Revenir en haut
Aller en bas


 

- I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 347 - Points : 1534
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le Lun 19 Fév - 16:55 )
I don't want to be alone for the New Years...
 

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t2941-c-est-une-poupee-qui-fait-non-non-non-non-ana#89609
ID : PiTOQUiNHA, Louise
Faceclaim : AMBER H. + ©TAG + OTH quote
Je suis absent-e : jusqu'à la fin du mois
Multi-comptes : BARBARA ROSA
Messages : 1254 - Points : 2360

Âge : 32 ans
Métier : ancienne mannequin & actrice
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le Ven 23 Fév - 16:40 )
I don't want to be alone
for the New Years...
••••


••••

by Wiise


Liberté chérie, liberté retrouvée.
Pendant un bref moment, tout était différent. Quelque chose s’était établi, quelque chose de profond. Le temps s’est arrêté. Le mouvement aussi. On a tous ressenti cette connivence, et la vie a repris son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 347 - Points : 1534
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le Sam 24 Fév - 16:19 )
I don't want to be alone for the New Years...


Aucun réveil ne sonna. Aucun chant d'oiseau. Seul leur souffle étaient audibles. Francesco ouvrit un oeil. Il était réveillé. Il se pencha, chercha à tâtons sa montre et ne tarda guère à mettre la main dessus. Il regarda l'heure. Neuf heures. Bon, il avait pas mal dormi, mais vu le temps qu'ils avaient passé hier soir à tout faire sauf dormir, Francesco restait un peu fatigué. Il se tourna dans le lit. Tatiana lui tournait le dos, enroulé dans la couverture. Seul sa magnifique chevelure dévoilait le haut de son dos, parfait. Il sourit en la contemplant, alors qu'elle dormait encore. Il se leva finalement, et sans un bruit, enfila son boxer et son jean rapidement. Après un dernier regard pour elle et après avoir déposé un baiser sur la tête de la blonde, il sortit de la chambre. Première chose... Les chiottes et vite. Elle lui avait indiqué l'emplacement de sa chambre, mais pas celui des toilettes. Il mit cinq bonnes minutes avant de tomber sur la pièce qu'il cherchait. Il repensait à toute cette soirée, à tout cela. Et pour la première fois, en pensant à une chose pareille, il était en paix. Il alla dans la cuisine. Il ouvrit la fenêtre goûtant à l'air frais du matin alors que la rue s'animait en face. Son Audi était toujours là, garé, rutilante. "Quelle splendeur cette caisse" pensa-t-il avant d'aller faire le café. La machine de Tatiana, il ne la connaissait pas vraiment et préféra ne pas y toucher, par chance, elle avait une petite cafetière italienne et il put faire le café. En même temps que la boisson chauffait et qu'une agréable odeur se répandait dans la pièce, il trouva du pain et commença à le faire griller pour en faire quelques tartines.
- Bon, comme elle doit pas détester le chocolat... Elle doit bien avoir du Nutella dans un coin non? se demanda-t-il pour lui même à voix haute. Il ouvrit donc tous les placard avant de trouver ce qu'il cherchait. Alléluia! Bon, continuons... Francesco tartina quelques tartines qu'il posa sur un plateau qu'il avait trouvé dans un tiroir. Il trouva alors la radio. Bon sang, un matin en musique, quoi de mieux après cette splendide soirée? Il l'alluma donc. Le titre était celui de Katy Perry: Roar. Francesco continua ses petites occupations, se laissant même entraîner par le rythme. Il se surprit lui-même à chanter:
- I got the eye of the tiger, a fighter, Dancing through the fire,'Cause I am a champion, and you're gonna hear me roar louder, louder than a lion. 'Cause I am a champion, and you're gonna hear me roar! Et le refrain entraînant de le voir danser, de se déplacer en arrière à petits pas, bougeant légèrement les bras et balançant tout son corps au rythme de la musique. Oh oh oh oh oh oh. Oh oh oh oh oh oh. Oh oh oh oh oh oh. You’re gonna hear me roar! Et il continuait de chanter le refrain entraînant. Fît un tour sur lui-même et se retrouva devant le frigo, toujours en rythme, l'ouvrit, se saisit du reste de chantilly. Il chantait toujours et dansait toujours lorsqu'il referma la porte du frigo. Il se laissa aller en mouvement jusqu'au plan de travail, mit de la chantilly un peu sur une tartine qu'il goûta, gourmand toujours en bougeant son corps. Soudain, il s'arrêta en levant les yeux. Juste en face de lui se tenait sa blonde. Il sourit. Il ignorait depuis combien de temps elle était là. Il s'en moquait. Il finit par poser la tartine qu'il avait commencé à croquer et déclara en désignant d'un vaste geste le plateau:
- J'ai préparé le déjeuner chérie! Et le café ne va pas tarder à être prêt. On dirait que tu arrives à tant.

La chanson continuait, arrivait bientôt à la fin. Elle chantait bien Katy, et il souriait, un peu idiot de s'être retrouvé à danser ainsi. Quoique devant elle, cela ne le dérangeait nullement.
- Hem, je me suis permis d'allumer un peu la radio, c'est toujours plus agréable. Et désormais, c'était Coldplay qui suivait avec Viva la Vida. Bon sang, une matinée qui s'annonçait bien. Il détailla le corps de la belle qui s'était revêtue de sa chemise pour sortir du lit. Elle couvrait à peine ses jambes et elle était terriblement séduisante dans cette tenue. Francesco ne put que commenter.
- Dis-moi, ce serait pas à moi par hasard ce que tu as là? Fit-il en désignant la chemise dans un grand sourire alors qu'il finissait de terminer de tartiner la dernière tartine. C'était un matin comme tout homme pouvait en rêver, l'un de ces matins qu'il n'avait jamais plus espérer vivre un jour. Et pourtant... Il le vivait à nouveau. Le soleil venait illuminer la pièce alors que les deux amoureux ne se lâchaient pas du regard.  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t2941-c-est-une-poupee-qui-fait-non-non-non-non-ana#89609
ID : PiTOQUiNHA, Louise
Faceclaim : AMBER H. + ©TAG + OTH quote
Je suis absent-e : jusqu'à la fin du mois
Multi-comptes : BARBARA ROSA
Messages : 1254 - Points : 2360

Âge : 32 ans
Métier : ancienne mannequin & actrice
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le Mer 28 Fév - 3:38 )
I don't want to be alone
for the New Years...
••••

Quand je me réveille, je constate que le lit est vide. Il n'y a plus que moi, et, mon cœur s'emballe. Est-ce qu'il est parti ? Est-ce qu'il s'en est allé sans un au revoir ? Est-ce qu'il avait quelque chose à faire ? Je regarde partout autour de moi pour trouver un indice quand j'aperçois sa chemise, je me sens soulager. Je pousse un soupire, je me sens bien mieux soudainement, mais tout de même, je me demande bien où il a pu passer. Heureusement, mon appartement n'est pas très grand alors je n'aurais pas de difficulté pour le retrouver. Du coup, je me défais de la chaleur de cette couverture pour enfiler un petit quelque chose, d'abord une très jolie culotte en dentelle blanche, puis, je prends la chemise de Francesco pour la sentir, avant de la mettre. Alors que je passe devant mon miroir, je m'arrête. J'ai la sensation de ne pas reconnaître la personne qui s'y reflète. La jeune femme que je perçois est heureuse, épanouie, c'est d'ailleurs un sourire béat qui prouve qu'elle est comblée de bonheur grâce à l'homme qu'elle aime. Je rougis, je suis moi-même grâce à Francesco, je n'ai pas peur, je n'ai plus peur de montrer qui je suis réellement. Quand j'ouvre la porte de ma chambre, j'entends de la musique qui provient de la cuisine, alors je souris. Cela ne m'étonnes pas outre mesure, après tout, il s'agit de mon beau Francesco. J'avance sur la pointe des pieds, quand je le vois. Francesco chante et danse, j'ai la sensation qu'il se sent ici chez lui et cela me plaît beaucoup. Je le dévore du regard, je suis touchée, mais surtout, je l'admire. Il est si parfait à mes yeux, si beau, si tendre, je fonds littéralement. J'ai la sensation que plus notre relation avance, plus je suis amoureuse de lui. Quand il me remarque, j'ai envie de lui sauter au cou, mais je reste sage, je le rejoins lentement, alors qu'il m'annonce que j'arrive au bon moment. Je ne me souviens pas de la dernière fois où quelqu'un m'a préparé mon petit-déjeuner, j'ai la sensation d'être dans un rêve. « Merci beaucoup. » Je réponds simplement, me rapprochant de lui. Au menu, des tartines avec du Nuttela, mais aussi de la chantilly maison, il va falloir que je me souvienne de lui en refaire puisqu'il semble l'adorer. Francesco se justifie quant à la musique, cela ne me dérange pas, je m'habituerais bien à ce rituel du matin avec lui. Mes joues s'enflamment alors que je le vois me reluquer, j'ai la sensation d'être la plus belle femme du monde à ses yeux quand il me détaille ainsi. Heureusement, il me taquine, je souris quand il me demande si ce que je porte est à lui, c'est bel et bien le cas. Je me rapproche de lui, passant mes mains autour de sa nuque, en encrant mon regard dans le sien. « C'est bien à toi mon chéri. » Je dépose un doux baiser sur ses lèvres, avant de reprendre : « Bonne année mon monsieur sexy. J'espère que tu réaliseras tous tes rêves, mais surtout, j'espère que nous passerons le prochain réveillon ensemble. » Je rougis, c'est un peu une déclaration, d'ailleurs, c'est une déclaration, mais je crois qu'il va devoir s'y habituer, parce que depuis que je suis amoureuse de lui, je suis devenue romantique.

••••

by Wiise


Liberté chérie, liberté retrouvée.
Pendant un bref moment, tout était différent. Quelque chose s’était établi, quelque chose de profond. Le temps s’est arrêté. Le mouvement aussi. On a tous ressenti cette connivence, et la vie a repris son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 347 - Points : 1534
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le Mer 7 Mar - 18:31 )
I don't want to be alone for the New Years...
Francesco se sentait bien, tout simplement. Pourquoi? Parce qu'il se sentait aimé, parce qu'il se sentait chez lui. Il n'avait pas l'impression d'être étranger, simplement d'être à sa place. Il avait déjà pris possession des lieux, comme si cette cuisine était la sienne. Bon, il avait certes du mal à savoir où certaines choses se rangeaient, mais de toute manière, c'était le commun de tous les hommes: La cuisine, ils ne savaient pas trop ce qu'il y avait dedans hormis le strict nécessaire. Cependant, Francesco s'en sortait plutôt bien dans l'appartement de la belle, et notamment dans la fameuse cuisine. Le petit déjeuner était prêt, et bien sûr, tout cela s'était fait en musique. Francesco aimait la musique, et elle l'accompagnait partout, que ce soit dans ses déplacements ou lorsqu'il bricolait sous ses voitures. Il aimait un peu de tout, même si il devait reconnaître ses goût prononcés pour la musique classique. Il ne détestait cependant pas le rock, appréciait beaucoup le jazz et le blues, le pop lui convenait également. Seul le métal et l'électro ne le satisfaisait pas. On ne pouvait pas tout aimer, c'était ainsi. Emporté par le rythme, il s'était laisser aller à danser un peu. Il avait toujours eu le rythme dans la peau. Il aimait danser, et rare étaient les fois où il n'avait pas dansé en boîte, révélant quelques talents cachés à ses amis qui ne connaissaient pas cette partie de lui. Finalement, Tatiana débarque, elle semble heureuse. Pourquoi serait-elle malheureuse de toute manière? Elle le remercie pour le petit déjeuner en même temps qu'elle sourit tandis qu'il la reluque, toujours aussi sexy et désirable, même avec sa chemise sur le dos.

Elle s'approche finalement de lui, tandis qu'il la regarde, un sourire en coin devant cette matinée parfaite. Un très beau premier janvier, voilà ce que c'est. Elle s'accroche alors à sa nuque tranquillement, et il la serre par la taille, rapprochant son visage de celui de sa belle.Elle finit par lui répondre que la chemise qu'elle porte est bien celle du bel italien. Il en était sûr, et cela lui fait même plaisir qu'elle la mette. Il sourit alors qu'elle l'embrasse et qu'il goûte à ses lèvres. Elle lui souhaite une bonne année et il ne peut s'empêcher de sourire à la déclaration qui suit avant de répondre du tac au tac:
- Bonne année à toi aussi ma déesse. Le prochain réveillon... Il est déjà réservé sur le calendrier. J'ai marqué en toutes lettres "Jolie Blonde ne souhaite pas passer la fin d'année seul cherche mec hyper sexy pour l'accompagner". Et comme je corresponds parfaitement à la description... J'oublierais pas ma lapine. Et il l'embrasse, fou d'amour pour la demoiselle blonde, avocate merveilleuse et femmes extraordinaire. Il aime la faire rire, il aime la voir sourire, il l'aime c'est tout. Il profite de goûter encore à ses lèvres, il a le temps, il fait beau dehors, mais déjà ses yeux sont ancrés dans ceux de Tatiana. Finalement, il la relâche, un grand sourire aux lèvres. Bon, et si on le mangeait ce petit déj'?

Pressé? Non. Affamé? Un peu. Il finit par lui indiquer la table et vient y déposer le plateau alors qu'il sort deux tasses pour servir le café chaud. Tout est prêt. Et bientôt, alors qu'elle s’assoit, il prends sa chaise pour s'installer juste à côté d'elle alors que la musique tourne toujours, enchaînant un autre titre. Il prends une tartine de nutella qu'il couvre de chantilly. Gourmand, il l'est. Il fera du sport plus tard. Il croque dedans. Cela fait du bien de manger un peu. Bon sang. Il s'installe tranquillement tout en mangeant ses tartines et laisse une main filer sur le dos de la jolie blonde qu'il caresse.
- Par contre je vais devoir reprendre ma chemise quand je vais partir chérie... Mais si tu veux je t'en rapporterais une de moi comme tu les aimes. Il lui sourit. Mais il est sérieux, il est prêt à lui en rapporter une si elle le désire, cela ne le gêne absolument pas. Il se lève finalement pour aller rapidement chercher une bouteille de jus d'orange dans le frigo et se saisit de deux verres au passage. Il secoue un peu la bouteille et vient se rasseoir. Il se sert un grand verre et la regarde finalement. Tu en veux aussi? Il croque un autre morceau de tartine avant de reprendre. Il fait hyper beau aujourd'hui. Je t'aurais bien proposé de sortir... Mais je sais pas si c'est une bonne idée... Il faut que tu te reposes. Il sourit alors qu'elle hausse un sourcil. Bah, après ce qu'on a fait hier soir, j'ai bien senti que tu étais crevé et que tu allais avoir besoin de toute une journée de repos. Il ne peut s'empêcher de partir à rire alors qu'il s'est sans doute endormi en premier. Mais il s'en fout, cela l'amuse de la chercher un peu. La matinée a véritablement très bien commencée, et il ne pouvait rêver mieux.  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t2941-c-est-une-poupee-qui-fait-non-non-non-non-ana#89609
ID : PiTOQUiNHA, Louise
Faceclaim : AMBER H. + ©TAG + OTH quote
Je suis absent-e : jusqu'à la fin du mois
Multi-comptes : BARBARA ROSA
Messages : 1254 - Points : 2360

Âge : 32 ans
Métier : ancienne mannequin & actrice
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le Jeu 8 Mar - 18:09 )
I don't want to be alone
for the New Years...
••••

Je souris, bêtement sans doute, mais je souris quand même. Je suis heureuse, réellement heureuse. Je goûte le bonheur et j'y prends goût à ses côtés. Je me souviens d'avoir été heureuse avant, alors que je n'avais plus que les cours dans ma vie, lorsque j'étais au lycée. Pourtant, c'est bien loin du bonheur que je ressens aujourd'hui, à cet instant, avec l'homme de ma vie. On dit souvent que l'on se rend compte que l'on a été heureux que lorsque nous le sommes plus, mais ce n'est pas mon cas. J'ai été bien trop malheureuse, durant un bon nombre d'années, alors je le sais, aujourd'hui, à cet instant, je respire la joie de vivre, je respire l'amour, je respire le bonheur à l'état pur. Je profite de cet instant pour m'accrocher à lui, toujours, j'adore le toucher, ainsi que le sentir, puis surtout, j'aime énormément ses cheveux, alors je me permets de les lui caresser alors que je suis plus proche de lui encore, puisque finalement, il me serre par la taille. Francesco me dit que je porte sa chemise, je lui réponds, en fait, je pense la garder en otage, pour garder son odeur, mais surtout, parce qu'elle lui appartient et que je désire quelque chose de lui, ici, chez moi. Je l'écoute attentivement alors que je le dévore du regard, il est beau, très beau, trop beau, mais surtout, il est sexy, véritablement sexy et je me demande même s'il est en permanence. En tout cas, le voir ainsi, sûr de lui, sûr de son corps, à l'aise avec celui-ci, me donne envie de faire de même. Je me mords la lèvre alors que je le fixe toujours, avec amour, comme d'habitude, puis, il plaisante, j'adore ça. Je ne me souviens pas d'une fois où il aurait fait une blague qui n'était pas drôle, c'est une sorte de « clown », non, c'est MON clown. Quand il me nomme « déesse » je me sens belle à ses yeux, et c'est tout ce qui compte. Je ris alors qu'il me parle, il sourit, le voir ainsi me comble de bonheur, j'ai la sensation d'être une adolescente, comme celles dans les séries. Avant, cela m'aurait sans doute dérangé, mais plus maintenant. Quant il m'embrasse, je me sens transporter dans notre bulle intime, je n'ai pas envie de lâcher ses lèvres, mais nous ne pouvons pas nous embrasser en permanence malheureusement. Alors qu'une de mes mains continue de caresser ses doux cheveux et que l'autre reste présente sur sa nuque, il m'invite à prendre notre petit-déjeuner. Je suis surprise, il a tout préparé, mais ce n'est pas cela qui me surprend. En vérité, c'est qu'il soit aussi à l'aise, ici dans mon appartement alors que c'est la première fois qu'il y met les pieds. J'aime penser qu'il se sent comme chez lui, même si nous n'en sommes pas là, mais peut-être qu'un jour cela arrivera. « Je suis contente de savoir que tu as prévu de passer le prochain réveillon avec moi, enfin, non, avec ta lapine. » Je suis sincère, je lui souris et je lui offre un clin d'œil avant de prendre place sur ma chaise. « Je vois que tu as pris tes marques. » Je le fixe un instant, avant de frissonner lorsque je sens sa main se promener sur mon dos. Alors que j'avale une gorgée de mon café bien chaud, Francesco me dit qu'il faudra qu'il récupère sa chemise, mais je n'en ai pas envie. Je refuse de la lui rendre, j'ai besoin de son odeur ce soir, parce que je m'y suis habituée en moins d'un quart de secondes. Quand je repose ma tasse, je le fixe, faisant un peu la moue, avant de déposer un baiser sur son épaule. « Hum... » Je reste silencieuse quelques secondes, posant mon nez sur son épaule pour sentir son odeur, avant de répondre en mode boudin et taquin : « Donc, si je ne te la rends pas, tu restes ? Si tel est le cas, je t'empêcherais de la récupérer. » J'esquisse un sourire, je ne veux pas me priver de lui, alors, je reste ainsi encore quelques secondes. « Je veux bien que tu m'en apportes une aussi, mais tu devras la porter avant, pour que je puisse te sentir. » Je m'empourpre, c'est intime, peut-être aussi intime que lorsque nous nous donnons l'un à l'autre, parce que je mets mes sentiments à nus, parce que même si je ne prononce pas les mots « je t'aime » je le lui prouve en me dévoilant ainsi, en lui disant tout simplement que j'ai besoin de son odeur pour me sentir bien. Cet instant me semble bien trop court, mais il va chercher du jus d'orange dans mon frigo, je le laisse faire, c'est vrai que j'aime en boire pendant que je petit déjeune. Quand il me demande si je désire en boire moi aussi, je lui fais signe que oui, de la tête, sans parler, alors que je croque dans une tartine, absolument délicieuse, soit dit en passant. Je l'écoute une nouvelle fois, je me demande où il veut en venir, il pense que je dois me reposer, sans doute oui, je n'ai pas énormément dormi durant les deux dernières semaines, alors que j'attendais un signe de sa part, quelque chose, un texto ou encore un e-mail, mais rien. J'avale une gorgée de jus d'orange, puis je pose mon verre pour rire, il est incorrigible, mais j'aime le voir ainsi. « Deux choses, je ne suis jamais rassasiée de toi et de ton corps, puis, même si je n'ai pas atteint mon quota de sommeil depuis un moment, j'ai toujours de l'énergie pour passer du temps avec toi. » Je dépose un doux baiser sur ses lèvres, un baiser emprunt d'amour, avant de lui sourire, parce qu'il me fait rire, mais surtout, parce que je l'aime tout simplement.

••••

by Wiise


Liberté chérie, liberté retrouvée.
Pendant un bref moment, tout était différent. Quelque chose s’était établi, quelque chose de profond. Le temps s’est arrêté. Le mouvement aussi. On a tous ressenti cette connivence, et la vie a repris son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 347 - Points : 1534
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le Sam 10 Mar - 15:29 )
I don't want to be alone for the New Years...
Des moments simples. Voilà tout ce dont avait besoin les deux jeunes gens. Et quoi de mieux que de commencer avec l'un des moments les plus simples et les plus importants de la journée: Le petit déjeuner. Francesco aimait cela. Pouvoir passer du temps simplement avec elle, à partager un petit déjeuner... Parfois les gens pensaient qu'il avait besoin de choses splendides, étonnantes, magnifiques et étonnantes, mais à la vérité, il était un homme. Comme tous les autres, il cherchait en fait une chose que la plupart des gens cherchaient: Le bonheur. Certain diront qu'il est utopiste, d'autres qu'il peut toujours rêver, et enfin, les plus fous lui diront qu'il est sur la bonne voie. Vive la dernière catégorie. Vivre selon l'esprit du monde, par des réflexions philosophiques, par des modes de pensées qui vous dictent votre conduite, pour, finalement, vous amener à la réussite, tout le monde peut le faire. Vivre selon son cœur. Prendre des risques. Prendre l'initiative. Voilà la clé de la vraie réussite. certaines fois on tombe, d'autres fois on coule, mais dans cet objectif de vie, on ne dépend que de sa propre volonté et pas de celle des autres. Francesco ne veut pas vivre comme tous les autres. Une vie normale. Une femme normale. Une famille normale. Il n'en veut pas. Il veut vivre comme il l'entend. Non pas comme l'entendent les autres. Tatiana a le même désir. Elle ne veut pas tomber dans une routine, il le sait, elle le lui a déjà dit, elle l'a déjà exprimé. Et il est heureux de le savoir.

Finalement, alors qu'il revient avec le jus d'orange, et qu'il lui sert un verre en même temps, il finit par répondre:
- Bah oui, j'ai pris mes marques, sinon on va encore dire que je ne fais pas d'effort, lui murmure-t-il taquin à l'oreille. Elle continue finalement en réfléchissant sur le fait que si elle ne lui rendait pas la chemise il resterait, donc, elle risquait fort de la garder. Il sourit. Jamais à court d'idée cette jolie blonde hein? Il la regarde avant de répondre joueur:
- Et bien écoute, je sortirais torse nu... Par contre, pas sûr que d'autres jolies filles ne me tombent pas dessus par inadvertance... Il sourit alors qu'elle fait la moue. Il se saisit de ses hanches et l'amène sur ses jambes, l'obligeant à s'asseoir sur lui alors qu'il la caresse et qu'il dépose un baiser sur son épaule et remonte lentement vers son cou. Je plaisante ma chérie... J'aime bien te taquiner un peu... Te voir jalouse là, ça me fait sourire... Ça m'excite! Finalement, elle est d'accord pour qu'il amène une chemise, mais la condition, c'est qu'il l'ait porté. Bien sûr, cela va sans dire. Il la serre un peu plus contre lui, l'empêchant de partir, quoique visiblement, ce n'est pas ce qu'elle désire puisqu'elle reste sur lui. C'est promis, je la porterais... Et je te la ramènerais... Emprunte de mon odeur de mâle puissant. Il sourit alors que ses mains se font lus invasives sur le corps de la jolie blonde qu'il caresse, remontant sur ses hanches vers sa poitrine, dans des gestes indécents et qui invite au plaisir sexuel, une nouvelle fois, âme sensible s'abstenir. Je crois que je commence la partie le plus intéressante du déjeuner... Il la fait se lever, la tourne vers lui en même temps qu'il se lève, il l'embrasse passionnément. T'es à moi pour la journée jolie blonde... Et sans attendre, il la soulève pour l'amener jusqu'au canapé du salon sur lequel il l'allonge. La mâtinée s'amorce on ne peut mieux, déjeuner à peine entamé, il ne s'encombre pas des modalités. Il vient se placer juste au dessus d'elle, ses mains deviennent toujours plus curieuses, partent redécouvrir ce corps tant de fois caressé par elles, il passe ses doigts sous la chemise de la belle, se frotte à elle, l'embrasse encore et toujours. Au moment où il va pour pousser le jeu le plus loin, la sonnette retentit. Il se relève soudainement, véritable félin à l'affût. Visiblement quelqu'un sonne à la porte de sa blonde.
- Rassure-moi, t'as pas organisé de petite fête improvisé genre "after du nouvel an"? demande-t-il en souriant. Il se lève finalement. Bouge pas, je vais voir qui c'est. Il se dirige vers la porte sans prendre garde à sa tenue et lorsqu'il ouvre, c'est pour se retrouver face à une quinquagénaire qui reste surprise. Il sursaute lui-même en réalisant la tenue qu'il porte. Un jean, et... Et c'est tout. C'est déjà bien assez.
- Bordel... Finit-il par déclarer, mais vous êtes malade? Sonnez à une heure pareille le matin du nouvel an? Qu'est-ce qui vous arrive?
- Euh... je... Je m'excuse mais... Il semblerait... En fait... Que... Votre...
- Oui quoi? J'ai pas toute la journée là! Abregez bon sang, fait-il avec un sourire.
- Votre voiture est garé à ma place. finit-elle également avec un sourire.
- Je vous d'mande pardon? Parce que c'est... Bon, ça va, je vais la décaler. J'arrive.
- Merci.
Il ferma la porte et se tourne vers une Tatiana visiblement curieuse. Elle se lève pour le rejoindre.
- J'me suis garé à la place de ta voisine... Comment j'pouvais le savoir moi? Il l'embrasse goulûment, goûtant à ses lèvres, s'enivrant encore une fois d'elle. Bouge pas toi... J'en ai pas fini avec toi... Ce n'est qu'une pause. Il prends les clés de sa voiture et s'apprête à sortir. Il est encore torse nu et il n'enfile que ses chaussures en plus. Pas besoin du reste, il fait beau dehors.

Tatiana à l'air surprise. Il sourit, ouvre légèrement la porte et lui fait signe que ça va aller.
- T'inquiète chérie, c'est juste pour déplacer ma voiture. Et puis comme ça tu pourras admirer mon splendide corps d'en haut. Il sourit, orgueilleux, joueur et... Oui c'est un incorrigible dragueur sur de lui. Il file dans l'ascenseur à la vitesse du vent et met le cap sur le rez-de-chaussée, rapidement atteint puisqu'il n'y a personne. En même temps, qui va sortir à dix heures du mat le jour du nouvel an? Personne voilà. Il arrive dehors. Une douce chaleur vient lui caresser la peau et il se dirige vers sa voiture, non sans se tourner vers la fenêtre d'où le regarde sa belle blonde. Il fait le pitre, jouant de ses beaux muscles et s'amusant même à prendre des pauses, s'arrêtant de temps en temps pour qu'elle le contemple. Il fait le malin, voilà tout. Puis, il arrive à sa voiture alors qu'une femme attends derrière... dans sa voiture. Une BMW. Série 1. Il va pour rentrer dans sa voiture et finit par regarder la quinquagénaire.
- nan mais moi je cède pas la place à une BMdoublepieds chérie! C'est inconcevable. Il monte finalement en riant, démarre son Audi qui vrombit. Voilà, ça c'est une moteur! Puis il file se garer deux places plus loin. Visiblement personne, donc ça ne devrait pas déranger. Il sort rapidement de sa voiture qu'il ferme non sans regretter quelque peu le cuir chaud des sièges de l'Audi. Puis il remonte rapidement vers l'immeuble de sa belle. Tout ça pour une place quand même. Il ne tarde guère à reprendre l'ascenseur et arrive finalement prés de la porte de la blonde. Il l'ouvre sans frapper et rentre à l'intérieur.
- T'as de la chance, y avait personne pour me reluquer... C'est parce qu'elles ont dû voir que tu me surveiller... Alors, on en était où? demande-t-il joueur.  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t2941-c-est-une-poupee-qui-fait-non-non-non-non-ana#89609
ID : PiTOQUiNHA, Louise
Faceclaim : AMBER H. + ©TAG + OTH quote
Je suis absent-e : jusqu'à la fin du mois
Multi-comptes : BARBARA ROSA
Messages : 1254 - Points : 2360

Âge : 32 ans
Métier : ancienne mannequin & actrice
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le Sam 17 Mar - 23:36 )





Francesco & Tatiana

Avoir la chemise de l'homme que j'aime sur le dos, avec une simple culotte en dentelle blanche… Fait ! Retrouver l'homme que j'aime à la cuisine alors qu'il m'a préparé mon petit-déjeuner le jour de l'an… Fait ! Partager un moment en toute intimité dans mon appartement avec encore et toujours l'homme de ma vie, je l'espère… Bah fait aussi ! En gros, pour la faire courte : je suis comblée. Je pourrais sans doute chanter, me dandiner, sautiller plutôt que marcher, mais nous ne sommes pas dans un Disney. Puis, je n'ai pas envie d'être dans la case fille heureuse et « gnangnan » ce n'est définitivement pas moi, du tout. Bon, je suis tout de même éperdument amoureuse, qu'on soit d'accord là-dessus, même si notre histoire ne fait que débuter… Une nouvelle gorgée de café bien chaud, Francesco torse nu, un bon jus d'orange, c'est le meilleur petit déjeuner de ma vie. J'avoue que je le reluque, j'adore le regarder, je ne m'en rends même pas compte. Son torse est magnifique, ses tablettes de chocolat me donnent faim… J'aimerais les goûter une fois encore, mais, je reste assise, sage, du moins pour le moment. Par contre, il va rapidement se rendre compte que je n'arrive pas à le rester trop longtemps. Ce n'est tout de même pas ma faute si l'homme le plus « hot » de Naples est tombé sous mon charme si ? Je me mets même à plaisanter dans mon esprit, il déteint sur moi, en si peu de temps… Devrais-je être effrayé ? Non. J'espère seulement que cela lui plaira, sait-on jamais. Je pose ma tasse alors qu'il me taquine déjà, oui, il prend ses marques, cela me touche bien sûr, j'ai la sensation qu'il vit ici depuis toujours vu sa facilité à s'adapter et pourtant… Pourtant, il est venu pour la toute première fois hier soir. « T'as raison. » Je lui réponds, croquant dans une tartine : « Il paraît que ta copine se plaint de toi tout le temps ! Une vrai dictateuse ! » Je ris, dictateuse, j'adore inventer des mots, il va bientôt s'en rendre compte. « Tu sais qu'elle donne des coups de ceinture, des coups de fouet et tout ce qui va avec ? On dit qu'elle est sadique et accroc au sexe ! » Je le fixe avec malice, moi aussi, je peux m'amuser, j'ai découvert ça depuis peu. Je m'empare de mon verre de jus d'orange et je bois, avant de croquer encore une fois dans ma tartine. Je n'ai pas de chantilly dessus alors que lui si, du coup, je prends la sienne, où il a déjà croqué et je lui offre un superbe clin d'œil. On continue de jouer, il partira sans sa chemise, je songe à l'enfermer dans un placard en l'attachant, j'avoue que l'idée me plaît, elle m'excite et lui comme moi savons ce que je ressens lorsque je suis excitée de cette façon… Il continue, il m'assure que d'autres « jolies filles » lui tomberont dessus, je suis vexée, je fais la moue. Il m'observe, et, il m'attrape pour me faire asseoir sur lui. J'aimerais le dévorer de baisers, mais c'est hors de question ! Non seulement, il ne repartira pas sans chemise et dès qu'il aura le dos tourné, j'essayerais de trouver une corde pour l'attacher, ça lui fera les pieds comme on dit. Du moins, je pourrais essayer, parce que vu mon gabarit et vu son corps magnifique qui me fait décoller la mâchoire, je ne risque pas d'y arriver. « Vous êtes dans mon collimateur monsieur Spinoza. N'oubliez pas que je suis avocate de métier, et, comme je ne suis qu'une « jolie fille » comme les autres, vous pouvez être excité, vous n'obtiendrez absolument rien de moi. » Mon discours est clair, enfin, je trouve, n'empêche, il doit se rendre compte qu'il sonne faux, parce qu'évidemment, lui comme moi, on connaît la finalité de ce qui se produira ensuite. « Puis, ça se voit que tu ne m'as jamais vu jalouse. » C'est vrai, j'excelle dans la manière de ne pas montrer ce que je ressens, merci Helena, mais pour le moment, je n'ai pas eu à le lui montrer, puisque je n'ai pas encore eu l'occasion de vivre cette expérience que je ne veux absolument pas vivre d'ailleurs. J'imagine qu'un jour, si nous déjeunons dans un lieu public et qu'une autre le regarde et apparaît dès que je décolle mon fessier de ma chaise, elle se souviendra de mon visage, je peux le jurer. En attendant, monsieur Spinoza ne le saura pas, ça le ferait bien trop jubiler. Heureusement, il reprend le fil de notre conversation, sa chemise, enfin une de ses chemises, il me promet de m'en offrir une, avec son odeur, comme je lui ai demandé. « Très bien, n'oublie pas de la porter minimum heu... » Je fais mine de réfléchir, alors que je suis toujours installée sur ses genoux, déjà hier soir, je m'étais assise sur lui, à croire que j'ai trouvé ma place. « Je dirais, minimum quarante-huit heures. Sans jamais la retirer. Sport, pas sport, nuit, pas nuit, tout le temps et sans mettre de déodorant ! » J'aimerais rire, mais je sens ses mains se balader sur mon corps, je mouille délicieusement, je me pince les lèvres et je ferme les yeux, comme pour en profiter davantage. Comme notre première fois, je lui prouve que j'en veux plus, que je participe et que je ne reste pas sans rien faire en ondulant sur ses genoux et en posant mes mains sur les siennes, les laissant parcourir mon corps. Il me fait me lever, je m'exécute, je le fixe avec gourmandise quand il m'attrape, et m'embrasse. Je m'accroche à lui, mes mains se baladant dans sa chevelure, alors que ma langue va chercher la sienne. Je le veux, tout de suite, dans la cuisine s'il a envie, puis, avec ses bras musclés, il me porte jusqu'au canapé pour m'y allonger. « Votre plaisir et notre priorité monsieur sexy. » Je lui souffle à l'oreille, alors que nous continuons à nous frotter l'un contre l'autre, alors que nos mains parcourent nos corps semi-découverts. Je gémis, je me tortille, je me cambre quand enfin, ses mains se posent sur mon corps nu, puisqu'elles se faufilent sous sa chemise que je porte, quand on sonne. J'ai bien envie de lui dire qu'on s'en moque, mais, il a déjà bondi, tel un félin et comme si c'était chez lui, il plaisante avant de rejoindre la porte d'entrer. Heureusement, il n'était pas nu, parce qu'il s'est levé et à ouvert si rapidement, que cela aurait pu se produire quelques minutes plus tard, et je mets ma main a coupé qu'il n'aurait plus son jean sur lui. N'empêche, je souris, la situation m'amuse, sauf si c'est une superbe jeune femme à la porte. Je m'appuie sur mes coudes, je ne l'entends pas, mais je le vois, et cela, à le don de m'exciter… Il se rend compte qu'il ne porte rien de plus que son jean, je l'observe, mais comme toujours, il ne se démonte pas. Je l'admire, en plus de tout ce que je ressens à son égard. Il referme la porte, j'en suis ravi, je me redresse même pour le rejoindre, j'ai hâte de reprendre ce que nous avons commencé, ou plutôt recommencer vu la nuit torride que nous avons partagé. Je me jette presque sur lui alors qu'il m'annonce qu'il est garé à la place d'une voisine. Je suis perplexe, mais à l'évidence il est sérieux. Comment pouvait-il le savoir ? Je ne sais pas. D'ailleurs, j'ai sans doute une place de parking en bas de l'immeuble, mais vu que je n'ai pas le permis, je ne suis pas au courant… Il va falloir que j'aille voir la concierge pour une prochaine fois. Alors que j'y médite, il m'embrasse, me goûte, et je me jette sur lui, désireuse de rester accrocher à sa nuque, avant de passer aux choses sérieuses… Le baiser se rompt, je ne veux pas le lâcher, mais apparemment, il va devoir déplacer sa voiture, et tout de suite. Il me demande de ne pas bouger, alors qu'il s'empare de ses clefs et qu'il enfile ses chaussures. Je pose mes mains sur ma taille, il va vraiment sortir torse nu ? Apparemment oui. Je n'ai pas le temps d'ouvrir la bouche qu'il plaisante encore, et il s'en va. Je cours pour le rattraper, mais il est déjà dans l'ascenseur. S'il tombe sur la charmante dame âgée du second étage, il va falloir appeler une ambulance, j'en suis certaine. Je décide donc de rejoindre ma fenêtre et je le regarde faire. J'aimerais être en colère contre lui, mais il me fait rire. Le voir si heureux, à faire des pauses seulement pour m'amuser et me donner le sourire, pour me faire connaître les joies du bonheur, m'obligent à rester béat d'admiration devant lui. Je me surprends même à rire légèrement, alors qu'il fait le clown. N'empêche, torse nu dans la rue, je regarde un peu partout, pour voir s'il y a d'autres paires d'yeux sur MON Francesco. Je ne sais pas ce qu'il raconte, mais je continue de rire, le regard emprunt d'un véritable amour à son égard, alors que nous nous sommes dit les fameux trois mots il y a deux semaines auparavant. Cela me fait repenser à tout ce qu'il s'est produit, nous nous connaissons peu, c'est vrai, mais nous nous aimons et malgré tout, malgré nos différences, je veux y croire. Je suis encore pensive qu'il est déjà présent, il referme la porte derrière lui, et je lui souris tendrement. Je m'approche, j'ai mon fameux regard glouton. C'est vrai, j'ai surveillé, mais je ne lui avouerais pas, puis je le trouve de plus en plus sexy, surtout lorsqu'il me demande où nous en étions. « Je crois qu'on était sur le point de se titiller davantage… Par contre... » Je me mords la lèvre et je déboutonne un premier bouton de sa chemise, que je porte : « Je meurs de chaud, pas toi ? » Je le défi du regard, alors que j'en défais un second, je me demande qui sera le premier à se jeter sur l'autre.

belle âme


Liberté chérie, liberté retrouvée.
Pendant un bref moment, tout était différent. Quelque chose s’était établi, quelque chose de profond. Le temps s’est arrêté. Le mouvement aussi. On a tous ressenti cette connivence, et la vie a repris son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 347 - Points : 1534
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le Jeu 22 Mar - 23:27 )
I don't want to be alone for the New Years...
Les joies de la matinée. D'une matinée qui s'annoncait bien en fait. Du soleil et des nanas... Ah non, une nana. Mais la bonne. Et particulièrement joueuse ce matin en plus. Elle le titille... Toujours. Comprenez, Francesco est un grand amateur de blonde, et celle-là a le don de l'exciter en permanence. Oui, ça fait un peu pervers, mais c'est comme ça, on va pas se mentir. Il fait beau, la lumière qui rentre dans le petit appartement permets une ambiance agréable, détendue, celle d'un bon petit matin qui commence alors que l'odeur du pain grillée et du nutella qui fond sur le pain chaud vient titiller vos narines autant que vos papilles. Ajoutez à cela une ambiance agréable due à une musique pop légère, permettant un réveil en douceur et un début de journée plus que bien et vous avez de bons ingrédients pour bien commencer l'année autant que la journée. Mais ajoutez désormais à cela cette charmante jeune femme blonde qui se déhanche, sexy avec pour simple haut, la chemise de son petit ami et en bas... En bas rien que ses jolies jambes, la chemise étant assez grande pour la couvrir jusqu'à mi-cuisse. Et si il n'y avait que son corps... C'est aussi sa voix qui vous entraîne et vous plonge dans le péché. C'est ainsi, il ne peut résister... Il l'aime trop, et elle lui fait trop de charmes. Si bien qu'il en a délaissé les tartines pour se concentrer uniquement sur ce corps parfait qui le provoque de si bon matin. Et il ne tarde guère à l'allonger sur le canapé, prêt à en découdre avec elle encore une fois dans ce combat perdue d'avance pour l'un et pour l'autre, et qui reprendra à un moment où un autre une fois qu'ils seront à bout de forces.

Mais pour le coup, e destin a frappé à la porte de la blonde aussi sûr qu'une quinquagénaire a qui on avait pris sa place de voiture hier soir... Manque de pot, c'est le cas. Les gens sont fous, le monde est fou. Tout ça pour une foutue p***** de place. n vous épargne le langage vulgaire, vous êtes trop jeune pour l'entendre. Mais vous avez bien compris. Un sourire sur le visage, ce regard malin et cet orgueil sans pareil, Francesco descend déplacer sa voiture. Ne pas s'énerver, prendre la vie du bon côté et se dire que ce petit incident ne se reproduira pas deux fois. Et puis une fois dehors, c'est à lui de jouer de son corps, de ses charmes, sur la jolie blonde, qui, depuis la fenêtre, veille sans aucun doute à ce que personne ne le regarde avec trop d'insistance, il manque même de lui lancer "Chérie?!! Comment veux-tu qu'il y ait quelqu'un de debout à cette heure-ci le jour du nouvel an? Tout le monde dort à Naples Amore!!". Il se retient de lui lancer, plus parce qu'il n'a pas envie de réveiller le quartier que parce qu'il a peur de la mettre en rogne. Mais sitôt la voiture garée, et correctement cette fois, il revient rapidement jusque dans l'appartement de la jolie blonde. de SA blonde. Pas les pattes! Chasse gardée! Et le revoilà au chaud, à l'intérieur, en face de sa belle qui choisis sans attendre de le provoquer en déclarant qu'il fait chaud. Elle se mord la lèvre, sexy, et commence à se déboutonner. Il ne peut s'empêcher de venir se saisir des jolies mains de Tatiana qu'il arrête dans leur élan et l'oblige à s'arrêter alors même que ses lèvres viennent prendre d'assaut celles de Tatiana.
- Arrête de te déshabiller comme ça... c'est indécent... Il rigole. Il s'en moque bien à vrai dire, mais il ne peut supporter d'attendre sans rien faire. Et puis... Laisse-moi faire... Tu risques d'abîmer un bouton de ma chemise. Il sourit alors qu'elle fait mine d'être vexée. Ben oui! Cent vingt boules la chemise, alors crois moi, j'en prends soin! Comme si il n'avait pas les moyens de s'en racheter une... Et comme si il n'en avait pas de plus cher. mais cela à le mérite d'arracher un sourire à cette jolie blonde qui n'arrête pas de le titiller. Toi, je vais faire en sorte que tu te souviennes de moi... Déclare-t-il, charmeur et sur un ton plein de sous-entendu... La matinée commence maintenant.

 

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- I dont want to be alone for the New Years... [PV Tatiana] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre