Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Je suis absent-e : du 6 au 21 juin
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 216 - Points : 1025

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Lun 15 Jan 2018 - 13:27 )
Voici plus d’une semaine qu’Oskar faisait les cent pas dans son atelier, n’arrivait pas à se relancer sur la toile. Le tourment n’avait jamais été une bonne amie de son art, si d’autre artiste l’utilisait avec brio, lui ne savait la canaliser en une œuvre satisfaisante. Alors, il n’arrivait à rien d’autre que de tourner la en rond en quête d’inspiration, privé de celui qui l’avait fait renaitre de ses cendres. Isaiah était devenu son moteur, son unique source d’inspiration. Sa muse ne voulait sans doute plus le voir, ils s’étaient quittés sur des insultes et Oskar avait appris que le jeune homme s’était envolé en voyage. Il n’y avait pas que son art qui subissait cette absence avec aigreur, ses mots s’étaient emportés si vite, doublement frustré ce soir-là, il n’avait rien retenu. Oskar avait tenté plusieurs fois de l’appeler, de lui envoyer des sms qui restaient sans réponse, ignoré comme un vulgaire marchand de chaussette. L’italien lui manquait et ça en devenait insupportable. De lassitude, Oskar prend sa veste et indique à son assistant qu’il va faire un tour pour sortir de cette  pièce qui lui semble soudain étouffante. Il sait où il veut aller et pourtant ignore si il le trouvera chez lui. Mais il en a assez, assez de son silence, assez de cette incompréhension entre eux, assez de ne pas le voir pour retrouver cette complicité qui lui est devenu indispensable. Il se dirige presque machinalement vers chez Isaiah, son esprit concentré sur lui comme il l’était quelque jours plus tôt quand il a débarqué chez lui en pleine nuit. Mais cette fois, il veut juste essayer de parler, se faire accepter. Il ravale sa fierté. L’arrivée se fait similaire, peut-être devrait-il lui demander le code un jour, mais il profite une nouvelle fois de la sortie d’un habitant pour rentrer. Il monte les étages, quatre à quatre, cœur battant. Il ne s’attend pas à être bien accueilli, et surtout ignore ce qu’il va bien pouvoir lui dire. Il espérait presque qu’il soit absent, au travail ou ailleurs pour éviter d’affronter son regard fâché et sa colère. Mais ce n’était pas une solution. Que devrait-il faire, rester un mois, un an, une éternité sans venir le voir. L’allemand ne le supporterait pas. Il frappe donc à sa porte, tendu, il se sent vide, seul son cœur bat dans la caisse de résonance qu’est devenu son corps creux de tout autre organe. Il attend un instant, entend du mouvement et la porte qui se referme aussi vite qu'elle s'est ouverte sur Isaiah. Oskar réagit vite,  la bloque avec son pied, vient chercher son regard dans l'entrebâillement,  ses yeux sombres qui se sont froncé face à lui. « Hey ! » souffle-t-il troublé.  « Je peux entrer? » demande-t-il simplement à son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + ©Lempika.
Multi-comptes : owen ivaldi, enrik zorzi.
Messages : 764 - Points : 1455

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Lun 15 Jan 2018 - 21:52 )


Ce petit voyage improvisé lui a fait énormément du bien. Retrouver la grande pomme, ces rues bondées, sa richesse incroyable en termes de population, de lieu et de paysages, lui ont permis de chasser cet agacement profond qui lui rongeait sa poitrine. Cela lui a permis de gouter de nouveau à l’ivresse de l’imprévue et de l’inconnu. Il a fait de nouvelles rencontres, qui lui ont permis de revenir plus serein, bien que la rancœur demeure au sein de sa poitrine. Il en veut au peintre, mais ne peut pas s’empêcher de penser à lui, de ressentir l’envie d’échanger avec lui, sans pour autant y céder. Il ne compte pas se laisser contrôler par ses pulsions, par cette fougue qu’il engendre en lui. Elle a été nocive ces dernières semaines et il n’a pas envie de ce genre de relation dans son existence. Il aimerait se détacher de cet homme, le chasser loin de son esprit, mais il demeure présent, surtout à cet instant où il pose son regard sur la toile qu’il a fini avec rage et hâte lors de leur dispute. Il la détaille tout en attrapant une clope qu’il embrase entre ses lèvres. Il vient de se réveiller, après avoir passé une grande partie de la nuit au boulot où dans les draps d’une femme. Il s’est laissé tenté par une femme, a savouré une nuit de luxure en sa compagnie, mais cela ne l’a pas détenu. Il lui manquait quelque chose, cette saveur qu’il ne retrouve pas et le rend si frustré. Il fume sa cigarette en silence avant de sentir la sonnette de l’appartement résonner dans la pièce. Il est surpris, car il n’attend personne, mais se résigne à aller ouvrir la porte. Il traverse l’appartement d’un pas lent tout en enfumant ses poumons. Il ouvre la porte sans se poser de question, sans même réfléchir. Il se retrouve face à un visage familial, cet homme qui habite ses pensées dès qu’il relâche son attention. Son premier réflexe et de refermer la porte, car sa colère ressurgit sans qu’il ne puisse la contrôler. Ce type ne semble pas pouvoir lui foutre la paix. Surtout qu’il arrête son action, ce qui le fait légèrement grogner. Il lui demande d’entrer et Isaiah le laisse faire, car il connait un peu cet homme, sait qu’il serait capable de parler à travers la porte et la réserve d’Isaiah refuse cette éventualité. Alors, il relâche la pression sur la porte, l’ouvre, le laisse entrer sans lui accorder le moindre mot. Il referme derrière lui, mais ne l’invite pas à prendre place sur le canapé. « Qu’est-ce que tu fais ici, Oskar ? Il me semble que tu as été plutôt clair la dernière fois. » Il demande simplement dans une voix ferme et froide. Son regard se plonge dans le sien. D’autres paroles désirent s’exprimer de ses lèvres, plus acerbes les unes que les autres comme pour soulager cette colère que sa présence provoque de nouveau. Il ne veut pas lui donner cette peine, lui faire comprendre que ses mots ont marqué son esprit et qu’il a ce pouvoir sur lui. Il ne veut pas se sentir faible, surtout pas face à cet homme qui l’a comparé à un vide couille pour satisfaire ses desseins, avec aussi peu de respect que pour une pute. Cette pensée le rend dingue alors il inspire de grosses lattes sur sa cigarette, pour se défrustrer, sans jamais réellement y parvenir. Juste une conversation à cœur ouvert avec cet homme pourrait sans doute y parvenir, mais autant dire que ce n’est pas dans son caractère.  


L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance.
you make me want things that i’d forgotten i wanted.
Revenir en haut Aller en bas
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Je suis absent-e : du 6 au 21 juin
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 216 - Points : 1025

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Mar 16 Jan 2018 - 0:32 )
Il n’avait plus de colère qui aveuglait son cœur, plus que le manque et le besoin de mettre les choses à plat avec cet homme. Il lui semblait que la situation avait dégénéré sans réelles raisons, du moins à ses yeux. Il était un homme fier et buté qui répondait à l’attaque par l’attaque. C’est ce qu’il avait fait sans doute un peu stupidement ce jour-là, sous le coup de la colère. Il était plus serein et surtout déterminé à retrouver cette homme, reprendre ses droits sur lui. Oskar se présente chez lui, une nouvelle fois, il ne se gêne pas à s’imposer chez cet homme comme il l’a toujours fait. Il semblait bien désespéré d’attendre que celui-ci ne se présente à lui. Oskar l’était sans doute un peu. Voir son visage, même par l’entrebâillement d’une porte, juste le voir face à lui est déjà un soulagement. Il se serait presque attendu qu’il ne lui ouvre pas après l’avoir vu par le Judas. Sans doute qu’il n’y avait pas regardé car sa première réaction fut de refermer la porte sur lui. Oskar comprend ce que cela signifie, il n’y a pas encore assez d’eau à couler sous les ponts. Il retient la porte, maintenant qu’il se trouve ici, il ne refera pas demi-tour sans avoir parlé à Isaiah. Il lui demande de pouvoir entrer, et assez sagement, Isaiah le laisse faire et referme la porte. Oskar reste tout prêt de celle-ci, venant ancre ses yeux clair dans le noir de ses iris. «Je ne pense pas non ! » répond-il dans une voix calme et mesuré, mais non sans fermeté. « Si ça avait été le cas, tu ne m’aurais pas foutu à la porte en me disant que je te prenais, et je cite, ‘pour un chien en chaleur et un vide couille’. » affirma t’il avec conviction en le fixant, sans détourner le regard ou baisser les yeux. Il avait bien plus de considération pour cet homme qu’il ne lui laissait paraitre sans doute. Il ôta sa veste qu’il posa sur une chaise avant de poursuivre d’un ton toujours aussi ferme comme s’il pouvait clôturer l’affaire par ces quelques phrases. « Excuse-moi si je t’ai vexé avec des paroles qui ont mal traduit mes pensées … et d’être parti en t’insultant. » Oskar dit tout cela avec fermeté, sans le quitter du regard comme s’il pouvait le dissuader de s’énerver à nouveau ainsi. Il s’assoit finalement à l table sans rien demander, laissant à Isaiah le choix de la distance entre eux et surtout lui assurant une conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + ©Lempika.
Multi-comptes : owen ivaldi, enrik zorzi.
Messages : 764 - Points : 1455

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Mar 16 Jan 2018 - 19:54 )


Isaiah prend sur lui pour canaliser cette colère qui ravage ses tripes. L’amertume de leur précédente rencontre, rend la présence de son amant particulièrement désagréable. Son esprit est encore imprégné de ce mépris dont l’artiste a fait preuve à son égard. La fierté d’Isaiah n’est pas en mesure de le tolérer, de le pardonner. Juste des excuses en bonne et due forme pourrait amoindrir cette fureur qu’il le gagne face aux blessures qu’il a encaissé. Il ne le dira pas, mais il est évident que sa relation avec Oskar le chamboule au plus haut point. Il a beau essayer de prendre de la distance pour éviter de sombrer dans l’ivresse provoquée par leur liaison, il n’y arrive pas. Du moins, il n’y parvient pas totalement, sinon il l’aurait envoyé au diable, l’aurait fait déguerpir avec violence à cause de ce qu’il s’est passé. Ce qui lui semble impossible, car il a beau faire le dur, le fier, l’arrogant, il se refuse de couper le lien avec cet homme. Un cocktail dangereux d’émotions, qui explosent avec violence au fond de son être, qui lui fait perdre contenance et sa réserve, qui le pousse au paradis, comme en l’enfer. Les effets de cet homme sont dangereux, mais il a beau faire la morale à Amara, il n’est pas mieux doué pour se protéger. Il est loin d’une relation amoureuse avec cet homme, mais la violence des émotions et de l’attirance qu’ils développent l’un pour l’autre est explosive. Sans surprise, son amertume s’échappe de ses lèvres. Il s’en veut de l’avoir exprimé, d’avoir émis cette faiblesse de sa part. Il consume sa cigarette, l’embrase avec rapidité pour profiter des bienfaits de la nicotine, en vain. Le regard clair de l’artiste est profond et teinté d’un sérieux qu’il trouve captivant. Il ne peut pas s’en empêcher. Face à ses mots, il reste calme, le laisse s’exprimer tout en le dévisageant de son expression presque imperturbable. La réalité est toute autre au fond de lui. Ces excuses semblent sincères. Il n’en doute pas, alors toute son amertume s’amoindrit, disparait en un claquement de doigt. Isaiah peut être rancunier, mais il n’est pas forcément borné et peut facilement oublier, pour peu qu’on se montre sincère avec lui. En conséquence, il vient juste trouver son cendrier pour l’attraper, écraser sa cigarette. Seulement, il a besoin de comprendre ce qu’il s’est passé, pourquoi leur entrevue a dérapé de cette manière. Il ne nie pas sa part de responsabilité, car il a conscience que le fait de s’être braqué et de s’être renfermé, a créer un mur opaque entre eux sur le moment. En conséquence, il vient prendre place sur une chaise en face de lui. Oskar s’ouvre à lui, alors il se sent capable de s’ouvrir à son tour. « Tu m’as blessé. Il est difficile de penser autrement lorsque tu débarques sans crier sous l’impulsion d’une profonde colère envers ta femme, que tu veux relâcher dans la luxure. » Il admet simplement, dans une voix ferme sans quitter son regard du sien. « La manière dont tu t’es comporté avec moi, était limite. » Il ajoute simplement en inspirant profondément. « Tu ne peux pas jouer avec ma fierté et espérer qu’elle ne s’exprime pas. Comme tu ne peux pas me demander de m’ouvrir, de te permettre de me découvrir, sans en faire de même. Une relation quelque qu’elle soit demande d’être égaux l’un face à l’autre. » Il déclare simplement sans froideur dans la voix, dans un ton plutôt enclin à la conversation. « J’aurai juste aimé qu’on en discute, que tu te calmes, qu’on échange, qu’on ne soit juste pas deux hommes, qui se perdent dans le sexe. » Sans chercher à se connaitre ou à s’apprivoiser, juste désireux de se faire dévorer par la fougue sans rien ressentir d’autres. Il ne le dit pas, mais ses prunelles parlent pour lui. Il sent que ce n’est pas que ça entre eux. Il ne peut le formuler, mais il le sait, tout au fond de lui, c’est pour ça qu’il se laisse aller avec lui, agissant comme il ne le ferait pas avec aucun autre homme.   


L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance.
you make me want things that i’d forgotten i wanted.
Revenir en haut Aller en bas
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Je suis absent-e : du 6 au 21 juin
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 216 - Points : 1025

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Mer 17 Jan 2018 - 20:47 )
Oskar avait passé la porte d’entrer, son regard ne quitte pas cet homme. Leur dernière rencontre s’était déroulée bien différemment de ce qu’il avait attendu. Oskar était bien décidé à rectifier le tir avec lui. Il sait qu’il n’est pas tout blanc dans cette affaire, qu’il a d’une manière ou d’une autre mépris les désirs de son amant. Il avait eu envie de lui, toujours trop fougueux, trop embrasé par sa présence, il se plongeait dans la luxure avec plus de facilité que dans l’art de la conversation. Mais il ne voulait pas aller de travers avec Isaiah, alors sans doute lui devait il ces excuses qui sortait de ses lèvres avec sincérité. Il se contente de ne pas se faire repousser une nouvelle fois par l’italien qui s’installe face à lui. Leurs regards se croisent, les paroles d’Isaiah évoquent la blessure qui lui a infligé son comportement. Il entend ce qu’il dit, il avait aussi eu le temps d’y réfléchir cette semaine à ce qui avait pu retourner la situation de cette manière. Sans doute qu’amener le thème de sa femme n’avait pas été particulièrement judicieux, surtout quand celle-ci était si insignifiante. Et Isaiah s’ouvre, explique en détail, mais de manière plus posé, ce qu’il lui reproche, le fait qu’il avait l’air de se jouer de lui, sa détermination à maintenir une espèce de supériorité dans leur relation. Isaiah avait parlé de relation. Il ne désirait pas être comme il disait, deux hommes qui se perdaient dans le sexe, mais c’est vrai que l’allemand n’avait jamais confirmer clairement le contraire. L’art et le sexe comme lien ! Oskar avait profité de cette simplicité pour se plonger constamment avec lui dans cette addiction au corps érotique, sans se pencher sur le reste, sur ce qui le poussait chez lui un soir à 23h, frustré, irrité et surtout envoûté par l’italien. Il été rester tellement fermé a tout être. Et formuler ce qu’il désire avec cet homme n’est pas vraiment permis. « J’ignorais que ca ne te suffisait pas. » dit il simplement, calmement en le fixant toujours aussi avare en mot. Il observe son amant et vient allumer une cigarette lui aussi. Il en tire une longue latte. «Isaiah ! Qu’importe ce qui se passe entre moi et ma femme ! Notre relation est compliquée depuis bien avant. Quand je viens ici, c’est pour toi. » assure Oskar a son amant. Car non, ce n’est pas que du sexe pour lui, il tient à cet homme. « Okay ? »
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + ©Lempika.
Multi-comptes : owen ivaldi, enrik zorzi.
Messages : 764 - Points : 1455

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Jeu 18 Jan 2018 - 23:03 )


Il s’ouvre sans trop savoir pourquoi, peu habitué à préciser ce qu’il ressent, protégeant ses émotions par-dessus tout par fierté et par pudeur. Pourtant, il le fait à cet instant, en lui révélant qu’il n’a pas fait que le vexer. Il l’a blessé, bien plus qu’il ne le laisse entendre, ne le dévoile. Sa fierté veille à ce qu’il l’évoque rapidement, qu’il rejette indirectement la faute sur l’artiste, qui a eu un comportement très limite, pour ne pas dire irrespectueux. C’est ce qu’il a ressenti, ce qu’il ressent encore, mais il ne l’évoque pas, parce que le faire, serait accepté publiquement qu’il peut le traiter comme un moins que rien et revenir quand bon lui semble, parce qu’au fond, Isaiah est faible face à lui. Il refuse que cela soit le cas, qu’Oskar puisse penser cela et abuser de son pouvoir, alors il se montre ferme dans ses propos. Seulement, Oskar a la technique pour le perturber, le renvoyer dans ses retranchements. Cela ne fait que le brusquer, même s’il le camoufle tout en embrasant sa cigarette. « J’ignorais que c’était ce que tu voulais. » Il renchérit avec aplomb, la voix ferme et légèrement froide, sans animosité. Il ne comprend pas ce que désire l’artiste. Il lui complique la tâche en agissant de cette manière. Il se sent con sur le moment. Il s’en veut de s’être ouvert à cet homme dans un moment de faiblesse. On ne l’y reprendra pas. Il détourne son regard pour calmer son agacement qui vient titiller ses nerfs. La cigarette lui permet de se changer les idées, de ravaler sa fierté et éviter de rendre la situation plus tendue. Alors face à ses propos, il ne sait pas trop quoi en penser. « OK. » Il déclare simplement sans afficher la moindre émotion. Il vient pour lui, pour se changer les idées, se perdre dans le sexe. Isaiah le sonde de son regard sombre, ne dit mot. Il est juste l’homme qu’il baise pour oublier sa vie morose avec sa femme, celui qui éveille sa fougue et l’inspire. Il n’y a pas de sentiments derrière cela, juste une attirance charnelle et artistique. Une putain d’attirance qui devient dangereuse pour le jeune artiste, qui le tourmente à chaque fois. Alors pour éviter d’afficher ce foutu trouble, il finit par se relever en écrasant sa cigarette. « Je vais me faire un café. Je t’en fais un ou tu as fini ce que tu avais à me dire. » Il lui pardonne son manque de respect, sa sincérité, mais il ne lui donnera pas ce qu’il désire tout au fond de lui. Pas pour le moment, encore moins à cet instant où il se sent particulièrement con. Au fond de lui, il voudrait que leur conversation se termine sur le champ, car sa fébrilité se réveille et il ne veut pas perdre son calme de nouveau, car il sait ce que cela peut signifier et cela le tourmente. Cet homme ne devrait pas avoir ce pouvoir.


L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance.
you make me want things that i’d forgotten i wanted.
Revenir en haut Aller en bas
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Je suis absent-e : du 6 au 21 juin
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 216 - Points : 1025

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Sam 20 Jan 2018 - 0:41 )
Les paroles de son amant ne le laisse pas indifférent ou froid, elles sont des petites piqures amères, teintées de cette blessure que l’allemand lui a infligée par son manque. D’attention ou de considération ? De respect ou bien de sentiment ? Pourtant, il n’était pas déconnecté de cette relation, chaque semaine qui passait sans lui lui rappelait la terrible passion qu’il possédait pour Isaiah. Ce qu’il voulait ne se réduisait pas a se perdre dans le sexe avec lui aussi plaisant était-ce. Isaiah avait cet effet déroutant qui l’envoutait, un pouvoir sur son âme qui surpassait le sexe. Oskar ne l’avoue pas. Il ne dénie même pas que ce n’était pas ce qu’il voulait malgré cette vérité.  Il lui laisse juste comprendre que sa venue n’était pas motivée par sa femme mais par une envie et un attachement sincère envers lui. Il n’est pas sur que le message sois vraiment bien passé mais Isaiah approuve. Oskar a juste envie de clôturer cette histoire, retrouver cette simplicité et ne se pose pas de question, ne lui pose pas de question. Sans doute une erreur, mais il croit en ce simple ok. Ca l’arrange de ne pas avoir à approfondir ses pensées. Il tire sur sa cigarette, son regard se perd sur Isaiah, sur ces yeux noirs intenses qui le rend si fébrile. L’allemand le suit du regard quand il se lève pour leur faire un café. « Je veux bien un café oui ! » dit il simplement. Il sort de table lui aussi, accompagne Iaiah dans la cuisine et s’installe contre le plan de travail à coté de son amant. Il le laisse lancer la machine à café en fixant cet homme. « Tu comprends que je ne peux pas avoir de relation plus sérieuse avec quelqu’un. Pas même avec toi, Isaiah, pas même si j’en crève … » d’envie tait il dans un silence après avoir haussé le ton. il s’arrête à une explication plus simple que la réalité. Pas sérieux ne garantissait pas sa légèreté. Ce qu’il ressentait pour lui était profond alors ce qu’il a à dire le déchire mais il le souffle quand meme. « Je suis mari et père. Je veux juste te garder comme amant et muse. J'ai besoin de toi pour ca. »
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + ©Lempika.
Multi-comptes : owen ivaldi, enrik zorzi.
Messages : 764 - Points : 1455

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Sam 20 Jan 2018 - 15:38 )


Il se déteste d’être si sensible à ce sujet. Il sait qu’il est stupide de se prendre la tête pour cela. Il sait pertinemment que sa fierté a du mal à avaler la pilule. En cherchant à le dominer alors que sa fébrilité était conséquente, Oskar a réalisé une dangereuse manœuvre. Il ne peut pas juste accepter que cet homme vienne chez lui, s’impose à lui et l’insulte parce qu’il est frustré de ne pas obtenir ce qu’il désire. Isaiah n’est pas sa chose, ce soir-là, il n’avait pas envie de le devenir, mais était prêt à l’écouter, à apprendre à le cerner, chose que cet homme lui a refusé et qu’il continue de faire, en lui faisant comprendre que leur relation est purement charnelle. Une part d’Isaiah veut le croire. C’est pour cela qu’il n’émet qu’un simple « OK ». Il ne veut pas chercher la provocation, il ne veut pas dévoiler que ces propos le bouleversent profondément. Il refuse que cet homme perçoit sa fébrilité, sa faiblesse, qu’il pense avoir ce pouvoir qu’il ne comptait pas lui donner, mais qu’il a pris sans même qu’il en prenne conscience. A cet instant, il désire ardemment le voir quitter son appartement, sa vie, trouver le moyen de l’effacer de sa mémoire pour tenter de reprendre les rênes de sa vie, mais il n’arrive pas mieux à l’exprimer. Il s’éloigne de lui pour préparer un café. Il instaure une distance pour tenter de reprendre ses esprits et ne pas laisser son émoi s’exprimer devant lui. Seulement, cet homme ne lui laisse aucun répit. Il le suit dans la cuisine, se pose non loin de lui, en réduisant la distance entre leurs deux corps. Il n’aide pas à amoindrir son trouble. Ce qu’il dit le bouleverse profondément. Cet aveu même muet lui retourne les tripes. Oublier ce qu’il vient de dire semble impossible à cet instant. Alors, il laisse ses doigts enserrer le plan de travail pour inspirer profondément. « Je ne comprends pas ce que tu veux, Oskar. » Il déclare simplement en venant plonger son regard dans le sien. « Tu ne peux pas me demander d’être ta muse et ton amant, comme ça, comme si tu ne ressens rien. On sait très bien que c’est faux. Toi-même tu viens de le dire. » Il se pince la lèvre et inspire profondément pour se redresser et attraper deux tasses. «  On sait très bien que cette relation va nous mener à rien. » Il ajoute avec une franchise déconcertante, tout en le fixant droit dans les yeux. « Tu ne veux pas de relation plus profonde, qu’on se contente de baiser et de parler d’art. Cela me va, mais ne reviens plus ici. Pas tant que je ne t’ai pas invité, pas quand tu te seras pris la tête avec ta femme et que mon corps te manque. Tu auras mon corps, quand je le voudrai. Si ces conditions te va, alors oui, cela fonctionnera le temps qu’on se lasse ou que je rencontre quelqu’un d’autre. » Il lâche ses conditions dans une voix ferme et déterminée. Il reprend le contrôle de leur échange, de leur relation. Par la même occasion, il protège, sait qu’il ne doit absolument rien attendre de cette relation. C’est une forme d’ultimatum, pour arrêter de laisser cet homme empoisonné son esprit et son corps comme il le fait depuis des mois.


L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance.
you make me want things that i’d forgotten i wanted.
Revenir en haut Aller en bas
Oskar ZieglerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2008-oskar-ziegler-consume-m http://www.ciao-vecchio.com/t2046-oskar-ziegler-consomme-moi
ID : Coo, Agnès
Faceclaim : Max Riemelt + ©SHIYA
Je suis absent-e : du 6 au 21 juin
Multi-comptes : Harvey Lloyd
Messages : 216 - Points : 1025

Âge : 38 ans
Métier : artiste peintre, gérant de sa propre galerie
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Sam 27 Jan 2018 - 3:44 )
Oskar espérait poursuivre avec Isaiah cette simple relation qu ils avaient eut jusqu'à présent. Une relation qui ne lui en demandait pas trop mais dont il recevait beaucoup. La place qu'Isaiah avait pris dans sa vie était bien plus importante que ce qu il prétendait par ses paroles. Isaiah n en est d ailleurs pas dupe et le lui fait clairement comprendre. Isaiah ne comprends pas ce qu il veut ou peut être l entend il trop bien entre ses paroles. Oskar le fixe du coin de l oeil. Non il ne ressent pas rien mais que veut entendre Isaiah? Que peut il lui dire. Oskar n admet rien, se laissant prendre à son propre jeu, entuber dan ms une fierté maladive. Oskar est démasqué mais il s y embourbe quand même. "Et donc ? Tu veux quoi de plus ?" Il le questionne même en ayant déjà quelques éléments de réponses mais c était loin des capacités de l allemand. Pourtant les paroles d'Isaiah ne lui plaisent pas, ni son constat que leur relation ne mènerait à rien -son triptyque faisait éloge et preuve du contraire - , ni les conditions qu il pose. Sa dernière phrase est la cerise sur un gâteau écoeurant. Sa possessivité fait bondir et rugir ses entrailles. "Tu te fous de moi. Tu nous mets des conditions ? Tu veux qu on signe un contrat tant qu on y est ?" Il ne supporte pas vraiment l idée que cet homme puisse rencontrer quelqu'un d autre, mais l'embrasement provoqué, il l'utilise à d autre fin. "Tu ne veux pas de moi ici ? Soit tu pourras recevoir qui tu veux jusqu'à ce que tu daignes te rappeler que j'existe. Gud!" Lui qui désirait une relation d art et de sexe n'avait pas vraiment son mot à dire la dessus. Mais Isaiah avait vu juste en prétendant que l'allemand ressentait autre chose pour lui. C'est ce sentiment qui enrageait son âme mais lui même avait été très clair sur le contenu que pourrait avoir leur relation, pourtant ça l ennuie quand Isaiah le lui présente ainsi. Il semble perdre son emprise, et surtout cet homme. Il le fixe avec intensité, il ne veut pas lui donner raison pourtant..."d'accord" accorde t il finalement à son amant. "ça marche! Mais tu réponds à mes messages, et tu me contacte chaque fois que tu désires un homme. Pas une fois tout les 36 du mois. Tu me contactes moi en premier." Il demande d un voix déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Isaiah Stefano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1743-isaiah-l-art-n-est-qu-u http://www.ciao-vecchio.com/t1751-isaiah-l-art-n-est-qu-un-moyen-d-exterioriser-un-trop-plein-d-amour-ou-de-souffrance
ID : mary.
Faceclaim : Matthew Daddario + ©Lempika.
Multi-comptes : owen ivaldi, enrik zorzi.
Messages : 764 - Points : 1455

Âge : 34 ans.
Métier : artiste peintre indépendant, qui gagne pas trop sa vie par son art. Il travaille comme barman à Dolce Vita
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le Sam 27 Jan 2018 - 16:40 )


Ils ne se comprennent pas. Sans doute parce que leur situation mutuelle n’est pas des plus claires pour aucun d’entre eux. Isaiah est profondément troublé par cette attraction qui le lit à cet homme, et ce, depuis le début. Sans doute se serait-il laissé couler jusqu’au point de non-retour sans même le remarqué s’il n’avait pas débarqué à l’improviste après une dispute avec son épouse, pour se défrustrer en sa compagnie. Désormais, il se retrouve déchiré entre cette attraction et sa fierté. Il ne veut pas s’embarquer dans une relation vouée à l’échec, surtout qu’il prend conscience dans les propos du plus vieux, qu’une mise en couple avec lui ne sera pas une alternative envisageable, qu’importe ce qu’il finira par ressentir à son égard. Alors, il soupire face à la question de l’artiste, qui lui renvoie la balle. « Rien. » Il déclare dans une voix assez austère et agacé. Il aimerait qu’il parte de son appartement, qu’il lui laisse encaisser tout cela et du temps pour expier toute cette frustration qui sommeille au fond de sa poitrine. De toute façon, il prend conscience que leur relation ne les mènera à rien. Il doit s’en extirper d’une manière ou d’une autre, mais a conscience de cette dépendance développée pour cet homme.  Alors, il désire reprendre le contrôle de leur relation, de trouver le moyen de se protéger de développer quoi que ce soit à son égard, quand bien même est-ce déjà bien le cas. Il pose des conditions à son amant, qui accueille l’annonce avec peu de plaisir. Sa hargne s’exprime. « Non, techniquement on a aucun compte à se rendre. » Il déclare avec froideur et émotion, car c’est la réalité. Ils sont juste amants, même pas des amants amoureux. Ils se fréquentent grâce à une alchimie artistique et physique, même s’ils sont assez lucides pour comprendre qu’il y a plus, mais sans aveu, sans volonté, ils ne doivent pas se faire d’illusions. Ils sont juste deux hommes qui s’enivrent dans une luxure appréciable. « A toi de faire en sorte de me montrer que tu existes. » Il déclare avec la même froideur et animosité dans la voix. Il le provoque de nouveau, le défi, rend cette tension encore plus palpable entre nous. Il ne le veut pas ici, car c’est le faire rentrer plus intimement dans sa vie. Oskar doit comprendre sa manœuvre et c’est sans doute pour cela qu’il se sent tant en insécurité et est empli de rage. Il perd le contrôle qu’il avait gagné. Ce jeu de pouvoir le fait enrager, mais il a conscience qu’il n’a pas vraiment le choix s’il désire continuer à profiter de ses formes. Alors, c’est à son tour de négocier. Il accepte les termes de ce contrat verbal qu’il met en place. Il donne les siennes, histoire de rétablir un équilibre entre eux et Isaiah ne compte pas faire de résistance. « OK. Je répondrai à tes SMS quand je pourrais et te contacterai quand je ressentirai le besoin qu’on couche ensemble. » Il déforme volontairement les propos de l’allemand. Il est le seul homme à le dominer à ce jour, mais il ne veut pas s’interdire de chercher un autre dominant si c’est le seul moyen qu’il trouve pour fuir cette attraction passionnelle. Elle demeure toujours présente, même lorsqu’ils se confrontent de cette manière. Oskar dégage un charisme et une virilité qui l’envoute et l’excite malgré sa froideur apparente. Ce n’est pas encore gagné pour qu’il cesse d’éprouver du désir pour ce corps, car même en froid, il le désire ardemment. « Marché conclu ? » Il déclare en venant déposer sa tasse de café à côté de lui. C’est un moyen de mettre un terme à cet échange qui accentue sa fébrilité. Il doit juste s’assurer de ne pas sombrer d’autant sous le charme de ce regard océan. Chose qui lui semble à l’instant bien impossible.


L'art n'est qu'une forme d'expression, un moyen d'extérioriser un trop plein d'amour ou de souffrance.
you make me want things that i’d forgotten i wanted.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Abandonné] When words are harder than silence. - Isaiah #4 -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences