Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Et après 12 mois, sonne toujours le glas.. feat Chiara -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena + © tearsflight (vava) © frimelda (sign)
Je suis absent-e : présente
Multi-comptes : Safiya Rahotep
Messages : 2679 - Points : 5591

Âge : 30 ans depuis le 17/09
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: [Terminé] Et après 12 mois, sonne toujours le glas.. feat Chiara ( le Lun 20 Nov 2017 - 20:56 )
Après 12 mois, toujours le vide.feat Chiara
Il a mal Gus. Mal depuis douze mois. Tellement mal qui ne sait plus comment soulager cette douleur qui se fait plus virulente à chaque lever de soleil. Alors même face aux larmes de sa grande sœur il reste de glace.
Parce que la souffrance lui fait voir la vie en noir.
Parce que la douleur lui a fait oublier qu’il avait un cœur.


Et puis il y a cette colère qui grandit sans qu’il ne puisse la contrôler. Cette colère parce que Chiara n’était pas là lors de l'enterrement.
Il aimerait pouvoir tout apaiser en avaler son verre.
Mais il sait que ce n’est que pure utopie.
Il voudrait pouvoir laisser couler ses larmes s’en qu’elles ne se teintent d’acide et de regret.
Mais là aussi il sait que ce n’est qu’illusion.

Alors il explose en jetant son verre contre le mur.

Un instant il voudrait que cela soit lui qui éclate en mille morceaux. Il explose aussi face à sa sœur. Hurlant presque le manque que la mort de son jumeau a engendré au sein de son cœur.
C’est comme un trou noir qui ne fait que grossir. Il englobe tout ce qu’il y a de bon en Gus. Et Gus n’a pas envie de lutter.
Parce qu’il ne sait pas comment lutter. Comment combler ce vide ?
Comment arrivait à vivre ? Alors qu’il a la sensation de ne plus pouvoir respirer. De ne plus exister.
En douze mois il est devenu une ombre qui oscille entre la vie et la mort. Pourtant Gus est là tous matins pour ouvrir le restaurant. Aux yeux des clients il est débordant de vie. Même ses parents ne se doutent pas de la guerre qu’il mène pour ne pas couler.
Pour ne pas s’enfoncer afin de rejoindre son frère six pieds sous terre.

Et Chiara qui vient mettre le bordel dans sa tête.
Avec ses mots. Avec ses larmes. Avec son amour. Que Gus voudrait tellement serrer fort. Mais qu’il ne rejette par peur de pardonner.
Par peur de se laisser aller.
Non il préfère la rejeter pour mieux se laisser empoisonner. Mais comment pourrait-il pardonner ? Comment ? Seul Dieu le sait. Mais Dieu ne lui rendra pas son frère. Et les larmes continueront de couler. Cela fait douze mois qu’elles se déversent avec avidité sur ses joues. Larmes que Gus cache en les noyant dans des folies qui l’emportent toujours plus loin.

Gus ne fait même pas attention quand sa sœur se lève pour aller se servir un autre verre. Ses yeux sont aveuglés par la douleur. Et par les larmes qu’il retient avec rage. Même si elles le dévorent à l’intérieur. Il y a juste ses mots qui s’échappent comme un crie d’alarme. Un appel au secours. Mais Gus il n’acceptera pas d’aide.
Le seul qui pourrait l’aider c’est Amedeo. Mais il est mort. Enterré.
Alors plus rien ne pourra le sauver. Le veut-il au moins ?

Et puis il y a cette ombre qui s’approche. Cette ombre qui a pour nom Chiara. Elle vient tout en murmurant. Elle sait. Elle sait qu’il lui manque. Et elle le prend dans ses bras.
Gus se crispe.
Il a perdu l’habitude de la sentir si prêt de lui.
Il a perdu l’habitude de son odeur. De sa chaleur.
Il a presque envie de hurler. Envie de la repousser.
Parce que ce contact lui fait du bien. Soigne un peu la douleur tranchante. Et il ne veut pas aller bien Gus. Il ne veut pas ne plus avoir mal. Mais à cet instant c’est sa faiblesse qui parle. Cette part de lui qui aime sa sœur vient effleurer son cœur. C’est elle qui prend le dessus pour quelques secondes. Elle le déconnecte de sa noirceur pour lui apporter de la douceur. C’est presque étouffant.

Et puis Gus s’écarte.
« Je ne peux pas. » Sa voix est faible presque inaudible. Les mots lui font même mal quand ils sortent de sa bouche. Il vient caresser sa joue pour effacer les larmes qui coulent encore.
« Je suis désolé mais j’ai besoin de souffrir seul Chiara. Je n’ai pas envie de partager cette souffrance. Elle n’est qu’à moi. Même si elle me tue à petit feu. »
Il se dirige vers le bar et sort une autre bouteille de whisky. Il se sert un autre verre qu’il avale aussi vite que les autres. Puis il regarde sa sœur mais d’une certaine façon il ne la voit plus. Être seul c’est tout ce qu’il voulait pour affronter cette fin de journée. C'est tout ce qu'il veut.
Il ira peut être retrouvé Osvaldo. Afin de se perdre dans une joute charnelle qui noiera son esprit au-delà des limites qui s’imposent à cet instant à lui.
 





Connard à ses heures perdues

HATE ME. LOVE ME.
Revenir en haut Aller en bas
Chiara RinaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1099-chiara-lost-highway http://www.ciao-vecchio.com/t1122-chiara-don-t-let-me-down
ID : Laura
Faceclaim : Camilla Luddington (© lux aeterna)
Multi-comptes : Mila Clarizio
Messages : 607 - Points : 989
Âge : 34 ans
Métier : Infirmière
Sujet: Re: [Terminé] Et après 12 mois, sonne toujours le glas.. feat Chiara ( le Mar 21 Nov 2017 - 23:01 )

C'est plus facile de haïr que d'avoir mal ; La vie devrait être comme une éphéméride. Tous les jours, on devrait pouvoir en arracher une page pour en commencer une autre en blanc. Mais la vie est comme une couche géologique. Tout s'accumule, tout compte. Toute chose a une influence. Et l'averse d'aujourd'hui peut annoncer le tremblement de terre de demain. Augusto et Chiara



Etonnamment, Augusto ne la repoussa pas. Pendant quelques secondes, Chiara put encore sentir ce lien qui les unissait autrefois, cet amour inconditionnel qui, aujourd’hui, avait laissé place à la haine. N’est-il pas plus facile de détester une personne finalement ? Pourtant, le contraire de l’amour n’est pas la haine, c’est l’indifférence. Cela signifiait-il donc que son petit frère l’aimait toujours ? Malgré ce qu’elle a fait ? Malgré son départ ? Malgré son absence longue et douloureuse ? En tout cas, une chose était sûr, ce soir Chiara avait ouvert une porte, elle avait fait un pas de plus vers ce qu’elle allait mettre des années à obtenir : le pardon. Malheureusement, l’étreinte ne dura pas aussi longtemps que la jeune femme l’aurait souhaité. « Je ne peux pas. » Chiara releva la tête, son frère était bien plus grand qu’elle. Gus essuya alors les dernières larmes qui perlaient encore sur le visage angélique de sa grande sœur. « Je suis désolé mais j’ai besoin de souffrir seul Chiara. Je n’ai pas envie de partager cette souffrance. Elle n’est qu’à moi. Même si elle me tue à petit feu. », poursuivit-il, s’éloignant vers le bar. Chiara l’observa en silence, s’avança de nouveau vers lui, enfin plutôt vers le verre qu’elle avait laissé trainer sur le bar et avala ce dernier d’un coup. La vodka lui brûla la gorge pour la première fois de la soirée. Elle regarda son frère avaler un nouveau verre de whisky. « L’alcool ne la fera pas disparaitre, mais je comprends, ça atténue pendant un instant, ça concentre l’attention sur autre chose. La souffrance est l’une de ces ennemies tenaces qu’on porte enchainée à sa cheville pendant un long moment et dont on n’a du mal à se débarrasser. Tu as besoin d’être seul ? Je vais te laisser, mais sache que malgré tout, je suis là si tu veux la partager, tu n’es pas le seul à souffrir… » Chiara tourna les talons et rejoignit la porte où était inscrit le mot « privé ». Dans un dernier élan, avant qu’elle ne laisse son frère ruminé sa peine, elle se tourna une dernière fois. « Fais attention à toi. » Chiara se voulait bienveillante, elle voulait se rattraper et elle avait senti une faille chez Augusto, il souffrait et elle avait peur qu’il fasse une bêtise. Malgré tout, elle ne le dissuada pas plus, elle ferma simplement la porte derrière elle pour monter se coucher…cette horrible journée pouvait enfin s’achever.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Et après 12 mois, sonne toujours le glas.. feat Chiara -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé