Revenir en haut
Aller en bas

Voir le deal
9.99 €

 

- [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Commissariat de police
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t5675-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Ally Bee
Messages : 1088 - Points : 3977
Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Mer 27 Sep 2017 - 1:41 )
Avachi derrière son bureau, Erio appuie avec acharnement sur son crayon bic. La mine sort, rentre, sans qu’il ne s’en lasse, ou ne s’en préoccupe réellement. Le dossier ouvert sous ses yeux le contrarie. Des photos sont éparpillées et le tableau face à lui qu’il fixe devient flou, brouillon. Il essaie d’y voir plus clair, d’y comprendre des choses, mais ses indices, il les connait sur le bout des doigts, n’a eu de cesse de se les remémorer tous les jours. Erio a rédigé des tonnes de notes qui prennent des cahiers entiers qu’il range soigneusement chez lui dans des boîtes et il les ressort souvent la nuit, après avoir pensé à un détail. Malheureusement, ça ne le fait pas avancer dans cette terrible affaire sur laquelle il travaille avec des collègues. Certains ne sont pas toujours faciles, l’attaquent en nommant son père, rare sujet qui l’atteint au point de tout casser et de se barrer en claquant la porte derrière lui. « Ca fait dix piges que tu regardes ces photos. Tu crois quoi, qu’elles vont te donner l’élément clé en claquant des doigts ? » « Et toi, tu crois que c’est en glandant qu’on va avancer ? Connard. » lâche-t-il sévèrement en se levant. Il quitte la pièce, entendant au passage son collègue qui soupire. Erio est agressif, d’autant plus parce que la visite mensuelle avec la sœur d’une des premières victimes approche et qu’il ignore toujours quoi lui répondre. C’est sans arrêt le même discours : « désolé, pas de nouveau », « aucune avancée, mais on vous rappelle si on a du nouveau ». Ca devient difficile à gérer. Pourtant, ils ont réuni les moyens pour l’avoir ce salaud. Des perquisitions à la pelle, des garde à vue, de nombreux appels à témoin, mais rien n’y fait. Las, il glisse une pièce dans le distributeur et commande un café à l’accueil. La porte du commissariat s’ouvre et des voix brisent le calme plat qui régnait à l’intérieur. Erio saisit sa boisson chaude en tournant la tête vers deux collègues qui ont fait une descente dans les rues pour attraper des prostituées en plein boulot. Elles sont cinq, six, et dans le lot, il y a Elle. Son cœur rate un battement lorsqu’il croise son regard. La dernière fois qu’il a vu Ornella, c’était lorsqu’elle sortait avec des amies et elle semblait bien se porter. Il n’a pu s’empêcher de lui envoyer une lettre avec son contact sans avoir de nouvelles de sa part. Erio, il a toujours espéré recevoir un message de sa part, mais il s’est toujours dit qu’il fallait laisser agir le temps. S’avançant, il choppe le bras de son collègue et lui fait un signe de la tête pour lui montrer discrètement la rouquine. « Qu’est-ce que tu fous à embarquer n’importe qui ? » « La rouquine ? » lui demande-t-il, en le prenant à part. « Elle faisait le tapin, comme les autres. Tu la connais ? » Ses yeux la détaillent de haut en bas, puis s’attardent sur son visage maquillé. « Eh bah tu t’es trompé. Je m’en charge. Toi, là. » finit-il, en s’adressant à la jeune femme aux cheveux de feu. « Tu me suis. » Il appuie ses dires en lui faisant un signe de son index et annulaire de se rapprocher.


Dernière édition par Erio Mazzei le Dim 19 Nov 2017 - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Mer 27 Sep 2017 - 22:19 )
- ( Erio & Flora ) : " On n'apprend pas a connaître le coeur d'un frère quand on n'a pas fait appel à lui dans la misère. " - Comme toutes les nuits - depuis ses dix huit ans - Flora sortit de l'appartement de ses parents vêtue d'habits dans lesquels son corps traînant vingt ans de mauvais traitements physiques était a son avantage afin de vendre - le plus de fois possible - son corps dans les rues de Naples a des hommes inconnus jusqu'au lendemain matin. Avec ce travail, le but principal se trouvait être, la récole de la somme choisit par ses parents. Depuis la nuit passait avec Mat' la somme avait connu une augmentation - plus ou moins - importante. A chaque fois, le « Tu sais ce qui t'attends si tu rentres sans ! » d'un de ses parents la rappelait à l'ordre dès que son corps et/ou son esprit la suppliaient de faire une pause dans la nuit. Elle consistait en l'action de s’asseoir sur le sol dans une - petite - rue : ses mains ont le droit d'être prises de tremblements et des larmes ont le droit de couler le long de ses joues. Parfois, Flora vomit bien que ce soit plus en rentrant. Mais, la jeune femme de vingt ans n'avait jamais réussit. Si bien que le « Même ça tu ne sais pas faire. » de son paternel, Flora aurait tendance a le croire. Alors que cela contredisait le « T'es bonne qu'a ouvrir les cuisses. » toujours de son paternel. Mais, après tout le « Ce n'est pas une Casaroli, t'inquiètes. C'est que de la mauvaise graine. » datant un peu déjà avait prit son sens il y a quelques jours lorsque Flora apprit son adoption et certains détails sur ses parents biologiques. Alors, pourquoi pas les autres remarques négatives - humiliantes, dégradantes - à son égard. Heureusement que la jeune femme vivait des moments - bien que moins nombreux en ce moment - avec ses - rares - amis (es) et le bel italien - Mat' - en dehors des quatre murs de l'appartement, positifs. Mais ces derniers restaient des parenthèses dans sa vie comme le « .. Vous venez avec nous ! » d'hommes en uniforme - la police de Naples - l'embarquant pour la 1ère fois en deux ans avec cinq autres femmes se prostituant aussi, le montrait. Ne voulant pas des problèmes avec les forces de l'ordre - en plus de ceux que Flora aurait en rentrant à l'appartement - la jeune femme ne fit preuve d'aucunes résistances, montant dans le véhicule qui les amenait jusqu'au commissariat qui se trouvait dans le quartier de Spagnoli dans le Coeur de Naples. Pendant le trajet, Flora avait le regard perdu dans le paysage nocturne, un noeud dans l'estomac, les bras croisés contre sa poitrine cachant le tremblement naissant de ses mains, ses dents pinçant sa lèvre inférieure et les yeux humides. Pareil, en entrant dans le bâtiment. Au contraire, des autres. Pourtant, rapidement un homme ne se trouvant pas être l'un de ceux qui les avaient conduites ici, lui fit un signe de la main : « Toi, là. Tu me suis. » Aussitôt, Flora le rejoignit et ils s'éloignèrent de l'accueil. Qu'est ce qu'il lui poserait comme questions ? Qu'est ce que Flora risquait a faire ça, comme travail ? Est ce que la jeune femme partirait de là bientôt ou pas ? Alors que l'homme entrait dans l'une des nombreuses pièces du bâtiment, Flora qui le suivait se stoppa net. « Je n’peux pas rester là. Je dois vraiment y retourner s’il vous plaît. Je n’peux pas encore rentrer sans cet argent .. » Flora avait une petite voix avec de légers tremblements, ne regardant pas cet homme.






« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t5675-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Ally Bee
Messages : 1088 - Points : 3977
Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Lun 2 Oct 2017 - 23:40 )
Avec assurance, Erio s’avance dans les couloirs et ouvre la porte d’une pièce en lui indiquant d’un signe de tête qu’elle doit entrer dans la pièce. Son regard est dur, mais en vérité, il n’en mène pas large. Se retrouver face à Ornella, il l’a longtemps envisagé, imaginé, mais dans sa tête, ça ne s’est jamais fait dans de pareilles circonstances. Il a envie de comprendre, peut-être aussi et surtout de se rassurer. « Assis-toi. » ordonne-t-il, en tirant la chaise. Lui s’appuie sur l’angle du bureau où règne le bazar. De la paperasse, un gobelet à moitié vide et le sien qui vient le rejoindre à ses côtés. Son regard s’attarde sur sa silhouette tremblante, ses vêtements légers, ces chaussures à talons, ce maquillage qui cache sa beauté naturelle et son cœur se resserre à l’idée que la raison de sa présence ici est réelle. Les mots prononcés avant qu’il ne prenne lui-même la parole veulent tout dire. « J’peux te demander c’que t’es en train de foutre de ta vie ? » C’est sa frangine, lui le sait depuis tellement longtemps, si bien qu’il se permet d’être familier avec elle, lui parler comme un grand-frère qui n’a malheureusement pas pu jouer son rôle comme il aurait voulu le faire. « Regarde-toi. Ca t’plait, ce reflet ? » De son index, il désigne le miroir derrière la porte fermée. Lui, il n’aime pas ça et il n’est pas certain que ce soit son cas. Ce corps, elle le vend pour de l’argent. Il lui appartient, mais dans les bras d’inconnus, c’est comme si ce n’était plus le cas. Elle n’est finalement qu’un objet que tous ces hommes aiment utiliser. « Qu’est-ce qui te passe par la tête merde ? » Elle est jeune, a l’âge de faire ce qu’elle veut, d’être heureuse et il la brusque, ne lui parle pas le plus gentiment, mais il n’est pas là contre elle, pour lui faire mal, mais pour lui tendre une main et lui venir en aide. « Qui est-ce qui t'embauche ? » Il veut un nom. Il se connait, avec le lien qui les unit tous les deux, il pourrait faire une descente dans les minutes à venir et le coffrer afin qu’il ne la touche plus, ne la menace plus. Concerné, Erio ne lui donne pas cher de sa peau, ne promet pas qu’il arrive avec toutes ses dents jusqu’au commissariat.
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Mer 4 Oct 2017 - 0:55 )
- ( Erio & Flora ) : " On n'apprend pas a connaître le coeur d'un frère quand on n'a pas fait appel à lui dans la misère. " - Qu'est ce qui se passait entre les quatre murs du commissariat lorsque ces hommes un uniforme prenaient plusieurs de ces femmes arpentant les rues de Naples la nuit a la recherche de clients a qui vendre ce corps dans deux bouts de tissus, perchait sur des talons qui au bout de quelques heures faisaient mal aux pied ? Au cours des vingt quatre derniers mois - plus ou moins - la jeune femme avait réussit a ne pas en faire l'expérience. Alors, pourquoi ? Peut que l'apparition de ce bel italien dans sa vie il y a deux mois et l'entrevue avec cet homme qui partage le même ADN que le sien étaient deux signes annonçant que ces vingt ans de mauvais traitements chez les Casaroli prendraient bientôt fin. Pourtant, que ce soit dans la voiture l'amenant jusqu'au commissariat ou en suivant cet homme dans les couloirs du bâtiment jusqu'à l'une de ses nombreuses pièces - un bureau - la jeune femme n'avait pas l'impression qu'une porte de sortie de secours se présentait. A la place, Flora avait l'impression que son Monde s'écroulait encore une fois sous ses pieds ou que quelqu'un d'invisible l'entraînait encore un peu plus bas dans ce puits sans fond ou encore que sa tombe dans le cimetière napolitain se creusait encore un peu plus. Mais le stress - se mélangeant au manque de sommeil, d'appétit - qui avait prit possession de son corps - un noeud dans l'estomac, le rythme cardiaque plus rapide qu'à l'habituel, des légers tremblements - n'avait pas - vraiment - un lien avec le fait d'être dans un commissariat. Plutôt, il avait - surtout - un lien avec le fait qu'encore une fois - depuis des jours déjà -ses parents n'auront pas la somme d'argent qu'il voulait le lendemain matin. Alors, Flora devait trouver un moyen de sortir du commissariat, le plus rapidement possible .. « Assis-toi. » Il tira la chaise se trouvant devant le bureau dont l'un des angles lui servit d’appui. Mais, Flora ne s'y assit pas. Peut être que la jeune femme n'aurait pas dû lui faire la confirmation de la raison de l'arrestation des cinq autres femmes se trouvant - peut être - encore a l'accueil ; la prostitution. « J’peux te demander c’que t’es en train de foutre de ta vie ? » Flora avala pas sa mal sa salive. « Je n'suis même pas bonne pour ça, qu'est ce que vous voulez que j'fasse d'autre de ma vie ? » Même si Flora n'avait pas un quotidien s'apparentant a ceux de tous les autres italiens de son âge, il ne se limitait pas a vendre son corps la nuit a des hommes. Il y avait toujours ce travail de femme de chambre a l'Avanti Hôtel. Mais au fond Flora aurait voulu faire des études supérieures. Peut être dans le domaine de l'art vu que le dessin l'amenait a rester quelques heures dans la semaine a la bibliothèque napolitaine. « Regarde-toi. Ca t’plait, ce reflet ? » Il lui pointa la glace se trouvant sur la porte. Elle se retourna a peine. « Je n'aime pas mon reflet. Mais, c'est moi c'est tout. » Flora fit un mouvement d'épaules de haut en bas. Dans la vie de tous les jours, le style vestimentaire de Flora s'éloignait des tenues nocturnes. Pareil concernant les accessoires de beautés qui ne lui servaient qu'a faire un aspect naturel et a cacher ses bleus. « Qu’est-ce qui te passe par la tête merde ? » Flora se mordit la lèvre inférieure. « Ce n'est pas .. Je fais pas ça pour le plaisir .. » Depuis son enfance, dès que ses parents exigeaient, la jeune femme le faisait. En partie, parce que Flora ne voulait pas passer un mauvais quart d'heure. « Qui est-ce qui t'embauche ? » Flora fit un mouvement de la tête de droite a gauche. « J'peux pas vous l'dire, non. » Il ne devait pas y avoir beaucoup de femmes aussi jeunes que Flora qui arpentaient les rues la nuit dans le même but. Du moins, pas en sa connaissance. En tout cas, peut être pas à la demande de ses propres parents, comme la concernant. « J'ai répondu a vos questions, alors .. » Flora avait toujours la même voix basse aux légers tremblements – que lors de ses trois dernières interventions - retenant ses larmes. « J'vous donne même l'argent si vous voulez .. » Elle s'avança - enfin - vers lui, lui tendant l'argent d'une main tout aussi tremblante. « Mais, laissez moi partir s'il vous plaît .. » Elle releva - enfin - ses yeux vers lui. Enfin, un court instant.










« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t5675-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Ally Bee
Messages : 1088 - Points : 3977
Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Lun 9 Oct 2017 - 0:24 )
Sa Ornella, elle est mal au point, se sous-estime sur tous les points, même de cette chose qu’on lui demande de faire et qu’elle ne semble pas faire correctement. Ce n’est pas ce qui le peine. Cet emploi, pour elle, il n’en veut pas et il était loin de s’imaginer qu’elle se noyait dedans, alors il tombe de haut, ne réalise pas encore tout à fait ce qui se passe. Tout ce qu’il voit, c’est ce brin de femme qui tient à peine sur ses jambes, peu sûre d’elle et qui l’appelle silencieusement à l’aide, sans même le savoir. « Tout. N’importe quoi. Mais pas ça bordel. Pas ça. » Ces hommes n’ont aucun respect pour elle, ne voient qu’un objet qu’ils paient pour un service et ça le rend fou de l’imaginer devoir défaire ses vêtements sous l’œil avisé d’un porc qui prend plaisir au spectacle, avant d’exiger d’elle des choses pour la souiller davantage. « C’est un discours qu’on entend très souvent, pourtant t’es là. » A faire ce qu’elle n’aime pas, à agir tel un robot qui effectue les ordres de son Maître dont l’identité ne lui ait pas dévoilée. La peur de ce qui pourrait arriver sans doute, la crainte des représailles, de ne pas savoir quoi faire ensuite peut-être. Plus calmement, Erio se redresse et saisit ses deux bras qu’il observe l’un après l’autre, souhaitant se convaincre qu’elle n’est pas l’une de ces junkies en manque de sa dose. Ca expliquerait bien des choses. Aucune trace noire, pas une seule piqûre. Rien. « J’veux pas de ce fric. J’veux que t’arrêtes ça, c’est tout. » Son pouce se cale sous son menton, tandis que ses autres doigts se positionnent sur sa joue, l’obligeant à relever les yeux vers les siens, à les fixer. Il la sent fragile et la seule chose qu’il a envie de faire à l’instant, c’est la prendre dans ses bras, lui souffler qu’elle peut tout lui raconter, qu’avec lui, elle est en sécurité. « C’pas cet avenir qu’elle voulait pour toi merde. » C’est pas ce qu’il veut pour elle non plus. Il resserre sa main dans laquelle elle tient l’argent et la referme bien fort. Il ne le lui prendra pas, il sait que si elle revient vers ceux qui l’embauchent, elle en aura besoin, mais il préférerait qu’elle reste avec lui. « J’vais pas te lâcher. J’suis pire qu’un gros chewing-gum sur une chaussure quand je m’y mets. » Elle est trop importante à ses yeux et il s’en veut soudainement de ne pas avoir écouté cette petite voix qui lui soufflait de la surveiller de plus près. Au lieu de ça, il s’est contenté de lui déposer une lettre avec ses coordonnées, sans être certain qu’elle le recontacterait un jour. Il la laisser bousiller sa vie, alors qu’il aurait peut-être pu voir ce qui se passait plus tôt. « J’suis pas là pour te faire du mal, va falloir que tu te le mettes dans le crâne. » dit-il, en effaçant le maquillage sous ses yeux. « Ils t’ont fait mal ? » Est-ce qu’ils la menacent ? Est-ce qu’ils lèvent la main sur elle ? Ils n’oseraient peut-être pas l’abîmer au point de la défigurer, mais ceux qui l’engagent ont certainement de quoi la dissuader de se rebeller.


Erio Mazzei
Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Mar 10 Oct 2017 - 18:23 )
- ( Erio & Flora ) : " On n'apprend pas a connaître le coeur d'un frère quand on n'a pas fait appel à lui dans la misère. " - « Tout. N’importe quoi. Mais pas ça bordel. Pas ça. » A dix huit ans, ils avaient pu l’envoyer vendre son corps toutes les nuits a des hommes sans craindre que les services sociaux se penchent sur la façon dont le couple C.  avait investit les droits et les devoirs des parents depuis l’adoption de la jeune femme qui avaient eu lieu quelques mois après sa naissance. S'ils avaient pu le faire avant - comme dans d'autres pays - ils l'aurait sans aucuns doutes, fait. Après tout, les problèmes d'argent des C. ne dataient pas d'il y a - a peine - deux ans environ. Déjà lors de son enfance, ils avaient une consommation d'alcool d'autres substances importante. Alors, les deux salaires passaient déjà en grande partie dans l'achat de ces derniers au détriment des factures et des achats quotidiens. Mais là, ils n'avaient pas de comptes a rendre sur leurs choix d'éducation ou sur les frasques de Flora a une des administrations publiques - sociaux ou police - : ils empochaient - juste - l'argent tous les matins et lui faisaient passer un mauvais quart d'heure s'il y en avait pas assez. « C’est un discours qu’on entend très souvent, pourtant t’es là. » Du coup, la jeune femme de - a peine - vingt ans n'avait pas d'autres choix que d'être dans les rues napolitaines toutes les nuits jusqu'au matin. Après tout, avec des résultats scolaires toujours au dessus de la moyenne Flora auraient - peut être - pu entreprendre des études supérieures en entrant il y a deux ans à l'Université de Naples en vue de faire un travail dans un domaine de son choix. Mais, - à l'époque - ils lui avaient sans doutes fait comprendre que ses résultats devaient être bons et sans aucunes frasques disciplinaires afin qu'ils n'aient pas un quelconque rendez vous avec l'un de ses professeurs ou l'administration. Alors ne voyant qu'en Flora un moyen d'obtenir de l'argent en devenant un « objet ou jouet sexuel » lorsque les autres parents souhaitaient que leurs enfants exercent un « bon » travail ou en tout cas, un travail qu'ils voulaient - vraiment - faire, le couple C. avait choisit son orientation finale : la prostitution. Obligeant Flora de le faire. Ils avaient toujours eu ce fonctionnement : ils exigeaient x ou y besoins ou envies et la jeune femme le faisait. Après tout, ils restaient ses parents. « J’veux pas de ce fric. J’veux que t’arrêtes ça, c’est tout. » Il mit son pouce sous son menton, posant ses autres doigts sur sa main, l'obligeant a lever la tête vers lui. Peu importe, ce qu'il souhaitait. Peu importe, ce que Flora souhaitait. Il ne voulait pas de cet argent. Flora, n'en voulait pas aussi. Quoiqu'il se passait au cours de l'entrevue, la jeune femme sera dans les rues napolitaines dès le lendemain en compagnie - en autres - des cinq femmes qui se trouvaient - peut être - encore à l'accueil du poste. Et, s'il ne voulait pas de cet argent, Flora ne s'en servirait pas pour son usage personnel. Comme ce qu'il sous entendait en lui prenant les bras, les examinant : acheter de la drogue. Non. Le seul revenu personnel - et secret - de Flora se limitait au - petit - salaire de l'Avanti Hôtel. Il ferma la main de Flora qui tenait l'argent. Au moins, en revenant à l'appartement familial le lendemain matin, ses parents auront une - petite - somme d'argent. Mais, encore une fois ça ne lui éviterait pas le mauvais quart d'heure. « C’pas cet avenir qu’elle voulait pour toi merde. » Peut être que la personne se cachant sous l'emploie de ce « elle » ne voulait pas - à la base - d'un avenir tel que celui là la concernant. Mais, en vingt ans aucunes personnes la côtoyant avait vu - ni même, eu un soupçon - les mauvais traitements physiques - etc. - de ses parents a son encontre. Du coup, avec le temps est ce que ça ne les rendaient pas  « justifiables » au point que cet avenir soit « normal » pour Flora ? « J’vais pas te lâcher. J’suis pire qu’un gros chewing-gum sur une chaussure quand je m’y mets. » Maintenant, est ce que la jeune femme aurait cet homme des forces de l'ordre sur le « dos », l'empêchant de vendre son corps tous les soirs de la semaine a des inconnus ? Il n'y avait rien de « drôle » - même s'il n'essayait pas de faire de l'humour - là dedans. Ses parents ne seront déjà pas ravis que Flora ait fait un passage au poste de police. Alors, s'ils devaient prendre la décision de suspendre ce travail nocturne - perdant ainsi une source de revenus - quelques jours afin d'être certains qu'il n'y ait plus - trop - de risques que ces flics - enfin, lui - lui tombent dessus, Flora risquait de vivre un vrai cauchemar entre les quatre murs de l'appartement. « J’suis pas là pour te faire du mal, va falloir que tu te le mettes dans le crâne. » Il enlevait l'artifice que Flora avait sous les yeux. Dans d'autres termes, Mat' lui avait dit lors de la nuit qu'ils avaient ensembles il y a pas longtemps, qu'il ne comptait pas lui faire du mal, au contraire. Mais, ils se connaissaient depuis deux mois environ alors que cet homme ne la connaissait pas. En tout cas Flora, non. « Ils t’ont fait mal ? » Même si les souvenirs des coups de son paternel la hantaient vingt heures sur vingt quatre et sept jours sur sept parce que son corps qui en avait les marques - cachaient avec du font de teint - le lui rappelait - et encore plus, là - la jeune femme fit un mouvement de la tête de droite à gauche. Mais, son corps la trahit : Ses mains furent prises de tremblements, l'obligeant a croiser ses bras contre sa poitrine et de légères larmes coulèrent sur ses joues, l'obligeant a baisser la tête. « T'façon vous dîtes ça a nous toutes, non ? » Flora fit quelques pas a reculons. Ils avaient sans doutes tous la même trame d'interrogatoire dans ces cas là afin d'obtenir x ou y informations. « Vous faites votre travail. Mais, au fond ça ne change rien. » Flora fit un mouvement d'épaules de haut en bas en soupirant. Après tout, parmi toutes les femmes qu'ils amenaient au poste a cause de ce travail nocturne la plupart - voire, toutes - le continuaient. « Sinon, vous me confondez avec quelqu'un. » Flora releva la tête vers lui après un revers - très - rapide sur ses joues.




« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t5675-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Ally Bee
Messages : 1088 - Points : 3977
Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Dim 22 Oct 2017 - 18:28 )
Sa réponse ne le soulage pour autant pas. A son comportement, il sent bien qu’elle ne se sent pas bien. Peut-être est-ce dû à son ton un peu trop dur, ou à son regard perçant qui la fusille sur place, alors qu’il aimerait juste la prendre dans ses bras et la protéger de tout ce qu’elle endure, la préserver de ce monde dans lequel elle est enfermée, tout en lui faisant comprendre qu’elle ne risque plus rien à présent. C’est utopique. Il n’a aucun droit sur cette jeune femme, ne pourra pas être constamment derrière elle, mais il peut lui tendre une main. « J’ai une tronche à dire du vent aux gens ? » Parce que pour lui, répéter le même discours à tous, c’est montrer qu’il n’en a rien à faire, qu’il ne fait que répondre à une situation à laquelle il est confrontée chaque jour. Ce n’est pas le cas. Ce n’est pas son job de faire des descentes et de récupérer les filles sur le trottoir. Il laisse d’autres gérer ça, lui a assez avec ses affaires, se sent déjà terriblement concerné de tout ce qui arrive autour de lui. Il ne peut pas porter toute la misère du monde sur ses épaules, mais celle d’Ornella, sans hésitation. Il se recule et s’appuie contre le bureau, ses doigts crispés contre le bois peint. « Je t’ai envoyé une lettre avec mon numéro. T’aurais dû appeler. » Il aimerait lui en dire plus, mais parler de l’existence de ce papier suffira à la mettre sur la voie, lui prouvera qu’il ne lui est pas si inconnu que ça, qu’il a des éléments en sa possession et qu’il peut les lui transmettre si elle le désire. « J’aurais pu te venir en aide si j’avais su que t’étais dans de sales draps. » Avec son statut, sa profession, il peut faire marcher ses relations, ou tout simplement se comporter comme son frangin. Il n’est pas doué pour être agréable, gentil, étreindre les gens de sa propre initiative, mais il peut réagir face à la situation. « Au cas où t’aurais pas compris, t’as quelqu’un qui s’en fait un petit peu pour toi. » Et il est disposé à faire ce qu’il peut si elle s’ouvre au moins un peu, est prêt à agir en fonction pour qu’elle ne soit plus sur la défensive à force de se voir, si elle ne lui claque pas la porte au nez.
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Lun 23 Oct 2017 - 23:22 )
- ( Erio & Flora ) : " On n'apprend pas a connaître le coeur d'un frère quand on n'a pas fait appel à lui dans la misère. " - « J’ai une tronche à dire du vent aux gens ? » Plus comme un réflexe, la jeune femme de vingt ans fit un mouvement de droite à gauche de la tête. Il se recula et s'appuya a nouveau sur le bureau. « Je t'ai envoyé une lettre avec mon numéro. T'aurais dû appeler. » Au bout de plus d'un an, Flora rencontrait - enfin - la personne qui avait écrit ce - petit - mot de quelques lignes en laissant à la fin ses coordonnées. « J'ai voulu le faire mais .. » A l'époque, Flora ne l'avait pas fait ne sachant pas en quoi ça la concernait. Mais, il y a peu de temps la jeune femme avait apprit son adoption faisant tout de suite le lien avec ce mot. Elle l'avait sorti de l'endroit secret dans lequel Flora l'avait mit après sa réception. Mais, elle n'avait pas réussit a faire le numéro inscrit dessus. « J’aurais pu te venir en aide si j’avais su que t’étais dans de sales draps. » Il avait fait des recherches afin d'être en sa possession de son adresse. Bien que majeure, il était l'adulte et Flora en quelques sortes, l'enfant. Il était flic. Il aurait pu être au courant voire il aurait dû être au courant de ce qui se passait chez les Casaroli. Certes il y a pleins de couple dont la fin des moins sont plus que pas simples. Ils ne doivent pas être les 1ers a avoir des factures en retard. Mais, il aurait être pu par x ou y moyens apprendre qu'ils avaient ne seraient ce que des consommations excessives d'alcool et de drogues. Et encore mieux, qu'ils prenaient le seul enfant qu'ils avaient comme un moyen de rembourser leurs dettes. A défaut d'apprendre pour les mauvais traitements parce que là dessus, ils étaient discrets. Et c'était aussi le cas de Flora. « Peut être que si vous étiez venu me voir vous .. Vous auriez pu les empêcher de m'obliger a faire ça ou .. Du moins, tout arrêter ! » Elle avait la voix légèrement prise de tremblements. « Au cas où t’aurais pas compris, t’as quelqu’un qui s’en fait un petit peu pour toi. » Elle fit un mouvement de la tête de droite à gauche. « C'est faux. Vous, vous êtes contentés d'envoyer un mot sans la certitude que je l'ai bien reçu, lu ou que je vous contacterai un jour ! » Après tout, Flora avait apprit son adoption dans un élan de colère de son paternel après sa nuit avec Mat' qui l'avait conduit a rentrer sans argent. Si Flora avait suivit les ordres de son père et qu'il aurait eu sa somme d'argent, elle ne serait toujours pas au courant de son adoption. Cela aurait pu durer ainsi des années. Après tout, ils n'avaient aucuns intérêts à lui dire parce que ça voudrait dire prendre le risque qu'elle fasse des recherches sur ses parents adoptifs et partir de chez eux. Quoiqu'en sachant que son père biologique était en prison pour meurtres ça l'avait refroidit quelques peu. « Si vous, vous faisiez rien qu'un peu p'tit peu pour moi vous, vous seriez pas contentés d'envoyer un mot ! » Au final, Flora ne savait toujours pas qui il était exactement. Elle ne savait toujours pas ce qu'il avait comme informations concernant sa vie avant son adoption. Mais, là tout de suite ça n'avait pas d'importance. « Alors non. Vous en avez rien a faire de moi. Vous .. Vous êtes comme eux ! » Elle baissa le ton de sa voix sur la fin redoutant soudainement sa réaction.



« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t5675-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Ally Bee
Messages : 1088 - Points : 3977
Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Dim 29 Oct 2017 - 22:29 )
Erio se doutait que les choses étaient compliquées, se disait même qu’elle n’était peut-être pas encore au courant de son adoption, mais il était loin de cette vérité, ne se doutait absolument pas de ce qui se tramait loin de lui. Sa Ornella, elle était en mauvaise posture et il se sent coupable de ne pas avoir su, de ne pas s’être plus mêlé de sa vie. Il aurait peut-être dû et il ne peut lui en vouloir de lui en tenir rigueur. « Je ne voulais pas te brusquer. J’savais pas si t’étais au courant pour tout ça et j’me voyais mal frapper à ta porte pour te balancer en pleine tronche que j’étais ton frangin. » S’il avait agit de la sorte, quelle aurait été sa réaction ? Aurait-elle été positive ? Ou lui aurait-elle refermé la porte au nez ? Tout ce qu’il sait, c’est que la gamine se trouve maintenant en face de lui et qu’il faut réparer les pots cassés, aussi lui tendre une main, même si elle n’en veut pas. « J’aurais fini par te recontacter. » Ou par l’approcher sans lui avouer son identité. « J’suis désolé, d’accord ? J’suis désolé. » dit-il, en touchant son bras afin d’appuyer ses dires. Il est désolé pour tout ça, pour ne pas avoir fait ce qu’il fallait, pour sa situation, pour tomber des nues face à ce qu’elle vit. « J’m’en fiche pas de toi. T’es l’une des seules personnes qui a vraiment de l’importance à mes yeux. » Il a des amis, des potes, mais des gens à qui il est réellement attaché, pour qui il donnerait tout, elles se comptent sur les doigts d’une seule main. Erio baisse la tête, fixe le sol. Lui qui est pourtant du genre à ne pas craindre le regard des autres, a soudainement honte de croiser le sien. Son cœur lui fait mal, autant que celui d’Ornella qui doit lui infliger une grosse douleur. « J’m’en fais pour toi. J’peux t’aider, j’peux faire quelque chose. J’peux te trouver un appartement, un toit. J’peux faire des pieds et des mains pour te sortir de tout ça… Et tout ce que j’te dis, c’est pas des paroles en l’air. » Il n’est pas comme toutes ces personnes qui lui veulent du mal, ou qui la poussent à faire le trottoir pour en tirer des bénéfices qu’elle ne verra que quelques minutes, le temps de les avoir dans les mains et de les refiler à ceux qui la menacent, peuvent la violenter. Lui, il peut lui offrir bien plus que tout ça, un monde plus sain, loin des horreurs de son quotidien. Il ne veut pas la savoir comme ça. « J’ai pas été là et j’suis désolé… » C’était pas son choix, mais il le prend comme tel. « Fais-moi confiance, j’te veux que du bien. J’sais que c’est dur, qu’on se connait pas, mais j’veux juste que tu sois bien. » Et il fera tout pour, n’hésitera pas à se mouiller, à prendre des risques.


Erio Mazzei
Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
Flora Casaroli
http://www.ciao-vecchio.com/t4303-flora-_-petite-actualisation-_ http://www.ciao-vecchio.com/t4312-flora-_-ses-petits-liens
Faceclaim : Alycia Debnam Carey. L'avatar est de Dracerys et les gifs sont de Mexico21, Tumblr et Ealitya.
Messages : 4470 - Points : 3311
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Tumblr_oap407Pyau1vshpo0o1_500
Âge : Elle est venue au monde le 17 mai 1997 à Naples. + Elle a 22 ans.
Métier : Elle se prostitue a nouveau pour ses parents ( - septembre 2018 ) après environ 10 mois d'arrêt.
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le Sam 11 Nov 2017 - 21:53 )
- ( Erio & Flora ) : " On n'apprend pas a connaître le coeur d'un frère quand on n'a pas fait appel à lui dans la misère. " - « Je ne voulais pas te brusquer. J’savais pas si t’étais au courant pour tout ça et j’me voyais mal frapper à ta porte pour te balancer en pleine tronche que j’étais ton frangin. » Apparemment, il n'avait pas voulu être brusque en débarquant de nul part avec des informations concernant ses parents biologiques sans être certain que Flora savait pour son adoption. Au fond, il aurait eu raison si la jeune adulte avait grandit dans un climat familial favorable. Mais, vu le sien il aurait mieux fait en débarquant a l'appartement familial du jour au lendemain. « Vous .. Vous trouvez ça moins brusque de me dire que vous êtes .. Qu'on est .. » Apparemment, s'il a des informations concernant son adoption d'une manière générale comprenant entre autres des informations sur ses parents biologiques - etc. - c'est parce qu'ils ont un lien de sang qui les unit tous les deux. Ils sont frères et soeurs. « Que vous êtes mon .. ici ?! » Ni lui, ni Flora ne peut connaître la manière dont la jeune adulte aurait eu en apprenant son adoption et qu'ils partagent le même patrimoine génétique a l'époque de l'écriture, l'envoie et la réception du mot. Cela aurait fait .. beaucoup, d'un coup. Pareil que s'il avait reprit contact il y a quelques jours lorsque Flora a apprit son adoption, en fait. Mais, là .. Flora ne réussit même pas a dire ce qu'ils sont l'un pour l'autre a voix haute. « J’aurais fini par te recontacter. » Mais, il l'aurait fait dans combien de temps ? Peut être qu'il l'aurait fait dans quelques jours, dans quelques semaines, dans quelques mois ou encore dans quelques années. Et a ce moment là, la situation de Flora aurait pu être pire, qui sait. Peut être que son corps n'aurait pu réussit a supporter les coups de son paternels. Peut être que Flora aurait pu ne pas réussir a se défendre face a un client violent. Peut être même, une envie d'en finir définitivement en s'ôtant la vie. D'autant plus, si ses mensonges auraient eu raison de sa relation avec Mat. Et puis, Flora ne sait même pas si au fond il l'aurait vraiment fait. S'il ne lui dit pas ça seulement parce que la descente de ces deux autres hommes des forces de l'ordre dans la rue l'a conduite au commissariat alors qu'il s'y trouvait encore. « J’suis désolé, d’accord ? J’suis désolé. » Il lui touche le bras et, Flora d'un petit mouvement coupe le contact automatiquement. Il a des raisons de l'être parce qu'il est flic. En tant que tel il aurait pu faire des recherches plus importantes sur la vie de Flora. Au point, de connaître les problèmes financiers de ses parents ou leurs problèmes d'alcool et de drogues ou encore le fait que Flora se prostitue depuis ses dix huit ans. Il aurait pu faire en sorte que ses parents ne l'obligent pas a vendre son corps a des inconnus toutes les nuits ou tout du moins, faire en sorte que ce ne soit plus possibles et qu'au passage les coups et les humiliations se stoppent. Mais, a la place il lui avait juste transmis un mot après n'avoir obtenu que des informations courantes la concernant. Alors soit, même avec son travail il n'avait pas réussit a obtenir des informations alarmantes. Soit, il s'en fichait au fond complètement de Flora. Soit, il avait transmis ce mot seulement en espérant n'avoir jamais un message ou un coup de fil de sa part parce que même s'ils partagent le même patrimoine génétique, ils n'ont pas grandit ensembles alors, il ne lui doit .. rien. « J’m’en fiche pas de toi. T’es l’une des seules personnes qui a vraiment de l’importance à mes yeux. » Il baisse la tête. « Vous avez une drôle de manière de le montrer .. » Elle murmure. Elle n'a pas d'importance aux yeux de ses parents adoptifs. Elle n'avait pas d'importance aux yeux de ses parents biologiques puisqu'il l'ont fait adopter bien que pour le moment Flora ne connait pas les raisons exactes. Elle n'en a toujours pas vu qu'ils n'ont jamais prit la peine de la contacter bien que là encore, Flora ne sait pas ce qu'ils vont vraiment devenus. Quoiqu'en apprenant son adoption, son bourreau lui avait quand même dit que son vrai père est en ce moment même en prison. Du coup, même si Flora a reçu un mot de sa part, est ce que ça veut dire pour autant qu'elle a de l'importance pour lui ? Elle ne sait pas. En fait, la seule personne pour qui Flora est sûre d'avoir de l'importance c'est toujours de ce bel italien. « J’m’en fais pour toi. J’peux t’aider, j’peux faire quelque chose. J’peux te trouver un appartement, un toit. J’peux faire des pieds et des mains pour te sortir de tout ça .. Et tout ce que j’te dis, c’est pas des paroles en l’air. » Il est temps de reconnaître qu'il ne lui ment pas et qu'il a envie de lui venir en aide. Notamment en la libérant de ses bourreaux. Soit, de la prostitution. Ceci en lui trouvant un logement. Oui, mais, après ? « Je n'peux pas vivre toute seule. Je n'ai pas de travail. Je ne fait pas d'études. Je .. » Bon. Elle sait faire toutes les tâches ménagères indispensables a la tenue d'un logement. Elle a quand même un travail a l'Avanti Hôtel mais, son temps de travail ne lui permet pas d'avoir un salaire convenable a la fin du mois. Peut être que c'est toujours possible d'augmenter son nombre d'heures. Et les études ne sont pas envisageables même si, Flora en rêve. Puis a vingt ans, c'est a peine une adulte, non ? « Je f'rais comment pour payer le loyer, les factures, les courses et le reste ? » Au final, il l'aurait sorti de la prostitution qui se faisait sous la contrainte de ses parents pour que Flora soit dans l'obligation d'y revenir parce que c'est le seul moyen a sa connaissance pour obtenir de l'argent facilement. « Enfin ça, vous, vous en fichez. Vous retournerez a votre vie, après m'avoir sortit de là .. » Elle murmure, soupirant. Elle a quand même un peu de mal a se dire qu'il y a quelqu'un qui peut être là pour elle sans l'abandonner ou lui faire du mal a un moment donné.  « J’ai pas été là et j’suis désolé .. » Au fond, ce n'est pas de sa faute si Flora en est là. Il ne devait être qu'un enfant ou un jeune adolescent au moment de sa naissance. Il n'a pas eu le choix, non plus que de faire avec l'absence de Flora. Et puis, elle ne sait pas ce qu'il a pu vivre aussi de son côté jusqu'a présent. Même s'il semble s'en être sorti beaucoup mieux que la jeune femme. « Fais-moi confiance, j’te veux que du bien. J’sais que c’est dur, qu’on se connait pas, mais j’veux juste que tu sois bien. » Elle se mord la lèvre. « Même si vous dîtes la vérité .. Même si j'vous crois .. J'peux pas là .. Ca fait déjà beaucoup a .. C'est trop. » Elle ne sait même pas comment le dire qu'elle a juste besoin de temps parce que Flora là ça fait beaucoup d'informations a digérer et a supporter pour son petit corps frêle qui est déjà sous le coup du stress de l'arrestation et de ce qui va se passer en rentrant.




« la seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante Empty
Sujet: Re: [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Flora | Une première rencontre déstabilisante -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Commissariat de police
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant