Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://www.ciao-vecchio.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar plateau-avatars | gif Doriana : mrs chaplin | Gif sign : mrs chaplin
Multi-comptes : Roberto Khalil & Valente Paludi & Giulietta Vitelli
Messages : 565 - Points : 763

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Jeu 16 Nov - 18:56 )
Qu’est-ce que je fous là sérieux. Lorsque j’ai accepté de devenir demoiselle d’honneur, je n’avais pas pris en compte la perte de temps pour des futilités, comme choisir une robe pour une sentence qui se finira sans doute par un non-lieu, et par non-lieu, j’entends divorce. Je ne suis pas adepte du mariage. Tout ce qui est religieux, je ne suis pas fan. Ils doivent se frotter les mains tous ces hommes qui ont écrits toutes ces conneries. Enfin, ils sont morts depuis bien longtemps, seules leurs histoires à dormir debout ont survécu. Change l’eau en vin ! Bien un truc d’ivrogne ça. Histoire écrite par un gars totalement bourré qui n’avait plus de gnole et qui a souhaité très fort que la rivière se transforme en bon beaujolais nouveau. Bien sûr qu’il ne s’est rien passé ! Mais ce n’est pas ce qu’il a écrit dans sa putain de bible ! Du coup, on se tape des rêveurs qui observent leur verre d’eau en attendant un miracle. Et on se tape des mariages qui lient deux personnes alors que leur seule envie, c’est de s’envoyer en l’air, sans limite. Y’a pas besoin de mariage pour ça ! Quand on se fout de ce que pense les gens, on s’éclate, et pas qu’avec un seul mec. On fait des expériences on prend son pied parce qu’il y a du renouveau. Avec un seul gars, un mari… la routine n’est qu’un simple va et vient jusqu’à ce qu’il jouisse en nous et s’endorme de son côté, sans la politesse de nous combler à notre tour. La pauvre. Je la regarde, avec une certaine hypocrisie. J’aimerai lui montrer que cela me chagrine de la voir s’emprisonner comme ça, au lieu de ça, je lui souris pendant qu’elle se choisit une autre robe.

Je suis assise sur le fauteuil pendant que les autres s’affairent autour d’elle. Elles rient, elles jacassent, leurs regards pétillants. Moi, je soupire. Je me fais chier. Les jambes croisées, je balance celle posées sur ma cuisse, témoignant de la lassitude. Bianca est une bonne amie. Je l’ai soutenue pour de nombreuses choses, mais il m’est difficile de rester de marbre face à cette journée qui nous attend dans quelques mois. Je devrais me contenter de son bonheur, mais je sais qu’il est éphémère. Surtout celui-ci. Dans quelques mois, ou années au mieux, elle pleurera dans mes bras à cause de ses soupçons sur l’infidélité de son mari. Et moi, je la consolerai, je la rassurerai après avoir vu passer ce fameux mari dans ma boite pour l’aider à sauter sa maitresse sans que sa femme ne s’en doute. Que la vie est dure. « Flo, tu peux te joindre à nous ! Ton avis compte aussi. » J’ai pas du tout envie de m’approcher. D’une part parce qu’il me faudra être encore plus hypocrite et d’une autre parce que ces filles…je ne les supporte pas vraiment. Elles sont trop mielleuses. Elle s’émerveille pour des froufrous, pour de la dentelle. Je ne suis pas comme ça. Je ne suis pas l’une d’entre elle. Ce n’est qu’une putain de robe ! J’aime la mode, mais je ne vais pas me faire chier pour une robe que je porterai qu’une fois dans ma vie… seule exception faite au fois où on l’enfile pour se rassurer, s’assurer qu’on n’a pas tant pris que ça. Mais moi, j’ai mon jean’s test…Pas besoin de se torturer pour avoir des indices. « Mon avis… » Je lâche enfin avec un certain désarroi. Elle doit se souvenir du jour où elle m’a annoncé ses fiançailles. Ce jour-là, j’ai pleuré. Elle a ri en disant que c’était à elle de pleurer de joie. Et je lui ai dit : « Qui t’a dit que c’était de la joie ». Elle me connait. Elle sait que je suis franche, pas toujours juste et même excessive. Elle connaissait mon ressentie sur le mariage, elle s’y était préparée. Elle était comme ça Bianca, prête à tout me pardonner pour la simple raison que je n’ai jamais caché qui j’étais… Une chieuse, anti mariage et pro-plan cul. Pourtant, son air veut tout dire, elle me demande d’y mettre du mien. Les autres ne cessent de me dire que c’est son jour. Ras le cul, elle en aura d’autres des jours à elle. Je regarde ma montre, j’ai l’impression qu’elle ne fonctionne plus, en réalité, les secondes semblent s’éterniser. Je finis par lancer : « Passe en une déjà, et je te dirai à quel point elle est moche et qu’elle te rend hideuse. » La vendeuse me foudroie du regard. Mais Bianca, elle, elle me sourit. Je lui tire la langue, en réponse. C’est dans notre habitude de nous taquiner. Alors qu’elle entre dans la cabine, je sens les filles se rapprocher. L’une d’elle, qui organise le mariage, vient vers le fauteuil. Je ne l’aime pas vraiment. J’en ai croisé des filles comme elle. Des prétendantes de Jago. Des fausses coincés, enthousiastes pour un rien. Et son métier achève le dégoût que j’ai pour cette personne. Je me mords la joue, mais je ne peux m’empêcher de lancer un pique, c’est plus fort que moi : « Et sinon, statistiquement parlant, vous êtes la cause de combien de divorce par an ? » Le fauve est lâché. Je n’ai pas pu me retenir de tenter de lui arracher ce sourire qu’elle a aux lèvres, toute fière de mener mon amie sur le peloton d’exécution. Comment pourrais-je fermer ma gueule devant ce spectacle ?


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2705 - Points : 2818

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Jeu 16 Nov - 22:24 )
Le mariage de Bianca. Un évènement pour lequel Lana se prépare depuis plusieurs mois, maintenant. Bianca est bien plus qu’une simple cliente, c’est une amie, et Lana a donc mis les bouchées doubles pour lui réaliser une journée parfaite. Aujourd’hui, c’est l’heure d’une étape très importante pour elle : le choix de sa robe de mariée. Lana a donc mis les petits plats dans les grands, a réservé la meilleure boutique de robe de mariée de Naples et dont les prix restent encore abordables. La séance commence et Bianca se met à essayer une première robe, puis une deuxième. Tout aurait pu se dérouler pour le mieux si, au milieu de tout ça, il n’y avait pas une réfractaire. Une certain « Flo » de ce qu’elle avait compris et que Lana s’efforce d’ignorer tant bien que mal. Sérieusement, que fait-t-elle là si c’est pour tirer une tronche pas possible et rester assise d’un air nonchalant ? Ce genre de comportement, ça lui passe au-dessus. A vrai dire, c’est même la première fois qu’elle tombe sur une demoiselle d’honneur aussi peu coopératrice. Pourquoi avoir accepté de jouer ce rôle si c’est pour réagir comme ça ? Autant de questions qui tournent en boucle dans la tête de Lana, qui doit faire preuve de tout son professionnalisme pour ne pas exploser. « Celle là te va vraiment à ravir. » C’est vrai : une robe bustier perlée, s’ouvrant largement sur le bas et qui semble être faite pour elle. De toute façon, soyons honnête : Bianca a une plastique de rêve. Quand bien même elle aurait un sac poubelle sur le corps, elle trouverait un moyen pour le mettre en valeur. Trouver une robe de mariée pour une fille comme elle, c’est très loin du véritable parcours du combattant que cela peut être parfois.

Mais Lana bien d’autres choses à se préoccuper quand, finalement, Bianca se décide à prendre la fameuse demoiselle d’honneur à partie. Alors comme ça, ça y est, elle va finir par servir à quelque chose ? L’espoir de la jeune organisatrice est de courte durée puisque la remarque de la jeune femme est plus que déplacée. Cette fille semble s’en amuser et Bianca aussi mais c’est surtout le choc qui est présent dans la majorité des réactions. Lana fronce les sourcils mais ne dit rien, attendant que Bianca aille essayer son troisième choix pour intervenir et remettre les choses en place. Seulement, alors qu’elle s’approche d’elle pour lui dire calmement le fond de sa pensée, la demoiselle ne lui laisse pas le temps de dire quoi que ce soit et la devance. Et autant dire que sa remarque ne l’aide pas vraiment à se calmer. « Sérieusement ? Non mais franchement, vous pouvez me dire ce que vous foutez ici ? » Ce n’est pas très professionnel de sa part de répondre comme ça mais, comme toutes les choses qui touchent à son métier, Lana prend les choses trop personnellement. Et puis, sans qu’elle puisse expliquer pourquoi, il y a un petit quelque chose chez cette fille qui l’agace profondément. « Pourquoi avoir accepter la proposition de Bianca si c’est pour se montrer aussi peu supportrice avec elle ? Vous ne l’aidez pas, là, et vous mettez mal à l’aise tout le monde. C’est un moment important pour elle. » La robe, ça a quelque chose de sacré dans un mariage. C’est souvent la première chose que l’on remarque à propos de la mariée. « Alors si c’est pour nous sortir vos discours cyniques sur l’amour, vous pouvez repasser. Franchement, faites un effort. » Un tout petit. Rien qu’un sourire ou bien une remarque agréable. Ce n’est pas trop demander sur une séance d’essayage d’une petite heure, si ?


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://www.ciao-vecchio.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar plateau-avatars | gif Doriana : mrs chaplin | Gif sign : mrs chaplin
Multi-comptes : Roberto Khalil & Valente Paludi & Giulietta Vitelli
Messages : 565 - Points : 763

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Ven 17 Nov - 17:27 )
Tout ce blanc me fait mal aux yeux, ça m’éblouie. Si Bianca se sent comme sur un petit nuage, moi, j’ai plus l’impression d’être dans une chambre d’hôpital, les souffrances qui vont avec. J’ai même un mal de crane qui se pointe à force d’entendre ses filles glapirent leurs excitations. Je n’ai jamais compris pourquoi elles aimaient tant ressembler à des princesses. Il faut dit que mon rêve de gamine, c’était de devenir Wonder woman. Non, Mettre des robes inconfortables et se taper des mecs à collant, ça n’a jamais été mon fantasme. Ajouter à cela la magie du mariage, tout plein de paillettes et j’en gerberai presque des Ferrero Rocher. C’est mielleux comme pas possible. Je sais que c’est important pour Bianca que je sois présente. Croyez-moi que si cela avait été pour quelqu’un d’autre, j’aurai refusé catégoriquement. Je sais qu’elle ne m’en voudra pas d’être moi. En revanche, les autres filles risquent de ne pas trop m’apprécier. Mais depuis quand je me préoccupe des gens que je ne connais que trop peu ? Je préfère taquiner mon amie sans me soucier de personne. Bien entendu, je remarque les visages choqués, mais j’avoue que je jubile à l’intérieur. J’aime la provocation. C’est un jeu qui me plait et je m’efforce d’entretenir cette activité le plus souvent possible. La future mariée entre dans la cabine afin d’essayer une robe, sans doute proposées par ces demoiselles. Alors que les filles s’approchent, je lance les hostilités.

A entendre le ton de cette brunette, il est clair que sa frustration la ronge depuis un moment déjà. Je souris, le visage admiratif devant tant de retenue. Ce que je fous ici ? Je ne sais pas vraiment. Je suis peut-être la voix de la raison. Vous savez, la fille qui dit clairement ce que les autres pensent tout bas. On a tous connu un mariage où les demoiselles d’honneur acquiescent chaque décision de la future mariée, parfois pour un résultat pathétique. Je suis peut-être là pour empêcher un carnage. J’attends qu’elle finisse de déverser son venin et ensuite, parce que je suis franche, je ne lui cache pas mes impressions : « Je suis sans doute ici pour être la voix de la sagesse. Pour éviter qu’elle porte une monstruosité suite à vos conseils de filles aveugler par vos émotions. » Mon ton est un peu détaché, comme si je ne lui accordai que trop peu d’importance. « A vous écouter, toutes ces…choses seraient parfaites pour elle. » Je montre les robes de ma main, toujours assise sur mon fauteuil, tel une reine sur son trône. « Franchement ? » Je n’ai pas d’autres remarques à apporter, ça me semble assez explicite. Pour moi, les robes de mariée sont des bouts de tissus cousues les uns aux autres. On en trouve des mieux dans des boutiques de prêt à porter. Des tenues plus sophistiques, moins tape à l’œil. Je sais qu’on parle de mariage et que le but est d’être le centre d’intérêt. Mais à trop en faire, on a vite l’air d’une grosse vache dans ces cérémonies. C’est probablement mon devoir d’éviter ça pour Bianca. « L’amour ! C’est bien un mot de pisseuse ça. » Bon, j’y vais un peu fort, je l’avoue. Elle ne m’a pas encore insulté après tout et je n’ai pas forcément envie qu’on se batte à s’en tirer le chignon pendant que Bianca essaye ses robes. « Croyez-moi, dans mon métier, l’amour, on comprend vite que ce n’est pas aussi idyllique que ça y parait. Alors les efforts… » Pourquoi en ferais-je ? Parce que mon amie va se marier ? Mais ça ne va pas changer ma vision des choses. Et puis entre nous, si je me montre surexcitée à chacune des robes qu’elle enfile, elle ne me reconnaitra pas. Cependant, mettre mon métier sur le tapis n’était pas une bonne idée. Je sais qu’elle pourrait se montrer curieuse et m’interroger sur mon activité. Je ne peux pas lui avouer ce que je fais. Je vois le genre de fille que ça peut-être, elle serait capable de me mettre des bâtons dans les roues en révélant mes supercheries. « Je veux bien être sympa, mais je ne vais pas changer mon caractère pour faire plaisir à une rêveuse. D’ailleurs, vous n’avez pas répondu à ma question, vous ne devez pas être très fière du résultat. » Je ne lui dois rien à cette fille. Si Bianca se plaint, je ferai peut-être un effort. Mais cette dernière ne m’a encore faite aucune réflexion et je sais qu’elle aime lorsque je suis vache. N’en déplaise.


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2705 - Points : 2818

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Dim 19 Nov - 14:49 )
La conversation qui est en train de s’engager entre les deux jeunes femmes est totalement surréaliste. D’ordinaire, Lana aurait été capable de garder son calme et d’expliquer calmement à cette fille de faire un effort pour la mariée mais là… Peut-être est-ce parce que Lana apprécie elle aussi Bianca ou bien peut-être est-ce dû à ce sourire mesquin qui s’affiche sur le visage de cette fille… Toujours est-il qu’elle se retrouve à deux doigts d’exploser et les remarques successives de la jeune femme ne l’aident pas vraiment à retrouver sa sérénité. Des monstruosités ? C’est donc comme ça qu’elle voit les robes que Bianca a essayé jusqu’ici ? Honnêtement, depuis qu’elle fait ce métier, elle en a vu des robes mariées horribles mais, depuis le début de l’essayage, Bianca se montre d’un goût plutôt sur. Ce n’est pas de la mièvrerie pré-mariage mais les deux robes qu’elle a déjà essayées lui allaient effectivement bien. Lana sait se montrer objective. « Je ne suis pas aveuglée par mes émotions je suis une professionnelle. Bianca est magnifique et ces deux robes lui allaient effectivement bien. Vous m’avez l’air de quelqu’un anti-mariage, c’est votre droit, mais là c’est vous qui semblez vous laisser emporter par votre émotion. » Lana est persuadée que si Bianca leur sortait la robe la plus splendide de l’univers, cette fille trouverait quand même quelque chose à redire. Elle a l’air d’être le genre à ne jamais être satisfaite. « Je ne suis pas là pour la pousser à acheter n’importe quoi. » Ce n’est pas son genre, même quand la mariée n’est pas une de ses amies. Si Lana s’est forgé une jolie réputation dans le domaine du mariage, c’est aussi en partie pour ça : pas de dépenses inutiles. Une journée comme celle-là coûte déjà suffisamment cher.

La remarque suivante de la demoiselle d’honneur lui claque à la figure. L’amour, un mot de pisseuse. Pour une fille comme Lana qui est une amoureuse de l’amour, c’est clairement dur. Ce qui explique sans doute qu’elle ne retienne pas son coup sur sa réponse. « Ouais je vois, vous êtes sans doute seule et frustrée pour dire un truc pareil. » Il n’y a qu’une fille malheureuse en amour pour sortir un truc de ce genre. Et pourtant, quand on y regarde bien, Lana est totalement ce genre de filles : à enchaîner des mauvaises relations, à tomber sur des mecs qui la trompent. Mais, malgré ses échecs successifs, elle veut encore y croire. A tord ou à raison. « Et c’est quoi votre métier, dites-moi ? Vous êtes une avocate spécialisée dans les divorces ou un de ce genre de métier hyper sinistre ? » Vu son discours, elle la voit totalement faire ce type de métier là. Et puis, c’est peut-être pour cette raison qu’elle insiste à ce point sur le nombre de mariage qui amène à un divorce : parce qu’elle connaît exactement la réponse. Pire même, parce qu’elle y contribue et qu’elle y voit une sorte de satisfaction personnelle. Beurk. « Le fait est que je n’en ai pas la moindre idée. Mais ça n’a pas d’importance, ce qui compte c’est que ces gens là ont le courage de se lancer et de se lier l’un à l’autre. Ca ne marche pas toujours mais il y en a parmi eux qui vivent de grandes histoires. » Lana voit d’ici la jeune fille lever les yeux aux ciels. Mais ça ne l’empêche pas de croire profondément ce qu’elle dit. Certains diraient qu’elle est naïve mais elle préfère se concentrer sur les couples qui durent et qui vivent de belles histoires d’amour. Elle espère que ça lui arrivera un jour, elle aussi. « Et vous trouvez ça stupide mais je ne changerais pas mon point de vue là-dessus non plus. Alors est-ce qu’on ne pourrait pas juste toutes les deux faire un effort ? Moi en passant sur vos remarques totalement déplacées et vous en… faisant au moins un sourire de temps en temps ? » C’est possible ça, au moins ? Est-ce qu’elle est capable de sourire, sincèrement, ou bien le mécanisme est-il complètement enraillé chez cette femme ?


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://www.ciao-vecchio.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar plateau-avatars | gif Doriana : mrs chaplin | Gif sign : mrs chaplin
Multi-comptes : Roberto Khalil & Valente Paludi & Giulietta Vitelli
Messages : 565 - Points : 763

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Mer 22 Nov - 16:22 )
Je l’ai déjà dit, plus jeune, je rêvai de devenir Wonder Woman, de posséder ses pouvoirs et mettre une raclée au méchant. Lorsqu’on me demandait ce que je voulais devenir plus tard, lorsque j’étais à l’école, c’est ce que je répondais. Pendant ce temps, les autres gamines lançaient toutes « Une princesses » presque à l’unisson. Les années ont passées et je fais le bilan. J’ai grandi et devenir une héroïne ne fait plus partie de mes objectifs, pendant que ces filles-là sont restées bloquées sur leur envie de devenir une princesse. Pourtant, je ne suis pas la fille la plus sérieuse…Je suis même immature sur bien des points. Allez comprendre. « Des émotions ? Lesquelles ? Ce n’est pas moi qui me marie. Si ça avait été le cas, alors oui, je me serrai laissée emporter par mes émotions et…mmmh… » Je me lève en faisant mine de réfléchir, l’index tapotant sur ma lèvre inférieure, et m’approche d’un long voile en dentelle. « J’aurai pris ce voile là… Je l’aurai accroché à ce lustre et me serai pendu avec. Mais il ne s’agit pas moi, alors ça m’est égale. » Je m’assoie de nouveau sur le fauteuil. Si je m’étais sentie en danger, je serai restée debout, pour être à sa hauteur, mais je n’en ai que faire de cette fille. Bien qu’elle me précise qu’elle n’est pas là pour lui faire acheter n’importe quoi, je me mets à rire malgré moi. J’essaie de m’arrêter, mais… Non, je déconne, en fait, je la provoque en riant aux éclats. Peut-être que Bianca peut m’entendre de là où elle est, et peut-être se dit elle que j’ai fini par apprécier ses sous-fifres. Il n’en est rien, bien au contraire.

La fille montre enfin ses dents. Elle attaque, essaie de mordre là où c’est sensible. Mais je ne me décompose pas. Ça me fait même sourire : « Frustrée, moi ? Non, je suis totalement épanouie. Mais merci de vous en inquiéter. Vous n’imaginez pas le nombre de nuit où j’ai les doigts de pied en éventail. Et ce n’est clairement pas un mari qui s’en préoccupera après la signature d’un contrat. » Je fais ici référence aux nombreux orgasmes qui m’ont été offert par des hommes de passage. Ces hommes qui s’appliquent le temps d’une nuit dans l’espoir d’une prochaine fois, si besoin est. Un mari, il sait qu’il l’aura sa prochaine fois, même si les nombreuses pseudo-migraines de sa femme finiront par envahir sa vie et frustrer son paupaul. Arrivé à ce stade, monsieur contacte mon entreprise pour tremper son biscuit dans une autre tasse. Parler de mon métier n’était pas une bonne idée. Pour me rattraper, je décide d’utiliser mon ancien job. On se montre toujours un peu plus conciliant face au vécu d’un policier. Avant, je m’étonne cependant de l’emploi qu’elle me donne : « Avocate ? La classe ! » Je m’exclame, un sourire satisfait affiché sans retenu. « Ces métiers sinistres rattrapent vos conneries, soit dit en passant. Pas de mariage, pas de divorce, pas de dépense à la con. C’est mathématique. J’ai longtemps exercé dans les forces de l’ordre. C’est dingue le nombre de maris qui prennent de l’assurance et qui s’en prennent à leur femme lorsqu’ils sont liés par un contrat. Sans compter les fois où nous nous déplaçons à cause de problème pour les partages des biens. Ça donne envie, non ? » D’accord, mon ton devient un peu plus agressif au fil des mots. Mais certains souvenirs laissent des traces. Ils sont probablement la raison de mon célibat. Non, ils sont la raison pour laquelle j’ai compris que nous, les humains, nous n’étions pas faits pour vivre une vie ensemble, collé l’un à l’autre. « Mais, on est d’accord sur un point, ces gens-là ont du courage de s’aventurer là-dedans. En fait, je pense qu’ils sont même téméraires … ou plutôt inconscients ! Mais c’est bien connu, l’amour rend aveugle. » Je me force un sourire. C’est une expression qui me plait. En ce qui concerne les couples sur le point de se marier, j’ai cette image d’eux : Une personne qui marche dans la rue avec assurance et se prenant un poteau parce qu’il ne regardait pas plus loin que le bout de son nez. Voilà, ce qu’est l’amour. C’est cette assurance ! Et on sait tous ce que sont les assurances : Des arnaqueurs ! Je lui lance un large sourire idiot : « Et voilà, vous en avez un pour l’heure. Pour le reste on verra si vous cessez de vous comporter comme des pintades à glousser à chaque nouvelle robe. Non mais sérieux ? C’est à moi qu’on demande de la tenue ? On serait dans une ferme, qu’on vous confondrait avec la volaille. » J’y vais fort. Mais je m’en fous. Elle m’énerve. Elle se la joue moralisatrice. Je déteste qu’on me remette en place, ce n’est pas nouveau. Et les autres qui me lancent ces regards assassins, elles ne valent pas mieux. Elles ont choisi leur camp. Mais c’est vrai qu’au pays de fée, la réalité a rarement une bonne image. Cependant, il faut bien quelqu’un pour les ramener sur terre.  

Bianca sort de la cabine dans une robe, blanche la robe hein ! Mais ce n’est pas le détail qui me chiffonne. Elle monte sur le podium, ce qui a pour effet de lui donner quelques centimètres fictifs en plus. Je me penche pour observer le regard des autres… Elles ont l’air tellement bête, à en manger du foin. Je secoue la tête et perçois les yeux de la future mariée se poser sur moi. Je soupire…Je n’ai pas envie de gâcher le plaisir de ces filles… Non, c’est une blague, j’interviens alors : « J’ai cru qu’une meringue mal cuite sortait du four. Le corsage est intéressant cela dit. Je te propose d’arracher le reste et de te marier en culotte. Mais fais gaffe de pas être en pleine période. » Bianca se met à rire. Moi, je jette un œil à cette fameuse brunette. Aimes-tu ma remarque ma belle ? Je m’en mords la joue pour ne pas en rire.


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2705 - Points : 2818

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Sam 25 Nov - 0:50 )
Cette nana est complètement cinglée. Voilà ce que Lana ne peut s’empêcher de penser quand elle l’entend la demoiselle d’honneur évoquer sa propre réaction si c’était elle la future mariée. Sans doute de l’humour, hein, mais complètement déplacé à son goût. Gardant un instant la bouche entrouverte, ne sachant pas quoi répondre à de tels propos, suivi de surcroît par un rire aux éclats. « Si vous en êtes à ce point… Alors faudrait peut-être penser à consulter, hein. » Elle dit ça très sincèrement. Lana peut accepter que des gens n’approuvent pas l’idée du mariage, qu’ils soient totalement réfractaires à l’idée d’y passer à leur tour mais là, franchement, cette fille a vraiment un grain. Du moins, c’est plus facile pour Lana de simplifier ainsi les choses plutôt que de gratter sous la surface et d’apprendre à connaître les raisons qui sont à l’origine d’un tel dégoût pour l’institution du mariage. Dans tous les cas, même si elle le voulait, cette fille semble tellement fermée qu’elle n’arriverait pas à grand-chose. Et puis, de toute façon, elle n’en a pas envie. Cette Florianna lui est totalement antipathique. « Bon sang mais si c’est votre vision du mariage c’est clair, ne le faites jamais ! Ce n’est pas juste un contrat où tout est acquis ensuite hein. » Pas pour Lana, en tout cas, bien au contraire. C’est une promesse que vous ferez tout pour contribuer au bonheur de la personne que vous vous aimez, c’est un engagement qui vous lie à elle pour toujours. Alors, certes, parfois ça ne dure pas toute la vie, et parfois ça se termine même de manière prématurée mais, franchement, Lana n’aimerait pas être désabusée comme la jeune femme en face d’elle. Elle préfère sa vision un peu trop utopiste mais remplie d’espoir. « Vos relations éphémères là, c’est peut-être bien un moment, mais vous vous lasserez un jour, vous verrez. » Mon Dieu, Lana a soudainement l’impression de revivre le même type de conversation qu’elle a eu de nombreuses fois avec Erio, son colocataire.

Mais le goût pour les relations éphémères n’est visiblement pas la seule chose que cette fille partage avec son colocataire. Quand elle avoue à Lana qu’elle a fait partie des forces de l’ordre, cette dernière ne peut pas s’empêcher de lever les sourcils, ayant bien du mal à l’imaginer en tant que gardienne de l’ordre. Et puis, c’est quoi cette manie chez les policiers de s’envoyer tout ce qui bouge ? Bon sang, l’ambiance ne doit pas être triste tous les jours au commissariat. « Oh bon sang, mais le ramassis de cliché. Mon coloc’ est flic, hein, pour info et il n’y a pas que les hommes mariés qui s’en prennent à leur femme. » Contrat ou pas, il y a malheureusement bien des hommes qui s’en prennent à leur petite-amie. Lana a bien connu ça, en quelque sorte. Pas la violence physique mais la violence morale d’un manipulateur particulièrement douée. Une violence invisible et dont elle ne s’était toujours pas remise à l’heure actuelle. « Et donc vous avez arrêtée. D’être dans les forces de l’ordre. Pourquoi ? Vous vous étiez tapé tout le commissariat peut-être ? » Lana exagère totalement, là. Le fait est qu’elle a plusieurs amies qui papillonnent et elle ne les juge pas pour autant. Elle ne les approuve pas complètement mais elle ne les juge pas parce que c’est totalement dans leur droit de disposer de leur corps comme bon leur semble. Elle-même essaye de s’y mettre en plus, avec cette relation étrange qu’elle partage avec Erio. Mon dieu, Erio. Imaginons que cette fille se soit vraiment taper tout le commissariat alors ça veut dire qu’elle et Erio…. Beurk ! Gros gros beurk ! Ceci dit, peut-être qu’il la connaît et qu’il voudra bien la renseigner sur ce fameux métier qu’elle semble taire volontairement, ce qui n’a pas échappé à Lana et sa curiosité maladive. « Ou bien alors, l’amour rend courageux. » Chacun sa vision des choses et les leur sont totalement et définitivement opposée. Les deux jeunes femmes semblent irréconciliables alors que le ton continue à monter et à monter encore au fil de la conversation. Lana semble même au bord de la perte de contrôle lorsqu’elle la compare à une vulgaire pintade sans cervelles. Bon sang, elle ne va quand même pas s’excuser de fondre devant la beauté et la classe de son amie, si ? « Ecoutez-moi bien… » Pointant son doigt droit vers la jeune femme, Lana s’arrête néanmoins à la seconde même où Bianca sort de la cabine. Véritablement frustrée de ne pas pouvoir déverser toute sa colère sur cette fille, elle tente néanmoins de faire bonne figure alors qu’elle affiche un sourire de façade. Elle boue complètement de l’intérieur et la remarque suivante, encore une fois totalement déplacée, n’arrange guère les choses. Sentant le regard de la demoiselle d’honneur se fixer sur elle, Lana fait un effort surhumain pour simuler un petit rire, à son tour. Ca lui arrache les lèvres de le dire mais, pour le coup, cette malpolie n’a pas totalement tord. « Je ne l’aurais bien évidemment pas dit comme ça, surtout pas comme ça, mais c’est vrai que le bas de la robe est un peu… trop. Je crois qu’il y a exactement le même modèle de corsage avec une jupe plus épurée. On va te trouver ça. » Lana fait signe à la propriétaire du magasin avant de finalement posée un regard dédaigneux sur la jeune femme. Si elle est incapable d’y mettre du sien, Lana elle, si. Et son menton légèrement surélevé en guise de défi ne fait qu’appuyer silencieusement son propos : elle est beaucoup, beaucoup plus mature qu’elle. Et elle a gagné, en plus.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://www.ciao-vecchio.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar plateau-avatars | gif Doriana : mrs chaplin | Gif sign : mrs chaplin
Multi-comptes : Roberto Khalil & Valente Paludi & Giulietta Vitelli
Messages : 565 - Points : 763

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Mar 5 Déc - 18:55 )
Je n’y peux rien si pour moi le mariage est une belle connerie. Pourquoi devoir consulter lorsque nous ne sommes pas ce genre de femme hystérique à lâcher trois gouttes lorsqu’on énonce un mariage ? Je suis de celle qui pense que la vie de célibataire est une vie de liberté, de tranquillité. Je pense également que l’être humain n’est pas fait pour vivre à deux. C’est vrai ! On finit toujours par se détester. Au départ, c’est tout beau, c’est tout joli. « Passe-moi le sel, s’il te plait, mon cœur ». « Mais bien sur mon amour ». Et puis quelques mois plus tard, on passe au stade supérieur : « Le sel ! » « Lève ton gros cul, ça te fera du bien ». On sait tous que ça finit comme ça. Mais comme on le sait aussi, l’amour rend aveugle alors on l’oublie. Moi, j’ai décidé de ne pas faire cette erreur. Qui est-elle pour me dire que quelque chose ne va pas chez moi ? Tout va bien, merci ! Ce n’est pas parce qu’on adhère pas à certaines idées et qu’on l’exprime avec un peu d’humour qu’on est bon à se taper un psy.  Enfin, hors consultation et si le psy est sexy, ça peut toujours se faire. Mais pas pour parler de mes problèmes que je n’ai pas au demeurant. Je lui partage que je suis bien avec mon mode de vie actuel avec plus ou moins de tact. Cependant, elle ne s’empêche pas de m’avertir que tout cela ne durerait qu’un temps. Et alors ? « Ah parce qu’être toujours avec le même, on ne finit jamais pas se lasser. Elle est bonne celle-là ? » Je ris sans retenue. J’essaie de continuer cependant : « Sans compter que la plupart des gens ne rencontrent jamais l’amour le vrai, encore faut-il qu’il existe vraiment, et se marient juste parce que la société actuelle les pousse à le faire. » C’est triste, mais quelque part, c’est une réalité. On croit que l’amour se pointe et finalement, on se rend compte que ce n’était qu’une putain d’illusion. Et ne croyez pas que j’ai vécu mille aventures malheureuses. Elles se sont toutes bien terminées pour la simple et bonnes raisons qu’il n’y a jamais eu d’engagement entre nous. Je ne suis pas née pour préparer les repas de Monsieur ! Oh ça non. Mon colocataire est meilleure cuisinier que moi de toute façon et je sais le récompenser en donnant de ma personne. Ou plutôt de mon corps. Finalement, les rôles sont peut-être inversés. Mais entre nous, il n’y a pas d’engagement. Alors, ça n’a rien à voir.


Je suis étonnée lorsqu’elle me parle de son colocataire. Ainsi, un mec de la police fréquente cette fille. Ça ne doit pas être évident pour lui tous les jours de la supporter.  A moins d’être un gay aux rêves de princesse, l’entente doit-être particulière. Mais ces hommes-là ne font pas carrière dans la police, bien qu’on pourrait en soupçonner quelques-uns au final. Mais soyons honnête une seconde, elle n’a pas tout à fait tort. Alors je lui précise : « En effet, il y a aussi des femmes qui ne sont pas tendre avec leur mari. » Elle est bien informée la petite. Mais son colocataire est un peu dans l’illégalité s’il lui raconte ses journées. Dois-je le lui rappeler ? Non, on s’en fout. Moi-même, je n’étais pas la plus discrète à l’époque. Je complète : « Et puis, y’a pas besoin d’un contrat pour servir de punching ball à un connard, mais du coup, pourquoi se risquer à lui faire croire que tu lui appartiens ? » En fait, ce contrat, je ne le comprends pas. On signe un bout de papier pour prouver son amour…mais la plupart des mecs pensent que ce contrat fait de vous leur propriété. Mais il est rare qu’ils le perçoivent dans les deux sens. Un mec, ça reste un mec, une femme, ça reste la femme du mec. Non mais sérieux ? Ils se foutent de qui ? Regardez l’effort que doit faire une femme le jour de son mariage face à son foutu époux qui lui ne se casse pas vraiment le cul. Ça reflète un peu ce à quoi va être confronté cette pauvre femme durant sa vie maritale. Plus je parle et plus je me rends compte où je suis et que mes paroles ne collent vraiment pas à l’univers de ce magasin. Je vois bien les vendeuses qui nous écoutent d’une oreille. Elles acquiescent à chaque fois que cette fille prend la parole et bougonnent lorsque c’est mon tout. Lorsqu’elle me fait une remarque sur mon ancien emploi et ma façon de gérer les hommes, je ne peux m’empêcher de rire aux éclats. Il faut l’avouer, elle a de la répartie. Je ne peux pas lui enlever ça. Je tente de calmer mon hilarité : « Vous êtes drôle, très drôle. »  Je tente de me contenir et réussi à lui répondre, laissant échapper quelques ricanements par moment : « Alors nooon… Je ne me suis pas tapé tout le commissariat. » Je reprends soudainement mon sérieux : « Seulement les hauts gradés. Capitaine, Commissaire, Lieutenant… » Et je ris de nouveau vraiment très amusé par la direction qu’a pu prendre notre conversation. Il me faut quelques secondes pour me reprendre et partager de nouveau ma répulsion pour le mariage. Cette fille me parle de courage. Je me retiens de rire une nouvelle fois : « Il y a une différence entre le courage et l’aveuglement. Après tout, c’est aussi très courageux de rester célibataire dans le monde où on vit. » C’est vrai ! Dans le monde actuel, tout est fait pour les couples, pour les familles. Y’a qu’à voir tous ces packs familiaux dans les hypermarchés. C’est sur ça qu’il y a des promos. Les célibataires, on s’en fout s’il casque ! Je continue ma provocation, parce qu’entre nous, même si cela m’amuse, elle m’agace également avec toutes ses mièvreries. Je pense avoir gagner des points et je la sens prête à exploser lorsque Bianca sort de la cabine. Dans mon franc-parler habituelle, je ne lui fais pas de mon avis. Encore une fois, j’appuie bien pour faire réagir les autres. Mais j’hausse les sourcils lorsque cette fille me donne raison. De sa bouche, ça ne me plait pas du tout. Je ne veux rien avoir en commun avec elle. Pourquoi suit-elle donc mon avis. Même si elle dit que je n’ai pas les forme pour dire les choses, elle me donne raison. Ce n’est pas ce qu’on fait entre ennemis. Alors qu’elle finit de parler elle me lance un regard qui veut tout dire. Assez bas pour que Bianca ne nous entende pas, je lui lance : « Crois pas que je vais plus t’apprécier parce que tu vas dans mon sens. Les filles comme toi me font horreur ! » Oui, j’essaie de la piquer un peu plus. Je sais que c’est totalement immature et probablement mal venu lors de cette journée, mais je n’y peux rien. Je n’ai pas envie de partager quoi que ce soit avec cette fille, même pas un avis sur une robe.


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2705 - Points : 2818

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Ven 8 Déc - 23:22 )
C’est une discussion sans fin qui se poursuit. Lana en a totalement conscience : jamais elle n’arrivera à tirer quoi que ce soit de cette fille. Pourtant, elle s’acharne à tenter de la convaincre, malgré tout. Elle est comme ça Lana : têtue au possible et fière de ses convictions. Le fait est aussi que, pour une fois, elle a le reste de l’assemblée de son côté. D’habitude, on la traite souvent de filles naïve et idiote, pour croire encore que l’amour puisse durer toute la vie. Un peu comme ce que pense cette fille, tiens. Mais là, la pièce semble être remplie de femmes aussi fleur bleue qu’elle et autant dire qu’elle en profite. « Non mais vous plaisantez ? La société actuelle ne pousse pas au mariage, bien au contraire ! Le nombre de mariage est de plus en plus faibles chaque jour ! » Elle est bien placée pour le savoir, au vu de son métier. Quand elle a commencé son business, il y a un peu moins de dix ans, le nombre d’appel fleurissait chaque jour. Aujourd’hui, c’est encore plus ou moins le cas, mais uniquement grâce à la réputation en béton qu’elle s’est forgée au fil du temps. « A la télé on ne vend plus que du sexe, sur internet, des sites sont dédiés uniquement aux personnes mariées qui veulent tromper leurs conjoints donc non, on ne pousse pas du tout les gens vers le mariage de nos jours ! » L’amour, c’est devenu démodé, risible. Alors oui, aujourd’hui pour Lana, c’est courageux de pouvoir dire et prouver son amour devant tous les gens qu’on aime. Peut-être bien que, dans l’assemblée, la moitié des gens ne parient pas un copec sur la durée de la relation… Mais les deux mariés, eux, y croient dur comme fer. Et il n’y a que ça qui compte.

« Mais ça n’a rien à voir avec le fait d’appartenir à quelqu’un, le mariage ! C’est simplement faire une promesse à quelqu’un que vous l’aimerez toute votre vie, c’est tout. » Qu’importe les épreuves, les moments difficiles. Un mariage, c’est quelque chose qui est censé tenir dans la durée, vous offrir une épaule réconfortante en toutes circonstances. Quand Lana est avec ses parents, c’est ce qu’elle voit. Une complicité et une solidarité sans faille, malgré les années. Cela fait près de 30 ans qu’ils sont mariés à présent et la flamme reste toujours là, bien présente entre eux. Comme quoi, malgré ce que dit cette fille, c’est possible. Lana reste convaincue qu’il y a mieux dans la vie que ce dont cette demoiselle peut bien se contenter… Et peut-être qu’elle-même en deviendra convaincue, elle aussi, un jour. Si tel est le cas, compter sur Lana pour lui sortir la fameuse phrase « je te l’avais bien dit » en la montrant du doigt. « Ah oui d’accord, vous êtes dans le haut de gamme, au temps pour moi. » Ca pourrait être vrai, comme elle pourrait n’avoir séduit que des flics de bas étage, que ça ne changerait pas grand-chose. Ca reste dommage pour une fille pareille que de se gâcher comme ça. Lana ne l’avouera jamais mais elle semble quand même pouvoir faire preuve d’esprit. Elle pourrait trouver mieux que des mecs d’un soir en veux-tu en voilà. « Et puis bon, on fait ce qu’on peut pour avoir des promotions, hein. » Sauf qu’au lieu de dire ça, la jeune organisatrice enfonce encore un peu le clou. Bien loin de l’image de la femme gentille qu’elle est pourtant d’habitude, Lana montre la plus mauvaise facette de sa personnalité, que la femme en face d’elle semble douée pour faire ressortir. Plus tard, elle regrettera peut-être ses propos mais, pour le moment, tout ce qui compte pour elle est de gagner le prochain round. « Si ça peut vous faire plaisir : vous êtes très courageuse. C’est vrai que de ne pas prendre le risque de s’engager dans quoi que ce soit, c’est faire preuve de courage. » Ou plutôt de lâcheté, si vous avez compris l’ironie. Car faire confiance à quelqu’un, s’attacher à lui, ça n’a rien de facile. C’est prendre le risque de souffrir, de se faire trahir, et c’est exactement ce qui est arrivé à Lana dans le passé. Pourtant, elle n’en reste pas moins optimiste. Est-ce que l’homme qui lui est destiné est quelque part là, dehors ? Elle en est persuadée. Pour Bianca, c’est déjà fait. Reste à trouver quelle robe lui est destinée à présent. Et alors que les deux « ennemis » trouvent un terrain d’entente, Lana ne peut s’empêcher de sourire en entendant la demoiselle d’honneur lui murmurer quelques mots. « Parce qu’on se tutoie maintenant ? Je crois pas qu’on soit assez intimes pour ça, désolé. » Elle lance un sourire à Bianca, avant de désigner la robe dont elle lui a parlé, avec une jupe beaucoup plus légère. « Tiens Bianca, c’est celle-là que tu devrais essayer. » Elle serait parfaite pour elle, vraiment. Lana en est persuadée. « Et loin de moi l’idée que vous puissiez m’apprécier. Je sais juste être objective, contrairement à vous. » Dit-elle, reprenant leurs messes basses. En intervenant pour appuyer ses dires, Lana disait une vérité, certes, mais voulait aussi lui prouver sa supériorité en ne passant le bonheur de Bianca devant leur querelle puérile. Et il semble bien qu’elle soit arrivée à la perturber. Bien joué, Lana.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://www.ciao-vecchio.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar plateau-avatars | gif Doriana : mrs chaplin | Gif sign : mrs chaplin
Multi-comptes : Roberto Khalil & Valente Paludi & Giulietta Vitelli
Messages : 565 - Points : 763

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Mer 20 Déc - 19:40 )
Je suis bornée, ce n’est pas un secret et ce n’est pas comme si je le cachais. Je n’admets jamais mes tords et encore moins lorsque je dois défendre mon opinion. Je ne vais pas commencer aujourd’hui et surtout pas en face de cette fille qui commence à me les briser menues avec sa sale manie d’avoir réponse à tous, ou plutôt de le penser. Je fais bonne figure, ça m’amuse parfois, mais mon dieu ce que c’est éreintant. En plus d’avoir été trainée ici, je me ramasse des réflexions, ainsi qu’une leçon sur : « Pourquoi le mariage, c’est trop beau ». Seigneur ! Donnez-moi la foi ! Ah non, merde, je ne suis pas croyante. Elle me reprend, précisant que les mariages ne sont plus adulés par la société. « Et remercions le seigneur pour ça. » Je lance en toute provocation, accentuant mes paroles en joignant mes mains en signe de prière, les yeux levés vers les cieux. « Une pression en moins pour ces jeunes filles qui ont d’autres choses à foutre que de se lier à un homme pour le restant de leurs jours et de se faire traiter de morue lorsque monsieur a besoin de passer ses nerfs. » L’amour, c’est beau…dans les bouquins, dans les films parfois. C’est mièvre au possible. Lorsque je regarde l’un d’entre eux, je ne peux m’empêcher de commenter la prévisibilité du scénario. Ça énerve mes colocataires, mais ils ont bien obligé d’admettre que toutes ces histoires se ressemblent et ne sont pas originales pour un sou. D’ailleurs, elle en vient à parler des médias et, fait amusant, dénonce ce pourquoi je bosse. « Ouais, certains mecs tiennent à leurs femmes même si ce sont des boudins, mais ces dernières sont tellement coincées qu’il est rare qu’elles se mettent à califourchon sur leurs hommes pour assouvir leurs besoins sexuels, ils vont voir ailleurs. C’est un bon compromis. Elles n’en savent rien et ils sauvegardent leur couple. Et ça fonctionne dans l’autre sens. Je trouve ça pas si mal. Personne n’est blanc comme neige ! » En vérité, je n’aimerai pas que mon mec se tape une autre femme derrière mon dos. Mais si je ne le sais pas, qui ça dérange ? Dans mon métier, j’aide ces hommes et ces femmes qui sont amoureux de leurs partenaires de vie mais dont leur libido n’est pas comblée. Et de ce côté, je sais que s’il y avait un homme dans ma vie, il n’irait pas voire ailleurs, c’est certain.

Elle se fout de ma gueule ? Je crois qu’elle me prend pour la reine des connes ? « Non mais vous avez craqué votre slip ! La promesse de quoi ? De lui appartenir ! C’est ça le mariage ! "T’es marié, t’ira plus voir ailleurs, tu m’appartiens !" Point barre ! Ne soyez pas plus stupide que vous ne l’êtes. Le mariage, c’est de la poudre de perlimpinpin ! Rien de plus. C’est pour ceux qui n’ont pas assez confiance en leur couple. "Marions-nous, comme ça, tu te tiendras un carreau et si ce n’est pas le cas, tu dégusteras au divorce" ! » Ce discours est totalement inapproprié à ce lieu et à ce moment, mais je n’en ai rien à faire. Le mariage est comme la religion : Des histoires à la con, inventées par des hommes frustrés pour se rassurer. Je les vois ces mégères, ces vendeuses qui m’observent comme si le diable me possède. Bientôt, elles vont versées leurs larmes de crocodile pour faire croire à toutes les autres que je brise leur rêve. Je ne me sens vraiment pas à ma place ici. Mais je dois être forte pour Bianca. « Garder son boulot est tellement difficile de nos jours. Il faut savoir retrousser les hanches en cas de besoin. » Oui, je ris avec provocation sur ces paroles. Tout ceci n’est qu’un tissu de mensonge, mais c’est plaisant de voir la bouche grande ouverte de certaines. « Oh mais je m’engage, je m’engage. Je m’engage dans mon emploi, je m’engage dans des rencontres d’une nuit, je m’engage à ma manière. Ce n’est pas parce qu’on n’est pas pro-mariage qu’on n’est prétendument bonne à rien. Chacun voit midi à sa porte, mais vous ne me ferez pas dire que le mariage, c’est féerique. Diantre, Faut pas croire en la magie, Moldu ! Ça n’existe pas ! Tout comme le père Noël ! Désolé de vous l’apprendre si vous l'ignoriez. » Gros sourire forcé. Je ne sais pas où je vais, mais mon but est probablement de la faire chier. Je sais que, tout comme moi, elle ne changera pas de position. Vu son métier, ça serait dommage pour elle. Mais c’est probablement ce qui m’amuse : la titiller sur son emploi. Bianca refait son apparition et pour la première fois depuis nos échanges nous tombons d’accord. Je lui fais remarquer que cela ne change rien à l’aversion que j’ai pour elle et elle me reprend sur mon tutoiement. Je fulmine à l’intérieur, mais je n’ai pas dit mon dernier mot. Lorsque Bianca repart dans sa cabine, je lui précise : « Le tutoiement n’est pas forcément un signe d’intimité entre deux personnes, princesse. » Je lance caricaturant mon dernier mot par des gestes et un ton de femmes ingénues. « C’est parfois une marque d'irrespect. Tu sais ? Quand un mec te fait chié, tu ne lui dis pas : "Vous êtes un gros con", tu dis : "t’es un gros con". Bon, ben là, c’est pareil. » Je lui explique ça calmement, comme si je lui apprenais une leçon de grammaire. « Et en toute objectivité, Vous me faites tellement chier avec vos leçons sur le mariage qu’il faut que j’aille couler un bronze ! » Je me lève et regarde toutes ces robes autour de nous, avant de me concentrer sur les deux vendeuses : « Et ce qui est bien, c’est que s’il n’y a plus de PQ, j’aurai toujours de quoi pour me torcher. » L’une d’elle sursaute à ma provocation. Je sais que je vais trop loin, mais je ne suis pas dans le faux. Non pas que je veuille m’essuyer le cul avec de la soie (bien que cela pourrait être une expérience agréable à vivre), mais je m’ennuie réellement. Je n’ai pas cet intérêt pour tous ces rituels pré-mariage. J’aurai des choses à raconter, c’est certain, mais bien plus si je les provoque comme je le fais actuellement. Je suis entrée dans un jeu et je sais que ça ne durera pas. Surtout lorsque j’entends Bianca m’appeler depuis la cabine. Ça n’annonce rien de bon. Je sens qu’elle va mettre son grain de sel. Pas manqué, elle me rappelle à l’ordre : « Tu veux bien faire un effort, Flo. » Ok, elle a tout entendu. Je baisse les yeux : « Désolé, mais c’est tellement tentant ! Je m’embête un peu je te l’avoue. Viens, on va se prendre une cuite. On les laisse en plan ! l’autre là, elle essayera les robes à ta place avec plaisir je suis sûre. Elle a de la bave aux coins des lèvres en voyant toutes ces robes blanches » Je vois bien qu’elle s’amuse de mes remarques, mais ce jour semble être plus important pour elle que je ne l’aurai cru. « Tu y vas un peu fort là et ça ne te ressemble pas. T’es folle, on le sait ça. Mais là, tu te comportes comme une grosse connasse. » « Je te rappelle que c’est toi qui m’a acheté un collier avec écrit connasse dessus. Je joue le jeu, moi » « Sois un peu plus sage. C’est tout ce que je te demande. Et peut-être t’excuser aussi. » « Je m’excuse. » Je lui dis en toute sincérité. « Pas envers moi » « Quoi ? Tu te fous de ma gueule ? C’est elle qui a commencé ! Plutôt crevé ! » Elle me lance un de ses regards que je déteste tant. Celui qui ne me laisse aucun choix. « Tu fais chié ! » Je lâche, mes épaules s’affaissant. Je sors de la cabine, l’air penaude, enchaînant les petits pas vers l’organisatrice, les yeux rivés vers le sol. Je grommelle entre mes dents sans trop de conviction : « Je m’excuse. », je prends une inspiration avant de lâcher : «Je n’aurai pas dû être si virulente. » Je suis une vraie gamine. Oui, la maturité est en dents de scie chez moi. Et lorsqu’on me provoque, il arrive souvent que je me comporte comme une peste d’adolescente. Je l’assume entièrement de base, mais Bianca c’est son jour. Je ne peux pas continuer sur ce chemin ou nous finirons la soirée sur un ring.


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2705 - Points : 2818

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le Mar 26 Déc - 13:53 )
Consternée. Il n’y a pas d’autres mots pour qualifier Lana à l’écoute de ce que peut bien penser cette demoiselle d’honneur. Franchement, c’est possible d’avoir une vision aussi négative de l’amour ? Visiblement, mais Lana ne comprends pas comment on peut en arriver à penser des choses aussi crues. Pourtant, elle en a vécu des choses plutôt moches, en amour. Des tromperies, des humiliations, des mots rabaissants… Mais aucune de ses épreuves douloureuses n’est arrivée à entacher son optimisme et sa foi que, quelque part, chaque personne a quelqu’un qui est fait pour lui. Alors c’est peut-être extrêmement naïf c’est vrai, voir complètement neuneu pour certains mais, franchement, elle préfère de loin sa vision à celle de cette fille. Trop de négativité, à ce point, ça doit faire de véritables ravages à l’intérieur. « Tous les hommes ne sont pas comme ça, et heureusement. » Pourtant c’est ce qu’elle a vécu, quelque part, avec Fabio. Il ne la traitait pas de morue à proprement parlé mais ne se priver pas de faire des remarques incessantes sur son poids, d’autant plus quand il avait passé une mauvaise journée. Pourtant, malgré tout, Lana s’accroche encore et encore à sa manière de pensée. Ce n’est pas parce qu’elle est tombée sur un homme aux manières très discutables une fois qu’ils sont tous comme lui. Contrairement à cette fille, Lana refuse de faire des généralités. « Mon dieu mais vous vous rendez comptes de ce que vous dites ? » Lana ne peut s’empêcher de cacher son émoi. Cette fois, ça dépasse de loin la petite dispute qu’elles sont en train d’avoir. La tromperie, pour elle, c’est un sujet sensible. « Mais vous croyez pas qu’elles s’en doutent ses femmes ou même ses hommes ? Vous pensez vraiment que ça marche comme ça un couple ? Ce genre de chose, ça peut bousiller une personne. » Ca l’a bousillé, elle. Et quand bien même Fabio avait été discret dans les premiers temps, Lana s’était toujours douté qu’il se passait quelque chose de louche. Tout le monde a une sorte d’instinct, pour ce genre de choses. Elle, elle avait décidé de se voiler la face, niant l’évidence pendant longtemps mais elle le savait. Elle l’avait toujours su.

« Wow non mais si c’est ce que vous pensez vraiment du mariage, qu’est-ce que vous faites là ? Sérieusement, kidnapper Bianca tout de suite, évitez-lui de devenir l’esclave d’un homme à la merci de ce qu’il désire et qu’on en finisse ! » Non parce que là, vraiment, elle ne peut plus rien faire pour elle. Sa vision du mariage est bien trop sombre, bien trop éloigné de la sienne pour qu’une discussion soit encore possible. Pour Lana, le mariage ce n’est pas d’avoir la corde au cou, comme le dit si bien l’expression. C’est simplement de promettre qu’on fera son maximum pour être là l’un pour l’autre, qu’on ne l’abandonnera pas à la moindre petite difficulté. C’est ce qui se passe, encore aujourd’hui, avec ses parents. Ils sont un couple uni dans l’adversité, preuve que la vision négative de cette fille ne se réalise pas tout le temps. Et heureusement, franchement… Quel intérêt de vivre dans un monde aussi noir. « Non mais je comprends, hein, les temps sont durs. » Et peut-être que pour cette fille, tous les coups sont effectivement permis pour garder son boulot. Le fait est que Lana s’en fiche et que ça ne la regarde pas tous ça. Elle n’a évoqué le sujet que pour la blesser, tombant dans ses plus mauvais travers. Mais si cela s’avérait vrai, il faut bien dire qu’elle trouverait ça… triste. Le corps d’une femme ne doit pas être l’objet de marchandage. Réussir en perdant sa dignité, ça doit quand même avoir un goût drôlement amer en bouche. « Oh non, c’est vrai ? J’suis tellement déçue, moi qui lui avait envoyé ma liste au pôle nord, cette année. » Cette conversation est véritablement en train de partir en vrille, disons-le. Et la petite pause permise par l’arrivée de Bianca n’y change rien puisqu’à peine de retour dans sa cabine, les choses dégénèrent de nouveau. Lana écoute son interlocutrice, les yeux de plus en plus ronds en la voyant déraper encore un peu plus. Non mais là, elle veut bien faire un effort, mais ça relève de la psychiatrie, hein. « Non mais là, faut vous faire soigner. » Genre, très très vite. Ce qui n’était qu’une petite joute verbale entre filles au départ est en train de partir en vrille. Et il faut l’intervention de Bianca pour voir les choses finalement se calmer. Lana observe la demoiselle d’honneur se diriger vers la cabine après avoir entendu l’appel de la mariée et la voit revenir, surprise d’entendre ses excuses. Elle s’en réjouirait presque, sentant à quel point ça lui coûte de dire ça mais elle sait bien qu’elle n’en serait jamais arrivée là sans que Bianca n’intervienne. Sa « victoire » n’en est pas vraiment une. « On oublie. » Mais Lana est consciente qu’elle se doive d’arrêter cette dispute. Ce n’est pas professionnel de sa part et si Bianca n’avait pas été une amie, elle aurait peut-être déjà perdue sa place. Chose qu’elle ne peut pas se permettre. « Pour le moment… » Ne peut-elle pas s’empêcher de rajouter, pourtant. Cette fille l’intrigue, énormément, et a suffisamment piqué sa curiosité et son orgueil pour savoir que ce n’est que partie remise. C’est plus fort qu’elle. Alors rendez-vous au prochain round.

Sujet terminé.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] LANA |Essayage de robe de mariée. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre