Revenir en haut
Aller en bas


 

- { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
ID : Djoan (Floriana) fait vivre Brigitta à travers les articles de son blog.
Faceclaim : Alison Brie ©Lux Aeterna
Messages : 340 - Points : 1013

Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
Sujet: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Sam 3 Fév - 1:06 )
La fête des amoureuxLa soirée des amoureux... ou pas.
Salle des amoureux
La salle des couples rois est une grande pièce avec de nombreuses tables pour deux à la nappe bordeaux ornées d’une chandelle et d’une rose rouge. Des serveurs et serveuses dans un ensemble blanc et noir parcourent les lieux pour satisfaire les moindres désirs culinaires de leurs invités. Une petite place est prévue pour danser, bordée par un petit orchestre jouant les plus grands classiques.


En savoir plus
• Pour en savoir plus sur le concept, c'est par ici.
Revenir en haut Aller en bas
Rafael Adamo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t553-rafael-adamo http://www.ciao-vecchio.com/t557-rafael-adamo-liens
ID : Ran94, marjorie
Faceclaim : Arthur Darvill + Schizophrenic(avatar), wiise(sign), tumblr(gifs)
Messages : 711 - Points : 1582

Âge : Trente trois ans
Métier : Libraire
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Mar 6 Fév - 18:43 )
Cette soirée allait être magique, il le sentait, c’était la Saint Valentin, leur première Saint Valentin en tant que couple. Lui et Camilla allait se rendre à la salle des rois, rien que le nom ça promet. Bien sûr, hors de question de venir en décontracter, sinon il ne pourrait même pas rentrer. Par chance, il avait un costard, bon assez classique, mais ça ferait l’affaire, il n’avait pas l’habitude d’en mettre, mais bon, ça ne le dérangeait pas plus que ça. Il était curieux de voir la tenue de sa petite amie, d’ailleurs, c’était l’heure de passer la prendre, il n’était pas en retard, et quand il l’a vu, limite sa mâchoire a faillit tomber par terre, il la fit monter dans la voiture, comme un vrai gentleman, il ne disait pas grand-chose, il attendait d’arriver sur place.

Ils ne mirent pas longtemps et ils purent pénétrer dans la salle, c’était impressionnant, le cadre était superbe. « Camilla, je dois t’avouer que tu es magnifique ce soir, et je suis honoré d’être ton cavalier. » Il aurait été vexé, si ça n’avait pas été le cas, mais ils étaient trop liés pour ne pas venir ensemble. Rafael l’invita à s’assoir, en reculant la chaise, il la traiterait en princesse. « J’ai adoré ton invitation et je tiens à te dire que nous deux, ce sera pour la vie » Il lui prit les mains alors qu’ils se faisaient face, il avait trouvé la femme parfaite, il ne cesserait de le dire, il n’hésiterait pas à le crier sur tous les toits.



@Camilla Gallini


Rafael & Camilla.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Demetrio, Enzo, Erio & Stefan
Messages : 7507 - Points : 6093

Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Mar 6 Fév - 23:22 )
Le bâtiment renfermant la salle dont l’accès lui a été accordé se dessine. Les frivolités, comme il l’a si bien dit dans son carton d’invitation, il n’en est pas habitué. La Saint-Valentin n’a jamais été une occasion sur laquelle il sautait les années précédentes, pas seulement parce qu’elle a un aspect commercial, mais surtout parce qu’elle représente une soirée intimiste à partager avec une personne qui lui est sensiblement proche. Il aurait pu, avec son ex-petite amie : leur relation durait depuis deux ans déjà, avant de se casser la gueule et un bon repas, avec des bougies sur la table, ou un simple restaurant aurait peut-être pu les souder un peu plus encore, mais Dante n’y a montré aucun intérêt. Comme si ça ne l’intéressait pas, qu’il n’en voyait pas l’intérêt. Au fond, c’est peut-être le cas ; depuis quand attend-on un jour spécial pour offrir un présent à celle qui a une place profonde dans le cœur ? Depuis quand doit-on saisir l’unique opportunité du quatorze février pour souffler trois petits mots, intenses ? Il n’aime pas la pression ressenti, n’est pas poussé par la fête des amoureux pour faire une déclaration, préfère de loin être maître de sa destinée. A côté de ça, il a conscience que les femmes y sont sensibles. Ana ne lui a pas montré clairement être romantique, pourtant il la sait fleur bleue et c’est seulement en sa compagnie qu’il souhaite se rendre à cette soirée. Dire qu’il s’y rend sans aucune appréhension serait mentir. Alors qu’il pose sa main sur le volant de son véhicule à l’arrêt, Dante se perd dans ses pensées. Le souvenir de ses lèvres contre les siennes lui revient en mémoire, l’image de son corps dénudé contre le sien le fait frémir. Leurs retrouvailles ont été fortes en émotion et s’il a adoré ça, pouvoir embrasser chaque parcelle de sa peau, s’unir à elle, l’entendre souffler son prénom, ou encore se blottir contre lui… Il ne peut s’empêcher de repenser aux traces visibles sur son bras qu’il a effleuré du bout des doigts au petit matin qui l’ont fait redescendre. Il lui a cherché toutes les excuses du monde, a essayé de se convaincre que les cicatrices délaissées par de nombreuses piqûres, pouvaient être dues à autre chose, mais il n’est pas dupe. Les injections, il connait que trop bien pour les avoir vécues par procuration et à travers Ana, son passé lui est revenu en pleine figure. La vision de sa maman inconsciente, ou shootée, qui tente désespérément de maintenir la seringue, avant de lui ordonner de prendre les choses en main. Ca, le gamin n’a pas eu le choix que de le subir, mais en prenant la fuite à l’âge de seize ans, il a pris sa vie sous contrôle, s’est promis de ne plus jamais se confronter à une telle vie minable, préférant de loin son nouveau confort. Alors lorsqu’il a été question d’écrire un prénom sur ce carton d’invitation, Dante a hésité. Et à l’instant même où il repère les premiers couples pénétrer dans la bâtisse, il hésite encore quelques secondes, avant de se décider à quitter son habitacle. Passer son temps à l’éviter lui est désagréable. Déjà qu’il n’a pas répondu à ses appels, ni à ses messages… Il ne peut continuer à garder le silence sans avoir une conversation qui ne se terminera probablement pas très bien, il le sent. Pourtant, lorsqu’il voit une silhouette se dessiner au loin, son envie de prendre ses distances se fait plus douloureuse. Cette femme, il en est tombé sous le charme et il n’arrive pas à saisir le comment elle s’est embrigadée dans cette histoire épouvantable. A l’arrêt, figé, il l’observe durant quelques secondes, puis s’avance, monte les trois marches qui le sépare d’elle et pose une main sur son épaule afin d’attirer son attention, la prévenir de sa présence. « Anastasia. » Ses yeux trouvent les siens, puis la détaillent de haut en bas, dévorant la tenue qu’elle porte, fixant au passage ses bras recouverts de son manteau. Un instant, il se demande s’ils sont protégés par des manches, ou si sa peau est visible, mais doute que ce soit le cas. Elle n’en reste pas moins magnifique. Lui qui préfère généralement les blondes, a trouvé une perle rare qui surpasse toutes les belles femmes qu’il a pu rencontrer dans sa vie. Personne ne lui arrive à la cheville. Même lui, à côté, vêtu d’un pantalon noir, d’une chemise bordeaux dont les premiers boutons sont défaits, se sent terriblement à côté. « Bonsoir. » souffle-t-il, en déposant un baiser sur sa joue. De son nez, il effleure celle-ci, puis murmure au creux de son oreille : « Tu es ravissante. » Son odeur, cette proximité, tout l’attire et s’il n’avait pas constamment en tête ses cicatrices, au lieu de laisser ses lèvres s’écraser sur le coin des siennes, il n’hésiterait pas à les capturer. « Prête ? » Là, il lui présente se bras auquel il s’attend à ce qu’elle s’accroche, afin d’entrer à l’intérieur, y découvrir la salle réservée aux « Rois » de la soirée.

@Ana Vitti


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Jeu 8 Fév - 9:43 )
Une fois arrivée sur les lieux, Ana se tortille nerveusement les doigts, comme une écolière qui s'apprête à passer son premier examen, Ana continue d'étudier la bâtisse de son regard attentif et curieux. Tout semble si parfait et paisible, - comme si rien ne peut déraper. Elle effleure prudemment ses cheveux soyeux ramenés dans un chignon soigné, puis laisse ses mains retomber sur sa taille, marquée par le corsage de sa robe, d'un jaune pastel parsemé de strass. C'est assurément la première fois qu'elle ressemble à une vraie princesse, à des années-lumières de la gamine indomptable et indisciplinée qu'elle était auparavant. Son regard glisse sur une silhouette qu'elle pourrait reconnaître en mille et cette simple observation lui arrache un bref soupir, empreint de lassitude. Sur le point de tourner les talons et repartir en direction inverse, Ana est forcée de se rendre à l'évidence : le fuir de façon aussi puérile ne va ni l'apaiser, ni rendre les choses plus faciles. Alors la jeune fille ne bouge pas, ne fait rien pour lui signaler sa présence et se contente simplement d'attendre. Elle a beau le nier dans ses pensées et ne jamais en parler à quiconque, cela la ronge de l'intérieur. Le fait qu'il l'a ignoré toute la semaine, qu'il n'a répondu à aucun de ses messages ni appels. Ca la bouffe. C'est lent, douloureux et parfois, elle aurait aimé ne rien ressentir du tout plutôt que d'affronter ce mal-être que le seul prénom de Dante évoque. C'est alors que ce dernier s'approche d'elle avant de s'arrêter. Est-il en train lui aussi d'hésiter ? Cette pensée la fait grimacer. Il monte les quelques marches qui les sépare d'elle, vient à ses côtés et la salue. Ana ferme les yeux lorsqu'il dépose ses lèvres sur sa joue. Ce contact. Cette proximité lui rappelle leur dernière soirée passée ensemble. « Hey, » souffla-t-elle, gênée. Ses joues se teintent d’un joli rose quant au compliment qu’il vient de lui faire et Ana sent sa timidité revenir au galop alors qu'elle baisse la tête. « Vous n'êtes pas trop mal non plus, » rétorque-t-elle d'une voix malicieuse, acceptant le bras qu'il lui offre et laissant son regard pétillant s'attarder dans le sien pendant quelques secondes. Il est plus que pas mal, dans son élégant costume et avec ce sourire qui fait battre son coeur plus vite. « Est-ce que... est-ce qu'on pourra parler tout à l'heure ? Je-- je crois qu'on doit parler, enfin si tu as envie qu'on en parle, parce que si tu veux, on peut en parler plus tard, genre en rentrant ou tout à l'heure. Quand tu veux (...) » Ana cligne les yeux, réalisant alors dans quel pétrin elle vient de se mettre. Mon Dieu qu'elle est cruche.

@Dante Galeone
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Demetrio, Enzo, Erio & Stefan
Messages : 7507 - Points : 6093

Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Jeu 8 Fév - 20:42 )
Parler. Après son constat, Dante a conscience qu’il s’agit d’un incontournable et en y réfléchissant bien, il est incapable de passer à autre chose, faire comme si de rien n’était. Ca l’atteint trop. D’autant plus qu’elle se met en danger avec une dépendance qui la rend malade, la rend plus fragile, aussi bien psychologiquement que physiquement. Il en a été témoin, peut l’affirmer : la drogue n’a rien de bon, il détruit tout ce qu’on construit et à ce jour, il n’est pas prêt à faire une nouvelle fois face à cet obstacle, mais ça lui est douloureux de se l’admettre. Dans sa tête, ça sonne la fin précipitée d’une histoire qui continue de compter. Silencieux, il l’attire à l’intérieur de la salle, observe les décors magnifiques qui devraient déclencher l’enthousiasme, mais l’étincelle dans ses yeux est éteinte et une boule à pris place au peu d’euphorie ressenti lorsque son regard a croisé le sien, lorsqu’il a vu cet air malicieux sur son visage. « J’ai vu tes bras. » dit-il, le cœur lourd, en se tournant vers elle afin de lui faire face. Il ne passe pas par quatre chemins. Il est clair qu’il ne peut lui cacher plus longtemps la raison des réponses inexistantes à ses messages, alors qu’il s’arrange toujours pour ne pas dépasser une journée. Elle a dû s’interroger et il conçoit qu’elle ait pu lui en vouloir aussi, surtout après une pareille nuit et il serait sans doute resté s’il n’avait pas fait une telle découverte, mais c’était trop pour lui. Ce sujet est trop sensible pour qu’il soit délicat. « C’est pour cette raison que je ne suis pas resté. C’est aussi ce qui m’a poussé à ne pas donner suite à tes appels. C’est ce dont tu veux me parler ? De mes silences ? » Si son ton est discret et doux, intérieurement, Dante bouillonne et est loin d’apprécier l’instant qu’ils sont en train de partager. Saisissant son poignet, il l’éloigne de l’entrée afin de ne pas être entendu par quiconque passerait à côté d’eux et veille en jetant quelques regards aux alentours, à ne pas être dérangé. « Parce que moi j’aurais bien des explications à te demander. Notamment ce qui a pu te passer par la tête pour que tu fasses une connerie pareille. » Il ne lui trouve aucune excuse, même pas sa détresse suite au décès de son frère. Il comprend qu’elle ait été dévastée, mais à ses yeux, ça n’explique pas tout et il ne s’en cache pas : « Comment tu arrives à justifier une telle descente aux enfers, tu peux me dire ? Parce que j’ai beau me creuser les méninges, je n’arrive pas à te trouver de bonnes excuses. » lâche-t-il, alors que ses doigts s’agrippent férocement à son poignet. Il ignore s’il souhaite réellement entendre ce qu’elle va bien pouvoir lui inventer, si elle a envie d’en discuter. Si ça se trouve, elle ne s’attendait sans doute pas à ce qu’il ait compris. Le fait est de bien connaître ce milieu lui a été d’une très grande aide. « Tu es en train de tout foutre en l’air. » Sa vie, eux aussi. Dante reprend contenance et se rendant compte de sa force, d’avoir un peu trop serré son poignet, il relâche son emprise, la libère en faisant un pas en arrière, afin de lui laisser de l’espace et pouvoir souffler à son tour.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Jeu 8 Fév - 22:26 )
Ana sait qu'elle n'aurait pas dû le rejoindre. A l'instant où son regard chocolaté a coulé sur sa silhouette, elle sait que c'est une mauvaise idée. Elle est trop vexée pour être raisonnable, tenir sa langue ou prendre le temps d'envelopper des paroles cinglantes dans un joli emballage doux comme du coton. Et puis, surtout, elle s'est fait la promesse d'éviter toute tension ce soir. Dante lui parle de ses bras, l'incompréhension se lit dans son regard. Saisissant son poignet, il l'éloigne de l'entrée. Ana sait déjà comment tout cela va se passer. Ce sujet reste tabou chez elle. La dernière fois qu'elle en a parlé c'était avec @Lana Giaccomo et elles s'en étaient voulues. Elle ne veut pas que la scène se répète avec Dante. Pas maintenant.

Ils savent parfaitement quoi dire pour agacer l'autre et où appuyer pour atteindre la cible en plein cœur. Mais surtout, ils tiennent bien trop l'un à l'autre pour rester d'une indifférence glaciale. Ana n'est pas très douée pour dissimuler ses émotions mais parfois, lorsqu'elle est vraiment fâchée elle peut tout aussi bien exploser que déverser cette espèce de colère froide glaçante en conservant un calme olympien. Pas avec Dante. Elle est attachée à lui d'un lien si solide et court qu'elle est soumise à la moindre de ses répliques. Chacun de ses mots peuvent lui réchauffer le coeur ou le lui arracher avec une facilité déconcertante. Il est sûrement le seul à posséder une telle emprise sur elle... Et ses propos lui arrachent un hoquet de surprise, offrant un air dépité et déçu à son visage de poupée. Ana ne le reconnait pas dans ces mots froids et mordants. Comment peut-il lui dire ça ? Comment peut-il dire qu'elle fout tout en l'air ? « Je suis en train de tout foutre en l'air ? Tu te fiches de moi ? » Ana se sent à la fois furibonde, prête à bondir et extrêmement lasse, comme si cette dispute qui n'a pas lieu d'être la vide de toute son énergie. Et les mots de Dante, lui rongeant la cervelle. Les yeux fermement ancrés dans ceux de Dante, elle décide qu'il est temps pour eux de crever l’abcès. « Tu ne sais même pas de quoi tu parles, tout ce que j'ai enduré, tout ce que j'ai pu supporté. Tu sais pourquoi ? Parce que tu n'étais pas là. Tu n'as jamais été là. » Tout ce qu'elle voulait, c'était d'éviter qu'ils ne se blessent encore plus. C'est ce qu'elle s'était dit juste avant de partir. Malheureusement pour elle, les mots qui s'échappent de ses lèvres sont beaucoup trop tranchants. Le moment est très mal choisi et Ana est trop blessée pour réfléchir à ce qu'elle dit. Pourtant, les mots de Dante sont extrêmement clairs à ses oreilles. « Tu sais pourquoi je ne t'ai rien dis ? Parce que j'ai eu peur de ta réaction ! De cette réaction ! J'ai secrètement espéré que tu m'écouterais, que tu me comprendrais mais je me rends compte maintenant qu'en plus d'être vain, c'est un raisonnement pathétique. » Un rire nerveux s'échappe d'entre ses lèvres tandis qu'Ana perd complètement le contrôle. Elle souhaite se taire mais la tristesse la désinhibe totalement. Elle désire sincèrement arrêter, mettre un terme à tout ça et oublier cette conversation. Pourtant, les mots dévalent ses lèvres et elle les entend vaguement, comme si ils sont prononcés par une étrangère. « J'ai voulu t'en parler, plus d'une fois, mais j'ai pas osé. J'ai préféré garder ça pour moi et vivre avec ça (...) Je pensais avoir pris la bonne décision. Pour toi, pour nous... J’ai vraiment essayé de m’en persuader. Mais pas une seule minute depuis, je n’ai cessé d’y penser et de m’en vouloir... » confesse-t-elle dans un nouveau souffle, n’osant pas rompre le contact visuel, même pour quelques secondes. Elle avait eu beaucoup de temps pour y réfléchir depuis et une seule et même conclusion lui revient toujours. Son erreur, ça n’avait pas été de mentir. Ca avait été de lui cacher : un choix que son cœur n'a jamais accepté et qui la ronge depuis toujours. « Je vais y aller... Je suis désolée, je-- je ne peux pas, » murmure-t-elle, la tête baissée.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Demetrio, Enzo, Erio & Stefan
Messages : 7507 - Points : 6093

Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Jeu 8 Fév - 23:30 )
Le ton monte et bien qu’il la sente blessée, il assume ses propos qu’il n’est pas prêt de retirer. Bien sûr qu’à ses yeux, elle fiche tout en l’air. Sa vie professionnelle ne tiendra plus qu’à un fil lorsqu’elle sera dépendante au point de ne plus pouvoir se lever le matin sans se faire une injection. Sa vie sociale sera restreinte. Il connait. Il a vu une femme à laquelle il était supposé tenir, se fondre un peu plus dans les abysses, enfonçant son fils avec elle, n’en prenant pas soin, lui réservant une vie qu’il ne souhaitait pas. Elle a fini par s’entourer que des mauvaises personnes et perdre celles qui tentaient de la ramener vers le haut, avant que ces dernières n’abandonnent, dépités, en se faisant une raison : la seule qui pouvait décider de se hisser la tête hors de l’eau, c’était elle et elle n’en a rien fait. Aujourd’hui, Dante se demande même si elle est encore vivante, ou si elle n’a pas laissé les piqûres et poudre blanche l’emporter sur elle. « C’est un reproche ? » Ca sonne comme tel et c’est dur, blessant. Ana a raison, il n’a pas été là. A de rares moments de sa vie, mais pas assez suffisamment pour l’épauler. « Ce n’est pas comme si je devais l’être. Je ne suis pas ton compagnon Ana, quand vas-tu le comprendre ? » Lui promettre la lune, il ne peut pas et ne lui offrira jamais une parole qu’il ne pourrait tenir. L’espoir de se revoir, de passer un moment ensemble, ça, c’était facile, parce qu’il l’espérait tout autant, parce qu’il souhaitait la revoir, entendre le son de sa voix. Mais des promesses difficiles à tenir, non. S’ils avaient tenté, il est convaincu qu’ils en seraient au même point à l’heure actuelle. Le fait est que même s’il se serait arrangé à se déplacer plus souvent, il y aurait forcément eu des rendez-vous ratés, remis à plus tard. Là, elle aurait été en mesure d’être furieuse contre lui, de se lasser. Il a pensé que cette relation étrange qu’ils entretiennent était la meilleure option et s’en contentait, l’appréciait telle qu’elle était. « Je te le fais pas dire. » confirme-t-il, à propos de ce raisonnement pathétique. « Comment veux-tu que je comprenne ça ? Je peux entendre que tu sois au plus mal, comprendre que ce que tu vis est compliqué, douloureux, que ce n’est pas facile tous les jours, que tu t’effondres, mais les injections Ana ? Tu te rends compte du mal que t’es en train de te faire ? De ta vie que t’es en train de pourrir ? De toutes les chances que tu pourrais avoir et que tu détruis ? Nom de Dieu, ouvre les yeux. Tu crois que ça t’aide ? Je peux t’assurer que c’est tout le contraire. » Ca l’isole. C’est suicidaire aussi. Si elle ne fait rien pour se sauver, elle met sa vie en péril et l’idée qu’elle puisse fermer les yeux définitivement l’insupporte. Le lui reprocher davantage ne ferait que l’attirer un peu plus au fond du gouffre, alors il scelle ses lèvres, sent sa mâchoire se crisper et pose sa main sur son épaule pour la retenir. « Reste. » Son autre main glisse sur sa joue, ses doigts se perdent dans sa chevelure. « Je m’inquiète pour toi. Reste avec moi ce soir. » Dante fait le tour de sa silhouette, appuie ses mains sur sa taille, les glisse sur son ventre pour resserrer son étreinte et la ramener contre lui, de sorte à ce que son dos se retrouve collé contre son torse. « Je ne peux pas être là comme tu le voudrais, mais… » Surtout pas après ça. Il en est pourtant sous le charme, mais la crainte de ce problème qu’est la drogue le rebute, l’effraie. « Je peux t’aider. » souffle-t-il, en déposant un baiser au creux de son cou. Il ne le ferait pas avec n’importe qui. Il ne le ferait pas tout court. C’est bien plus facile de laisser les gens se débrouiller par eux-mêmes. Dante n’est pas si sympathique qu’il n’en a l’air, juge les junkies, ne les supporte pas et l’idée même d’en fréquenter un le fait grimacer. Pourtant, avec Ana, c’est différent. Il ne peut pas la laisser comme ça.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Ven 9 Fév - 17:19 )
Son coeur manque un battement. Je ne suis pas ton compagnon. Cette phrase résonne dans sa tête. La jeune femme a l'impression de recevoir un coup de massue sur la nuque qui l'assomme littéralement. Et ça, c'est mauvais signe. Très mauvais signe. « Oh, je vois, » tranche-t-elle d'un ton beaucoup plus ferme qu'elle ne le veut, tandis que ses yeux troubles s'ancrent profondément dans ceux de Dante, s'y accrochant avec la force du désespoir. Ces quelques mots qu'il vient de prononcer sont clairs et très explicites, pourtant, paralysée, elle met un certain temps à prendre conscience de toute l’ampleur de cet aveu qu’il vient de lui faire. Je ne suis pas ton compagnon. Il n'est pas celui qu'elle veut à ses côtés. Bien sûr ces mots là, ça leur est déjà arrivé de se les dire, bien plus souvent lorsqu’ils étaient encore là à se voir une fois par an. Mais à cet instant là, le ton et le regard de Dante sont trop différents pour qu’elle ne comprenne pas aussitôt à quel point il est sérieux. En réalité il est tellement sérieux que son cœur se serre dans sa poitrine. Elle ne sait pas quoi répondre. Quelque part au fond d'elle, enfouie et refoulée, la réponse est là. Si évidente. Mais elle ne réussit pas à prononcer un seul mot. Peut-être à cause de la tristesse, de la peur, du fait qu’elle a l’impression de se noyer rien qu’en ayant toutes ces pensées qu’elle n'est pas censée avoir. Elle n'est pourtant pas de nature indécise, alors pourquoi tout parait si compliquée? En venant ici ce soir, décidée à obtenir des réponses, elle n'est même pas certaine de ce qu’elle s’attend à entendre. De ce qu'elle est prête à entendre. Elle a juste essayé de ne pas trop y penser. Mais il ne lui reste plus de sorties de secours maintenant et il faut bien qu’elle assume tôt ou tard toute cette situation. Puis il explique son point de vue, il ne comprends pas ces injections, il ne comprends pas non plus comment elle peut s'aventurer dans un chemin si glissant qu'elle emprunte... Le visage baissée, Ana ignore. Du moins, elle essaie. Elle tente de faire barrière, de penser à autre chose mais en vain. La vision floue, ses yeux deviennent brillants. Pathétique. Elle est pathétique. Très peu certain de ce qu'elle ressent en ce moment, parce que tout un flot d’émotions bouillonne en elle, Ana réalise soudainement que toutes ces pensées qui fusent dans sa tête se sont effacées, face à la proximité de Dante qui se rapproche de lui. Alors qu'elle veut partir, il glisse ses lèvres contre les siennes et pose sa main contre sa joue. La façon dont son cœur s’emballe lorsqu’elle sent ses lèvres retrouver les siennes ne fait que confirmer à quel point elle est fichue. Vraiment, vraiment fichue. A son tour, il lui demande de rester ce soir, avec lui, ici. Malheureusement pour Ana, c'est trop. Tout ça, cette soirée, cette invitation, leur conversation. Elle n'en peut plus. Ana recule d'un pas, puis de deux. « Arrêtes, s'il te plait, » Elle se mordille la lèvre et laisse échapper de sa bouche un sanglot. Il contourne sa silhouette et se met derrière elle. Elle sent ses mains entourer sa taille, murmure qu'il peut l'aider tout en déposant un baiser au creux de son cou. Ana ferme les yeux. C'est trop dur pour elle. « Tu ne comprends donc pas? Je ne sais pas si j'arriverais à arrêter, je ne sais pas non plus si je pourrais accepter ton aide, tout ça, c'est trop difficile pour moi, ça me dépasse, ça nous dépasse, » Elle arrête de parler, histoire de reprendre sa respiration. Elle n'a jamais parlé de ce qu'elle pouvait ressentir face à cette addiction. Il y a toujours eu quelque chose qui lui disait que si elle ne faisait pas l'effort de dévoiler tout ce qu'elle avait sur le cœur, jamais rien ne changerait. Jamais elle ne changerait.

Alors qu'un hôte vient à leur rencontre, Ana se défait de l'étreinte de Dante. C'est étrange, Ana se sent gênée par la proximité de ce dernier. Elle vient seulement de le comprendre, Dante venait de blesser Ana. Bien plus qu’il ne le pense. « Bonsoir Monsieur Galeone et Madame Vitti, votre table est prête. Veuillez me suivre s'il vous plait, » Hésitante, Ana croise le regard de Dante, se demandant surement si elle est d'accord pour rester ce soir en sa compagnie. Mais elle n'en a aucune foutue idée. En attendant, Ana ne sait pas quoi faire. Rester ici et tâcher de s'éloigner de lui ? Ou partir et le laisser seul ici ? Prenant son courage à deux mains, elle glissa son bras dans celui de Dante et entreprend la marche.

Alors qu'ils pénètrent dans la salle des rois, quelques regards s'arrêtent sur eux mais elle les ignore. Elle ne pense qu'à une seule chose : fuir. Le fuir. L'hôte leur indique la table réservée à leurs noms avant de se retirer. Une fois installés, une soudaine tension se fait ressentir. Le fusillant sur place de son regard noir quand ses yeux croisent les siens, Ana secoue brièvement la tête. « Tu m'excuseras mais, j'ai pas très faim ce soir, » Elle ne sait pas comment ses propos sont interprétés, ni à quelle réponse elle doit s'attendre. La gorge serrée et une boule au ventre, Ana mâchouille de nouveau sa lèvre, nerveuse et peinée et consciente que reculer est désormais impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t2941-c-est-une-poupee-qui-fait-non-non-non-non-ana#89609
ID : PiTOQUiNHA, Louise
Faceclaim : AMBER H. + ©TAG + OTH quote
Je suis absent-e : jusqu'à la fin du mois
Multi-comptes : BARBARA ROSA
Messages : 1254 - Points : 2360

Âge : 32 ans
Métier : ancienne mannequin & actrice
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Ven 9 Fév - 18:55 )
évènement :
salle des rois.
Maybe I'm amazed at the way you love me all the time
And maybe I'm afraid of the way I love you
Maybe I'm amazed at the way you pulled me out of time
And hung me on a line
Maybe I'm amazed at the way I really need you

La Saint-Valentin. Je dois admettre que j'ai passé plus d'années seule à cette date, qu'avec un pseudo-petit ami de l'époque. Je dois aussi affirmer que j'ai trouvé l'idée des cartons d'invitation intéressante. Je souris lorsque je repense à ce que j'ai écrit pour Francesco, parce que oui, évidemment, c'est avec lui que je désire passer cette soirée. Pour être tout à fait franche, il y a plusieurs semaines en arrière, je pensais à manger devant la télévision pour voir jouer le PSG contre le REAL, parce que oui, j'aime le foot. Du coup, j'étais certaine que je passerais ma soirée de Saint-Valentin avec Cristiano Ronaldo, ainsi qu'avec Cavani et Di Maria. Tout était prévu dans ma tête, je serais installée confortablement sur mon canapé avec sans doute un petit repas, mais surtout une bière et une glace pour terminer. Je pensais passer une bonne soirée bien que seule, mais ma relation avec Francesco Spinoza a évolué et à présent nous sommes en couple. Je crois que je n'ai jamais été aussi heureuse de toute ma vie et j'aimerais que cela continue. Je suis comme sur un petit nuage, j'ai certes, peur de tomber de haut, mais je préfère ne pas y penser. J'ai été très heureuse de recevoir son carton d'invitation, ces mots m'ont touché. Je me souviens avoir été émue lorsque j'ai lu son message. Francesco reste égal à lui-même, c'est ce que j'aime chez lui. Il ne fait pas semblant. Il dit toujours ce qu'il ressent, alors que je réfléchis en permanence avant d'ouvrir la bouche. Je suis avocate, il faut que je pèse mes mots, mais lorsque j'ai écrit la carte qu'il a reçue, je me suis dit que je devais essayer de mettre une pointe d'humour, parce que Francesco arrive toujours à me faire rire, dans n'importe quelle situation. Je garde précieusement son mot devant mon ordinateur fixe chez moi, ainsi, je peux le relire encore et encore, toujours aussi touchée et émue en le lisant. Étant donné que nous nous sommes envoyés mutuellement des mots, nous avons le droit au Graal suprême, accéder à la salle des couples rois. J'ai dit à Francesco que je le rejoindrais à son entreprise, parce que je terminerais avant lui et que cela serait plus pratique. En fait, c'est une sorte de ruse, parce que je désire lui faire plaisir. Nous savons que nous nous aimons, mais je veux aussi le lui prouver, autrement que par les mots, autrement que par notre connexion si particulière et autrement que par nos corps qui s'entremêlent régulièrement. Du coup, j'ai décidé de faire grand, espérant que cela lui plaise. Alors que je quitte le cabinet où je travaille, je grimpe dans une immense limousine. Je suis vêtue d'une robe noir, près du corps, magnifique. J'espère que mon monsieur Spinoza me trouvera à son goût. Je ne voulais pas mettre quelque chose d'extravagant, il n'y a que son avis à lui, qui compte. Alors que je suis dans la limousine pour partir retrouver Francesco, je vérifie que tout est prêt quand je lui envoie un message pour lui dire que je l'attends. La limousine s'arrête alors que je vérifie la fraîcheur du champagne rosé. Tout est parfait, du moins je l'espère. Je me mords la lèvre alors que j'attends son message de réponse, avant de sortir de la dite limousine pour lui faire ma surprise. Il pensait que j'arriverais en taxi et que nous partirions avec une de ses superbes voitures, mais ce n'est pas ainsi que les choses vont se dérouler. L'angoisse monte alors que je suis dehors à attendre. Heureusement, j'ai un manteau bien chaud, qui cache pour le moment ma très belle tenue. Je souris lorsque j'aperçois Francesco, je suis toujours aussi amoureuse de lui, des étoiles naissent dans mes yeux alors que je le regarde, le souffle coupé. « Bonsoir chéri. Joyeuse Saint-Valentin. » Je passe mes bras autour de sa nuque pour l'embrasser avant de frotter mon nez contre le sien. « Tu sais que nous avons le droit à un dîner en amoureux, et du coup, je voulais te faire une petite surprise disons. » Je lui souris, mon regard planter dans le sien, rougissant légèrement. Je ne sais pas vraiment ce qu'il va penser de ma fameuse « surprise », j'espère que cela lui fera plaisir. Je prends alors l'une de ses mains avant de lui faire rejoindre la limousine. « Et voilà ! » Je dis en nous arrêtant devant celle-ci. Le chauffeur nous ouvre la portière alors que j'entre la première. Francesco me rejoint, le champagne est présent, ainsi que des pétales de roses un peu partout sur le sol de la dite limousine. J'attends sa réaction, j'espère que cela lui fera plaisir, parce que c'est tout ce qui m'importe. Je me mords la lèvre, guettant sa réaction, alors que j'ai également un cadeau pour lui.

code by black arrow
  @FRANCESCO SPINOZA    


Liberté chérie, liberté retrouvée.
Pendant un bref moment, tout était différent. Quelque chose s’était établi, quelque chose de profond. Le temps s’est arrêté. Le mouvement aussi. On a tous ressenti cette connivence, et la vie a repris son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina BianconiLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1310-beauty-begins-the-momen http://www.ciao-vecchio.com/t1317-angelina-la-simplicite-est-la-cle-de-l-elegance
ID : lilousilver, marie
Faceclaim : jennifer morrison + tennessee ♥
Multi-comptes : gaïa & mona
Messages : 182 - Points : 595

Âge : 36 années d'existence ou plutôt de survie
Métier : chasseuse de tendances chez Vogue Italie, la femme de l'ombre.
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le Sam 10 Fév - 2:38 )
Elle ne comprend pas ce qu'elle fait ici. Ce carton, ces mots. Angelina est perdue, totalement perdue. C'est dit qu'elle a reçu une réponse en plus. Mais elle n'a jamais rien envoyé, surtout pas à Megara. En tentant de rassembler ses pensées, elle s'habille. De toute façon monsieur est bien trop occupé pour faire attention à elle. Elle enfile sa robe, une de celles qu'elle a créé mais qui n'a jamais quitté son armoire. Et pour cause, aucune occasion de la porter. Il faut dire qu'avec monsieur, ce n'est pas très utile, il ne sort jamais. Elle prend même le temps de se maquiller. Pourquoi ? Elle ne le sait pas vraiment. Depuis cette rencontre dans l'ascenseur c'est compliqué. Depuis ce baiser, encore plus. Mais cette invitation, ce que Megara lui a écrit. Elle l'a lu, relu et encore relu. Ca lui parait tellement improbable tout ça. Megara qui rêve d'elle, de leur baiser, de ce moment qui lui est si cher. Elle ne peut pas dire, la blonde, que ça ne l'a pas atteinte également. Cette blessure rouverte, elle la connait bien. Son passé abandonné, cette histoire écourtée.

Ce soir elle fera un effort, il est temps qu'elles parlent toutes les deux. Même si au fond d'elle, elle a cette peur que tout ça ne soit qu'une vaste blague. Angie se présente à l'endroit indiqué, qu'elle ne connait pas, du moins pas encore. Tout est fait ici pour instaurer une ambiance romantique. C'est bizarre, étrange mais grisant. Elle ne peut s'empêcher de penser qu'elle a oublié ce qu'était cette fête, la signification. Et voilà qu'elle se retrouve à la passer avec sa boss exécrable. Tout ceci n'a aucune logique. Aucune. Et pourtant, elle aime être ici. L'inconnu l'attire et si elle est honnête avec elle même, la brune également. Quoiqu'il en soit, elle part s’installer à cette table qui leur est réservée. Elle s'assoit et patiente. Quelques minutes d'avance. De longues secondes durant lesquelles elle se demande si c'est une bonne chose ou non. Jusqu'à la voir arriver. Angie est tétanisée, elle est magnifique. " Bonsoir... " Elle se contrôle pour que sa voix ne tremble pas. Ca commence bien tout ça. " Comment allez vous ? " Elle détourne le regard, les joues rougies. C'est totalement improbable ce qu'il se passe ici. Pourtant elle a besoin de réponses à ses questions.

@Megara de Massiri
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- { ÉVÉNEMENT : SALLE DES ROIS } -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre