Revenir en haut
Aller en bas


 

- Mon cœur est en carence. (flora) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eskil SvendsenLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1564-breathe-me-eskil http://www.ciao-vecchio.com/t1578-breathe-me-eskil
ID : demon dance.
Faceclaim : Tarjei Sandvik Moe © mari.
Multi-comptes : Aucun.
Messages : 2164 - Points : 1750

Âge : 19 ans. (28/02)
Métier : Etudiant en première année d'ingénierie mécanique et créateur de dessins érotiques. Il vend aussi son corps au diable pour rembourser une dette.
Sujet: Mon cœur est en carence. (flora) ( le Dim 26 Nov - 23:36 )
Y'a quelque chose dans l'air de différent. C'est pas naturel quand tu disparais trop longtemps. Ça manque de sens, j'en perds ma chance. Mon cœur est en carence, quand ce que je vois, tu n'es pas là pour la partager avec moi. C'est bien au-delà des habitudes, j'en ai aussi la certitude. J'ai besoin de toi, c'est tout ; j'ai besoin de nous, c'est comme ça.

Comme une fois par mois, je me dirige chez le fleuriste pour acheter un bouquet d’Hortensias blancs – les fleurs préférées de maman. Il n’est pas très fourni, parce qu’elle aurait refusé qu’on claque autant d’argent pour ces beautés naturelles qui flétriront. C’est Danilo qui me tend chaque fois quelques billets pour que je puisse lui rendre honneur, et dépose ce signe de reconnaissance éternelle sur sa tombe. C’est lui aussi qui est touché par son décès et l’amertume qu’il a causée ; alors c’est notre moyen de rendre vivants tous ces souvenirs communs. Tant qu’on se rappelle de sa générosité, sa douceur et de tout ce qui la rendait unique, alors jamais elle périra dans les abîmes de l’oubli. Je ne croyais pas au paradis autrefois, c’était un monde trop flou pour moi. Jusqu’au jour où elle aussi a dû s’y confronter. Cette idée qu’elle se trouve là-haut m’a réconfortée un moment, et puis je m’y suis rattaché les années suivantes. Alors je me rends chaque fois sur sa tombe, pour me ressourcer, me recueillir auprès d’elle, comme si sa présence rôdait auprès de moi. J’ignore si son esprit s’est éteint à tout jamais, mais il ne me reste que ça. Je m’y accroche tant bien que mal, même si rien ne pourra compenser l’amour qu’elle m’apportait. Je lui offre des fleurs pour ne pas l’oublier et lui rendre avec autant de puissance. Cette habitude est tellement ancrée dans mon quotidien que l’accueil du fleuriste se fait chaleureux. Le mystère ne plane plus dans notre conversation, mes attentes n’ont même plus besoin d’être présentées. Il sait parfaitement ce qu’il doit confectionner, avec cette élégance et finesse qui qualifient chacun de ses bouquets.

Je me promène donc dans les rues avec les fleurs suspendues dans une main, avec l’intention de me rendre jusqu’au cimetière. Je marche en observant les passants autour de moi, sans perdre ma destination. Je savoure la promenade matinale, le cœur plus léger que les autres fois. Avant, j’avançais la tête baissée, les larmes coincées aux coins des yeux, sans réussir à sortir la tête de l’eau. Désormais, j’essaye de moins me refermer sur moi-même et observe les alentours. J’aperçois même une chevelure châtain clair, et cette silhouette frêle, qui arpente le trottoir d’en face. Sous le choc, je m’arrête instantanément avant de crier après cette créature revenue d’entre les morts. « Flora ? » Je m’assure de son identité, mais quand son visage angélique se tourne vers le mien, le doute n’existe plus. Je traverse la route sans faire véritablement attention, accourt après elle, pour ne pas lui laisser le temps de filer. « Hey. » Je la salue en laissant un sourire étirer mes lèvres. « Je suis content de te voir. Ça fait longtemps ! Tu es toujours aussi belle ! » Aucune animosité ne franchit mes lèvres, juste un enthousiasme sincère et évident. Je le manifeste clairement sur les traits de mon visage qui s’éclairent. La journée paraîtra moins maussade maintenant qu’elle est là. J’aimerais la blottir au creux de mes bras, mais je n’ose pas, de peur qu’elle me repousse avec autant de hargne que la dernière fois. Je me contente de sourire, sans évoquer les sujets épineux qui pourraient assombrir davantage cette figure marquée par la fatigue et les tourments.  


You held my heart in your fingertips ☽ I'm so reliant, I'm so dependent, I'm such a fool. When you're not there I find myself singing the blues. Can't bear, can't face the truth. You will never know that feeling, you will never see through these eyes. You'd say I'm sorry, believe me, I love you, but not in that way.
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : « maurane ( moo' ). »
Faceclaim : « bridget satterlee. » + « made by love (avatar). » + « helpers (gifs). »
Multi-comptes : « non. »
Messages : 2009 - Points : 1414

Âge : « vingt ans. » + « dix sept mai mille neuf cent quatre vingt dix sept. »
Métier : « a vendu son corps a des hommes à la demande de ses parents adoptifs pendant deux ans et demi environ. » + « est femme de ménage au avanti hôtel dans le coeur de naples. »
Sujet: Re: Mon cœur est en carence. (flora) ( le Dim 17 Déc - 23:38 )

(Eskil & Flora) - " Les amis sont comme les étoiles. Nous ne pouvons pas toujours les voir. Nous savons pourtant qu'ils sont là. " - Le lendemain de son passage au poste de police après la descente de deux hommes en uniforme dans les rues de Naples, la jeune femme de vingt ans sort de l'appartement après le départ au travail de ses parents adoptifs. C'est vêtue d'un jean, d'un tee shirt avec au dessus un sweat et des petites baskets que Flora arpente les rues de Naples, une main dans l'une des poches de son sweat tandis que son autre main tient contre sa poitrine sa pochette renfermant tous ses dessins. Elle a besoin de faire quelques traits sur l'une de ses feuilles blanches encore vierges d'un des moments de sa vie. Par exemple, comme la découverte de l'existence d'un grand frère. C'est sur l'un des nombreux bancs se trouvant au bord de la plage que Flora a l'intention que son corps endolori a cause des coups récents de son paternel s'y assoit. Après son départ du poste de police, la jeune femme s'est mise en position horizontale sur l'un des bancs au parc de P. au lieu de vendre a nouveau son corps a des hommes. Du coup, en revenant Flora n'avait pas la somme d'argent que ses parents voulaient. C'est se mordant la lèvre inférieure avec une grimace inscrite sur ses lèvres lorsque des passants la bousculent sans le faire exprès et les larmes au coin des yeux que la jeune femme tourne la tête au « Flora ? » d'Eskil qui traverse les voies de circulation rapidement. A son « Hey. » alors qu'un sourire apparaît sur ses lèvres, un « Hey. » a voix basse sort de la bouche de Flora qui l'accompagne d'un mouvement de la main. Puis a son « Je suis content de te voir. Ça fait longtemps ! Tu es toujours aussi belle ! » la jeune femme secoue la tête de droite à gauche suivit d'un « Dis pas n'importe quoi, Eskil. » en soupirant. « Comment tu peux être content de .. après l'autre fois .. alors que j'réponds pas à tes messages depuis si .. longtemps ? » Elle fait un mouvement d'épaules de haut en bas, ne retenant plus ses larmes. Et d'un coup, Flora réduit la distance entre eux, se réfugiant dans ses bras avant qu'un « J'suis désolée, Eskil. » ne sorte de sa bouche a voix basse dans un sanglot.


 



flora' -
" On se demande parfois si la vie a un sens. Et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie. "
Revenir en haut Aller en bas
Eskil SvendsenLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1564-breathe-me-eskil http://www.ciao-vecchio.com/t1578-breathe-me-eskil
ID : demon dance.
Faceclaim : Tarjei Sandvik Moe © mari.
Multi-comptes : Aucun.
Messages : 2164 - Points : 1750

Âge : 19 ans. (28/02)
Métier : Etudiant en première année d'ingénierie mécanique et créateur de dessins érotiques. Il vend aussi son corps au diable pour rembourser une dette.
Sujet: Re: Mon cœur est en carence. (flora) ( le Jeu 21 Déc - 15:19 )
Le bonheur est sincère lorsque je croise les yeux éteints de mon ancienne meilleure amie. Je ne tarde pas à la rejoindre de l'autre côté de la rue, pour la saluer et bavarder un peu. Je n'ai pas du tout l'occasion de la croiser normalement, je ne fais qu'affronter ses silences et son obstination à me repousser. Je saisis alors l'opportunité qui se présente à moi, sans lui laisser le temps de filer. Et si elle avait couru, je me serais mis à courir derrière elle. J'ai envie de savoir ce qu'il se passe dans sa vie pour qu'elle s'échappe tout le temps, et fuit sans relâche. Je ne crois pas être coupable d'une trahison ou d'un acte déloyal envers elle, alors j'aimerais seulement comprendre ce qu'elle craint. Quand je suis devant elle, je laisse toutefois l'enthousiasme éclater, parce que rien n'aurait pu me paraître plus réconfortant que tomber sur elle en pleine rue. Ce qu'elle me retourne en guise de réponse, ce sont un soupir d'exaspération et des mots manifestant son incompréhension. Elle ne saisit pas pourquoi je suis enjoué alors qu'elle m'a fermé la porte au nez de manière violente la dernière fois. C'est comme si elle m'engueulait parce que je suis content de la voir. C'est sûr que je l'ai mal pris, que j'avais cette colère au fond des entrailles quand elle m'a regardé avec autant de froideur. Mon visage se crispe légèrement, mais je ne laisse pas l'amertume que j'ai parfois ressentie, tapisser mon âme. « Je ne dis pas n'importe quoi. » Je rétorque d'un air ferme et convaincu. C'est ça, l'amitié, non ? je n'en sais trop rien. Pas que j'ai un entourage très restreint autour de moi, mais mes proches se composent surtout de potes. J'avais trouvé en Flora une jeune femme douce et agréable, avec qui me confier, rire, partager, dessiner. C'était mon rayon de soleil lors des récréations. Et puis elle a fini le lycée avant moi, et elle a disparu de ma vie. Pourtant je ne peux pas m'empêcher de l'apprécier, de me souvenir des moments passés ensemble. Je ne peux pas être insensible lorsqu'elle verse quelques larmes, s'excuse et se blottit au creux de mes bras, même si les années ont passé. Cela me serre immanquablement le cœur, et je la laisse faire en accentuant l'emprise. « C'est pas grave. Je me doute bien qu'il y a quelque chose derrière. Enfin, ce n'est pas toi, ça, de foutre des vents ou de m'ignorer. A moins que je t'ai fait quelque chose et que je n'ai pas capté. Mais tu me l'aurais dit, non ? » Je demande quand même confirmation, parce que je peux parfois être maladroit... ou pas très délicat. « Tu veux qu'on aille discuter quelque part, qu'on s'assoit un peu ? » Je suis plus jeune qu'elle, mais je l'ai toujours considérée comme une protégée. Je caresse ses cheveux d'une main, tandis que l'autre tient toujours le bouquet, derrière le dos de Flora que j'enserre de mon bras.


You held my heart in your fingertips ☽ I'm so reliant, I'm so dependent, I'm such a fool. When you're not there I find myself singing the blues. Can't bear, can't face the truth. You will never know that feeling, you will never see through these eyes. You'd say I'm sorry, believe me, I love you, but not in that way.
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : « maurane ( moo' ). »
Faceclaim : « bridget satterlee. » + « made by love (avatar). » + « helpers (gifs). »
Multi-comptes : « non. »
Messages : 2009 - Points : 1414

Âge : « vingt ans. » + « dix sept mai mille neuf cent quatre vingt dix sept. »
Métier : « a vendu son corps a des hommes à la demande de ses parents adoptifs pendant deux ans et demi environ. » + « est femme de ménage au avanti hôtel dans le coeur de naples. »
Sujet: Re: Mon cœur est en carence. (flora) ( le Jeu 28 Déc - 18:33 )

(Eskil & Flora) - " Les amis sont comme les étoiles. Nous ne pouvons pas toujours les voir. Nous savons pourtant qu'ils sont là. " - « Je ne dis pas n'importe quoi. » Si. Il se trompe. Pourquoi, est ce qu'il traverse la rue sans aucuns respects des passages piétons, des feux et des voitures qui circulent afin de la rejoindre ? Il craint que Flora fuit. Il a raison. Si son corps ne se trouvait pas être aussi douloureux, Flora l'aurait sans doutes faits. Peut être pas en courant dans le sens inverse. Mais, en se montrant .. Tout le contraire de ce qui la caractérise d'une manière générale.  Pourquoi, est ce qu'il est content ? Non. Il ne peut pas. Il n'a pas le droit de l'être. Pourquoi, est ce qu'il ne lui en veut pas ? Pourquoi, est ce qu'il n'est pas en colère ? Il doit l'être. Cela fait deux ans qu'il lui envoie des messages tous les mois sans que Flora qui les lit toujours, ne lui envoie jamais de réponses. Ils ne sont pas vus depuis que la jeune femme a finit le lycée. Sauf la fois où il est venu a l'appartement. Et là, Flora la .. Elle a fait en sorte qu'il ne revienne plus. Comment est ce qu'il peut lui faire un compliment sur son apparence ? Il se trompe. Ce n'est que des artifices. Dès que disparaît le fond teint, ce n'est pas le cas. Il n'y a que des marques de coups. Au lieu de .. Elle s'excuse. Même, Flora se réfugie dans les bras d'Eskil. « C'est pas grave. Je me doute bien qu'il y a quelque chose derrière. Enfin, ce n'est pas toi, ça, de foutre des vents ou de m'ignorer. A moins que je t'ai fait quelque chose et que je n'ai pas capté. Mais tu me l'aurais dit, non ? » D'une part, il a tord. C'est grave. Elle s'en veut de ne pas être l'amie qu'il a connu depuis qu'ils ont respectivement dix et douze ans. Elle s'en veut d'avoir prit ses distances d'un coup. Ceci sans aucunes raisons apparentes. « Il y a bien quelque chose, t'as raison . » D'autre part, il a raison. C'est a cause de ses parents. C'est a cause de ce qu'ils lui demandent de faire. Soit, vendre de son corps parce qu'ils ont besoin d'argent rapidement. Ils ont des factures en retard. C'est a cause des coups que son paternel bien qu'il y en avait déjà avant. C'est a cause des consommations d'alcool et de drogue. « Je te l'aurais dit, oui. » Il ne lui a rien fait. Flora n'a pas de reproches a lui faire. « Tu veux qu'on aille discuter quelque part, qu'on s'assoit un peu ? » Il lui caresse les cheveux. « Je veux bien. » Même si, Eskil a sans doutes des questions, la jeune femme n'est pas contre le fait qu'ils s'assoient quelque part. Peut être qu'il est temps que quelqu'un soit au courant de ce qui se passe entre les quatre murs de cet appartement. « Mais, tu ne te rendais pas quelque part ? » Vu qu'il tient un bouquet de fleurs dans l'une de ses mains. « On peut se rejoindre plus tard, si tu veux. » Elle se recule un peu, une de ses mains lâchant la pochette en carton afin d'essuyer les larmes roulant sur ses joues.

 



flora' -
" On se demande parfois si la vie a un sens. Et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie. "
Revenir en haut Aller en bas
Eskil SvendsenLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1564-breathe-me-eskil http://www.ciao-vecchio.com/t1578-breathe-me-eskil
ID : demon dance.
Faceclaim : Tarjei Sandvik Moe © mari.
Multi-comptes : Aucun.
Messages : 2164 - Points : 1750

Âge : 19 ans. (28/02)
Métier : Etudiant en première année d'ingénierie mécanique et créateur de dessins érotiques. Il vend aussi son corps au diable pour rembourser une dette.
Sujet: Re: Mon cœur est en carence. (flora) ( le Sam 6 Jan - 17:12 )
Je suis forcément saisi lorsque je croise le regard de Flora de l'autre côté de la rue. Je ne l'ai pas croisée depuis un bout de temps, et je peux apercevoir les changements sur son visage. Pourtant je la trouve toujours aussi jolie et le bonheur de la voir est encore sincère. Je lui fais part de ce que je pense à cet instant, une fois que j'ai traversé la route avec inconscience. Les mots prononcés ne semblent pas lui plaire, mais je ne tarde pas à insister dessus et les confirmer. Elle peine à croire que je puisse toujours être attaché à elle, sans comprendre que les amitiés sont réellement importantes pour moi. Elle m'a délaissé pendant deux ans, sans raisons apparentes, mais je suis bien trop loyal pour ne pas lui ouvrir les bras. Je suis bien placé pour savoir que sous certaines façades, se dissimulent beaucoup de vérités. Personne ne sait vraiment à quel point je peux souffrir parfois, lorsque je songe à elle, ma mère, malgré mon sourire fréquent. Tout le monde ignore aussi tous les secrets non divulgués qui relient Danilo et moi. Je ne peux pas lui en tenir rigueur. « Je te connais suffisamment pour savoir que quelque chose te bloquait. » Forcément qu'une partie de moi lui en veut terriblement de m'avoir mis à l'écart, mais cette touche de rancune est surpassée par l'affection que je lui porte depuis mes 10 ans. Je me suis toujours dit qu'il y avait des raisons à ces silences pesants ; des raisons valables expliquant cette distance imposée entre nous deux. Alors je m'apaisais avec cette idée, en m'affirmant qu'elle reviendrait bien un jour près de moi. Maintenant que le contact est rétabli et qu'elle ne cherche plus à me fuir, je ne compte pas la lâcher. Elle a beau me proposer de se revoir plus tard, lorsque j'aurais terminé ce que je devais faire, je n'ose pas partir. Maintenant qu'elle est là, je ne veux pas prendre le risque de la perdre encore une fois. « Si, mais ça peut attendre. » Je ne précise pas ma destination - le cimetière - car j'ai vraiment envie de m'attarder sur elle. Elle lâche sa pochette en carton d'une main pour s'essuyer quelques larmes. Même après plusieurs mois sans elle, je ne parviens pas à rester insensible. Mon cœur se serre lorsque je la sens autant en détresse, alors je continue de la serrer fortement avant de prendre la décision de trouver un meilleur endroit pour discuter. « Viens. » Je passe mon bras autour de son épaule pour la maintenir contre moi et marcher en direction du parc qui se trouve proche d'ici. On fait quelques pas à l'intérieur, puis on tombe sur cet étang particulier. C'est l'endroit près duquel on se baladait ou pique-niquait avec ma mère, et par lequel je passe toujours pour rejoindre le cimetière. Je m'assois près de l'eau, sans me montrer insistant par rapport aux confidences de Flora. Je la laisse s'exprimer comme elle le désire, ne sachant pas vraiment ce que je suis censé ajouter puisque je n'ai absolument pas connaissance de ce qui la bouscule autant.


You held my heart in your fingertips ☽ I'm so reliant, I'm so dependent, I'm such a fool. When you're not there I find myself singing the blues. Can't bear, can't face the truth. You will never know that feeling, you will never see through these eyes. You'd say I'm sorry, believe me, I love you, but not in that way.
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : « maurane ( moo' ). »
Faceclaim : « bridget satterlee. » + « made by love (avatar). » + « helpers (gifs). »
Multi-comptes : « non. »
Messages : 2009 - Points : 1414

Âge : « vingt ans. » + « dix sept mai mille neuf cent quatre vingt dix sept. »
Métier : « a vendu son corps a des hommes à la demande de ses parents adoptifs pendant deux ans et demi environ. » + « est femme de ménage au avanti hôtel dans le coeur de naples. »
Sujet: Re: Mon cœur est en carence. (flora) ( le Dim 4 Mar - 14:42 )
Comme Flora l'a fait depuis ces deux dernières années, Eskil aurait pu avoir un tout autre accueil. Un plus froid, plus sec. Un qui lui montre encore que cet éloignement entre eux n'est pas prêt de disparaître. Qu'il tient toujours. Sauf que via le portable c'est bien plus facile à faire. Il suffit de ne pas répondre. De trouver une excuse pour ne pas qu'ils se voient. De lui demander d'arrêter de lui envoyer des messages en espérant dans son fond intérieur qu'il ne le fera quand même pas. Qu'il tentera de nouveau le coup plus tard. Parce que s'il serait devenu silencieux a son tour ça aurait voulu dire qu'elle l'aurait perdu. Et ça, Flora ne l'a jamais voulu. Mais en le voyant, bien qu'elle l'a déjà vivement repoussée une fois lorsqu'il est carrément venu à l'appartement, là, c'est tout l'inverse puisque rapidement,  corps meurtrit est venu se blottir contre le sien. Maintenant qu'elle s'est excusée auprès de lui, que les barrières entre eux ont disparu, il faut que les mots sortent de sa bouche. Pas le choix. Après tout ce temps, il a le droit a une explication. Ils auraient pu se voir plus tard dans la journée. Parce que même si Flora n'allait au final nul part. Elle comptait juste s'assoeir quelque part pour dessiner, Eskil a un bouquet de fleurs dans les mains. Donc, il avait sûrement quelque chose de prévu. Elle n'avait pas envie qu'il change son programme a cause d'elle. Au final il le fit quand même en prétextant que ça pouvait attendre. Cela l'embêtait, oui. Mais au fond, tant mieux. Parce que Flora aurait dû rentrer chez ses parents a un moment ou a un autre avant d'en ressortir vraiment que le soir donc .. Ils seraient peut être pas revus. Ce qui aurait été dommage. Du coup, le bras d'Eskil autour de ses épaules, Flora se laisse guider jusqu'à l'étang de ce parc devant lequel ils s’essayèrent. « Depuis la fin du lycée, ils .. mes parents m'obligent a .. a me .. prostituer toutes les nuits pour qu'ils puissent payer leurs dettes, de l'alcool et de la drogue .. » commence Flora en parlant directement de ces deux dernières années alors qu'au fond la maltraitance et la négligence de ses parents remontent à son enfance, les mains tremblantes enfouies dans ses poches, le regard perdu dans l'étang loin de celui d'Eskil, le coeur battant a un rythme effréné a cause de la panique, de la honte et de la peur du jugement a cause de la prononciation cette activité nocturne. « .. si je le fais pas ou s'ils jugent qu'ils n'ont pas assez d'argent ils .. ils me .. », ajoute t elle alors que d'une main hésitante et toujours tremblante, Flora relève légèrement son haut afin qu'il ait juste un aperçu des traces de coups, les larmes coulant a nouveau sur ses joues.    


flora' -
" On se demande parfois si la vie a un sens. Et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie. "
Revenir en haut Aller en bas
Eskil SvendsenLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1564-breathe-me-eskil http://www.ciao-vecchio.com/t1578-breathe-me-eskil
ID : demon dance.
Faceclaim : Tarjei Sandvik Moe © mari.
Multi-comptes : Aucun.
Messages : 2164 - Points : 1750

Âge : 19 ans. (28/02)
Métier : Etudiant en première année d'ingénierie mécanique et créateur de dessins érotiques. Il vend aussi son corps au diable pour rembourser une dette.
Sujet: Re: Mon cœur est en carence. (flora) ( le Mer 7 Mar - 0:25 )
Je ne peux plus lâcher Flora. Je la maintiens contre moi en glissant un bras autour de ses épaules, et je la bloque pour ne plus la laisser s’enfuir. Je marche à ses côtés pour rejoindre l’étang du parc, et l’étreins durant ces quelques pas. Je suis tellement enjoué à l’idée de la retrouver que je me transforme en bon pot-de-colle. Je ne suis pas souvent pris à un élan d’affection, mais quand ça arrive, c’est que j’en ai profondément besoin. On s’assoit sur l’herbe, pour observer l’eau vibrer, et je lui laisse le temps pour s’ouvrir et m’expliquer ce qui la pèse autant. Quand enfin elle se lance, je sens mon cœur rater plusieurs battements. Je crois même que je me suis arrêté de respirer, le temps de réaliser ce qui se trame dans la vie de ma meilleure amie. Les révélations qu’elle murmure d’une voix hésitante et chamboulée suffisent à provoquer un choc en moi. Complètement décontenancé, je l’observe et constate la véracité de ses propos grâce aux blessures incrustées sur son ventre… et certainement sur d’autres surfaces de sa peau. Je sens la rage bouillonner au fond de mes tripes. L’injustice, la colère puissante, se font une place dans mon corps. Les larmes qui dégoulinent sur ses joues sont bien représentatives du chagrin qui l’habite. La peur et le dégoût doivent certainement la dévorer chaque jour un peu plus. Je me sens impuissant, idiot, de ne pas avoir insisté jusqu’à ce qu’elle crache le morceau. Je n’avais pas osé me confronter une nouvelle fois à ses yeux noirs et son ton froid, alors j’étais resté chez moi, à lui envoyer simplement des messages pour avoir de ses nouvelles. J’aurais dû être alerté, me secouer, pour lui donner l’impression que dans cette période sombre, elle avait quelqu’un. Prêt à sécher ses larmes, prêt à la défendre, prêt à l’aimer de toutes ses forces quand son estime d’elle-même se serait effritée.

« Merde, Flora ! » Mon étonnement et ma hargne s’expriment naturellement, tandis que j’essaye de comprendre la réalité qu’elle énonce. C’est affreux de faire subir une telle sentence à son propre enfant, je n’aurais jamais osé imaginer que ma douce Flora fasse autant les frais de la cruauté de ses géniteurs. Il m’est impossible de les appeler ‘ses parents’, puisqu’ils semblent détruire son amour-propre, mais aussi cette âme généreuse et tendre que j’avais appris à apprivoiser et aimer. Mes bras s’imposent alors à elle, entourent son corps pour la presser contre moi. Je lui accorde une étreinte pour l’apaiser, l’adorer de nouveau, et lui apporter le soutien qu’elle obtiendra de moi sans aucun doute. C’est une manière de lui montrer que je serais là, quoiqu’il advienne. Je caresse ses cheveux châtains dans des gestes fermes et affectueux, pour la laisser pleurer en paix et calmer la tempête qui fait rage au sein de sa poitrine. « Je sais ce que ça fait, la prostitution ; je connais la douleur et la honte que ça provoque. » Je reprends ainsi la parole quand j’ai trouvé les mots. Ils ne sont pas forcément adéquats, ni même ceux qu’elle voudrait entendre. Je veux juste soulever le fait que je peux la comprendre mieux que quiconque, même si personne ne me contraint de force. « Je n’ai pas l’obligation comme toi, mais je le fais aussi pour rembourser une dette le plus vite possible. J’ai la pression, je dois me dépêcher. C’est le meilleur moyen pour rapporter le plus rapidement, même s’il me dégoûte. » Je lui explique un court résumé de mon quotidien pour qu’elle ne se sente pas trop seule. Je n’ai pas envie de lui exprimer ces banalités : tu aurais dû me le dire Flora, tu n’aurais pas dû rester seule avec ces problèmes. Je lui avais précisé dans la plupart de mes messages fréquents qu’elle pouvait se confier si elle le désirait. Il n’est pas utile de lui rappeler qu’elle aurait dû choisir la confidence plutôt que le silence. « Tu ne peux continuer comme ça, tu le sais. Viens chez moi, le temps de retomber sur tes pattes. Je t’aiderais à sortir de là. » Je suis sérieux et sincère. Je demanderais à Danilo la permission de la loger, pour qu’elle puisse obtenir la stabilité nécessaire à son changement de vie. Elle pourrait trouver du confort, un boulot, un quotidien qui ne soit pas aussi morne que celui qu’elle vit en ce moment. Je suis révolté de connaître son quotidien, et je me dois de l'aider à y en sortir.


You held my heart in your fingertips ☽ I'm so reliant, I'm so dependent, I'm such a fool. When you're not there I find myself singing the blues. Can't bear, can't face the truth. You will never know that feeling, you will never see through these eyes. You'd say I'm sorry, believe me, I love you, but not in that way.
Revenir en haut Aller en bas
Flora CasaroliLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : « maurane ( moo' ). »
Faceclaim : « bridget satterlee. » + « made by love (avatar). » + « helpers (gifs). »
Multi-comptes : « non. »
Messages : 2009 - Points : 1414

Âge : « vingt ans. » + « dix sept mai mille neuf cent quatre vingt dix sept. »
Métier : « a vendu son corps a des hommes à la demande de ses parents adoptifs pendant deux ans et demi environ. » + « est femme de ménage au avanti hôtel dans le coeur de naples. »
Sujet: Re: Mon cœur est en carence. (flora) ( le Lun 12 Mar - 23:42 )
Ce n'est pas de la faute d'Eskil si la jeune femme de vingt ans ne répond pas à ses messages et à ses appels depuis la fin du lycée : Il ne lui a rien fait de mal. Il ne lui a rien dit de mal. Même dans le cas inverse, Flora n'aurait pas fait la « morte. » Après tout, le lien qui les lie l'un envers l'autre date de presque 10 ans. En soit, parmi l'ensemble du temps où ils traînaient ensembles que ce soit à l'école ou en dehors, il y en a eu des « conflits » d'enfants et d'adolescents entre eux parmi les bons moments. Au final, même s'ils « boudaient » l'autre, ils savaient « le pourquoi du comment » et ils se « rabibochaient » rapidement. Sauf qu'il n'y a pas eu de « conflits » entre les deux amis un peu avant l'anniversaire des dix huit ans de Flora. C'est du « jour au lendemain » que la jeune femme a en quelque sorte mit un terme à sa relation avec Eskil. Au final, c'est Flora qui est en tord entre les deux : Elle reçoit des messages et des coups de fils de sa part tous les mois. Il est même venu à l'appartement de ses parents. Alors que Flora, ne lui a rien dit a cause de la « honte » de vendre son corps ou de ne pas être capable de prendre la fuite ou encore des menaces de ses parents si quelqu'un apprend qu'ils la frappent. Cela date pas de ces 2 ans, seulement. Même s'il n'est encore là, pas au courant. Pire encore, lorsqu'il est venu la « surprise » et la « peur » l'ont fait réagir d'une manière qui ne lui ressemble pas dans le simple but qu'il lui en veut assez afin de la sortir totalement de sa vie. « Merde, Flora ! »  Elle ne sait pas si ça lui a fait « du bien » de dire même dans les grandes lignes ce qu'est son quotidien depuis plus de 2 ans. Mais, si Flora aurait fait tomber les barrières plus tôt, Eskil aurait été sûrement le 1er au courant des faits et gestes de ses parents a son égard ou de ce qu'il l'oblige de faire pour payer leurs dettes et leurs consommations.  Du coup c'est un peu comme un « retour à la normale » même si Flora ne se sent pas très méritante qu'Eskil n'ait pas fait un trait sur sa personne après tout ce temps. D'ailleurs si les contacts physiques même les plus anodins la dérange vraiment, Flora ne « rechine » pas lorsqu'il la prend dans ses bras. Elle pose sa tête contre lui. Il caresse ses cheveux alors que les larmes coulent sur ses joues. « Je sais ce que ça fait, la prostitution ; je connais la douleur et la honte que ça provoque. » Elle fronce quelques peu les sourcils, ne comprenant pas. « Je n’ai pas l’obligation comme toi, mais je le fais aussi pour rembourser une dette le plus vite possible. J’ai la pression, je dois me dépêcher. C’est le meilleur moyen pour rapporter le plus rapidement, même s’il me dégoûte. » Elle essuie d'un revers de la main les larmes qui coulent sur ses joues et relève la tête vers lui. « Une dette de quoi ? Combien est ce que tu dois ? Ca fait combien de temps que tu fais ça ? » Cela fait déjà trois questions, d'un seul coup. « Pourquoi tu demandes pas à Danilo de t'aider ? » S'il avait encore sa mère, il n'aurait peut être eu une dette plus ou moins importante a quelqu'un. En tout cas, il ne se prostituerait sûrement pas, non ? Pourquoi, est ce qu'il ne demande tout simplement pas de l'aide au seul adulte qui est devenu son tuteur légal ? « Pourquoi tu ne m'as rien dis dans tes messages ?! » Elle grimace légèrement se rendant compte que c'est un peu « l'hôpital qui se fout de la charité. » Elle aussi, elle aurait pu répondre à l'un de ses messages ou appels afin de se confier sur ce que lui impose ses parents. « Si j'avais su, j'aurais pu t'aider .. Je t'aurais pas laissé en venir là .. Pas toi .. » Si ses parents l'obligeaient déjà à se prostituer à ce moment, s'il lui avait dit et sans qu'il le sache Flora aurait pu .. Elle n'était plus à ça près, non ? Pour lui, elle se serait fait violence, pour pas qu'il se retrouve tous les deux là dedans. « Tu ne peux continuer comme ça, tu le sais. Viens chez moi, le temps de retomber sur tes pattes. Je t’aiderais à sortir de là. » Elle secoue la tête de droite à gauche. « J'peux pas .. J'sais pas, non .. J'vais survivre .. J'ai l'habitude .. On s'y fait. » Elle sourit légèrement même si au fond ce n'est qu'un tissus de mensonge. Elle ne mange pas beaucoup, ne dort pas beaucoup etc.. « Mise a part la prostitution, les mauvais traitements ce n'est pas récent, tu sais .. Ca a toujours été le cas. » Elle hausse les épaules, une grimace inscrite sur les lèvres a ce dernier aveux concernant les pratiques de ses parents. « Mais toi tu devrais arrêter ! D'ailleurs j'ai .. » Elle s'arrête et cherche son porte feuille dont elle en sort de l'argent et lui tend. « C'est pas grand chose. Mais je travaille un peu à l'hôtel. J'peux te retirer de l'argent. Tout ce que tu veux pour t'aider ! » Elle préfère trouver une solution pour lui plutôt qu'il essaie de le faire pour elle ..


flora' -
" On se demande parfois si la vie a un sens. Et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie. "
Revenir en haut Aller en bas
Eskil SvendsenLa jeunesse dorée et éclatante
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1564-breathe-me-eskil http://www.ciao-vecchio.com/t1578-breathe-me-eskil
ID : demon dance.
Faceclaim : Tarjei Sandvik Moe © mari.
Multi-comptes : Aucun.
Messages : 2164 - Points : 1750

Âge : 19 ans. (28/02)
Métier : Etudiant en première année d'ingénierie mécanique et créateur de dessins érotiques. Il vend aussi son corps au diable pour rembourser une dette.
Sujet: Re: Mon cœur est en carence. (flora) ( le Hier à 14:55 )
On s’installe près de l’étang, dans ce parc qui était notre principal lieu pour nos balades avec ma mère. J’ai un léger pincement au cœur en y songeant, mais cette frustration est vite contrée par la joie d’être en compagnie de Flora, cette amie volatilisée et perdue qui m’est chère. Cette satisfaction est toutefois elle aussi remplacée par l’amertume et le chagrin qui s’imposent dans nos cœurs. Je pose alors le bouquet de fleurs à côté de moi pour mieux serrer Flora contre moi. On explique nos quotidiens chacun notre tour, pour étaler nos problèmes et tout ce que l’autre a manqué. Je lui apporte mon soutien, par la compréhension de ce qu’elle vit. Je n’ai pas les mêmes obligations et Danilo me respecte suffisamment pour ne pas m’envoyer dans cette horreur que les parents de mon amie lui font vivre. Je peine à croire qu’on puisse faire subir une telle sentence à son enfant, et je suis révolté en apercevant la peine dans ses yeux. Elle me pose ensuite plusieurs questions, auxquelles je prends le temps de répondre, maintenant qu’on se retrouve. Je n’ai pas honte d’avoir été stupide, avec elle, alors j’avoue mes erreurs. C’est la première qui est au courant du drame dans lequel je me suis foutu, coincé. Tant pis pour moi. « Une dette à un trafiquant de drogue. Souvent ils font confiance à des petits jeunes comme moi pour revendre leurs produits. Ils m’ont avancé leurs sachets, pensant récolter l’argent après la soirée. Je voulais être plus cool, c’était une énorme fête, mais j’ai tout perdu. Les flics sont arrivés, j’ai caché la drogue quelque part. Le lendemain, il n’y avait plus rien. Alors depuis, le gars m’emmerde forcément, j’avais empoché qu’une centaine d'euros. » Je lui explique tout, n’omets aucun détail sur ma situation. « Il me manque 3256,27 euros. Et ça fait quelques mois. C’était en novembre. » Elle me demande ensuite pourquoi je ne les demande pas à mon tuteur légal, qui est rempli de pognon. Si la drogue n’était pas au milieu de mon problème, certainement que je lui aurais fait part de cette réalité. « Danilo n’est pas au courant. Il m’avait demandé de ne jamais y toucher. Je savais que c’était important pour lui, je crois qu’il a eu un traumatisme avec la drogue. J’ai carrément manqué à cette promesse, je m’en suis complètement foutue en fait. Si je lui disais, il serait en colère, et ça briserait quelque chose en lui. Je le sens. Je crains que cela ne le blesse profondément, que ça casse un truc entre nous, alors je le cache. » Il a tissé une telle confiance en moi que je pourrais tout saccager avec cette vérité. Je suis le seul être qui a pris autant d’importance dans son existence ; on lutte ensemble contre nos démons. Alors si je lui avouais cette trahison, il ne pourrait se raccrocher à personne, à rien d’autre que la hargne et le désespoir. Et il coulerait vraisemblablement, sans que je ne réussisse à le sauver cette fois. J’ignore si mon amie peut comprendre tout ça, sans connaître la profondeur de mon affection pour lui. « Parce que je n’avais aucune envie que tu reviennes vers moi par pitié. » Je voulais que la sincérité imprègne ses actes, soit son mot d’ordre. Je ne voulais pas qu’elle reprenne contact pour ces raisons que je ne trouve pas valables.

On revient ensuite sur son cas, mais elle ne semble pas vouloir échapper au pouvoir de ses parents. Elle leur obéit, par peur, par habitude. Je ne crois pas qu’il soit possible de s’accoutumer à ce mode de vie, à ce dégoût qui imprègne le cœur. Je ne cache pas cette pensée, car il faudra trouver une autre excuse plus crédible. « On ne s’y fait jamais. Tu ne crois pas que je vais te regarder dépérir maintenant que je le sais ? On te protégera avec Dan, fais-moi confiance. » Elle m’avoue en plus de ça qu’ils la frappent depuis certainement toujours. Je l’ignorais qu’elle subissait autant de mauvais traitements, alors ça sonne comme une révélation poignante à mes oreilles. Je voudrais les tuer à coups de haches pour tout ce qu’ils lui font encaisser. J’aimerais qu’elle me suive et se sorte de là, plutôt que jouer à leur jeu de terrorisme. Encore une fois, elle s’oublie en chemin et se concentre sur moi. Elle sort son portefeuille et me tend quelques billets. Je repousse ses mains immédiatement, sans me saisir de l’argent. « Non, Flora, garde ça pour toi. Tu en auras besoin quand tu t’éloigneras de tes parents. » Je reviens sur elle à mon tour, car je voudrais vraiment qu’elle trouve une solution. « Je refuse d’appauvrir quelqu’un à cause de mes conneries. J’ai été con, j’essaye d’assumer comme je peux. » Parfois ce n’est pas si désagréable, je ne fais que danser devant leurs yeux pervertis… et avec d’autres, de plus en plus régulièrement, je dois me donner, les laisser se fondre en moi. Certains sont respectueux, d’autres sont juste là pour se décharger de leur brutalité et de leurs couilles trop remplies. Je ne veux pas y penser, alors je lui propose de m’accompagner. « Tu veux venir voir ma mère avec moi ? » Je la lâche et reprends le bouquet entre mes mains. « C’était pour ça, les fleurs. » Je ne lui précise pas que je compte la voir au cimetière, et non à un dîner familial, ni même qu’elle est décédée. J’ai toujours de la misère à prononcer ces mots – morte, tuée, violée, massacrée – alors je les garde enfouis en moi, pour me protéger de la réalité qui m’oppresse parfois.


You held my heart in your fingertips ☽ I'm so reliant, I'm so dependent, I'm such a fool. When you're not there I find myself singing the blues. Can't bear, can't face the truth. You will never know that feeling, you will never see through these eyes. You'd say I'm sorry, believe me, I love you, but not in that way.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Mon cœur est en carence. (flora) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Mon cœur est en carence. (flora) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli