Revenir en haut
Aller en bas


 

- Constellation d'ecchymoses -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Magda SaddlerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2555-constellation-d-ecchymoses http://www.ciao-vecchio.com/t2561-each-beat-of-your-heart-is-a-small-miracle-you-know
ID : Bone_echo
Faceclaim : Shanina Shaik + La pastèque
Multi-comptes : Row row ;; Enoch
Messages : 287 - Points : 1024

Âge : 29 y.o
Métier : PDG de l'Atelier Saddler, une compagnie textile spécialisée dans la dentelle, certaines pièces sont cousues à la main. Créatrice/coutourière d'une ligne de lingerie
Sujet: Constellation d'ecchymoses ( le Mer 21 Fév 2018 - 12:57 )
Cette déçue jusqu'à l'os trimbalant son cœur en mille morceaux dans une boîte, ce puzzle ambulant qui semait ses pièces chaque jour en acceptant de ne plus les retrouver.
Magda " Baby " Saddler
pré-lien Erio Mazzei
Identité : Magda Zahra Saddler, identité qu'elle aurait aimé effacer à coup de couteau pour dissimuler l'inaudible vérité. Celle qui lui tord les boyaux. Celle qu'elle tente d'oublier pour réussir à vivre sans la honte qui pèse sur son nom. Dit « Baby », son hommage à sa soeur, sa réelle identité pour elle. Se présente ainsi. Préfère qu'on l'appelle comme cela. N'en ressent aucune honte comparé à son blaze d'origine. « Baby », quelle idée pour une femme qui a perdu le droit de pleurer. De s'exprimer. [i]« Baby » Seuls les fans de Dirty Dancing comprendront après tout.

Naissance :Le premier cri a retenti à Londres. Sa mère se souviendra toujours de cette date : le 10 Janviers 1988. Baby ne voulait pas sortir. Baby en faisait déjà qu'à sa tête alors : césarienne. Une boucherie qui changea le corps de sa mère. Naissance indélébile.  

Origines : La Libye qui se fait cernée par l'Angleterre et l'Irlande. Cocktail molotov dans le sang.

Statut : Le travail, toujours encore le travail pour oublier ce célibat. Cette haute tour dans laquelle elle s'enferme. Parce que de toute façon, ça se finit toujours pareil. Parce que soit le garçon qu'elle désire ne l'aime pas en retour, soit celui qu'elle aime l'abandonne, trahison planté dans le coeur.

Métier : PDG d'une compagnie textile spécialisée dans la dentelle, certaines pièces sont cousues à la main. Savoir-artisanal que Baby voulait remettre en avant. Créatrice/coutourière d'une ligne de lingerie, une grande partie avec des pièces de dentelle mais pas que.

Argent : Aisée. Ca ne l'a pas toujours été mais la chance semble être revenue à ses côtés. Du moins concernant le domaine professionnel. Pour le reste, y semble bien que Baby peut aller se gratter.

A Naples depuis : Quittant Londres, Magnus Saddler a embarqué toute sa famille à Naples pour y élire domicile et y ré-implanter son entreprise de textile. Magda n'avait que 12 ans lors du déménagement et ne parlait pas un mot d'italien.  

Froide - Calme (en apparence) - Têtue - Caractérielle - Sensible sans le montrer - Loyale - Rancunière - Mélancolique - Attentionnée - Chieuse à ses heures perdues - Cérébrale - Coquette - Courageuse - Distinguée (sauf quand vous l'énervez) - Direct (trop) - Dure - Semble inébranlable - Passionnée - Rigide - Possessive - Fidèle - Pudique sur ses sentiments et leur expression - Battante - Indépendante -

poids :
51 kg
alcool :
2 verres
cigarettes :
0 par jour


la chanson la plus écoutée en boucle :
Dorian Agnes Obel


Conclusion de votre vie Un goût d'âpres dans le palais. Comme si tout aurait pu être mieux. Bien plus parfait. Une mélodie des nostalgies, des regrets et des "et si". Et si Sahar ne rencontra jamais la route de cet assassin ? Et si son coeur fonctionnait normalement ? Et si Leo n'était jamais parti ? Et si elle n'avait jamais fait un pas vers lui ? Et si son père n'avait jamais décidé de faire le con ? Et si Maman avait passé plus de temps à lui donner de l'amour que des gifles et des silences ? Et si Erio l'aimait aussi en retour ? Et si ? Et si ? un tout autre monde qu'elle se bâtit et qui se dérobe sous ses pieds à chaque réveil. Pourtant, elle continue d'avancer, Baby. Ce n'est pas la combativité qui lui manque. C'est peut être juste un peu de chaleur. Un peu d'amour. Ce dont elle a manqué invraisemblablement enfermée dans sa haute tour glacée. Quelqu'un parmi vous d'assez entêté et courageux pour affronter un long hiver ? Et personne dans la file d'attente. Personne n'a réellement envie de se geler les mains voir ... le coeur.  

(un) La danse classique. Une activité qu'elle pratique depuis très longtemps. Un loisir qu'elle affectionne mais aussi une torture qu'elle s'inflige. S'abîmer les orteils, les chevilles. Sentir son corps souffrir et se plier, s'agoniser sous la douleur abrupte. Une sorte de mutilation incognito. Puisqu'il lui faut toujours étouffer ses émotions, ne jamais les ressentir pleinement, elle se libère ainsi. Dans la douleur corporelle. (deux) Pour les campagnes de sa marque de lingerie, Baby endosse parfois le rôle de mannequin égérie. Pas vantarde pour un sou, juste que Magda, elle aime quand les choses sont faites PARFAITEMENT  comme elle le souhaite. Donc si elle trouve pas de mannequin à la hauteur de ses exigences, elle se charge de la tâche parce qu'elle sait le rendu qu'elle veut. (trois) Ca lui arrive d'en venir aux mains, oui. Quand elle est trop poussée à bout. Qu'elle perd le contrôle parce que vous l'avez trop agacé voir blessée. Son orgueil et sa dignité sont grands et elle les protège farouchement après avoir été tant traînée dans la boue. Son ligne de conduite est : si l'on me blesse, je dois le rendre mais au double. (quatre) Casanière. Baby n'aime pas les grandes soirées mondaines et préfère le confort rassurant de sa tanière. Par le biais de son travail, il lui incombe d'être présente à certaines soirées. Ce sont de vraies tortures pour elle. Quand elle le peut, elle les évite. (cinq) Femme fatale qui s'ignore. Qui se renie. Si tout le commun des mortels n'est pas aveugle à son charme, elle, elle l'est. Complexe d'infériorité. Baby ne trouve quelconque, allant à se croire moche. Elle n'est jamais assez bien pour les autres, de toute façon. (six) Le contrôle. Baby en a besoin. Ce besoin de tout contrôler autour d'elle : son environnement, son coeur, ses sentiments, ses émotions. Plus que nécessaire à sa santé, c'est devenu un besoin psychologique dont elle n'arrive pas à se défaire. Elle ne boit que très peu d'alcool pour ne pas perdre le contrôle. Ne se laisse jamais emporter dans un plaisir quelconque. Le contrôle, toujours et encore le contrôle. (sept) Magda a une malformation cardiaque depuis sa naissance. Les symptômes se réveillent lors d'émotions fortes, d'un stress ou une angoisse intense. Palpitation, douleur à la poitrine et si cela persiste, une perte de conscience. Si son état s'aggrave (que l'émotion ne passe pas), il lui faut une hospitalisation. A ses 21 ans, il lui a été proposé une greffe du coeur mais Baby a refusé. D'abord pour se punir car elle estime ne pas y avoir droit après le scandale de son père. Puis désormais parce qu'elle n'en voit pas l'utilité. Si elle doit en crever, elle en crèvera et puis tant pis.   (huit) Baby a eu une période où elle se mutilait. Une drogue dont elle n'arrivait pas à se passer. Ca lui permettait d'exorciser le trop plein de souffrance en elle. Puis de canaliser le flot d'émotions qui la traversaient suite au décès de Sahar. Il lui reste des cicatrices à des endroits qu'elle tente de cacher. Des endroits que seuls Erio connait. Si, grâce à lui, elle en est sortie. La tentation reste dans sa tête. Le sevrage, pas tout à fait réussi. (neuf) Baby a eu plusieurs histoires après Eric mais il n'y a aucune qui a fait autant vibrer son coeur que celle de son premier amour. Aucun qu'elle n'a aimé autant que lui. Son coeur, elle l'a fermé à double tour. Mais depuis quelque années, Erio semble avoir trouver une clé oubliée.  (dix) Sa mère lui a demandé plusieurs fois de rentrer à Londres avec elle mais Magda a toujours refusé. Elle restera à Naples jusqu'à que le tueur de sa soeur soit retrouvé et envoyé en justice. Jusque là, elle ne quittera jamais Naples. Pas tant que sa soeur ne sera pas en paix et elle avec. Puis si Erio le retrouve, un jour, elle pourra s'en aller.
ton groupe :BARBARESCO ton avatar :Shanina Shaik


pseudo, prénom :bone_echo.combien de bougies ?comme Baby.d'où viens-tu ?Coconut tree.comment t'as atterri ici ?La faute à leo.




Magda & Demetrio
All the streets, where I walked alone, with nowhere to go, have come to an end. In front of your eyes, it falls from the skies, when you don't know what you're looking to find. In front of your eyes, it falls from the skies, when you just never know what you will find.
•• ALASKA (sum 41)
Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2555-constellation-d-ecchymoses http://www.ciao-vecchio.com/t2561-each-beat-of-your-heart-is-a-small-miracle-you-know
ID : Bone_echo
Faceclaim : Shanina Shaik + La pastèque
Multi-comptes : Row row ;; Enoch
Messages : 287 - Points : 1024

Âge : 29 y.o
Métier : PDG de l'Atelier Saddler, une compagnie textile spécialisée dans la dentelle, certaines pièces sont cousues à la main. Créatrice/coutourière d'une ligne de lingerie
Sujet: Re: Constellation d'ecchymoses ( le Mer 21 Fév 2018 - 12:57 )
Fille invisiblePersonne n'avait le temps de m'aimer vraiment. Il arrivait même qu'on m'oublie avant de me quitter ou qu'on oublie de me quitter.
LONDRES - 8 ans

 Now I've had the time of my life. No I never felt like this before  Sahar se prenant pour Johnny Castle se prépare à me réceptionner, moi, la plus belle des Baby. « Allez, Baby ! » Je prend mon élan et m'élance vers ma grande sœur, mon tutu de fortune -des culottes accrochées à une ceinture- virevolte sous mes jambes qui courent. « J'arrive, Johnny » Yes I swear it's the truth and I owe it all to you « MAGDA ! SAHAR ! » La voix de maman me fait rater ma figure et je me retrouve à faire un rouler bouler sur le tapis de notre chambre. La réception est difficile et la peur de ma chute fait monter mon adrénaline et forcément … Forcément. Mon cœur se met à me faire mal dans ma poitrine. Les battements deviennent bordéliques alors que ma petite main s'accroche à mon torse qui s'essouffle. « MAGDA !! Sahar, va chercher ton père ! Il faut qu'on aille à l'hôpital » A partir de ce moment, c'est le flou. Des bribes de souvenirs mais rien de solides. A mon réveil, je me souviens de maman. De sa colère et de la gifle qu'elle me donne en me faisant la morale. Elle énumère encore une fois, pour la millième fois, les interdictions. Les actes illégaux qu'il m'est défendue de faire, moi, gamine qui rêve de jouer, de crier, de courir. De vivre mon enfance. « Ton cœur, Magda. Ton cœur ne fonctionne pas normalement » Mon cœur. Cette mécanique rouillée qui m'empoissonne la vie. « C'est ainsi. Tu dois t'y faire et écouter ce que je te dis. Plus de danse ! Plus jamais de danse. Est-ce que c'est clair ? » « Mais ... » Déjà, les larmes me montent aux yeux mais rapidement, le barrage de maman est là. Sa main vient me gifler. « Ne pleure pas ! Tu sais bien que les fortes émotions détraquent ton cœur ! NE PLEURE PAS, tu m'entends ? Sois raisonnable et mature ! Fais fonctionner ta tête plutôt » Mais moi, maman, je ne suis qu'une petite fille avec des rêves plein la tête. Jouer avec les autres enfants, rigoler avec eux, courir dans le parc. Sortir de la maison tout simplement. Entre les quatre murs de ma chambre, j'attends. J'attends que le temps passe. L'humeur est maussade, chargée en larmes que je ne peux verser. Je rêve d'évasion. De liberté. Un foulard vert pétant traverse la pièce. Puis un deuxième d'une autre couleur. Et encore et encore. Sahar débarque en fanfare dans ma chambre, cotillons et paillettes jetés en l'air. « C'est le cirque de Sahaaaaar » « Arrête ! M'man va te gronder » « Eh bien qu'elle me gronde. Je vais pas en mourir ! » Sans me laisser le choix, elle fait rentrer Triton, notre golden retriever. « Voici la bête féroce ! Le roi de la savane ! Prenez gaaaarde ! Voici le lion Triton ! » Je frappe dans mes mains et rigole. Triton, affûté d'une d'une fausse crinière, me lape les genoux. Après le lion, c'est le clown puis après le magicien. Je tape des mains et rigole. Je rigole, rigole et rigole. Maman m'entend et monte à l'étage. Sahar passe un sale quart d'heure et est punie pendant une semaine : pas de télé, pas de dessert. Devant ma mine déconfite, Sahar se penche à mon oreille « Ca en valait la peine ! On a super bien rigolé, non ? » Oh oui ! Et ce genre de souvenir, j'en ai dans mon coffre à mémoire grâce à ma grande soeur.

NAPLES - 12 ans

Ma main dans la sienne. Nos pas sur le bitume, le seul son dans la nuit. « Nous sommes bientôt arrivé chez toi ? » « Oui. C’est la maison d’après » Mes yeux sont toujours gonflés. Boursouflés de ce flot de larmes que seul cet homme a su calmer. Cet inconnu en soutane. « Ne t’en fais pas, ma enfant. Tout s’arrangera » Je ne lui réponds rien. Je n’en sais rien. Déjà, ma mère va sûrement me tuer d’être partie. De m’être enfuie. A la porte de la maison, je sonne. Des pas et puis ma mère vient m’ouvrir. « Magda ! Nous étions fous d’inquiétude ! » Elle m’empoigne le bras pour m’aspirer vers l’intérieur. Sûrement pour ma correction. Alors qu’elle allait continuer à m’hurler dessus, Padre Del Toro s’impose, les bras croisés derrière le dos, tranquille. « Bonsoir. Je suis Père Del Toro. Pouvons-nous discuter ? … A l’intérieur ? » Mon cœur se gonfle d’espoir. Quelqu’un parlera en mon nom. On s’installe dans la salle à manger, ma mère n’est visiblement pas enchantée qu’un inconnu pénètre nos remparts et encore moins qu’il se mette à parler des raisons de ma fugue. Tête baissée, je ne pipe mot, je le laisse dire ce qui devrait sortir de ma bouche normalement. Puis le ton monte, ma mère prend la mouche et demande à Padre Del Toro de quitter la maison. En moi, le courage de parler, de faire entendre ma voix. « Londres me manque ! Je n’aime pas l’Italie et de toute façon, comment je pourrais l’aimer si je peux pas sortir de la maison ?!! Tu m'interdis de vivre ! » Ma mère me regarde avec de gros yeux « JE VEUX DANSER !!! » Le cri vient du cœur, les larmes qui l’accompagnent sont chaudes. Un chagrin vieux de plusieurs années. Pas qu’un caprice comme elle me le disait. « Je crève d’envie de danser ! » Elle s’assoit, interdite puis balaye l’air d’un revers de main. « Si tu veux danser, dans ce cas, nous irons t’inscrire demain. Mais à la seconde où ta santé s’en retrouve menacée, tu arrête de suite. Est-ce que claire ?! » « Oui » Sous la table, ma main se referme sur celle de Père Del Toro. Une victoire. « Monte te doucher puis te coucher. Tu es privée de dîner tout de même. Et vous, monsieur, merci de m’avoir ramené ma fille. Je vous raccompagne » Ma mère est sèche et c’est limite si elle ne fout pas le prêtre à la porte. Durant une semaine, elle ne me parle pas mais comme convenu, elle m’inscrit à la danse. Un premier pas vers une vie normale. Dans ma chambre, je virevolte, montre à Sahar comment mon tutu vole. « Ah ouais ! C’est trop bien ! Je vais me mettre à la danse aussi » « Ben oui ! Comme Baby ! » « Comme Baby » On rigole sous cape alors que maman passe devant ma chambre « Maman, regarde ce que j’ai appris aujourd’hui » « Ca ne m’intéresse pas ! » Les mots claquent. Me ferment la porte de son cœur au nez. Sahar passe ses bras autour de moi et me serre fort fort fort. « Pourquoi maman ne m’aime pas ? » « Maman t’aime, ne dis pas des bêtises » Ce n’est pas ce que son comportement me démontre. Est-ce que c'est à cause de mon coeur défaillant qu'elle m'aime pas ?

19 ans - PART ONE

L'ambiance est légère, remplie d'espoir. Dans mes yeux, des miettes d'étoiles et dans mon cœur fêlé, une lueur qui brille. Qui scintille encore plus quand je serre la main de ce médecin. Ce sauveur qui a le traitement qui pourrait m'offrir une vie normale. Qui pourrait recoller les pièces pétées de mon cœur. Docteur Vidocq. Nos premières entrevues sont ponctuées de battements de cœur ratés, de douleurs qui semblent me couper la respiration, me trancher la poitrine. Je ne sais pas trop si c'est l'excitation de ce traitement miracle ou l'appréhension. Peut-être un peu ce docteur. Peut-être ses yeux d'un bleu pétillant quand il les pose sur moi. Le frôlement de ses doigts sur mon thorax lorsqu'il écoute mon muscle cardiaque défaillant. Sa peau qui m'effleure lorsqu'il m'examine. Peut-être tout cela à la fois. Peut-être bien. Sûrement parce qu'aucun garçon n'a pu, à ce jour, toucher la moindre parcelle de ma peau. Parce que personne ne peut aimer une défectueuse, pas vrai ? « Cela fait deux mois et pas de changement. Pas de différence » Je soupire et ne regarde même pas ma mère, préférant le paysage qui défile à grande vitesse à travers la fenêtre. « Eric dit qu'il faut du temps à mon organisme pour s'habituer à la mollécule du traitement » « C'est pas une bonne idée ! On ne connaît rien à ce traitement ! Rien de cette molécule. On devrait arrêter » « Non ! » « Magda, je te pensais plus intelligente mais tu n'e... » « NON ! Je n'arrêterai pas ce traitement ! J'irai jusqu'au bout ! » Dans la voiture, le ton monte. Ma mère me hurle que je suis stupide. Naïve. Puis me somme de me calmer. A peine la voiture garée dans le parking de l'hôpital, je m'extirpe de l'habitacle de ferraille et me rue dans le bureau d'Eric. Je sens mon cœur se serrer et déjà je commence à voir flou. Mes jambes tremblent et me lâchent rapidement. Eric quitte son bureau pour venir me porter jusqu'à la table d'examen alors que mes larmes quittent leurs écrins. La frustration, la colère, la rancoeur et puis juste de la tristesse. La timbre de sa voix m'apaise, je ne sais pas ce qu'il raconte, j'écoute juste le son de sa voix. La suit comme une luciole en pleine nuit. Il pose sa main contre mon thorax, ma main sur la sienne pour régulariser ma respiration. Chante une chanson qu'il me dit alors je le fais. Doucement. Entre deux essoufflements. A la fin de mon hymne, mon cœur s'est calmé, a retrouvé un rythme normal. « Dirty Dancing ? » Je baisse les yeux. Un peu honteuse. « Te mooooque pas ! C'est mon film préféré de tous les temps ! » « Ok ! Aucun jugement ! » Et ce fut le début réel de mon traitement. Venir m'apaiser avec Eric quand je n'en pouvais plus de ma mère. Son bureau, mon échappatoire. L'endroit où je pouvais dire ce que je ressentais sans me prendre une gifle. Sans qu'on me donne l'ordre de faire fonctionner ma tête et non pas mon cœur. Puis il était toujours là pour m'écouter. Pour soulager mon cœur qui explose. Atténuer ma douleur en posant sa main et la mienne aux creux de mes seins. Je crois que c'est aujourd'hui que mon cœur a commencé à prendre réellement ces fonctions. Sa principale fonction : aimer. Et il n'était pas défaillant dans cette pratique là. Non.

19 ans - PART TWO

Mon regard dans le sien, je me noie presque. Mon cœur dans ma poitrine joue au tamtam. Pourquoi aujourd’hui ? J’en sais rien. Peut-être parce que je ne tiens plus. Que ça m’envahit tellement l’esprit. Le cœur. « Je voulais te dire quelque chose » Boom. Boom. L’adrénaline fuse mais j’essaie de garder la tête froide, le cœur vaillant. Je cherche le courage de le lui dire et perd mes moyens. « Je pense à toi tout le temps. Sans arrêt » Je sens mes joues prendre feu et je sais déjà le ridicule dans lequel je m’enveloppe mais maintenant sur la lancée, je ne peux faire arrière. « Je sais que tu es bien plus âgé que moi mais … je … enfin … » Je détourne le regard. Fuit le sien qui me fixe, qui fait battre mon cœur aussi fort, au bord de la crise. « Je t’aime » Les syllabes vont vite. Je ne prend pas le temps de respirer. « Je t’aime, Eric » Le premier est difficile le deuxième est délivrance. Comme si je pouvais enfin me libérer de ce poids que j’ai gardé toutes ces semaines en moi. Je ne sais plus lequel s’est approché de l’autre en premier. Peut-être moi. Peut-être lui. Le premier baiser est doux. Tendre. Il semble s’étirer en longueur, durer des heures et des heures. Je n’ai pas envie de quitter ses lèvres, de quitter ses bras. Je rougis de mes maladresses, honteuse de ne rien y connaître comparé à lui mais il me rassure. Il ne juge pas. Les autres baisers qui se suivent sont toujours doux mais avec une pointe de passion dans les notes. Une passion qui grandit à chaque caresse, à chaque baiser. Les vêtements se retrouvent à terre peu à peu. Une appréhension de l’inconnu dans lequel je m’en vais m’enrôle l’esprit mais je n’ai pas peur, je sais ce que je fais. Je sais que c’est avec lui que je veux ma première fois. Lui et rien que lui. Lui et personne d’autre.

***

« T’es sérieuse ? » « Oui, tout à fait ! T’as bien compris, l’homme de ma vie devra savoir danser comme Johnny Castle et surtout savoir me hisser au ciel » Eric rigole, il se paye allègrement de ma tête mais je garde ma position. « Ma sœur et moi, on a passé un pacte : on épousera celui qui saura nous faire danser comme lui. C’est très niais mais faut savoir mettre la barre haute. Si tu veux poser candidature, faudra t’entraîner » Il me regarde en biais et j’avoue que je ne le vois pas trop onduler des hanches comme Johnny. Par la fenêtre, la faible lueur du matin pointe le bout de son nez. « J’ai pas envie de rentrer » « Ta mère va appeler l’armée si tu ne rentre pas » « Je sais mais j’ai pas envie de te quitter » Je me cale dans ses bras et profite de l’instant présent. Je ne m’inquiète pas de demain. Pas vraiment. Pourquoi le ferais-je ? C'est pas comme s'il allait disparaître. On est ensemble et j'imagine qu'après ce soir, on est comme un couple, non ? J'ose pas lui poser la question. « Tu veux bien me raccompagner ? » « C’est pour être plus longtemps avec moi, pas vrai ? » « Je suis si transparente que ça ? » Il m’embrasse avant qu’on se rhabille. Il n’a pas tort sur ce point : ma mère risque d’alerter toute l’Italie si je ne rentre pas. « J’ai déjà hâte d’être à tout à l’heure » « Moi aussi » Je quémande un dernier bisous pour me motiver et on se met en route.

19 ans - PART THREE

« Eric ! » Il ne m’entend pas, je m’approche et perçois des bribes d’une conversation animée avec ce qui semble être un pote à lui. Je sais que c’est pas bien mais c’est plus fort que moi, j’écoute en cachette. Peut-être lui parlera-t-il de moi ? C’est l’espoir et l’excitation que mon oreille se tend. Mais tout dégringole et au fur et à mesure. Mon monde semble s’écrouler à chaque phrase balancée. Des phrases couteaux qui s’enfoncent dans mon cœur. Je comprends l’essentiel : une arnaque montée pour piquer de l’argent à ma famille. Moi, le moyen d’approche. L’appât. La bile me monte à la gorge. Alors cette nuit. Ces baisers. Ces caresses. Tout cela, c’était du pipeau ! De la belle merde de mensonge. Mon regard se fait flou. « Eric… » Ma voix essaie de s’agripper à la silhouette qui s’éloigne de plus en plus de moi. De retenir à moi cet homme dont je suis tombé amoureuse. Cet homme qui me laisse. Qui m’abandonne comme une moins que rien. « Eric … » Ma main à ma poitrine, le muscle cardiaque qui semble lâcher et la douleur qui me possède dans chaque parcelle de chair. « Er…. » Et mon corps qui s’écroule, qui perd conscience pendant que mon cœur se déverse en larme. Eric s’en va et c’est sur cette dernière vision que mon cœur se brise en petit morceau. Des milliers de petits morceaux. Avec Eric gravé au fer dessus.

Cœur fatigué, cœur malade hospitalisé et moi, dans ce lit, amorphe. J’essuie avec grande difficulté l’échec cuisant. Le bilan est désastreux et ridicule : premier amour, premier chagrin. Le tout en 24 heures top chrono. Abandonnée. Ridiculisée. Il s’est bien foutu de ma gueule. Pour peu, j’en rigolerai bien. Rire à en pleurer. De ses yeux bleus et cet amour à sens unique sur les bras, me reste que des souvenirs cassants. Des souvenirs qui font monter des océans aux cils. Une cassure dont je n'arrive pas à me remettre. Une brisure qui me coupe l’appétit, qui de mes jours, des nuits sans fin. « Elle l’aime, maman » « Ca ne veut rien dire tout cela. Ca ne vaut rien » Pour une fois, je suis d’accord avec ma mère. Ca ne vaut rien. Il me suffit d’oublier. Oublier jusqu’à l’odeur de son parfum. Jusqu’à la douceur de ses lèvres. Jusqu’à la sensation de bonheur dans ses bras. Il suffit juste ... Il faudrait l'envie aussi ...  Il me faut des semaines pour y arriver. Pour y parvenir. Avoir l'envie de l'arracher à moi, le brûler dans un coin de ma tpete « C’est un sale connard » Les poings qui se serrent et la colère qui commence à m’envahir. « Qu’un petit con » La cuillère de nourriture, je l’avale sans demander mon reste. Je vais pas me laisser mourir pour un abruti, un sombre con. Ma vie, je vais la vivre et puisque c’est ainsi, je ferais ce qu’on m’a toujours dit : écouter la tête et pas le cœur. Dernière caresse à mon cœur et puis je le mets au repos. Je le laisse aller dormir pour à peu près toujours. Euthanasie silencieux et Eric avec. Et Eric surtout avec. Cette boîte de pandore condamnée.


NAPLES - 21 ANS

Tous les médias s’en emparent. Mon nom traîné dans la boue, dans chaque insulte. Et les paparazzis qui ne manquent pas de nous harceler. De nous suivre et nous bombarder avec leur flash à pisse. Garder son sang froid est la clé. Est l’ordre que notre avocat nous ordonne pour ne pas faire de vagues. Mais des vagues, y’en a déjà. Un tsunami qui nous renverse et nous noie. Les mauvais choix de mon père qui nous croulent sous la honte et l’humiliation. L’affaire Saddler : exploitation des réfugiés. La voilà la saleté, la médiocrité, la bassesse signé de notre nom. Mon père a préféré la main d’œuvre peu onéreuse, quitte à détruire sa conscience et pisser sur le correct. Il a retourné sa veste et notre dégaine avec. Pire que notre sort jeté en pâturage aux médias, ceux des réfugiés utilisés, stockés comme des sardines dans l’usine de mon père. Tels des animaux menés à l’abattoir. La honte dans mes iris, la flétrissure dans toute mon âme voir des enfants dans le lot. A voir ces familles brisés. Comment me laver de ses péchés ? Mon père, lui, les expie en prison. Pas le choix et nous, plus l’envie qu’il soit auprès de nous après cette trahison. Reine des glaces, c’est le surnom qu’ils me donnent les toqués de la caméra. Parce que je suis froide. Parce que je suis stoïque. S’ils savaient comment je bouillonne de l’intérieur, comment je maintiens de toutes mes forces le volcan en ébullition. A la fac, c’est les insultes, les bousculades et en réponse, mon silence. Jusqu’à ce jour. Jusqu’à la brèche : ma main qui s’empare de la chevelure de la rouquine à grande bouche, l’autre main vient la gifler avant de la pousser violemment. Mon cœur lâche les pédales et c’est moi qui me retrouve aux urgences comme une éternelle boucle qui n’a jamais de fin. « Tu n’aurais pas dû faire ça, Magda » « Et j’étais censée faire quoi ? Hein ? On se fait cracher à la figure tous les jours ! J’devrais faire quoi, hein ? Je ne suis une sans cœur comme toi ! » Le visage de ma mère vire au cramoisi, ses dents se plantent dans sa joue et je sens qu’elle se mord jusqu’au sang comme pour se retenir. Je le sais car je fais la même chose. « Pourquoi tu te retiens hein ? Tu n’as pas le cœur en sucre comme moi » « PARCE QUE JE SUIS UNE REFUGIEE ! Parce que ton père, tu crois qu’il s’est inspiré d’où pour ses magouilles de minable ?! De mon histoire ! Désormais mon nom est rattaché à ce genre d’histoire douloureuse dont moi j’ai mis des années à me relever. Pourtant, je ne saute pas à la gorge des gens ! Je reste digne et tu devrais apprendre à en faire autant » C’est misérable qu’elle me laisse sans un regard. Maman a pris ses bagages et direction Londres. De son terrier, elle ne sortait que pour nous rendre visite. Parfois brièvement, parfois des mois entier mais Naples, elle finissait toujours par la quitter.

NAPLES - 24 ans

J’accuse mal le coup. Je le prends de travers et en pleine figure. Mes yeux deviennent désert aride : pas une trace d’eau et pourtant, la douleur, elle est là. Vive. Déchirante. Lourde. Mon monde semble se briser et s’effondrer. Je n’écoute même plus les mots du lieutenant de police. Étourdie par les trois successions de lettres. Les trois condamnations  dont ma sœur a fait les frais : torture, viol, meurtre. Au fond, ce ne sont que des synonymes. Une même et seule famille de mot. Mon corps se relève, automatisé. Le lieutenant se redresse aussi, sûrement par politesse et signe de respect. « Merci de vous être déplacé en personne, Lieutenant Mazzei » Mes bras se croisent sur ma poitrine, le visage placide. « Je vous laisse avec ma mère. » Faisant un pas vers lui, je pose une main sur son épaule, mes iris plantés dans les siens, la flamme de la colère dans leur ventre. « Sahar a trouvé la mort au bout de combien de temps ? » La voix se fait basse, assez basse pour ne pas que ma mère entende ma question. Sur son visage, l’hésitation se lit : me dire la vérité ou pas ? Au bout de longues secondes de silence, je tranche pour lui « Je viendrais le moment venu pour avoir réponse à mes questions. Bonne soirée, lieutenant » La vérité c’est que je ne suis pas prête. Pas prête à entendre la réponse. A survivre à la réponse. Mon cœur, il ne le pourra pas. Je monte dans ma chambre en ayant l’impression que chaque marche devient de plus en plus dure à gravir. Une fois dans mon antre, dans ma bouche, un goût de ferraille. De la rouille. Sans m’en rendre compte, mes dents s'étaient enfoncées dans la chair de ma langue, comme pour me maintenir à flot. Pour empêcher la douleur de s’enfoncer dans mon cœur et le briser encore plus qu’il ne l’est. L'idée est grisante : gérer la douleur par la douleur. Mes doigts attrapent le coupe-papier et viennent l’enfoncer dans la fibre de ma peau, à la recherche de ce rouge. De ce vermeil qui exorcise, qui me libère de ce terrible fléau, cette douleur qui se colle à ma peau, aux tissus de mon âme. Maltraiter mon corps pour expier la douleur : une drogue qui me mène à ma perte. Mais c'est mieux que l'hôpital. C'est mieux que le suicide.

[6 MOIS PLUS TARD]

« Je veux voir » Entêtement de béton, je me confronte à Erio dans une armure de coton, prête à mener bataille. Il me désigne un siège pour je me pose mais je refuse. M'asseoir, ça serait à moitié perdre. Même si perdre, cela semble être toujours la fin fatidique de ma vie. « Je veux les voir, Erio » Parce que je l'ai décidé. Parce que je veux savoir. Parce que je veux coller des images aux mots cruels. Aux mots éclatés qui me bousillent le ventre. Tessons de lettres qui me déchirent. « Erio ... » Parce que j'ai besoin de fusionner avec ce qui s'est passé à Sahar. A défaut de comprendre pourquoi ? Je veux ressentir ce qu'elle a vécu injustement. Je veux être avec elle dans cette horreur. Ma moitié. Ma sœur tant aimée. Si morte. Si manquée. « ERIO ! » De supplications, je passe à sommation mais toujours ce bloc de refus en face de moi. « J'ai le droit de les voir » « Ce n'est pas une bonne idée » Pendant un court instant, la folie endormie en moi a envie de se réveiller, de bousculer tout dans ce bureau gris. Couleur de fin. Couleur de mon deuil. Mais mon coeur ne supporterai pas si je laisse libre cours à mes émotions alors je me laisse tomber sur la chaise qu'il tire vers moi, j’abdique … en apparence. « Tu as raison. Ce n'est pas une bonne idée … Je ne sais pas à quoi je pensais. Erio, je n'ai pas mangé depuis des jours, je peux avoir un coca ou un truc sucré ? » Il accepte. Tombe dans ma fragilité que je révèle à demi mesure. A peine est-il sorti de son bureau que je bondis de mon siège pour claquer la porte derrière lui et la verrouiller. « Ne fais pas ça ! » Sur son bureau, mes mains brouillons farfouillent, jettent à terre les dossiers inutiles jusqu'à que je trouve celui qui fait écho douloureux en moi : Meurtre de Sahar Saddler. Contre la porte, Erio tambourine, se fait voix de la sagesse mais je ne suis plus sagesse. Mes doigts tremblent alors que j'ouvre le dossier. Sahar en sang. Sahar, le regard morne et parti. Sahar et son corps disloqué à moitié nu. Ma vision devient floue, la voix d'Erio de l'autre côté de la porte devient bruit parasite. Le temps semble s'arrêter alors que ma douleur prend plus d’ampleur, me troue de l'intérieur. Puis la porte se brise sous le corps d'Erio qui la défonce et même avec ses bras autour de moi et ses mains sur mes yeux pour me rendre aveugle, je continue de voir l'horreur. Le calvaire. « Pourquoi tu as fait ça ?!! » « Pour ne plus qu'elle soit seule dans sa souffrance » Mais moi, je le deviens. Et pour la première fois depuis qu'on m'a arraché Sahar, les océans me montent aux cils, me brûlent les yeux. Des sanglots se bousculent dans ma gorge alors que je m'enfonce dans les bras d'Erio comme pour disparaître. Aujourd'hui, je pleure enfin ma soeur, ma perte, ma douleur, mon deuil tant repoussé. Je me laisse aller à la souffrance de mon âme et tant pis pour mon coeur. Tant pis pour la vie, Erio me ramassera à la petite cuillère. Dans ce bureau, tout s'écroule et la vérité glacé s'échappe de mes lippes.« J'aurais tellement préféré que ce soit moi qui meurt à sa place. Moi et mon foutu coeur à la con »

NAPLES - 27 ANS

Clac. Clac. Clac. Clac. Les talons aiguilles résonnent contre le sol. Mes mains se posent sur les poignées de portes. J'inspire et j'expire. En moi, le trac se réveille et me tord les boyaux mais je ne le laisserai pas faire. Je suis à la tête de cette compagnie. Aujourd'hui et maintenant. Brusque, j'ouvre les portes et entre dans la salle de réunion sous les regards qui se tournent vers moi. « Bonjour messieurs. Je me joins à vous pour la réunion de ce matin » Tout le monde me toise, certains me regardent de haut. Une femme, en ces lieux, ce n'est que la secrétaire qui apporte le café et les croissants. « En quel honneur ? » Je souris et pose ma mallette et mon dossier à l'endroit où le PDG doit s'asseoir. « En l'honneur que je reprend les rennes à partir d'aujourd'hui » Mon sourire disparaît alors que mon regard se durcit. Je deviens requin blanc face à des squales. Je les dévore. « Je pense que ce siège me revient » Insolente, je ne me démonte pas. Ne laisse rien transparaître de mes incertitudes. Mon regard se pose sur la personne qui finit par libérer mon siège sur lequel je prend place. « Cette société a dû faire face à un gros coup dur. Grâce à vos efforts et votre travail, elle a pu rester en vie depuis. Pour cela, je ne vous remercierai jamais assez. Ma mère vous a longtemps laissé gérer. Je prend désormais la suite … mais avec vous. Ensemble, nous redonnerons ses lettres de noblesse à cette société. » Certains quittent la salle, d'autres restent. Peu importe. Je suis à la place qui me revient de droit que cela plaise ou non. Je m'en fiche royalement. M'adossant à la chaise en cuir, j'observe chaque personne qui a eu le courage de rester avec moi. « Partenaire, ensemble, vous et moi, nous allons faire de grande choses » J'ai la foi, j'ai la soif de réussir. Je serais mon père mais en tellement mieux ... en tellement mieux. « Nous allons sortir cette société de la boue et lui rendre sa juste valeur. J'annonce une nouvelle ère pour l'Atelier Saddler » Sur mon trône, j'emporte avec moi ma couronne. Demain, la presse relatera que la reine des glaces a repris possession de l'entreprise familiale. Je la laverai des actes indignes de mon père et je construirai mon empire, même s'il doit être un hiver éternel. Hélas, sous mon trône, le cercueil de mon coeur. Cette boîte que j'essaie d'ouvrir le moins possible mais en vain. Ma main vient s'emparer du couvercle et m'en débarrasse. A l'intérieur, des vestiges d'une autre époque. Un trésor que je chérissais de tout mon coeur, fut un temps. Des diapositives fatiguées, mordues par le temps qui passe. Certaines sont déchirées puis recollées tant de fois sous la colère, la rancoeur. Mon sourire gigantesque sur la plupart des photos, quand le bonheur était à portée de main. Eric à mes cotés. Ses yeux bleus dont je me souviens encore de l'éclat. De doux souvenirs remplis de venin et ce venin, je le connais que trop bien mais malgré tout, la pulpe de mon doigt caresse le contour de sa mâchoire.  Le venin se diffuse quand le souvenir de ses lèvres me reviennent. « Non ! » Non pour ne pas revenir sur ce champs de bataille dont je suis sortie à peine indemne. C'est terminé et cette boîte, juste une trace de l'existence d'un coeur. Rien que ça. Eric, il est rayé. Fini. Tout cela ne veut rien dire. Ne vaut plus rien.


Magda & Demetrio
All the streets, where I walked alone, with nowhere to go, have come to an end. In front of your eyes, it falls from the skies, when you don't know what you're looking to find. In front of your eyes, it falls from the skies, when you just never know what you will find.
•• ALASKA (sum 41)
Revenir en haut Aller en bas
Barbara RosaLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1889-barbara-rosa-la-femme-e http://www.ciao-vecchio.com/t2831-miss-rosa-un-pied-devant-l-autre#81810
ID : Je suis pitoquinha sur les forums et je m'appelle Louise.
Faceclaim : Dakota princesse Johnson est ma célébrité choisie pour incarner le rôle de Babou. Mon avatar est signé rose adagio & mon code signature est signé pitoquinha.
Multi-comptes : J'ai déjà deux demoiselles sur le forum : Anabela Laranjeira (Amber Heard) et Gabriela Visconti (Blake Lively). Les plus belles des plus belles, nous sommes d'accord.
Messages : 1464 - Points : 3046
Âge : J'ai trente ans à présent. Vieillir ne m'a jamais fait peur, peut-être parce que je n'ai pas la sensation de prendre une année de plus à chacun de mes anniversaires. D'ailleurs, j'ai toujours pensé qu'il valait mieux vieillir plutôt que de mourir jeune. Le cap des quarante ans sera sans doute plus difficile à vivre, mais j'ai encore dix bonnes années devant moi.
Métier : J'ai la chance de pouvoir vivre grâce à ma passion, c'est-à-dire l'écriture. Je suis une écrivaine de renom et j'ai déjà publié onze romans policiers se déroulant à Paris, en France. Ce que je trouve fantastique, c'est que je peux écrire n'importe où, n'importe quand.
Sujet: Re: Constellation d'ecchymoses ( le Mer 21 Fév 2018 - 14:24 )
RE la belle.


- BARBARA ROSA -
La romancière de renom au grand coeur. Fragile et forte à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Constellation d'ecchymoses ( le Mer 21 Fév 2018 - 14:26 )
DIRTY DANCING.

Re-bienvenue avec cette jolie dame, hâte de retrouver le beau Teo dans le jeu. :iloveu:
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Ealitya(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael & Leonardo
Messages : 6129 - Points : 2296

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: Constellation d'ecchymoses ( le Mer 21 Fév 2018 - 15:46 )
Re bienvenue


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Caitlyn, Demetrio, Enzo, Erio & Stefan
Messages : 8611 - Points : 6704
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: Constellation d'ecchymoses ( le Mer 21 Fév 2018 - 20:17 )
Ma puce. I love you
Je te re-valide du coup et je fais le nécessaire pour le reste. Ca me fait trop plaisir de revoir Teo.

J'archiverai aussi ta réponse de Magda pour Erio et je te laisserai y re-répondre.

RP
Code:
La nuit est déjà tombée lorsque la jeune femme quitte son bureau pour retrouver le confort de sa maison. Retrouver son refuge. Une journée banale de travail mais qui pourtant l'a agacé au plus haut point. Les fournisseurs qui ne veulent pas faire affaire avec elle à cause du scandale de son père. Ces hommes haut placés qui se permettent d'être incandescents parce qu'elle est une femme et en plus une Saddler. <span class=colour1>« T'as des petits chinois dans ton atelier cette fois-ci ? »</span> La blague ne lui a guère plu. Sa joue a encore une trace de ses dents plantés à l'intérieur de la chair pour s'empêcher de l'envoyer chier, de lui dire le fond de sa pensée. C'est avec un goût de rouille dans la bouche qu'elle avait choisi de l'ignorer, un sourire froid sur le visage mais un sourire qui promettait une certaine vengeance, le jour venu. Laissant s'échapper un long soupire, Magda pousse la porte de chez elle et balance ses talons aiguille dans un coin de la pièce avant d'enclencher l'interrupteur du salon. [font=Courier New]Clic. Clic.[/font] Aucune lumière. [b]« Putain de merde »[/b] que la brune lâche entre ses dents, la tête dans le compteur de la maison. [font=Courier New]Clic. Clic.[/font] Aucune lumière. Bien, bien. Elle appellera l'électricien demain, pour le moment, la métisse n'a plus envie du tout de se casser la tête. La journée a bien assez été remplie de soucis comme cela. Elle dispose des bougies un peu partout pour ne pas se viander et elle file sous une douche bien chaude. Emmitouflée dans un peignoir, Magda attrape une bouteille de vin dans son stock d'alcool. Pas une grande buveuse, elle aime pas ça généralement. Ce n'est pas le goût, c'est juste l'état dans lequel ça la met. Le verre de trop et le contrôle, elle le perd. Baby n'arrive pas à se faire à l'idée, elle a besoin de sentir qu'elle a le contrôle sur elle-même mais ce soir, il n'y a qu'elle à la maison. Pas besoin de se contrôler pour éviter à son cœur de dérailler. Rien qu'elle et elle. Dans un bruit pétant, la brune débouche sa bouteille et se sert un verre.

A peine y a-t-elle tremper ses lèvres que l'on toque à sa porte. [b]« Bordel ! »[/b] Décidément, c'est pas la bonne soirée pour être tranquille. D'un pas presque fulminant, la silhouette menue se dirige vers la porte, bien décidée à envoyer bouler l'importun qui ose venir la déranger à cette heure. Son venin, prêt à se fendre sur sa proie, reste finalement coincé dans sa gorge quand ses yeux rencontrent ceux de celui qu'elle n'attendait vraiment pas. Qu'elle n'aurait pas imaginé sur le seuil de sa porte à cette heure. [b]« Erio ? »[/b] Sauf en cas d'urgence, sauf en cas de l'arrestation de ce fumier. Son cœur commence à perdre les pédales alors que l'espoir s'immisce en elle. Erio semble entendre ses pensées et fait retomber ses espoirs comme un soufflé. [b]« Qu'est ce qu'il y a dans ce cas ? »[/b] S'il avait besoin de la voir pour s'assurer qu'elle va bien, qu'elle n'a pas repris l'automutilation, le lieutenant passait généralement en journée, à des heures décentes on va dire. Pas dans la soirée comme ça. Interloquée par sa question et ce comportement nouveau, la jeune femme reste muette de surprise. Encore plus quand il fait un pas vers elle, une main sur sa taille. Dans sa cage thoracique, son cœur s'emballe. [font=Courier New]Boom. Boom[/font]. D'un pas lent, son ventricule passe à un marathon. Une telle proximité avec Erio, elle l'a espéré et même rêvé tout en sachant que cela ne se réaliserait jamais. Pas avec elle en tout cas. Et voilà que cela se passait soudainement. Comme ça. [b]« Oui ! Bien sûr, Erio. Entre ! »[/b] Qu'elle finit par dire en s'écartant de lui à regret pour le laisser passer. [b]« Les bougies, c'est normal, j'ai pas d’électricité ce soir. Donc va pas croire que je suis entrain de faire un rituel sataniste avec mon sang. Façon, j'me taillade plus »[/b] Pour le rassurer si par hasard il vient pour cela mais dans son regard, elle sent quelque chose de différent. Une autre étincelle. [b]« Je me suis ouverte une bouteille de vin. Tenté ? »[/b] Attrapant son propre verre de vin, Magda le lui tend pour le convaincre. S'il compte rester, autant l'accompagner. [b]« Erio, ça va ? Tout va bien ? »[/b] De l'inquiétude dans le regard alors qu'elle s'approche d'un pas pour tenter de lire une réaction, quelque chose sur son visage à la lumière des bougies vacillantes comme son cœur en ce même moment.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.


La grande protectrice aux microbes :
 
Revenir en haut Aller en bas
Rowtag Boscorelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3199-im-lost-in-those-dark-old-hour http://www.ciao-vecchio.com/t3237-i-am-searching-high-i-m-searching-low-in-the-night
ID : Bone_echo
Faceclaim : Boyd Holbrook + Bishop
Multi-comptes : Magda ; Enoch
Messages : 1266 - Points : 1390

Âge : .34 ans.
Métier : Compositeur de musique de film en déchéance. Déchu. Rowtag se produit maintenant dans des bars, jouent du piano pour des personnes qui n'écoutent même pas dans des salles de restaurant. Tout ça, juste pour recevoir un peu de pécules.
Sujet: Re: Constellation d'ecchymoses ( le Mer 21 Fév 2018 - 20:19 )
BOUIIIH A MOI AUSSIIIIIII ! L'est bô mon teo *-*

Ca roule pour Magda, j'reposteraaaaai



I CAN LIVE UNDERWATER

Here in your shadow, you keep me from getting burned by the debts I can't escape til the day I die. Got to start from somewhere so I'll start from the grave. We'll count the steps along the way. Curl your lip and make me want to live for one more day.
© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Constellation d'ecchymoses ( le Mar 27 Fév 2018 - 15:24 )
Je viens de me rendre compte que je ne suis même pas venu te polluer cette fiche de présentation Mamour.

FAITES PLACE


Bienvenue à toi, nous allons faire de grandes choses ensemble.





(Tu noteras que je deviens aussi douée que toi MOUHAHAHA)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Constellation d'ecchymoses ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Constellation d'ecchymoses -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées