Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Owen IvaldiLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1570-owen-ivaldi-your-sicken http://www.ciao-vecchio.com/t1574-owen-ivaldi-your-sickening-desire
ID : mary.
Faceclaim : henrik Holm + © Ilyria + sign. Perséphone
Multi-comptes : isaiah stefano et enrik zorzi
Messages : 1444 - Points : 1597

Âge : 23 ans. (03/01)
Métier : étudiant en 1e année de master en astronomie et astrophysique. Il rêve de devenir astrophysicien, travaille dans une épicerie de quartier quand il n'est pas sur les bancs de la fac et enchaine les compétitions de saut à la perche chaque week-end pour exceller dans son domaine.
Sujet: [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) ( le Lun 6 Nov - 17:28 )

La fête de fin d’année. Cela fait bien des années que je n’en avais plus entendu parler. Le lycée est loin derrière moi. J’ai quitté le cycle secondaire avec une amertume profonde en bouche, qui ne m’a pas permis de vivre réellement cette étape dans mon existence. Cela ne m’avait pas manqué, mais l’idée de pouvoir l’expérimenter est plaisante. Je me suis donc mis sur mon trente et un. Ma tenue est élégante et soignée pour répondre à tes espérances en digne cavalier que je suis. Je ne me suis pas pris la tête, mais il est possible de voir les détails de ma préparation. Aucune angoisse ne s’exprime sur mes traits. Je prends cette soirée avec la même légèreté comme toutes les autres, sans y attacher un quelconque message. Sagement installé dans l’habitacle de ma voiture, je t’envoie un message pour t’indiquer que je suis là. Je te vois apparaitre dans mon champ de vision et un sourire enthousiasme vient naturellement orner mes lèvres. Tu arrives à la portière et mon regard malicieux vient naturellement retrouver le tien. « Il n’y a pas à dire, ça te change de tes jeans troués et de tes sweet-shirts. Tu me donnerais presque envie de te séduire. » Je te taquine naturellement en venant t’inviter à prendre place sur le siège en dégageant la veste de mon costume. Mon sourire amusé devient un faible rire. « T’es sexy, je fais faire des jaloux. » J’ajoute en haussant le sourcil alors que je viens doucement augmenter le son de mon poste de radio pour laisser « I feel it coming » de The Weeknd envahir la voiture. « Prêt à vivre la soirée du siècle, avec le plus sexy comme cavalier ? » Je fini avec cette pointe d’humour qui me caractérise tant. Autant commencer la soirée sur une note très joyeuse, ce qui n’est jamais un problème entre nous.



☆☆☆ KISS ME ON THE MOUTH AND SET ME FREE
I can be the subject of your dreams. Your sickening desire. A phoenix in the fire.
.


Dernière édition par Owen Ivaldi le Mer 15 Nov - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eskil SvendsenLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1564-breathe-me-eskil http://www.ciao-vecchio.com/t1578-breathe-me-eskil
ID : demon dance.
Faceclaim : Tarjei Sandvik Moe © juice.
Multi-comptes : Aucun.
Messages : 2189 - Points : 1809

Âge : 19 ans. (28/02)
Métier : Etudiant en première année d'ingénierie mécanique et créateur de dessins érotiques. Il vend aussi son corps au diable pour rembourser une dette.
Sujet: Re: [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) ( le Mer 8 Nov - 7:49 )

J'aurais apprécié que Danilo s'y rende avec moi, à ce foutu bal de fin d'année. Pas parce que des envies de romantisme remontent en moi, mais plutôt car il m'aurait semblé plus normal qu'il participe à ce que les lycéens considèrent comme « le plus beau jour de leur vie ». A croire qu'ils n'ont rien vécu de passionné ou d'exaltant, et que cette soirée où le paraître domine, demeure la seule source d'excitation dans leurs existences. Pourtant, je n'ai même pas cette pointe de déception qui vient me titiller les nerfs. Je sais qu'on célébrera mon diplôme lorsque je l'aurais entre les mains, avec une soirée moins sophistiquée. Dan en fera sûrement des tonnes mais à ses côtés, tout paraît moins superficiel. Et puis, il manifestera toute cette fierté que sa figure paternelle engendre, et ce sera sans doute ça qui rendra ma satisfaction grandissante. Alors je décide d'inviter Owen, mon compagnon de soirée, pour rendre ce bal divertissant. Je me prête quand même au jeu, en enfilant une chemise grise et une veste classe. J'ai l'air élégant... mais surtout ridicule lorsque je m'observe dans le miroir. Je préfère de loin mes pantalons troués et sweatshirts. J'ai l'impression d'être ringard, à cause de ces normes sociales. J'aurais mieux fait d'écouter mon impulsion et d'enfiler un jean et des baskets. Je descends pour me retrouver près de Dan, qui a l'air à peine impressionné. Il a l'habitude de me voir vêtu de ces habits qui me semblent inadaptés. Quand je reçois un message d'Owen qui me prévient de sa présence devant la maison, je me penche vers Dan pour l'embrasser. Je perçois cette teinte d'amertume et de frustration au fond de ses prunelles, alors je lui lance une taquinerie, accompagnée d'un sourire : « Ne t'en fais pas, tu auras le droit à un slow ! » Il me conseille de faire attention à la drogue qui tourne dans ces soirées-là, avant que je ne me précipite à l'extérieur. Je me déplace jusqu'à la voiture d'Owen, j'ouvre la portière et m'assois du côté passager. A peine rentré qu'il me lance déjà des âneries. « Tu peux toujours essayer. » Je rétorque en lui lançant un regard de défi. Comme s'il n'avait aucune chance de me séduire. « T'es pas mal non plus dans ton genre. Le nœud papillon, carrément ? Ça, c'est de la détermination. » Je souris en sous-entendant sa volonté de me charmer. « J'espère surtout qu'il sera aussi drôle qu'il n'est sexy. Cela rendrait ma soirée plus amusante. » Owen démarre finalement, nous emmenant droit vers la soirée de l'horreur et de la superficialité.


You held my heart in your fingertips ☽ I'm so reliant, I'm so dependent, I'm such a fool. When you're not there I find myself singing the blues. Can't bear, can't face the truth. You will never know that feeling, you will never see through these eyes. You'd say I'm sorry, believe me, I love you, but not in that way.
Revenir en haut Aller en bas
Owen IvaldiLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1570-owen-ivaldi-your-sicken http://www.ciao-vecchio.com/t1574-owen-ivaldi-your-sickening-desire
ID : mary.
Faceclaim : henrik Holm + © Ilyria + sign. Perséphone
Multi-comptes : isaiah stefano et enrik zorzi
Messages : 1444 - Points : 1597

Âge : 23 ans. (03/01)
Métier : étudiant en 1e année de master en astronomie et astrophysique. Il rêve de devenir astrophysicien, travaille dans une épicerie de quartier quand il n'est pas sur les bancs de la fac et enchaine les compétitions de saut à la perche chaque week-end pour exceller dans son domaine.
Sujet: Re: [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) ( le Mer 8 Nov - 12:57 )

Je n’ai aucun doute sur cette soirée qui s’annonce. Comme toutes les autres soirées passées en ta compagnie, je suis certain que la malice de nos provocations va rendre l’instant plus plaisant. Je n’hésite pas à lancer les festivités en venant te taquiner sur ton élégance, qui te rend tout aussi désirable que tes vieux jeans troués et sweet-shirts. Tu prends place à mes côtés sur la place du passager et répond avec cette confiance dans le regard. Mon sourire s’agrandit. « Ne me mets pas au défi, je pourrais avoir envie de le relever. » Je te fais un clin d’œil complice alors que j’admets que je risque de faire des envieux. Ta remarque m’arrache un rire franc alors que je viens augmenter le son de la radio. « Tu as vu ça ? » Je hausse un sourcil en venant démarrer ma voiture pour m’insérer dans la circulation. « Il fallait que je sois à la hauteur de la crème de la crème. J’ai une réputation à tenir ! » J’ajoute en te lançant un coup d’œil, le regard plein de malice. J’en profite pour essayer de me faire mousser, ce que tu ne me prives pas par tes paroles. « Ravi d’être à ton gout. » Je lance en riant. « Cela devrait le faire. Je t’ai toujours vu rire en ma compagnie, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin quand même ! » Je déclare dans un ton ferme, presque légèrement outré. On laisse la musique envahir la voiture tandis que les rues défilent. On se taquinent mutuellement et nos rires se mêlent facilement. On finit par arriver au lycée. La plupart des lycéens sont déjà là en groupe tandis que je me gare à une place libre. On descend de la voiture et j’en profite pour attraper ma veste sur la banquette arrière pour la revêtir. Je tire sur le tissu pour qu’il se place parfaitement sur mes bras. « Alors ? Satisfait du beau gosse qui t’accompagne ? » Je te questionne en venant naturellement placer mon bras autour de ton épaule alors qu’on s’avance vers la foule. « J’espère qu’il y aura de la bonne musique, histoire que je ne me fasse pas trop arnaquer vu que je ne pourrais pas boire. Au pire, je compte sur toi pour me divertir. » Je te lance en venant plonger mon regard brillant de malice dans le tien avant de m’éloigner de ton visage. « On doit retrouver tes potes où ce soir, c’est juste toi et moi ? » Je te questionne avec curiosité, car j’ai aucune idée de ce qui nous attends. J’avais boycotté tout cela à mon époque.  



☆☆☆ KISS ME ON THE MOUTH AND SET ME FREE
I can be the subject of your dreams. Your sickening desire. A phoenix in the fire.
.
Revenir en haut Aller en bas
Eskil SvendsenLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1564-breathe-me-eskil http://www.ciao-vecchio.com/t1578-breathe-me-eskil
ID : demon dance.
Faceclaim : Tarjei Sandvik Moe © juice.
Multi-comptes : Aucun.
Messages : 2189 - Points : 1809

Âge : 19 ans. (28/02)
Métier : Etudiant en première année d'ingénierie mécanique et créateur de dessins érotiques. Il vend aussi son corps au diable pour rembourser une dette.
Sujet: Re: [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) ( le Jeu 9 Nov - 16:29 )

Lorsqu'Owen me prévient de son arrivée, je me précipite à l'extérieur pour monter dans sa voiture. En plus de jouer le rôle du cavalier, il s'exerce aussi à celui du conducteur. J'ai de la chance d'être accompagné par ce garçon, qui fera certainement succès auprès de ma bande de potes. Il est jovial, sociable, plutôt charmant... tout ce qu'il faut pour passer une agréable soirée. Même si la finesse et l'élégance dominent ce bal, c'est surtout vers l'humour et les moqueries que nous allons nous tourner. On commence déjà dans la voiture, ne perdant pas une minute pour s'exécuter à la taquinerie. « Parce que tu crois que c'est si facile ? » Je pivote la tête de son côté pour pouvoir l'observer d'un air rieur. Il n'y a que Danilo qui sait jouer de ses charmes sur moi, qui a réussi à apprivoiser véritablement mon âme. Les autres, c'est de la découverte, du pur plaisir sans que rien de plus intense ne s'installe au creux de ma poitrine. C'est insignifiant comparé à ce qu'il me fait vivre. « Difficile de ne pas le remarquer, ce n'est pas trop ton genre non plus. Ça te va plutôt bien... mais compliqué de faire mieux que moi. » Je feins la prétention, avec un sourire hautain orné sur la bouche. Je suis quelqu'un de fier, parce que c'est toujours bon de former une carapace autour de soi... toutefois, je ne pense pas que mon charme soit irrésistible. Owen commence toutefois à l'être, avec les regards pleins de malice qu'il me lance à chaque fois. Il a ce quelque chose de particulier qui me chamboule totalement. J'ai toujours de la difficulté à ne pas chercher ses yeux lumineux. Finalement Owen nous guide jusqu'au lycée et se gare devant. Je sors avant lui, le temps qu'il remette sa veste de costume sur lui et l'ajuste. Je ne peux m'empêcher de le contempler et d'observer ses courbes. « Plutôt oui. Tu t'es bien pris au jeu. » Je commente en souriant avant de répondre à ses interrogations. « Au pire, il reste toujours l'escapade dans les toilettes... » Je souris en lançant ce sous-entendu sexuel, puis mon rire s'ajoute à la conversation. Il faut avouer qu'il n'y a pas meilleure occupation que la luxure. Surtout avec lui. Il sait mettre feu à mon corps et me faire chavirer le temps d'un instant sulfureux. « Pourquoi, t'es déjà possessif ? Je ne pourrais pas échapper à une danse avec Alma, alors je serais obligé de te présenter. » Je donne l'impression que le pousser à faire connaissance avec mes amis est une contrainte, mais le sourire qui s'affiche sur mes lèvres me trahit. D'ailleurs lorsqu'on escalade les marches au niveau de l'entrée, je croise la fameuse Alma, une amie qui m'est chère. Elle ne tarde pas à se coller à moi pour une étreinte et me saluer avec un engouement qui lui est propre. Elle me demande sans attendre qui est mon beau cavalier. « Hey. Alma, Owen. Il ne t'accompagne pas Georgio ? » Elle m'apprend finalement que leur couple a été brisé trois jours avant et qu'elle a décidé de jouer à la femme libre et indépendante, de venir seule ! On parle quelques minutes avant qu'on ne décide de s'introduire dans la salle. Le photographe prend un cliché de notre duo, qu'Owen prend au sérieux puisque je sens son bras se déposer autour de ma taille pour me presser contre lui et atteindre plus facilement mes lèvres. Un baiser sensuel les relie, et je le savoure sans réserve même si l'étonnement m'anime encore au début. Owen aime me surprendre. « Décidément, tu aimes bien faire ça. » Ce n'est pas la première fois qu'il m'embrasse sans véritable raison. Je n'ose même pas évoquer combien ce baiser innocent me perturbe. Est-ce que lui ressent des crampes au niveau de son ventre, ou l'amusement le laisse de marbre à chaque fois ? Mon trouble disparaît pourtant bien vite lorsqu'il se lance dans une grimace pour une nouvelle photographie. Alors je suis le mouvement et m'y attelle aussi. « Tu sais qu'on a pas le droit à un nombre illimité de photos ? » Je le taquine avant de me diriger vers le buffet à volonté, pour me servir un verre de punch et grignoter quelques gâteaux apéritifs. J'ai bien l'intention de faire moin goinfre et mon alcoolo de service.


You held my heart in your fingertips ☽ I'm so reliant, I'm so dependent, I'm such a fool. When you're not there I find myself singing the blues. Can't bear, can't face the truth. You will never know that feeling, you will never see through these eyes. You'd say I'm sorry, believe me, I love you, but not in that way.
Revenir en haut Aller en bas
Owen IvaldiLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1570-owen-ivaldi-your-sicken http://www.ciao-vecchio.com/t1574-owen-ivaldi-your-sickening-desire
ID : mary.
Faceclaim : henrik Holm + © Ilyria + sign. Perséphone
Multi-comptes : isaiah stefano et enrik zorzi
Messages : 1444 - Points : 1597

Âge : 23 ans. (03/01)
Métier : étudiant en 1e année de master en astronomie et astrophysique. Il rêve de devenir astrophysicien, travaille dans une épicerie de quartier quand il n'est pas sur les bancs de la fac et enchaine les compétitions de saut à la perche chaque week-end pour exceller dans son domaine.
Sujet: Re: [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) ( le Jeu 9 Nov - 18:20 )

Difficile de résister à l’envie de te taquiner et tu es un excellent partenaire dans cet exercice que j’apprécie particulièrement. Par nos joutes espiègles, nous créons une complicité dont je ne me lasse pas tant elle est appréciable. J’ai du mal à m’empêcher de sourire et de rire. C’est une véritable bouffée d’oxygène. Tu es plein de surprises et cela m’intrigue, bien plus que je ne l’affiche. Je laisse juste ses sensations m’habiter sans réellement y réfléchir, leur donner une réelle consistance, mais l’évidence est là : je t’aime bien. Sans cela, je n’aurai pas accepté de t’accompagner à cette soirée de fin d’année, quand bien même es-tu un homme désirable, grâce à ce charisme singulier que tu dégages. Je n’y ai pas résisté la première fois, ni toutes les autres qui ont suivi et encore aujourd’hui, malgré l’humour soulevé par toutes nos paroles, l’envie de gouter de nouveau à tes formes est terriblement tentante. Je la laisse juste m’effleurer sans réellement m’y attarder, malgré tes remarques provocantes. « Justement, j’aime les défis, surtout les plus difficile. » Je te taquine chaleureusement de mon regard rieur. Je ne suis pas sérieux une seconde, mais mon esprit de compétiteur pourrait être tenté, mais sans doute parce qu’au fond, il y a ce quelque chose qui m’attire comme un aimant. Tu me complimente sur ma tenue et cela me satisfait que les maigres efforts réalisés satisfassent mon cavalier. Tu profites de cette occasion pour faire preuve de prétention, qui m’arrache naturellement un sourire et notre route se poursuit naturellement jusqu’au lycée où se déroule la soirée. On s’extirpe de la voiture et tu finis par admettre ta satisfaction du beau gosse que je suis. Je le perçois naturellement dans ton regard qui me détaille avec attention. Je finis par rompre la distance entre nous deux en glissant mon bras sur tes épaules. Tu évoques un sous-entendu ambigu, qui ne peut que venir titiller cette envie naturelle de mêler ma chair à la tienne. « Belle perspective que voilà ! » Je déclare dans un sourire amusé sans aucune gêne. L’idée n’est pas déplaisante, bien au contraire, puisque nous gardons des souvenirs délicieux de ces instants de luxure à deux. Mon regard se fait plus charmeur et taquin avant que je me questionne si on va trainer avec tes potes. Ta réponse m’arrache un rire franc. « Pauvre de toi. Cela doit être un enfer : me présenter à tes potes. Tu me voudrais que pour toi, je le sais ! » Je te taquine à mon tour en soulevant une possessivité factice de ta part. On retrouve d’ailleurs la demoiselle évoquée et tu fais naturellement les présentations. Je lui fais naturellement la bise avec ce sourire espiègle et charmeur figé sur les lèvres. « Ravie de te rencontrer. » Je déclare à son attention avant qu’elle ne t’informe de sa rupture récente. Cela n’a pas l’air de la troubler puisqu’elle a déjà repris du poil de la bête. « Je veux bien être ton cavalier si tu me débarrasses de lui. » Je déclare à la demoiselle dans un sourire et rire avant de ponctuer le tout par un clin d’œil. Je provoque vos rires et on finit par rejoindre l’entrée de la soirée. La photo traditionnelle semble de rigueur et l’envie de pousser le jeu du couple jusqu’au bout me pousse à glisser mon bras autour de ta hanche pour te plaquer contre mon bassin. Mes lèvres viennent naturellement s’emparer des tiennes dans un sourire malicieux. Le contact est plaisant. Ma bouche caresse la tienne et provoque de douces sensations au creux de mes reins. Encore une fois, je me laisse happer par cette sensation grisante qui me trouble quelque peu, mais que je balaye rapidement par un sourire et rire qui résonne contre ta bouche. « J’essaye juste d’être le cavalier parfait. C’est notre deal, ne l’oublie pas. » Je te lâche en venant glisser mon doigt sous ton menton avant de défaire mon étreinte pour une photo moins conventionnelle et humoristique dans laquelle tu me suis sans hésitation. « Au moins, tu auras le choix entre deux. Je me demande laquelle tu vas choisir. » Je te lance contre l’oreille en te fixant de mon expression mutine. Tu t’éclipses vers le buffet et j’en fais de même. Un verre de punch ne me fera pas de mal et la soirée ne fait que commencer. J’attrape quelques fours que je glisse entre mes lèvres tout en venant observer les alentours. Un couple très élégant se bécote en pleine piste de danse. « Je suis sûr que c’est le couple populaire, je me trompe ? » Je te déclare en venant te donner un coup d’épaule. « Cela te dit de leur faire un peu d’ombre ? » Je te déclare dans une certaine forme de défi. Après tout, on est là pour s’amuser et on peut bien se jouer du couple parfait en étant encore mieux qu’eux. Du moins en apparence. A voir si tu es partant, histoire d’ancrer cette soirée dans ta mémoire.



☆☆☆ KISS ME ON THE MOUTH AND SET ME FREE
I can be the subject of your dreams. Your sickening desire. A phoenix in the fire.
.
Revenir en haut Aller en bas
Eskil SvendsenLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1564-breathe-me-eskil http://www.ciao-vecchio.com/t1578-breathe-me-eskil
ID : demon dance.
Faceclaim : Tarjei Sandvik Moe © juice.
Multi-comptes : Aucun.
Messages : 2189 - Points : 1809

Âge : 19 ans. (28/02)
Métier : Etudiant en première année d'ingénierie mécanique et créateur de dessins érotiques. Il vend aussi son corps au diable pour rembourser une dette.
Sujet: Re: [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) ( le Sam 11 Nov - 18:51 )

Le chemin en voiture est plutôt rapide puisque nos taquineries font passer le temps. En plus il diffuse de la bonne musique qui rythme nos conversations. La route m'a semblé courte lorsqu'il gare la voiture devant le lycée. Il joue au fier lorsqu'il enfile sa veste de costume pour parfaire sa tenue, et je ne tarde pas à lui transmettre mes encouragements pour lui faire comprendre que ce ne sera pas une mince affaire de me séduire.« Eh bien bon courage. » On clôt l'échange dans la voiture, avant de descendre pour se diriger vers l'établissement scolaire. Il pose un bras sur mes épaules pour me maintenir contre lui, tandis qu'on avance au niveau des marches. Les sous-entendus pervers sont énoncés, et tu lâches une remarque enthousiaste de sa part en guise de réponse. Je ne réponds rien d'autre qu'un rire extirpé de ma bouche, avant que l'on se taquine encore et encore.« Oui j'aimerais bien te séquestrer dans un coin de la salle... » Un sourire s'expose sur mes lèvres, comme une arme utile brandie avec fierté. L'air hautain ne fait qu'accentuer. Je me laisse surprendre par l'arrivée d'une amie. On discute, s'introduit dans la salle puis prend quelques clichés avec le photographe professionnel. « Un cavalier parfait ne penserait pas à se débarrasser de son partenaire avant même d'avoir intégré le bal. » Je rétorque avant de me tourner vers le buffet pour trouver un réconfort. Je fais mine d'avoir été vexé, juste pour rire. « Je crois vraiment que tu veux que je te fasse une crise de jalousie bien mélodramatique. » A force de me chercher je pourrais vouloir le titiller à mon tour. On pioche quelques gâteaux apéritifs, dévore avec délice tout en regardant les gens sur la piste de danse. « Ouais, et complètement niais surtout. » Je décris le couple face à nous. Owen me propose ensuite de leur faire de l'ombre, et puisque j'ai envie de m'amuser, l'idée est tentante. Je ne sais pas où il veut en venir exactement alors je lui demande des précisions. « Carrément. Comment ? Sachant que je ne sais pas danser autrement que comme une pute. » Je laisse mon rire résonner, même si la vérité cinglante sur mon métier éclate.


You held my heart in your fingertips ☽ I'm so reliant, I'm so dependent, I'm such a fool. When you're not there I find myself singing the blues. Can't bear, can't face the truth. You will never know that feeling, you will never see through these eyes. You'd say I'm sorry, believe me, I love you, but not in that way.
Revenir en haut Aller en bas
Owen IvaldiLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1570-owen-ivaldi-your-sicken http://www.ciao-vecchio.com/t1574-owen-ivaldi-your-sickening-desire
ID : mary.
Faceclaim : henrik Holm + © Ilyria + sign. Perséphone
Multi-comptes : isaiah stefano et enrik zorzi
Messages : 1444 - Points : 1597

Âge : 23 ans. (03/01)
Métier : étudiant en 1e année de master en astronomie et astrophysique. Il rêve de devenir astrophysicien, travaille dans une épicerie de quartier quand il n'est pas sur les bancs de la fac et enchaine les compétitions de saut à la perche chaque week-end pour exceller dans son domaine.
Sujet: Re: [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) ( le Dim 12 Nov - 6:54 )

Tu me souhaites bon courage dans mon initiative pour te séduire et je peux que m'en amuser, car cela est plaisant. Cela titille mon esprit de compétition, mais je sais tout au fond de moi que mes actions à ton égard sont déjà empli de séduction, et ce, depuis notre première rencontre. Cela n'a rien d'étrange en vue de nos naturel, cela le serait si on était tous les deux sérieux. Une question que je ne me pose pas, car j'ai pour principe de me laisser porter sans me prendre la tête. On se dirige vers la salle de la fête et j'initie un rapprochement, qui me vient naturellement. Nos taquines fussent avec la même énergie, légèrement empreintes d'une ambigüité que nous camouflons à peine. "Je me demande quelle idée tu as en tête par le terme de séquestration." Je te taquine à mon tour en riant avant de rencontrer ton amie. Je te taquine toujours avec la même aisance, avant de retrouver le photographe, qui nous demande de poser. Alors, je laisse ma malice éclater et t'embarque pour un baiser, qui a l'effet de me troubler sans pour autant que je ne l'affiche. Tes lèvres me donnent l'envie de le consommer, mais je ne me laisse pas distraire par leur pouvoir et laisse mon espièglerie exploser. Tu me vannes sur le baiser et j'y réponds sans me dégonfler. Tu fais mine de te vexer pour mes remarques précédentes, mais je ne te laisse pas t'enfuir et te rejoins sans perdre de malice. Ta remarque m'arrache un sourire. "Vraiment ?" Je te questionne en te regardant de mon regard pétillant avant de le porter sur la piste de danse. Un couple semble se démarquer et je ne peux pas résister à l'envie de venir lui faire un peu d'ombre. Ce que je te propose naturellement et tu acceptes naturellement. "Les couples gays ont tendance à faire fureur en ce moment. On a qu'à faire comme si on était un couple transi-amoureux." Je te déclare dans un sourire amusé alors que je t'entraine sur la piste de danse en te prenant la main. Arrivé au centre, je viens me retourner vers toi et me rapproche de toi. "Pas besoin de danser comme des pro. Danse comme tu as envie de le faire. Eclate-toi et ne vois que moi." Je hausse les sourcils pour tenter de t'embarquer dans le rythme de la musique. La musique étant entrainante, je laisse mes mouvements se faire plus amples et suivre la musique. Je t'invite à faire comme moi. Je fais un peu le pitre et mon sourire ne quitte pas mes lèvres avant de venir rejoindre tes formes quand la musique adopte un rythme plus lent pour une danse de proximité. Ma main glisse alors naturellement sur ta hanche et je glisse derrière ton dos tout en effleurant ton dos et tes côtes. Je me déplace avec cette lueur brillante et sérieuse dans le regard avant de revenir devant toi pour plonger mon regard dans le tien. Je lance rapidement un regard autour de nous. On est devenu l'attention de certaines personnes intriguées dont le couple en question. "Je crois que ça fonctionne, qu'en penses-tu ?" Je te questionne dans un sourire complice en venant m'éloigner de toi, tout en suivant la musique. Mon rire résonne même naturellement sur la musique, j'essaye de profiter de la soirée et je m'amuse bien à cet instant. J'espère qu'il en est de même pour toi.



☆☆☆ KISS ME ON THE MOUTH AND SET ME FREE
I can be the subject of your dreams. Your sickening desire. A phoenix in the fire.
.
Revenir en haut Aller en bas
Eskil SvendsenLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1564-breathe-me-eskil http://www.ciao-vecchio.com/t1578-breathe-me-eskil
ID : demon dance.
Faceclaim : Tarjei Sandvik Moe © juice.
Multi-comptes : Aucun.
Messages : 2189 - Points : 1809

Âge : 19 ans. (28/02)
Métier : Etudiant en première année d'ingénierie mécanique et créateur de dessins érotiques. Il vend aussi son corps au diable pour rembourser une dette.
Sujet: Re: [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) ( le Mer 15 Nov - 13:03 )

On s'apprête à s'introduire dans la salle lorsque des idées coquines nous traversent l'esprit. On use d'humour pour les mettre en évidence, sans se prendre totalement au sérieux. « Tu ne crois quand même pas que je vais tout te dévoiler ? » J'esquisse un sourire amusé en l'observant avec cette joie palpable. L'engouement semble naturellement nous atteindre lorsque notre complicité est autant savourée. On discute ensuite avec une amie, avant de prendre des photographies et de se diriger vers le buffet pour satisfaire notre appétit. On détaille les gens autour de nous, surtout ce couple populaire qui est le centre des regards. Owen se prête à ce jeu de la célébrité : l'idée de les surpasser, de devenir l'objet d'attention des convives, lui traverse l'esprit. « Je ne sais pas faire ça, mais je veux bien essayer. » Je n'ai jamais appris à être un homme transi-amoureux. Je crois connaître l'amour, mais j'ai toujours dû le cacher. Je ne peux pas véritablement le laisser inonder ma poitrine, ni faire éclater mon bonheur devant ces gens vite scandalisés. Je peux le libérer seulement à l'intérieur de la villa, sous les draps, dans les pièces vides de regards interloqués, ou lorsqu'on est blottis sur le canapé. C'est seulement à ce moment que je peux profiter des lèvres et du corps de Danilo, laisser toute la tendresse s'évacuer. Toutes ces marques d'affection en public évoquées par Owen me sont donc étrangères, même si je connais les regards lumineux et ce sentiment de bien-être qui envahit le corps. Je n'ai pourtant pas le choix de me lancer puisqu'il me tire par la main pour m'entraîner sur la piste de danse. Si au début on s'applique dans une danse individuelle, nos corps finissent par se retrouver avec sensualité. Je sens même sa main se déposer contre ma taille pour rendre la proximité que plus troublante. Nos mouvements sont exercés avec cette ferveur qui réchauffe ma peau. Je ne regarde que lui, mais je ne peux m'empêcher de rire. C'est à peine crédible. « J'en pense que c'est vraiment ridicule, mais y'a moyen qu'on devienne les rois du bal. » On se donne jusqu'à la fin, pour devenir le centre de l'attention, avant d'échanger un baiser passionné. Décidément, Owen veut devenir le cavalier idéal - ou en tout cas y faire croire. Je dois admettre que ce petit jeu m'amuse, et je me laisse emporter par cette euphorie qu'on instaure. Alors on passe notre soirée à danser, se remplir le bide, rire et profiter de cette ambiance bonne enfant.


(terminé)


You held my heart in your fingertips ☽ I'm so reliant, I'm so dependent, I'm such a fool. When you're not there I find myself singing the blues. Can't bear, can't face the truth. You will never know that feeling, you will never see through these eyes. You'd say I'm sorry, believe me, I love you, but not in that way.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé](flashback) une nouvelle page est sur le point de se tourner (eskil#4) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne