Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Megara de MassiriLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1531-e-stato-bello-conoscert http://www.ciao-vecchio.com/t1567-megara-nos-atomes-accroches#31353
ID : White Feather, Mélodie
Faceclaim : Lana Parrilla, @lilousilver
Messages : 188 - Points : 611

Âge : 36 ans
Métier : Rédactrice en chef du Vogue It
Sujet: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Ven 17 Nov 2017 - 19:18 )
note, pour le fun !:
 

Gala de Charité - «Portes ce que tu veux»
Tout le monde

Megara resta dans la green room, se scrutant dans le miroir en sentant une paire d’yeux vissée sur elle. Isia était magnifique dans sa robe noire dos nue lui descendant superbement sur ses reins, laissant peu de place à l’imagination. La latine n’était pas peu fière du choix de sa fiancée sur sa robe dont elle ne pouvait pas en détacher ses yeux, elle ne pouvait dire le contraire. Elle lorgnait dessus jusqu’à voir le visage d’une blonde, totalement différente de la rousse qui partageait sa vie depuis un peu moins de six ans. Soudain, la bague qu’elle portait à son annulaire gauche pesait terriblement lourd : « Tu es magnifique ma chérie… » Deux bras venaient la presser contre la poitrine de sa fiancée : « Tu l’es aussi, cette robe te va à merveille ! » Il fallait toujours faire bonne impression, dans la mesure où elle en était l’organisatrice, elle devait ouvrir sur un discours que sa promise lui avait écrite : « Tu as invité tes employées ? » demanda Isia tout accrochant une parure qui pendra dans son dos. Ce n'était pas innocent. Si Isia posait cette question, c'était tout simplement parce qu'elle voulait les voir, et surtout connaître éventuellement les nouvelles têtes : « Comme à chaque fois, Isi.. » Megara pensa immédiatement, sans difficulté à l’invitation qu’elle avait envoyé à Angelina. Elle pouvait y emmener sa famille, elle pouvait faire ce qu’elle désirait et secrètement, elle souhaitait vraiment voir arriver la blonde aux yeux verts qui lui accaparait son esprit, nuit et jour. En lui lançant un sourire, elle se dégagea doucement pour appliquer une dernière couche de rouge à lèvre, surveillant que rien ne pouvait détacher. Les seuls bijoux qu’elle se donna le droit de porter, c’était sa bague de fiançaille, une paire de boucle d’oreille moyenne, et une sacoche pour contenir discours et l’organisation. Elle portait une oreillette lui permettant de suivre l’enchaînement où tout les chefs de secteurs étaient reliés. Rien n’était mis au hasard. C’était tout ce que Megara appréciait : l’organisation et l’information. Elle y mettait beaucoup d’argent mais ça, ce n’était pas ce qui lui manquait.

Il fallait y aller, Isia était prête mais Megara relisait toujours son discours. Même si elle l’apprenait pas par coeur, et qu’elle le gardait sur elle durant tout le long où son oratoire tendra l’oreille pour l’écouter, elle ne voulait pas se riddiculiser en public. La presse ainsi que de nombreux porte-parole de divers associations étaient présentes pour la cause, il ne fallait faire aucun faux pas. Evidemment, les chutes étaient exclus, les zozotements rédhibitoire. Dans sa tête, parfois à voix basse, elle répétait certaines phrases à risque sans pour autant se tranquilliser. Elle aimait parler mais elle n’aimait pas se mettre dans l’embarras. Inspirant profondément, elle entendit la musique d’ouverture ce qui signifiait que c’était l’heure de faire son entrée et que les invités attendaient que quelque chose se passe. Obliger de passer la porte main dans la main d’Isia, elle lui prit sans discuter. Sa fiancé pu prendre son manque de tendresse passager par le pic de stresse mais elle n’ignorait pas que cette période était pire depuis qu’elle lui avait dit «oui.»

L’emplacement, elle n’était pas vraiment partie très loin. Elle trouvait les salles évenementielles des hotels de ses parents parfaites et assez grande pour contenir au maximum cinq cent personnes ce qui était largement faisable. Les cuisines étaient immenses, les salles du personnelles spacieuses et équipées, les green rooms à n’en plus finir. Megara pouvait se lâcher sur pas mal d’autre chose puisqu’évidemment, la De Massiri n’avait rien à donner quant à la réservation des lieux. Tout était claire, doré et fait de marbre. Il n’y avait rien de particulier, la salle principale était racé d’un bleu océan au plafond avec en son centre un énorme lustre qui avait été nettoyé minutieusement pour aujourd’hui. Des tables ayant différent punch, et cocktail à servir à la louche à volonté, une fontaine de champagne…

Son entrée se faisait sous une pluie d’applaudissement mais même si elle ne perdait pas le sourire, elle n’oubliait qu’elle devait se rendre deux heures plus tard en séance d’interview. Elle restait le plus impassible possible en étirant tout de même ses lèvres d’un sourire. Sa robe mettait bien en valeur l’idée de son thème qui pouvait ou ne pouvait pas plaire à tout le monde. Dans l’idée, Megara pensait fortement qu’il fallait faire impression et qu’il y avait toujours des mauvaises langues pour dire que quelque chose n’allait pas. Elle attendait vivement les critiques à la sortie de la presse à scandale. Elle attendait vivement de voir à quel point les journalistes véreux allaient vouloir la descendre. Il fallait dire qu’elle n’était pas particulièrement douce avec eux donc, à la guerre comme à la guerre.

Une fois sur l’estrade, elle embrassa Isia sur la joue, et se plaça devant le pupitre prévu et sortit ses fiches qu’elle posa de manière impeccable. Elle se racla la gorge en position le micro à sa hauteur, et la musique s’arrêta :

« Bonjour à toutes et à tous, je suis très heureuse de procéder à l’ouverture de ce séminaire contre les violences faites envers les femmes et les enfants.

Je voudrais tout particulièrement remercier les personnalités qui nous font l’honneur de leur présence à commencer par

Luigi De Magistri, Maire de Naple et très apprécié, soutenant le combat luttant pour notre cause.

Magdalena Varichi, actrice et mannequin, avec qui je travaille depuis des années pour mettre en place ce nouveau centre de refuge pour femmes et mères célibataires.

Matteo Rocci, grand publicitaire, qui a été le premier à mettre en place les panneaux publicitaires en aide aux victimes.

Et enfin,

Silvio Prizzio, qui a fondé Mediaset (un groupe de communication) permettant, avec Matteo, une vision générale mais profonde de nos actions.

Il y a également les membres présents de plusieurs associations dont vous pourrez aller discuter avec eux et pourquoi pas, les rejoindre, nous ne sommes jamais trop assez pour cela.

Et enfin, le corps médiatique et de la communication qui travaillent ensemble pour une bonne médiatisation de ce jour mais également pour le future. Une alliance a été faite pour que des professionnels bénévoles donnent de leur temps et de leur talent pour cela.

Mesdames, messieurs,

Ce soir, nous comptabilisons déjà plus de dix mille euros dans les caisses qui seront départagé à part égales aux trois associations présentes.

Une grande première qui vont être un véritable tremplin pour l’amélioration des structures accueillant plus de sept mille femmes et enfants dans le besoin. Nous déplorons malheureusement la perte de plus de la moitié de femmes encore soumises à leurs époux et des enfants victimes des violences.

C’est révoltant.

Grâce à vos initiatives professionnelle et votre conscience personnelle, vous avez été nombreux parmi vous à créer le buzz à travers la presse, la télévision, la radio mais aussi l’art. Je parle en prenant en compte l’exposition à l’université du Kensas, « Tu étais habillée comment ? » où l’histoire de ses pauvres victimes ont été relaté. Elle pointait parfaitement bien les tentatives de stygmatisation des personnes agressées en fonction des vêtements qu’elles portaient à ce moment là. D’autres portent leur bataille pour l’amélioration des services sociaux concernant les violences en famille, travaillant également sur les violences douces mais qui peuvent anéantir l’avenir d’un enfant dès son plus jeune âge.

Ainsi, vous
avez permis de lever les barrières pour une sensibilisation plus efficace.
C’est pourquoi, j’ai voulu vous rencontrer et associer solennellement chacune
et chacun d’entre vous à la bataille que nous livrons chaque jour contre ces fléaux.

Mes très chers amis,
Je vous demande de rester positif et actif, toutes les petites batailles sont dures mais elles permettent toute de gagner la guerre.

Mesdames et messieurs,

Je ne saurais clore mon propos, sans réitérer mes remerciements à vous tous ici
présents.

Nos restaurateurs vous ont préparé différents menus permettant de vous sustenter. Des serveuses et serveurs passeront entre les tables pour répondre à vos demandes. Mr Augustus Rinaldi, restaurateur d’une excellente trattoria au coeur de Naples dont je recommande personnellement.

Bon appétit !
»

Elle lança un sourire de fin en rejoignant sa compagne alors qu’elle descendit de l’estrade. Isia lui tendit sa flûte de champagne, arrachant un baiser à sa fiancée. Megara masqua sa surprise et suivit tout le monde dans la salle où des tables rondes placées de part et d’autre. Une seule table rectangulaire regroupait les personnalités ainsi que quelques membres de Vogue. En s’asseyant, la brune remarqua la blonde dont elle redoutait sa venue, se placer juste devant elle, et sa femme. Augustus était également à table, comme le désirait Megara pour le banquet, à bonne portée de voix, pas trop, le connaissant particulièrement joueur et sa fiancée, plutôt possessivement jalouse.
made by black arrow


Dernière édition par Megara de Massiri le Lun 2 Avr 2018 - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1707-francesco-reconnaitre-ses-erre http://www.ciao-vecchio.com/t1723-francesco-l-argent-ne-fait-pas-le-bonheur-mais-il-y-contribue-en-partie-non
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 546 - Points : 2341
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Dim 26 Nov 2017 - 19:00 )
Francesco s'était pointé à ce gala de charité sans trop savoir pourquoi. Enfin si, bien sûr qu'il était au courant. Il y avait là de nombreuses personnalités, et qu'on le veuille ou non, c'était aussi un lieu où l'on pouvait se faire remarquer. Participer à ce genre de choses, c'était apporter une autre image de soit, mettre en valeur une partie de vous qui agissait pour les autres. Francesco n'était pas trop porté sur la chose honnêtement. Il avait certes déjà participé à des projets humanitaires, rarement, mais il l'avait fait sans pour autant se faire remarquer. C'était toujours à double tranchant ce genre de choses. Dans la politique, dans le monde des affaires, il fallait faire attention à ce que vous faisiez. Il fallait que le moindre de vos gestes, la moindre de vos actions soit calculé. Et une fois de plus, il avait calculé son coup. Le jeune homme n'était pas un idiot, loin de là. Il souhaitait rester à Naples, et si il voulait obtenir des avantages, des contacts auprès des grands, il fallait toucher aux mêmes centres d’intérêts qu'eux. Plusieurs personnalités étaient là. Notamment le maire de la ville ainsi que d'autres hommes, ou femmes, de pouvoir ou d'influence. Francesco avait opté pour la discrétion, dans un costume assez classique, mais classe, il se tenait dans un coin, tranquille, écoutant d'une oreille un peu distraite Mademoiselle De Massiri. Il se souvenait avoir entendu parler d'elle... Mais pourquoi? Ah... Oui... C'était la rédactrice en chef de Vogue. Autant dire que cela restait une femme intéressante du fait de sa position stratégique au coeur des médias et de la communication.

Elle procéda au blabla habituel bien sûr, remerciant les uns pour leur dévouement sans faille, encourageant les autres à donner de leur temps, leurs argent aussi pourquoi pas, et à s'engager corps et âmes dans ces causes. Louable. Elle continua en rappelant les dernières actualités de la cause, rappelant les quelques victoires déjà remportés, remerciant les uns et les autres pour le progrès qu'ils avaient fait tous ensemble. francesco piocha quelques chips dans une assiette et grignota. Bon sang, il n'aurait peut-être pas du venir. L'une de ses connaissance le salua rapidement lorsqu'il le vit. Bon, il connaissait aussi pas mal de monde Francesco, mais ce genre de gala n'était pas vraiment fait pour lui, il le reconnaissait. Cependant, il avait un cœur. Et il était prêt à aider, à mettre la main à la patte lui aussi, bien qu'il préférait rester discret. Finalement, elle termina son discours en remerciant tous ceux qui participaient à cette oeuvre, petits et grands, pauvres et riches avant de les laisser aller se sustenter. Le gala était ouvert. Francesco salua quelques amis avant d'aller au buffet pour se servir un petit quelque chose.

Il errait là sans vraiment savoir que faire pour l'heure. Mais il ne resterait pas inactif, ça non. La force de l'italien restait sa capacité d'observation. Son talent à déchiffrer les émotions, à comprendre comment se tisser des réseaux d'amis, de contacts, et à s'insérer dans une toile ou une autre afin de devenir à son tour une pièce importante. Il avait déjà rencontré le maire de Naples à quelques reprises, mais il n'avait pas encore assez d'influence dans les arcanes du pouvoir. Francesco ne souhaitait pas le pouvoir. Il s'en moquait bien. En revanche, si il pouvait avoir des avantages, pourquoi pas? D'autant qu'au fond de lui, il voulait aussi faire prospérer la belle ville du sud de l’Italie, ancienne capitale d'un royaume de soleil et d'huiles d'olives, de fruits délicieux et d'un art et d'un commerce riche. Il voulait participer à faire grandir Naples... Et il fallait passer par là. C'était évident. Il resta donc là, observant les uns et les autres, jaugeant les regards, faisant attention aux gestes, et s'attachant à décrypter chaque signe qu'un individu pouvait développer et qui renseignait Francesco sur beaucoup de choses. La position du personnage en ces lieux, son assurance, ses contacts. Il fallait bien trouver une chaîne, une logique dans tout cela, non? Et une fois que c'était fait, une fois que vous aviez compris, vous pouviez entrer dans la danse à votre tour. Simple? Non, logique.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Lun 27 Nov 2017 - 12:30 )
Monsieur ne vient pas ce soir. Il ne veut pas, c'est pas pour lui ce genre de choses. Et c'est très bien ainsi. Angelina n'a pas envie qu'il vienne se mêler à ce monde, celui de son travail, croiser ses collègues. C'est son univers et elle ne veut pas qu'il soit souillé. Chez Vogue, tout le monde sait qu'Angie est mariée mais personne n'a jamais croisé l'heureux élu. Enfin heureux, ça reste à voir ça. Quoiqu'il en soit, elle se plonge dans son armoire à la recherche de sa tenue pour ce soir. Il lui faut quelque chose à manches, elle n'a pas le choix. Fort heureusement, les températures baissent petit à petit, ça ne paraîtra pas suspect. Après quelques minutes de contemplation, elle se décide enfin pour une robe fleurie qui lui descend jusqu'aux chevilles. Ses bras sont couverts mais elle ne ressemble pas pour autant à une nonne avec l'échancrure dans le dos et l'ouverture le long de sa cuisse. Mais avec une écharpe sur les épaules et en marchant les jambes serrées, elle peut passer devant monsieur sans qu'il ne fasse une réflexion sur sa tenue. Juste sur ses talons qui claquent trop fort sur le sol. Elle prend son sac et s'échappe rapidement, grimpe dans un taxi et donne la destination au chauffeur.

Elle a fait les choses en grand sa boss, elle doit bien le reconnaître. Du marbre, des dorures, du bleu, c'était magnifique. Angie se perdit quelques instants dans sa contemplation avant que l'hôte de la soirée ne prenne la parole.  Elle applaudit comme toutes les personnes présentes et observe la brune prendre place. La rousse qu'elle embrasse doit être sa fiancée, Angie ne l'avait jamais vu mais avec la proximité établie, ça lui parait le plus logique. Elle ne dit rien et sourit. Elle connaissait les penchants pour les femmes de sa chef, ce n'était un secret pour personne. Et elle commence à parler, avec une aisance qui lui est propre. Le ton de sa voix est plus doux que lorsqu'elle s'adresse à Angie mais la blonde n'y pense pas. Non, elle est concentrée sur ce qu'elle dit et surtout, la première phrase. Les violences faites aux femmes et enfants. Angie se crispe, elle ne dit rien mais ses ongles labourent ses paumes de mains. Elle n'est pas à l'aise vraiment pas. Les mots la touchent plus qu'ils ne le devraient mais elle reste forte. Elle sortit de sa torpeur à la fin du discours, consciente qu'elle n'avait pas du en écouter la moitié. Tel un automate, elle se dirige vers sa table, qu'on lui a attribué et à son grand désarroi, elle est face à sa chef. Bien sur, elle veut certainement l'avoir à l'oeil. Angie connait presque tout de la vie de Megara et en tant que larbin personnel de la brune, elle ne se fait pas d'illusions. Si elle l'a invité, c'est certainement qu'elle aura besoin d'elle ce soir. Idiote qu'elle est. Les lèvres crispées dans un sourire qu'elle tente de former, elle s'assoit. " Bonsoir. " C'est tout ce qu'elle réussit à dire. Les paroles revenant dans sa tête en boucle. Ca discute à ses côtés et forcément, le sujet des femmes violentées revient sur le tapis. Elle tient quelques minutes mais entendre ces bourgeoises en parler de cette manière, elle n'y arrive plus.

Brusquement elle se lève, visage fermé tout comme ses poings et elle s'éloigne. Le buffet, un truc à boire et vite. Tant pis, elle ne voulait pas boire ce soir pour garder les idées claires, mais là, c'était un cas de force majeure. La blonde bouscule certainement quelques personnes sur son passage et dans quelques excuses à la va vite, elle atteint la table. Elle attrape un verre de punch et le boit d'une traite avant de s'en resservir un deuxième. Elle commence bien cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1707-francesco-reconnaitre-ses-erre http://www.ciao-vecchio.com/t1723-francesco-l-argent-ne-fait-pas-le-bonheur-mais-il-y-contribue-en-partie-non
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 546 - Points : 2341
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Dim 3 Déc 2017 - 11:49 )
Francesco regardait, observait les invités, tel un prédateur se fondant dans son environnement, cherchant qui il dévorera en premier. Le tout était de bien jouer ses cartes, de s'approcher des bonnes personnes qui l'introduirait auprès d'autres personnes et ainsi de suite. Mais il n'eut pas le temps de s'attarder trop longtemps sur la foule qu'il aperçut une jeune femme fondant la foule pour aller jusqu'au buffet, telle une vague déchaînée se jetant sur les rochers. L'image était un peu forte, mais elle semblait un peu préssé. La scène attira son oeil aiguisé, d'autant qu'il l'avait vue assise à la table de la rédactrice en chef de Vogue. Elle devait donc être du milieu. Elle sembla s'excuser rapidement et s'empara d'un verre de punch qu'elle descendit d'un trait. Le jeune homme en resta surpris. Non pas qu'il n'avait jamais vu cela, mais que venant d'une personne qui semblait tout de même ne pas être le genre de femme à se laisser aller ainsi, il ne s'y attendait pas. Comme quoi l'habit ne fait pas le moine. Et pourtant il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il y avait quelques chose d'autres que l'envie de boire. Même lorsqu'elle se fit servir un autre verre. Certes, dans ce genre de gala, vous aviez toujours d'élégantes personnes présentes surtout pour un repas à l'oeil ou pour se goinfrer des friandises et de l'alcool que l'on servait plus ou moins à volonté. Mais quand même... Finalement, il décida de s'approcher lentement de cette femme qui décidément, l'intriguait.

Il ne tarda guère à arriver à sa hauteur ne prenant même pas le temps de se présenter ou de la saluer. Il préféra plutôt déclarer:
- Vous savez, si vous comptez vous bourrer avec du punch... Il regarda le verre qu'elle tenait. Ça peut marcher, mais il va vous en falloir des verres. Elle le fixa. Il avait son attention, et il manqua lui même de se noyer dans le beau regard de la blonde. Merde, ça c'était pas prévu. Cependant, il ne s'attarda pas sur son regard, ne prenant même pas le temps d'essayer de la déchiffrer. Voilà ce que je vous propose: Une autre boisson. Plus agréable, plus fraîche et plus délicate, qui, j'en suis sûre, vous plaira. Un bon Mojito. Il se tourna vers un homme qui était là et servait les invités dans son beau costume. Deux verres de Mojito je vous prie... Bien frais. Puis se retournant vers la blonde. Le punch, c'est sympa, mais honnêtement, vous allez vite vous en lasser. Il lui adresse son plus beau sourire alors que les deux verres arrivaient. Et en plus, le serveur avait l'air de bien savoir les faire. Francesco le remercia, se saisit de son verre, en respira les arômes avant de reprendre. Le tout, c'est de bien doser le rhum dans ce genre de boissons. Si vous souhaitez être bourré, mettez y la moitié du verre, si vous ne voulez que vous détendre un peu, le fond du verre sera suffisant. N'oubliez pas d'y mettre du citron, afin de relever un petit goût acide qui viendra agrémenter le rhum. Diluez avec de l'eau pour que l'alcool soit plus léger, mettez-y de la menthe fraîche pour y apporter un nouvel arôme et c'est prêt. Mais! Il leva un doigt comme pour marquer le moment. Si vous souhaitez y ajouter une touche de douceur, n'hésitez pas alors à rajouter un peu de sirop de sucre de canne, et là, il devient parfait, un véritable sirop qu'il ne vous reste plus qu'à écouter sur un air de musique tel que "Le beau Danube Bleu". Et votre soirée change.

Charmeur. Élégant. Courtois. Il savait l'être. Surtout avec des femmes aussi charmantes. Il apprécia finalement la boisson à son tour, prenant soin de se rafraîchir le gosier lui aussi. Elle le prendrait peut-être pour un fou, un gros dragueur ou autre, mais pour le coup, il s'en moquait bien, pourvu qu'il lui arrache un sourire. Il ne se présenta pas, n'osant pas aller plus loin. D'autant qu'avec un peu de chance, elle laisserait sur place. Il en avait rarement l'habitude, mais certaines l'avaient déjà fait. Il osa alors la regarder à nouveau, se plongeant dans son regard avant de reprendre dans une dernière question:
- Alors, qu'est-ce qu'une aussi charmante femme que vous fait ici? Je ne pense pas que vous soyez ici pour vous bourrer la gueule honnêtement. Je me trompe?
Il s'arrêta, prenant le temps de boire deux nouvelles gorgées. Ah, ça faisait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Majbritt Bergman10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3920-majbritt-lisbeth-bergman-croir http://www.ciao-vecchio.com/t3927-majbritt-lisbeth-je-taime-une-fois-je-taime-deux-fois-je-taime-plus-que-le-riz-et-les-petits-pois#126299
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai beaucoup de chance puisque je joue la magnifique, sublime, parfaite Dianna Agron. + ©- paroles de "Murder Song" par AURORA + avatar signé Blondie
Multi-comptes : Je joue également Anabela Laranjeira, ayant pour célébrité Amber Heard, puis je joue aussi la très jolie Mila Clarizio ayant pour célébrité Jessica De Gouw.
Messages : 1687 - Points : 3454

Âge : Née à Göteborg le 24.12.1989, j'ai déjà trente ans.
Métier : Je suis actuellement la secrétaire personnelle (à l'essai) de monsieur Francesco Spinoza.
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Lun 4 Déc 2017 - 2:42 )
Gala de charité.
EXORDIUM.
Cela fait un moment que je suis assise sur mon lit et que je regarde les vagues. J'ai des difficultés à trouver un nouvel éditeur, ici, en Italie. En France, les maisons d'édition se seraient battues pour moi, mais il semble qu'ici tout le monde s'en moque. Ma mère m'a donc conseillé de me rendre à des galas et autres choses pour rencontrer du monde et ainsi essayer d'avancer pour trouver un tout nouvel éditeur. Je suppose que je pourrais demander à Rafael de m'en conseiller, je ne sais pas s'il est calé là-dessus. Je pousse un long soupire. Cela fait un moment que je n'ai toujours rien écrit, alors je suppose qu'il va falloir que j'écrive plusieurs pages, voir chapitres, si je veux qu'on me prenne au sérieux. Ma mère appelle ça : l'opération sauvetage de miss Rosa, elle regarde trop la télévision si tu veux mon avis. Du coup, je réfléchis et je boude. Je vais mieux que les jours précédents, mais je ne crie pas victoire, après tout le moral pourrait retomber d'un coup, il me l'a déjà fait plusieurs fois. Mon moral et moi-même sommes fâchés depuis quelque temps déjà et saches qu'il ne me fait pas de cadeaux. Je fais la moue lorsque mon téléphone sonne. Maman. Elle doit vouloir me mettre un bon coup de pied aux fesses, j'en suis sûre. Je décroche et elle me fait un speech sur le gala de ce soir, qui porte sur les violences envers les femmes et les enfants. Je sais que ce combat est relativement important pour ma maman qui a durant longtemps travaillé en tant que médecin dans un immense hôpital. Elle s'est beaucoup occupée d'enfants justement, de ce fait, elle me demande d'être présente avec elle, je ne peux pas dire non. Je décide alors de jeter un œil à ma garde-robe. Je n'ai gardé que les vêtements qu'Henri aimait, dans le sens où ils me rendaient sexy, belle, femme fatale et j'en passe. Il aimait beaucoup me voir en rouge, de ce fait, je choisis un tailleur rouge pour m'y rendre avec des chaussures à talons provenant de la marque Gucci. Mes cheveux sont lâchés, je me suis maquillée et je suis prête à m'y rendre. Je décide de m'y rendre en taxi, je n'aime pas conduire de nuit et je pense que je ne pourrais pas partir avant des heures bien avancées dans la nuit. Une fois arrivée, je me faufile dans la salle. Mon téléphone émet un son et je vois que c'est un message de ma maman. Elle ne peut pas venir, elle a un empêchement de dernière minute, elle est désolée, mais elle souhaite que je donne de l'argent pour cette cause. Je pousse un soupire, je suis sûre qu'elle avait tout prévu et cela me met en rogne. Je décide donc de me rendre au buffet pour boire quelque chose avec de l'alcool. J'ai besoin d'être légèrement pompette pour rester à cette soirée. « Bonsoir. » Je dis simplement avant de reprendre : « Un Mojito, s'il vous plaît. » Il s'agit de mon cocktail préféré. Je sens que je vais devoir en boire plusieurs pour que cela fonctionne ou alors je dis au barman de me mettre un maximum de rhum. « Vous pouvez y aller sur le rhum. » Je dis alors au jeune homme. Il me semble qu'il a compris qu'il fallait que je me détende ou que je me saoule, peu importe. Une fois le cocktail servi, je souris au jeune homme avant de boire une gorgée. Il est excellent, je sens bien l'alcool. Je ne vois pas trop des éditeurs participé à cette soirée, mais la cause est importante. Heureusement, j'ai mon chéquier avec moi et je compte bien donner beaucoup d'argents pour aider ses femmes et enfants qui en ont cruellement besoin.



© AVATAR DE LILOO_59.


GNURF GNURF — bla bla bla
bla bla bla
bla bla bla
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Mar 5 Déc 2017 - 1:47 )
Alors qu'elle entame son deuxième verre, une voix se fait entendre à ses côtés. Elle se retourne et tombe sur un homme bien plutôt bien habillé. Il est plus jeune qu'elle, c'est indéniable. Mais elle s'en fiche, son verre à la main c'est tout ce qui compte pour le moment. " Ca tombe bien, notre ami ici là qui les sert semble apte à m'en fournir tout au long de la soirée. " Elle sourit en lançant un regard discret au barman non loin de là. Celui qui a servi les précédents. Il ne se laisse pas démonter le brun et Angelina sourit. C'est amusant quelqu'un avec autant d'aplomb. Et loin d'être dérangeant. " Vous ne chercheriez pas à me souler par hasard ? " Elle est taquine et surtout ravie de s'occuper les pensées. " Mais un mojito n'est pas de refus merci. " Elle saisit le verre que le barman vient de leur fournir juste après avoir déposé celui de punch qui résidait jusqu'à lors dans sa main. Il est vide maintenant, plus d'aucune utilité. Le jeune homme commence alors une longue tirade sur l'art de faire le mojito. Angelina l'écoute en hochant la tête de temps en temps, tout en sirotant son verre. Elle tente de repérer chaque arôme ou chaque petite phrase qu'elle dit. Et puis il s'arrête dans son élan et la blonde éloigne son verre pour l'écouter attentivement. " Et bien, je ne pensais pas rencontrer ce soir un adorateur du mojito. Mais je vous remercie pour ce cours éclairé. " Elle est sincère même si un poil moqueuse. Elle continue de boire ce verre, cette fois ci sans penser à rien d'autre qu'à l'alcool qui lui coule dans l’œsophage pour l’enivrer doucement. " J'avoue que ce n'était pas mon premier projet. Mais l'idée est tentante. " Se bourrer la gueule, pourquoi pas après tout. " Mais non, je suis là pour le travail. Enfin, disons que notre hôte de ce soir est ma patronne donc dès qu'elle claque des doigts, je dois rappliquer. En règle générale mais ce soir, je ne suis que son invitée alors je profite de tout ça. " De sa main libre elle fait un geste pour désigner la salle, le repas, l'alcool et tout ce qui s'y trouve. " Et vous ? Que faites vous par ici ? Je ne pense pas non plus que vous soyez là pour dispenser des cours sur les cocktails toute la soirée je me trompe ? " Elle ne l'avait jamais vu avant et surtout pas dans les locaux de Vogue. Donc visiblement, ce n'est pas par ce biais qu'il a eu un invitation. Enfin, elle n'y travaille que depuis février, peut être qu'ils ne se sont jamais croisés. C'est une supposition probable. Une autre voix se fait entendre juste à côté d'eux. Un mojito est commandé. Angelina esquisse un sourire et s'approche de l'homme. " Je crois que vous avez par ici une autre fan de mojito, vous pourriez lui parler du dosage parfait également. " Elle lui fait un clin d'oeil. Ce n'est pas un subterfuge pour se débarrasser de lui parce qu'elle aime bien discuter avec lui, mais la coïncidence est marrante.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Majbritt Bergman10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3920-majbritt-lisbeth-bergman-croir http://www.ciao-vecchio.com/t3927-majbritt-lisbeth-je-taime-une-fois-je-taime-deux-fois-je-taime-plus-que-le-riz-et-les-petits-pois#126299
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai beaucoup de chance puisque je joue la magnifique, sublime, parfaite Dianna Agron. + ©- paroles de "Murder Song" par AURORA + avatar signé Blondie
Multi-comptes : Je joue également Anabela Laranjeira, ayant pour célébrité Amber Heard, puis je joue aussi la très jolie Mila Clarizio ayant pour célébrité Jessica De Gouw.
Messages : 1687 - Points : 3454

Âge : Née à Göteborg le 24.12.1989, j'ai déjà trente ans.
Métier : Je suis actuellement la secrétaire personnelle (à l'essai) de monsieur Francesco Spinoza.
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Mar 5 Déc 2017 - 23:36 )
Gala de charité.
EXORDIUM.
Je suis épuisée. Par quoi ? Par mon existence en générale. Déjà jeune, j'appréciais la solitude et à cet âge-là ce n'est pas normal. J'ai passé pas mal de temps ainsi, assise près de ma fenêtre à lire des romans. Je n'avais pas particulièrement d'amis, dès que je cessais de parler les personnes m'oubliaient. J'ai toujours eu la sensation d'être transparente. Je ne suis pas une personne dont on se souvient, je ne fais qu'errer dans ce monde qui, il me semble, n'est pas le mien. Je me suis toujours dit que je ne suis pas née à la bonne époque, avec le temps et certaines personnes cela à changer, puis finalement, c'est revenu, ici, à Naples. Je crois que je me suis sentie heureuse, comprise, importante qu'à travers les yeux des deux hommes de ma vie : Théodore mon fils, ainsi que son père Henri. Pourtant tout n'a pas toujours été rose, malgré tout l'amour que je leur portais. Théodore me manque indéniablement, mon petit garçon, le fruit de l'amour que je portais à Henri, celui que je lui porte toujours malgré tout. Encore une fois, Henri n'a pas toujours été tendre, mais je l'aimais d'un amour si puissant que je lui pardonnais. Peut-être n'aurais-je pas dû, seulement, il y avait beaucoup plus de bons moments que de mauvais et je crois que c'est ce que je préfère garder dans mon cœur ainsi que dans mon esprit.
« Tu comptes sortir dans cette tenue ? » Henri était appuyé contre la porte, il était beau, comme toujours. J'avais enfilé une jolie robe noire, moulante, un peu courte et j'avais pris la décision de mettre des talons, des Louboutin. J'avais toujours aimé la semelle rouge. « Pourquoi ? Je ne suis pas jolie ? » Je me mordais la lèvre inférieure, je baissais le regard, je voulais que mon époux me trouve belle. « Je ne peux pas te laisser sortir ainsi, tu es bien trop belle. » Il s'était rapproché de moi et il avait déposé ses mains sur mes hanches. « Interdiction de sortir ainsi. » J'aimais le savoir jaloux, mais cette fois-ci, je ressentais comme un malaise. Je faisais un pas en arrière, lui, un en-avant. « Henri, laisse-moi donc me maquiller s'il te plaît. » Je lui souriais, mais un sentiment de peur commençait à m'envahir. « Je t'ai dit non, pas avec cette robe, ni même avec ses chaussures, t'as l'allure d'une fille facile. Tu es à MOI, uniquement à MOI. » Il me poussait jusqu'à l'armoire, j'essayais de le repousser. « Henri, arrête de jouer, je dois me dépêcher, je ne peux pas me permettre d'arriver en retard. » Je le suppliais du regard, mais il n'y avait qu'un sentiment de haine dans le sien. « Tu ne vas pas sortir. » Il avait alors porté ses mains sur ma nuque, il m'étranglait…
Ses souvenirs me rendent malheureuse. J'aime Henri, je l'ai toujours aimé, mais peut-être que lui m'aimait un peu trop, ou alors, il n'était pas bien, peut-être malade, un jaloux maladif sans doute. Au fond, je sais que l'homme que j'ai aimé n'était pas ainsi, du moins au début. Cachait-il son véritable visage ? Je ne sais plus. Il a été violent avec moi à plusieurs reprises, mais je lui pardonnais toujours. Heureusement, mon meilleur-ami ne savait pas cela, je ne pense pas que je devrais lui en parler, il serait furieux. Du coup, je décide de porter mon verre de Mojito à mes lèvres, ma main tremble, j'essaye de me calmer en fermant les yeux durant quelques petites secondes. Lorsque j'entends une jeune femme blonde parler de moi à un jeune homme, je souris. Je regarde d'abord autour de moi pour être certaine qu'elle lui parler de ma personne et je rougis. Je pique un fard, oui, sur une peau blanche cela se remarque tout de suite. J'avale une nouvelle gorgée, puis je m'avance. « Bonsoir. » Je prononce simplement, du moins au début. « Je me présente, Barbara. » Cela me fait étrangement du bien de parler à des personnes, ainsi, je ne pense pas à ce qu'Henri m'a fait subir. Cela n'arrivait pas souvent, mais cela n'aurait tout de même jamais dû arriver.


GNURF GNURF — bla bla bla
bla bla bla
bla bla bla
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1707-francesco-reconnaitre-ses-erre http://www.ciao-vecchio.com/t1723-francesco-l-argent-ne-fait-pas-le-bonheur-mais-il-y-contribue-en-partie-non
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 546 - Points : 2341
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Mer 6 Déc 2017 - 0:46 )
Elle avait du répondant. Et ça plaisait à Francesco. Aussitôt qu'il lui avait fait remarqué qu'elle allait avoir besoin de pas mal de verres de punch si elle souhaitait se bourrer, elle avait répondu du tac au tac que celui qui la servait avait l'air capable de lui en fournir toute la soirée. Il n'en douta pas une seconde. Mais Francesco opta pour autre chose. Le changement. Le changement pour quelque chose de bien meilleur. Elle apprécie le cour. Elle est moqueuse. Mais ce n'est pas méchant. Il sourit de la répartie de la jeune femme alors qu'elle admets que se bourrer la gueule pourrait être tentant. Il préfère l'arrêter de suite. Ou du moins avant qu'il ne soit trop tard.
- Ce que je vous conseille, si vous le voulez bien, c'est de faire ça ailleurs... Je pensent qu'ils risquent de ne pas apprécier ici. Termine-t-il dans un sourire. Et pour cause. Dans une telle soirée et avec des personnalités importantes dans le coin, certains s'en montreraient outrés alors que tout le monde savaient que se bourrer la gueule n'était pas bien grave et qu'on l'avait au moins tous fait une fois dans sa foutue vie. Mais voilà, la haute société avait aussi ses codes. Elle reprit alors en lui dévoilant qu'elle était l'employée de sa patronne, qui n'était personne d'autre que la De Massiri. Même si elle était venue profiter de la soirée, elle se tenait visiblement a disposition de la jeune rédactrice en chef. Quelle surprise! Elle lui retourna alors la question quand à sa présence. La réponse serait sans doute moins intéressante.

- Et bien disons qu'il m'arrive parfois de venir soutenir ce genre de projets de temps à autres... Alors je me suis dit qu'une telle soirée pouvait être l'occasion aussi de... m'investir un peu plus. Surtout lorsque votre patronne procède à d'aussi beau discours. Il valait mieux éviter la vraie question pour le moment. Francesco ne mentait pas de toute manière, il avait dit la vérité... Du moins en partie. C'était toujours mieux que rien. Finalement, elle lui annonce qu'il semble y avoir une autre fan de mojito dans le coin et qu'il pourrait lui parler du dosage parfait. Le clin d’œil qu'elle lui adresse juste ensuite le surprend. Bon sang, d'habitude c'est lui qui fait des clins d’œil! Cette femme est très forte. Charmante, et en plus, elle parvient même à e déstabiliser quelque peu. Au moment où il se retourne, c'est une autre femme qui lui fait face, plus jeune. Elle reste séduisante, habillée dans un tailleur rouge, montée sur des chaussures à talons. Classe et jolie. Elle se présente sans attendre. Au moins elle est direct. Il ne s'encombre pas de la présentation et demande en désignant son verre:
- Je peux? Sans vraiment comprendre, elle lui laisse néanmoins prendre le verre. Il en respire les arômes... Faire le pitre, ça lui arrive de temps à autres. Il faut bien pour amuser un peu ces dames non? Et bien, je sais pas si c'est la soirée, déclare-t-il en se retournant légèrement vers la jolie blonde, mais vous semblez toute vouloir vous bourrez ce soir. On respire bien le rhum dans ce verre là! Il pose le verre et finit par reprendre, plus sérieux. Mais, je manque à tous mes devoirs. Moi c'est Francesco. Ravi de vous rencontrer Barbara. Il préféra taire le nom de famille pour l'heure. Lorsque les gens entendaient son nom, certains avaient tendances à changer de comportement soudainement. Il préférait au contraire que les gens soient naturels avec lui. Qu'ils le détestent si ils ne pouvaient pas le voir ou qu'ils s'amusent avec lui si il représentait un bon ami, mais par pitié, pas d'hypocrites. Francesco regarda alors la jolie blonde.
- Et du coup... Je la laisse se présenter car je vous avoue ne pas lui avoir demandé son prénom non plus... Comprenez, déclara-t-il à l'attention de Barbara, j'ai dû la stopper dans son élan de vouloir passer sa soirée avec pour seul moyen de se bourrer, du punch! Et j'ai donc choisi de lui faire découvrir cette formidable boisson qu'est le mojito et que vous semblez également apprécier. Il adressa à son tour un clin d’œil discret à la blonde, moqueur à son tour, mais sans animosité aucune, juste un peu d'amusement. Un peu d'humour, une phrase bien tournée et une légère dose de charme, et la soirée s'annonçait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Megara de MassiriLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1531-e-stato-bello-conoscert http://www.ciao-vecchio.com/t1567-megara-nos-atomes-accroches#31353
ID : White Feather, Mélodie
Faceclaim : Lana Parrilla, @lilousilver
Messages : 188 - Points : 611

Âge : 36 ans
Métier : Rédactrice en chef du Vogue It
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Mer 6 Déc 2017 - 17:30 )
Gala de Charité - «Portes ce que tu veux»
Tout le monde

Le gala de Charité était grand ouvert, il accueillait tout le monde jusqu’à épuisement des stocks et les choses se passaient agréablement bien. Il n’y avait pas de hic ou de couac ou en tout cas, son maitre de cérémonie tenait son rôle à bien. Après son discours qu’elle avait durement travaillé, elle ne souhaitait qu’une chose, aller se prendre un verre au bar néanmoins, l’objectif était que tout le monde se tienne à table, ou la grande partie pour faciliter le service. En jetant un coup d’oeil aux alentours, elle remarqua qu’aucune chaise ou presque n’était pas inoccupée. Elles avaient toutes un petit chapeau ou une veste accroché à leur dossier. C’était quand même bon signe, à voir toutes les associations présentes et toutes ces personnes motivées, Megara se confortait que dans l’idée, si y’avait de quoi se nourrir et boire, les personnes venaient avec beaucoup d’enthousiasme. Heureusement, vu la hauteur des dons et ce qu’elle n’avait pas encore compté avec son comptable-huissier, elle continuait d’avoir un peu d’espoir sur le genre humain. Grand étonnement générale, il pouvait y avoir autant de femmes que d’homme à soutenir cette cause. Comme d’habitude, Isia arrivait avec deux flûtes de champagne, à petites bulles : « … comme tu l’aimes ma chérie… » auquel cas, Megara acceptait le verre avec un sourire crispé en entendant ce nouveau surnom désagréable à l’oreille. Aussi, comme autre distraction, elle avait vu Angelina s’assoir et la saluer. Dans un mouvement fluide, la rédactrice en chef du grand journal s’était calée dans la chaise en passant une mèche de ses cheveux derrière son oreille tout en se tenant à bonne distance de la blonde. Poliment, elle lui répondit un « Bonsoir » remarquant bien que la jeune femme n’était pas accompagnée. Une chance ? Ou un désistement ? Ou tout simplement qu’elle n’avait pas quelqu’un d’assez patient pour assister à ce genre de Gala ? Pas mal de question de ce genre défiler dans sa tête qui s’arrêtèrent lorsqu’Isia lui proposa d’aller au buffet, chercher ce dont elles auront envie de manger mais la vive réaction de sa blonde lui détourna son attention. Elle voulait demander à Isia de la laisser choisir ce dont elle désirait mais non, elle était perplexe de voir cette jeune femme d’apparence si calme, sortir de table sans un mot, le visage éteint et les poings à blanc. Ne se préoccupant même plus de sa… fiancée, elle s’excusa et retraça le même chemin que cette dernière. Suspicieuse, elle se servit un verre de punch dans un autre saladier posé non loin, en voyant un homme à bel allure lui adresser la parole puis, cette femme, qu’elle n’avait jamais vu. Sirotant le verre à une distance raisonnable, elle fixa son employée. Elle reprit un verre dans la foulée, ayant avalée l’autre assez rapidement.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena © tearsflight (vava) © frimelda (sign)
Multi-comptes : Safiya Rahotep & Luna Primavera & Declan O'Reilly
Messages : 2882 - Points : 6146

Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le Jeu 7 Déc 2017 - 17:27 )
Les derniers jours ont été un peu un enfer pour Gus. La préparation du Gala lui a donné pas mal de boulot. De plus avec l’imprévu de dernière minute, il a cru que tout ne pourrait pas être prêt à temps. Cela a même failli finir en catastrophe. Il se revoit forçant la porte du bureau de la belle brune. Cette pensée le fait sourire. Mais là tout est en place. Il vérifie le buffet et tous les derniers petits détails avec les serveurs. Il sait à quel point Megara est une femme exigeante. Leur collaboration a été parfois houleuse. Bon Gus l’a un peu titillé, beaucoup même. Et il compte bien continuer au cours de cette soirée, vu qu’il y est convié. Au départ il pensait avoir sa soirée libre et qu’une fois le buffet mis en place il pourrait s’en aller. Ou alors surveillait tout de loin. Mais la maitresse de cérémonie lui a bien fait comprendre qu’il devrait rester. Du coup après avoir tout fini, il rentre chez lui pour se changer. Après une bonne douche, il troque son jean et sa chemise contre un costume cravate. Vu les gens invités il vaut mieux qu’il soit classe. Et puis Megara pourrait bien lui faire une réflexion. Quoi que quand elle s'emporte elle est craquante la brunette.

Puis Gus retourne à la salle. Il arrive pile avant le discours de Megara. Madame a vraiment le sens de la mise en scène. Il l’écoute comme la foule qui se trouve là. Il laisse trainer son regard pour voir s’il reconnait du monde. Il lui semble apercevoir Angelina mais il n’en est pas sur. Puis le discours se termine. Le restaurateur reste en retrait même si Megara a cité son nom. Il n’aime pas se faire valoir, il n’a fait que son travail après tout. Il adresse quelques bonsoirs. Certaines personnes se trouvant là sont des clients. Il s’installe à sa place, légèrement mal à l’aise même s’il ne le montre pas. Ce genre de réunion ce n’est pas trop pour Gus. Il espère que ce qu’il a préparé plaira. De toute façon il sait que Megara lui fera son rapport demain. Puis il se lève pour rejoindre le bar. Il voit Megara de loin, il lui sourit. Puis il lui semble encore revoir Angelina. Elle a l’air de parler avec un homme. Plutôt séduisant soit dit en passant. Mais Gus n’est pas là pour séduire ou draguer. Même s’il va s'amuser à titiller l’hôtesse de cette superbe soirée. Mais cela risque d’être compliqué vu comme elle est accaparée. Puis son regard se porte à nouveau sur Angelina, elle n’a pas l’air dans son assiette. Ou bien c’est Gus qui se fait des idées. Le stress peut être. « Un whisky s’il vous plait. » Un verre à la main, il se sentira plus à son aise.


L'Amour

Une réponse à la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] TC - Gala de Charité - «Porte ce que tu souhaites » -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant