Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana + © MITTWOCH.(vava) gif (tumblr)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi
Messages : 2076 - Points : 3123

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Dim 18 Mar 2018 - 15:49 )


Même avec la poussière l'attirance reste la même.
Francesco & Safiya


Safiya ne sait plus trop ou elle en est. Depuis l’aveu de Tobias par rapport à la grossesse d’Angèle. Le bordel est encore plus présent dans son esprit. Elle ne sait plus trop où est sa place dans la vie de son ami. Et cela lui fait mal, même si elle ne dit rien. Elle donne le change comme si toute cette nouvelle ne l’affectait pas. Comme à chaque fois qu’elle se sent perdue et complètement submergée par les doutes, elle se donne à fond dans son travail. Elle se demande si elle ne devrait pas plutôt partir, quitter l’Italie et s’envoler vers de nouveaux horizons. Le temps de mieux de sentir ou de faire le point sur tous les sentiments contradictoires qui l’assaillent. Mais elle se doit avant de finir ce qu’elle a commencé aux fouilles de Pompéi. Et vu que Tobias était bloqué au musée, elle est partie seule ce matin pour le chantier. L’égyptienne a besoin de cette distance, même si elle se maudit pour ça. Elle s’implique à fond se donnant corps et âme dans ce qui la ramène dans passé de cette ville. Elle imagine parfois l’angoisse, voir la douleur que les habitants de cette ville ont peu ressentir au moment ou leur monde c’est effondré. La nature aime bien reprendre ses droits par moment. Sans se poser de questions sur les vies qu’elle va ôter d’un simple souffle brulant. Safiya frissonne à ces pensées. Elle devrait rester positive mais elle a du mal. Les mots de Tobias résonnent encore dans sa tête. Mais elle essaie d’oublier en ce laissant gagner par ce que lui apporte le fait de mettre ses mains dans cette terre lourde de souvenir et d’histoire humaine. Elle ne pense plus aux heures qui passent. Ni à la chaleur du soleil qui vient faire briller la peau de son visage. Elle reste disponible, pour tous ceux présents sur le chantier. Elle est à droite, à gauche, ne ménageant pas ses efforts. Se moquant de la poussière qui recouvre ses vêtements ou son visage. Elle se cache derrière cette terre. Comme elle aime le faire quand tout va mal.

Safiya est en train de sortir de la terre des bols en terre cuite. Elle fait cela avec une infinie douceur. On l’appelle pour lui signaler que la nouvelle équipe est là. « Enfin ce n’est pas trop tôt. » Elle relève la tête, s’essuyant son visage d’un revers de la main ce qui ne fait que mettre d’avantage de terre sur celui-ci. « Tu sais qui est le responsable ? » « Oui un beau gosse qui n’a pas l’air à sa place. » L’égyptienne est étonnée de la réponse de son collègue mais bon du moment que l’équipe est là et qu’elle fait son boulot, le reste elle s’en moque un peu. Elle n’a pas la tête, ni l’envie à regarder si le responsable est un beau gosse ou pas. « Okay j’arrive. » Elle sort de la tranchée où elle bossait. Elle se secoue un peu le pantalon et la chemise en toile qu’elle porte. Mais elle se moque bien de l’image qu’elle renvoie. De toute façon elle est là pour travailler et pas pour faire la pin up. L’égyptienne se dirige vers le responsable, histoire de voir s’il est courant de tout. Elle sait que parfois certains détails ont été oubliés et que du coup cela peut rendre la manœuvre beaucoup plus compliqué. Elle laisse s’étirer un sourire sur ses lèvres. Elle essuie encore une fois ses mains sur son pantalon. Et s’avance vers l’homme que lui a désigné son collègue. De dos la silhouette lui parle mais elle est loin de ce douter qu’il est une de ses connaissance intime. « Bonjour. » Elle se racle la gorge pour signaler sa présence. « C’est vous que l’on envoie .. » Il se tourne et elle stoppe direct sa phrase. « Francesco !! » Sa voix marque son étonnement mais aussi sa joue de voir le bel italien. « Tu es perdu ? Ou tu as ta voiture en panne ? » Elle ne peut s’empêcher de le taquiner. Elle se reteint de se jeter dans ses bras vu l’état dans lequel elle se trouve c’est peut être plus logique. Pourtant l’envie de venir lui coller un peu de poussière sur ses fringues bien propres la titille. Elle s’avance pour le saluer avec un peu plus de chaleur qu’elle ne l’aurait fait au prés d’un inconnu. « Contente de te voir. Tu vas bien ? » Elle dépose un baiser sur chacune de ses joues. Safiya sage et oui cela existe mais pas sur que cela dure, surtout face à Francesco.






AVENGEDINCHAINS




" I'm trying to hold my breath. Let it stay this way. Can't let this moment end. You set off a dream with me. Getting louder now. Can you hear it echoing ? Take my hand. Will you share this with me ? 'Cause darling without you. " Never Enough.


Dernière édition par Safiya Rahotep le Ven 27 Avr 2018 - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 401 - Points : 1819
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Mar 20 Mar 2018 - 20:54 )
Une belle surprise
Francesco avait relu le mail attentivement. Une blague? Non ça n'en était pas une. Son entreprise était mandé par la ville pour venir en aide sur le chantier de fouilles de Pompéi. C'était pour lui une aubaine. Une aubaine autant qu'une mission délicate. le prix ne comptait pas. Non, il allait être payé, mais juste de quoi rembourser le déplacement. Non ce qui comptait, c'était l'apparition de la compagnie dans un important chantier, véritable coup de pub dans lequel la compagnie allait être mise en avant bien comme il fallait... Encore fallait-il bien faire le travail. Alors en quoi consistait le travail? Prendre une équipe qui débarquait à l'aéroport et les transférer sur le chantier le plus rapidement possible. Pour le coup, rien de plus simple, travail basique pour la compagnie, mais la suite se corsait. Le chantier avait besoin de transporter divers objets, or, pour des raisons pratiques, la route était à bannir. Il fallait livrer par les airs, c'était le plus simple et le plus sûr pour les antiquités en question. Un autre problème était celui d'une entrée bouchée par un énorme bloc, sans doute un ancien pilier. Or, les archéologues avaient besoin d'en découvrir l’accès. Aucune grue ne pouvant être amener sur le chantier de peur d'abîmer les bâtiments alentours, la solution de l'hélicoptère était celle qui avait été retenue. Cependant, Francesco avait pris les devant en déclarant qu'il souhaitait superviser les opérations en personnes, pour la sécurité des archéologues et de l'appareil qui serait mis en jeu. Après négociations, les responsables du chantier de fouilles avaient accepté et la mairie également. Au vue de l'offre plus que belle que Francesco leur avait faîte au niveau du prix, ils n'avaient pas eu à refuser. Francesco, en jean moulant, une chemise sur le dos surmonté par une veste de costume classe simple à la fois. Il relisait donc le mail pour bien s'ancrer le planning dans la tête. Huit heures du matin. il est l'heure. Francesco sort de son bureau, donne les dernières instructions à Marie pour la journée, de toute manière il reste joignable, et se dirige vers les hangars. L'appareil retenue pour la mission est un splendide EC 145 dont les capacités polyvalentes lui permettront d'accomplir la mission sans trop de difficulté. L'appareil est déjà dehors, prêt à l'envol alors que les mécaniciens font les dernières vérifications. Par précaution, Francesco procède à ses propres vérifications, se prenant même à caresser la carlingue de l'appareil. Il est toujours aussi excité à l'idée de prendre les commandes d'un engin pareil. Finalement tout est prêt et, alors que le mécanicien retenu pour la mission prends place à l'arrière, Francesco démarre les moteurs. Les turbines se mettent en marche, les rotors se mettent alors à entraîner les pales de l'appareil qui commencent alors à battre l'air. Une fois que les moteurs tournent à plein régime, Francesco décolle. Et le miracle de la technologie fait s'arracher l'appareil du sol qui prends de l'altitude. L'appareil prends la direction de l'aéroport alors que la ville, déjà éveillé, pleine d'activité, s'étend sous les yeux des deux hommes dans l'hélicoptère.

Bientôt, ils ne tardent guère à arriver à l'aéroport. La tour de contrôle de ce-dernier établit alors la liaison radio avec eux.
- Ici Eagle 04 de la SSEN, demandons autorisation d'atterrir sur la piste 2.
- Autorisation accordé Eagle 04, vous pouvez amorcer la descente, la piste est libre.
Et l'hélicoptère, sous la main experte de Francesco, amorce sa descente vers la piste. L'équipe n'est pas encore arrivée, mais elle ne devrait pas tarder. Bientôt l'appareil se pose, mais Francesco laisse les turbines en route et se tient prêt à décoller. L'objectif étant de ne pas perdre de temps. Bientôt, le petit groupe, conduit par un véhicule de l'aéroport, fait son apparition. Sans attendre, le mécanicien de Francesco ouvre les portes de l'appareil pour les laisser entrer alors que le rejoint le chef de l'équipe dans le cockpit. Un allemand qui a la bonne idée de lui parler en anglais.
- Claude Vanheim. Responsable de la mission Pompéi II.
- Enchanté, Francesco Spinoza, directeur de la SSEN. On va vous transporter sur le chantier, et ensuite, on vous file un coup de main.
L'homme hoche la tête alors que l'appareil reprends son envol pour le chantier. Francesco sait parfaitement où il doit aller et il mets plein gaz. Chacune des commandes de l'appareil réponds parfaitement et c'est un véritable plaisir que de piloter un tel engin. Finalement, quelques minutes plus tard, les ruines de Pompéi apparaissent, immensité grises de cendres sèches, de pierres mortes devant leurs yeux.
- Mesdames... Messieurs... Pompéi... Annonce finalement Francesco alors que l'hélicoptère amorce sa descente vers un espace dégagé, spécialement réservé et indiquait à l'avance pour l'hélicoptère du charmant italien. Sitôt l'hélicoptère posé, l'équipe fait sa sortie alors que Francesco laisse les moteurs s'arrêter. Il éteint tout et finit par sortir de l'appareil pour se rendre au poste de commandement des fouilles en quelques sortes.

Son mécanicien préfère rester avec l'appareil et attendre tranquillement au soleil en buvant un café alors que son patron suit l'équipe de Vanheim. Puis, bientôt, sous une tente, Francesco ne tarde guère à distinguer quelques personnes, un peu salies par la poussière, mais visiblement motivé. L'équipe de Vanheim ne tarde guère à investir l'endroit et à prendre les ordres. Une femme finit par se tourner vers lui, le détaille, bijou propre dans ce bordel un peu poussiéreux, il se passe de commentaires alors qu'elle lui demande finalement, un peu hésitante ce qu'elle peut faire pour lui. Francesco choisis de lui tendre la lettre de la mairie ainsi que des responsables des fouilles.
- Francesco. Francesco Spinoza. Je suis là pour le transport de quelques antiquités et aussi pour la libération d'un accès si j'ai bien compris... 
Le temps pour elle de prendre connaissance de la chose, deux archéologues s'approchent et le saluent respectueusement alors qu'il attends patiemment, regardant autour de lui. La tente contient du beau matériel de recherche, des plans, des photos et diverses tables sur lesquels sont disposés des objets antiques, artefacts d'une civilisation ancienne, aujourd'hui disparue mais qui aura marqué le monde. Finalement, elle le conduit devant le plan de la ville en fouille. Et un petit débriefing commence. Francesco écoute, mais il comprend bien vite que la situation n'est pas des plus simples. De plus, les archéologues, quoique compétents, semblent plutôt de ceux qui étudient plus que de ceux qui fouillent. Une nouvelle arrivante vient s'ajouter à eux et Francesco se retourne pour voir arriver une femme, aux courbes plutôt agréables, lui rappelant d'ailleurs quelque chose, et ce n'est que lorsque la voix de cette dernière se fait entendre qu'il sourit. Safiya. Bon sang, il aurait dû s'en douter. Elle se fait joueuse en demandant si il est perdu ou si sa voiture est en panne. Il sourit alors qu'elle lui fait la bise et qu'il réponds à ses baisers amicaux.
- Content aussi de te voir. Il lui lance un petit clin d'oeil, leur dernière rencontre n'étant pas aussi lointaine que cela finalement. Perdu? Non pas vraiment. Quand à ma voiture... Tu vas rire, mais je ne suis pas venu avec aujourd'hui. Je suis venu avec le splendide appareil que tu vois las-bas. Il désigne fièrement, dans un grand geste, son hélicoptère posé plus loin. Il lui sourit avant de reprendre. Bon, il paraît qu'on a du taff, déclare-t-il en la fixant. Il vient, de son doigt, caresser la joue de la jeune femme, et ramène son doigt devant lui pour constater la poussière déposé sur la belle brune. Fais gaffe tu blanchis, déclare-t-il finalement dans un sourire. Ils ne tardent guère à revenir devant le plan et Francesco sent que Safiya sera finalement la mieux placée pour lui décrire la situation. Bon, dis-moi tout, je t'écoute. Déclare-t-il finalement en posant ses coudes sur la table devant le plan de fouilles.  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana + © MITTWOCH.(vava) gif (tumblr)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi
Messages : 2076 - Points : 3123

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Jeu 22 Mar 2018 - 15:31 )


Même avec la poussière l'attirance reste la même.
Francesco & Safiya


Safiya préfère se perdre dans le travail plutôt que de laisser son esprit se perdre dans ses pensées. Il faut dire que son travail est plus une passion qu’autre chose. Ce qu’elle fait, elle le fait par amour et avec une envie dévorante de toujours trouver au travers de ses fouilles la perle rare. Ou bien la réponse à des questions qui la hantent. En tout cas elle se donne à fond. Sans pouvoir s’empêcher de penser à Tobias. Lui aussi hante ses pensées, bien plus qu’elle ne le voudrait. Elle n’arrive pas à effacer le désir qu’il éveille et qui la brule à petit feu. Ce désir qu’elle rêve d’assouvir et de rendre moins vorace. Elle a la sensation que sa vie en dépend. Pour le moment elle essaie de se concentrer sur ce qu’elle est en train de faire. Se laissant gagner par le bonheur que la terre entre ses mains déclenche au creux de son cœur. L’égyptienne sait qu’une équipe doit la rejoindre. Il y a des artéfacts à évacuer vers Naples. Bien entendu il va falloir prendre un tas de précaution. D’ailleurs elle angoisse un peu à ce sujet, espérant que l’équipe envoyée sera à la hauteur de la tâche. La plus part sont déjà emballées et prêt à être emportées. Pour les autres cela va se faire au fur et à mesure en fonction de la place et surtout du temps qu’ils vont avoir. En plus il y a un autre problème, un bloc qui rend impraticable une entrée et retarde les fouilles. Là aussi la belle sait qu’elle va recevoir l’aide nécessaire, même si l’opération va être délicate. La route n’est pas des plus praticables. Mais elle n’a pas se préoccuper de toute cette pagaille, pourtant cela lui encombre l’esprit. Pourtant elle a juste à s’assurer du bon déroulement des opérations et de continuer à découvrir des trésors. Ce qu’elle est en train de faire quand on vient l’interrompre pour lui dire que l’équipe est arrivée. Du coup elle arrête de creuser. Elle reste quand même surprise de la réflexion d’un de ses collègues. Elle n’en tient pas compte et se dirige vers la tente. Sans spécialement se presser.

Safiya s’arrête un moment en remarquant l’hélicoptère. Surement le moyen de transport pour les objets qui doivent rejoindre le musé. Bien plus sur que par la route, sauf si le pilote est un kamikaze. Elle espère qu’on l’aura bien débriefé sur l’importance de la cargaison, elle ne veut pas qu’il y est de casse. De toute manière elle compte bien lui mettre les points sur les i au cas où. Enfin il est temps qu’elle entre dans la tente. Elle verra une fois face à la personne qui est censé gérer le transport et la nouvelle équipe. Et voilà que l’égyptienne se trouve face à face avec Francesco. Pour une surprise c’est une surprise. Mais une très agréable surprise. Du coup la suite de sa journée risque fort d’être des plus savoureuses. « Tu aurais pu m’avertir de ta venue. » Elle le taquine par rapport au fait qu’il se soit perdu. Mais non, c’est même lui le responsable de l’hélicoptère sur le chantier. « Ah je vois. Toujours à chercher à épater la galerie .. ou les filles .. à ce que je vois. » Bien entendu elle dit sa phrase sur le ton de la plaisanterie. « Parce qu’il est difficile de louper la bête. On la remarque d’entrée. » Même si elle ne l’avait pas entendu se poser, trop occupée par ses pensées contradictoires. « En effet on a du taff. Ils t’ont fait le topo ou pas encore. » Il y a d’autre archéologues que Safiya sur le chantier, mais la plus part reste dans la tente à délimiter les endroits de fouilles et à emballer les trésors trouvés. Ils mettent rarement leurs mains dans la terre, d’où leurs tenues bien propres contrairement à l’égyptienne. D’ailleurs Francesco ne se gêne pas pour le lui faire remarquer tout en la taquinant. La caresse de son doigt sur la joue de la belle est des plus agréables. « Et alors. Je suis moins désirable avec un peu de terre sur le visage. Et attention mes mains aussi sont blanchies. » Elle le regarde avec provocation dans l’idée de blanchir un peu le pantalon du beau gosse mais ils ne sont pas seuls. Alors le geste de la main aux fesses ne sera pas pour tout de suite. Mais elle le garde à l’esprit ce qui la fait sourire. Francesco s’installe à la table du plan des fouilles et demande ce qu’il y a à faire. « Okay. Alors je ne sais pas si tu veux commencer par le transport des artéfacts qui se trouvent dans la tente voisine. Ils sont tous emballés pour supporter le voyage. Certains sont encore à mettre en boite de transport. Et puis il y a le problème du bloc de pierre qui nous empêche de fouiller. Ici. » Elle pose son doigts sur l’emplacement qu’il va falloir dégager. Et qui reste également difficile d’accès. « Est-ce que tu vas être à la hauteur de la tâche beau gosse ? » Elle le nargue. Son regard se fait plus pétillant. Elle se laisse même prendre au jeu de le déshabiller de ses grands yeux noirs. Francesco en a l’habitude et puis la tente c’est vidée pendant qu’ils discutaient. L’aubaine. L’égyptienne en profite pour se rapprocher du bel italien, comme une tigresse le ferait face à une proie potentielle. « Est-ce que j’aurais droit à faire un tour dans ton beau joujou ? » Elle jette encore un coup d’œil autour d’elle. Le calme plat, ses collègues doivent préparer l’évacuation des artéfacts. Du coup elle en profite pour venir lui serrer les fesses, laissant aussi une trace bien claire sur son pantalon. « Tiens toi aussi tu blanchis. » Elle lui sourit avant de venir lui voler un baiser. « On va bosser sinon tu risques de finir sur la table comme une proie que je me régalerais de dévorer. » Vu comment a tourné leur dernière discussion, elle préfère jouer le jeu de la dominante et de la rebelle. Et puis pas sur que Francesco est une paire de menotte à porter de main pour la maitriser.







AVENGEDINCHAINS




" I'm trying to hold my breath. Let it stay this way. Can't let this moment end. You set off a dream with me. Getting louder now. Can you hear it echoing ? Take my hand. Will you share this with me ? 'Cause darling without you. " Never Enough.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 401 - Points : 1819
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Sam 24 Mar 2018 - 11:36 )
Une belle surprise
Retrouver Safiya ici, sur ce chantier n'était pas pour déplaire au bel italien et ce pour plusieurs raisons. Il fallait déjà avancé la première raison, somme toute assez évidente, la jolie brune ne déplaisait pas à Francesco qui gardait encore le souvenir de sa peau contre la sienne et le souvenir de ses caresses sur son corps. Mais au delà de ça, il appréciait la jeune femme, farouche et indépendante, au caractère insoumis et sans cesse à remettre en question les ordres ou les directives. Elle représentait ce genres de personnes auxquelles vous teniez et auxquelles vous vous attachiez si vite. Et puis, enfin, il fallait dire que Safiya restait une femme professionnelle, capable, et douée dans son métier. En fait, c'était aussi un soulagement de la trouver là. Cela lui évitait de devoir composer avec sept cents autorités différentes qu'il ne connaissait pas et qui se disputaient souvent pour au final trouver la même solution mais qui l'expliquaient de manière différente. Safiya faciliterait la communication et éventuellement la manœuvre, ce qui arranger le beau Francesco. On allait prendre moins de risques et perdre moins de temps. Car tout restait une question de temps. Cependant, aux vues des deux missions proposées... il allait falloir choisir par laquelle commençait, et il se réservait le droit de choisir. En effet, sur ce coup là, il avait demandé à être chef de l'opération, ce qui signifiait que c'était lui qui décidait et prenait la décision finale, peu importait ce que voulaient ou pensaient les autres. Cependant, cela ne signifiait pas qu'il arrivait en conquérant tout puissant et qu'il se permettait de tout faire. Non. Strict et professionnel, il savait prendre en compte tous les avis. C'est bien pourquoi il demandait à Safiya de lui expliquer la situation, ce qu'elle ne tarda pas trop à faire après l'avoir taquiné un peu quand à l'hélicoptère... Pour épater la galerie comme elle le disait si bien.
- Il paraît qu'il y a toujours de jolies filles sur les chantiers de fouilles... Fit-il provocateur... Alors je me suis dit que j'allais tenter ma chance. Il la provoquait, non sans surprise, parce qu'elle le provoquait également. Lorsqu'il nota qu'elle était "blanche", faute de la terre et de la poussière due au chantier et aux fouilles, elle répliqua vivement. Amusé il prit le temps de répondre encore pour la provoquer un peu.
- J'ai une nette préférence pour les brunes. Répondit-il dans un clin d'oeil. Il mentait bien. Il aimait les blondes. Les brunes. Les rousses. Les femmes en général. Les belles femmes. Alors blanche ou noire, peu importait en fait. Il se souvenait d'ailleurs du jour où il avait couché avec une...

Elle le coupa dans ses pensées en lui faisant un topo rapide de la situation. La plupart des objets anciens sont prêts pour le transport mais certains restent encore à emballer. Le jeune trentenaire n'y connait pas grand chose dans le domaine, mais rien que le fait d'être plongé dans une telle mission l'excite d'avantage. Puis finalement, elle lui parle aussi du bloc de pierre. Il regarde le plan, prenant soin de prendre en compte chaque élément. Etant donné que Francesco n'a aucune idée de la taille du bloc, ni même de son poids, il faut qu'il voit par lui-même. Or, il faut aussi transporter les objets au musée. Du travail, autant dire qu'il y en a. La belle se rapproche de lui et il note son regard gourmand, cependant, il ne se démonte pas. Il en a l'habitude, avec elle particulièrement. Elle lui demande alors si elle pourra faire un tour dans le "beau joujou" du beau gosse après l'avoir provoqué pour savoir si il serait à la hauteur. Il sourit avant de répondre.
- Bien sûr que tu auras le droit... Tu m'accompagneras lorsque je les transporterais jusqu'au musée. Il lu fait un clin d’œil alors qu'elle se rapproche toujours de lui. Les quelques archéologues restants sont sortis, certains voulant aller voir le chantier et son avancement, d'autres pour continuer à emballer ou étudier certains objets. Ils ne sont plus qu'eux deux dans la tente, et elle en profite. L'une de ses mains vient se poser sur les fesses du bel italien qu'elle prends plaisir à toucher... Et à salir son pantalon aussi. Il sursaute légèrement alors qu'elle vient lui voler un baiser auquel il ne peut s'empêcher de répondre un minimum... Par politesse. Et elle se fait toujours plus provocante. Il sourit alors qu'elle argue qu'il vaut mieux qu'ils aillent bosser sinon il finira mal. Il sourit et la retint par le bras.
- Ne joue pas trop à ce petit jeu avec moi, fait-il en tentant de se donner un air menaçant. Il la fait revenir près de lui. Et je vais exiger que tu laves mon pantalon si ça continue. Déclare-t-il en haussant un sourcil. Un bruit provenant de dehors lui indique cependant qu'ils sont toujours sur un chantier de fouille et pas dans un endroit tranquille. Allons bosser... On verra ça après. Il faut que je vois ce bloc de mes yeux, déclare-t-il finalement plus sérieux. Il la relâche de son emprise, et, juste avant de s'éloigner, il lui mets une petite claque amicale aux fesses. C'est pour la trace sur mon super jean, fait-il comme pour se justifier avant de sortir de la tante.

Immédiatement, il tombe face au chef de l'équipe, Claude qui vient l'accoster.
- Je dois vous demander par où vous allez commencer, fait-il. Francesco fait mine de réfléchir alors que la jolie brune le rejoint. Finalement, notant que d'autres archéologues le regarde, il comprend qu'il va jouer, dans les heures qui arrive, un rôle crucial. Il répond finalement:
- Je dois déjà voir le bloc, j'aviserais une fois devant. Safiya, conduis-moi las-bas. Elle accepte alors qu'ils la suivent. Le dénommé Claude, toujours en anglais malgré un fort accent allemand vient se poster à côté de lui.
- Nous pensons qu'il s'agit d'un bloc ayant appartenu à un grand temple de la ville, ou à un éventuel palais. Le mieux serait de s'assurer de le déplacer avec précaution... Il fait partie d'un monument historique.
- Je ferais de mon mieux Monsieur Vanheim. Répondit simplement Francesco qui rattrape la jolie brune. Il marche silencieusement à côté d'elle, contemplant les ruines de la ville ensevelie par les cendres du volcan. Toute une ville... Anéantie en moins d'une nuit sans doute. Ou d'une journée. On ne peut que rester pétrifié devant une telle force de la nature en même temps qu'on est éblouie de la beauté du spectacle et des vestiges d'une telle ampleur qui révèlent toute la grandeur de la civilisation romaine dont les italiens sont si fiers. Francesco finit par demander:
- Vous en avez souvent des problèmes de cet... Il s'arrête de parler alors qu'elle lui désigne le bloc. Il fait au moins la taille d'un camping car, et doit sans doute peser plus de cinq tonnes vu la largeur. Nom de Dieu! lâche-t-il. Il s'approche du bloc. La taille l'impressionne. Il reste là à contempler le bloc et ose même poser la main sur la pierre, pour la caresser, la toucher, comme si elle pouvait lui parler. Que des hommes, sans les outils technologiques actuels aient pu placer une telle énormité dans leur ville le sidère. Il se retourne vers l'équipe plutôt optimiste alors que Safiya s'est rapprochée de lui. Il a sous estimé la taille du caillou. Il fait part de ses doutes à la jolie brune.
- Il est plus imposant que ce que je pensais. J'ignore si mon hélicoptère pourra le soulever... j'aurais dû prendre un hélicoptère plus imposant. Francesco fait rapidement ses calculs. Deux avantages sont en sa faveur, la distance sur laquelle déplacer le bloc n'est pas des plus importantes, il faut juste libérer l’accès pour que les archéologues puissent continuer leur travail, et l'altitude. Du fait de la fable altitude, on est quasiment au niveau zéro, cela signifie qu'il y a plus d'oxygène pour les turbines, donc, les performances de l'hélicoptère ne seront pas altérées.
- J'ai besoin qu'une équipe me dégage un espace tout près d'ici Safiya. Choisissez un emplacement où je pourrais déposer le bloc. Il regarda les archéologues et appela Vanheim tout en faisant signe à Safiya de rester le temps qu'il donne ses instructions. Le chef de la nouvelle équipe s'approcha et Francesco reprit.
- On va commencer par le bloc, cependant, je ne veux pas perdre de temps. Pendant qu'une équipe me dégage un espace et que je prépare mon appareil je veux qu'une partie de votre équipe finisse d'emballer les objets restants et qu'on les rangent dans les caisses adéquat pour le transport.
Pour une fois, personne ne lui coupa la parole et le contredit. C'est bon pour tout le monde?  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana + © MITTWOCH.(vava) gif (tumblr)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi
Messages : 2076 - Points : 3123

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Ven 30 Mar 2018 - 21:40 )


Même avec la poussière l'attirance reste la même.
Francesco & Safiya


Safiya abandonne sa fouille pour rejoindre ses collègues. Le responsable qui va gérer le transport des artéfacts et l’enlèvement du bloc de pierre est arrivé. Et il se trouve déjà sous la tente, en compagnie d’autre archéologue pour mettre tout au point. Certains détails ont été réglé, mais d’autre ne pouvaient pas être mis en place avant l’arrivé de l’équipe. Bien entendu elle remarque l’hélicoptère. Comment passer à côté sans le voir. Et elle se demande qui peu bien conduire une bête pareille. Mais elle a un doute sur la capacité de l’appareil à tout transporter et voir même à soulever le bloc. Enfin ce n’est pas trop son problème. Elle entre dans la tente et là elle tombe nez à nez avec Francisco. Tout de suite Safiya sourit. Elle est heureuse de le voir et surtout de savoir que c’est lui qui va gérer toute l’opération. Elle sait qu’il s’y connait et qu’il est un professionnel dans ce genre d’opération. En plus il est passionné comme elle, des veilles pierres. Il ne va dont pas prendre les choses à la légère. Rapidement un petit jeu de taquinerie se met en place entre l’égyptienne et l’italien. Ils en raffolent de ses petits échanges. Et Safiya y prend beaucoup de plaisir à chaque fois qu’elle se trouve en compagnie de Francesco. « Je vois. Toujours prêt à croquer dans une jolie pomme quand l’occasion se présente. Tu peux en effet tenter. Qui sait tu as peut être ta chance !! » Ils se titillent de leurs mots, mais leurs regards ne restent pas de glace loin de là. Même s’ils restent discrets. Enfin sauf quand Francesco fait la remarque sur la poussière qui recouvre le visage de l’égyptienne. « J’en prends note. » Il ne perd rien pour attendre. Pour le moment il y a du monde dans la tente. Mais dés que ses collègues seront partis, elle compte bien se rattraper. Et puis sous sa couche de poussière blanche, elle est une belle brune. En plus elle sait combien il l’apprécie. Mais c’est réciproque.

Rapidement Safiya lui fait le topo sur la situation. Pas qu’elle veut passer au dessus de ses collègues, mais plus parce que c’est son rôle. Et puis elle en connait plus que l’archéologue toute propre qui passe son temps planquée dans la tente. Et pas la peine qu’elle dévore l’italien de son regard clair. Elle n’a aucune chance de toute façon. L’égyptienne compte bien l’accaparer et profiter du moindre instant en sa compagnie comme faire un tour d’hélicoptère. Après tout autant profiter de cette occasion pour s’envoyer en l’air. En tout bien tout honneur. « Parfait. Tu risques juste d’avoir un peu de poussière en cadeau. » Elle lui sourit plus charmeuse que jamais. « Non t’inquiètes pas pour ton joujou. J’ai de quoi me changer. » Puis ils se retrouvent seul. Et elle profite de cette intimité éphémère pour venir laisser sa trace sur les fesses bien trop tentante de Francesco. La belle empreinte. Elle laisse également sa trace sur les lèvres du bel italien qui n’a pas l’air de s’en plaindre même s’il a été surpris sur le coup. Joueuse Safiya. Un peu parfois. Elle le nargue et il la retient par le bras. Il essaie de se montrer menaçant. Mais elle a vu pire pour crainte son regard qu’elle peut déstabiliser d’un baiser ou d’un geste bien placé. « Ah bon .. Sinon quoi ? » La provocation se glisse dans sa voix, elle est loin d’avoir froid aux yeux. Et encore moins face à celui qui a déjà été son amant. « S’il n’y a que ça pour te faire plaisir. Cela ne me posera aucun problème. Du coup j’ai le droit de faire d’autre trace. » Elle répond avec désinvolture avant de siffloter. La suite risque fort de promettre, avec deux caractères pareils. Un bruit extérieur coupe court à leur jeu. « Ah vos ordres monsieur. » Elle passe devant et c’est lui qui vient la taquiner d’une tape légère sur ses fesses. « Bien sur je vais te croire. Avoue que tu en crevais d’envie depuis que j’ai franchi le seuil de la tente. » Et ils sortent ensemble. Sachant très bien qu’ils allaient encore se taquiner. Tout en restant professionnel. Pas question de prendre le risque de commettre une erreur. Il y a trop d’enjeu en court notamment des vies humaines.

Safiya reste en retrait, discutant avec ses collègues le temps que Francesco parle avec le chef d’équipe. Elle s’approche quand il lui demande de le conduire au bloc. « C’est par là. Tu as de bonnes chaussures il faut un peu monter. » Elle passe devant, crapahutant comme un petit cabri des montagnes. Tout à fait à son aise dans ce paysage décomposé comme bombardé. Elle écoute la discussion entre son ami et monsieur Vanheim. Elle-même est consciente que l’équipe de Francesco risque d’avoir du mal avec le bloc de pierre. Elle reste devant mais il la rejoint rapidement. « C’est la première fois que tu viens sur ce site. » C’est toujours impressionnant la première fois, on ne peut s’empêcher de penser à ce qui c’est passé. Et à ses vies soufflées en quelques secondes. « Cela nous arrive. Mais j’ai vu pire. » Et elle lui désigne le bloc. Francesco a l’air sous le choc vu qu’il ne finit pas sa phrase. « Ne jure pas. » Elle qui est croyante c’est le genre de chose qui l’horripile. Mais elle comprend parfaitement sa réaction. Ce n’est pas un petit bloc. Elle le laisse faire, elle ne peut s’empêcher de sourire quand elle le voit caresser la pierre. C’est le genre de geste qu’elle fait aussi. Comme pour entrer en contact avec la terre. Cela l’émeut même. « Oui je sais. J’avais averti la boite et j’ai même envoyé des photos avec les dimensions. » L’égyptienne reste à ses côtés attendant ses directives. Il est sur que s’il comptait le bouger avec son petit joujou cela risque fort de se compliquer. Mais bon si elle connait presque par cœur l’histoire de la terre qu’elle foule, elle n’y connait rien en hélicoptère. Parfois la taille ne veut pas tout dire, elle peut cacher une bête sous le capot. En tout cas c’est à espérer. Sinon ils sont un peu dans la mouise. Elle se retient de rire aux paroles de Francesco. Mais le problème est bien là. « Je suis sure que tu vas trouver un truc. Et peut être que ce petit joujou va se montrer plus endurant que prévu. » Francesco n'est pas du genre à jeter l’éponge. Enfin dans certaine condition. Tout le monde attend de savoir ce que l’italien va décider. Il est vrai que t'en que ce bloc est là, une partie de leur boulot ne peut pas se faire. Mais rapidement il reprend la main. Safiya se doutait bien que Francesco allait rebondir et s’en sortir. Autant efficace au pieu que dans le boulot. « Il y a un espace libre à trente minutes à pied. Cela va aller ou tu veux plus prés. » Safiya parle d’une voix calme, mais suffisant sérieuse pour qu’il n’y ait aucun doute sur son implication sur le chantier. Elle l’écoute alors qu’il donne ses directives. « Okay pas de souci. » Elle s’approche un peu de lui et elle lui glisse à l’oreille. « Tu es sur que ça va aller. L’hélicoptère va tenir. » Un brin de crainte teinte sa voix, sa main se pose sur l’épaule de son ami, la serrant un peu. Elle est consciente qu’avec le poids du bloc suspendu sous l’hélicoptère, le maniement de celui-ci va être compliqué. Et que la moindre erreur peut déclencher une catastrophe. Safiya a confiance en Francesco, mais le moindre coup de vent peut tout foutre en l’air. « Tu seras prudent. Promis. » Son regard plonge dans celui du beau gosse. Puis elle s’éloigne pour répartir les équipes, légèrement anxieuse de la suite.



AVENGEDINCHAINS




" I'm trying to hold my breath. Let it stay this way. Can't let this moment end. You set off a dream with me. Getting louder now. Can you hear it echoing ? Take my hand. Will you share this with me ? 'Cause darling without you. " Never Enough.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 401 - Points : 1819
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Dim 1 Avr 2018 - 23:32 )
Une belle surprise
Francesco était plutôt satisfait de se retrouver avec Safiya. Parce que déjà c'est une femme qu'il apprécie, qui sait être professionnelle et qui est compétente.Le simple fait de l'avoir près de lui le rassure. Il sait qu'il peut avoir confiance en elle, en ses dires, et qu'elle sera un véritable soutient. C'est un très bon point dans l'affaire, d'autant que cela lui permets d'avoir quelqu'un de confiance qui connait bien le chantier. Autant le dire, cela l'arrange bien. Les provocations qu'elle lance, il y répond, bien trop attirée par cette beauté exotique. Lorsqu'il déclare qu'il l'accepte dans son hélicoptère, elle le taquine, charmeuse, et le rassures quand à la poussière: Elle a de quoi se changer pour ne pas salir l'appareil. Il lui sourit. Elle ne perd vraiment rien pour attendre. De même, lorsqu'il se fait menaçant, elle continue de le provoquer, jouant sur la corde sensible, non pour l'énerver, mais pour le faire craquer... Il manque de répondre, mais dehors, le travail les appelle. Il a tout juste le temps de lui claquer les fesses de manière désinvolte alors qu'elle ne tarde guère à riposter qu'il en mourrait d'envie depuis le début, ce qu'il ne peut nier. Et alors qu'il sort de la tente, il lui réponds rapidement avant que Vanheim ne l'interpelle.
- Moui... C'est vrai. Mais c'est toi qui a commencé. Leur petit jeu s'arrêta là... Pour le moment. Rien n'est terminé, ce n'est que partie remise. Il le sait bien, et elle aussi. S'ensuit la discussion avec la nouvelle équipe qui tient à savoir ce qu'il va se passer, masi Francesco doit déjà être face au problème, en facetime comme on pourrait dire, pour évaluer le travail, et à nouveau, il demande à Safiya de le conduire.

Après lui avoir demandé si il a de bonnes chaussures, elle commence a crapahuter devant lui, tel un chamois aussi à l'aise que si elle marchait dans un champ. Pour le coup, il a pensé à mettre des chaussures confortables, mais pas trop classe, un genre de vans. Cela reste des chaussures de villes, mais il ne craint pas de les abîmer et il fait pas mal de choses avec, donc pour le coup, les ruines ne sont pas un problème. Il reste bien sûr sidéré par l'ampleur du chantier et des ruines. Pompéi, on en entend toujours parler, mais lorsqu'on le voit en vrai, c'est toujours plus fantastique, plus grandiose... Et Francesco ne peut que le confirmer. Elle finit par lui demander si c'est la première fois qu'il vient sur le site. Un peu dans ses pensées, il répond cependant:
- La première fois que j'y pose les pieds oui... Du ciel je le vois souvent. Et c'est magnifique manque-t-il d'ajouter mais ils arrivent devant le bloc qui impressionne Francesco obligé de jurer devant ce qu'elle lui demande de ne pas faire. Il ne réponds pas alors qu'il s'approche de la pierre. Émerveillé? Stupéfait? Impressionné? Tout ça à la fois dirons-nous. Il l'admets, il ne s'y attendait pas, et il fait part de ses craintes à la belle brune qui l'a rejoint. Est-ce que son appareil parviendra à soulever le bloc? Il a des doutes. Il n'en jurerait pas à 150%, mais il doute. Si il doute, ce n'est jamais bon. Devant lui, et son étonnement, elle réponds qu'elle avait envoyé des photos et des dimensions. Il sait. Il les a reçus, le problème étant qu'il n'avait pas pensé à autant de contraintes. Des erreurs qu'il ne reproduira pas. Finalement, elle reste optimiste et déclare qu'il trouvera bien une solution et que ce "joujou" comme elle le qualifie si bien, pourrait se montrer plus endurant que prévu finalement. Il se contente d'un sourire avant de reprendre les choses en main devant les quelques ouvriers du chantier rassemblés là. Safiya propose de lui dégager un espace à trente minutes d'ici à pieds. Il aurait préféré moins, mais elle a dejà l'endroit en tête et a sans doute déjà quelques idées, ce qui évitera de perdre du temps, donc il préfère répondre par la positive:
- C'est parfait. Dégagez-le et indiquez le moi. Car oui, autant savoir où il devra poser le caillou. Prends aussi des ouvriers et faîtes en sorte de dégager un accès sous la pierre pour passer des câbles. Finalement, le plan proposé par la suite convient à tout le monde et rapidement, on s'éparpille pour travailler. Il sent alors qu'elle se place derrière lui et lui serre légèrement l'épaule en lui demandant si ça va aller. Si son hélicoptère tiendra? Il l'ignore, mais il va essayer. Il sent une certaine crainte dans sa voix et se retourne pour plonger son regard dans le sien, si noir.
- La belle égyptienne se ferait-elle du soucis pour l'italien plein de talents que je suis? Il hausse un sourcil pour appuyer sa question avec un sourire, se voulant rassurant alors qu'elle demande qu'il soit prudent. T'inquiètes, tu m'connais! fait-il dans un clin d'oeil, jouant les héros plus que les sentimentaux bien qu'il n'en mène pas large à vrai dire. Il profite que personne ne les regarde pour venir poser sa main sur ses fesses, la provoquant à nouveau. Aller, je vais préparer mon hélico. Il s'arrête et lui donne une nouvelle petite claque avant de s'éclipser en déclarant. Et toi va me dégager l'espace prévu! Il ne lui laisse pas le temps de répliquer, savourant cet instant où elle n'a pas pu prendre sa revanche. Elle se rattrapera n'ayez crainte.

Il ne tarde guère à rejoindre son appareil auprès duquel est resté son mécanicien qui se lève en le voyant venir.
- Monsieur? Alors on fait quoi?
Francesco réfléchit rapidement. Le poids ne sera pas son allié donc...
- On retire les banquettes arrières, tout le matos qu'on a dedans, on retire tout. Je veux qu'il ne me reste que le cockpit et les moteurs! Façon de parler, mais l'autre a bien compris. Il s'empare d'un outil, une clé et commence à démonter les écrous qui maintiennent la banquette. Francesco fait de même, arrache l'extincteur dans l'appareil et le dépose à terre. Ensemble, ils font en sorte d'alléger l'appareil au maximum, retirant tout ce qui peut l'être et favorisant ainsi la légèreté de l'appareil. Leur travail d'équipe rend l'hélicoptère opérationnel rapidement. Francesco se nettoie rapidement les mains avec un chiffon, prends le temps de boire un peu car il fait un peu chaud lorsqu'on se met à travailler et finit par voir son mécanicien qui s'installe.
- Non, tu viens pas. Le ton est ferme, mais calme.
- Mais Monsieur... Tente de riposte l'autre.
- Non! S’énerve soudainement Francesco prit d'un accès de colère. J'ai dit non bordel, alors tu lèves ton cul de là et tu bouges! D'habitude, l'italien n'est pas vraiment colérique. Mais avec les risques qu'il s'apprête à prendre... Rien n'est moins sûr et autant ne mettre qu'une vie en danger. Son mécanicien s’exécute, un peu à contrecoeur. C'est pas contre toi... C'est... Non. On peut pas prendre trop de risque et j'ai besoin de tes compétences au sol. L'homme hoche la tête alors que Francesco reprends. On va fixer le câble principal sous l'appareil. Quand j'arriverais, vous aurez déjà bien fixer la pierre avec les autres câbles qu'on fixera à mon câble via le crochet. Donc tu les rejoins avec le matos, tu prends les trois types qui sont en train d'emballer les trucs là, pour qu'ils te filent un coup de main, et dés que tout est prêt, tu m'appelles sur le talkie. Tu connais ma fréquence.Il fait signe qu'il a compris, et ensemble ils fixent le câble principal sous l'appareil avant que finalement, le mécano ne s’éclipse. Francesco enfile son casque, grimpe dans le cockpit et se tient prêt. Il souffle un bon coup, réalisant qu'il sera seul pour cette mission... Du moins, seul dans les airs. Il démarre son appareil, et se tient prêt au décollage alors que les pales commencent à tourner rapidement. Il n'attend plus que le signal et c'est Safiya, qui a dû prendre le talkie-walkie qui le donne. Il décolle.
- Affirmatif, j'arrive sur zone au plus vite! Il ne lui faut que quelques secondes pour arriver en effet, et il ne tarda guère à amorcer sa descente pour que les câbles puissent être fixé à celui qui est sous la carlingue de son appareil. Son mécanicien s'y prends rapidement, et bientôt, on lui fait signe que c'est okay.
- Safiya? Fais écarter tout le monde. Et pas de trente mètres. Il fait son petit calcul par rapport à la distance des câbles et aux éventuelles projections en cas de crash, il faut prévoir le pire... Tout le monde recule de deux cents mètres et s'abrite. Elle hésite, l'ordre est finalement donné, mais il note qu'elle semble rester encore su place. Comme si elle ne voulait pas le lâcher. Ou alors c'est son mécano. J'ai dit tout le monde dégage, faut que j'me répète ou quoi? Il lui semble que c'est Safiya... Bordel de merde Safiya, j'ai dit à l'abri, alors maintenant tu obéis s'il te plait! Son ton est ferme, sec. Il sait donner des ordres, et il sait qu'elle a horreur d'en recevoir, mais au fond de lui, il la supplie de l'écouter pour une fois. L'instant d'après, la silhouette a disparu. Il peut manœuvrer. En bas Safiya lui donne les coordonnées, lui, il reçoit et enregistre dans son crâne. Finalement, il joue un instant sur sa manette et la pédale, s'assure du contrôle parfait qu'il exerce sur son appareil comme il l'exercerait sur le corps d'une femme à sa merci, oui, c'est dur, mais la comparaison est ainsi pour lui, et finalement, il commence à monter doucement. Il sent alors que le câble se tend. Lorsqu'il sait que le poids de la pierre l'empêche d'aller plus en avant, il donne toute la puissance aux moteurs qui rugissent. En bas, on lui donne les infos: La pierre ne bouge pas.
- Et merde... souffle-t-il. Il décide alors de tenter une manœuvre un peu plus risqué. Pour donner plus de force au pâles dans l'air, il incline légèrement l'appareil, il sent que la pierre bouge, il incline un peu plus, toujours plus et soudain, la pierre monte dans les airs sous les acclamations de l'équipe. Le moindre coup de vent peut être fatale, et le moindre a coup sur les commandes peut faire tourner la situation à l'horreur.
- Tango Charlie au reste de l'équipe, j'avance vers la zone. Maintenez une distance de sécurité. La manœuvre n'est pas terminé, mais il sait que la poser sera plus simple que de l'arracher du sol. L'hélicoptère donne son maximum, et Francesco sourit. Ah mon gars, fait-il en parlant de son appareil. Je savais que tu pouvais le faire!! J'avais confiance en toi! Francesco se laisse aller à un moment de joie, mais ne se déconcentre pas et continue d'avance... Bientôt, ce sera terminé.  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana + © MITTWOCH.(vava) gif (tumblr)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi
Messages : 2076 - Points : 3123

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Dim 8 Avr 2018 - 19:01 )


Même avec la poussière l'attirance reste la même.
Francesco & Safiya


La taquinerie se met vite en place entre Safiya et Francesco. Une taquinerie discrète qui s’efface une fois le pas de la tente franchi.  Et puis vu le travail qui les attend ils ont intérêt à être sérieux. La somme de boulot à faire est relativement importante. Et il risque d’être pris par le temps s’ils trainent trop. Du coup une fois à la vue de tous, chacun reprend son rôle. Il faut en priorité aller voir le bloc qui ferme une entrée. Se sera la tâche la plus dure et la plus complexe à faire. Elle va donner autant de travail à l’égyptienne qu’à l’italien. L’emballage et le transport des différents artéfacts à côté seront une vraie partie de plaisir. Ils se mettent à arpenter le site, guidé par Safiya. Elle est tout à fait à son aise dans cet environnement. Même si la marche reste difficile, elle montre une agilité sans faille. Et elle n’est pas la seule à être à la hauteur. L’italien se débrouille pas mal non plus. Mais elle ne s’attendait pas à moins de sa part. Elle en profite pour lui demander s’il a déjà eu l’occasion de venir sur le terrain. « Chaque fois que je pose le pied ici. Où dans un site qui a été le nid de civilisations détruites. Je suis touchée, émue même. Je trouve cela bouleversant d’avoir la chance de frôler ces moments de vie ancienne. » Elle ce doute que cela doit aussi éveiller quelques émotions chez Francesco. Elle sait à quel point il aime tout ce qui touche à l’histoire. « Par contre je ne l’ai jamais vu du ciel. Je viens à chaque fois en voiture. »

Mais la vue du bloc met vite fin à la conversation. Par contre les doutes sur le déplacement du bloc sont bien présents. Pourtant Safiya avait fait le nécessaire au prés du musée. Enfin là ils étaient devant le fait accompli et il fallait trouver une solution rapidement et avec les moyens du bord. Notamment l’hélicoptère qui fait poser pas mal de question sur ses capacités à soulever le bloc. Après quelques détails mis en avant, l’italien prend les choses en main. L’égyptienne n’a jamais eu l’occasion de le voir bosser. Et elle apprécie le fait qu’il sache mener la danse. Même si elle n’avait pas de doute là-dessus. Elle le connait plus dans le domaine de l’intime, mais l’essence de l’homme reste la même. Et en le voyant faire elle ne peut que l’apprécier d’avantage. Elle l’écoute et applique rapidement ses directives. Elle forme deux équipes. Une pour dégager le bloc et ainsi facilité l’accrochage et l’autre pour finir de déblayer le terrain pour poser en toute sécurité le bloc. Elle fera les navettes entre les deux sites. Mais elle ne peut s’empêcher de faire part de son ressenti à Francesco. Oui Safiya a peur pour lui. Elle ne peut faire abstraction de tous les risques qu’il va courir en faisant la manœuvre. « Non pas du tout. » Elle essaie de se rassurer elle-même. Elle sourit en retour. « Oui je te connais et je sais que tu aimes les sensations fortes et te bruler les ailes. » A cet instant elle lui volerait bien un baiser mais il la surprend en venant frôler ses fesses. Et il lui échappe. « Tu ne perds rien pour attendre beau gosse. » Lance t-elle d’une voix sensuelle. Elle l’écoute donner ses dernières consignes. Et elle se met au travail. Les ouvriers se mettent à dégager rapidement le bloc. Il faut pouvoir passer les attaches sans difficulté, mais en même temps sans mettre la vie de qui que se soit en danger. Puis elle se rend rapidement sur le site où Francesco devra poser le bloc Là aussi elle fait part de la marche à suivre pour que tout se passe dans les meilleures conditions.

Safiya jette de temps à autre un œil vers l’hélicoptère. Elle voit Francesco s’affairait à tout démonter. Elle se demande encore comme il va arriver à soulever le bloc. Elle essaie de rester concentrer mais ne peut s’empêcher d’avoir la trouille. Elle ressent cette même angoisse que lorsque ses geôliers venaient chercher Tobias la laissant seule. Parfois elle entendait en retour les cris de son ami. Cette pensée la fait frissonner. Ce n’est pas le moment qu’elle perde pied. Elle remonte vers le bloc pour voir comment tout se passe. Avant de regarder à nouveau vers le joujou de l’italien. Elle s’aperçoit qu’ils ont tout vidé. Safiya comprend aussi que Francesco va se retrouver seul dans l’hélicoptère. Et cela lui serre le cœur. Le mécanicien de l’italien la rejoint. Il a le visage grave. « Il va s’en sortir ne vous en faites pas. » Elle le regarde bizarrement quand il lui dit ses mots. Est-ce que son angoisse se voit tant que ça ? « Je sais … mais je sais aussi qu’il est entêté et qu’il ira au bout  ..  enfin. » Mais elle ne rajoute rien car elle le voit décoller. Le mécano lui donne les derniers ordres de son boss. « Okay allez grouillez vous. Et vérifiez tout. » Elle récupère le talkie-walkie un moyen de garder le contact et d’entendre sa voix. Elle fait un dernier tour du bloc pour s’assurer que tout est prêt. En un rien de tas Francesco est au dessus du bloc et les ouvriers attachent les câbles. Safiya sent son cœur s’emballer. Ce n’est pas la première fois qu’elle voit ce genre de manœuvre mais le fait de savoir le beau gosse dans l’hélicoptère la rend fébrile. Les câbles sont vite attachés. Sous l’ordre de l’italien, elle fait reculer tout le monde. « Plus loin et abritez vous. » Mais elle reste à porter. Prête à intervenir si quelque chose se passait mal. « Non pas question je m’abriterais s’il y a un souci mais je veux être là au cas où. » Elle aussi use d’une voix ferme pour répondre à l’italien. La voix de Francesco se fait plus ferme. Elle ne supporte pas de l’entendre parler de la sorte, surtout à son encontre. Mais elle sait que c’est pour son bien. Pour la protéger. « Putain tu fais chier tu le sais. » Et elle s’éloigne mais elle ne perd pas de vu la suite de l’opération. Légèrement tremblante. Elle reste loin de l’équipe, elle ne veut pas qu’on la voit si fragile. Là c’est plus sa peur qui parle et avec elle un tas de souvenirs passés qui la font frémir. D’une voix faible elle lui donne les coordonnées. Le temps parait ne plus avancer. Et le bloc ne bouge pas. Il tente une autre manœuvre, toujours sous les yeux de l’égyptienne qui a presque arrêté de respirer. Elle a horreur de se sentir si faible, si mal. Et puis sous une impulsion le bloc bouge enfin. « Attention Francesco. » Le bloc décolle doucement.

Safiya sort de sa planque et sans rien dire à personne suit l’hélicoptère. Elle rejoint à grand pas l’endroit où Francesco doit poser la pierre. Même si le chemin est difficile, elle se fait agile. Elle a l’habitude de crapahuter sur des terrains sinueux depuis son enfance. Une fois sur les lieux, elle garde une certaine distance. Restant toujours à l’écart des membres de l’équipe. Le regard rivé sur le joujou transportant la pierre. Il approche et arrive enfin au dessus du site de pose. La manœuvre aussi s’avère délicate et compliqué. « Tu y es presque. » Le bloc s’agite dans un sens et puis dans l’autre, faisant subir à l’appareil et à son pilote comme des vagues. « Doucement Francesco. » Elle essaie de garder son calme, mais sa voix est loin de l’être. Elle marque plutôt la crainte. Peu à peu le bloc descend, faisant voler de la poussière. Un bruit sourd résonne enfin quand le bloc se pose. Et un vent de poussière envahit l’espace caressant la peau de l’égyptienne. Elle soupire, alors que les ouvriers se hâtent pour décrocher les câbles. Libérant ainsi l’hélicoptère. Francesco va pouvoir se poser. Elle reste en retrait. Encore sous le choc des émotions qu’elle a éprouvé. Elle qui se veut forte, vient encore une fois essuyer une défaite. Elle a horreur quand sa peur prend le dessus, lui rappelant bien trop de souvenir horrible. L’égyptienne essaie de reprendre contenance alors que Francesco pose l’appareil. Il y a encore du travail, elle se laissera gagner par ses émotions une fois que le boulot sera fait. Du coup elle s’avance vers son équipe. Les félicitent. Elle regarde le bloc enfin libre. Il est encore plus impressionnant. « Un sacré morceau. » Puis son regard se tourne vers Francesco. Elle cherche à cacher le trouble que toute cette situation à occasionner. « Super boulot. Mais tu n’as quand même foutu la trouille. » Elle lui sourit tout en s’avançant vers lui. L’envie de l’embrasser au creux des tripes. « Une bonne chose de faite, on passe à la suite beau gosse. » En occupant son esprit, elle arrivera mieux à chasser son trouble.  




AVENGEDINCHAINS




" I'm trying to hold my breath. Let it stay this way. Can't let this moment end. You set off a dream with me. Getting louder now. Can you hear it echoing ? Take my hand. Will you share this with me ? 'Cause darling without you. " Never Enough.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 401 - Points : 1819
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Ven 13 Avr 2018 - 22:47 )
Une belle surprise
Seul. Il l'était. Dans son appareil, seul son souffle, si l'on omettait le bruit des moteurs, était audible. Cette sensation, étrangement, ne le dérangeait pas. Cependant, il se concentrait, surveillant le tableau de bord de l'appareil duquel il poussait les limites comme il ne les avait jamais poussé. Il abusait peut-être. Mais il devait réussir. Pour le chantier. Pour la mission. Pour que le travail puisse avancer. Pour lui-même. Se prouver qu'il était toujours et encore capable de relever des défis et de les remporter. Véritable challenge, il avait répondu présent au défi lancé, sans pour autant être sûr de l'emporter. Il avait pris toutes les précautions nécessaires, et il se battait désormais. Il luttait pour vaincre. Il manœuvrait délicatement son appareil, de manière précise et douce, ne prenait aucun risque inutile. Il était encore plus stressé de savoir qu'en bas se trouvait Safiya. C'était étrange. Lui qui d'habitude ne se faisait pas vraiment de souci pour celles qu'il mettait dans son lit, lui qui n'était pas du genre à trop y penser dans ces cas se retrouvait obnubilé par la belle brune. Il ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose. Et il avait dû se montrer sec, il avait dû se montrer ferme, peut-être un peu trop. Elle avait répondu, tenté de résister, mais finalement, il avait gagné... Au prix d'avoir égratigné la belle égyptienne. Mais tant pis. Il l'avait fait, et il ne s'en voulait pas. C'était pour son bien. Il espérait qu'elle le comprendrait, même si il savait que ce n'était pas chose facile. Finalement, le bloc décolla. Enfin. Ce n'était pas faute d'avoir essayé diverses manoeuvres, l'une d'elle fonctionnait enfin. Il s'arma alors de tout son courage et de toutes ses connaissances pour avancer. Le bloc commençait à tanguer et le vent n'était pas pour faciliter la manoeuvre.

Une rafale de vent fit tanguer dangereusement la machine. Francesco rattrapa le coup. Mais le mal était fait. La pierre tangua dangereusement à son tour au bout du câble, entraînant avec elle l'appareil qui avait du mal à tenir. L'italien nota que Safiya lui parlait alors, lui recommandant la prudence. Il se dégagea alors du casque. Il fallait qu'il se concentre. Il fallait qu'il l'oublie un instant. L'appareil tanguait de plus en plus, l'un des voyants signalant que l'appareil était en danger s'alluma. Les rotors tenaient encore la cadence, mais pour combien de temps? Il fallait restabiliser tout cela. Une goutte de sueur perla sur le front de l'italien. Il savait qu'il devait reprendre la situation en main. La voix de la brune résonnait dans le vide, ne trouvant nulle réponse, le pilote étant trop occupée à rétablir la situation. Francesco ne parvenait cependant pas à reprendre le contrôle... La seule solution risquait d'être le crash. Il regarda aux alentours, cherchant un endroit où il ne ferait pas de dégâts. La voix de Safiya résonna une nouvelle fois dans le casque qu'il avait laissé tomber. Non. Il ne pouvait pas mourir. Il n'en avait pas envie. Il se reprit.
- Bon mon gars... Ce qu'on va faire ne va sans doute pas trop te plaire. Mais on va le faire! fit-il en s'adressant à son hélicoptère. C'était con, mais ça le rassurait de parler à voix haute. Sans attendre, il reprit le contrôle et freina la pierre. Les rotors luttèrent, un "bip" résonna pour lui faire comprendre que l'hélicoptère était au bord de la rupture. Mais Francesco maniait son hélicoptère comme personne. Il joua de chacune des commandes à sa disposition et parvint à faire revenir la situation à son avantage. La situation se stabilisa, le rocher tanguait moins et Francesco reprit son chemin vers l'emplacement indiqué. Le reste du parcours fût moins chargée en émotion et finalement, lorsqu'il fût au dessus de l'emplacement, il descendit doucement, réduisant lentement la puissance des moteurs. Le bloc se posa et l'appareil put enfin respirer. Les hommes, et femmes, du chantier, poussèrent un cri de joie alors que Francesco lâchait les câbles et se retirait pour aller poser son appareil un peu plus loin. Il finit par souffler, se posant contre le siège du cockpit, laissant même échapper un soupir de contentement. Il finit par sortir de l'appareil alors que son mécano vient le féliciter en lui serrant la main. Francesco le remercie avant de voir que toute l'équipe contemple le morceau. Safiya également.

Cette-dernière finit par s'avancer vers lui, le regard un peu troublé alors qu'il se saisit d'une bouteille d'eau que son mécanicien lui tend et qu'il ouvre pour boire goulûment quelques gorgées. Il sent qu'elle n'est pas si bien que cela, que malgré son sourire, la crainte des moments passés réside encore en elle. Elle représente pour lui quelqu'un auquel il tient véritablement. Ce n'est pas simplement une amusette. C'est plus que cela. Il tient à cette jolie brune. Et il se rend compte que pour elle, c'est la même chose. Elle s'est inquiétée pour lui et il n'en est que plus honoré. Finalement elle le félicite avant d'admettre qu'il lui a foutu une sacré frousse. Il sourit alors qu'elle continue de s'approcher de lui. Elle continue en déclarant que c'est une bonne chose de faite avant de demander si ils passent à la suite. Sans lui répondre, il hoche la tête en buvant, ferma sa bouteille d'eau et se dirige vers l'arrière de l'appareil. Elle le suit alors qu'il reprends.
- On vient de faire le travail le plus complexe. Maintenant, je vais ramener mon hélico près de la tente, on va tout remettre en place et on va charger les objets. Il s'arrête derrière l'appareil, et regarde le chantier, où personne ne traîne de ce côté là. Puis il se tourne vers Safiya et l'embrasse, goûtant à ses lèvres, se rassasiant de ce contact humain après ces moments desquels il avait bien cru ne jamais sortir. Sa main vient caresser la cuisse de la belle, vient même effleurer son entrejambe ne lui laissant qu'un avant goût de ce qu'il pourrait lui faire. La voilà la suite de notre programme... Je suis sûr que tu aimeras. Mais avant cela. Au travail. Et une nouvelle fois il s'échappe, la laissant frustrée de ne rien pouvoir lui faire. Il sourit alors qu'il joue un peu avec elle, il l'admet. Il grimpe alors dans son cockpit à nouveau et finit par se tourner vers elle. Bon t'attends quoi? Grimpe de l'autre côté! Je t'avais promis un tour! Fait-il alors charmeur. Elle ne se le fait pas dire deux fois et le rejoint alors que les pales reprennent de la vitesse. Il lui tends un casque et déclare:
- On communique avec ça dans le cockpit ma belle. Et il fait alors décoller l’impressionnante bête d'acier.

L'hélicoptère s'envole. Francesco monte, monte, et monte encore, toujours plus haut. Elle n'a jamais vue le site de popéi d'en haut, elle va pouvoir l'admirer. mais il monte toujours plus haut, au point que le site commence à devenir aussi gros que le poing dans leur vision, puis aussi gros qu'un oeil alors que la ville de Naples s'étend au loin. Ils commencent à monter réellement haut, aux limites même de l'appareil de Francesco qui veut faire vivre quelque chose de beau à la brune.
- Tu va voir le site de pompéi comme tu ne l'as jamais vu... fait-il alors. Et il descend dans de long cercle concentrique, penchant quelque peu l'appareil du côté de Safiya pour qu'elle ne manque rien du spectacle. Ils passent à travers un nuage et soudain, c'est tout le site qui se dévoile à leurs yeux. Ruines poussiéreuses et archéologues hantant ses ruines à la recherche des traces du passé telles des fourmis à la recherche de nourriture. Il la laisse profiter de ce spectacle impressionnant alors qu'au loin se dessine la mer et qu'il commence à faire lentement le tour du site. Puis il s'approche du Vésuve, rendant ainsi le site visible puis le volcan. Il continue de la faire découvrir, et, se plaçant en face du site, fait reculer l'appareil. Habile, elle ne perd rien du spectacle jusqu'à pousser un cri de surprise lorsqu'elle réalise qu'ils sont au dessus du cratère du Vésuve, immense trou noir, responsable de l'anéantissement d'une ville.
- Ma très chère Safiya... La Vésuve. Et Pompéi. Mariés pour la vie, dans une étreinte mortelle dira-t-on. Il sourit, fier de ce petit côté poétique avant de reprendre le vol vers le site qu'il continue de survoler, lui laissant le temps de savourer le moment. Il connait son goût pour l'Histoire, il connait son admiration pour des points de vues tels que celui-ci, et c'est pourquoi il ne la lasse que plus profiter. Puis il s'arrête, laissant l'hélicoptère en surplace avant de se tourner vers elle et de demander:
- Alors? Satisfaite? Fait-il heureux d'avoir pu lui faire profiter de cet instant.  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana + © MITTWOCH.(vava) gif (tumblr)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi
Messages : 2076 - Points : 3123

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Jeu 19 Avr 2018 - 22:41 )


Même avec la poussière l'attirance reste la même.
Francesco & Safiya


Safiya a obéi à contre cœur aux ordres de Francesco. Elle lui en veut qu’il lui est parlé de la sorte comme si elle n’était qu’une gamine incapable de voir le risque le moment venu. Elle est en rage contre lui, même si au fond d’elle, elle comprend pourquoi il n’a brusqué de la sorte. De toute façon son esprit était brouillé caressé par des peurs passées qui avaient un peu trop pris le contrôle de la belle. Mais cela ne change rien, elle compte bien lui faire part de sa façon de penser une fois que le bel italien aura mis pied à terre. Pour le moment l’important c’est le bloc attaché en dessous de l’hélicoptère. Enfin c’est ce qu’elle devrait se dire en bonne archéologue, amoureuse de son métier qu’elle est. Mais elle se fait du souci pour celui qui conduit l’engin. Celui qui prend tous les risques à cet instant, et qui subit le souffle du vent et le poids de la pièce suspendu dans le vide. Le tout fait tanguer dangereusement l’appareil. Cela met à mal les émotions de l’égyptienne qui n’est pas d’un naturel trouillard. Bien au contraire, elle aime aussi de temps à autre titiller ses peurs. Malgré les démons qui l’assaillent dans ces moments là. Mais dans ce cas l’équation est différente et elle ne peut s’empêcher de s’en vouloir de se sentir autant fragile face à un homme. Cela la bouffe. Elle n’a qu’une hâte c’est de voir l’hélicoptère lâcher la pierre et ensuite se poser. Pourtant tout semble trainer et trainer encore. L'égyptienne garde son regard fixé sur l’ensemble, se doutant que Francesco doit batailler sec sur le manche à balai. Chaque mouvement lui soulève le cœur. Elle a la sensation que tout reste fragile et qu’un rien pourrait faire basculer l’hélicoptère et engendrer un drame. Non l’italien est trop entêté pour se laisser dompter par un coup de vent et le poids d’une pierre. Sauf que le danger est bien présent et qu’elle ne peut l’ignorer, même si elle essaie de chasser toutes ses pensées négatives.

Francesco pose enfin le bloc, un cri de joie vient faire trembler la poussière que l’action soulève. Safiya reste un moment en retrait avant de venir rejoindre l’équipe pour la féliciter puis elle part voir son ami. Masquant son trouble par un sourire. Elle ne veut pas qu’il puisse le voir, et saisir ainsi qu’il compte bien plus pour elle qu’elle ne le laisse paraitre. Tout en lui faisant part de son ressenti avant de partir sur le sujet du transport des artéfacts. Elle est encore sous le choc de cette situation. Il n’y a pas eu de bruit ou de coups mais elle c’est senti impuissante et elle a horreur de ça. Ce genre de contexte la ramène trop à ses années d’enfermements. Même si elles n’y ressemblent en rien. C’est plus psychologique qu’autre chose, une marque indélébile et contre laquelle elle ne peut lutter. Travailler lui permettra de reprendre consistance. « D’accord je crois qu’ils ont fini de tout emballé. » Sa voix est encore empreinte de cette angoisse vorace. L’égyptienne se retrouve surprise par le baiser que lui vole l’italien. Un baiser qu’il agrémente d’un geste qui la trouble d’avantage. Elle y répond alors que son cœur s’emballe. Elle frissonne quand sa main frôle ses courbes. Il la laisse là démunie, alors qu’il lui annonce que cela sera la suite du programme. Mais avant il faut finir le boulot. Elle le toise de son regard noir. « Et qui te dit que je suis okay pour ce programme. » Comme elle le déteste quand il joue de la sorte avec elle. En la frustrant avec indécence. « Tu ne perds rien pour attendre. » Mais au fond d’elle cela active avec plus de rage son désir de lui céder à nouveau. L’italien l’invite ensuite à monter à bord. « Tu n’as peur de rien toi. Parce qu’emporter une sauvageonne avec toi tu risques fort de le regretter. Ou pas. » Elle le nargue à son tour tout en laissant son regard glisser sur ses lèvres. Elle les dévorera plus tard et elle risque bien de les  torturer juste pour ce venger de son baiser volé qui l’a sérieusement émoustillé. Surtout qu’elle était à cet instant assez fragile. Il a donc abusé de la situation. Mais comment lui en vouloir quand il fait son charmeur. Encore une fois sous ses ordres elle enfile le casque afin de pouvoir communiquer avec lui.

Et l’hélicoptère s’élève permettant à Safiya de découvrir le site d’une autre façon. Francesco fait monter l’appareil et tout semble devenir de plus en plus minuscule aux yeux de la belle. L’émotion lui prend à la gorge, elle était déjà bousculée, là voilà encore troublée par la vision que lui fait découvrir le bel italien. Ses yeux ne sont pas assez grands pour apprécier. En effet comme son amant lui dit elle voit le site de Pompéi comme elle ne l’a jamais vu. « C’est très beau. » Elle a du mal à cacher l’émoi qui la caresse, elle préfère ne pas regarder Francesco, pas besoin qu’il cherche à user de cette faiblesse. Et puis il redescend en faisant des cercles pour que le spectacle soit encore plus inoubliable. Cela prend Safiya aux tripes. Elle n’éprouve pas de peur, juste une émotion forte qu’elle a du mal à canaliser, à maitriser. D’ailleurs sa vision se trouble un peu par les larmes que l’émotion fait naitre. Puis elle laisse échapper un cri quand elle se rend compte qu’ils sont justes au dessus du Vésuve. L’égyptienne regarde alors Francesco, ses yeux sont légèrement humides, mais à cet instant elle se moque qu’il les voit. Qu’il voit son trouble du au spectacle grandiose qu’il lui montre. « En effet l’étreinte de ces deux là à été mortelle. Heureusement que ce n’est pas le cas de toutes les étreintes. » Elle répond à son sourire et essuie ses yeux d’un revers de sa main. Elle continue à savourer chaque parcelle de cette terre qu’elle aime fouler de ses mains. Cette terre qu’elle respecte pour son histoire passée. Et l’avenir qu’elle offre. Francesco fait même faire du surplace à l’hélicoptère. Leurs regards se croisent à nouveau. « C’est vraiment magique. Merci. Tu rends ma journée encore plus délicieuse. Tu sais comment plaire aux femmes. Et jouer, voir abuser de tes atouts. » Safiya sourit, elle se sent plus calme, même si au fond d’elle il y a encore cette peur ressenti plus tôt qui la ronge un peu. Mais cette escapade lui a fait du bien. Elle vient doucement poser sa main sur celle de Francesco. « Mais je compte quand même te faire payer pour la frousse que tu m’as faite tout à l’heure. Et puis je crois qu’il y a autre chose. » Elle fait comme si elle cherchait. « Ah oui le baiser volé et la main baladeuse. L’addition va être salée monsieur Spinoza. Bon je peux déduire cette superbe balade mais il va reste encore un solde à payer. » Elle le taquine ce qui finit de chasser ses pensées noires. Mais s’il est libre pour la soirée, elle compte bien en profiter. Et puis il pose l’appareil et ils s’attaquent à la suite de la tâche la récréation est terminée. Du moins pour le moment.


AVENGEDINCHAINS




" I'm trying to hold my breath. Let it stay this way. Can't let this moment end. You set off a dream with me. Getting louder now. Can you hear it echoing ? Take my hand. Will you share this with me ? 'Cause darling without you. " Never Enough.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 401 - Points : 1819
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Ven 20 Avr 2018 - 22:19 )
Une belle surprise
Le moment critique, dangereux dira-t-on, était passé. Non sans quelques frayeurs, et quelques sueurs, mais il s'en était sorti plus ou moins avec brio. Il avait dégagé le bloc, au grand plaisir des archéologues et avait accompli sa première mission. L'un des objectifs était rempli et nul doute que le second le serait aussi. Safiya l'avait rapidement retrouvé. Elle s'était inquiétée pour lui, plus que ce qu'elle voulait bien l'admettre, et cela le touchait. Il ne la savait pas autant attachée à lui, et cela lui faisait plaisir d'un certain côté. Il avait profité alors de l'un des moments d'égarement de la belle brune pour lui voler un agréable baiser, auquel elle avait répondu sans hésiter en même temps qu'elle était troublée et qu'un frisson la parcourait face à son indécente caresse, on ne peut plus provocatrice. Elle avait répondu, voulant encore garder la tête haute dans ce jeu face à l'italien, qu'elle pouvait ne pas être d'accord avec ce programme, et il n'avait pu que sourire, certain au contraire qu'elle adorerait le programme, surtout celui dont il parlait. Et lorsqu'elle rétorqua qu'il ne perdait rien pour attendre, il lui fit un clin d’œil charmeur, se moquant un peu d'elle, la provoquant toujours un peu avant de l'inviter à prendre place dans sa machine. Il lui avait promis un tour et il comptait bien tenir parole, surtout après des moments aussi intenses. Et ainsi, tous les deux, seuls, ils avaient décollés, à bord du splendide hélicoptère qui survolait désormais le site antique.

Comme à chaque fois, Francesco ne pouvait que s'émerveiller du paysage, mais qu'en était-il de la brune? Elle était en extase littéralement, ne parvenant pas à cacher la joie qu'elle avait de voir un tel site depuis les airs, et ne cherchant sans doute même pas à le cacher. Elle ne manquait rien du spectacle, ses yeux parcourant les lieux, grands ouverts, pour ne rien manquer de la beauté d'un tel endroit. Lorsqu'elle tourne finalement les yeux vers lui, il note qu'elle a les yeux embuées de larmes. Ce n'est pas de la tristesse. Plutôt la joie de voir un tel spectacle, chose qu'elle n'aurait sans doute jamais imaginé pu faire, ou voir, un jour. Il est heureux de le lui en avoir donné la possibilité. Pour lui, elle le mérite amplement, et au delà même d'une question de mérite, il le fait parce qu'il l'apprécie. Plus que cela même, mais inutile de détailler tout ce qu'il ressent pour elle. Il y tient plus que ce qu'il veut bien l'admettre, ça il le reconnait. Elle a su laissé en lui quelque chose d'indélébile, et il n'a jamais pu nier qu'elle l'attirait. Elle le remercie en déclarant qu'il rend sa journée encore plus belle et qu'il sait jouer de ses atouts. Elle se reprends en déclarant qu'il abuse même. Il ne peut s'empêcher de rire.
- Je serais bien piètre italien si je ne jouais pas de tels atouts pour charmer une si belle femme que toi. Encore charmeur, toujours dragueur, incorrigible italien. Voilà ce qu'il était. Elle vint poser sa main sur celle de Francesco, ce qui lui fit plaisir. il apprécia le contact alors qu'elle argua qu'il allait quand même payé pour la frousse qu'il lui avait faîte. Il sourit alors qu'elle fit mine de chercher encore quelques instants les autres raisons de sa vengeance. Elle argumenta alors: Un baiser volé. Une main baladeuse. C'était déjà bien et même si elle "déduisait" ,comme elle disait si bien, cela de la note, l'addition resté salé. Il l'adorait encore plus quand elle se montrait provocante alors qu'il avait bien l'intention de changer la donne.
- Prenons les choses d'un autre point de vue ma très chère. fit-il sur un ton charmeur. Je retire un bloc de votre chantier qui va vous permettre d'avancer bien plus vite votre travail de fouilles, je parviens à le déposer où vous le souhaitiez, c'est déjà pas mal. Mais en plus de cela, j'ai du composer avec une main aux fesses de votre part, un baiser volé sous la tente, des menaces comme quoi je finirais sur une table comme une proie que tu prendrais plaisir à dévorer, ce dont je ne doute pas, aurais-je oublié quelque chose? Ah, oui, et tes petites provocations qui me poussent en fait à craquer, donc finalement je ne suis pas vraiment le fautif. Il s'arrête un instant et la regarde en souriant alors qu'il commence à faire descendre l'appareil. Et en plus je t'offre la balade! Il marque un autre point. Elle ne peut qu'admettre qu'il na pas totalement tort finalement. L'hélicoptère finit par se poser alors qu'on les attends prêt à charger. Il la regarde un grand sourire aux lèvres. Donc au final... Si addition il y a à payer, c'est bien à toi de payer. Fait-il dans un clin d’œil avant de sortir du cockpit en retirant son casque.

On les attends pour charger les artefacts. Son mécano remets déjà ce qu'ils ont retirés de l'appareil tout à l'heure alors que de grandes malles noires dans lesquelles sont contenus les objets attendent d'être chargés. Francesco ouvre finalement l'arrière de l'appareil pour permettre le chargement. Il regarde l'équipe qui est là et finit par dire.
- Bien, chargeons tout ça... Et je pense qu'on aura déjà bien bosser pour aujourd'hui. La plupart hoche la tête, confirmant ses dires. Francesco s'approche d'une malle et en compagnie d'un autre gars du chantier finit par faire monter l'une des malles dans l'appareil. Il sort et note que Safiya s'apprête à prendre une malle. Il s'approche et l'empêche de soulever l'objet. J'ai besoin que tu vérifies qu'on est rien oublié. Je veux que tu t'assures que tout est là. Je me charge de faire grimper ça. Fait-il alors. Il sait qu'il peut avoir confiance en elle, d'autant qu'elle sait parfaitement ce qui doit être mené au musée, donc elle fera le job correctement. Elle s'execute. Il a confiance en elle et c'est pourquoi il préfère que ce soit elle qui fasse ce travail. Ne riez pas. Combien de chantiers perdent leurs oeuvres à cause de vols d'amateurs ou de gens cherchant à se faire de l'argent sur des antiquités. Francesco soulève une autre malle. Doucement les gars. Dexu siècles d'histoires sont dans ces trucs alors faîtes gaffe hein! Il sourit alors que la dernière malle finit par être rangé. Ils ont pu tout charger dans l'hélicoptère, c'est parfait. Safiya se trouve sous la tente et apparemment rien ne semble manquer. Il s'approche d'elle ainsi que de quelques autres archéologues auxquels elle laisse peut-être des instructions, du moins si elle prévoit de partir.
- Tu rentres avec nous? Je dépose en hélicoptère tout cela au musée et après je rentre. Tu veux venir? Il lui laisse le choix, qui sait elle souhaite peut-être rester un peu pour bosser encore un peu. Lui il a bien envie d'elle, mais il ne la forcera certainement pas à le suivre, ce n'est pas son genre. Comprenant qu'il ne va pas tarder, Vanheim et d'autres viennent le remercier et lui serrer la main. Certains le félicite même. Il les remercie pour leur travail également, arguant que c'est un parfait travail d'équipe qui a été accompli là. Lui, il attends la réponse de la belle égyptienne, même si il pense déjà la connaitre mais il n'ose pas trop s'avancer.

 

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples