Revenir en haut
Aller en bas


 

- Magda | Des retrouvailles -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Stefan Rowe10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2319-stefan-o-i-need-you-the http://www.ciao-vecchio.com/t2616-stefan-o-run-boy-run
ID : Ealitya
Faceclaim : Theo James, ©Ealitya
Multi-comptes : Dante, Demetrio, Enzo & Erio
Messages : 218 - Points : 702

Âge : trente-quatre ans.
Métier : coach sportif. Il gagne également sa vie grâce à des combats illégaux.
Sujet: Re: Magda | Des retrouvailles ( le Dim 24 Juin 2018 - 21:28 )
Haussement d’épaules à ce questionnement auquel il ignore quoi répondre. Discuter avec Cecilia peut être simple, comme ça peut être compliqué. Et depuis qu’ils sont à Naples, c’est encore pire que tout. A l’étranger, elle avait tendance à se raccrocher à lui comme à une bouée de sauvetage, peu à l’aise avec les nouveaux milieux. Elle adore voyager, découvrir des pays divers et variés, mais se lancer est difficile, si bien que Stefan lui était très utile. Et ça ne le dérangeait pas de lui tenir la main. Il l’a toujours connue comme ça, si bien que faire face à une autre de ses facettes, à présent qu’ils sont en territoire connu, lui est délicat. Il essaie de trouver ça bien, d’être ravi, soulagé pour elle, mais à certains moments, il ne le vit pas très bien. « Oui, il y a moyen. Normalement. » Et c’est notamment parce qu’ils partageaient des choses sympathiques, qu’ils arrivaient à mener à bien une conversation sans se quereller qu’au départ, il appréciait sa présence. Cecilia n’a pas uniquement des mauvais côtés, comme certains peuvent l’affirmer. Et ça, il en a pris conscience au fil des années, à traverser des villes différentes. « Tu sais, quand nous étions là-bas, c’était facile. Elle comptait énormément sur moi. Mon avis l’intéressait. Mes décisions avaient un impact. » Se grattant l’arcade sourcilière, Stefan réfléchit, non pas aux mots de trop qu’il pourrait dire, mais à remettre de l’ordre dans ses pensées afin qu’elles ne soient pas brouillonnes pour Magda. « Depuis qu’on est ici, c’est tout juste si ce que je dis n’a pas d’importance. Elle se tourne plus vers son père que vers moi. Tu vois, par exemple… Récemment, il a fallu qu’elle fasse un choix pour les robes de demoiselles d’honneur. Elles sont horribles, vraiment. On dirait qu’elles ont été faites pour que les demoiselles changent d’avis. Je le lui ai dit, qu’elle devrait en changer. Elle a affirmé que son père les trouvait très bien, qu’elle aussi et ça s’est arrêté à ça. » C’est déroutant. Ca lui déplaît. Et en même temps, ça ne lui retourne pas l’estomac. Stefan est déçu, certes, mais par moment, ça lui passe au-dessus de la tête. C’est comme s’il n’avait pas envie de se battre contre Cecilia, comme si lui-même n’y voyait pas d’importance. Il n’y pense rien, n’ayant pas conscience qu’il est en train de foncer droit dans le mur. Dans sa tête, Stefan est un peu perdu, mais tout de même, est bien soulagé d’avoir Cecilia près de lui. Elle ne l’aide pas à retirer ce sentiment de solitude constant, cette sensation de vide, mais il se sait un peu plus entouré, a conscience qu’il peut poser sa tête sur son épaule au besoin. « Pour ce qui est de la jalousie, c’est la seule chose sur laquelle je n’ai pas réussi à bosser. Toutes les personnes que je rencontre ne lui plaisent pas, va comprendre. Depuis le temps, je m’y suis fait. » C’est simple : il ne lui présente plus personne, c’est elle qui s’incruste et qui, parfois, souvent, se montre désagréable, hautaine. Il met ça sur la peur de le perdre, lui cherche quelques excuses pour justifier son comportement, bien qu’aujourd’hui, il se montre moins patient et l’envoie balader devant les autres, montrant clairement que des problèmes résident dans leur couple. « Parce que… » Il laisse doucement cogner son dos contre le dossier de sa chaise. « Parce que le courant passe mal entre elle et Cecilia. J’ai cru bon de ne pas lui dire tout de suite mon identité pour qu’un dialogue soit possible. Le retour de bâton, t’imagines même pas. » raconte-t-il, en se remémorant son air froid lors de leur deuxième rencontre et aujourd’hui, leur lien est fissuré. « Ca s’est bien passé. Il y a eu un bon feeling, un truc sympa qui s’est passé entre elle et moi… C’est d’autant plus frustrant, tu vois ? » Il a trouvé leur première rencontre agréable, aurait aimé creuser, sauf qu’il y a peu de chance pour que ce soit possible à présent qu’elle sait la vérité.

D’un hochement de tête, Stefan acquiesce, comprenant qu’insister ne ferait que remuer le couteau dans la plaie. Il est déçu pour elle, qu’elle soit tombée sur un type comme ça, qui a profité un peu trop d’elle, de ses failles, de la confiance qu’elle lui faisait. Magda, c’est une personne en or et elle ne mérite pas qu’on lui fasse des coups pareils. « Dis-moi quand et on s’organise ça. On partira sur la côte, ça nous fera du bien. » A tous les deux. Ils ont besoin de souffler, il le sent. « Parce que ce n’est pas important ? » répète-t-il. « Tu te moques de moi ? » lâche-t-il, avec un rire qui sort, non pas parce que ça l’amuse, mais parce qu’il est surpris de sa réponse. Un rire nerveux. « Ah oui ? Alors tu te lances, comme ça, dans une relation à laquelle tu ne crois pas. » Il ne peut pas la blâmer. Lorsque lui s’est mis avec Cecilia, il ignorait également où ça allait les mener. Sauf qu’il ne se disait pas que ça n’allait pas marcher et comptait bien leur laisser une chance. Là, à l’entendre, son couple n’a aucune chance de survivre. « Ouais, ça me parle. Cecilia m’en a parlé quand il demandait un coach pour l’un de ses amis. » Il ne l’a cependant jamais rencontré, n’est pas très intéressé non plus. Tout ce qu’il sait, c’est que c’est un type suffisamment important pour que sa fiancée soit enthousiaste au point de faire de grands gestes. « Et alors, la suite ? Comment ça s’est passé ? Qu’est-ce qui a fait que tu en es là, aujourd’hui. S’il t’agaçait… »


Stefan & Luce
Silent love is calling faith to shatter me through your hallways. Into echoes you can feel, and rehearse the way you heal. Make them dance, just like you, cause you make me move, you always make me go. I'll run away with your footsteps, I'll build a city that dreams for two and if you lose yourself, I will find you.
Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2555-constellation-d-ecchymoses http://www.ciao-vecchio.com/t2561-each-beat-of-your-heart-is-a-small-miracle-you-know
ID : Bone_echo
Faceclaim : Shanina Shaik + La pastèque
Multi-comptes : Row row ;; Enoch
Messages : 304 - Points : 1118

Âge : 29 y.o
Métier : PDG de l'Atelier Saddler, une compagnie textile spécialisée dans la dentelle, certaines pièces sont cousues à la main. Créatrice/coutourière d'une ligne de lingerie
Sujet: Re: Magda | Des retrouvailles ( le Lun 2 Juil 2018 - 12:23 )
Coinçant le bout de son pouce entre ses dents, sans le mordiller, Magda écoute son ami, hochant la tête pour lui signifier qu’elle l’écoute. Au fil de son discours, la brune ajuste un peu mieux la situation et ce qui se passe dans le couple de son vieil ami. Sans le contrôler, son visage affiche une moue de désapprobation et peut comprendre que le changement d’attitude de sa fiancée puisse le changer du tout au tout. Ca ne devrait pas se passer ainsi, remarque qui tombe sous le sens de la logique et non d’une expérience similaire vécue. Magda n’avait jamais vraiment eu de relation sérieuse, certainement pas au point de s’imaginer se marier avec quelqu’un. De toute façon, ce n’était pas à l’ordre du jour, même pas listée dans ses projets. Le temps ne le lui permettant pas et encore moins son cœur défaillant. Se marier avec une future morte, qui le voudrait ? Puis franchement, organiser un mariage, ça avait l’air d’être tellement casse tête. « Je peux comprendre que l’avis de son père soit important pour elle mais ce n’est pas avec lui qu’elle se marie, c’est avec toi. Ca me semble logique que les décisions soit prises en fonction d’elle et de toi surtout. » Sa tête se secoue, comprenant pas son comportement. « Elle est proche de son père ? A une relation fusionnelle avec ? » Juste essayer de comprendre mais à vrai dire, même ça, elle ne le comprendrait pas, Magda. Elle n’a jamais eu une telle relation que ce soit avec son père ou sa mère. Bien que ça passait mieux avec son père, étant moins strict et dur envers elle, ayant plus de marques d’affection envers elle que sa mère mais malheureusement, il était beaucoup trop absent pour faire pencher la balance, pour faire la différence. « As-tu le choix, de toute façon ? » Question rhétorique qui n’attend pas réellement de réponse finalement. Il lui fallait juste composer avec, malheureusement. Avec ce portrait dessiné, Magda se demande quelle sont les raisons qui le poussent à se marier avec elle ? Pour l’instant, il n’y a que les défauts qui sont posés sur la table et ses qualités ? Elle espère qu’il y en a et qu’ils effacent tout le reste. « Eh bien il faut croire que le courant passe mal entre beaucoup de personnes et elle. Le retour de bâton m’étonne guère… M’enfin bon, tu as cru bien faire » Dans les deux cas, il aurait sûrement obtenu la même chose car dans toute les hypothèses, il reste le fiancé de sa sœur. « Ouais je vois … Mais dis-moi … Enfin … Je sais pas mais t’as l’air d’avoir bien apprécier la sœur. Tu en parle bien mieux que Cecilia … Je dis ça, je dis rien. C’est juste une constatation » Haussant les épaules, elle l’observe du coin de l’œil. Sa façon de parler diffère entre les deux sœurs et ça, elle l’a bien entendu dans les notes mais soit, ne sautons pas aux conclusions. « C’est exactement ce qu’il me faudrait. Faut juste que je check mon planning mais vu que tu es un VIP, je nous trouverai une place sans le moindre souci » Faudrait juste que Demetrio n’aie pas besoin d’elle à ce moment précis. C’était dans le contrat d’être disponible et ça pourrait compromettre ses propres plans. En temps normal, ça l’aurait énervé, à un point que son humeur aurait pu changer du tout au tout mais là, ça l’agace juste. « Non, okay … Si, c’est important. Oublies ce que je viens de dire, d’accord ? » Parce qu’il lui fallait réparer sa bourbe et maquiller les apparences. « Je ne sais pas où ca me mènera. Ca te va mieux comme formulation ? » Et en soi, ce n’était pas un si gros mensonge que ça. Parce que leur relation prenait un tout autre tournant, un chemin auquel elle ne s’attendait pas du tout. En une soirée, des limites avaient été dépassées : les siennes et celle imposées par son faux compagnon. « Ca va pas trop en ce moment. Avec la fusillade, le coupable qui en faite était un employé que j’ai viré en prenant la tête de la société de mon père, ce qui en reste néanmoins. J’évite de faire des apparitions publiques lors des événements sauf que j’ai dû en faire une avec Demetrio. Ca s’est très mal fini. C’était horrible » Puisqu’une image parle mieux qu’un récit qu’elle ne se sent pas de narrer, Magda sort son portable et lui cherche un article à la con avec photos à la clé sur son écran, avant de le  glisser sur la table vers lui. « La voilà ma fin de soirée. Et je t’épargne les insultes hurlées » Malgré sa voix qui se veut neutre, la métisse sort les syllabes trembler et les effluves de cette soirée encore présente en elle. Moment pas encore digéré, qui l’atteint encore douloureusement. « J’ai paniqué. J’ai fait une crise d’angoisse, j’étais vraiment mal et il a été là. Il a pris soin de moi. Je pensais que c’était un connard mais il s’avérait que j’avais tort. Le connard, c’est juste une facette et ça, vois-tu, ça change vraiment tout » Du tout au tout. Sa vision de Demetrio avait complètement changé et elle l’appréciait étonnamment. Il l’intriguait, elle voulait en savoir un peu plus tout en sachant que le contrat ne le lui permettait pas. Et qu’entre eux, ce n’était qu’une histoire de collaboration. « Je m'ouvre pas facilement, j'ai du mal surtout depuis que Sahar n'est plus là mais ce soir là, j'ai eu besoin de quelqu'un. J'avais la trouille de rentrer chez moi et d'être seule. Je pouvais pas ... Il m'a pas laissé tombé alors qu'il aurait pu. » Vite une pirouette de rattrapage « Parce qu'on est qu'au début de notre relation. Qu'on apprend à se connaître et que ça aurait pu le faire fuir » Dans les lignes, c'est aussi une vérité qui colle à la leur. Il aurait pu rompre leur contrat après tout cela.


Magda & Demetrio
All the streets, where I walked alone, with nowhere to go, have come to an end. In front of your eyes, it falls from the skies, when you don't know what you're looking to find. In front of your eyes, it falls from the skies, when you just never know what you will find.
•• ALASKA (sum 41)
Revenir en haut Aller en bas
Stefan Rowe10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2319-stefan-o-i-need-you-the http://www.ciao-vecchio.com/t2616-stefan-o-run-boy-run
ID : Ealitya
Faceclaim : Theo James, ©Ealitya
Multi-comptes : Dante, Demetrio, Enzo & Erio
Messages : 218 - Points : 702

Âge : trente-quatre ans.
Métier : coach sportif. Il gagne également sa vie grâce à des combats illégaux.
Sujet: Re: Magda | Des retrouvailles ( le Lun 9 Juil 2018 - 1:12 )
« Normalement. » Il n’y connait rien en matière de mariage et apprend auprès de Cecilia ce qu’est une relation vraiment sérieuse. Avant elle, il ne s’était jamais engagé à ce point et son mode de vie nomade n’aidait en rien à se stabiliser. Il se contentait d’histoire éphémère, sans se dire que ça ne durerait pas, mais sans être convaincu que ça durerait une vie entière. Avec Cecilia, c’est plus ou moins comme ça qu’il devrait penser à présent qu’il est proche de leur mariage, mais c’est difficile de se projeter quand le contact avec sa belle est difficile et son père n’y est pas pour rien. Ou peut-être voit-il des problèmes là où il n’y en a pas ? Ses ressentis, cependant, sont source d’ennui. Ils les bouffent de l’intérieur. « Elle est très très proche de lui. C’est plus que fusionnel et même si ça me prend la tête, parce qu’en toute franchise, je le trouve détestable. » avoue-t-il, en se remémorant sa rencontre avec lui, puis le repas de famille qui avait mal tourné, sans compter la fusillade : il s’est tourné vers Cecilia sans s’inquiéter une seconde de la cadette qui, elle, était blessée. Ca l’enrage et en même temps, n’ayant connu qu’un père ingrat, avec de faibles souvenirs d’une maman qui lui semblait aimante, Stefan ne peut pas dire que ça le choque. Il est habitué aux pourris. Sauf que ça l’agace toujours autant. « J’arrive à saisir… Elle m’a suivi pendant des années, à travers de nombreuses villes étrangères, sans jamais revenir sur Naples. Je suppose que c’est le manque qui la pousse à agir de la sorte. » Et il espère que ça se calmera rapidement, même s’il en doute sérieusement. Le fait est qu’ils ne sont pas censés restés en ville et qu’elle risque d’en profiter plus que de raison. Est-il jaloux ? Non. C’est juste qu’il les trouve exécrable lorsqu’ils sont réunis. « Pour le moment, non. Ca finira par se tasser. Là, c’est l’euphorie des retrouvailles et la crainte du départ. » Alors il va tenter de prendre sur lui, de patienter. Toujours est-il qu’il a hâte de s’en aller. « J’aimerais vraiment qu’elle le comprenne autant que toi. » Lucy, il n’a jamais souhaité la trahir, la poignarder, mais il faut croire que sa méthode n’était pas la bonne. Il doute néanmoins que jouer la carte de la franchise aurait été la meilleure solution. « Je pense qu’elle n’est pas comprise. » la défend-il, en parlant de son entente avec les autres. Ce n’est pas une phrase dite sur un coup de tête, mais parce qu’il a été témoin de scènes qui l’ont affligé. La bouche entrouverte, Stefan ne cache pas sa surprise suite à l’insinuation de son amie et très vite, fronce les sourcils. « Eh bien. Disons que je ne la trouve pas si horrible que ça. On me l’a dépeinte comme une gamine capricieuse et peut-être que c’est un peu le cas… Mais sincèrement, elle n’est pas encouragée. Quant à Cecilia, c’est une femme merveilleuse ! » Maintenant, c’est à son tour de se défendre. Avec tout ce qu’il vient de confier, il a, semble-t-il, mis le doute dans son esprit, alors il essaie de rattraper le coup.

« Enfin, au lieu de jouer avec des insinuations bizarres et qui sortent de nulle part, tu peux me parler un peu plus de ce qui est important. » Et qui la mènera dans un endroit qu’elle ignore, avec quelqu’un qu’elle semble apprendre à connaître. Lorsque le téléphone portable glisse vers lui, il le récupère et souffle en apercevant les dégâts causés par les tomates sur ses vêtements. Et les gros titres… « Qu’est-ce qui s’est passé au juste pour que tu te retrouves dans une pareille situation ? » Les éléments de la fusillade ne lui sont pas inconnus, mais il ignore certains détails sur l’homme s’étant suicidé et n’a donc pas connaissance du lien qui l’uni à elle. Stefan pose une main sur son bras, signe de soutien, alors qu’il l’écoute parler de cet homme qui partage sa vie et qui s’avère être quelqu’un qui lui apporte ce qu’il faut, qu’il ne la lâche pas même avec tout ce qui se dit sur son compte. « Je vois… Ca a l’air d’être quelqu’un de bien, à ce que tu m’en dis. C’est une bonne chose pour toi, non ? Le fait qu’il t’épaule, qu’il ne te laisse pas dans un moment délicat… Et que tu te sentes assez à l’aise pour le laisser prendre cette place dans ta vie. Tu as peur ? » Peur de lui, de leur relation, que ça prenne un mauvais chemin.


Stefan & Luce
Silent love is calling faith to shatter me through your hallways. Into echoes you can feel, and rehearse the way you heal. Make them dance, just like you, cause you make me move, you always make me go. I'll run away with your footsteps, I'll build a city that dreams for two and if you lose yourself, I will find you.
Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2555-constellation-d-ecchymoses http://www.ciao-vecchio.com/t2561-each-beat-of-your-heart-is-a-small-miracle-you-know
ID : Bone_echo
Faceclaim : Shanina Shaik + La pastèque
Multi-comptes : Row row ;; Enoch
Messages : 304 - Points : 1118

Âge : 29 y.o
Métier : PDG de l'Atelier Saddler, une compagnie textile spécialisée dans la dentelle, certaines pièces sont cousues à la main. Créatrice/coutourière d'une ligne de lingerie
Sujet: Re: Magda | Des retrouvailles ( le Sam 11 Aoû 2018 - 10:26 )
Magda hoche la tête d’un air entendu. La voilà donc l’explication au faite que la voix du beau-père aie plus de poids que celle de Stefan qui pourtant est le futur époux. Une relation fusionnelle qui ne laisse sûrement peu de place à son ami ou à ce qu’il pense. Et ça, c’était peu agréable à vivre. Très longtemps, sa mère n’a jamais pris en compte ce que Magda pensait ni même ressentait. Elle voulait juste régner et faire tourner sa vie comme elle l’entendait. S’émanciper n’a pas été une mince affaire et la disparition brutale de Sahar a accéléré les choses. C’était se retrouver soudainement sans sœur, en perte d’un repère dans une liberté ahurissante. Les premiers mois, la métisse n’a pas su en profiter comme il se doit, la savourer autrement comme une réussite décevante. « Pourquoi ? Il est comment son père pour que tu le trouve détestable ? » Magda creuse, va à la pêche à l’information pour meubler les zones floues, reconstituer le puzzle dont il lui manque certaine pièce. « C’est peut-être effectivement ça. Elle est enfin de retour parmi les siens et rattrape peut-être le temps perdu ainsi » Après tout, son père lui a peut-être tant manqué qu’elle remplit le vide qu’elle a pu ressentir ainsi. « Vous allez repartir quand ? » Petite voix soudaine. A peine Magda avait-elle retrouver son ami, qu’il y avait déjà la séparation qui pointait le bout de son nez. La tristesse qui va avec. La brune espère qu’il restera un bon moment, assez pour pouvoir profiter de lui, prendre une grande dose de lui pour tenir l’éloignement à nouveau. « Elle finira par le comprendre avec le temps, peut-être, quand elle aura pris du recul » Parce que la Saddler pouvait aussi réagir au quart de tour, se montrer la plus rancunière du monde avant de prendre du recul et peut-être réajuster son comportement mais combien de temps après ? Joker. La remise en question est parfois longue pour la brune mais pas impossible alors qui sait pour Lucy ? Magda n’émet aucun commentaire quant au faite que Cécilia n’est pas comprise. Parfois entre ce que l’on montre et ce que l’on dit, il peut y avoir un large fossé. Qui d’autre que Magda pourrait comprendre au mieux cela ? Elle qui s’assombrit le visage d’un masque de froideur, habiller son comportement d’une hauteur qui peut être horripilante juste pour se protéger des autres. Au fond, Cécilia est peut-être comme elle ? Quelqu’un qui se protège des autres, de la moindre douleur ? Que des suppositions à propos d’une femme qu’elle n’a pas rencontré et qu’elle ne rencontrera sûrement pas aux dires de Stefan : trop jalouse. « Alors c’est une bonne surprise si elle n’a pas si horrible que cela. Pour Cécilia, je suis ravie d’entendre que c’est une femme merveilleuse sinon je me serais inquiétée » Ce n’était pas un portrait très positif qui se dessinait alors entendre que sa future épouse était une femme merveilleuse, c’est rassurant. Ils allaient se marier tout de même et pour une union censée durer, c’est mieux avec quelqu’un qu’on trouve super. Normalement … Magda se passe une main sur la nuque comme pour décontracter celle-ci avant de laisser ses doigts s’emmêler entre eux, le regard presque fuyant. « J’ai merdé, Stefan » Ses dents viennent s’enfoncer dans la chair de sa lèvre inférieure comme pour se rendre muette ou juste chercher les mots justes. C’est sûrement la main de Stefan qui se pose sur son bras qui lui donne assez de courage et de force pour balancer la bombe. « L’auteur de la fusillade, c’est un ancien salarié de mon entreprise. J’ai licencié quelque personne lors de ma prise de fonction et il en faisait parti. Il n’a pas pu retrouver de travail derrière et s’est endetté au point d’en venir à … ça. Dans un sens, j’ai participé à cette fusillade alors j'en paye les frais. » La bile lui monte à la gorge et un masque de froideur s’empare de ses traits malgré elle, comme un vieux réflexe qui se met en route dès que Magda se sent faiblir face à l’émotion. Se montrer démunie face à Stefan n’est pas un souci mais ils se trouvent dans un lieu public et la jeune femme veille toujours à ne pas montrer trop de failles à ceux qui lui sont inconnus. « Il n’a pas l’air de quelqu’un de bien, il l’est je pense et oui, c’est une bonne chose pour moi, effectivement. Peur ? » La métisse prend une pause, se mordille la lèvre distraitement. « J’ai très peur. Je ne sais pas ce que je suis entrain de faire. Laisser entrer quelqu’un dans ma vie, c’est compliqué mais c’est comme si … je sais pas, qu’il savait s’y retrouver dans mon labyrinthe. Le laisser prendre une place, ca me fait peur. Comment je suis censée me protéger de souffrir après ? Parfois … je me dis que je fais juste une grave erreur et que je devrais juste retourner à mon ancienne vie, sagement » Mais elle ne le fait pas. Et le partenariat y est sûrement pour quelque chose mais pas seulement. Il y a quelque chose dans la présence de Demetrio qui l’apaise.


Magda & Demetrio
All the streets, where I walked alone, with nowhere to go, have come to an end. In front of your eyes, it falls from the skies, when you don't know what you're looking to find. In front of your eyes, it falls from the skies, when you just never know what you will find.
•• ALASKA (sum 41)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Magda | Des retrouvailles ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Magda | Des retrouvailles -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto