Revenir en haut
Aller en bas


 

- { RP ALÉATOIRE : L'EMBARRAS } -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
ID : Djoan (Floriana) fait vivre Brigitta à travers les articles de son blog.
Faceclaim : Alison Brie ©Lux Aeterna
Messages : 337 - Points : 1013

Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
Sujet: { RP ALÉATOIRE : L'EMBARRAS } ( le Dim 25 Fév - 16:45 )
Brandon / CamillaL'embarras
Voici votre sujet aléatoire avec une situation préparée par nos soins. Si vous avez un souci, une question, n'hésitez pas à nous contacter. Bon jeu !

@Brandon Fletcher @Camilla Gallini
Situation A la va vite, Camilla s'est précipitée en fermant la portant de sa voiture et a fait un pas de trop en avant, trop distraite par certaines choses pour remarquer que sa jupe s'est coincée dans la portière. Seulement, c'est en entendant un petit "crac" qu'elle s'arrête en touchant immédiatement sa jupe déchirée. Si elle pense pouvoir échapper aux regards, Brandon, lui, a été témoin de toute la scène.
Revenir en haut Aller en bas
Brandon FletcherLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2241-brandon-one-shoot-one-k http://www.ciao-vecchio.com/t2291-brandon-one-shoot-one-kill
ID : Bellätrix (V.)
Faceclaim : T. Hardy © ANOMIE. (avatar) + beylin (signature)
Je suis absent-e : réduite.
Multi-comptes : 'Lev&Ima&Matteo
Messages : 1907 - Points : 792

Âge : trente-six ans (16.06.81)
Métier : Ancien tireur d'élite dans l'US Army. Reconverti en inspecteur, dans la police criminelle.
Sujet: Re: { RP ALÉATOIRE : L'EMBARRAS } ( le Dim 4 Mar - 2:21 )
Comme depuis plusieurs jours déjà, j’étais d’une humeur massacrante. Comme si cela ne suffisait pas, je m’étais encore pris la tête avec mon chef. Toujours les mêmes raisons invoquées mais j’en avais que faire. Surtout maintenant. S’il ne voulait plus me voir, il n’avait qu’à me virer. Au point où j’en étais. Ma vie partait déjà à vau-l’eau, alors un peu plus ou un peu moins … A la place, il m’avait envoyé sur le lieu d’une altercation, dans le quartier Spagnoli. J’étais censé y aller avec mon nouveau coéquipier, un bleu. Je profitais du fait qu’il passe vite aux toilettes avant de partir pour me faire la malle. Evidemment, il m’avait rejoint quelques minutes plus tard. Nous nous étions donc là, sur le pas de porte d’un appartement délabré, dans une ruelle d’ordinaire sombre – dieu merci c’était encore en pleine journée – devant une jeune femme, la lèvre en sang, un coquard au niveau de l’œil, titubant. Derrière elle, se tenait son compagnon, bodybuildeur ou plutôt accro aux stéroïdes. Cas classique. Rien à voir, passez votre chemin. J’étais tellement blasé à l’instant présent de me retrouver, encore une fois, devant ce couple qui, dès que nous aurions le dos tourner, allait reprendre là où ils s’étaient arrêtés, que je ne fis pas vraiment attention à la fille. A vrai dire, je n’étais pas très concentré, ces derniers temps. Alors que j’aurais dû. La fille avait beau tituber, ne tenir plus debout, elle n’avait pas consommé que de l’alcool. Son poing partit tout seul et atteignit sa cible. Le nez de mon collègue. Je réagis aussi rapidement que possible, l’immobilisant avec une clé de bras. Assurant nos arrières – trop tard – j’appelais des renforts et un médecin. Mon coéquipier en sécurité, au bon soins du médecin, je retournais dans la rue, histoire de m’en griller une en attendant que mes collègues ramènent leurs sabots. C’est là que, tournant la tête, j’aperçus une fille sortir de sa voiture. J’arquais un sourcil. Qu’est-ce que ça faisait là ? Elle s’était perdue ou elle cherchait à se faire voler ? Non pas que le quartier Spagnoli était un quartier dangereux, mais tout de même …. J’eus donc tout le loisir de contempler la suite. Sa jupe s’était prise dans sa portière et, n’ayant pas remarqué ce petit souci, elle marcha d’un pas alerte alors que sa jupe, elle, n’aima pas le traitement qu’elle subit. La fille jura, une fois, deux fois, alors que les papiers qu’elle tenait en mains s’éparpillèrent. Je ne saurais pas dire pourquoi, le fait que ma vie était en train de partir en couilles ? Le fait que je passais également une journée de merde ? Aucune idée, mais le fait est que je partis en fou rire.  Incontrôlable. Sans aucune raison. Comme ceux qu’on est obligé de retenir lors des enterrements. C’était plus fort que moi. Toutefois, voyant sa réelle détresse, je m’approchais du « lieu du crime », les larmes coulant sur mes joues. De rire. « Vous avez décidé de lancer une nouvelle mode ? » Je n’avais pas pu m’en empêcher, avant de reprendre mon sérieux, tant bien que mal. Mission impossible. Me rendant quand même compte de mon impolitesse, je me penchais pour ramasser les feuilles éparpillées « Tenez », dis-je, tout en les lui tendant. Je jetai un coup d’œil sur ma montre. « Vous avez de la chance que ce n’est pas l’heure de pointe … » Rien qu’en imaginant la scène, elle là, sa jupe déchirée, les gens rentrant du boulot en masse, je repartis de plus belle en fou rire. J’essuyais les larmes au coin de mes yeux à l’aide de ma manche, avant de retirer ma veste. Tant pis si celui-ci cachait le pistolet que je portais dans mon holster. C’était le cadet de mes soucis, à vrai dire. Je posais la veste autour de ses épaules. « Normalement elle sera assez longue pour cacher … enfin … » Je me mordis les lèvres. C’était trop tentant. « Elle s’appelle retour par contre » En attendant une quelconque réponse de sa part, je sortis mon téléphone de la poche et j'écrivis un sms rapidos.


welcome to the
nightmare in my head
Say hello to something scary
Revenir en haut Aller en bas
Camilla Gallini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Halay, Gwendoline.
Faceclaim : Karen Gillan + Zuz'
Messages : 110 - Points : 703

Âge : trente ans
Métier : écrivain
Sujet: Re: { RP ALÉATOIRE : L'EMBARRAS } ( le Sam 17 Mar - 20:34 )
Les journées étaient toutes les mêmes. Elles se ressemblaient tellement que chaque jour, Camilla se demandait si elle ne rêvait pas, si elle ne vivait pas un mauvais cauchemar où chaque jour devait se répéter. Depuis quelques temps, plus rien n'allait dans la vie de Camilla. Elle ne savait plus à quoi se raccrocher. Elle ne savait plus comment sortir la tête de l'eau. Elle regrettait tellement ce qui s'était passé et son mensonge commençait à la peser réellement. Pour se changer les idées, elle avait passé une partie de la matinée à essayer d'écrire, mais il n'y avait rien à faire : pas un mot ne sortait. Elle était incapable d'écrire et elle n'avait rien écrit depuis des semaines. Ça la rendait folle. Pour ne pas déranger une fois de plus sa famille avec ça et avant d'aller les voir d'ici une heure ou deux, Cami avait décidé de prendre l'air, de se promener.

Quelques feuilles en main avec certaines de ses idées pour son futur roman, elle garait sa voiture dans le quartier Spagnoli, un peu au hasard, à la recherche d'un endroit qui l'inspirerait. Elle s'était garée là sans réfléchir, mais inconsciemment, elle savait quel endroit il lui fallait. Cette librairie, à deux rues, et surtout son libraire. Depuis les derniers événements, elle évitait pourtant le quartier pour éviter de croiser Rafael, mais tant pis pour cette fois-ci, elle ferait simplement attention. Puis, même s'il la croisait, son petit ventre était encore discret, bien caché derrière ses vêtements alors il ne remarquerait certainement rien. Les feuilles en mains, Cami était sortie rapidement de sa voiture. Pressée de s'éloigner de la librairie, tout de même, elle fit un pas rapide, mais elle se stoppait net. Ce bruit, elle savait bien ce que c'était. Sa main était allée toucher l'endroit déchiré, gênée et en colère de ce qui lui arrivait, d'autant plus que, par la même occasion, elle faisait tomber tous les documents, elle ne pouvait s'empêcher de lâcher deux ou trois "merde" à la suite. Elle espérait que personne n'ait pu la voir. Elle ne voulait qu'une chose, s'enfuir le plus vite possible, mais c'était sans compter sur cet inconnu, mort de rire qui s'était approché d'elle. Sérieusement ? Il se moquait d'elle ? Elle n'avait pas pu s'empêcher de le fusiller du regard. Cami ne préférait pas répondre à sa première phrase et se contenta d'un « merci » lorsqu'il lui rendit ses feuilles. « Vous allez arrêter ! » Essaya-t-elle de lui ordonner alors qu'il se mettait de nouveau à rire. Elle était bien assez mal à l'aise comme ça, il n'avait pas besoin d'en rajouter. Enfin, il n'était pas qu'un monstre puisqu'il venait de lui prêter sa veste. Désormais, la jupe craquée était cachée. Personne ne pourrait plus profiter du spectacle. Tellement préoccupée par sa jupe, elle n'avait pas remarqué l'arme dévoilée lorsqu'il avait enlevé sa veste. « Vous avez peur que je parte avec en courant ? Soyez rassuré, je vais vous la rendre votre précieuse veste, dès que j'aurais trouvé de quoi me changer ! » Autrement dit, s'il voulait la récupérer, il allait devoir la suivre. Parce que Cami était parfois sans gêne et ne se préoccupait pas de savoir si l'homme avait des choses à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: { RP ALÉATOIRE : L'EMBARRAS } ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- { RP ALÉATOIRE : L'EMBARRAS } -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli