Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Abandonné] Luciano | CC ? I'm on my way -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Megara de MassiriLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1531-e-stato-bello-conoscert http://www.ciao-vecchio.com/t1567-megara-nos-atomes-accroches#31353
ID : White Feather, Mélodie
Faceclaim : Lana Parrilla, @lilousilver
Messages : 188 - Points : 611

Âge : 36 ans
Métier : Rédactrice en chef du Vogue It
Sujet: Re: [Abandonné] Luciano | CC ? I'm on my way ( le Jeu 22 Fév 2018 - 19:22 )
C’était bien grâce à Luciano qu’elle pouvait souffler et penser à quelque chose d’autre que son quotidien, seulement, c’était impossible surtout d’après les derniers événements qui se passaient dans la vie de chacun. Megara ne pouvait pas s’empêcher de rire jaune à certains moment lorsqu’elles se laissait à se confier auprès de personne qu’elle avait dans son coeur. Lui, cet homme, le seul peut-être, était à la hauteur. Il se confiait, il parlait de quelqu’un mais également de bonheur. En deux phrases, il avait quand même réussir à réunir ces deux termes tout en même temps. Un véritable exploit pour Megara puisqu’elle n’y avait jamais vraiment songé. L’expérience était beaucoup trop périlleuse pour elle, elle avait peur de monter si haut et de tomber en se rouvrant de terrible blessure passées. C’était pourtant un choix, une sorte de carapace de protection qu’elle avait réussi à se forger au fil des années qui défilaient sous ses yeux, impuissante. Le fait qu’Angelina débarquait comme une fleur dans son monde n’était pas prévu mais elle n’était pas pour autant dans l’objectif de se marier, de créer une famille qu’elle n’assumerait pas et détesterait au finale. La réaction que Megara offrait à son ami était apparemment plus que prévisible puisqu’il ne semblait même pas surpris. Il avait même eu ce petit rictus dont il avait le seul secret. Ces mots sortaient de sa bouche naturellement et elle se rendait compte à quel point elle les pensait, elle y croyait comme de sa première communion, de parent pratiquant. Cependant, il était claire qu’il avait besoin de parler, de se confier ce soir. Alors elle le poussa à en savoir un peu plus, se plaignant un petit peu de son côté mystérieux au sujet de son couple. Tout ce qu’elle savait était les faits qu’il narrait à tout le monde, sa fidèlité, sa confiance et la force de leur couple. Objectivement, cette idée s’effondrait dans la tête de Megara mais il n’était plus question de parler d’elle actuellement. « C’est bien ce que je dis, tu ne partages pas vraiment à ce niveau-là, tu es si pudique et très respectueux envers ta femme. Pardonne mon étonnement ! Je ne veux pas me montrer offensante.. » Puis elle s’étonna, elle bégaya presque alors que son cerveau triait les informations et l’ordre de ses questions qui se bousculaient quand même. La réponse arriva comme une fleur, douce et épanouie. Il avait l’air tellement heureux en se rappelant ce souvenir que l’italienne ne pouvait pas s’empêcher de faire écho à son regard rêveur : « Tu me rendrais presque hétéro en parlant d’une fille comme ça… Un homme comme toi, ça ne court pas les rues ! » le complimenta t-elle sincèrement, avec un sourire taquin bien qu’elle avait lu dans son regard maintenant terni, qu’il redoutait quelque chose. Megara voulait rebondir sur cette impression, son oeil de lynx l’avait bien capté mais il enchaîna beaucoup plus vite. Trop vite, un peu même. Comme s’il avait besoin de parler d’autre chose. Une grande bataille se livra dans la tête de la brune. Continuer de parler de sa blonde et ennuyer son ami avec cette histoire ou reprendre ce qui pourrait, sans aucun doute, l’ennuyer encore plus. Elle devinait, dans sa réflexion, que la première option devait être la bonne et que la seconde suivra : « Bianconi. J’ai du me tromper tout à l’heure mais c’est Angelina Bianconi. Elle est mariée à un riche italien. C’est à peu près tout ce que je sais, en dehors du fait qu’elle a vraiment un regard particulièrement bon pour débaucher des nouvelles tendances et ces créations me font vraiment fondre. Son blog est d’ailleurs ce qui m’a fait faire les démarches pour la ramener chez Vogue It avant que quelqu’un d’autre ne la pique. Sauf que je ne l’avais pas vraiment rencontré avant l’entretien. » Elle but une gorgée de son verre pour couper court à la sécheresse dans sa gorge : « Elle est le portrait craché de mon ex. Blonde, grande, yeux verts… A mon plus grand désespoir… »
Revenir en haut Aller en bas
Luciano MorelliLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t560-so-new http://www.ciao-vecchio.com/t599-luciano-morelli-liens
ID : Cocoe/Aurore
Faceclaim : Cillian Murphy - (ava) loudsilence.(sign) BEYLIN.
Multi-comptes : Jane Invanov.
Messages : 3003 - Points : 1489

Âge : Tout juste 39 ans.
Métier : Il dirige une société de marketing qu'il a fondé avec son meilleur ami
Sujet: Re: [Abandonné] Luciano | CC ? I'm on my way ( le Ven 2 Mar 2018 - 23:48 )
Les mots m’avaient échappé, je les avais laissé s’envoler, sortir de leur cage que je croyais pourtant avoir fermé. Je suis le premier surpris en fait. Il y a parfois des sentiments, des émotions que nous ne voulons pas comprendre, pas s’avouer. Dire à voix haute que je suis amoureux à en crever, représente sans doute un nouveau cap, une nouvelle marche grimpée. Pourtant notre relation, je le sais, est la chronique d’une mort annoncée. Elle va me tourner le dos quand elle saura la vérité. Une partie de la vérité. Ma perception n’est pas la même que la sienne, elle ne comprendra jamais que j’ai mentis par amour pour elle, pour pouvoir la garder, une heure, une minute de plus contre mon cœur qui ne bat désormais plus que pour elle. 
Elle aura raison... À son âge on idéalise les histoires d’amour, on pense sincèrement qu’elle rime avec toujours. Moi aussi j’ai été jeune et crédule. J’étais sérieux quand j’ai épousé Sienna. Je l’aimais. J’y croyais. Je me suis accroché... Jusqu’à ce que je croise son regard. Jusqu’à ce que plus rien ne compte à part elle et sa beauté, sa douceur, son innocence. Je n’ose imaginer le jour où elle va me laisser, moi et ma vieille carcasse de tricheur. A tel point que je ne sais pas si je vais savoir me relever. C’est dur, voir impossible de ce dire qu’on a enfin croisé le bonheur et de devoir y renoncer. 

J’ai conscience que Megara n’aura pas de solution miracle à m’apporter. Je sais que je ne retrouverai le sommeil qu’une fois que j’aurais mis un terme aux mensonges et aux inventions que j’ai créés. Mais mon repos ne sera que de courte durée. Je vais tout perdre, et je ne pourrais m’en prendre qu’à moi-même. Je vais me détester à tout jamais.
« C’est bien ce que je dis, tu ne partages pas vraiment à ce niveau-là, tu es si pudique et très respectueux envers ta femme. Pardonne mon étonnement ! Je ne veux pas me montrer offensante… » " Rassure toi, tu ne l’es pas du tout. " Non, je sais qu’elle ne me juge pas. Elle est juste surprise, mais comment pourrait-il en être autrement. J’ai souvent joué la carte du parfait époux, du couple sans nuage. Je voulais me persuader que j’empruntais le meilleur chemin, la voie que je m’étais fixée. Coûte que coûte j’avançais en évitant de me poser les bonnes questions. Était-on toujours aussi amoureux et heureux, elle et moi, derrière cette façade de vie idéalisée. A priori nous ne l’étions plus vraiment. Mais pour autant nous n’avons rien fait. Ni elle ni moi avons tiré les conclusions qui s’imposaient. Et voilà qu’aujourd’hui il est trop tard. Je l’ai trompé. Je les ai toutes les deux bernées.
« Tu me rendrais presque hétéro en parlant d’une fille comme ça… Un homme comme toi, ça ne court pas les rues ! » Je lâche un rire désabusé. " Hélas, je suis convaincu qu’elle ne considérera pas les choses de cette manière. Après tout je ne pourrais pas lui en tenir rigueur. Qui croirait de nouveau à un salaud, un menteur ? " Je prends une nouvelle gorgée de mon cocktail préféré. J’ai besoin de faire le vide, d’oublier un instant la merde dans laquelle j’ai l’impression d’avoir plongé. Je conjure du regard ma célèbre amie de continuer sur sa lancée.
« Bianconi. J’ai du me tromper tout à l’heure mais c’est Angelina Bianconi. Elle est mariée à un riche italien. C’est à peu près tout ce que je sais, en dehors du fait qu’elle a vraiment un regard particulièrement bon pour débaucher des nouvelles tendances et ces créations me font vraiment fondre. Son blog est d’ailleurs ce qui m’a fait faire les démarches pour la ramener chez Vogue It avant que quelqu’un d’autre ne la pique. Sauf que je ne l’avais pas vraiment rencontré avant l’entretien. » " Et bien ! On dirait que toi aussi tu te sois laissée troubler. Cette erreur est moins anodine que ce qu’il n’y parait... " « Elle est le portrait craché de mon ex. Blonde, grande, yeux verts… A mon plus grand désespoir… » " Et laisse-moi deviner... Depuis que tu l’as embauché tu fais ton possible pour la tenir éloignée ?

Revenir en haut Aller en bas
Megara de MassiriLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1531-e-stato-bello-conoscert http://www.ciao-vecchio.com/t1567-megara-nos-atomes-accroches#31353
ID : White Feather, Mélodie
Faceclaim : Lana Parrilla, @lilousilver
Messages : 188 - Points : 611

Âge : 36 ans
Métier : Rédactrice en chef du Vogue It
Sujet: Re: [Abandonné] Luciano | CC ? I'm on my way ( le Mar 1 Mai 2018 - 18:19 )
Comment rassurer un ami qui semblait se retrouver dans la même détresse que soi ? Ce qui était plutôt ironique dans cette histoire, c’était sa foutue manie à aller voir ailleurs. Quoiqu’il pouvait se dire dans son dos, elle n’avait pas vraiment de compte à rendre. Cela dit, depuis l’arrivée d’Angelina dans sa vie, les choses étaient très, voir trop, différente. Elle ne regardait plus les femmes qui l’entouraient. Elle avait beau se convaincre en s’habillant de manière à attirer les regards, à guetter le moindre rapprochement qui lui aurait fait de l’effet, elle ne ressentait plus rien de ce genre. Luciano était un homme bien à qui il arrivait de mauvaises choses. Même s’il réussissait à prendre les bonnes décisions dans les moments où elle-même avait facilement goûté à la tentation, elle avait clairement entendu que ce dernier avait cédé. Personne était inébranlable aux désirs qu’une autre personne pouvait provoquer et maintenant, elle avait quelqu’un avec qui partageait tout ça : « Rassure toi, tu ne l’es pas du tout. » Elle opina du chef, rassurée. Luciano comptait beaucoup pour elle, plus qu’elle ne le pensait à chacune de leur soirée cocktail où toutes leur frustration y passait. Tous les deux se comprenaient sur un terrain d’égalité qui leur était propre, cela lui faisait vraiment beaucoup de bien. Et puis il lui parlait d’elle, de la manière dont il la voyait et ce qu’il aimait chez elle. Sa remarque toucha beaucoup la brunette qui ne manqua pas de lâcher un petite ristourne ironique mais ça ne marcha qu’à moitié et fit redescendre le ressenti d’adrénaline qu’elle avait éprouvé soudainement. Lorsqu’il bu une gorgée de son cocktail, elle avoua : « Il est inutile de te dire le contraire mais je suis loin d’être celle qui peut te conseiller au niveau de l’adultère. » Un rire jaune déchira le visage porcelaine de la rédactrice : « Et tu sais que je ne vais pas le faire. Tout ce que je peux te dire, c’est que tu vas en chier mais ça, tu le savais déjà. » Elle tourna la touillette rose où un flamand rose était modelé au sommet pour ensuite faire la même chose que son ami. S’ensuivit une sorte de supplique d’échapper à sa réalité et Megara comprit que c’était son tour de jouer. Après quelques secondes ou elle cherchait le début de son récit, elle rebondit sur la question de son ami. Luciano ne tombait jamais à côté de ce qu’elle pouvait ressentir. Comme une livre ouvert, il lisait en elle. Pour ne pas se renfermer, comme à chaque fois que l’on parlait d’Angelina, elle n’arrêtait pas de se convaincre qu’il avait vécu la même chose, qu’il devait donc savoir ce qu’elle ressentait et ses tentatives d’échapper à la réalité : « C’est ça. Je l’ai embauché en tant que chercheuse de tendance ce qui équivaut à la cotoyer régulièrement, si ce n’est pas tous les jours. En la tenant éloigner comme je le fais, ça alourdit ma charge de travail mais je t’avoue que… » Elle croisa les bras sur sa poitrine, en serrant les dents. Rien que d’en parler, elle se sentait mal : « J'ai l'impression que ce que je ressens pour elle est beaucoup plus sérieux qu'avec les autres. Les filles, que je voyais, n’ont jamais été qu’une histoire d’une nuit mais avec Angelina je... Je ne suis plus du tout la même.. » C'était la vérité, depuis qu'elles se voyaient, elle n'avait plus touché une autre femme, même sa fiancée. « Je n’ai jamais cru que je penserai un jour à quitter Isia. » Voilà, c’était dit, elle avait craché le morceau. Derechef, elle termina son cocktail à grande gorgée en reposant lourdement son verre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Abandonné] Luciano | CC ? I'm on my way ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Abandonné] Luciano | CC ? I'm on my way -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2