Revenir en haut
Aller en bas


 

- [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 181 - Points : 830

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Lun 25 Déc - 14:39 )
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + © #CHEVALISSE
Multi-comptes : owen ivaldi, giuseppe caruso, enrik zorzi.
Messages : 706 - Points : 1213

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Lun 25 Déc - 16:05 )



Isaiah savoure ce sentiment d’allégresse, qui ravage ses sens. La jouissance est si profond, qu’il en perd toute pudeur et se laisse totalement couler dans cet océan de plénitude profonde, qui l’habite à cet instant. Cette sensation paradisiaque est exquise et s’accentue sous la caresse du souffle et des lèvres de l’artiste. Il distille dans ses veines ce bien-être auquel il devient de plus en plus accro. Sa peau frisonne, son cœur bat la chamade dans sa poitrine tandis que des gémissements presque inaudibles s’échappent de ses lèvres. Il se laisse totalement dompter par la douceur de cet homme, laisse juste ses propres doigts glisser sur la peau accessible de cet homme. C’est dans de tels moments où leur affection s’exprime réellement, sans aucun tabou et permet d’ébranler l’échine de l’autre. L’appétit vorace se transforme peu à peu en sensualité enivrante. Ils se remettent peu à peu de leurs émotions, l’un contre l’autre jusqu’à qu’ils reprennent leurs esprits, redescendent sur terre. Cela ne rend pas pour autant leur étreinte moins douce. Oskar finit par se choir à ses côtés, lui fait face tout en maintenant cette proximité physique. Isaiah le laisse faire, conserve cette réserve naturelle, mais son regard ne masque nullement le plaisir qu’il a de partager ces instants tendres à ses côtés. Son corps retrouve le sien. Il laisse le tissu chaud du plaid recouvrir sa chair, sa peau se recouvrir d’un léger frison au contact de cette peau chaude contre la sienne. Sa bouche retrouve sa comparse. Isaiah observe cet homme, répond naturellement à ce baiser qu’il désire tout autant. Isaiah en profite pour caresser innocemment la chair de cet homme. Sa main se perd dans sa nuque, sa clavicule dans de légers frôlements. Ses prunelles retrouvent la lueur claire du blond. Il se perd dans la profondeur de ces iris qui l’hypnotisent avant qu’un rire naturel ne s’échappe de ses lèvres face à ses propos. « Toi aussi. Notamment cette toile. » Il indique simplement dans un sourire mutin et présomptueux. Encore un moyen d’appuyer sa certitude concernant que cette toile le représente. « Et encore tu as plein de choses à découvrir à mon sujet pour me dépeindre à la perfection. » Son regard se fait pénétrant tandis que leurs lèvres se retrouvent de nouveau. Il lui est difficile de résister à cette bouche, à son gout particulier. Il évite de rendre leurs baisers trop sensuels afin de ne pas être de nouveau tenté par le corps de cet homme. Isaiah désire garder les idées claires après tant de ravages sur tout son être. Oskar connait son pouvoir sur sa peau et en profite totalement, bien qu’Isaiah se laisse manier sans restriction. Ses doigts glissent de manière aérienne sur ton torse épais, sa hanche, sa fesse. « J’essayerai de te prendre comme sujet de ma prochaine réalisation. » Il déclare dans un petit sourire en coin, comme si cette idée ne lui avait jamais traversé l’esprit ou qu’il ne l’avait jamais fait. Il cherche juste à taquiner cet homme, à voir ce sourire arrogant, juste pour savourer ce moment de complicité plus longtemps. Il est le seul à le rendre si serein après l’acte, comme si ces monstres dans le placard avaient disparus. A cet instant, c’est juste eux deux. Il en oublie l’émoi profond qui l’habitait à son arrivé. « Tu comptes rester ici ? » Il demande avec désinvolture pour connaitre ses plans pour le reste de la nuit. Compte-t-il rejoindre sa belle petite famille ou trainer ici, car Isaiah espère secrètement que ce sera le cas. Il veut rester avec lui pour le reste de la nuit. Il veut qu’ils s’embrassent, se caressent, se taquinent, se découvre si le cœur leur en dit avant de se laisser porter par un sommeil réparateur. Seulement, si l’artiste le désire, et ce, sans qu’il n’ait besoin de le formaliser.



L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance. (@POE, BEERUS)
Revenir en haut Aller en bas
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 181 - Points : 830

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Mer 27 Déc - 12:50 )
Il redescend peu à peu sur terre, difficilement, encore glorieux et extasié de cette joute charnelle. Oskar prolonge l’instant, son esprit toujours entièrement plein d’Isaiah. Il refuse de se laisser troubler par d’autres questions, par d’autres visages que celui fin et exquis de cet homme. Cette soirée est pour lui, Isaiah est à lui ce soir. Alors le peintre le serre contre lui, sa proie contre son corps. Il s’assure qu’Isaiah n’aille nulle part. Il s’assure surtout de ne pouvoir qu’observer ce magnifique objet de desir qui le fait fléchir à chaque fois. Isaiah l’hypnotise et c’est le seul dessein d’Oskar. Il l’embrasse, caresse doucement son dos, tout est tendre et voluptueux. Isaiah lui indique une nouvelle fois qu’il a perce un secret e cette toile sur lequel il l’a vu travaillé. Oskar le fixe mais ne nie pas cette fois-ci. « Ah oui ? Comme quoi par exemple ? » Dit il avant de rejoindre ses lèvres dans des baisers doux qui restait chaste et sage. Il lui offre un petit sourire entre ceux-ci et poursuit. «Comme pourquoi tu essaies de ne pas te laisser tenter à nouveau ? ce qui te trouble quand tu te perds dans tes pensées ? Ou pourquoi tu viens à moi avec fébrilité ? » Question rhétorique pour la plupart, il avait une bonne idée de ce qui poussait Isaiah à lui. La main de l’allemand se perd dans les cheveux courts de l’italien pour le retenir un peu contre ses lèvres avec plus de gourmandise. Un rire franc s’échappe cette fois ci a la remarque d’Isaiah. « Bien ! Comme ca elle viendra compléter ta collection et tu pourras remplir ma galerie avec ! » dit il avec une légère arrogance, certain que ce ne serait pas une première.

Son amant lui demande s’il resterait avec lui, le genre de question qui le faisait fuir habituellement, conscient qu’il devait retourner auprès de sa femme, de ses enfants alors qu’il venait de se perdre dans le corps somptueux de cet homme et de l’adorer. Oskar fixe Isaiah avec un peu plus de noirceur, car il le lui rappelle instantanément sa trahison. « Isaiah …» Il soupire et pourtant ferme les yeux et d’un léger signe de tête approuve qu’il restera auprès de lui. Le désir d’être avec lui est plus fort, insolent et envahissant. « Mais j’espère bien en être récompensé comme il se doit ! » dit il avec un sourire en venant l’embrasser avec gourmandise. Il veut prolonger cette nuit, le bien être d’etre contre lui, de le posséder aussi. Ca lui prend les tripes, ca lui tord le cœur, lui retourne l’âme comme il explose dans sa peinture. « Peut être que je pourrait finir cette toile à la perfection, qui sais ! Si tu m’aides ! »
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + © #CHEVALISSE
Multi-comptes : owen ivaldi, giuseppe caruso, enrik zorzi.
Messages : 706 - Points : 1213

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Mer 27 Déc - 13:50 )



Après la fournaise de la passion, vient l’instant de douceur. Ce subtil mélange enivrant, qui rend Isaiah à fleur de peau à chaque moment partagé avec cet homme. En temps normal, il aurait filé de l’emprise de cet homme pour reprendre ses esprits, aurait installé une barrière entre eux pour éviter qu’il y ait d’ambiguïté sur la nature de leur relation, mais cela lui est impossible. Oskar est le premier homme à lui avoir fait découvrir le plaisir de la chair en compagnie d’un homme et il est à ce jour le seul à le faire frémir de cette manière. Un pouvoir, qui se fait jour après jour, joute après joute, plus intense que précédemment. En conséquence, il se laisse dompter, laisse sa bouche valser avec sa comparse sans chercher à rendre le contact plus gourmand. Il laisse leur complicité éclaté, commence un échange empli de taquineries, auquel l’artiste répond tout en le fixant de son regard perçant, dans lequel il se perd si facilement. Isaiah lui révèle qu’il a de nombreuses choses à découvrir à son sujet et Oskar met parfaitement les doigts dessus, au point de rendre son regard plus brillant, troublé par cette aisance à entrevoir ce qu’il cache au fond de ses tripes. « Entre autre… » Il souffle contre cette bouche qui retrouve la sienne. Le baiser se fait plus gourmand et il doit admettre qu’il lui est résolument difficile de résister à l’éveil de ses sens. Il tente de reprendre ses esprits en continuant ses taquineries sans se laisser gagner par cette fébrilité. « Quelle arrogance. » Il déclare dans un sourire amusé en venant lui donner un petit coup dans l’épaule. Il s’intéresse à ses projets pour le reste de la nuit, espère une réponse qui lui permettra de profiter plus longtemps de sa présence. Une demande dissimulée sous une désinvolture, mais Oskar perce le secret de sa question, et la vérité de l’interdit de leur rencontre semble frapper son esprit à cet instant précis. De quoi le troubler un peu plus, de faire resurgir sa fébrilité, car il a la sensation d’être mis à nu, sans l’avoir désiré. Cela le désoriente totalement, mais il ne parvient pas à se défaire de l’emprise de ses lèvres qui viennent envahir les siennes. Il répond avec gourmandise à ce baiser offert, savoure le gout de cette bouche sans s’en lasser. Ses doigts se font plus présents sur sa peau. « Tu l’es déjà, non ? » Il se risque à souffler contre ses lèvres. « Récompensé ? » Il ajoute en lui faisant comprendre que s’il avait été un autre homme, il ne serait pas resté contre sa peau brûlante, n’aurait pas accueilli sa bouche sur ses traits pour lui prodiguer cette douceur exquise. Il laisse ses doigts frôler ses doigts. L’intimité entre eux devient trop profonde, qu’il ressent le besoin de s’extirper de ses bras à sa demande. Il s’échappe de son emprise. « Je vais prendre une clope. Tu en veux une ? » Il questionne pour se donner une raison de quitter son corps brûlant. Cet homme le perce trop facilement, mais lui-même l’invite à aller dans ce sens, bien que sa fierté a du mal à l’accepter. Il se lève, attrape son pantalon échoué au sol après son strip-tease. Son corps nu s’offre à la vue de son amant, dont il sent le regard sur lui. Il embrase sa cigarette sous son regard tandis qu’Oskar s’assit sur le canapé pour lui offrir une vision toute aussi appréciable. Isaiah l’observe avec attention, le cœur troublé par cet effet naturellement grisant qu’il instaure au creux de ses reins. Il fume sa cigarette et finit par rejoindre le canapé pour se loger entre les cuisses de son amant. Dos à lui, cela lui permet de garder un certain contrôle sur la suite des évènements. Il rejette la fumée nocive de sa cigarette avant de la tendre à son amant en venant déposer sa tête contre son épaule. « Qu’est-ce que tu veux savoir ? » Il questionne en venant plonger son regard sombre dans le sien. Il lui laisse poser les bonnes questions pour percer son mystère, bien qu’il ne compte pas se dévoiler totalement. « La perfection nécessite de la recherche et de l’application, donc du temps. » Il fait référence à la toile, mais indirectement à l’ambition qu’il a de le découvrir. Il lui prévient qu’il n’aura pas toutes les réponses. Il va devoir être patient. Indirectement, il garde un contrôle également. Il récupère sa clope entre les lèvres de son amant pour l’embraser de nouveau. La chaleur du corps d’Oskar contre son dos est une présence salvatrice.



L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance. (@POE, BEERUS)
Revenir en haut Aller en bas
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 181 - Points : 830

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Jeu 28 Déc - 23:49 )
Isaiah atteint gravement l’âme de l’artiste sans qu’il ne lui laisse le plaisir ou le loisir de s’en apercevoir sauf à cet instant. Maintenant qu’il confirme vouloir rester près de lui, rester plutôt que de rentrer chez lui, avec Luisa à l’esprit sans doute en train de manger ou devant la télé avec leur enfants, ou déjà couchée. Quel heure pouvait il bien être d’ailleurs. Oskar l’ignorait, s’en fichait. la nuit était tombé mais en décembre ceci était à peine un indice tant elle venait tot ! Contre la peau chaude d’Isaiah, la froideur du lit conjugal n’avait nul attrait. Alors il la chasse de son esprit, Luisa et ses trois enfants qui n’attendent pas vraiment son retour, trop habitué à ce qu’il rentre très tard voir au petit matin pour e petit dejeuner. Il les met de côté momentanément car ils reviendront, sa famille revient toujours à son esprit. Il se concentre sur Isaiah, cet homme qui l’eveille, bouleverse sa raison. Il sourit à son amant. « Ah oui ? Parce que c’est tout ce que tu comptes avoir cette nuit ? » Le questionne t’il avec une legere incertitude sur ce qu’il a voulu dire par là.

Isaiah s’echappe de ses bras pour prendre une cigarette. Oskar ne le retient pas contre lui, bien que sa chaleur vient vite à lui manquer. « Oui ! je veux bien ! » Une cigarette après l’amour, il ne dit pas non, et puis la vu que lui offre Isaiah ne se refuse pas. Il le regarde se lever pour ramasser son pantalon, mate ses fesses sans gène. Oskar le trouve sexy à souhait, mais étrangement, comme il allume cette cigarette, il le voit aussi vulnérable. Il se relève à son tour, s’assoit sur le canapé, jambes écartées, nu face à son amant. Oskar l’accueille entre elles et passe un bras autour de lui pour le maintenir conte lui, colle son ventre et son torse à la peau de son dos. Il le maintient ainsi, apprécie cette proximité et l’effet qu’il a sur lui. Il tire sur la cigarette que lui tend son amant, prend une bouffée alors que le bel italien lui demande ce qu’il veut savoir. Oskar l‘observe, cette invitation est plutôt inhabituelle de la part d’Isaiah. Il lui donne le droit de le questionner, de le découvrir et de percer son mystère. Oskar le presse un peu plus contre lui dans un geste rassurant. Il relache la fumée en rendant la clope. Il pourrait avoir beaucoup de question à lui poser, mai il est plutôt économe, et il sait que ce ne sera pas simple de le faire s’ouvrir. Alors il prend déjà son temps pour la formulation. Il a vu son trouble. « Pourquoi es tu venu me voir ce soir ? » Ce n’est pas qu’il se plaigne de sa presence, non qu’il ne la désire pas, mais il est certain qu’il a eu une raison pour cette visite.
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + © #CHEVALISSE
Multi-comptes : owen ivaldi, giuseppe caruso, enrik zorzi.
Messages : 706 - Points : 1213

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Sam 30 Déc - 15:52 )



Ils profitent de cet instant de plénitude après la luxure. Leurs corps sont détendus, savourent ces sensations exquises, qui se distillent dans leurs veines. Ils demeurent sensibles à la chair de l’autre, échangent un moment empli de douceur et de complicité. Cela est chamboulant pour le plus jeune, mais cela l’intrigue profondément au point de vouloir rester à ses côtés. Oskar l’attire comme un aimant et il a profondément du mal à résister à cette attraction. Oskar accède à sa demande dissimulée, ce qui ne fait qu’accentuer le trouble que la clairvoyance du plus vieux provoque en lui. « Qui sait ? » Il provoque avec ce ton empreint de mystère. Il le provoque tout en sachant parfaitement que l’appel brûlant de leurs chairs, les poussera à s’embraser de nouveau. Seulement, il veut repousser cet instant. Il ne peut tolérer d’être si faible face aux caresses de cet homme. En conséquence, il s’extirpe de ses bras pour reprendre contenance, prendre une cigarette qu’il embrase loin de son amant. Son regard observe avec attention ce corps qu’il désire depuis quelques mois, sans l’avoir désiré. Un désir insatiable, qui se fait de plus en plus brûlant. Il finit par rejoindre son amant, recherchant cette proximité avec ce corps, qu’il désire ardemment. Il savoure cette présence, lui propose de se livrer à des confidences, puisqu’il semble vouloir le découvrir. Il lui tend la cigarette, la reprend avec cette nonchalance qui le caractérise. Oskar se lance dans ses interrogations, revient sur la raison de sa présence en ces lieux. Il sait qu’il désire la vraie raison, pas celle qu’il a évoqué à son arrivée dans l’atelier. Isaiah garde le silence quelques secondes, inspire la fumée nocive de sa cigarette avant de s’exprimer. « J’avais besoin de me changer les idées. » Il déclare dans une voix assez lointaine. Il est avare en détails, mais a besoin de temps pour cracher le morceau. « Mon instinct m’a mené jusqu’à cet atelier. J’avais envie de te voir. » Il ajoute en venant consumer de nouveau sa cigarette. « Évacuer par un moyen ce sentiment d’impuissance. » Il poursuit en venant poser plus confortablement sa tête contre son épaule. Il expire la fumée vers le plafond, sent le trouble l’assaillir de nouveau. « Ma meilleure amie a été kidnappé lors d’un voyage. Elle a disparu durant près de trois ans, mais a été retrouvé vivante. Elle est encore très faible, mais semble tellement avoir souffert. » Sa voix est teintée d’une fébrilité profonde. Il s’arrête dans son récit, car il se sent incapable de poursuivre sans laisser son émoi exploser. Il ne veut pas craquer, mais est tellement frustré et en colère face à cette impuissance qui le gagne, la même qu’il ressent à chaque fois qu’il pense à Iris. Cela le rend tellement dingue, sans que personne ne le sache.



L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance. (@POE, BEERUS)
Revenir en haut Aller en bas
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 181 - Points : 830

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Mar 2 Jan - 12:21 )
Enivrer du corps d Isaiah, la douceur s’installe entre eux, un temps de pause avant qu’il ne retombe dans cette débauche. Oskar sait qu’ils s embraseront à nouveau il sait qu’il le prendra à nouveau même si son amant le taquine un peu. Pourtant ils ne résisteront pas à l’envie de baiser, de se perdre dans la luxure qui lui évite de penser pourquoi il préfère rester avec lui plutôt que de rentrer chez lui auprès de ses enfants et sa femme.  Une question auquel il ne donne pas de réponse,auquel il s’interdit de penser. Les réponses sont parfois plus effrayantes que l’indifférence. Il le désire, point! Heureusement Isaiah lui offre la possibilité de divertir son esprit de ces interrogations.  D abord par ce corps somptueux, luisant après le sexe, puis en acceptant de se dévoiler. Isaiah autorise Oskar à le questionner. Des questions, il pouvaient en avoir des tonnes,des plus insignifiantes qui soient.Mais comme le jeune homme était blotti contre lui, Oskar part à la recherche d informations beaucoup plus précieuses,  ce qui l avait poussé à lui aujourd'hui. Il n’avait pas été satisfait de sa première réponse,  avait bien senti sa partialité.  Isaiah reste évasif mais Oskar ne dit rien. Il garde un bras autour de lui, pose son regard sur le visage d’Isaiah, sur son joli nez pointant vers le plafond.  Il attend simplement la suite et elle vient. Il lui explique être venu ici instinctivement. Oskar sent ses entrailles rugir à cet aveu, et ressert son étreinte autour de lui. Oskar se fait refuge pour Isaiah.

Puis il lui explique le sentiment d impuissance qui l’envahit. Sa meilleure amie avait disparu il y avait plusieurs années. On l avait retrouvée mais si faible. Sa fébrilité ébranle l’artiste. Il ne s’attendait pas à de si grave cause quand il lui avait posé, avec un peu de provocation, la question. Il  avait sensiblement observé le trouble du barman mais aurait-il pu imaginer un tel scénario ? Non. Pourtant il ne comprenait pas tout à fait. Il avait déjà eu des frayeurs d avoir perdu un de ses enfants de vus, s’imaginant alors le pire, et la joie de les retrouver sain et sauf quelques minutes après lui suffisait pour comprendre la joie et le soulagement qu il devait éprouvé. Toutefois ,fort heureusement il n avait jamais vécu une situation comme celle-ci et ne pouvait qu imaginer la colère, la rage, la tristesse et l’impuissance. Il passa sa main sur son bras avec douceur. Les mots semblaient inutiles, déplacés. Oskar l’enveloppe doucement, sa joues vient se coller à son front. « Je voudrais brûler ses ravisseurs, si c’était un de mes enfants. Si on leur avait toucher un seul cheveux.» finit-il par affirmer très sérieusement, le regard féroce malgré leur reflet azur. Il pose ses lèvres sur ses cheveux avec une tendresse déconcertante face à la violence de ses paroles. « Je voudrais leur faire la peau ! » Mais sans doute ne le pourrait-il pas, il faut se retrouver face à face pour ça, pouvoir faire justice soi-même. Si la loi italienne ne le permettait pas, les règlements de compte fleurissaient dans la ville mafieuse. Il laisse le silence envahir la pièce, gardant l’étreinte autour de lui, en lui laissant tirer sur sa cigarette. Il sent qu’il en avait bien plus besoin que lui alors il lui offre juste cette épaule, cette étreinte, cette intimité. Il entend son cœur battre lourdement contre le dos d’Isaiah,« Ellle doit être si forte ! » il hésite et puis poursuit. « Tu dis qu’elle a été retrouvée en vie ? On a pu arrêter ses ravisseurs ?  Quand est ce qu’elle est revenue ?»
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + © #CHEVALISSE
Multi-comptes : owen ivaldi, giuseppe caruso, enrik zorzi.
Messages : 706 - Points : 1213

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Mar 2 Jan - 12:55 )



Il se dévoile, sans trop savoir pourquoi, sans doute poussé par ce besoin d’évacuer toute cette frustration hors de sa poitrine. Pourtant, en réalisant ses confidences, ses émotions se retrouvent avivées, plus éclatantes encore qu’auparavant. Il se concentre sur l’embrasement de sa cigarette, laisse la fumée nocive s’immiscer dans ses poumons. Cela lui permet de garder un certain contrôle sur la fébrilité qui le gagne, toujours un peu plus forte. Oskar demeure silencieux quelques secondes, sans doute surpris par le contenu de ses propos. Isaiah ne lui en tire pas rigueur, car cela lui permet d’amoindrir ce trouble qui l’assaille avec force. Il s’enivre juste de la chaleur de son corps contre le sien. Sa peau frémit sous la caresse des doigts fermes de l’artiste sur son bras. Cette douceur a toujours le ton de lui retourner les tripes. Oskar rend l’étreinte plus intime, pose sa joue contre son front et Isaiah se retrouve prisonnier de ses bras forts et apaisants. Il l’enveloppe de sa couverture naturelle. Isaiah ne ressent pas la même violence envers les ravisseurs. Il les déteste, leur souhaite de vivre pareilles atrocités, mais ne ressent nul besoin de les réaliser. Ce qui le rend si amer et démuni, c’est la lueur qu’il a perçu dans le regard de sa meilleure amie. Il inspire profondément, appréhendant particulièrement les mois à venir. Il a peur que cet enfer ne soit complètement changé sa meilleure amie, que l’amnésie cache des sévices atroces et que retrouver ses souvenirs à un moment ou un autre, la plonge dans des abimes plus profonds. Il craint l’impuissance passée, présente et future, devenue une telle fatalité pour Isaiah qu’il a appris à vivre avec, sous peine de finir dénuer de tout espoir. « Elle l’est, l’a toujours été. » Il déclare dans une voix faible. Il espère qu’elle le restera, bien qu’il l’ait senti si faible lors de cette rencontre. « Je ne sais pas. » Il murmure lorsque son amant évoque l’arrestation des ravisseurs. « Je ne saurai le dire. Elle a été kidnappée dans un pays en guerre, sans doute qu’ils sont morts et tant mieux. Ils ne pourront plus faire de mal à personne. » Il déclare en venant fumer sa cigarette. Sa voix est un peu plus acerbe. « Elle a été rapatriée, il y a une semaine. Elle a dû subir pas mal de soins et d’examens. Elle en a grave bavé. » Il ne détaille pas toutes les séquelles qu’il a aperçu, car le faire ne ferait qu’accroitre cet émoi qui lui prend la gorge. « J’ai pu la voir qu’aujourd’hui. C’est juste qu’elle avait l’air si faible… » Sa voix est teintée de tristesse alors qu’il continue de fumer sa cigarette pour amoindrir son émotion. Il a peur de l’avenir qui attend son amie, le fait qu’elle va découvrir que son petit ami de l’époque a refait sa vie sans elle, qu’elle va devoir rebâtir sa vie sur des cendres d’une vie passée, qui ne sera plus jamais la sienne. C’est une cruelle épreuve qui attend Amara et il aurait aimé lui épargner. « J’ai juste besoin de diriger tout cela. » Il conclut sans trop vouloir rentrer dans les détails de tout cela. C’est un combat qu’il va devoir mener avec elle. Oskar n’est pas directement concerné par cela. Le seul rôle qu’il veut qu’il ait, c’est celui de lui changer les idées. « Une autre question ? » Il finit par exprimer en venant écraser sa cigarette dans un cendrier situé non loin d’eux. C’est un moyen pour lui de changer de sujet.



L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance. (@POE, BEERUS)
Revenir en haut Aller en bas
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 181 - Points : 830

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Mar 2 Jan - 16:25 )
Oskar ne pensait pas aller sur un terrain si sensible, si intime. Il accueille avec surprise les paroles de son amant. Elle le chamboule, par leur contenu autant que par leur existence même. Il découvre chez Isaiah une fébrilité inattendue dans ces confidences profondes. Une nouvelle intimité est atteinte, plus celle du corps, celle de l’esprit. Ils ne se connaissent pas depuis bien longtemps, bien sur leur âmes d’artiste se touche mais leur relation restait particulièrement physique. Jamais encore ils n’avaient aborder leur secret, leur faiblesse. L’âme paternel d’Oskar fut la première à prendre la parole, la rage qu’il aurait si on les lui prenait, les abîmait. Cette rage, elle grondait en lui sauf qu’il n’y avait pas de responsable à la mort de Katia, personne contre qui la tourner. Serait ce plus simple, plus satisfaisant de pouvoir se venger. En tout cas, l’envie ne manquerait pas si on s’en prenait à l’un de ses trois autres enfants. Mais il se laisse à présent attendrir par le regard troublé d’Isaiah. Il le questionne, aimerait en savoir davantage sans le forcer pour autant à lui en parler ou le presser. Il le garde contre lui, admire la force dont doit faire preuve la jeune fille qui est sorti de l’enfer, tente de l’apaiser avec le sentiment que justice sera faite. Mais Isaiah ignorait ce qui leur était arrivé, elle avait eté prise dans un pays en guerre, rapatriée il y avait une semaine pour recevoir soins et examen. Isaiah l’avait vu qu’aujourd’hui. Oskar l’écoutait sans l’interrompre dans une étreinte ferme. La tristesse perce dans sa voix et noue la gorge d’Oskar. « Je suis sur qu’il vont la remettre sur pied ! elle est en sécurité maintenant, et plus important, bien entourée. » il lui souffle d’une voix rassurante, elle a au moins un homme sur qui compter à sa connaissance, et il ne doute pas de la famille et une équipe de professionnel. Il le rappel à Isaiah pour l’apaiser même si c’est un faible soulagement, il s’en doute. Il laisse sa main rejoindre celle de son amant, mêle ses doigts au sien. Oskar comprend qu’Isaiah ne veut pas s’étaler sur le sujet alors il n’insiste pas, ne relance pas le sujet quand il lui demande s’il a d’autre question, au contraire, il va trouver un sujet plus léger et provocateur pour libérer son esprit. « Tu voudras que je vienne poser comme modèle pour ta toile à mon sujet ? Ou bien tu préfères travailler à partir de photos ?» Il sourit. "Tu les garderas pour tes plaisir solitaire"
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + © #CHEVALISSE
Multi-comptes : owen ivaldi, giuseppe caruso, enrik zorzi.
Messages : 706 - Points : 1213

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le Mar 2 Jan - 16:55 )



Le sentiment qui l’assaille est troublant. Il ressent à la fois soulagement et frustration d’aborder le sujet d’Amara de vive voix. Il sait que le combat que va mener sa chère et tendre amie va être long et difficile. Elle va connaitre une grande période d’incertitude, peut être même de douleur. Il sera là pour elle, c’est une certitude, mais il ne peut pas s’empêcher de ressentir une certaine amertume se tapir dans ses veines. Il ne veut pas laisser cette fébrilité contrôler ses sens et le faire craquer. En conséquence, il se contente juste de hocher la tête aux propos de l’artiste. « Oui. » Il murmure dans un faible sourire. Il n’a aucun doute que sa meilleure amie sera assez forte pour surmonter tout cela, mais il sait que le chemin pour surmonter tout cela sera loin d’être facile. Il aurait aimé pouvoir lui épargner cela, mais il sait bien que cela est utopique. Il est sensible à l’approche de l’artiste, a la manière qu’il a de le serrer contre lui, d’embrasser ses cheveux ou de lier ses doigts aux siens. L’intimité entre eux devient plus profonde lors de cet échange et cela a quelque chose de particulièrement troublant pour Isaiah. Il laisse son rire s’échapper de ses lèvres face aux questions de son amant. Elles le provoquent facilement et cela lui fait du bien. Il sourit, les traits légèrement plus détendus. « Qui a dit que je comptais effectivement la faire ? Tu deviens très présomptueux. » Il ajoute pour le provoquer en le sondant de son regard sombre et ténébreux, mais empreint d’une certaine malice. « Tu peux effectivement me tenter par des photos. J’aviserai si je tente ou non l’expérience. » Il ajoute dans un petit sourire en coin en venant le détailler avec défi. Il se décale même pour pouvoir admirer ses formes. « Tu crois que je fantasme sur toi lors de mes plaisirs personnels ? » Il provoque de nouveau en faisant l’homme outré. « Tu aimerais être le sujet de mes désirs secrets, car je le suis. Tu te branles en pensant à moi ? » Il questionne à son tour, car il est à la fois intrigué et amusé. Au fond de lui, il sait que l’idée de devenir un symbole de fantasme pour l’artiste lui est plaisante et l’exciterait. Il n’y peut rien, cela le soulagerait de savoir qu’il n’est pas le seul à se damner dans des caresses intimes en pensant à lui. « A la manière dont tu veux prendre mes reins. » Et il rend l’échange de nouveau plus ambigu, malgré lui, de manière instinctive, car l’envie reprend le dessus sur ses pensées troublées. Il est tellement bon de sombrer en l’enfer avec lui.



L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance. (@POE, BEERUS)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [TERMINE] I can read trouble on your mind - Isaiah STEFANO -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli