Revenir en haut
Aller en bas


 

- (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vincenzo CafarelliToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2041-vincenzo-o-take-words-out-of-m http://www.ciao-vecchio.com/t2050-vincenzo-o-dancing-with-myself#50212
ID : mrs.chaplin (pascale)
Faceclaim : taron egerton + ava by mittwoch and crackship by mrs.chaplin + gif found on tumblr
Multi-comptes : donatello, frederico & vito
Messages : 578 - Points : 478

Âge : trente-deux ans.
Métier : passionné de danse, il arrive maintenant à en vivre en tant que danseur au teatro.
Sujet: (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana ( le Jeu 14 Déc - 19:47 )


lana & vincenzo
i've been missing your smile and your stupid jokes

Lana m’a manqué. Énormément. Et même si on pouvait tout de même se parler à travers diverses applications, ce n’est pas la même chose. Sa présence me manque, ses câlins, sa personne tout simplement. J’ai beau m’être rapproché des autres danseurs, ils n’arrivaient pas à la cheville de ma meilleure amie. Nope ! Elle est unique. Bonne ou mauvaise chose : telle est la question. De plus, durant ces deux ans, j'ai changé. Du moins, je crois. Je suis un peu plus libre, un peu plus moi. Bon, à ses yeux je serai le même, car j'ai toujours été moi-même avec elle, mais bon. Alors, pour mon retour, j’ai eu l’envie de lui faire une surprise. Parce que c’est Noël et que j’ai envie d’arriver comme si Papa Noël m’avait ramené. J’aurais pu y aller gros, frapper à sa porte, me cacher dans une boîte en forme de cadeau et en bondir en criant : « SURPRISE ! » Mais non. Flemme. De plus, j’ai perdu un peu de temps à cause de l’intrus que j’ai surpris chez moi. Apparemment, il squatte depuis quelques temps, mais ma chère meilleure amie m’a dit s’en être débarrassé. Mouais... Clairement pas le cas, hein ! Je ne sais pas si elle m’a menti ou si elle croyait réellement l’avoir fait fuir. Mais j’ose espérer que c’est la deuxième option, car sinon, à cause de son mensonge, je n’étais pas préparé et j’ai vu le kiki de ce gars. PAS COOL LANA ! Puis, la connaissant, je la vois bien avoir menti pour éviter d’interrompre ma journée à cause de ce squatteur. Enfin, bref.

Je me mets en route vers chez elle après avoir « géré » la situation. Je me stationne devant chez elle et aperçois sa voiture. Je me demande si le fameux Erio, avec qui il ne se passe rien de sérieux, on y croit on y croit, est là. En espérant que non, sinon, on ne pourra pas discuter tranquillement. Pas que je ne veuille pas le rencontrer, mais pour les retrouvailles, je le préfère absent. Sorry Erio ! Je sors mon portable et compose son numéro. Aucune réponse. ROH ! Je réessaie et cette fois, elle réussit à répondre. « Six jours !! » Je m’exclame avant même d’échanger des politesses. Après tout, on a passé le stade des « Ça va ? » inutile. On se connait assez pour le savoir si ça ne va pas. « J’ai un service à te demander. » Pas vraiment, mais j’ai besoin de la faire sortir de son appartement. « J’ai commandé un truc en ligne et je l’ai fait livrer à ton adresse, il était censé arriver aujourd’hui, tu peux aller vérifier s’te plait ? » Sur ce, je sors de ma voiture pour m’approcher de son immeuble. Je garde une certaine distance, mais pas trop loin pour la voir descendre les escaliers à travers la vitrine de la porte. Un sourire se dessine sur mes lèvres lorsque je la vois. Elle en train d’ouvrir la boîte aux lettres lorsque je viens frappe sur la vitrine. À défaut de ne pas avoir fait ma surprise avec l'énorme boîte cadeau, je veux tout de même faire un truc cool et mignon. Faut remercier les vieux films d'amour à l'eau de rose pour l'inspiration. Faut simplement enlever l'aspect amoureux, parce que... ouais, non. Il n'y a pas ce genre d'amour entre nous. Je suis mignon comme ça, que voulez-vous. Et puis, c'est bientôt Noël ! Je peux me permettre de faire une surprise digne de ce nom. Je suis comme un cadeau arrivé plus tôt que prévu. Ce qui veut dire que je n'ai pas besoin de lui en acheter un, c'est ça ?

code & crackship by mrs.chaplin




something just like this
Roberto & Vincenzo ☽ All I want is nothing more to hear you knocking at my door. 'cause if I could see your face once more, i could die a happy man I'm sure.


Dernière édition par Vincenzo Cafarelli le Mar 13 Mar - 2:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2752 - Points : 2944

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana ( le Ven 15 Déc - 17:15 )
Un film de filles, un gros plaid, Berlioz son petit chaton sur ses genoux… Voilà une soirée classique pour une Lana qui profite de l’appartement vide. Ce soir, Erio est en service et Emma est occupé avec son homme. Tant pis. Love Actually se regarde très bien toute seule, un classique pour l’Italienne quand on s’approche des fêtes de Noël. Seulement, à peine installée, la jeune femme se rend compte qu’il manque quelque chose… Posant la petite boule de poil avec délicatesse sur le canapé, Lana se dirige dans la cuisine, fouille les placards et revient avec un paquet de fraise tagada. Voilà qui est mieux. Quand elle reprend place dans le salon, son regard est immédiatement attiré par son téléphone qui s’est éclairé. Un rapide coup d’œil et son cœur se met à battre un peu plus fort. Elle vient de louper un appel de Vincenzo. Vincenzo, son double diabolique, ce meilleur ami qui lui manque tant depuis son départ pour l’Europe. Pas même leur habitude de s’envoyer une photo par jour pour résumer leur journée, ou encore leurs nombreuses conversations vidéo qu’ils avaient pu avoir pendant sa tournée, n’avait réussi à totalement combler le manque de sa présence physique. Son regard, son sourire, sa manière de se moquer d’elle en lui envoyant un léger coup de coude. Imaginez donc quand elle avait appris qu’il ferait finalement son retour, dans quelques jours. Elle en avait sauté de joie, éclatant au passage une lampe qu’elle avait fait tombée d’un mouvement de bras trop brusque, provoquant au passage les yeux levés au ciel de son colocataire. Pas plus, Erio étant habitué à sa maladresse légendaire. Et elle ne lui fait pas défaut non plus aujourd’hui quand, sous le coup de l’excitation, elle manque de faire tomber son portable en voyant un nouvel appel de la part de Vince. Portable qu’elle rattrape in-extrémis, parvenant enfin à répondre à l’appel cette fois. « Encore six jours ! Ca ira tellement mieux quand je pourrais te voir en face à face ! » Dit-elle, trépignant d’impatience comme un enfant le matin de Noël. Ce retour de Vince, encore plus à l’approche des fêtes, elle n’aurait pas pu rêver mieux, franchement. Pour une Lana, véritable hystérique des fêtes de fin d’années, c’est un cadeau qui tombe à pic.

« Alors comme ça tu m’appelles pour me demander un service et pas pour simplement entendre ma jolie voix. Charmant. » Elle le taquine, alors qu’elle écoute sa demande. « Ca marche, je descends tout de suite, reste en ligne, je te dis ça. » Lana enfile rapidement une paire de basket qu’elle ne prend pas la peine de lacer, avant de descendre les escaliers rapidement. Une fois arrivée en bas, elle marche sur un de ses lacets et manque de tomber, se rattrapant aux boîtes aux lettres. Là, elle range rapidement ses lacets à l’intérieur de ses chaussures avant d’entreprendre d’ouvrir la boîte aux lettres. Toc toc. Son cœur se stoppe un instant après que sa tête se soit tournée à l’origine du bruit. Vince. Il est là, derrière la vitre sécurisée de son hall d’entrée avec ce même sourire charmeur qui le caractérise. Lana ne bouge pas un instant, les yeux brillants, alors qu’elle se met à sourire, enfin, courant en sa direction. Elle lève la sécurité de la porte, l’ouvre d’un geste impulsif avant de lui sauter dans les bras. Et par sauter dans les bras, j’entends par là, littéralement. Ses jambes entourent la taille de son meilleur ami alors que ses bras se mettent autour de son cou. « Bon sang t’es là ! » Dit-elle alors qu’excitée comme une puce, elle se sert contre son meilleur ami avant d’ajouter rapidement. « Si tu me dis que je suis trop grosse à porter, je te tue. » Un sourire s’installe sur son visage. Vincenzo fait parti de ses rares exceptions à pouvoir faire des blagues sur son poids sans qu’elle ne prenne la mouche. Avec les autres, au vu de son passif avec Fabio et de l’image de son corps déformée que son ex a bien pu lui laisser, c’est plus difficile de relativiser. « Tu m’as manqué en tout cas. Tu sais que j’ai failli faire une crise cardiaque tout à l’heure, espèce de crétin. » Cette surprise en était vraiment une, pour le coup. Et Lana est plus que contente de revoir son ami avec plusieurs jours d’avance. Finalement, l’Italienne se décide à retrouver terre et lâche son étreinte autour du corps de son meilleur ami. « Il était trop énorme ton colis pour passer dans la boîte aux lettres. » Une petite blague au passage, alors qu’elle prend une minute pour observer ses traits. Il n’a pas bougé d’un pouce… En même temps, leur dernière conversation Skype remonte à moins d’une semaine. « Bon allez rentres maintenant, tu vas avoir froid. » Dit-elle, telle une maman poule, avant de l’amener à l’intérieur, le guidant jusqu’à son appartement. Ils ont tellement de choses à rattraper, tous les deux.

Spoiler:
 


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Vincenzo CafarelliToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2041-vincenzo-o-take-words-out-of-m http://www.ciao-vecchio.com/t2050-vincenzo-o-dancing-with-myself#50212
ID : mrs.chaplin (pascale)
Faceclaim : taron egerton + ava by mittwoch and crackship by mrs.chaplin + gif found on tumblr
Multi-comptes : donatello, frederico & vito
Messages : 578 - Points : 478

Âge : trente-deux ans.
Métier : passionné de danse, il arrive maintenant à en vivre en tant que danseur au teatro.
Sujet: Re: (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana ( le Sam 3 Fév - 7:21 )


lana & vincenzo
i've been missing your smile and your stupid jokes

« Encore six jours ! Ça ira tellement mieux quand je pourrais te voir en face à face ! » À l’autre bout du fil, je souris et tente de jouer le jeu. J’ai limite envie de gâcher ma surprise et de lui dire que je suis là, mais NON ! Un peu de self control. Je suis en face de chez elle, je peux attendre quelques minutes de plus pour avoir une meilleure réaction quand même. Mais sur ça, elle avait entièrement raison. Tout ira tellement mieux lorsqu’on pourra se voir, ailleurs que sur un écran. « Alors comme ça tu m’appelles pour me demander un service et pas pour simplement entendre ma jolie voix. Charmant. » Je ris. En roulant les yeux. Comme quoi je devais lui dire que je l’appelais pour l’entendre parler. « Faut bien qu’tu me sois utile. » Je plaisante à mon tour. Puis, au nombre de fois qu’on se parle, sa « jolie voix » vient toujours me réconforter. Qu’elle soit là ou non, sa voix est toujours présente dans mon esprit, prête à me réconforter en me rappelant des souvenirs ou des conseils venant de la brunette. Bref, elle fait ce que je demande sans râler plus qu’il ne faut. Enfin, rien de bien sérieux qui me pousse à croire que je la dérange. Et comme le meilleur ami que je suis – oui, oui -, je viens la retrouver à la porte de son immeuble pour la prendre par surprise. Sa réaction prouve que j’ai réussi mon coup. Héhé ! Elle ouvre la porte et vient sauter dans mes bras. On peut remercier la danse pour m’empêcher d’échapper ma meilleure amie sur le sol et de faire de rendre ce moment spécial. Pas que dans le cas contraire, ça n’aurait pas été un beau moment, mais disons que ça serait plus drôle que chou. Bras entourés et serrés fort autour de chacun, on s’accroche comme si nous n’allions jamais nous lâcher. C’est à ce moment que je réalise qu’elle m’a manqué plus que je croyais. Son parfum vint à mes narines, me rappelant mon chez moi, ma zone de confort. « Si tu me dis que je suis trop grosse à porter, je te tue. » Je ris à nouveau, parce qu’elle est drôle comme ça, voilà. « Mais non. T’es pas grosse. Un peu lourde, mais pas grosse. » Je la taquine, sans être trop méchant non plus. Puis, elle sait que je plaisante, quand même. Je lui dirai jamais un truc comme ça si c'était pour être méchant. « Tu m’as manqué en tout cas. Tu sais que j’ai failli faire une crise cardiaque tout à l’heure, espèce de crétin. » Et j’en suis fier ! J’eus le résultat anticipé. En même temps, je l’aurais pris personnel si elle n’avait pas agi ainsi en mode « Ah cool, te voilà. » et c’est tout. Mon retour surprise mérite une bonne réaction quand même. « C’était pas facile ! Ça fait au moins un mois que je garde le secret. J’en pouvais plus. J’avais trop hâte de voir ta réaction. Du coup, j’me suis dit que c’était le moment de sortir le grand jeu. » Parce que nous, les artistes, on aime faire les choses en grand ! Elle se détache et bien que j’aurais pu la garder dans mes bras un peu plus longtemps, je l’aide à retrouver sol. Maintenant que je suis là, on peut faire ça n’importe quand, n’importe où. Elle fait une petite blague, je fais mine d’être vexé et vient l’imiter. « C’est moi qu'tu traites de grosse ? » Elle m’invite à rentrer. C’est vrai qu’il fait un peu froid. Pas de là se geler le cul, mais je préfère tout de même continuer la conversation à l’intérieur. On monte à son appartement. « T’es seule à l’appartement en ce moment ou je dois préparer l’interrogatoire d’Erio plus rapidement que prévu ? » Je dois tout de même apprendre à le connaître et m’assurer que c’est quelqu’un de bien. C’est mon devoir en tant que meilleur ami, quand même ! Pour l'interrogatoire, je plaisante, bien entendu. Je vais pas me la jouer grand frère protecteur et lui faire peur - même si je lui loin d'être le gars intimidant. Mais reste que je veux me faire mon opinion de ce mec. Il semble être quelqu'un de bien, mais reste que j'ai eu la version Lana et parfois, elle s'inspire des Disney pour me raconter un truc aussi banal alors voilà. Sait-on jamais ! « Parlant de ‘colocataire’, j’ai rencontré le fameux squatteur. Je croyais que tu l'avais fait fuir ? » Si la rencontre avec ce gars avait été un peu moins... comment dire... choquante, ça ne m'aurait pas tant dérangé. Mais là, je l'ai vu nu et cette image ne semble pas vouloir quitter mes pensées. C'est déstabilisant...

code & crackship by mrs.chaplin




something just like this
Roberto & Vincenzo ☽ All I want is nothing more to hear you knocking at my door. 'cause if I could see your face once more, i could die a happy man I'm sure.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2752 - Points : 2944

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana ( le Sam 10 Fév - 15:56 )
Une surprise à laquelle elle ne s’attendait pas du tout, voilà ce à quoi Lana est en train de faire face à cet instant précis, quand elle voit le joli minois de son meilleur ami à quelques mètres d’elle. Au-delà du fait que Lana a plutôt été du genre à toujours aimer les surprises, il faut bien avouer que celle-là en est une vraiment bonne. Certes, la date de leurs retrouvailles était déjà censée être proche, dans tous les cas, mais la voir avancer de quelques jours et pouvoir serrer son ami dans ses bras plus tôt que prévu est une sensation vraiment grisante pour la jeune femme. Ses doigts se crispe sur ses vêtements alors qu’elle profite quelques instants de cette étreinte qu’elle lui impose mais à laquelle il ne semble pas rechigner. « Non je ne suis pas « un peu lourde » non plus. Je suis légère comme une plume. » Un franc sourire s’impose sur son visage alors qu’elle reprend ses repères à la vitesse de l’éclair. Cela fait une éternité qu’ils ne se sont pas vraiment vu en chair et en os mais, d’un autre côté, c’est comme si c’était hier qu’il s’était quitté. Les bonnes vieilles habitudes et les taquineries qui vont avec reprennent très vite leurs droits. « Un mois ? Tu m’as menti pendant un mois ? Mais tu es inhumain, ma parole ! » Lance-t-elle, lui adressant une petite tape sur l’épaule juste après s’être retrouvée sur ses deux pieds. Elle tente de le faire culpabiliser un instant de lui avoir caché la vérité pendant tout ce temps mais le fait est que sa volonté de vouloir sortir le grand jeu comme il le dit est plutôt mignonne. Mieux encore, la jeune femme est au fond touchée par le petit scénario qu’il a mis en place spécialement pour elle. « Mais c’était une super surprise, c’est vrai. » Et à présent qu’il est là, elle compte bien profiter de sa présence un maximum. L’idée de l’avoir à proximité de nouveau, de pouvoir lui rendre visite à l’improviste, comme avant, la comble de joie par avance. Nul doute qu’il va devoir s’habituer à la Lana pot de colle pour au moins un bon mois à venir. « Bon même si je n’aurais pas dit non à quelques jours supplémentaires tranquille, quoi…» Ne peut-elle pas s’empêcher d’ajouter pour le taquiner. Bien au contraire, elle n’est que trop heureuse de ce petit délai supprimé. « Hé, je ne parles pas du tout comme ça, je te signale ! » Lance-t-elle face à son imitation qui, bien qu’elle ne veut pas l’admettre est plutôt bien réussie. Bien qu’elle fasse mine de se vexer, elle l’invite quand même à monter rapidement, histoire qu’il puisse s’installer confortablement pour rattraper le temps perdu. Mais alors qu’ils sont en chemin pour le second étage où se trouve son appartement, Vince ne peut s’empêcher de s’enquérir au sujet de la présence éventuelle de son colocataire, ce qui la fait plus que sourire. Il peut être parfois tellement protecteur avec elle. « On est tous les deux, on est tranquille. Et molo sur l’interrogatoire hein. D’habitude, tu sais, il est plutôt amené à les faire qu’à y répondre. » Et elle s’inquiète d’avance quant à la manière dont pourrait répondre Erio aux questions de son meilleur ami. Elle sait à quel point il peut être bougon parfois et, s’il n’a pas bronché lors de l’interrogatoire de son père, elle n’est pas certaine qu’il prenne autant de gants avec Vincenzo. Mieux vaut qu’elle s’efforce à ce qu’il soit dans les meilleurs dispositions avant une rencontre entre ces deux-là. « Attends quoi ? » Lana marque un arrêt une fois arrivée sur le palier alors que Vincenzo lui parle du « squatteur ». Squatteur dont elle se rappelle comme si c’était hier : belle gueule et qui le sait, dragueur, charmeur… au point où il avait réussi à la faire douter sur les raisons de sa présence dans l’appartement pendant plusieurs longues minutes. « Mais si, je l’avais fait fuir, je te jure ! » Lance-t-elle, alors qu’elle ouvre enfin la porte de son appartement, faisant signe à Vincenzo de pénétrer à l’intérieur. « Mais comment ca s’est passé ? Est-ce qu’il est parti sans demander son reste ? Est-ce qu’il a été agressif ? » Non pas qu’elle se souvienne de lui comme d’un homme particulièrement menaçant. C’était plutôt elle qui l’avait menacé de le couper en deux avec son parapluie, en fait.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Vincenzo CafarelliToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2041-vincenzo-o-take-words-out-of-m http://www.ciao-vecchio.com/t2050-vincenzo-o-dancing-with-myself#50212
ID : mrs.chaplin (pascale)
Faceclaim : taron egerton + ava by mittwoch and crackship by mrs.chaplin + gif found on tumblr
Multi-comptes : donatello, frederico & vito
Messages : 578 - Points : 478

Âge : trente-deux ans.
Métier : passionné de danse, il arrive maintenant à en vivre en tant que danseur au teatro.
Sujet: Re: (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana ( le Mer 21 Fév - 5:27 )


lana & vincenzo
i've been missing your smile and your stupid jokes

Entre nous, les insultes se trouvent être des compliments remplis d'amour. Du coup, lorsqu'elle me saute dans les bras, je m'accroche à elle et me permet de faire un petit commentaire sur son poids. Pour ma défense, elle a ouvert la porte. Si elle n'avait pas parlé du sujet, je n'aurais rien dit. Ou peut-être que oui… Peu importe, ce n'est pas vrai. Car si elle est considérée comme étant grosse, je suis obèse morbide et j'approche la mort, je vous le jure ! Bref, on a beau avoir passé des mois sans se voir (ailleurs que sur écran), on reprend là où on s'est laissé, comme si je n'étais jamais parti. « Un mois ? Tu m'as menti pendant un mois ? Mais tu es inhumain, ma parole ! » Je secoue doucement la tête, feintant être déçu de moi-même. « T'as vu ? Voyager m'a changé. » Je plaisante, malgré la vérité derrière ces mots. Non, je ne suis pas inhumain, c'est plutôt le contraire. Pendant la tournée, je ne me suis jamais senti plus humain, plus libre… plus moi ! J'aurais voulu qu'elle soit là, avec moi, pour le voir, mais surtout pour vivre ces moments avec elle. Mais bon. Elle y était, d'une certaine façon. Je souris fièrement lorsqu'elle qualifie ma surprise comme étant « super ». Je sais, je sais. Je suis le meilleur ! Mais avant que je puisse ajouter un commentaire dans le genre, elle dit qu'une semaine de plus sans moi ne lui aurait pas dérangé. That bitch ! J'entre-ouvre la bouche, affichant un air vexé. « Si c'est pour être comme ça, je prends le premier billet pour Zimbabwé ! » Ils n'ont pas besoin d'un petit danseur pour leur apprendre quelques mouvements à ces petits africains ? Ouais, non, c'est vrai. C'est plutôt eux qui vont m'en apprendre. Je laisse place à un sourire sincère, amusé. « Moi aussi, je suis content de te voir. » Toujours dans l'entrée de l'immeuble, elle m'invite à entrer, parce que bon… c'est bien beau ici-bas, mais je n'ai pas envie d'y rester pour faire la conversation. Je demande si Erio est là, comme pour me préparer mentalement à cette fameuse rencontre que j'anticipe. Oui, j'ai hâte de voir ce mec avec qui il ne se passe - apparemment - ABSOLUMENT RIEN ENTRE ELLE ET LUI. Bitch please ! « On est tous les deux, on est tranquille. Et molo sur l'interrogatoire hein. D'habitude, tu sais, il est plutôt amené à les faire qu'à y répondre. » Je lui lance un regard. « Ouuh, j'ai peur ! T'inquiète, ça sera un interrogatoire subtil, il ne saura même pas qu'il est en train de passer un test. » Parce que j'ai beau être son meilleur ami et vouloir son bien, ça serait bizarre de lui faire un interrogatoire, questions trop sérieuses, lumière dans les yeux. Je ne veux pas être le pote bizarre non plus. J'enchaîne ensuite sur mon 'coloc' temporaire. Celui qu'elle était censée avoir fait fuir, mais ce qui ne fut pas le cas. Tout en rentrant dans son appartement, je lève les yeux au ciel lorsqu'elle me jure l'avoir fait fuir. « Eh bien, ta tactique n'a pas fonctionné puisque je suis tombé dessus ce matin. » Alors, soit le mec s'en foutait, soit elle m'a menti. Et puisque j'ai proposé revenir pour m'en occuper, je penche plutôt pour le mensonge. Mais peu importe. Le mec était là et cette rencontrer fut… spéciale. Je me mets à rire lorsqu'elle demande comment ça s'est passé. Pas un rire amusé, mais sarcastique. Parce que non, ma rencontre avec l'inconnue était loin d'être amusante. J'en suis encore choqué… « Eum… Comment dire… » Je ne sais même pas comment expliquer comment c'était. S'il a été agressif ? Oui et non ? « Bah déjà, il était nu, dans mon lit avec… » Parce que la situation est encore un malaise pour moi, je me contente de gesticuler mes mains devant mon entre-jambes afin d'éviter d'employer le mot et rendre tout cela plus réel que ce l'est. « … son truc qui me passait le bonjour. » Pas besoin de lui faire un dessin. Vu la tête qu'elle fait, elle comprend. « Sans oublier, qu'il a installé et décoré un sapin de Noël, pour moi. » Ses intentions sont importantes a souligné, parce que même si ça peut être vu comme étant mignon, c'est étrange. Nah, mais sérieux. Qui fait ce genre de choses ? « Mais ce n'est pas ça le pire. Oh non ! » Ça devient plus intéressant, oui, oui ! « Il m'a embrassé ! » À cette phrase, je prends un air sérieux, mon regard accusateur posé sur elle. Oui, je la blâme. Elle était censée se débarrasser de lui et puisqu'elle ne s'en est pas assuré, mes lèvres ont été violées ! Les siennes étaient peut-être douces, mais cela n'excuse pas le geste !

code & crackship by mrs.chaplin




something just like this
Roberto & Vincenzo ☽ All I want is nothing more to hear you knocking at my door. 'cause if I could see your face once more, i could die a happy man I'm sure.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2752 - Points : 2944

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana ( le Sam 24 Fév - 18:19 )

« C’est ça, penses une seule seconde à partir à l’autre bout du monde aussi vite et je t’attaches à une chaise pour m’assurer que tu ne partes pas. » Hors de question de lui dire de nouveau au revoir aussi vite. Elle sait pourtant qu’il sera sans doute amené à quitter l’Italie de nouveau, que les propositions professionnelles intéressantes ne manquent pas pour quelqu’un d’aussi talentueux qu’est son meilleur ami mais, s’il vous plait, laissez-le-lui un peu de temps. Elle est bien trop heureuse de l’avoir en face d’elle, en chair et en os, pour penser à une éventuelle séparation qui lui ferait mal au cœur. Elle veut pourtant qu’il soit heureux, qu’il profite un maximum de cette passion commune dont il a fait son métier. Mais s’il pouvait le faire sur Naples et les environs, autant dire que ça l’arrangerait énormément. « Subtil, toi vraiment ? » Ce n’est pas la première qualité de Vincenzo, si vous voulez son avis. Lana imagine déjà la scène comme si elle y était et les questions soient disant subtiles de son meilleur ami devrait rapidement titiller l’instinct de policier de son colocataire. « Erio peut être vraiment bourru parfois, en tout cas, alors c’est à tes risques et périls. » Mais Lana se plaît à croire qu’il fera un effort, pour elle. Après tout, ce n’est pas comme si Lana ne l’avait pas régulièrement saoulé au sujet de son meilleur ami sur les routes, à quel point il pouvait lui manquer et tout le tintouin… Vincenzo, c’est une personne primordiale parmi son entourage et elle aimerait vraiment beaucoup que le courant passe entre les deux hommes les plus importants de sa vie. Bon avec son père, quand même. Mais pour le moment, c’est d’un tout autre homme dont il est question. Aton, l’ancien squatteur de l’appartement de Vincenzo. Enfin, visiblement, pas si ancien que ça… A croire que cet homme s’était bien moqué d’elle, ce jour-là. Elle avait pourtant senti une sorte de feeling passer entre eux, elle avait cru pouvoir lui faire confiance quand elle lui avait laissé dix minutes pour quitter l’appartement de son ami… Et il l’avait fait, d’ailleurs, puisqu’il n’y avait plus aucune trace de sa présence dans l’appartement à son retour. Mais, visiblement, l’absence n’avait pas duré très longtemps. « Je te jure pourtant, il était parti, il m’avait promis, je ne comprends pas ! » Naïve qu’elle peut être parfois… Lana se sent coupable, forcément, de ne pas avoir su gérer cette crise alors que Vince lui faisait pourtant confiance. Mais le sentiment de culpabilité n’a pas le temps de s’installer que c’est bientôt la gêne qui prend place dans tout son être. A l’entente du récit de son meilleur ami, les joues de Lana rosissent alors qu’elle porte la main devant sa bouche, choquée rien qu’à s’imaginer la scène. Comme première rencontre, on a quand même fait mieux. « Mon Dieu, c’est pas vrai ! Mais… mais alors ça veut dire que tu as tout… tout vu ? » L’horreur. Enfin non pas nécessairement hein, si ça se trouve l’homme est plutôt bien pourvu. Mais franchement, elle n’aurait pas aimé être à la place de Vince. La connaissant, elle se serait certainement décomposée. « Oh il t’a décoré un sapin de Noël, c’est vrai ? Trop chou. » Au point où Lana en oublierait presque la scène équivoque qui passe dans son esprit. D’accord, cet homme est peut-être un fin menteur, doublé d’un exhibitionniste mais… il aime Noël ! Entre ça et les pansements Disney, elle trouve quand même qu’il a quelques qualités. « Il t’a quoi ? » Embrassé. Il l’a embrassé. Ok, là, ça commence à devenir sacrément bizarre cette histoire. « Mais il s’était rhabillé entre temps au moins ? » Lana est le sens des détails. « C’était bien ? » Ainsi que son immense curiosité également. D’accord, peut-être devrait-elle s’excuser de ce qui est arrivé à son meilleur ami à cause de sa mégarde mais… savoir si c’était bien c’est quand même ce qu’il y a de plus urgent, non ? Visiblement pas pour Vince qui la foudroie du regard. « Quoi ? Il est mignon ! » Il faudrait être aveugle pour ne pas s’en rendre compte. Y’a pire comme situation, quand même.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Vincenzo CafarelliToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2041-vincenzo-o-take-words-out-of-m http://www.ciao-vecchio.com/t2050-vincenzo-o-dancing-with-myself#50212
ID : mrs.chaplin (pascale)
Faceclaim : taron egerton + ava by mittwoch and crackship by mrs.chaplin + gif found on tumblr
Multi-comptes : donatello, frederico & vito
Messages : 578 - Points : 478

Âge : trente-deux ans.
Métier : passionné de danse, il arrive maintenant à en vivre en tant que danseur au teatro.
Sujet: Re: (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana ( le Ven 9 Mar - 6:36 )


lana & vincenzo
i've been missing your smile and your stupid jokes

Si on me demande de retourner en tournée demain, j'hésiterais à accepter. Pas que l'expérience que j'ai eue cette fois-ci me pousse à refuser, j'ai envie de me poser un peu, être plus... stable. Puis, j'ai tout de même envie de voir mes amis et ma famille même. J'ai beau avoir une relation compliquée avec mon père et mes frères sont peut-être les gars les plus chiants que je connaisse, il reste ma famille. Je les aime quand même. « J'te kidnappe et je t'emmène avec moi. Voilà ! » Solution trouvée pour ne plus être séparé. On pourra se partir une nouvelle télé-réalité : Dancing with the Zimbos. Maintenant qu'ils commencent à accepter les blancs, on va faire fureur ! Ou on va mourir en live à la télé ! J'amène le sujet Erio dans la conversation, parce que j'en ai tellement entendu parler, il me tarde de le rencontrer. Mais peut-être pas tout de suite. J'ai envie de passer un petit tête-à-tête avec ma meilleure amie avant. « Subtil, toi vraiment ? » Roh, mais oui ! Je lui lance un regard blasé. En revanche, elle a raison. Disons que lorsqu'il est question de subtilité, je ne suis pas le plus doué. Quoique ça dépend des situations. Mais dans la plupart des cas, je me mets facilement dans l'embarras lorsque je dois faire appel à ce critère. Et elle, on en parle ? C'est sûrement elle qui a déteint sur moi. Elle souligne que son colocataire peut se montrer désagréable par moment. « Tu prieras pour moi dans ce cas. » Je lui glisse un sourire tout en lui donnant un léger coup de coude sur le bras. Test ou non, je vais devoir faire mes recherches et m'assurer que ce gars est bon pour elle. Mes bras ont beau être ouvert en tout temps pour elle, mais je préfère la voir heureuse, comme en ce moment. Je ne perds pas de temps à lui parler du fameux intrus qu'elle avait fait fuir, parce que, obviously, ce n'était pas le cas et je me suis trouvé dans une drôle de situation. « Je te jure pourtant, il était parti, il m'avait promis, je ne comprends pas ! » Eh boy. Lana, Lana, Lana... Devant la naïveté de cette dernière, je viens écraser ma main contre mon visage, découragé, pour ensuite la faire glisser dans mes cheveux, jusqu'à ma nuque. « Le mec est entré par effraction chez moi. Comment peux-tu le croire ? » Bon, il n'est pas méchant, mais on aurait pu faire affaire à un mec dangereux quand même. M'enfin ! C'est ce qui fait son charme. Sa naïveté. Ah la la ! Une chance que je l'aime. Dans tous les cas, il étant temps que je revienne. J'enchaîne avec ma petite aventure avec ce squatteur et pour lui faire comprendre le malaise que j'ai vécu à mon arrivée. Lorsqu'elle me demande si j'ai tout vu, j'acquiesce de la tête. « Oui, tout ! » Je n'aurais pas été dans cet état s'il n'avait été qu'en simple boxer. Que le gars soit beau ou moche, je n'apprécie pas trop me faire surprendre de la sorte. Surtout pas dans mon propre lit alors que je reviens tout juste. Ma meilleure amie semble aussi choquée que moi, mais son expression change lorsque je mentionne le sapin. Bon, la voilà de son bord. Oui, le geste est mignon, mais quand même bizarre ! « Lana, s'te plait ! » Faut rester concentrer, la situation est grave ! Puis, vaut mieux qu'elle se prépare, parce que ça devient un peu plus tordu avec le baiser. « T'as bien compris ! » Je réponds d'un ton sec lorsqu'elle me fait répéter, conscient qu'elle a très bien entendu les mots ayant quitté ma bouche. « Mais il s'était rhabillé entre temps au moins ? » Sa question me gêne et mon expression dégouté vient tout simplement appuyer ce sentiment. Je me permets de bougonner vite fait. « Mais oui, roh ! » Et une chance ! Sinon, là... j'aurais été plus que choqué en fait. Ça se rapproche encore plus du viol quoi. Heureusement, il a attendu au dernier moment avant de s'éclipser comme un voleur. Puisque ma meilleure amie pose les meilleures questions, elle se permet de demander si c'était bien. Je la regarde. Elle me pose sérieusement la question ? Honnêtement, j'aurais bien voulu lui répondre, mais je ne sais pas. Ça s'est passé trop vite, je n'ai pas eu l'occasion d'en faire une opinion. « Quoi ? Il est mignon ! » Je secoue la tête et la pousse gentiment. « Tu m'énerves ! » Ainsi, je n'ai pas à répondre à ce commentaire. C'est vrai qu'il n'est pas si mal, mais vu les circonstances, je doute qu'il soit pertinent de s'attarder sur ses détails. Faut voir les faits et le fait est que ce gars s'est permis de vivre chez moi, de dormir nu dans mes draps et m'embrasser avant de partir. Tout ça, sans mon accord. Donc, il est peut-être beau, mais cela ne le rend pas moins étrange. « Puisque tu le trouves mignon, tu devrais le laisser squatter sur ton divan. » Je lève les yeux au ciel, sarcastique. Je finis tout de même par sourire, réalisant l'absurdité de cette situation. Fallait que ce genre de choses arrive à moi, le jour de mon retour. Rien de mieux pour me souhaiter la bienvenue. « Une chance que je t'aime. Mais la prochaine fois, je vais m'en charger moi-même. T'es pas assez menaçante. » Pas qu'il risque d'y avoir une prochaine fois, mais ne sait-on jamais. Je lui fais confiance, mais pour ce genre de situation, il est préférable qu'elle demande de l'aide. Elle a peut-être un sale caractère quand elle veut, mais ses cent cinquante-sept centimètres sont loin de faire peur.

code & crackship by mrs.chaplin




something just like this
Roberto & Vincenzo ☽ All I want is nothing more to hear you knocking at my door. 'cause if I could see your face once more, i could die a happy man I'm sure.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (TERMINÉ) i've been missing your smile and your stupid jokes • lana -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences