Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Des souvenirs douloureux - Augusto -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: [Terminé] Des souvenirs douloureux - Augusto ( le Ven 19 Jan 2018 - 15:24 )
Des souvenirs douloureux. FLASHBACK


Une sensation de renaissance voilà ce qui parcourait le corps d’Olivia quand elle se tient près de Gus. Alors naturellement, elle est là pour lui, comme il est là pour elle. Elle le laisse vider son sac s’il en a envie et ne dit rien si ce n’est pas le cas, ne lui forçant jamais la main même quand elle sait pertinemment que rien ne va et que ce fait l’affecte aussi. Aujourd’hui encore elle n’a pas envie de faire de vague, elle veut que Gus se confie à elle quand son cœur le souhaitera. Naturellement, leurs corps se marient à la perfection dans un élan de tendresse et d’amour. Voilà ce qu’ils sont et ce qu’ils seront certainement toujours. Des amants. Olivia se sent femme et libre avec lui, elle sait qu’elle n’a pas honte de ce côté si libertin. Elle prend les cheveux de Gus entre ses doigts, caressant son visage tendrement, amoureusement. Elle se perd entre ses lèvres, elle se perd sous les caresses de ses paumes. Elle se perd dans le brouillard que lui procure le jeune homme. Quand les mots de Gus arrivent jusqu’à son cerveau, il se met sur stop et elle cesse de réfléchir au danger de cette liaison alors que le cœur de Gus souffre, elle se perd dans cette envie qui a pris possession de son corps et elle ne jure plus que par cette envie. Laissant courir ses mains sur le corps de son compagnon, passant de son ventre, à son dos musclé. Elle savoure chaque recoin de ce si beau corps, en laissant ses lèvres devenir de plus en plus insistante sur celles de Gus. En laissant sa langue pénétrer sensuellement celle de son partenaire. Le monde a cessé de tourner. Et puis, la reconnexion au monde réelle est dure. Elle ouvre doucement les yeux avant de laisser son regard se perdre dans la vide, ne souhaitant pas affronter ceux de Gus. Quelle débile !  « Je sais Gus, je sais ce que tu ressens mais tu es bien vivant et tu n’es pas seul, tu ne le seras jamais. » Elle reprend doucement son souffle après cette étreinte passionnée « Il est fière de toi tu sais ! » Elle lui caresse doucement la joue avant d’oser enfin plonger ses yeux dans les siens.  « J’ai envie de toi tout entier Augusto. De toi et de toi seul. » Elle déposa un baiser tendre au coin de ses lèvres, laissant sa main se balader dans la nuque du brun. Elle a tellement du mal à se concentrer à cet instant et cette idée lui déchire l’âme. Elle aimerait sentir le corps de Gus, d’avantage mais il est tellement triste. Elle a l’impression de faire les mauvais choix, d’être égoïste. Mais pourtant, elle sent que son désir est partagé, qu’elle n’est pas la seule à vouloir s’abandonner au plaisir du corps. Elle hoche difficilement la tête avant de sentir une pression sur ses lèvres, alors elle laisse son corps décidé à la place de son esprit et elle s’empare totalement des caresses de Gus. Intensifiant chaque mouvement.  « S’il te plait Gus… » Elle s’enivre de lui, passant dans un geste rapide le t-shirt du brun par-dessus sa tête, l’envoyant valdinguer à l’autre bout du restaurant. Comme cette chaleur lui avait manqué. Comme Gus lui avait manqué. Ses lèvres s’emparent maintenant du cou, puis du torse de son amant, passant sur chaque recoin, n’en oubliant rien. Elle essaie tant bien que mal de lui faire oublier cette douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena + © tearsflight (vava) © frimelda (sign)
Je suis absent-e : présente
Multi-comptes : Safiya Rahotep
Messages : 2679 - Points : 5591

Âge : 30 ans depuis le 17/09
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: [Terminé] Des souvenirs douloureux - Augusto ( le Ven 26 Jan 2018 - 17:42 )
Souvenirs douloureux.feat Olivia
Gus éprouve une ivresse déroutante au contact d’Olivia.
La douleur se mêle au désir avec aisance.
C’est troublant mais il aime les sensations qui se distillent dans ses veines. C’est un peu comme s’il marchait au bord d’un gouffre. Le vide l’attire. Pourtant rester sur la terre ferme est agréable aussi.
Tout s’embrouille un peu dans sa tête.
Il a besoin de l’amie comme de l’amante. Il a besoin de savourer ce que leurs corps dégagent quand ils s'abandonne à l’appel de la chair.
Quitte à perdre la tête. Quitte à se faire souffrir.
Ils ont plusieurs fois céder à ce délice. Et cela a toujours été source de plénitude pour le restaurateur.
Et là Gus en éprouve terriblement l’envie. C'est peut être insolent et indécent. Mais il veut Olivia. Il veut se perdre en elle.
Lié son corps au sien dans une danse sensuelle et torride.

Il laisse ses doigts courir sur les courbes de son amie. Alors que ses lèvres emprisonnent celles de la belle.
La souffrance est là au creux de son cœur, vibrante et déchirante comme une lame de couteau.
Mais il s’accroche à Olivia comme un condamné s’accroche à la vie. La mort résonne en lui avec voracité et encore plus aujourd’hui. C’est une lutte infernale que l’âme et le cœur du restaurateur se livre. Une lutte contre l’appel de la mort alors que la vie brille dans le regard de son amie.
Elle est l’espérance, la promesse que la douceur peut apaiser la douleur qui dévore Gus.
« Promets-moi que tu ne m’abandonneras jamais. » Il la regarde. Il ne veut pas la perdre. Il ne peut pas la perdre.  

La chaleur des mains d’Olivia sur sa peau. La douceur de ses mots. Apaise Gus. L’échange se fait plus intense. Plus intime.
Il veut juste succomber. Il n’a pas envie de s’arrêter. Il veut qu’elle soit à lui. Encore et encore. Sentir son corps vibrer sous le sien. Crier à la vie pour repousser cette envie de mort si envoutante. Et les mots qu’Olivia lui dit ne font que rendre ce besoin plus grand.
Mais il la sent hésitante. Lui-même tremble partagé par ce désir brulant et cette douleur intense.
Se perdre dans les bras d’Olivia sera-t-il salvateur ?
Ou bien cela va-t-il le couler d’avantage ?
Mais il ne peut arrêter ses doigts qui se font plus conquérants contre les courbes de son amante. Ses lèvres ont faim de sa chair si sucrée. Olivia seule peut tout stopper. Mais elle chavire également prise dans la tourmente de ce délice.
Exquise perdition qui les rend plus fébriles. Mais aussi plus forts.
Il presse son corps d’avantage, mettant en avant son désir. Il ne lui cache pas.
« S’il te plait quoi ? Olivia ? Dis-moi ? Arrête-moi si tu le veux. »
Mais elle lui ôte son tee-shirt, elle ne compte pas l’arrêter. Il ne compte pas s’arrêter. Pas avant de l’avoir aimé de toutes ses forces. Quitte à souffrir d’avantage après.

Les lèvres de son amante partent à la conquête du torse du restaurateur.
« Oui brule moi mon ange. » Il gémit de bonheur. Les mains de Gus se font alors plus intimes. Elles viennent chercher sa peau, frôlant sa poitrine encore couverte de son soutien gorge. Puis elles passent dans son dos pour la libérer.
A son tour il laisse sa bouche enivrer le cou, puis la poitrine de la belle. Il la serre d’avantage. Il reste doux et prévenant. Mais le feu est là, bien présent au creux de ses reins.
Gus la soulève, caressant au passage ses fesses. Il la pose sur une table. Écartant légèrement ses cuisses pour s’y glisser entre. Il se fait plus audacieux. Cherchant à éveiller son désir avec plus de force. Les hanches de la brune deviennent la proie de ses mains. Puis c’est au tour de son ventre avant qu’il ne la débarrasse de son bas.
Ses caresses se font alors plus intimes. Il s’attarde pour la griser d’avantage. Alors que ses lèvres dévorent sa chair.





Connard à ses heures perdues

HATE ME. LOVE ME.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: [Terminé] Des souvenirs douloureux - Augusto ( le Mer 31 Jan 2018 - 10:07 )
Des souvenirs douloureux. FLASHBACK

Olivia n’a jamais rien ressentis de telle. Elle se sent comme un navire en plein naufrage. Pourtant, elle ne ressent pas de la peur, non, loin de là. Une fougue extraordinaire s’est installée dans son corps et elle en apprécie la dureté. Il n’y a plus de fragilité en elle. Elle était même surprise de ressentir autant d’émotions contradictoires mais pourtant son esprit c’était totalement mis sur pause et son corps réfléchissait à sa place. Elle a toujours aimé ce jeu avec Gus, même si elle sait pertinemment qu’il n’est pas toujours bon de céder à la tentation et qu’un jour où l’autre son cœur finira par chavirer. Elle balaie d’un revers de main cette idée, laissant son corps répondre à l’appel du désir. Elle sent son bas-ventre se réveiller alors que les mains de Gus caresse son corps, se corps qui ne demande qu’à être toucher, encore et encore. Elle l’embrasse avec fougue reprenant son souffle et l’observant à travers ce nuage de bonheur. Il n’y a pas de doute, elle l’aime ce Gus même avec souffrance. Le bonheur est dans ses bras et elle n’en a jamais douté. « Je ne t’abandonnerais jamais, c’est promis » Elle ponctua ses mots de tendres baisers par ci, par là. Jeunesse insouciante de se perdre dans le néant. « Laisse-toi aller. Oubli tout le temps d’un instant. » Et puis, l’un comme l’autre se laisser tomber dans les profondeurs de l’amour. Une partie enivrante de douceur et de fougue. Les vêtements éparpillés partout dans le restaurant, le souffle saccadant. Il n’y a plus rien qui existe autour d’Olivia. Son monde appartient à Gus et son envie débordante d’être profondément à lui. Elle ne résiste à rien, se laissant porter dans cet échange.

La réalité est plus brutale. Elle sent le corps de Gus qui repose sur elle, reprenant doucement sa respiration comme elle essaie de reprendre la sienne. Elle n’a pas envie que ce moment s’arrête mais elle sent qu’ils sont au bout de leurs forces. Elle laisse ses mains monter et descendre le long de la colonne vertébrale de son amant, appréciant ce doux contact. Elle aimerait que cet instant soit une éternité. Une éternité d’amour et de rien à foutre du monde. Ses mains remontent jusqu’à la nuque de Gus, qu’elle caresse légèrement, vérifiant que ce moment a été réel et que ce n’est pas son imagination débordante qui a fait le travail à sa place. Elle réalise petit à petit, qu’elle est nue, les fesses sur le bar, le corps de Gus la recouvrant, au milieu d’un restaurant. Elle se sent tout d’un coup comme un enfant qui a fait une grosse bêtise. Elle relève doucement son buste, laissant Gus suivre ses mouvements, non par choix. Elle attrape le premier tissu qu’elle trouve pour recouvrir sa poitrine. « Je suis désolée… » Elle murmure, est-ce d’avantage pour elle ou pour lui ? Elle ne sait pas trop. Elle se sent déboussolée et elle a peur de la réaction de son ami. Elle a peur que ce bonheur n’ai été qu’éphémère et que la réalité soit bien trop dur.
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena + © tearsflight (vava) © frimelda (sign)
Je suis absent-e : présente
Multi-comptes : Safiya Rahotep
Messages : 2679 - Points : 5591

Âge : 30 ans depuis le 17/09
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: [Terminé] Des souvenirs douloureux - Augusto ( le Lun 5 Fév 2018 - 17:40 )
Souvenirs douloureux.feat Olivia
Gus retrouve les courbes du corps d’Olivia. Il laisse ses doigts, ses lèvres apprivoiser sa peau avec tendresse puis passion. Il sent la chaleur se faire plus vive au creux de ses reins.
Il la veut. Et cela ne date pas d’aujourd’hui.
Il aime se perdre avec la belle dans les méandres de la luxure.
Quelque chose en lui ne cesse de répéter depuis des années qu’il y a bien plus que de l’amitié entre eux.
C’est trop puissant. Trop brulant. Trop pur. Trop vrai.
Cela lui fait peur. Comme cela l’attire.

Il a besoin de cette perdition passionnée et déroutante pour affronter le mal qui le ronge.
Olivia c’est à la fois le miel sucré et chaud auquel il veut gouter chaque jour de sa vie.
Elle est l’ivresse auquel il veut succomber sans chercher à remonter. Alors il se laisse submerger par tout ce qu’il éprouve. Par ses sensations qui frôlent l’amour et qui effleurent le bonheur.
Il la goute. La dévore. De ses mains.
De sa bouche. De son cœur. De son âme. De son corps.

En elle il oublie tout. Il se donne sans restriction. Comme elle s’abandonne sans modération.
C’est à la fois doux et explosif. Suave et sauvage. Exquis et sensuel.  
Et leurs chairs s’enlisent avec délice dans ce plaisir exquis. Ils deviennent les amants et à cet instant ils balaient tout ce que la vie leur fait endurer.
Ils sont ailleurs. Dans le monde qu’ils créent juste pour eux.
Et le reste s’efface. C’est leur instant d’éternité.


Et puis le souffle encore bousculé par la jouissance, Gus revient à lui. Son corps, collé au corps d’Olivia, brule encore du feu que la jouissance à fait naitre. Il laisse ses doigts et ses lèvres courir sur la peau de son amante, avec respect et tendresse.
Il se sent fébrile. Fragile.
Alors que son regard prend conscient du lieu. Sa belle est posée sur une table au milieu de la salle.
La réalité lui revient en pleine gueule. La date. La douleur.
Et pourtant à cet instant son cœur est juste empli d’amour. Cet amour infini qu’il dit amical et qui se transforme en un amour fusionnel quand ils font l’amour.

Le regard de Gus retrouve celui d’Olivia. Il sent comme une gêne et son geste la renforce. Il caresse sa joue.
« Tu n’as pas à être désolée. Tu n’es en rien responsable de tout ça. Cela m’a fait du bien .. comme à chaque fois que l’on fait l’amour .. c’est tellement puissant et tu me rends si vivant. » Il pose un baiser délicat sur sa joue.
Bien sur que la douleur est là.
Vive comme une lame dans sa chair tendre.
Mais il ne veut pas rendre coupable son amie. Ou lui faire de la peine.
Il l’aime trop pour ça.
Et il la blesse déjà assez. Il attrape ses vêtements et fait passer les siens à Olivia. Il la regarde alors qu’elle se rhabille. Le désir habite encore ses pupilles.
« Tu es si belle. » Il lui sourit.
« Tu veux manger quelque chose ou bien boire. Ou alors tu veux que l’on aille faire un tour. »
Il a juste envie de passer le reste de cette journée avec elle.
Un moyen de ne pas se laisser bouffer par ses démons et cette peine qui le ronge bien trop en ce 13 février 2016.






Connard à ses heures perdues

HATE ME. LOVE ME.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] Des souvenirs douloureux - Augusto ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Des souvenirs douloureux - Augusto -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé