Revenir en haut
Aller en bas


 

- Tradition oblige ⁂ Alessio -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©szopiabuda
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 274 - Points : 1119

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Dim 10 Déc 2017 - 17:21 )
Vera avait cédé, elle avait acheté la maison en face de celle d’Alessio. Un petit bijou dans le cœur de Naples qui lui mettait du baume au cœur. Avec l’hiver sur eux : elle était bien contente de trouver une maison moins froide et terne que celle dans les hautes sphères de Naples. Elle n’avait plus à vivre dans le luxe : elle pouvait être près de gens aux plaisirs plus simples et moins scintillants bien que tout aussi intéressant. Finis les grands dîners interminables où elle devait dire bonjour à tout le monde pour la bienséance. Terminé les longs discours à écouter tout en restant éveiller. Vera se sentait libre bien qu’encore hanté par l’accident qui avait ôté la vie d’un vaurien. Les mois passaient et pourtant les images étaient encore imprimées dans sa rétine comme un mauvais film qu’on ne pouvait pas enlever de son esprit. Malgré tout, repartir sur un bon pied dans une maison neutre avait fait un bien fou à son esprit peiné. Le fait qu’Alessio ne soit qu’à quelques mètres d’elle rendait le tout encore plus exaltant et extraordinaire, il fallait l’avouer.
La première de la Flûte Enchanté était le jour suivant, comme toujours : cela voulait dire qu’un bon repas devait être cuisiné de sa main pour son pianiste. Une sorte de tradition qu’elle ne manquerait pour rien au monde. Parfois superstitieuse : elle ne voulait pas avoir les foudres de la malchance sur elle. Alors elle serait là. Comme prévu. Winston voulait rester et faisait toujours des caprices pour lui aussi profiter d’Alessio mais comme toujours cela ne marchait jamais avec Vera. Il passerait la soirée chez une amie qui a elle-même une fille de l’âge de son enfant. Les deux s’entendaient copain comme cochon. Habillant chaudement Winston, elle fit de même et sortit dehors pour affronter le froid.

Une fois son fils déposé, elle envoya un message à Alessio pour le prévenir qu’elle allait faire les courses avant de rentrer et qu’il était le bienvenue pour la rejoindre. Avant de rentrer dans le magasin : un clochard l’arrêta et tandis un billet de dix euros en demandant de l’alcool. Vera hésita mais accepta avant de se raviser une fois devant les bouteilles d’alcool. Charles avait des excès de colère encore plus violent quand il avait bu et il était hors de questions qu’elle laisse une autre personne être la victime de l’éthanol. Alors, elle acheta des sandwichs puis le nécessaire pour le repas du soir. Sortie, elle tendit le sac au clochard dont le visage prit une couleur rouge vif.

« Sale pute ! J't’ai pas demandé de la bouffe ! Mais de l’alcool ! T’es sourde ou conne ?! » Vera serra les dents : « Monsieur, il fait froid vous devriez manger et non boire. – Mais qu’est-ce que tu en sais hein connasse ?! Tu ne sais pas ce que s’est de vivre dans la rue ! –Calmez-vous, je… - La ferme ! Tu viens de gâcher dix euros espèce de traîner ! » Il cracha sur ses bottes et partit laissant la cantatrice les yeux humides et les mains tremblantes.

Quelques secondes plus tard, la silhouette d’Alessio se dessina et elle s’approcha vivement de lui pour se loger dans ses bras. Sans rien dire. Avec un peu de chance : il avait été témoin de l’esclandre et ne lui demanderait pas ce qui se passe.



love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 722 - Points : 1726

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Lun 11 Déc 2017 - 22:14 )
X
Vera & Alessio
Alessio avait finalement acheté la maison en face de celle de Vera, ce n’est pas son coup de cœur pour la maison qui l’avait décidé, mais plus le fait de pouvoir dormir dans le lit de Vera presque tous les jours. La jeune femme était vraiment la femme de sa vie, il ne pouvait pas l’aimer correctement à cause de son anomalie, mais il savait qu’il vivait juste en face d’une femme superbe. Il avait rendez-vous avec elle ce soir, il avait gardé le gnome quelques jours et il méritait bien la gratitude éternelle de Vera. Comment pouvait-on avoir l’idée de faire un enfant ?

Alessio pensait que le fils de Vera avait été un accident, comme tous les enfants présents dans ce monde. Comment pouvait-on vouloir d’un truc qui bavait, qui avait le nez qui coule et qui aspirait sa morve en faisant des bruits bizarres du nez ? Le concept le dépassait vraiment, pourtant l’avortement était légal ici non ?

Il devait demander à Vera, elle était bien plus humaine que lui. Il l’attendait tranquillement sur ses escaliers avant de se mettre à marcher en voyant qu’elle n’arrivait pas. Sa cigarette aux lèvres, il eut le temps de penser à sa vie actuelle, ses projets futurs et tout un tas de trucs auxquelles tu ne pensais qu’en étant en train de marcher seul comme un con.


Il espérait pouvoir jouer du piano rapidement, il avait enfin une date avec le chirurgien qui était susceptible de lui réparer correctement sa main. Il avait hâte et en même temps, il était complètement terrifié. Il avait peur que l’opération loupe et qu’il finisse par ressembler à un gros handicapé. Il ne savait donc pas s’il allait accepter cette intervention, il avait bien trop peur.


Il aperçut Vera de loin en train de se faire insulter et il hâta le pas pour défendre sa Vera, il n’arriva toutefois pas à temps et il eut juste le temps de recueillir la jeune femme dans ses bras.

Tu veux que je lui casse la gueule ? C’est juste un con qui ne sait pas ce qu’il dit, tu es la personne la plus merveilleuse que j’ai rencontrée. Tu ne sais pas la nouvelle ? Il y a une photo de moi avec un lutin sexy qui circule sur le net. Du coup, pour faire taire la rumeur, j’ai peut-être mis une photo de nous deux, donc il est probable que a rumeur de notre liaison circule, mais c’est juste possible. Il lui fit un sourire innocent avant de claquer un baiser sur sa joue la serrant fort contre lui avant de lui enfiler le bonnet  qu’il portait précédemment sur sa propre tête. Je te porte tes courses belle femme, on est dégoulinant de bons sentiments, cela me donne envie de vomir, c’est normal ?


Il fit une grimace avant de regarder autour de lui puis de passer son bras autour des épaules de la jeune femme s’amusant à lui enfoncer le bonnet sur les yeux pour qu’elle ne pense plus à ses démons qui devaient hanter son esprit. Il ne se pardonnerait sûrement jamais de ne pas avoir su défendre lors de son mariage.


Il avait été un piètre ami et il l’était encore maintenant pour son plus grand malheur. Il attendit que la jeune femme soit prête à avancer discutant tranquillement avec elle en finissant sa cigarette. D’ailleurs fait moi plaisir, tu t’es débarrassé du gnome ?


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO Oui je me sers de Vera, mais sur un malentendu, un mariage pourrait arriver.


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Sam 10 Mar 2018 - 23:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©szopiabuda
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 274 - Points : 1119

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Sam 3 Fév 2018 - 16:06 )
Depuis quelque temps, Vera arrivait à voir la vie d’un œil plus positif. La morosité presque quotidienne qui pesait sur son cœur semblait moins lourde à chaque instant : comme si la vie avait décidé dans sa grande miséricorde de lui accorder un peu de paix. Ce n’était pas elle qui dirait non à ce changement. Elle en avait assez d’être constamment tiraillé, de ne pas être certaine du lendemain. Elle avait décidé d’embrasser le présent pleinement et de voir ce que l’avenir lui réservait. Le fait qu’Alessio ait emménagé tout près d’elle y était pour beaucoup. Qu’importent les tourments et les aléas de la vie elle savait que le musicien serait toujours là. Elle pouvait compter sur lui et ça Vera n’était pas prête de l’oublier. Il n’y avait pas beaucoup de personnes qui avaient tendu leur main quand elle en avait eu besoin. A dire vrai, aucune connaissance d’avant son mariage n’a encore de contact avec elle.
Enjouée par la soirée qui allait s’offrir à elle, une fois son fils déposé chez une amie, Vera marchait d’un pas enjoué vers le supermarché pour faire les courses. Elle comptait bien mettre ses piètres talents de cuisiner au service d’Alessio ce soir. C’était une tradition. Avant le grand jour de la première elle invitait son ami à un repas. Une soirée aux senteurs parfois improbable mais le bougre n’avaient jamais rien eut à redire sur les plats confectionnés par ses soins. Elle a toujours supposé donc qu’il était satisfait. A moins qu’il ne fasse que prétende et une fois chez lui commander une pizza pour pouvoir pallier le manque de nourriture et de délice dans la soirée. Qui sait… Vera préférait clairement croire qu’il appréciait ses mets. La joie qui animait ses actions trouva bien vite une fin désastreuse alors que, pensant bien faire, elle acheta de la nourriture et des nécessaires de toilette avec l’argent qu’un sans-abri lui a donné. Vera, qui avait souffert de violence conjugale en grande partie à cause de l’alcool mais pas que, ne pouvait décemment pas acheter de la liqueur à ceux dans le besoin. Cela lui a valu des insultes : résultant d’une incompréhension totale. Elle qui pensait bien faire : elle s’était trompée lourdement.
Heureusement, comme tant d’autres fois, Alessio arriva sans son cheval blanc certes, mais toujours au bon moment. Vera ne mit pas de temps avant de venir se blottir dans ses bras en serrant fermement les sacs contenants les courses. Ne pas pleurer. Ne pas pleurer. Voilà ce qu’elle se répétait : préférant ne rien dire : se doutant bien qu’il avait vu la scène. Et puis de toute façon, le pianiste prit la parole. Des paroles qui réchauffent son cœur et détendent ses épaules. Oui. Si l’homme qu’elle tenait contre elle pensait ça d’elle alors elle devait se moquer du regard des autres. Vera avait toujours eu du mal à penser comme ça. Probablement parce qu’en tant que cantatrice elle devait toujours faire attention à son image et à l’opinion du public. La blague fait sourire la brunette qui s’éloigna pour regarder Alessio :

« Tu devras me montrer ça… » Souffle-t-elle en tentant de contenir ses émois coincés dans sa gorge : enserrant cette dernière d’une façon dérangeante. « Tu sais aussi bien que moi que je n’ai jamais eu honte de notre relation. Que les détracteurs l’utilisent : cela te donnera une raison pour officialiser ton amour pour moi. » Vera remit son écharpe et son manteau pour reprendre contenance. « On sait tous les deux que je finirais vielle et seule avec des chats pour seule compagnie alors si tu es dans le tableau ça ne me dérangera pas. » La cantatrice avait depuis longtemps perdu l’espoir de trouver soulier à son pied. Tant pis. Son seul amour serait son fils.

Vera se mit à rire quand il força le bonnet sur sa tête. Puis elle tendit les deux sacs à Alessio pour qu’il les porte puisqu’il avait proposé. Elle passa son bras autour de ses hanches et posa sa tête sur son épaule. Le musicien lui donnait toujours envie d’être tactile, elle voulait voler sa chaleur pour réchauffer son cœur parfois gelé.

« Il est chez une amie. Je sais que tu l’as assez supporté alors je me suis dit que ce soir ça serait une soirée entre nous. Tu as le droit d’avouer que je suis parfaite. » Elle ferma les yeux quelques instants, continuant d’avancer en ne laissant pas un seul espace entre eux : « Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. » Cela sonnait plus comme une confession que comme une remarque quelconque.

Sur une note plus joyeuse, elle s’éloigna pour pouvoir regarder Alessio :

« Je compte faire des Donburis ce soir, ça te va ? J’ai entendu ma costumière japonaise en parler et ça avait l’air trop bon ! Je me suis entraînée avant of course pour ne pas te faire un truc immangeable. Même Winston a adoré lui qui est si difficile alors tu n’as aucune excuse si tu n’aimes pas ! »  



love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 722 - Points : 1726

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Sam 10 Mar 2018 - 23:53 )
X
Vera & Alessio
Alessio n’était pas le genre d’homme à cacher des choses, enfin il cachait son homosexualité, quoique la seule femme avec qui il pourrait être en couple était sûrement Vera. Elle était son double féminin, sa moitié et même s’il ne lui disait quasiment jamais, il ne savait pas ce qu’il aurait fait sans elle. Il était plus souvent chez la jeune femme que chez lui, le domicile de Vera était devenue sa maison et il se demandait même pourquoi il avait acheté une maison, le lit de Vera était devenu le sien. Sa cuisine était également devenue sa cantine et sa propre cuisine n’avait encore jamais servi. Tous les éléments de sa cuisine étaient flambant neuf.

Il se demandait même s’il ne ferait pas mieux de prendre une chambre chez Vera. Après s’il faisait cela, il allait devoir se taper son gnome puant et rempli de bactérie. Être proche de Vera et se taper le gnome ou avoir sa propre maison et pouvoir fuir quand ce truc s’approchait de lui avec des doigts gluants.


Il rejoignit la jeune femme pour le dîner traditionnel surprenant un homme en train de l’insulter. Il prit la jeune femme dans ses bras la serrant fort contre lui.
Il connaissait son amie et il savait très bien que les propos de l’homme l’avaient touché, elle était fragile, sa petite poupée de porcelaine.

Elle se mettait une telle pression sur les épaules qu’Alessio se demandait parfois comment elle faisait pour être encore debout. Lui n’avait pas trop ce problème, soit on l’acceptait, soit on allait se faire foutre. Le jugement des gens l’importait peu et il n’était pas le dernier pour répondre aux insultes ou insulter les gens. Tant qu’il avait son piano, le monde pouvait s’écrouler qu’il en avait rien à foutre.

Il sourit à la réflexion de la belle brune dans ses bras embrassant son front puis sa joue. Je serais ravie de te montrer la photo, tu sais que je rêve d’être le roi de ma reine des abeilles. Alessio ébouriffa les cheveux de Vera avant de prendre ses sacs prenant la direction de la maison de la jeune femme.

A force de faire le chemin, il connaissait ce dernier par cœur, il songea d’ailleurs au fait qu’il allait devoir payer un repas à la jeune femme pour rembourser toutes les courses qu’elle faisait pour lui. Il se voyait mal lui donner de l’argent ou lui préparer un repas, soit elle allait se vexer, soit elle allait finir à la morgue. Le mieux était de lui payer un bon repas ou alors un weekend.


Après elle allait être occupée avec son nouveau rôle, il fallait qu’il se renseigne discrètement pour organiser un petit voyage en tête à tête. Enfin il allait emmener le gnome, mais une nounou allait s’occuper de lui, il avait déjà une nourrice donc il ne serait pas dépaysé.


Il fit une prière silencieuse en l’entendant dire que le démon n’était pas à la maison. Il continua à avancer restant collé à elle, décidant de se plaindre. Heureusement que cette chose n’est pas là, tu sais ce qu’il a osé faire ? Il avait les doigts gluants et il approchait cette immondice de mon piano, de mon amour. Je voyais la graisse commencer à couler vers les touches, j’ai failli faire une syncope et il a fini à la sieste. Pourquoi tu as fait un enfant ? Tu imagines mon piano aurait été sale ? Tu m’aurais perdu, tu sais que l’on ne touche pas à l’amour de ma vie, je finirais seul avec mon piano et mes chats également.


Il laissa la jeune femme s’éloigner avant de la regarder étrangement lorsqu’elle lui parla de sa nouvelle recette. Je te fais totalement confiance, évite de me comparer à ton truc court sur pattes, je peux te faire des choses qu’il ne peut pas faire, mais n’oublie pas que je ne mange pas de viande ou de poisson. C’est mon côté charitable, parfois mon petit cœur bat. Il arrêta de parler rapprochant à nouveau Vera de lui continuant le chemin jusqu’à la maison de Vera qu’il atteignit enfin. Il laissa la jeune femme ouvrir la porte et posa les courses dans la cuisine. Voilà ! Je peux t’aider en faisant quelques choses ?


Alessio ne savait pas s’il était doué en cuisine, il avait toujours eu des cuisiniers ou les moyens de commander des repas donc il n’avait jamais touché une casserole, il avait peut-être un don caché pour la cuisine. Mais n’ayant aucune envie de cuisiner, il n’allait pas à chercher s’il avait ce don ou non.


Ayant encore l’idée de son plan en tête, il interrogea discrètement la jeune femme sur son nouveau rôle. Pour ton nouveau rôle, tu sais combien de temps vous allez jouer ? Et vous faites plusieurs dates à travers le pays ou tu quittes le pays ? Je sais que vous avez plusieurs dates vu que j’ai une place pour chacune d’entre elles. Je suis ton mari illégitime, je dois veiller sur toi. D’ailleurs personne ne m’a remplacé dans ton cœur ? Aucun homme en vue ? Je suis assis, tu peux tout me dire mi amor.


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO Désolé pour le délai.


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Jeu 15 Mar 2018 - 14:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©szopiabuda
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 274 - Points : 1119

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Mer 14 Mar 2018 - 21:12 )
Combien de fois avait-elle maudite Alessio de ne pas être attirée par les femmes ? A plusieurs reprises elle lui en avait voulu. Parce qu’il semblait si parfait pour elle qu’elle trouvait cela presque injuste qu’ils ne puissent pas être ensemble officiellement. Cependant, elle était heureuse tout de même de l’avoir dans sa vie et remerciait chaque jour que Dieu lui donnait sur terre pour lui avoir donné un homme comme le pianiste. Pour sûr qu’elle ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans l’aide de ce précieux allié. Parfois, elle pensait que jamais il ne pourrait comprendre l’ampleur de son attachement pour lui. Même Vera ne savait pas les limites de cet amour qui était on ne pouvait plus inconditionnel. L’avoir chez elle était toujours un réel et sincère plaisir. Cela lui permettait de ne pas penser, de ne pas se focaliser sur ses soucis. La vie semblait plus légère et douce, moins sérieuse et monotone. Pour sûr qu’il lui montrait réellement ce que c’était que de vivre et il était agréable de se réveiller au côté de quelqu’un même si leur amour était platonique. Au moins, elle pouvait trouver les bras d’Alessio quand elle se réveillait après un cauchemar. Ces mêmes muscles qui l’entourèrent alors qu’elle venait d’essuyer un esclandre.
L’opinion des autres avait toujours compté. Non pas parce qu’elle s’en souciait, mais parce qu’en tant que cantatrice elle se devait de plaire au public. Sans quoi, autant être chanteur lambda et s’enfermer dans un studio. Vera aimait bien trop l’art de la scène et pousser son corps aux extrêmes pour un jour avoir envie d’arrêter. Alors, elle devait converser son image et continuer d’avancer coûte que coûte. Heureusement, cela faisait quelques semaines maintenant qu’elle ne prétendait plus vraiment : elle était réellement heureuse. Elle avait assez porté souffert. C’était à son tour de caresser un peu le bonheur. Entre avoir retrouvé une partie de son frère indirectement, Alessio et les prouesses de son fils ainsi que le support de Giovanni : Veronica devenait une autre personne.

« On sait tous les deux que ce n’est pas moi le problème mais bien ton dard mon Roi. » Une réflexion des plus coquines, elle s’en excuserait avant d’aller se coucher durant la prière habituelle.

La chanteuse écouta Alessio se plaindre non sans arborer un sourire amusé avant de rire franchement à cette histoire. Comme toujours, son ami exagérait : mais c’était devenu une habitude, une sorte de jeu entre eux. Au fond, la mère savait qu’il appréciait son fils. Comment ne pas aimer un enfant aussi parfait que Winston ?

« Je vois que tu es très protecteur envers ton piano, mais moi on pourrait me toucher que tu ne ferais pas une syncope hein ? » Dit-elle pour le taquiner. « Ce n’est pas de sa faute s’il t’admire hein ? » Winston n’avait d’yeux que pour Alessio. « Il a fait des progrès tu sais, tu devrais venir l’écouter si tu as le temps. Ça lui ferait plaisir et je serais dans la même pièce : comme ça il ne sera pas dans tes jambes. »

Parlant du repas de ce soir, elle admirait l’expression sur le visage de son ami. Elle leva ses yeux au ciel cependant : « Je te signale que cet enfant est de toute beauté et il a principalement hérité de mes gênes. Tu devrais t’estimer heureux ! Et arrête de dire des paroles en l’air : un jour tu vas devoir agir sinon je vais croire que tu es un beau parleur et seulement ça. » Vera le poussa avec son épaule. « Ne t’en fais pas, j’ai arrêté de manger de la viande et des produits laitiers également. »

Elle se rapprocha à nouveau de lui mais dut s’éloigner pour ouvrir la porte et le laisser rentrer avec les courses. Refermant à double tour sa maison, ne manquant jamais de faire ce geste pourtant habituel, elle enleva son manteau et accrocha ses affaires. Elle sourit et répondit en entrant dans la cuisine :

« Non, ne t’en fais pas : je vais m’occuper de tout. Par contre tu peux me servir un verre de vin. Comme ça tu es utile. » Elle lui fit un clin d’œil et accrocha un tablier avant de sortir les aliments des sacs. « Hm… Je dirais un mois ou deux. Je pense que ça va dépendre du retour qu’on aura du public. » Mettant de l’eau à chauffer, elle entreprit de couper les légumes. « Tu sais que ça va toujours être la même chose à quelques détails prêts un ? Tu ne vas t’ennuyer à la longue ? » Même si elle était touchée et serait heureuse de savoir que tous les soirs les yeux d’Alessio serait sur elle. « Aux dernières nouvelles, non on n’a pas prévu d’aller dans un autre pays. Mais on ne sait jamais. »

Vera éludait la question sur ses sentiments. Elle était seule et se faisait petit à petit à l’idée que le seul homme dans sa vie devrait être Winston et qui sait un jour Alessio.

« Tss on ne parle pas de choses qui fâchent Love. Tu t’es trouvé quelqu’un toi ? » Demanda-t-elle en croquant une carotte. « Même si ça me brise le cœur de te proposer ça, je veux bien jouer l’entremetteuse et te trouver quelqu’un ! »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 722 - Points : 1726

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Jeu 15 Mar 2018 - 15:02 )
X
Vera & Alessio
Alessio aimait les hommes, enfin il supposait qu’il aimait uniquement les hommes vu qu’aucune femme ne l’avait jamais attiré. Vera était bien la seule femme qui l’attirait et d’ailleurs, il n’était lui-même qu’avec elle. Elle seule connaissait le vrai visage d’Alessio. Les autres personnes voyaient ce qu’il voulait bien montrer, au mieux ils arrivaient à percer légèrement sa carapace, mais ils n’arrivaient jamais à creuser bien profond.

La jeune femme connaissait tout de lui, sauf son penchant pour les hommes, mais sinon elle savait tout. Elle devait connaitre le moindre de ses tatouages, peut-être pas l’histoire lier à chacun d’eux, mais elle en connaissait pas mal, bien plus que n’importe qui. Alessio savait que la jeune femme ressentait le besoin de plaire, c’était peut-être lié à son métier ou des directeurs de casting la choisissait ou non.

Le jeune homme détestait les castings, il n’était jamais sélectionné et si les rôles avaient été inversés, Alessio n’aurait pas eu de carrière comme celle de Vera. Elle savait plaire, ce qui n’était absolument pas son cas. L’argent de papa et maman lui permettait de bien vivre, voire très bien vivre et jouer du piano n’était au fond qu’un plaisir pour lui. Il n’avait pas besoin de travailler, alors le nombre de disques vendus l’importait peu.


Son manager surveillait les chiffres de près, recevait les disques d’or, de platine, de diamant ou d’autres prix dont Alessio n’était même pas au courant. Parce qu’il en avait rien à foutre de tout ça, lui ce qui le faisait vibrer était de jouer du piano, devant un public ou non, si personne ne venait l’écouter et bien il ne s’en portait pas plus mal.

Alessio était un timide, cela ne se voyait pas au premier abord, mais il détestait l’attention, la foule et encore plus les photographes. Il n’organisait aucune rencontre avec ses fans, n’allait jamais sur les réseaux sociaux. En vérité, il vivait sa vie très loin des caméras et bizarrement ses fans avaient accepté son côté mystérieux.

D’après son manager, c’était même pour ça qu’il était devenu si célèbre, on se demandait ce que Alessio Valentini faisait de sa vie et chacune de ses apparitions étaient attendues comme la venue du messie ou presque vu la rareté de celle-ci. Lui n’en savait rien et il en avait strictement rien à branler, il vivait sa vie en essayant d’échapper à l’attention médiatique et jouait du piano en public lorsqu’il le souhaitait. C’était un buté, une vraie tête de mule, son manager avait abandonné depuis longtemps l’idée de le forcer à jouer, ce n’était même pas la peine.


Ils arrivèrent enfin à la maison de Vera et Alessio laissa la jeune femme fermer la porte pendant qu’il portait ses courses jusque dans la cuisine.

Il écouta ensuite les directives de la jeune femme faisant un salut militaire lorsqu’elle lui demanda un verre de vin. Oui chef, à vos ordres chef ! Il se retourna pour prendre deux verres, un sourire aux lèvres.


Il posa les verres sur la table avant de prendre le vin et de servir les deux verres. Et voilà Madame, je peux faire autre chose pour vous plaire ? Et bien entendu que je ferais une syncope si quelqu’un touche à ce corps de rêve, mais c’est ton corps, je n’ai pas le droit de t’imposer quoi que ce soit à ce sujet. Tu es une femme libre et si tu veux coucher avec la terre entière, c’est ton droit. Après je t’avoue que tu me briserais sûrement le cœur et ton fils vient souvent quand je joue, il est aussi talentueux que sa mère, même si cela me coûte de l’admettre, un gnome talentueux. Alessio fit la grimace en pensant à ce petit être humain.


Il admettait difficilement qu’il aimait lui donner des cours et passer du temps avec le gamin qui était souvent collé à lui. Il s’asseyait souvent à côté d’Al lorsque ce dernier jouait et dessinait parfois les tatouages du jeune homme. Cela ne voulait pas pour autant dire qu’il aimait les enfants, il n’aimait vraiment pas ça et il n’en souhaitait absolument pas. Le gamin lui plaisait bien, peut-être parce qu’il était le fils de Vera, mais son affection devait peut-être venir du fait qu’il avait du talent pour son âge.


Il n’était pas le père de ce gamin et il ne le serait jamais, il n’avait aucune fibre paternelle, hors de question que ce truc rempli de microbe l’appelle papa. Rien que d’y penser, il avait la nausée. Il prit une gorgée de vin pour faire passer cette idée restant assis sur sa chaise en l’entendant esquiver sa question. Jolie esquive ma reine, mais cela ne marche pas. Aurais-tu un homme dans le cœur ? Tu sais que tu peux tout me dire. Tu sais que je te soutiendrais quoi que tu fasses, à partir du moment où je reste ton homme favoris bien entendu.

Alessio ne resta pas longtemps assis, il n’était de toute façon pas le genre d’homme à rester assis pendant des heures. Il aimait bouger et l’inaction avait tendance à l’ennuyer. Il se plaça derrière Vera entourant sa taille de ses bras, déposant un baiser dans son cou avant de regarder ce qu’elle faisait. Tu es certaine de ne pas avoir besoin d’aide ? Si déjà je profite de toi, je veux au moins t’aider un petit peu, même si je déteste la cuisine.


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO Love sur toi.


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Dim 15 Avr 2018 - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©szopiabuda
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 274 - Points : 1119

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Sam 31 Mar 2018 - 17:03 )
Le jugement des autres était insignifiant pour certain, mais pour Vera qui a réussi à se faire un nom dans le monde de l’opéra : les critiques du public étaient comme des coups de poignards. Sans le support des autres : elle devrait voir sa carrière tomber aux oubliettes, comme tant d’autres de personnes avant elle. Et puis, elle avait appris par la force des choses à cause de sa génitrice à jouer de ses charmes pour avoir ce qu’elle souhaitait. Bien que Vera n’ait jamais apprécié ce côté de sa personnalité, elle l’acceptait et utilisait ses atouts sans remords. Dans un monde requin, le plus beau des poissons avait une chance de survivre s’il était assez malin pour faire peur aux détracteurs. Depuis la mort de William, son époux, elle était une personne qui ne se laissait plus monter sur les pieds. Il était terminé le temps des jérémiades et des faiblesses : depuis qu’elle avait eu la chance d’entendre à nouveau le cœur de son frère dans la poitrine de Demetrio ; la cantatrice avait envie de se battre et de montrer qu’elle n’était pas en bas de la chaîne alimentaire.
L’Homme qui servait maintenant deux verres de vin avait un des clés de cette réussite. De ce revirement de situation. Encore aujourd’hui, Vera n’avait aucune idée de ce qu’elle ferait sans Alessio. Son talentueux ami. Leur relation était jalousée de beaucoup, la chanteuse avait surpris dans la cafétéria du théâtre quelques réflexions désobligeantes la concernant car elle le côtoyait presque quotidiennement. Cela l’avait fait évidemment rire et elle n’avait pas pu s’empêcher de fanfaronner sur le sujet. Elle attrapa le verre et respira le tanin avant de faire tourner le vin dans le verre pour regarder sa couleur. Finalement, elle en prit une gorgée et soupira de soulagement :

« Perfecto. » Elle reposa le verre à bien et sortit le nécessaire pour commencer à couper les légumes. « Il ne tient qu’à toi tu sais ? Un mot de toi et je ne verrais pas d’autres hommes. » Il y avait quelque chose de sincère dans ces paroles. Elle le pensait vraiment. Un rire sortit de sa gorge en réalisant qu’il venait de complimenter son fils : « Wow ! C’est bien la première fois que tu le complimentes de la sorte ! C’est beau : j’en ai presque les larmes aux yeux. »

Vera commença à couper les légumes et évita la question de justesse, elle n’avait nullement envie de parler de ses histoires de cœur. Sa vie affective était des plus chaotiques et n’avait jamais été un franc succès. Elle s’était faite à l’idée de terminer sa vie seule en un sens.

« Non, je n’en ai aucun. Si ce n’est toi. » Elle ne s’attardait pas sur les détails. Il n’y en avait aucun à donner malheureusement. Sa vie n’avait rien de trépignant en dehors de son travail et de son travail associatif. « Mais toi Roméo, je suis certaine que tu as plus de chances. »

Alessio était un homme qui valait la peine d’être connu ; faire preuve de patience payait toujours et il en était la preuve vivante. Quand il se leva pour se mettre derrière elle : un frisson s’empara d’elle et en sentant les lèvres du pianiste sur sa peau elle souffla longuement en serrant le couteau. Peut-être était-ce parce qu’elle n’avait pas partagé sa couche depuis longtemps, que son corps n’avait pas connu les plaisirs charnels depuis un moment ; mais ce contact l’électrisa. Elle reporta son attention en coupant les légumes et se racla la gorge :

« Tu peux mettre à chauffer l’eau avec du sel dedans pour le riz. » Elle mit les champignons dans un bol et sortit la râpe pour les carottes. « Tu sais… J’en suis venue à me dire que je n’avais pas besoin de quelqu’un dans ma vie. Tant que j’ai Winston, Demtrio et toi. »

Vera se retourna en attrapant son vin et en buvant quelques gorgées du nectar grenat.

« Dis ça te tenterait de faire une vidéo Youtube où je chante et toi tu opères ta magie sur le piano ? J’ai eu cette idée la nuit dernière et je pense qu’elle n’est pas mauvaise si tu en as envie. »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 722 - Points : 1726

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Dim 15 Avr 2018 - 1:55 )
X
Vera & Alessio
Alessio ne laissait pas grand monde rentrer dans son cœur ou dans sa vie. La liste de ses amis comportait une personne, à savoir Vera. Personne n’avait réussi à briser sa carapace comme elle avait été capable de le faire. Elle avait pris une place importante dans son cœur, la même que sa sœur. Et vu l’attachement d’Alessio pour sa sœur, ce n’était pas rien. Vera était son double féminin, son alter égo.

Le côté pile de la pièce, le côté le moins torturé. Un peu comme le Ying et le yang, le côté sombre allait bien à Alessio qui pouvait être un vrai con. Il n’était pas ce type sympa qui aidait les vieilles dames à traverser, il passait à côté des vieilles sans s’arrêter ou s’il s’arrêtait c’était uniquement dans le but de demander du feu pour allumer sa cigarette.

Il était capable de créer un bouchon juste pour sauver une grenouille, se moquant bien des coups de klaxon derrière lui. C’était un emmerdeur né qui préférait et de loin les animaux aux humains. Il n’était pas le grimlins non plus, il ne terrorisait pas tout le monde. Il faisait juste comprendre aux gens qu’il ne fallait pas trop s’approcher de lui.

Il ne savait plus comment Vera était rentré dans sa vie, il ne se souvenait ni de la date de leur rencontre, ni de la façon dont ils s’étaient rencontrés. Il n’était pas doué pour tous ces trucs niais qui ne voulaient rien dire à ses yeux.

Il prouvait son amour par des gestes, pas en se souvenant d’une date débile fût-t-elle celle de son mariage. De toute manière, Alessio ne comptait pas se marier, enfin il allait bientôt être obligé de le faire, mais c’était juste un souci administratif pour lui. Il sourit au commentaire de la jeune femme, c’était flippant que le gamin s’attache autant à lui, mais il ne pouvait pas le tuer.

Je ne sais pas, tu penses que j’ai remplacé les powers rangers dans son cœur ? Je ne mens jamais, je devrais parfois. Dire à un abruti qu’il est un abruti complètement con et lui dire qu’il doit avoir des liens de parenté avec Voldemort n’est pas toujours la chose la plus intelligente qui soit. J’ai un beau bleu sur mon corps d’athlète, mais je n’en peux rien. Il ne pouvait nier sa ressemblance avec ce célèbre personnage. Je ne suis vraiment pas fait pour vivre avec des abrutis pareils.

Il lui déposa un baiser sur le haut du crâne se doutant qu’il venait de réveiller des souvenirs pas très agréable pour elle. Il l’enveloppa de ses bras la regardant faire le repas avec attention. Ne t’inquiète pas pour moi, je ne serais pas dans la même situation que toi, je n’aurais pas à produire un héritier. Et je suis désolé de ne pas avoir pu empêcher cette union débile à l’époque. Il serra Vera dans ses bras ne rajoutant rien de plus, sa culpabilité était dévorante. Il ne savait pas tout ce qu’elle avait subi et dans un sens, il ne préférait pas savoir. Il n’allait pas être dans le même cas qu’elle vu qu’il n’allait pas devoir coucher avec son mari.

Personne n’allait pouvoir vérifier s’ils avaient ou non couché ensemble et Al n’allait pas se gêner pour aller voir ailleurs. Les rares fois où il avait été en couple, il avait été d’une fidélité à toute épreuve. Il ne trompait jamais son partenaire, mais dans ce cas-là, il n’avait pas choisi le partenaire alors il ne voyait pas pourquoi il devrait être fidèle. Il n’allait pas non plus demander à l’homme d’être fidèle, chacun sa vie et on sourit devant les caméras.

Il fut bizarrement soulagé en l’entendant décrire ce démetrio comme un ami, Vera n’avait pas le droit de le remplacer. Elle était sa femme illégitime, peut-être même un peu plus, mais il ne voulait pas compromettre sa seule amitié.

Elle posa sa tête contre son bicep lorsqu’il lui avait demandé s’il devait verser l’intégralité du sel dans la casserole et elle lui confirma qu’il avait bien fait. Elle avait des méthodes de cuisson particulières, mais elle s’y connaissait bien mieux donc il suivit ses instructions comme un parfait gentleman. Il n’avait pas répondu lorsqu’elle avait parlé de ses fans, il s’en moquait bien et il se préféra se concentrer sur le riz qu’il mettait dans la casserole.

On mange en regardant un film et on finit le dessert au lit ? On peut manger dans la même assiette, je suis déjà séduit. Inutile de sortir deux assiettes, la nappe et ce genre de truc. Toi, une assiette, un bon film et la soirée sera parfaite. Il lui fit un clin d’œil buvant plusieurs gorgées du vin avant d’éteindre le riz. Il disposa le tout dans une assiette et s’installa comme promis dans le canapé avec la jeune femme. Le reste de la journée se passa ainsi, un bon moment entre deux amis et Alessio finit par s’endormir chez Vera. Il s’endormit dans le lit de la jeune femme, son corps féminin serré contre le sien.


B-Ever

.


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Dim 10 Juin 2018 - 14:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©szopiabuda
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 274 - Points : 1119

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Dim 6 Mai 2018 - 22:15 )
Vera voulait croire que c’était le destin qui avait mis Alessio sur sa route. Une rencontre fortuite qui n’avait cessé de la surprendre. Le lien qui les unissait, pourtant basique, était devenu au fil des années quelques d’à part entière dans sa vie. Au moment où elle n’avait personne vers qui se tourner : le pianiste avait été là. Et elle espérait qu’il le serait toujours. À la vie, à la mort. Les mousquetaires mais pas en trio : seulement en duo. Deux personnes qui ensemble pouvaient faire tellement de choses… Le champ des possibilités étant infinies, Veronica se trouvait bien souvent à avoir mille et une idées en tête pour faire les quatre cents coups avec son ami. Elle devait avouer qu’à plusieurs reprises, elle avait souhaité aller plus loin. Se réveiller dans ses bras de temps à autre, avoir sa compagnie au quotidien était quelque chose d’agréable et elle y prenait trop facilement goût. À un tel point que ses journées étaient étrangement vides si elle n’avait pas de ses nouvelles. Il faut croire qu’elle n’était pas douée pour mettre de la distance entre certaines personnes et elle. Probablement parce qu’elle ne le voulait pas. Purement et simplement. Il ne fallait pas chercher plus loin.
Amusée, nullement en colère contre Alessio pour avoir enfermé son fils dans sa chambre : elle hocha négativement la tête tout en continuant de rire.

« Je parie que si je vais checker dans sa chambre elle est sous l’oreiller ! » Elle était vraiment fière d’entendre dire qu’Alessio était fier de son fils. Vraiment, ça lui faisait extrêmement plaisir. « S’il a du talent à tes yeux : je ne peux rien demander de plus ! » Vera était sincère : « Ton opinion compte beaucoup pour moi, je sais que tu ne me mentiras jamais. » Et c’était un autre point qui faisait qu’elle appréciait à ce point le pianiste.

La cantatrice perdit rapidement son sourire quand elle entendu le mot mariage et arrangé mis dans la même phase. Cela lui rappelait de mauvais souvenirs. Droite, le visage fermé : elle ouvrit la bouche quelques instants pour parler avant de se raviser. Et puis après quelques secondes de silence imposées, elle décida de prendre la parole :

« Tu as un mariage arrangé en prévision ? » Cela ne lui plaisait pas non. « Alors en plus de devoir te partager, je vais devoir assister à une union forcée ? » Veronica n’essayait même pas de cacher le fait qu’elle désapprouvait : « Eh beh… » Elle tira ses cheveux en arrière : « J’avais l'espoir qu’avec les années ce genre d’alliances cesseraient… » Mais ce n’était pas le cas et cela la peinait.

Reprenant la préparation du repas, cette annonce l’inquiétait. Pourquoi ? Elle n’en savait trop rien. Après tout, Alessio était assez grand pour se défendre tout seul, mais tout de même… Son meilleur ami méritait d’être heureux, de choisir avec qui se marier au lieu d’avoir un choix imposé. Elle donnerait beaucoup de choses pour éviter à une personne de devoir emprunter le chemin qu’on a tracé de force pour elle quand elle avait seize ans. Lançant un nouveau sujet de conversation, elle répondit à la question de son ami :

« Demetrio est l’homme qui porte le cœur de mon frère. » Vera passa sa langue ses lèvres et prit une gorgée de vin. « C’est un homme d’affaires, je… Je l’ai suivi pendant des mois jusqu’à avoir le courage de le rencontrer. Aujourd’hui je peux dire que c’est un ami. »

Vera s’approcha d’Alessio et se mit derrière lui : posant son menton sur son biceps pour pouvoir regarder ce qu’il faisait. « Oui oui je sais, je pensais juste que ça pourrait être une bonne chose pour contenter tes fans. Je vérifie de temps à autres et ils sont nombreux. » Elle sourit. « Une fois que l’eau boue, tu peux mettre le riz dedans oui. »

Elle s’éloigna pour mesure le riz et versa les grains secs dans un bol.

« Tu veux regarder un film pendant qu’on mange ? À moins qu’on passe le repas à se regarder dans le blanc des yeux, à s’admirer ? On peut peser le pour et le contre aussi : savoir si on devrait prendre le dessert au lit ou rester civilisé et être à table… » Un bref clin d’œil et la voilà repartie pour aller chercher son verre de vin et prendre plusieurs gorgées. « Tu as quelque chose de prévu pour le reste de la journée ? »

@Alessio Valentini


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 722 - Points : 1726

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le Dim 10 Juin 2018 - 14:38 )
X
Vera & Alessio
Alessio ne laissait pas grand monde rentrer dans son cœur ou dans sa vie. La liste de ses amis comportait une personne, à savoir Vera. Personne n’avait réussi à briser sa carapace comme elle avait été capable de le faire. Elle avait pris une place importante dans son cœur, la même que sa sœur. Et vu l’attachement d’Alessio pour sa sœur, ce n’était pas rien. Vera était son double féminin, son alter égo.

Le côté pile de la pièce, le côté le moins torturé. Un peu comme le Ying et le yang, le côté sombre allait bien à Alessio qui pouvait être un vrai con. Il n’était pas ce type sympa qui aidait les vieilles dames à traverser, il passait à côté des vieilles sans s’arrêter ou s’il s’arrêtait c’était uniquement dans le but de demander du feu pour allumer sa cigarette.

Il était capable de créer un bouchon juste pour sauver une grenouille, se moquant bien des coups de klaxon derrière lui. C’était un emmerdeur né qui préférait et de loin les animaux aux humains. Il n’était pas le grimlins non plus, il ne terrorisait pas tout le monde. Il faisait juste comprendre aux gens qu’il ne fallait pas trop s’approcher de lui.

Il ne savait plus comment Vera était rentré dans sa vie, il ne se souvenait ni de la date de leur rencontre, ni de la façon dont ils s’étaient rencontrés. Il n’était pas doué pour tous ces trucs niais qui ne voulaient rien dire à ses yeux.

Il prouvait son amour par des gestes, pas en se souvenant d’une date débile fût-t-elle celle de son mariage. De toute manière, Alessio ne comptait pas se marier, enfin il allait bientôt être obligé de le faire, mais c’était juste un souci administratif pour lui. Il sourit au commentaire de la jeune femme, c’était flippant que le gamin s’attache autant à lui, mais il ne pouvait pas le tuer.

Je ne sais pas, tu penses que j’ai remplacé les powers rangers dans son cœur ? Je ne mens jamais, je devrais parfois. Dire à un abruti qu’il est un abruti complètement con et lui dire qu’il doit avoir des liens de parenté avec Voldemort n’est pas toujours la chose la plus intelligente qui soit. J’ai un beau bleu sur mon corps d’athlète, mais je n’en peux rien. Il ne pouvait nier sa ressemblance avec ce célèbre personnage. Je ne suis vraiment pas fait pour vivre avec des abrutis pareils.

Il lui déposa un baiser sur le haut du crâne se doutant qu’il venait de réveiller des souvenirs pas très agréable pour elle. Il l’enveloppa de ses bras la regardant faire le repas avec attention. Ne t’inquiète pas pour moi, je ne serais pas dans la même situation que toi, je n’aurais pas à produire un héritier. Et je suis désolé de ne pas avoir pu empêcher cette union débile à l’époque. Il serra Vera dans ses bras ne rajoutant rien de plus, sa culpabilité était dévorante. Il ne savait pas tout ce qu’elle avait subi et dans un sens, il ne préférait pas savoir. Il n’allait pas être dans le même cas qu’elle vu qu’il n’allait pas devoir coucher avec son mari.

Personne n’allait pouvoir vérifier s’ils avaient ou non couché ensemble et Al n’allait pas se gêner pour aller voir ailleurs. Les rares fois où il avait été en couple, il avait été d’une fidélité à toute épreuve. Il ne trompait jamais son partenaire, mais dans ce cas-là, il n’avait pas choisi le partenaire alors il ne voyait pas pourquoi il devrait être fidèle. Il n’allait pas non plus demander à l’homme d’être fidèle, chacun sa vie et on sourit devant les caméras.

Il fut bizarrement soulagé en l’entendant décrire ce démetrio comme un ami, Vera n’avait pas le droit de le remplacer. Elle était sa femme illégitime, peut-être même un peu plus, mais il ne voulait pas compromettre sa seule amitié.

Elle posa sa tête contre son bicep lorsqu’il lui avait demandé s’il devait verser l’intégralité du sel dans la casserole et elle lui confirma qu’il avait bien fait. Elle avait des méthodes de cuisson particulières, mais elle s’y connaissait bien mieux donc il suivit ses instructions comme un parfait gentleman. Il n’avait pas répondu lorsqu’elle avait parlé de ses fans, il s’en moquait bien et il se préféra se concentrer sur le riz qu’il mettait dans la casserole.

On mange en regardant un film et on finit le dessert au lit ? On peut manger dans la même assiette, je suis déjà séduit. Inutile de sortir deux assiettes, la nappe et ce genre de truc. Toi, une assiette, un bon film et la soirée sera parfaite. Il lui fit un clin d’œil buvant plusieurs gorgées du vin avant d’éteindre le riz. Il disposa le tout dans une assiette et s’installa comme promis dans le canapé avec la jeune femme. Le reste de la journée se passa ainsi, un bon moment entre deux amis et Alessio finit par s’endormir chez Vera. Il s’endormit dans le lit de la jeune femme, son corps féminin serré contre le sien.


B-Ever

.


FIN


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Tradition oblige ⁂ Alessio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Tradition oblige ⁂ Alessio -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre