Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
ID : Djoan (Floriana) fait vivre Brigitta à travers les articles de son blog.
Faceclaim : Alison Brie ©Djoan
Messages : 466 - Points : 1084

Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
Sujet: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Sam 3 Fév 2018 - 1:05 )
La fête des célibatairesLa soirée des amoureux... ou pas.
Salle des célibataires
La salle des célibataires n’est pas dénuée de charme, mais tout est dans la simplicité. Elle ressemble à ces restaurants chaleureux que l’on peut trouver dans les rues de la ville. Un buffet à volonté sert de consolation à ceux qui ont pu être déçu par leur invitation. La musique n’est autre que des tubes d’aujourd’hui. Le but de cette salle est la rencontre. Ce n’est pas parce que vous êtes seul ce soir que vous ne devez pas passer une bonne soirée.


En savoir plus
• Pour en savoir plus sur le concept, c'est par ici.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2782 - Points : 2975

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Mer 7 Fév 2018 - 8:48 )
La Saint Valentin. Une fête ridicule, commerciale pour certains mais une fête importante pour Lana. Amoureuse de l'amour, on ne peut imaginer que difficilement que la jeune organisatrice de mariage ne soit pas fervente de ce jour de l'année. Alors oui, bien sûr, il ne faut pas attendre une date précise pour prouver à l'être aimé qu'on tient à lui et bien sûr qu'il n'y a aucune nécessité d'en faire des tonnes ce jour-là. Mais quand même. Une petite attention, un repas passé à deux en cette occasion, ça fait toujours plaisir. Lana, depuis qu'elle a connu ses premiers émois, a la particularité de ne jamais avoir passé la fête des amoureux toute seule. Sans doute inconsciemment, elle avait toujours trouvé le moyen de se jeter dans les bras d'un jeune homme un peu avant la fête fatidique mais cette année... cette année c'est différent. Elle a ouvert son cœur, d'une manière totalement farfelue dont elle a le secret, et la chose n'a pas été réciproque. À quoi s'attendait-elle de sa part? Son carton d'invitation était une vaste blague en soit, histoire de protéger son cœur et sa dignité en cas de non réciprocité. Pourtant, une toute petite part d'elle n'avait pas pu s'empêcher d'espérer. De le voir faire un pas vers elle d'une manière qui signifierait quelque chose pour elle, pour eux. Et il ne l'avait pas invité. Erio. L'homme qui est devenu bien plus que son colocataire au fil du temps,  celui qui a volé son cœur alors qu'elle ne s'y attendait pas. Il est pourtant tout son contraire. Farouchement indépendant, opposé à toute forme de romantisme... Alors bien sûr qu'il n'allait pas l'inviter à cette soirée stupide. De toute façon, leur relation, bien trop étrange, était loin d'en être là. Alors elle allait passer la soirée dans cette salle, à se morfondre et à manger tout un tas de gâteau. Tel était son objectif de la soirée. " Non mais attends tu plaisantes ? Tu ne peux pas y aller comme ça. " Sara interrompt Lana dans ses pensées alors qu'elle passe sa tête dans la porte entrouverte. Surprise la jeune femme détaille sa tenue et pose ses yeux sur une petite robe noire, toute simple qu'elle porte à l'instant. " On dirait que tu vas à un enterrement. " Soupir. C'est un peu à quoi s'apparente cette soirée pour elle, en même temps. Elle n'y va que pour montrer à Erio qu'elle s'en fiche et que tout ça ne l'atteint pas. " Je n'ai pas pu récupérer grand chose avec la mise à sac de l'appartement. Ça ira très bien." Appartement qui, heureusement, sera disponible très bientôt. Elle adore Sara et Dario, qu'elle a appris un peu plus à connaître mais son cocon lui manque. " Tu rêves! Viens par là on va te trouver un petit quelque chose dans ma penderie, on fait la même taille." Sans plus de cérémonie, Sara la prend par la main et l'amène avec conviction jusque dans sa chambre. Et là, telle marraine la bonne fée avec Cendrillon, elle transforme Lana en lui prêtant une jolie robe crème, s'occupant de sa coiffure en lui remontant élégamment ses cheveux en une jolie queue de cheval, la maquille et lui prête même des chaussures à talons. Le résultat après une heure est tout de même assez bluffant et c'est avec un sourire que Lana remercie sa relookeuse du jour. " Et un carrosse tu n'as pas ça en stock par hasard? " Sarah lâche un sourire complice. " Non mais je t'ai commandé un taxi et il arrive. " Sans hésiter, Lana prend Sarah dans ses bras. " Tu es parfaite. " Lance-t-elle avant de prendre une petite seconde pour faire un câlin à Berlioz, lui intimant au passage d'être sage. Là, Lana prend son sac et n'oublie pas de souhaiter une bonne soirée à Sara qui aura le droit à la salle des rois ce soir avec son mari, qui doit venir la chercher dans une trentaine de minutes. Une petite partie d'elle les envie... Elle aurait aimé savoir à quoi peut bien ressembler cette salle elle aussi. Au lieu de quoi, environ dix minutes plus tard, la jeune femme se trouve à l'entrée de la salle des célibataires. Payant le taxi, la jeune femme prend un instant pour souffler avant d'installer un sourire factice sur son visage, entrant dans la salle. Plusieurs célibataires sont déjà là mais Lana n'y prête pas une seconde attention, fonçant sur le buffet sans état d'âme. Et un gâteau d'enfourné en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Cette soirée promet de ne pas être bonne pour sa ligne.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©Shiya
Multi-comptes : Dante, Demetrio, Enzo & Stefan
Messages : 782 - Points : 3106

Âge : trente-deux ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Jeu 8 Fév 2018 - 0:29 )
« T’es un crétin ou tu le fais exprès ? » Mêlant ses propos à une tape qu’Erio reçoit à l’arrière de sa tête, Dario ne manque pas de montrer son agacement, du au comportement de son collègue. Il voit bien qu’il en pince pour sa jolie colocataire, que son charme ne lui est pas indifférent. Tous les deux se connaissent depuis des années et s’il n’a jamais eu l’occasion de rencontrer une seule femme, c’est parce que l’attachement est loin d’être son fort. Sauf que là, ses sentiments sont réels, intenses et ne méritent pas qu’il les cache indéfiniment par appréhension. Erio grimace, pose sa main sur son crâne comme si la frappe était douloureuse. Il ne s’attendait pas à une réaction si vive en confiant à son ami avoir noté un prénom qui n’est pas celui de Lana et ne comprend pas pourquoi ça semble autant le préoccuper. Sans doute pour les mêmes raisons qu’il s’inquiète pour eux, parfois. Même s’il n’est pas prêt à l’admettre, il les aime beaucoup, est attaché à ce couple qui le pousse parfois à bout et pour des broutilles. Il est si facile de l’irriter que Sara en profite en lui lançant quelques piques auxquelles il répond avec ardeur, pour mieux lui rendre la pareille plus tard avec sa répartie légendaire. « Oh, tu te calmes. C’est qu’une une fête complètement débile. » Dario secoue les deux invitations sous son nez. L’une appartient à Mila qui aurait souhaité passer la soirée à ses côtés pour discuter, reprendre là où ils en étaient autrefois, réparer les pots cassés et l’autre vient de Lana. Il a pensé très fort à elle en appuyant la mine de son crayon sur le papier, avant de se raviser en pensant que cette histoire compliquerait la donne. Aussi par crainte de ne pas recevoir un retour positif, qu’elle ait pensé à quelqu’un d’autre. Il se serait senti mal à l’aise s’il avait été à côté de la plaque, si à la place, elle avait préféré se rendre à cette soirée au bras de son ex-conjoint. Erio a préféré écouter sa fierté et ne prendre aucun risque, contrairement à sa colocataire qui lui a fait une déclaration à sa manière. « Ce n’est pas ce qu’elle représente à ses yeux. Tu ne te rends pas compte. Les femmes et la Saint-Valentin, c’est comme… » Il n’est pas romantique pour un sou, alors il peine à comprendre cet engouement autour de ce jour si spécial. « C’est comme toi et la bière. C’est important. » Quelle comparaison. Pourtant, Erio ne se sent pas si concerné que ça par cet événement, quand bien même il a été choisi : ils ne forment pas un couple. « De quoi tu as peur ? » Touché. Dario tire son siège et le ramène vers le bureau du gamin. « De dire adieu à ta liberté ? » Quelque chose comme ça. Il y tient, à son indépendance, mais étonnement, ce n’est pas ce qui l’effraie le plus. « Que ça change. D’m’enfermer dans une relation, qu’ça devienne… J’sais pas. Ennuyeux. » D’un coup, Dario lâche un rire en se laissant tomber sur le dossier de son fauteuil. « Il y a d’autres choses sympas à vivre après les premiers émois. Et j’pense pouvoir dire qu’avec ton caractère de merde et le sien, vous ne risquez vraiment pas de vous ennuyer, hein. » Tout de même, il ne peut s’empêcher de craindre ce qui pourrait se passer s’il venait à laisser ses peurs de côté, mais il sent aussi qu’il regrette de n’être qu’un simple type dans la vie de Lana, alors qu’il aimerait être plus que ça. « Alors, tu vas me faire le plaisir de ravaler ta fierté deux minutes et de te rendre à cette soirée pour rattraper le coup. Tu ne voudrais pas qu’elle finisse dans les bras d’un autre, n’est-ce pas ? » Il tapote son épaule, puis récupère sa veste. « Je dois passer prendre Sara et pendant que toi, tu rameras, moi, je profiterai de la bonne boisson de la salle des Rois. A plus tard imbécile. » Il lui fait un signe de la main, auquel Erio répond pas un « connard ». Ce qu’il lui a dit a cependant raison de lui : il ne peut définitivement pas laisser la brune se faire draguer par n’importe qui, alors il ne tarde pas à s’en aller lui aussi et rejoindre la salle dite « des célibataires ». Celle-ci est fréquentée par des hommes bien sapés, quand lui s’est contenté de sa tenue de la journée : un pantalon noir, de sa veste de la même couleur et d’un t-shirt à manches longues, couleur gris et qui lui colle à la peau. C’est simple, ça lui ressemble, mais ça dénote un peu avec l’ensemble des personnes présentes. Tout le monde semble avoir fait un effort de présentation. Les femmes sont toutes élégantes et dans le lot se trouve Lana qu’il reconnaît de dos, en train de piocher dans les petits fours qu’elle ingurgite sans faire attention à ce qui se passe. Il s’en approche, avec un brin d’hésitation. Ce carton reçu lui rend la tâche difficile, mais c’est peut-être aussi grâce à lui qu’il va réussir à briser la glace. Erio place sa main sur le bas de son dos afin de la prévenir qu’elle n’est plus seule et s’appuie avec son coude, sur la table. « Alors comme ça, j’suis de corvée de linge ? » Il est évident qu’il refuse catégoriquement les films à l’eau de rose. Son regard s’attarde sur son visage maquillé. C’est léger, ça lui va bien, tout comme cette robe dans laquelle il la trouve superbe. « Elle est pas si mal, cette salle. On n’s’coltine pas tous les couples niais, qui s’prennent la main et s’regardent avec des étoiles dans les yeux. » L’autre n’aurait fait que leur rappeler ce qu’ils ne sont pas.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2782 - Points : 2975

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Jeu 8 Fév 2018 - 11:29 )
Un, deux, trois, quatre... Dix. Lana perd vite le compte des petits gâteaux avalés. Heureusement pour les autres célibataires de plus en plus nombreux dans la salle, le buffet est largement rempli bien que Lana soit en train d'y faire un petit carnage. Elle tente de se limiter cependant, sachant que chez elle la limite est fine entre un "goinfrage réconfortant" et une crise de boulimie dévastatrice. À sa gauche une autre femme lui adresse un petit sourire complice alors qu'elle-même se sert de plusieurs petits fours sur une assiette. Peu de femmes présentes ici ce soir ne doivent être contentes de leur situation. Les hommes, eux, prennent sans doute les choses avec plus de philosophie et voit là l'occasion de repartir avec une célibataire en mal d'amour. Mais Lana n'a pas le temps de réfléchir plus longtemps aux ressentiments des hommes et des femmes de cette salle plus longtemps qu'elle sent une main prendre possession du bas de son dos. Se demandant quel dragueur peut se permettre de l'aborder d'une manière aussi peu cavalière, elle manque d'avaler de travers son petit four quand son regard se pose sur Erio. Successivement un froncement de sourcil, puis un sourire, puis un nouveau froncement de sourcil s'impose sur son visage. Des sentiments contradictoires prennent possession d'elle entre la joie de le voir, le malaise de s'être sentie rejetée et l'étonnement quant à sa présence ici. " Qu'est-ce que tu fais là toi? " Lance-t-elle comme entrée en matière. Sa présence à elle est simple : elle a envoyé une invitation et n'en a pas reçu en retour. Comme toutes les autres personnes à l'intérieur de cette salle d'ailleurs. Attendez... Comme Erio aussi, alors. Cela veut dire qu'en plus de ne pas avoir pensé à l'inviter, il a invité quelqu'un d'autre. Oh. Voilà qui ne fait pas du bien comme constatation. " Et oui, définitivement oui pour la corvée de linge. " Un fin sourire malicieux s'installe au coin de des lèvres, comme promesse de ce qui l'attend. C'est sa faute si elle se retrouve dans cette soirée qu'elle juge déprimante et elle ne compte pas le laisser s'en sortir comme ça. " Et j'ai décidé d'ajouter le visionnage de N'oublie jamais au package. Ca va un seul film c'est pas la mort ! C'est pour compenser le fait que la nourriture ici n'est vraiment pas terrible. " Dit-elle alors qu'elle se resserre pourtant d'une mini-pizza. N'oublie jamais... Ce film fait partie de ses préférés et elle l'a déjà imposé un paquet de fois à Erio en deux ans. Elle a beau l'avoir regardé une bonne centaine de fois, elle pleure toujours comme une madeleine à chaque fois. " Ouais... c'est clair. Ne trouve-t-elle rien de mieux à répondre à sa remarque sur la soirée, créant un silence gênant de quelques instants. Le fait est qu'elle, elle les trouve plutôt mignonnes ces démonstrations d'affections... Certes, certains couples sont parfois un peu trop mielleux ensemble mais montrer son attachement à quelqu'un, même en public, peut parfois avoir quelque chose d'attendrissant. " Et puis dans cette pièce y'a un tas de filles désespérées à draguer ! " Rajoute-t-elle tout d'un coup, avant d'enchaîner. " Non pas que je fasse partir de ses filles-là hein. J'veux dire à la base je voulais m'habiller normalement et juste faire une apparition mais Sara s'est prise pour Carrie Bradshaw, tu connais Carrie Bradshaw dans Sex and the City non ? Bref tout ça pour dire qu'elle m'a totalement relookée et que finalement je me suis dis que c'était une soirée avec nourriture et boisson à volonté donc autant en profiter tu vois? Tiens d'ailleurs où sont les verres? " Lana termine son interminable laïus en tournant son regard dans tous les sens avant de repérer les coupes de champagne sur une table un peu plus loin. " Viens. " Lana attire Erio un peu plus loin, prenant instinctivement sa main dans la sienne, ne lui laissant pas une seconde de répit. Dites bonjour à Lana aka la fille mal à l'aise aka la fille désespérée qui ne veut pas avoir l'air désespérée aka la pile électrique.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©Shiya
Multi-comptes : Dante, Demetrio, Enzo & Stefan
Messages : 782 - Points : 3106

Âge : trente-deux ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Ven 9 Fév 2018 - 0:37 )
« J’profite. » Avouer que Dario lui a forcé la main est inavouable. Il y a quelques semaines, Erio avait l’intention de s’y rendre en tant que célibataire, convaincu que la personne posée sur le papier ne lui rendrait jamais la pareille. Il faut dire que leur relation n’est pas au beau fixe. Lui, il préfère dire ce qui est vrai : il profite de la salle, compte faire de même avec le buffet en mangeant et en buvant ce qui lui vient sous la main, et puis… Il devrait aussi sauter sur l’occasion pour draguer des jolies demoiselles en détresse. Seulement, rester avec Lana ne porte pas en sa faveur. Et à côté de ça, a-t-il réellement envie de la quitter ? « Tu m’connais, j’rate jamais une occaz’ de m’éclater un peu. » Les fêtes, c’est son truc. Ca l’aide à se détendre et même s’il apprécie des moments où il peut se retrouver, Erio préfère de loin les bonnes ambiances pour une raison simple : plus il y a de monde, plus il y a de la musique, moins il se perd dans ses pensées et on ne peut pas dire qu’elles soient très positives. Lorsque ça ne concerne pas sa colocataire, elles vont tout droit vers son enquête, ou encore sa famille. « Tu rêves. J’te signale que j’étais pas au courant des termes du contrat et que j’vais pas me taper encore une fois ton film. » Elle veut le tuer avec cette adaptation qu’il finit par connaître comme sa poche. C’est un très beau film, mais il est triste à en mourir. « T’attendais quand même pas à de la bouffe de luxe ? » Lui, ça lui convient. Il enfourne un petit four, puis un second au saumon qu’il déguste à peine. Il l’avale, enchaîne sur un autre à la tapenade d’olives avec une fine tranche de bœuf crue, tandis qu’elle se lance dans un monologue qu’il n’attendait pas, mais qui ne l’étonne pas tant que ça, habitué à ce que sa colocataire se lance dans des discussions que peu de gens suivent. Elle est nerveuse et son manque de retour n’y est sans doute pas pour rien. « Nan, c’est vrai que toi, t’as Fabio. » lance-t-il, sentant sa main prendre la sienne. Il se souvient des nombreux messages qu’ils s’envoient régulièrement. Depuis la dernière fois, il n’a pas perdu le Nord. Est-il au courant de la mise en sac de leur appartement ? « T’avais personne d’autre à mettre, pour éviter de t’faire montrer du doigt par toutes les nanas qui t’auraient crié que t’étais une voleuse de mec, alors t’as mis le premier bouche-trou que t’as trouvé. » Lui ? Cette invitation ratée, Erio ne la comprend pas. Evidemment que ça l’a touché, mais même si Dario est convaincu que Lana en pince pour lui, sa proximité avec son ex-petit ami le fait douter. Il est jaloux, peine à ouvrir les yeux sur ce qui se passe réellement. « Mais c’est pas grave, hein. Ca m’vexe pas. C’plutôt flatteur que t’aies pensé à moi. » Il la freine, attrape une coupe sur un plateau qu’il lui tend et en prend une autre, ne perdant pas une seconde pour en boire une gorgée. « Tu veux que j’te dise ? On en a rien à foutre de la salle des Rois. Elle doit pas être si belle que ça et la nourriture ne doit pas être si meilleure. On a de la bouffe, de l’alcool, alors pourquoi s’prendre la tête quand on a de quoi s’amuser ? » Les idées, ce n’est pas ce qui lui manque. Erio lâche la main de sa colocataire, saisit dix gobelets qu’il place face à elle et récupère sa fiole d’alcool qu’il verse dans un, rempli l’autre de punch, le troisième de son vin blanc et ainsi de suite, jusqu’à ce que les dix gobelets ait tous un petit fond. « Bois-les. » Ca sonne comme un défi. Alors ?


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2782 - Points : 2975

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Ven 9 Fév 2018 - 19:02 )

Il profite. Il en a de la chance. Pour Lana, cette soirée n'a rien de très réjouissant jusque-là. Elle lui rappelle son statut de célibataire de plus trente ans, à la vie amoureuse catastrophique. À peine remise d'une séparation de plus de deux ans et attachée par-dessus le marché à un homme totalement inaccessible. Elle s'accroche pourtant, reste dans le coin avec un secret espoir qu'il se rendra compte qu'elle est là, pour lui, à attendre LES mots qu'elle rêve d'entendre de sa bouche. Mais cette invitation sans réponse lui prouve encore qu'elle ferait mieux de protéger son cœur et d'arrêter les frais... Mais c'est difficile quand la personne en question se trouve en face d'elle et parvient à la mettre dans tous ses états en quelques phrases, en quelques gestes ! « Il est super ce film ! Mais si tu veux pas, très bien. Je le regarderais dans ma chambre en pleurant toute seule vu que mon colocataire indigne ne voudra pas m'accompagner. » Faisant la moue, elle tente clairement de l'amadouer. « Ben dans la salle des Rois, je m'y attendais, ouais. » Lâche-t-elle, ne pouvant s'empêcher de lui lancer une légère pique en pinçant les lèvres. Mais sa remarque est bien loin d'égaler celle que lance Erio par la suite. Fabio. La main de Lana se crispe un instant dans celle d'Erio à l'entente de son prénom. Le fait est que toute l'histoire autour de son ex petit-ami est terriblement compliqué. Lors de leur dernière entrevue, il a clairement fait un pas vers elle en lui demandant s'il devait quitter sa fiancée mais elle l'avait repoussé, avec le peu de volonté qui pouvait encore lui rester. Cela devient néanmoins de plus en plus difficile pour Lana de ne pas céder à ses avances de moins en moins cachées, flattée de l'attention si soudaine qu'on peut bien lui porter. Elle tente néanmoins de ne pas retomber dans ses anciens travers et la présence bien accrochée au cœur d'un certain policier n'y est pas pour rien. Mais tout ça, Erio n'en a pas la moindre idée. Après leur dispute de la dernière fois, Lana évite tant qu'elle le peut le sujet. Cette fois encore, elle aurait laissé la remarque d'Erio dans le vent s'il n'en avait pas rajouté une couche. « Alors là, non. Si tu crois que tu es le premier bouche-trou que j'ai trouvé, c'est que t'es vraiment qu'un gros crétin. » Lana soupire un instant, agacée par son propre emportement qui trahit un peu trop l'importance qu'Erio peut bien avoir au contraire. « Et puis je te signale que le bouche-trou de la soirée dans l'histoire, c'est plutôt moi hein. Parce que si t'es dans cette salle, c'est que toi aussi tu as envoyé une invitation sans réponse. » Ce détail d'importance, qu'elle ne voulait pas évoquer au départ, se trouve finalement sur le tapis, Lana ayant été piquée au vif. À moitié toujours gênée et à présent à moitié sur les nerfs, elle ne refuse pas la coupe de champagne que lui tend Erio... et la descend d'une seule traite. Elle espère que les nombreux petits fours qu'elle a mangés plus tôt lui permettront d'absorber facilement la quantité d'alcool parce que Lana fait partie de cette catégorie de femme à n'absolument pas tenir l'alcool. Si bien que quand Erio lui fait tout son discours sur la non-nécessité de leur présence dans la salle des rois et lui propose en échange de boire une certaine quantité d’alcool, Lana se pince les lèvres, doutant de la bonne idée de la chose. « Et quoi ? Tu vas me regarder me saouler tranquillement c’est ça ? » Erio sait à quel point elle peut être hors de contrôle quand elle est dans un état d’ébriété et là, au vu de la soirée un peu particulière, il vaut mieux se préparer au pire. « Je ne bois que si tu me suis, y’a pas de raison. » Sans lui laisser le temps de quoi que ce soit, Lana prépare à son tour des verres à l’identique des siens et alors qu’elle tend son verre en l’air pour trinquer avec Erio, elle ne peut pas s’empêcher de demander : « Tu penses que je suis une voleuse de mec toi ? » Lance-t-elle, avant d’avaler d’une traite ce deuxième verre, fronçant les sourcils devant la concentration d’alcool. La question peut paraître anodine comme ça mais son avis compte beaucoup pour elle, comme toujours.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©Shiya
Multi-comptes : Dante, Demetrio, Enzo & Stefan
Messages : 782 - Points : 3106

Âge : trente-deux ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Sam 10 Fév 2018 - 2:38 )
« Oh, t’es chiante. Tu l’as vu dix-milles fois et c’est toujours le même schéma : une histoire qui s’termine par une nana qui se souvient à peine de son mec. » En soi, c’est une belle histoire basée sur l’espoir que la dame se souvienne de l’amour qu’elle éprouve pour son mari, de ce qu’ils ont vécu, mais c’est triste. Lana, lorsqu’elle le regarde, elle pleure toujours et use de mouchoirs jusqu’au dernier. Elle ne s’en lasse pas, pourrait le remettre une fois toutes les deux semaines si elle n’avait aucun autre programme à regarder. Ca ne l’enchante pas, lui. « Ton coloc’ indique t’ouvrira sa porte pour que tu puisses te poser deux minutes dans ses bras, pour éviter de passer une nuit entière à déprimer. Puis t’as Berlioz, il te fera des câlins. Toi qui voulais un compagnon, autant que tu profites de ta boule de poils. » Après tout, c’est elle qui a voulu d’un chat chez eux, alors elle peut profiter de sa présence afin de ressentir un peu moins la solitude, le manque. Il ne sera pas chiant, ne parlera pas, ne grimacera pas comme lui pourrait le faire. Ce chat est de bonne composition. C’est tout ce dont elle a besoin.

Lui, en revanche, il a besoin qu’elle lui en dise plus. Restant sur sa fin, Erio reste pendu à ses lèvres, espérant qu’elle lui dévoile le fond de sa pensée. Que veut-elle affirmer ? Qu’il est son choix premier ? Qu’elle a pensé à lui, ne voyait personne d’autre, même pas son ex-petit ami ? L’interroger lui effleure l’esprit, avant de se raviser à sa prochaine remarque. « Evidemment ! A une nana qui ne m’aurait pas répondu par la positive, tu crois quoi ? Que j’voulais me taper un repas débile, avec des bougies, plutôt que de profiter des désespérées, comme tu l’dis si bien ? » Et ça lui a donné l’occasion d’envoyer un coupon à Astrid pour l’embêter un peu. Il sait qu’elle ne l’apprécie pas, que le courant peine à passer entre eux, alors ça lui a fait plaisir d’écrire les lettres de son prénom sur le carton. D’ailleurs, son message n’avait rien de romantique, mais si ça se trouve, ça n’a aucune importance pour Lana qui semble avoir été atteint par cette possibilité. Pourtant, elle n’a pas de quoi s’en faire : la seule femme avec qui il a envie de se montrer sincère, c’est elle, mais là, à l’instant T, il préfère jouer avec l’alcool. Ca détend, ça fait du bien, ça aide à oublier les circonstances et quand bien même il n’aurait pas l’idée de s’enivrer des boissons à s’en faire tourner la tête, Lana en décide autrement en mimant ses gestes. « T’as envie d’me voir prendre une cuite ? J’tiens vachement tu sais, contrairement à quelqu’un. » Et il est clair qu’après quelques verres, il devra la surveiller de près. Elle, ce qu’elle fait, dit, les fréquentations qui lui tournent autour. Il n’a pas envie qu’il lui arrive malheur. Erio saisit un gobelet et trinque avec elle. Pris au dépourvu, il boit une gorgée en détournant un instant les yeux vers les autres personnes qui arrivent peu à peu. « J’trouve que tu joues un peu trop avec le feu, tu vois. Tu t’plains que ton ex t’a trompée et tu accoures vers lui deux ans après. T’as beau m’dire que c’est pas vrai, quelqu’un de normal n’est pas constamment penchée sur son téléphone portable avec un mec qui va en épouser une autre. Et m’prends pas pour un con. C’est pas seulement de l’organisation du mariage dont il est question. » Elle n’a jamais pris autant de temps pour quelqu’un que pour Fabio, sans doute parce qu’ils ont un passé en commun. Ou parce qu’elle se plaît à discuter avec lui, qu’elle aime le retrouver. « Alors j’sais pas si t’es une briseuse de ménage et j’m’en fous. » Dans la vie, s’il faut passer par là, alors Erio n’y voit aucun inconvénient. Ce n’est pas lui qui jugerait pareille chose, étant du genre à sauter sur les occasions. Ce qu’il critique, en revanche, c’est le comportement qu’elle a avec un homme qui l’a fait souffrir, qui a des idées derrière la tête. « Mais ce truc entre vous, ça t’plait assez pour que t’aies pas envie d’arrêter. » Il termine son gobelet, en prend un autre qu’il boit d’une seule traite, puis pose une main sur sa taille, se rapprochant d’elle aussitôt. « C’que j’pense, c’est que tu te caches derrière tes principes à deux balles pour continuer à le voir. Que tu te sers de ce mariage comme excuse, mais la vérité, c’est que t’es pas aussi droite que t’essaies d'le faire croire. » Sa Lana, elle n’est pas parfaite, mais il l’aime telle qu’elle est, avec ses travers. Et il ne peut lui en vouloir de ne pas assumer ses envies qu’elle n’écoute sans doute pas. Si tel était le cas, elle serait au bras d’un autre à cette heure-là. Du moins, Erio en est convaincu. « Ca t'va ? » lui demande-t-il, en la libérant de son emprise pour récupérer un autre gobelet.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2782 - Points : 2975

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Sam 10 Fév 2018 - 15:06 )
« Ce qui compte, ce n’est pas la fin mais tout l’ensemble du film et la passion qu’il y a entre eux ! Et puis je te signale qu’à la fin, elle arrive à se souvenir de lui justement, rah, tu ne comprends rien à ce film ! » Et ça devrait lui être égale mais comme tout ce qui touche à Erio ces derniers temps, ça a tendance à la mettre dans un état pas possible. Lana lève les yeux au ciel, bien que retenant sa proposition. Ce n’est pas le ronronnement réconfortant de Berlioz qu’elle voudrait mais belle et bien une excuse pour se blottir durablement dans les bras puissants et réconfortants d’Erio mais, visiblement, il peine à comprendre le message. « Très bien, je câlinerais Berlioz. Il ne me laisse jamais tomber, lui. » Lance-t-elle, appuyant ses dires par un magnifique tirage de langue digne d’une enfant de cinq ans. Finalement, elle se demande si ce n’est pas son chat qu’elle aurait dû inviter à la Saint-Valentin. Très romantique comme perspective, n’est-ce pas ? Il n’en faut pas plus pour que Lana s’imagine comme un de ses stéréotypes de vieille fille, entourée d’une bonne dizaine de Berlioz différent. La perspective la fait frémir d’effroi mais elle n’a pas le temps de s’y attarder plus que ça qu’Erio, une nouvelle fois, la met en pétard. Quand elle n’avait pas reçu de carton d’invitation en retour, elle s’était simplement convaincue que ce genre de truc était tellement stupide pour lui qu’il n’avait pas pensé à envoyer un carton à son tour. Mais non, la vérité était ailleurs et l’idée qu’il profite de cette soirée pour draguer tout un tas de filles est très loin de lui plaire. Lana pique un fard, alors que sa jalousie se réveille à l’intérieur d’elle. Elle sait pourtant qu’elle n’a aucun droit d’être jalouse vis-à-vis de lui. Mais leur relation bizarre, perpétuellement coincée entre l’amour et l’amitié, l’empêche de compartimenter les choses comme elle le devrait. « Et bien tu devrais aller les draguer toutes ses filles désespérées ! On n’attend toutes que ça. » Lana se pince les lèvres, remarquant son lapsus révélateurs. « Elles. Elles n’attendent toutes que ça. » L’idée de voir Erio l’abandonner près du buffet pour approcher une de ses filles lui est insupportable mais sa fierté l’empêche de lui demander véritablement de rester avec elle. Elle estime avoir déjà fait un pas vers lui, avec ce carton, bien que le message soit loin d’être passé. Au lieu qu’Erio comprenne l’attachement sous-jacent derrière le petit bout de papier qu’elle lui a envoyé, les voilà en train de parler de son ex petit-ami et du jeu dangereux auquel Lana joue avec lui. Et Erio a raison sur un point : à jouer trop avec le feu, elle pourrait bien finir par se brûler. A la base, elle s’était cachée derrière l’excuse de détails d’organisation du mariage à régler pour expliquer leurs conversations si fréquentes mais, il est vrai que ce serait mentir que de dire que c’était là l’unique raison de leurs messages échangés. Perdu entre plusieurs demandes d’explications pour les préparatifs, Fabio avait toujours trouvé une occasion pour lui lancer un compliment, lui tendre une perche. Quand bien même Lana s’efforçait d’être professionnelle au départ, ces petits mots avaient fini par se faire un chemin vers son cœur, la perturbant plus que de raison. Elle pensait pourtant vraiment en avoir fini avec lui, enfin. Mais le mauvais timing, sa réapparition alors qu’elle et Erio avait pris la décision de s’éloigner, n’y est sans doute pas pour rien dans la faiblesse de la jeune femme. Lana est tout simplement… perdue. Les paroles que lui lancent Erio l’aide à y voir plus clair, mais la peine en même temps. Il la voit, telle qu’elle est et pas telle qu’elle aurait envie d’être. La descente est dure à accepter pour Lana et cette proximité qu’il installe entre eux, bien trop éphémère à son goût, n’aide pas à passer la pilule. Pire, elle la perturbe davantage, ne parvenant qu’à lui faire ressentir le manque quand ils reprennent leurs distances. Ce manque qu’elle essaye d’une certaine manière de combler avec son ex petit-ami, tout en luttant pour ne pas franchir la ligne rouge. Mais plus le temps passe, et moins elle sait ce qu’elle fait. « Si ça me va ? » Lana prend un autre gobelet qu’elle avale une nouvelle fois rapidement. « Non ça m’va pas. J’ai pas envie d’être cette femme-là, qui n’est droite qu’en apparence. J’ai pas envie d’être faible, quand on en vient à lui. » Et c’est pourtant tout à fait ce qu’elle est, comme Erio l’a dit. Il lit en elle comme dans un livre ouvert, la pousse à faire face à ses propres défauts et c’est un exercice compliqué pour Lana. Elle qui a tendance à toujours voir les choses en rose a bien du mal à accepter les côtés plus sombres de son être. «Comment tu peux t’en foutre que je sois comme ça ? » Lana, elle, a toujours un peu trop tendance à juger les gens. Voilà encore un de ses autres défaut dont Erio, lui, semble dépourvu. « Et puis je l’ai repoussé la dernière fois qu’on s’est vu, je te signale. » Lance-t-elle, comme dans une tentative désespérée pour lui prouver qu’il a tort. « Et j’ai plus envie de parler de ça le soir de la Saint-Valentin. On boit. » Pour toute conclusion de cette conversation, Lana boit un autre gobelet. Puis un autre. Et encore un autre, jusqu’à ce qu’elle perde le fil. Il lui faut à peine quelques minutes pour tout boire, si bien que l’alcool fait rapidement son effet, lui montant à la tête. La jeune femme se sent comme dans du coton alors qu’un sourire un peu niais prend possession de son visage. « Je crois que je suis un peu pompette. Et toi ? » Elle pointe alors son doigt sur la poitrine d’Erio, le poussant légèrement pour voir s’il tient bien sur ses pieds. Parce que pour elle, ça commence à tourner légèrement. « Viens danser avec moi ! Allez viens danser ! T’as dit qu’on était là pour s’amuser je te signale. » Et danser, elle, ça l’amuse beaucoup. Pas sûr que la réciproque soit vrai quant à son cavalier improvisé de la soirée.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©Shiya
Multi-comptes : Dante, Demetrio, Enzo & Stefan
Messages : 782 - Points : 3106

Âge : trente-deux ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Sam 10 Fév 2018 - 18:23 )
« Ah parce que j’te laisse tomber maintenant ? Tu t’fous de ma gueule ? Pour un film ? » Haussant les épaules, Erio se demande s’il ne va pas faire ce qu’elle lui demande : draguer toutes les filles qui sont malheureuses d’être célibataire en ce jour si spécial qu’est la Saint-Valentin. Seulement, il n’a pas le cœur à s’éloigner de Lana et sa langue qu’elle lui tire, même s’il devrait sauter sur les occasions qui se présentent aujourd’hui et il y en a des tas. A sa droite se trouve une belle blonde aux fines jambes et à la chevelure bouclée qui tombe en cascade sur ses épaules. Fût un temps où il n’aurait pas hésité, mais la donne est différente maintenant. D’autant qu’il tilte enfin. Ce lapsus, il ne l’aurait pas repéré si elle ne s’était pas reprise et il ignore quoi en penser, s’il s’agit seulement d’une simple erreur, ou si elle s’insère dans le lot des filles qui n’attendent que ça. Il est cependant très vite question de Fabio et leur relation, à eux, est mise en stand by le temps qu’il s’exprime en toute sincérité sur le sujet. Il n’a jamais été habitué à mâcher ses mots, encore moins à manquer d’honnêteté et leur proximité lui déplaît tellement qu’il se fait une joie de lui donner son avis qui est très loin d’être positif. Lui, il voit l’après. Deux options s’offrent à elle : soit, elle en souffrira parce que son ex choisira la femme qu’il compte épouser, ou soit son ménage se casse la gueule à cause, ou grâce selon la position de chacun, des sentiments qu’il éprouve pour sa colocataire. A choisir, il préférerait qu’il se barre très loin de Naples avec qui il veut, sans toucher un cheveu de Lana. Il ne les voit pas du tout ensemble et ne comprend pas pourquoi elle s’attarde sur quelqu’un qui ne l’a pas encouragée il y a deux ans de ça, qui a été capable de la trahir avec d’autres paires de bras, se fichant littéralement de la femme qui l’attendait impatiemment, sagement. Les erreurs, on peut en commette, mais laisser des chances comme elle le fait si bien, si naïvement, ça lui échappe. Peut-être a-t-elle raison, mais lui est bien plus terre à terre, plus rancunier et surtout, il est amoureux d’elle, ce qui l’empêche d’être très objectif sur le sujet. Il fait pourtant un effort en lui répondant, laissant ce sentiment amer de côté. « C’est pourtant c’que tu es. Regarde-toi deux minutes. J’suis sûr que s’il était là, s’il te proposait de boire un verre, tu refuserai pas. » Et ça le rend malade de se l’admettre, mais leur histoire, telle qu’elle est partie, ne semble pas être terminée. Une petite voix lui murmure cependant qu’il pourrait souffler sur ce château de cartes qui se reconstruit, pour en effondrer les fondations. « C’est quoi cette question débile ? » Ca lui semble évident, à lui. N’a-t-elle encore jamais connu quelqu’un qui l’aime pour ce qu’elle est ? « Parce que j’te prends comme t’es. Je t’accepte comme ça. » Et ça lui va très bien. Ce qu’elle dégage, sa personnalité, ses qualités, défauts, il la prend toute entière, ne souhaite pas la changer. « Ouais, pour combien de temps ? » Qu’en serait-il de la prochaine fois ? Que fera-t-elle s’il recommençait ? D’ailleurs, il a commencé ? Erio secoue la tête en percutant. « Il t’a fait des avances ? » Nerveux, il rit en s’appuyant sur le buffet sans y mettre tout son poids. Pourquoi ça l’étonne ? Il s’en doutait qu’il n’allait pas en rester à un échange courtois, qu’il tenterait de l’amadouer, parce qu’on ne peut pas rester indifférent à Lana, mais venant de sa part, il trouve ça gonflé. A-t-elle assez de recul pour s’en rendre compte d’elle-même ? Ou est-elle flattée par ses approches ? Elle a peut-être besoin de gagner en confiance, mais pas comme ça. Erio prend un nouveau gobelet et bien qu’happé par la descente de Lana, boit une gorgée, ralentissant sa cadence. Il la connait, sait qu’elle ne tient pas l’alcool et qu’il faudra la raccompagner dans la nuit. S’il boit à en perdre la raison, il ne donne pas cher de leur peau. L’alcool désinhibe… Et il aimerait se souvenir de la Lana ivre au petit matin, parce qu’une Lana avec un trop plein d’alcool dans le sang, c’est sympa à voir. Elle se détend, se décomplexe, laisse ses soucis de côté. Et puis elle parle… Et se permet des choses qu’elle ne ferait pas en temps normal, comme tenter de le pousser en arrière. Amusé, Erio sourit, tenant sur ses deux pieds. « J’suis complètement pété, ça s’voit nan ? » ironise-t-il, en se mordant la lèvre inférieure. La danse. Si elle le lui avait demandé il y a encore quelques mois, elle se serait heurté à un refus catégorique, mais… Pour se rapprocher d’elle, de sa passion, Erio a demandé à sa meilleure amie Ana de lui donner des cours et elle a gentiment accepté, avant que tout ne parte plus ou moins en vrille. Aussi, Erio s’est mis à regarder de près le film que sa coloc’ apprécie. Dirty Dancing et comme ça, ça n’a pas l’air, mais danser là-dessus, c’est plus que difficile. Il ne se sent pourtant pas prêt à franchir le pas, se sentant à côté de la plaque. « OK. » Le cœur serré, de peur de faire une bêtise, il saisit sa main et l’attire vers le milieu de la salle, en la faisant tourner sur elle-même avant de la ramener vers lui. Les cours d’Ana lui reviennent en tête, si bien qu’il se force à garder une bonne posture et à observer furtivement ses pieds pour ne pas qu’ils rentrent dans les siens. Sa main glisse le long de sa colonne vertébrale, s’arrête en bas de son dos afin de la ramener tout contre lui. « Tu voulais que je t’invite ? Pourquoi ? » Cette question, elle lui brûle les lèvres depuis qu’elle s’est trahit et c’est peut-être mal de profiter de son état d’ébriété, mais tant pis.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2782 - Points : 2975

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le Dim 11 Fév 2018 - 2:42 )
Et les voilà encore à se chamailler tous les deux, pour des enfantillages. C’est une habitude entre eux et qui n’a pas changé malgré leur rapprochement plus récent. Pire, Lana se fait parfois plaisir en allant plus loin qu’autrefois, sachant que leur lien devenu plus solide tiendra bon face à ces chamailleries. Elle aime qu’Erio lui résiste, ne mâche pas ses mots et la remette à sa place mais quand ils en viennent à parler de son ex petit-ami, c’est chose plus difficile. Fabio, c’est son point faible, une partie de son passé dont elle peine à se remettre et qui réveille les pires aspects en elle. Erio en a conscience et ne se gêne pas pour lui dire, quand bien même Lana s’en retrouve peinée. Elle sait qu’il fait ça pour son bien au fond, qu’il souhaite simplement qu’elle réagisse de manière plus saine face à la situation mais le constat qu’il lui dépeint lui garde un goût amer. Elle a l’impression d’être de ses filles désespérées et dépendantes, prête à tout pour avoir un homme auprès d’elle, cédant à la première demande. Et c’est peut-être en partie ce qu’elle était avant que leur rapprochement ne bouscule sa vie. Pour la première fois depuis longtemps, elle est restée célibataire, sans relation officiellement sérieuse et ça ne la dérangeait pas. Enfin si, un peu, parce qu’une part d’elle continue à l’espérer avec un homme bien particulier. Pas avec n’importe qui. Et pas avec son ex petit-ami. « S’il était là, je resterais avec toi. » Lâche-t-elle, le plus naturellement du monde. Elle ne se verrait pas abandonner Erio pour un battement de cils de la part de Fabio. S’il y a bien quelqu’un qui arrive à la faire garder les pieds sur terre vis-à-vis de son ex petit-ami, c’est lui. « Parce que ce serait très impoli de faire ça. » Ajoute-t-elle, très vite cependant, poussée par une fierté mal placée. Elle s’en voudrait presque de la précision quand, par la suite, elle l’entend dire des mots très particulier. Il l’accepte. Pas avec quelques kilos en moi, ou sans sa maladresse, sa fichue tendance au romantisme, ou encore sans sa naïveté, non, non, non. Il l’accepte. Comme elle est, avec ses zones d’ombres, ses complexes. Son cœur fait une embardée, rapide, avant de retrouver son rythme normal alors qu’elle se retrouve là, sans un mot, à le dévorer des yeux et à rougir comme une pivoine par la même occasion. Elle espère qu’il mettra ça sur le compte de l’alcool qui monte peu à peu mais, quand bien même ce ne serait pas le cas, elle s’en ficherait presque sur le moment. Elle est touchée par ses mots, ne souhaite pas le cacher et elle s’en veut que ces paroles soient gâchées par le fantôme de son ex petit-ami qui plane encore sur leur conversation. Elle voudrait pouvoir l’oublier, le mettre de côté pour la soirée mais c’est un sujet qui prend beaucoup de place entre eux ces derniers temps. « Il a tenté une approche, je lui ai dit de rentrer chez lui, fin de l’histoire. Erio, je n’ai vraiment pas envie qu’on se dispute comme la dernière fois à propos de ça. » Lance-t-elle, le suppliant par la même occasion de mettre fin au sujet. Cette dispute et le froid polaire qui avait résulté entre eux par la suite l’avait beaucoup affectée et si tout s’était bien terminée, un peu par la force des choses, elle en garde pour autant un souvenir tenace. Fabio et tout ce qui peut tourner autour de lui, autour d’eux, n’a rien d’un sujet de chamailleries coutumières. C’est peut-être pour ça que Lana s’efforce d’égayer la soirée, tentant de distraire Erio par la même occasion. Très honnêtement, elle s’attendait à un refus catégorique de la part d’Erio avant d’embrayer sur leurs désaccords habituels mais c’est avec surprise qu’elle le suit au milieu de la salle, ou quelques couples nouvellement formés se sont mis à danser. C’est encore plus surprise qu’elle se met à tournoyer sur elle-même avant d’enchaîner quelques pas, guidée par Erio. De ce qu’elle avait cru comprendre, il disait ne pas du tout se débrouiller en danse. Là, peut-être est-ce parce qu’elle commence à être dans un état second et qu’elle peine presque un peu à suivre, mais elle ne trouve pas ça si mal. « Tu te débrouilles plutôt bien pour quelqu’un qui n’est pas censé savoir danser ! Je ne vais pas avoir besoin de te donner de leçon particulière, en fait. » Et elle en serait presque la première déçue. « Ah non. Je vois ce que tu es en train de faire, Erio Mazzei ! Tu essayes de me tirer les vers du nez là. » Lance-t-elle, appuyant un instant son doigt sur le bout de son nez avant que sa main ne vienne retrouver le haut de son épaule. Elle n’est pas dupe, garde un petit peu de lucidité mais elle ne peut pas s’empêcher de répondre sincèrement par la suite, comme si l’alcool était chez elle synonyme d’un sérum de vérité. « Je me suit dit que ça aurait été l’occasion de passer une soirée tous les deux, sans Sara et Dario. » Comprenez bien, elle les adore vraiment, mais elle n’en préfère pas moins l’intimité de leur colocation. Ca ne fait que quelques jours et elle sait qu’il n’y en a que pour quelques jours supplémentaires avant que l’appartement soit remis en état mais entre ça et le séjour prolongé de ses parents, il lui semble que ce temps partagé remonte à une éternité. « Ca me manque. » Lâche-t-elle, dans un souffle. Ces moments-là à deux lui manquent énormément. Mais tout le reste aussi, qu’elle ne dit pas mais qu’il comprendra sans doute à demi-mot. Sa tendresse. Ses bras. Son lit. Toutes ses choses dont elle peine à se défaire malgré qu’elle soit celle qui est demandée à arrêter. Là, Lana pose sa tête sur son épaule, se laissant bercer par le rythme de la musique.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] { ÉVÉNEMENT : SALLE DES CÉLIBATAIRES } -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre