Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana + ©Amnesis..(vava) / Tobias (crackships)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Luna Primavera
Messages : 2156 - Points : 3449

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Mar 24 Avr 2018 - 19:16 )


Même avec la poussière l'attirance reste la même.
Francesco & Safiya


La journée a bousculé Safiya la projetant avec rage dans un mélange d’émotions plus intenses les unes que les autres. C’est dans ces moments là qu’elle se rend compte à quel point elle est encore fragile. Même après huit années à dévorer sa liberté de diverses manières, des chaines la gardent encore prisonnière de son enfer. Et que le moindre contre coup peut la déstabiliser. Cette situation la rend furax. Ne pas arriver à maitriser ses émotions la tue. Et encore plus face à Francesco.  Elle ne peut que reconnaitre au fond, qu’elle a eu peur pour le bel italien durant le transport du bloc. Qu’il l’a troublé encore une fois avec son baiser et sa caresse indécente. Et une fois en vol, elle ne peut retenir la joie qui l’enveloppe en voyant Pompéi s’offrir à elle de la plus belle des manières. Elle se sent émue face à cette histoire que les pierres et la poussière retracent. Que l’homme est petit face aux caprices de la nature. Bien entendu la femme rebelle et la femme sauvage qui sommeillent en elle, se refusent de se laisser abattre. Même si sur le coup elle laisse tomber le masque pour n’offrir à Francesco que sa fébrilité et sa fragilité. Elle se maudirait parfois quand tout lui échappe. Mais elle ne peut lutter et se laisse gagner par ses émotions. Ce qui ne l’empêche pas de taquiner le bel italien. Juste par pur plaisir. Et puis ils se complètent bien sur ce terrain là. Même si là la belle égyptienne n’est pas spécialement en position de gagner. Il a pas mal de carte en main.

Et encore une fois cela l’énerve car le seul homme qu’elle autorise à la voir aussi fragile c’est Tobias. « C’est ça joue les charmeurs. Ne va pas croire que cela va te tirer d’affaire. » Mais les dés sont déjà jetés et elle sait très bien qu’il ne lui faudra pas grand-chose pour craquer. Et rien que d’y penser cela lui picote son cœur et ses entrailles. Elle reprend le dessus peu à peu, même si toutes ses sensations restent là à couler dans ses veines comme un incendie sans fin. La bousculant sans qu’elle y puisse y faire grand-chose. Elle peut juste essayer de donner le change pour ne pas trop rendre la tâche plus facile à Francesco. Alors elle le titille pour s’échapper du trouble bien trop présent. Elle l’écoute sourire aux lèvres. « Mais attend le bloc n’a rien à voir avec moi beau gosse. Cela vient du musée, j’étais juste présente et tu m’as demandé de gérer. Mais il y avait d’autre archéologue. Et pour l’emplacement ce n’est pas moi seule qui est décidé, cela a été prévu avec mes collègues. Dont pas question que tu mettes toute cette histoire sur mon compte. » Elle le regarde tout en le défiant. Bon il est occupé à faire atterrir l’hélicoptère du coup il est plus concentré sur cette opération que sur elle. Autant en profiter pour faire avoir l’avantage sur la note finale. « Alors que je te reprenne parce qu’avec toi je vais avoir une ardoise. Le baiser on est match nul. Comme la main aux fesses. Les menaces je ne m’en souviens pas. » Elle se met à réfléchir sachant très bien qu’elle a dit ces phrases. « Par contre il y a lors du dernier baiser un de tes mains qui est venue jouer bien prés de ma féminité. Donc l’addition est pour toi. » Elle sifflote et répond à son clin d’œil. Elle sait très bien que l’italien ne lâchera pas l’affaire aussi facilement. Peut être que cela lui plait aussi de le faire marronner. Il est plus craquant quand il joue les offensés.

Mais pour le moment il y a encore pas mal à faire comme le chargement des artéfacts. Safiya sort de l’appareil, Francesco ouvre l’arrière de celui-ci pour facilité le chargement. Et toute l’équipe ne peut qu’appuyer les mots de l’italien. Chacun vaque à son obligation. L’égyptienne s’occupe des derniers détails et signe comme ses collègues les bons qui contiennent tout le détail des malles. Pas question de laisser échapper un seul objet. Elle ne peut que soupirer quand il vient l’empêcher de soulever une des malles. « Tu penses que j’ai les bras d’une mauviette. » Elle l’étranglerait bien à cet instant. Mais elle trouve ça galant. Et puis il préfère qu’elle vérifie que tout soit prêt. « Okay chef. » Elle regarde une dernière fois sous la tente et jette un coup d’œil aux notes. Tout est bon pour Safiya. Elle se met à discuter avec ses collègues alors que Francesco continue à charger. Elle laisse parfois son regard glisser sur le corps du beau gosse. Oui il la fait saliver. Mettant dans sa tête des idées qui sont loin d’être sages. De toute façon quand elle est à ses côtés elle n’a nulle envie d’être une femme sage. Puis elle finit de ranger les dernières petites choses. La journée a été des plus éprouvantes mais le boulot a été fait en temps et en heure tout le monde va pouvoir souffler. L’égyptienne trainera surement quelques heures de plus sur le site avant de se faire raccompagner. Et de plonger dans un bon bain pour enlever toute cette poussière. Elle reste surprise face à la demande de Francesco. Elle ne s’y attendait pas. Enfin si un peu ou du moins elle l’espérait au fond elle. « Tu es sur que cela ne te déranges pas. » Elle le regarde d’un air malicieux. « Si je rentre avec vous, je deviens quoi après que tu es tout déposé au musée ? Remarque je peux toujours rentrer de là bas. A part que tu me ramènes ou bien .. enfin je verrais sur place. » Elle le nargue de son sourire. Elle profite que ceux qui se trouvent autour d’eux ne prêtent pas d’attention pour s’approcher et lui glisser à l’oreille. « Je suppose que tu as déjà une idée sur la suite du programme. » Et elle aussi et cela l’enchante. « Du coup je suis partante. Il me faut juste aller récupérer mon sac et mes affaires. » Safiya s’échappe vite fait. Filant rapidement sous une autre tente pour récupérer son sac et des affaires de rechange. Puis elle revient. « Désolée pour la poussière. J’ai vraiment besoin d’une bonne douche. » Et vu le regard qu’elle jette à Francesco, il doit se douter qu’elle ne serait pas contre à partager cette douche. Elle dit au revoir à ses collègues et les voilà reparti, direction Naples. Avec comme premier arrêt le musée.



AVENGEDINCHAINS




" I'm trying to hold my breath. Let it stay this way. Can't let this moment end. You set off a dream with me. Getting louder now. Can you hear it echoing ? Take my hand. Will you share this with me ? 'Cause darling without you. " Never Enough.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 468 - Points : 2118
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco ( le Jeu 26 Avr 2018 - 18:21 )
Une belle surprise
Il fallait bien le dire, cette femme avait du répondant, en plus d'être belle et provocante à chaque fois. Mais elle n'était pas que cela, et plus Francesco la côtoyait, plus il apprenait à la connaître. Ainsi, sous ses airs de femme sauvage, libre, indépendante, fière, et rebelle, elle cachait un être rempli d'amour, d'inquiétude pour ceux qu'elle aimait, même si elle ne le leur disait pas de manière directe. Plus qu'une attirance physique, Francesco savait qu'il avait, en quelques sortes, charmé la belle égyptienne. Au-delà de leurs corps, ils s'attiraient de par ce qu'ils représentaient, de par les personnes qu'ils étaient. Il la savait libre, volage, tout comme lui, et pourtant, il savait qu'il avait éprouvé plus d'inquiétude pour elle que pour certaines de ses conquêtes. La seule question qui restait en lui finalement, c'était si elle éprouvait la même chose pour chacun des hommes qu'elle mettait dans son lit également. Dieu, serait-il jaloux? Lui qui pourtant n'en avait pas grand chose à faire la plupart du temps? Fallait-il reconnaître alors qu'elle était plus qu'une conquête? Que depuis qu'elle était sur Naples et qu'il le savait, il avait, au fond de lui, espérait la revoir? C'était des questions qui tournaient là, sans réponses pour l'heure. Certains lui auraient sans doute dit de profiter de l'instant, de ce corps si beau, de la fougue de la belle. Et soudain, alors qu'elle répondait, il avait peur d'en vouloir, un jour, plus... Un jour, trop. Mais c'est avec un sourire non dissimulé qu'il accueillit les arguments de la jolie brune qui répondait et reprenait l'avantage dans les négociations. De ce point de vue, le bloc n'était pas de sa demande. De même que pour l'emplacement, il avait été choisi collectivement. En somme, ces responsabilités ne retombaient pas sur elle. Elle n'avait pas tort au fond, mais c'était en répondant à ce genre d'arguments impossible à contrer que l'on voyait la capacité d'un homme à négocier, à vaincre sur ce terrain dangereux. Et il était prêt à relever ce défi. Sans aucune hésitation. Il n'eut pas le temps d'en rajouter qu'elle reprenait. Pour le baiser, d'après elle, ils étaient au match nul. Un nouveau point pour elle. De même que les quelques mains baladeuses sur les fesses, ils restaient une nouvelle fois sur un match nul... Il était encore prêt à rétorquer mais se garda de le faire immédiatement alors qu'elle niait les menaces. Le voilà le point faible, l'artère faible par laquelle il allait attaquer, la brèche qui allait lui permettre d'enfoncer les défenses de la jolie brune. Son cerveau, adapté à ce genre de situations et aux âpres négociations était déjà en pleine ébullition pour trouver des réponses adéquates alors qu'il se concentrait sur l'atterrissage. Elle continua en parlant de son dernier geste, plus indécent et plus horrible que les autres en somme qui changeait totalement la donne. L'appareil s'est posé et Francesco ne peut que retarder la réponse à un argumentaire joliment aligné et bien construit... Mais pas autant que le sien.
- Je pense que nous devrons reprendre cette conversation après... J'en ai peur. Il lui lança un clin d’œil avant de reprendre en main la dernière mission.

On chargeait les artefacts, dans la joie, la bonne humeur, alors que le gros du travail avait été fait. Si elle se vexa légèrement lorsqu'il lui épargna, galant, le chargement, elle comprit que c'était pour une autre mission toute aussi importante. Alors qu'elle lui tournait le dos, il en profita pour détailler son corps qui malgré la poussière, malgré les habits de chantiers restait non moins désirable. Il reprirent le travail, Francesco faisant attention de charger correctement et de sécuriser les caisses au maximum. Il nota que le regard de Safiya déviait cependant vers lui, vers son corps, désireuse de lui en vérité. Et il en profitait alors pour en jouer. Se mettait en valeur, s'appuyant de manière un peu provocante sur la carlingue de son appareil. Le jeu de provocation qu'il menait était destiné à une chose: Pimenter la suite de la soirée. Bientôt cependant, le travail fût achevé et Francesco invita la brune à rentrer avec lui. Lorsqu'elle lui demandait si cela ne le dérangeait pas, il répondit comme si il répondait à une question absurde.
- Mais non bon sang... Si je te le propose. Cette manie de poser des questions idiotes parfois. Mais c'était bien parce qu'elle souhaitait rester polie et bien élevée. Ce qu'elle était et qu'il ne lui reprochait pas. Finalement, elle demanda, alors que les autres archéologues discutaient entre eux, ce qu'elle deviendrait depuis las-bas. Il ne répondit pas, mais son regard en disait long. Il n'allait pas la laisser au musée, ça non. Mais le sourire de la brune lui montre qu'elle n'est pas sérieuse et lorsqu'elle se rapproche de son oreille, sa déclaration lui étire un sourire. Le programme? Bien sûr qu'il le connait. Mais il lui réserve à elle aussi quelques surprises dont elle ne se doute pas encore. Elle finit par dire qu'il faut qu'elle récupère quelques affaires mais qu'elle est partante. Francesco en profite pour saluer ses équipiers du moment qui en font de même et finalement, alors qu'elle revient, elle s'excuse de la poussière arguant qu'il lui faudra une bonne douche... Et vue le regard qu'elle lui lance, elle compte bien ne pas la prendre seule.
- On fera en sorte que tu puisses prendre une douche correcte et acceptable. Fait-il malicieux.

Finalement, en compagnie du mécanicien qui monte à l'arrière, Francesco grimpe à nouveau dans le cockpit en compagnie de Safiya qui mets le casque directement. Ce qui est bien, c'est qu'elle comprend vite mine de rien. Le bel italien amorce le décollage et finit par prendre le direction du musée.
- Pour revenir sur tes arguments et sur... "Ma note salée" , revient-il alors à la charge. Je conteste. Guère étonnant. Il prends la mine du gamin pour qui a été commis une injustice. C'est toi qui a commencé avec les baisers... Donc au final, peut-on parler vraiment de baiser pour moi? Je n'ai fait que rendre la pareille pour ne pas me montrer impoli dans un monde ou la politesse devient rare. D'ailleurs, si l'on apprenait aux gens à se comporter avec plus de politesse, les cours de justice se videraient. Entraîner le sujet vers un autre, l'art de bien parler. Voilà ce qu'il fallait faire. Mais lorsqu'on commence quelque chose, il faut bien s'attendre aux conséquences, non? On ne traque pas un tigre sans s'attendre à être pris pour cible par le fauve en question... Ne parlons surtout pas du fait si on le manque. Il s'arrêta un court instant. Ne parlons surtout pas des mains aux fesses. Là aussi, tu as commencé, et pire encore, tu as sali mon pantalon. Je vais devoir le faire laver, et cela prends du temps. Je vais devoir me changer, et qui sait si quelques petites archéologues de ton chantier ne se sont pas moquées de moi, hein? J'étais plus en désavantage car la plupart des gens se doutait qu'il y avait deux possibilités à cette trace: un bon coup de pied au cul pour corriger un homme qui ne méritait en rien une correction, donc, dernière option, la main d'une belle femme attirée par un tel Apollon. Ah oui désolé, pas la même culture, donc Phoebus. Il lui adressa un clin d’œil. Pour ce qui est de mon dernier geste... Il approcha sa main qu'il posa sur la cuisse de Safiya avant de la retirer vivement après un frôlement, assez intense pour qu'elle sente ses doigts. Je te prie de m'excuser, un faux mouvement tout simplement. Il faut savoir pardonner, de tels choses arrivent bien souvent sans qu'on ne le veuille, une erreur d'inattention, moment de trouble après des moments intenses, voilà tout... Nouveau clin d’œil et nouveau sourire. En revanche, les menaces que tu as proférés risque de te retomber dessus, les nier d'autant plus. Tout en surveillant le comportement de son appareil qui atteignait la ville de Naples, il plongeait son regard dans le sien. Avoir osé dire que vous me dévoreriez sur la table... Je risque bien d'en arriver à faire l'inverse. Reprenez donc votre "note salée", elle vous revient de droit mademoiselle Rahotep, quand à mon jugement, ne prenez pas la peine de le mettre en doute... car à tous vos arguments, un contre argument sera avancé. A chaque pas que vous ferez pour prendre l'avantage, j'en ferais trois. Il se montrait séducteur, conquérant, s'approchait d'elle, captait son attention. Et à chaque fois que vous voudrez me faire craquez, vous succomberez milles fois avant d'y parvenir... Conclut-il. Il vit qu'elle allait répondre, mais il reprit la parole alors qu'ils arrivaient bientôt à destination, alors que ne souhaitant pas abandonner, elle allait reprendre les armes. Mais il coupa court. Ne tente rien, sinon on risque de devoir abréger les préliminaires si tu continues... La vie est injuste, c'est un jeu cruel, et pour ce soir, j'en fixe les règles. Donc, c'est bien toi qui m'est redevable. Il lui adressa un clin d’œil avant de commencer à amorcer la descente de l'appareil un grand sourire aux lèvres. Il savait argumenter. Pas de souci sur ça. Il était éloquent, provocateur, et admirable charmeur. Des qualités visiblement indéniable. On va se poser sur un petit stade de foot derrière le musée. Ensuite, de là, ils vont venir récupérer les artefacts. Francesco n'avait pas terminé sa phrase qu'il apercevait déjà deux voitures de flics et le personnel du musée. Son mécanicien avait dû avertir. Parfait. Sitôt l'hélicoptère posé, un homme en costume s'approcha du cockpit duquel descendait Francesco. Il se présenta comme le directeur du musée.
- Enchanté. Francesco Spinoza. Lui-même. ajouta-t-il devant la stupéfaction de l'homme qui comprenait qu'il avait affaire au patron même de la boîte à laquelle il avait fait appel. Et Mademoiselle Rahotep, une archéologue qui a veillé au parfait déroulement des deux objectifs de la journée et en a facilité la tâche.
- Oui, je la connais. Je vous remercie mademoiselle d'avoir pu faciliter tout cela. Levant les yeux vers Francesco il s'adressa aux deux. Vous n'imaginez pas à quel point ce service rendu va nous être profitable. C'est toute notre Histoire qui va progresser.
- Ravi d'avoir pu vous aider. Termina Francesco dans un sourire alors que son mécanicien ouvrait déjà la soute de l'hélicoptère afin que soit déchargé par le personnel du musée, les divers artefacts. Il n'y avait plus qu'à s'assurer en compagnie des autorités du musée que tout était là et ils pourraient rentrer.
 

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Une belle surprise.. feat Francesco -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples