir se taper le gnome, avec un peu de chance ce dernier allait se coucher tôt.



Précédemment plongée dans ses pensées, son regard perdu sur la route, il se rendit compte qu’il n’avait pas répondu à la jeune femme concernant le fait d’être parfaite. Il tourna la tête vers elle, parlant sérieusement pour lui faire rentrer ce détail non négligeable dans le crâne. Tu es la femme parfaite point. Et tu es seule parce que tu ne te bouge pas le cul pour draguer l’homme qui possède ton cœur. Puis ton gnome est un vrai démon et comment peux-tu être fière que je sois son modèle. Tu parles d’un modèle, au moins il aura peut-être un certain talent du piano, mais je ne suis pas certain que tu veuilles que ton enfant parte en tournée dès ses quatorze/quinze ans.


Alessio fit un dernier sourire à la jeune femme avant de regarder autour de lui curieux de l’endroit où l’emmenait la jeune femme. Il savait que ses propos concernant la vie que son gamin allait mener s’il avait un don au piano allait la faire réfléchir, enfin peut-être après tout, les siens n’avaient montré aucune émotion en apprenant que leur fils ainé allait partir pendant des mois loin d’eux. Toutefois Vera semblait se soucier plus de son enfant, ce que ces géniteurs n’avaient pas fait alors sa réaction allait peut-être changer, il n’en savait rien et il n’eut pas le temps de réfléchir plus à la question en arrivant sur les lieux.


Il repensa à la phrase de la jeune femme en voyant en train de les attendre et se pencha vers elle en chuchotant. Il peut te dévorer du regard, mais s’il tente un geste bizarre, je le frappe et ok pour le resto, je suis toujours végétarien au passage. Il s’éloigna avant de serrer la main que lui tendait l’homme. Alessio enchantée également.


Il suivit ensuite Vera avant de rentrer dans la demeure regardant autour de lui éclatant de rire à sa remarque. Tu as cette image de moi ? Mais je suis choquée, je suis un véritable petit ange, bientôt la béatification si je continue sur cette voie. Puis tu m’as dit que tu ne serais pas contre une partie de jambe en l’air ? Ne me dis pas que tu es une adepte de ce genre de pratique ? Ma vision de toi chutera vu que je considère que les personnes participant à ce genre de pratique ne se respectent pas. Comment peut-on accepter d’être traité comme un jouet, après j’ai tendance à trouver le comportement des autres êtres humains illogique, ils sont tous tellement étrange. Je peux me cacher sous ta couette ? Alessio lui fit un clin d’œil malicieux avant de s’échapper par la première porte qu’il aperçut atterrissant dans une cuisine. N’étant pas un bon cuisinier, il ne s’attarda pas dans la pièce vérifiant juste que les éléments de base d’une cuisine rentraient correctement.


Après il se moquait de l’électroménager ne sachant pas s’en servir. Il appuya d’ailleurs sur un bouton au hasard déclenchant un truc bizarre dans l’appareil qui commença à faire des bruits vraiment étranges. Alessio s’écarta avec crainte, laissant une distance de sécurité en cas d’explosion. Alessio n’en menait pas large absolument pas à l’aise dans une cuisine et il appela la merveilleuse créature qui l’accompagnait. Vera, Vera vient à mon secours. Je crois que je vais faire exploser la maison, femme indigne vient éteindre ce truc étrange.




B-Ever

.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Jeu 26 Oct 2017 - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Mok
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 239 - Points : 1018

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le Lun 23 Oct 2017 - 0:45 )
Il n’y avait pas à tergiverser sur le sujet : Vera préférait les animaux aux hommes depuis qu’elle est enfant. En grandissant, en voyant le comportement des gens mondains ; son mariage forcé et comment son porc de mari parlait des femmes : la situation ne s’est pas arrangé. Pourtant, elle n’en avait aucun. Elle ne voulait pas être égoïste et imposer à un animal sa vie détachée. Vera était toujours partie à droite et à gauche : d’auditions en auditions et quand elle trouvait un opéra les répétitions devenaient son quotidien.

« Allons, allons, ne sois pas outré : tu connais ma vie ; si j’avais encore foi en l’humanité je serais Wonder Woman. » Un sourire sur le côté s’étira sur son visage. « Dis ce que tu veux pour dormir la nuit Roméo, tu serais tellement heureux avec moi que tu te refuses ma compagnie. C’est tout. » Se taquiner encore et encore pour accentuer un peu plus l’amour qu’ils se portent. Parce que oui, Vera aimait Alessio : peut-être plus tendrement et fort que n’importe qui sur cette planète. En dehors de son fils cela allait de soi.

La discussion prit cependant une autre tournure. Toujours quand il était question de ses sentiments, de ses relations amoureux inexistantes. Vera ne profitaient pas de son charme, de sa notoriété pour mettre les gens dans son lit. Ce n’était pas son genre et cela ne le serait jamais. Il n’en était pas de même pour son âme sœur ; dont les conquêtes étaient toutes aussi connues que lui ; mais qui était-elle pour juger ? Elle était celle qui était trop idiote pour faire le premier pas et crever cet abcès qui grandissait depuis leur premier baiser non ? Vera ne pouvait en vouloir qu’à elle-même. Les paroles d’Alessio sonnaient juste. Malheureusement. Il y avait des choses que son ami ne pouvait effacer, ni guérir voir faire pour elle : bien qu’il soit doté et doué dans beaucoup de domaines.

« Personne ne possède mon cœur, personne ne me possède. Je me suis promise à la mort de l’autre connard que plus jamais ça n’arriverait. » Elle s’emporte en s’exprimant de la sorte avant de se reprendre en main. « Tant que ça lui plaît, je ne l’arrêterai jamais et le soutiendrait. Il semble apprécier cet instrument à défaut d’avoir hérité de ma voix il a ma beauté. Je n’aurais pas supporté qu’il ressemble à son géniteur. » Non, il n’avait pas été un père. Winston ne l’avait jamais considéré comme tel de toute façon et Vera en était heureuse.

Son ami l’attendait de pieds fermes. Vera ne profitait pas, elle lui rendrait la mise d’une façon ou d’une autre. Même si cela voulait dire passé une soirée dans un des meilleurs restaurants de la ville : tant qu’Alessio trouvait l’endroit parfait. Les clés en main, elle ouvrit ce qui pouvait être la future demeure de son ami : le laissant rentrer d’abord. Cela était drôle de penser à ce qui s’était passé entre les murs de cette villa restaurée. Il n’y avait pas beaucoup de bien de la sorte à Naples.

« Nies-tu cette réalité ? » Elle arqua un sourcil : « Tu n’es pas aussi sage que tu en as l’air, fais pas le mariole comme ça. » Vera quant à elle pouvait faire pâte blanche sur le sujet.

La chanteuse le laissa prendre les devants : gardant un œil sur lui alors qu’il s’aventurait dans la cuisine. Appuyer contre le montant de la porte, elle ne pouvait s’empêcher de le regarder doucement : avec ce petit sourire doux qu’elle réservait en grande partie à celui qui était son meilleur ami. Pour le meilleur et surtout le pire. C’était comme ça qu’ils pouvaient survivre : en restant soudé quoiqu’il arrive. Pour sûr, aucun homme ne pourrait se mettre en elle et lui. Alessio était bien trop important et là depuis longtemps. En le voyant mettre en route le mixeur : elle éclata de rire.

« Mon pauvre, tu vas finir par te blesser. On voit bien que tu n’y connais rien en cuisine n’est-ce pas ? » Elle éteignit le robot avant de lui faire signe de la suivre jusqu’au salon : « Tu sais que la maison en face est à vendre aussi ? » Elle décida d’émettre l’idée qui lui trottait dans la tête : « Je pourrais louer la maison cercueil dans le quartier chic et venir m’installer ici ? Imagine : on serait voisin ! Bon… On devra se supporter encore plus : mais promis je ferais en sorte que Winston ne casse pas un carreau en jouant au basket ! »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Abandonné] Laissez moi me débattre. Venez pas me secourir. Venez plutôt m'abattre pour m'empêcher de souffrir. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences