Revenir en haut
Aller en bas


 

- La révélation I Stefan [Terminé] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lucy Uccello10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2320-lucy-i-they-say-before- http://www.ciao-vecchio.com/t2611-lucy-i-you-know-that-i-could-use-somebody
ID : Mary
Faceclaim : Shailene Woodley + ©Hopeless wanderer (avatar),beylin (code signature), tumblr (gif)
Multi-comptes : Lana la fleur bleue
Messages : 141 - Points : 323

Âge : 29 ans
Métier : Actuellement sans emploi
Sujet: La révélation I Stefan [Terminé] ( le Mar 20 Mar - 23:52 )
« Tu devrais aller les voir, quand même. Ca fait une semaine que ta mère t’appelle et que tu ne lui réponds pas. » Lucy lance un regard de feu à Gabriella, une de ses plus proches amies. C’était plutôt l’amie de Cat’ à la base, à vrai dire, mais ces deux-là se sont toujours bien entendues et se sont énormément rapprochés à son décès. Quand rendre visite aux parents de Catalina est devenue trop difficile, Gabriella est restée un des derniers liens qui la lient encore à sa fiancée disparue. « J’ai pas envie. » Gabriella lui lance à son tour un regard noir. Bien sûr, qu’elle en a envie, sinon Lucy n’aurait pas elle-même aborder le sujet quelques minutes plus tôt. « T’as surtout pas envie de te faire engueuler par ton père pour ne pas t’être pointée au dîner de ta sœur. Et alors ? Tu commences à avoir l’habitude de te faire engueuler de toute façon, n’est-ce pas ? » Lucy lève les yeux au ciel mais ceci dit, elle marque un point. Les remontrances de son père ne sont qu’habitudes pour elle. « Allez. Ca te fera du bien de voir ta mère. » Gabriella marque encore un nouveau point : effectivement, sa mère lui manque. De toute sa famille à ne pas accepter ce qu’elle est, ce qu’elle fait de sa vie, c’est bien de sa mère que le rejet a été le plus violent pour elle. Parce que malgré tout, malgré qu’elle soit cette femme obéissante restant à l’ombre de son mari, elle a parfois été cette femme qui la défendait quelques fois. Celle qui s’est battue pour qu’elle puisse se consacrer à sa passion pour la course. Celle aussi qui passait autant de temps à la border le soir qu’elle ne le faisait avec sa sœur quand son père ne lui déposait qu’un baiser sur la tempe expéditif avant de se ruer dans la chambre de l’aînée. Sa mère, c’est celle à qui elle continue à donner des excuses là où elle a abandonné depuis longtemps pour les deux autres. « Très bien, t’as gagné. Je vais y aller. » Sourire immense de la part de Grabriella… Et nouveau haussement de sourcils pour Lucy.

Cependant, une heure plus tard, c’est effectivement devant la porte des Uccello que Lucy se trouve. Soudainement stressée, l’Italienne se met à tirer nerveusement sur les manches de sa veste en cuir. Un instant, elle commence à faire demi-tour avant de se raviser, s’insultant intérieurement de faire preuve si facilement de lâcheté. Le fait est que, bien qu’elle dise le contraire, les remontrances de son père continue toujours à lui faire de la peine malgré les années qui passent. * Ding Dong * Il lui faut attendre quelques minutes supplémentaires pour que Lucy soit face à un visage familier. Mais ce visage se décompose, tout autant que le sien à sa vue. Parce que ce visage, c’est celui de sa sœur Cécilia. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Les doigts de Lucy se tendent automatiquement au ton condescendant qu’emploie sa sœur, sans même la saluer. A vrai dire, après le coup qu’elle lui a fait, il ne fallait pas vraiment qu’elle s’attende à autre chose de sa part.   « Je suis venue voir Papa et Maman. Toi ? » La même chose, certainement. « J’ai organisé un dîner avec Papa, Maman et Stefan. Pour l’organisation du mariage. » Lucy ne parviens pas à cacher sa surprise sur l’instant, ainsi qu’une pointe de déception. L’organisation du mariage, c’est quelque chose qu’on fait en famille… Et surprise, elle n’a pas été invitée. « Quoi ? Tu t’attendais à ce que je te prévienne ? Pour que tu me mettes encore un lapin pour m’humilier. » Bon, celle-là elle l’a peut-être mérité, c’est vrai. Mais de là à se faire purement et simplement éjecter de l’organisation du mariage de sa sœur, c’est comme un petit coup de poignard. Leur relation a beau être compliquée, tendue, Lucy continue parfois d’y croire, de penser que ça pourrait s’arranger. A bien y réfléchir, il n’y a peut-être pas qu’à sa mère qu’elle continuer à donner des excuses. « Bon allez c’est bon Cécilia, laisses-moi passer. » Lâche finalement Lucy, agacée de la voir lui bloquer le passage comme si elle était chez elle. Elle prend donc la décision de s’imposer et passe le seuil de la porte d’entrée mais Cécilia reste sur ses talons et la devance juste avant qu’elle ne passe la porte de la salle à manger. « Regardez enfin qui se décide à donner des signes de vie. » Voilà qui est en effet des meilleurs effets pour l’accueillir. « Tu es quand même gonflé de te présenter ici sans prévenir. » Son père lui lance un regard noir alors que l’attention de Lucy se porte directement sur sa mère. Gemma l’observe quelques secondes avec surprise avant de finalement se lever et aller vers elle, lui ouvrant ses bras pour un de ses câlins dont Lucy fait semblant qu’elle a horreur mais qui ont le don de lui réchauffer le cœur. « Ma chérie. » Si elle reste un instant interdite devant son élan de tendresse, Lucy ne peut s’empêcher de poser sa tête sur son épaule, fermant les yeux tout en respirant son odeur rassurante. « Oui bon c’est bon, remettons-nous aux choses sérieuses. Lucy, je te présente d’ailleurs Stefan, bien que tu ais montré très clairement la dernière fois ton absence d’envie de le rencontrer. » Alors que sa mère lui rend sa liberté, retrouvant rapidement sa place, Lucy se tourne vers la quatrième personne de la pièce… Et marque un temps d’arrêt. « Stefan. » L’inconnu. L’inconnu du pont est le futur mari de sa sœur. C’est quoi cette blague ? Une sorte de coup monté de la part de Cecilia c’est ça ? L’idée lui traverse l’esprit mais les circonstances hasardeuses de leur rencontre, ainsi que le regard qui lui lance lui font écarter cette possibilité. « C’est marrant, mais je ne vous imaginais pas du tout comme ça. » Plutôt rigide, froid… Pas du genre à danser avec une sombre inconnue dans une boîte à une heure avancée de la nuit… Pas du genre de l’inconnu du pont, quoi. Alors, soufflée par la surprise, Lucy reste là, plantée au milieu de la salle à manger à le fixer, tentant de comprendre de quoi il en retourne… Toujours est-il que la surprise est loin d’être bonne. « Lucy, ouh ouh, tu t’assois ou quoi ? Quitte à être là, autant que tu serves à quelque chose. » La voix glaciale de sa grande sœur lui ramène à la réalité alors que Lucy se décide à bouger enfin, se dirigeant vers la seule chaise encore libre à table… Chaise qui se trouve juste à côté de Stefan, bien entendu. C’est marrant, mais elle a comme l’impression que le destin se fout de sa gueule, là, tout de suite.


Lucy & Stefan

Allez viens on s'aime, on s'en fout de leurs mots, de la bienséance. Viens on s'aime, on s'en fout de leurs idées, de ce qu'il pensent.


Dernière édition par Lucy Uccello le Mar 3 Avr - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stefan Rowe10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2319-stefan-o-i-need-you-the http://www.ciao-vecchio.com/t2616-stefan-o-run-boy-run
ID : Ealitya
Faceclaim : Theo James, ©hopeless wanderer.
Multi-comptes : Dante, Demetrio, Enzo & Erio
Messages : 155 - Points : 442

Âge : trente-quatre ans.
Métier : coach sportif. Il gagne également sa vie grâce à des combats illégaux.
Sujet: Re: La révélation I Stefan [Terminé] ( le Ven 23 Mar - 21:21 )
Repas de famille, peu habituel. Il s’agit du premier concernant l’organisation du mariage et en plus de se sentir à côté de la plaque, Stefan se sent mal à l’aise d’assister à des débats auxquels il a l’impression de ne pas avoir son avis. Cecilia prévoit tout, a des idées concernant tous les sujets et ça va de la décoration de la salle déjà choisie et réservée depuis six mois déjà, jusqu’au plan de table. Son costume qu’il aurait pu choisir est même sous la surveillance de futur Beau-Papa. Parce que Monsieur Uccello a bon goût, qu’il est raffiné et qu’il sait ce qui conviendra à sa fille. Cette dernière lui fait bien plus confiance en matière de trois pièces et il comprend pourquoi : lui n’aurait pris aucun risque, ce serait dirigé vers le plus simple, ce qui correspond à sa personnalité, quand Cecilia souhaite absolument que ce soit eux, les plus beaux, à tel point que ça en devient une obsession et elle semble comprise par ses deux parents ici présents. Probablement ne se sent-il pas assez concerné… Tout ça lui échappe tellement. Il se revoit installé à cette table au restaurant, dans ce pays étranger, au milieu de personnes ne parlant pas un mot de sa langue, quand elle lui a fait sa demande. Si au début, il a préféré lui faire savoir qu’il réfléchirait, il a très vite accepté suite à sa belle déclaration d’amour. A l’instant, Stefan se demande dans quoi il s’est embarqué. Il adore la vie avec elle, même si Cecilia est parfois chiante et qu’ils se disputent souvent à cause de leur caractère opposé, mais quand elle se trouve en compagnie de ses amis, ses proches, sa famille, tout ce qu’il déteste chez elle est mis en avant fois mille auprès de son père avec qui il a du mal à accrocher. Le fait de ne pas en avoir eu un correct dans son enfance et de faire face à un autre qui est à l’extrême de ce qu’il pense être un bon père ; celui de Cecilia lui accepte tout, dit Amen à tout ce qu’elle dit et va jusqu’à prendre sa défense devant une maman qui essaie de donner son avis et qui ne trouve personne pour la défendre lorsque son avis contraire diverge du leur. C’est fou ce que l’ambiance peut être pesante. Et dire que c’est une première… « Maman, tu as encore le numéro de téléphone de l’ami de Luciana ? Il faut qu’on l’invite. » Ce n’est pas une proposition, c’est un souhait, un désir, un ordre. « Il sera là, à ses côtés. » Et elle écrit son prénom à la table de sa sœur qui ne sera pas dans celle d’honneur. C’est ce qui le choque le plus. « Tu ne la place pas à côté de nous ? C’est ta sœur. » Et elle mériterait d’être proche d’eux. D’un air amusé, Cecilia secoue la tête. « Tu ne connais pas Luciana. C’est une plaie lors de nos repas et elle plombera l’ambiance à notre table si on la met à nos côtés. Elle trouve toujours de quoi critiquer, n’est pas la plus enjouée et on a besoin de gens souriants, qui puissent mettre l’ambiance, tu comprends ? » Reposant son attention sur la feuille, elle affiche un petit sourire. « Et puis, ça ne lui fera pas de mal de se retrouver en compagnie d’un bel homme, avec qui le courant passait bien. » Monsieur Uccello acquiesce d’un signe de tête, tandis que Madame se pince les lèvres, signe qu’elle désapprouve cette idée. « Tu es sûre de toi ? Parce qu’à mon avis, ça lui ferait bien plus plaisir d’être à notre table. Elle est de la famille, après tout, on ne peut pas l’envoyer ailleurs. Ca n’a aucun sens. » insiste-t-il, alors qu’il échange un regard avec sa future belle-mère, dont les traits s’adoucissent. Les siens sont plus sévères cette fois-ci, parce que sa fiancée ne semble pas vouloir lâcher le morceau. « Non, Stefan. Luciana va tout ficher en l’air. Elle est empotée, en plus d’être anarchique. Je ne veux pas qu’elle nous fasse honte. » dit-elle, fermement. Et alors qu’il s’apprête à rebondir encore un peu, se souvenant d’une jeune fille loin d’être tout ce qu’elle définit, la sonnerie retentit. Cecilia y voit comme un moyen de s’effacer quelques secondes, faire retomber la tension et lui, un moyen d’argumenter auprès de Monsieur Uccello, convaincu que son avis sera très important pour sa fille. « Vous n’avez qu’à la placer à mes côtés. Je n’ai aucune famille à inviter et elle aura bien plus sa place qu’à une autre table. Je ne cautionne absolument pas qu’elle soit placée à un autre endroit. » « Ma fille a raison, Stefan. Luciana n’est pas de très bonne compagnie. » Il n’en revient pas de ce qu’il entend. La personne qu’il a rencontrée est loin de ce qu’ils mettent en avant. Il a apprécié leur rencontre hasardeuse. Et en parlant du loup, la principale concernée pénètre dans la pièce. La bouche entrouverte, les sourcils froncés, la surprise se lisant sur son visage, Stefan sent son cœur rater un battement. Il n’est pas étonné de qui se trouve derrière ce prénom, mais s’attendait à une nouvelle rencontre, loin de ce repas familial. Il pensait même qu’elle n’allait pas venir, Cecilia ayant bien affirmé qu’elle n’était pas invitée et si, sur le moment, il a trouvé ça gonflé, en y réfléchissant bien, ne pas croiser Lucy l’arrangeait bien. Mais tout s’écroule au moment où elle s’éloigne de sa maman pour poser une attention toute particulière sur lui. Lui, l’inconnu du pont. « Lucy. » dit-il, en réponse. « Je suis curieux de savoir comment tu m’imaginais. » Et il se sent terriblement gêné par les tensions qu’il ressent à sa froideur, aussi lorsqu’elle s’installe à ses côtés. Stefan tourne la tête en sa direction, aimerait lui souffler quelques mots, une explication, mais doute d’en avoir le temps. « Il faudrait qu’on se parle. » murmure-t-il, alors qu’il est immédiatement rejoint par Cecilia à qui sa remarque n’a pas échappé. « Oui, il faudrait. Stefan a accepté de venir, spécialement pour toi. Tu te rends compte ? Et toi, tu lui poses un lapin ! Imagine ce qu’il a pu penser en ne te voyant pas, la dernière fois ! Tu es vraiment ingrate. » lâche-t-elle, furieusement. Elle parle pour lui, encore une fois. « Ta sœur a raison. Tu ne viens pas lors du rendez-vous et tu oses venir à un dîner auquel tu n’es pas conviée ? Mais qu’est-ce que j’ai fait pour avoir une fille comme toi, bon Dieu ! » Dingue. Stefan trouve ça… dingue.
Revenir en haut Aller en bas
Lucy Uccello10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2320-lucy-i-they-say-before- http://www.ciao-vecchio.com/t2611-lucy-i-you-know-that-i-could-use-somebody
ID : Mary
Faceclaim : Shailene Woodley + ©Hopeless wanderer (avatar),beylin (code signature), tumblr (gif)
Multi-comptes : Lana la fleur bleue
Messages : 141 - Points : 323

Âge : 29 ans
Métier : Actuellement sans emploi
Sujet: Re: La révélation I Stefan [Terminé] ( le Dim 25 Mar - 0:09 )
Lucy n’en revient pas. Ce qui s’annonçait simplement comme une visite cordiale à ses parents est en train de se transformer en vrai vaudeville par la présence de cet homme qui n’est autre que le fiancé de sa sœur. La supercherie révélée devant ses yeux, l’Italienne ne peut s’empêcher de se sentir automatiquement stupide, d’avoir fait confiance à un inconnu. A lui. Cet homme qu’elle a décidé d’haïr par principe, agacée par les beaux discours au téléphone de sa grande sœur. Et elle hait, véritablement, à cet instant précis, alors qu’elle s’adresse à lui avec un ton bien éloigné de celui avec lequel ils s’étaient quittés, quelques jours auparavant. « Et bien, Cecilia m’avait dit que vous étiez charmant. Alors forcément, je suis surprise. » Pas question de lui laisser passer quoi que ce soit après le coup qu’il lui a fait. Savait-il au moins qui elle était dès la première seconde où il l’a vu ? Le côté spécial de leur rencontre, ce moment qu’elle avait aimé partager contre toute attente, tout est en train de s’envoler en fumée. Même le peu de confidences qu’elle a pu lui faire, ce qu’elle a évoqué sur Cat’ à demi-mots… Lucy se sent bête. Pour tout ça, elle est bien décidée à lui en faire baver mais sa grande sœur, elle, ne l’entend pas de cette oreille. « Enfin Lucy ! C’est quoi ces manières. Excuse-toi, excuse-toi sur le champ. » Le regard que lance Lucy à Cécilia alors qu’elle prend place à table veut tout dire : elle ne cèdera pas à ses exigences. Elle n’est pas son père qui dit amen à tout, pas non plus sa mère qui s’efface en silence… Et elle ne s’excusera pas. « Je… » n’ai absolument rien à te dire voilà ce qu’elle aurait aimé répondre à l’inconnu Stefan mais Cécilia l’en empêche, tentant de trouver une autre approche qui n’en est pas pour le moins brusque. « Ingrate, effectivement. Terriblement ingrate. » Le ton qu’elle emploie en réponse à sa sœur ne prend même pas la peine de cacher l’ironie dont Lucy souhaite faire preuve. Cécilia souffle, semble vouloir recommencer à pester mais c’est son père qui prend finalement le relais, ces deux-là faisant preuve d’une complémentarité parfaite. Et si elle tente de ne rien montrer, la main de Lucy qui se crispe sur sa cuisse trahit l’affliction que lui créé de tels mots de la part de celui qui l’a élevé. Ce qu’il a fait pour avoir une fille pareille ? Que veut-il dire par là ? Une fille qui ne partage pas sa foi, qui ne s’habille pas de manière féminine, qui ne rentre pas dans la norme dans son orientation sexuelle… Une fille qui n’est pas comme sa grande sœur peut l’être, parfaite en tout point de vue à ses yeux. Oui, qu’a-t-il pu bien faire pour mériter une chose pareille, hein ? « Je ne savais même pas que vous organisiez un dîner vu que je n’ai justement pas été conviée ! Je venais vous voir, simplement. » Parce que la famille, on est censé s’y accrocher non ? Même si les temps sont parfois durs, même si les tensions sont présentes, ça reste la famille. Et puis Lucy s’est toujours dit que, peut-être qu’un jour, elle y aura droit à sa famille aimante, celle qu’elle a vu mille et une fois autour d’elle. Celle qu’avait Cat’ mais qui ne l’a pas empêché de se détruire pour autant. Peut-être qu’en étant comme ça avec elle, son père ne cherche qu’à l’endurcir, finalement. « Ca nous fait une belle jambe, que tu ais eu envie de nous voir subitement, tiens. » Ces mots la heurtent une nouvelle fois comme un coup de poignard. Mais alors que Lucy s’apprête de nouveau à intervenir, sa mère décide de prendre la parole. « Bon on se calme tous les deux et on en revient au sujet principal : le mariage de notre petite Cécilia. » Bien entendu. La conversation ne pouvait pas rester fixé plus de deux minutes sur une autre personne que sur sa sœur chérie. Cette intervention, Lucy la voit uniquement du mauvais côté et peine à voir que sa mère tente aussi de la sauver d’une conversation qui s’annonçait difficile. « J’allais justement dire à ta sœur que tu ferais une formidable demoiselle d’honneur. » Silence dans la tablée. Lucy est bouche bée devant l’intervention de sa mère et son regard se porte sur Cécilia qui se met à rougir… De colère ou d’embarras ? C’est compliqué à dire. « Et bien… » L’idée l’ennuie, très clairement. Alors Cécilia tente une façon de se dédouaner. « Je ne suis pas sûre que ça te convienne Lucy. Déjà, il faudrait que tu t’habilles autrement que… et bien comme ça. » Cécilia la désigne toute entière avec ses mains. Lucy porte un regard un instant sur sa tenue qui, il est vrai, dénote du chic dont fait preuve sa sœur : basket, jean, veste en cuir. Tout dans le confortable et la simplicité. « Pas de problème. Je pourrais faire l’effort de porter une robe. » Et ça lui coûtera, vraiment. Mais c’est le mariage de sa sœur. Quand bien même elle peut se montrer puérile, comme lorsqu’elle ne s’est pas pointée à ce dîner qu’elle a organisé, Lucy ne prendrait jamais le risque de gâcher un moment si important. Elle a envie de faire partie de ce moment, de faire partie de cette famille. De se sentir légitime. « Enfin, c’est compliqué Lucy ! Tu n’es pas fiable, regardes comment tu n’es pas venu à ce dîner ! Stefan et moi étions extrêmement en colère, tu sais ! » Son regard se pose alors sur Stefan, qu’elle a un instant presque oublié… Mais plus pour très longtemps. « Ah oui, Stefan ? J’ai vraiment gâché votre soirée ce soir-là, hein ? » La soirée, Lucy sait exactement comment elle s’est passée… Et malgré sa colère envers lui, elle peut affirmer qu’elle avait été loin d’être mauvaise.


Lucy & Stefan

Allez viens on s'aime, on s'en fout de leurs mots, de la bienséance. Viens on s'aime, on s'en fout de leurs idées, de ce qu'il pensent.
Revenir en haut Aller en bas
Stefan Rowe10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2319-stefan-o-i-need-you-the http://www.ciao-vecchio.com/t2616-stefan-o-run-boy-run
ID : Ealitya
Faceclaim : Theo James, ©hopeless wanderer.
Multi-comptes : Dante, Demetrio, Enzo & Erio
Messages : 155 - Points : 442

Âge : trente-quatre ans.
Métier : coach sportif. Il gagne également sa vie grâce à des combats illégaux.
Sujet: Re: La révélation I Stefan [Terminé] ( le Dim 25 Mar - 1:23 )
C’est mérité. Cette remarque, il la prend comme une idée de ce qu’elle peut ressentir pour lui : de la colère, de la rancune suite à une rencontre qui peut sonner comme une trahison à présent que son identité est dévoilée. Stefan peut comprendre… Mais il l’a tout de même mauvaise. Le fait est que ça s’était réellement bien passé, qu’il y a eu un feeling, une attraction et que tout était bien réel. Il n’a pas joué un rôle, s’est montré tel qu’il est, a été lui-même du début à la fin et il aimerait qu’elle s’en rende compte d’elle-même, mais pour ça, il faudrait que Lucy lui laisse une chance et veuille bien apprendre à le connaître. Ce qui n’est pas gagné. Et il ne peut même pas rattraper le coup, puisqu’il n’a aucun moyen de se dédouaner de ce repas familial, d’embarquer Lucy avec lui, sans que ça paraisse suspect. Les bras croisés, Stefan assiste à ce combat de coqs. Ca va même au-delà. C’est une guerre contre la jeune fille qui a simplement souhaité participer au rassemblement de la semaine. Il a conscience que ce n’est sans doute pas agréable pour Monsieur Uccello de ne pas voir sa fille aussi souvent qu’il voit Cecilia ces derniers temps, que ça doit probablement le frustrer, mais où va-t-on là ? Ils sont tous en train de s’acharner sur elle. L’unique personne qui a encore un peu de bon sens, est cette femme un peu trop discrète à son goût, qui n’ose pas toujours prendre la parole, et qui tente désespérément de calmer les choses en amenant un autre sujet sur le tapis : la raison pour laquelle ils sont là ce soir, le mariage. C’est avec un sourire en coin et d’un signe de la tête qu’il la remercie de défendre la place de Lucy. Demoiselle d’honneur… Ce n’est pas Cecilia qui aurait proposé une pareille chose. Sa tenue semble ne pas la convaincre. Aussitôt, il pose son attention sur elle, observe ce qu’elle porte. Cette tenue décontractée qui ne le choque pas, lui, mais qui dénote avec les choix de Cecilia qui voyait les choses autrement. Elle avait prévu les mêmes robes pour toutes ses demoiselles d’honneur, afin qu’elles soient légèrement en retrait, qu’elles soient mises en valeur, mais qu’elles ne soient pas plus belles que la mariée. Et alors qu’elle essaie de trouver des excuses pour convaincre Lucy de ne pas accepter, de se contenter d’être une simple invitée, voilà que sa fiancée parle pour lui, le mettant dans une situation qu’il n’aime pas. Parce que ce jour-là, il n’avait pas été énervé, mais soulagé de ne pas être confronté à elle, avant de la rencontrer par le hasard des choses et d’être surpris par le petit aperçu que lui offrait sa sœur, loin de la personnalité qu’on lui avait dépeint. Posant son attention sur celle qui l’interroge, Stefan cherche comment répondre à cette question, sans semer encore plus la zizanie. Il se rappelle de cette fille du pont, un peu paumée, bien alcoolisée, qui lui a finalement fait passer une bonne soirée. Cette soirée est encore fraîche. Il s’en rappelle, sent encore ses doigts sur sa nuque, venant effleurer son tatouage, puis cette sensation étrange sur la piste de danse. Réellement, c’était une bonne soirée. « Disons que tu as raté un bon repas. Pour la suite des événements, j’ai trouvé une autre occupation tout aussi sympathique. Et la tienne, de soirée ? » Cecilia fulmine, crispe ses doigts sur la cuisse de Stefan qui sent ses griffes. Elle aurait aimé qu’il se comporte comme un bon fiancé, à être d’accord avec ce qu’elle dit, mais elle exagère. « Il ne te connait pas, alors il ne veut pas te blesser, mais oui, il était furieux ! » « Arrête de parler pour moi. Ta mère a gentiment proposé que Lucy soit ta demoiselle d’honneur et elle semble vouloir faire un effort pour correspondre à tes attentes, quant à sa tenue. Je pense qu’il n’y a plus de discussion à avoir. » Sans même attendre qu’elle donne son avis, Stefan attrape les photographies des robes de demoiselles d’honneur, d’un rose bonbon avec un liseré blanc et les place en face de Lucy. « Elles sont laides, mais Cecilia a insisté. » « Elles sont très bien ces robes ! » s’offusque-t-elle. « Lucy est trop grosse, elle ne rentrera dans aucune d’entre elles et faire des retouches, à six mois du mariage… » Stefan pose sa main sur son visage, agacé. « Mais prends ma défense Papa ! Tu sais que j’ai raison. »
Revenir en haut Aller en bas
Lucy Uccello10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2320-lucy-i-they-say-before- http://www.ciao-vecchio.com/t2611-lucy-i-you-know-that-i-could-use-somebody
ID : Mary
Faceclaim : Shailene Woodley + ©Hopeless wanderer (avatar),beylin (code signature), tumblr (gif)
Multi-comptes : Lana la fleur bleue
Messages : 141 - Points : 323

Âge : 29 ans
Métier : Actuellement sans emploi
Sujet: Re: La révélation I Stefan [Terminé] ( le Dim 25 Mar - 22:29 )
Une occupation sympathique ? C’est donc comme ça qu’il décrirait leur soirée passée ensemble ? Si Lucy n’était pas si en colère contre lui, sans doute qu’elle sourirait à la remarque de son beau-frère. Au lieu de quoi, elle garde cet air froid et réservé, dont on ne peut laisser transparaître aucune émotion. « Une soirée pleine de promesses, pour ma part, mais je doute qu’elle puisse se réaliser. » Car plus rien ne sera jamais comme avant, entre eux, maintenant qu’elle est au courant du lien qui les unit. Cécilia et Lucy, cela reste une histoire très compliquée et la jeune femme ne se voit pas devenir proche d’un homme aussi proche de sa grande sœur. Qui lui dit que ce qu’elle serait amenée à lui confier ne serait pas répéter ? Pourtant, il semble clair que Stefan a passé sous silence leur rencontre de l’autre nuit et c’est un premier bon point pour lui. Aussi le fait qu’il semble la défendre, contre toute attente, et plaide en sa faveur quant à sa place de demoiselle d’honneur. Mais ça ne suffit pas, malheureusement. Ca ne suffira jamais. « Allez, Cécilia, puisque tu y tiens temps je m’excuse pour l’autre soir, d’accord ? Laisse-moi une chance. » Stefan parvient à lui arracher un sourire en lui montrant ce que sera peut-être sa future tenue. Si elle pouvait être honnête, elle confierait sans mal être d’accord avec lui : effectivement, ces robes sont laides. Elle reconnaît bien là une stratégie habile de la part de sa grande sœur pour être la reine incontestée de son mariage. Et qui pourrait l’en blâmer, après tout ? Cécilia a raison pour une fois : c’est son jour. Alors Lucy est prête à porter cette robe d’un rose douteux si ça peut lui faire plaisir. Mais sa sœur fait de la résistance. Et bien entendu, son père vole à sa rescousse à la minute même où cette dernière lui demande de le faire. « Excuses-moi de te le dire mais ta sœur a raison, Lucy. Depuis que tu as arrêté la course… » Et voilà que ça recommence. Ca faisait longtemps que Lucy n’avait pas entendu de remontrances sur sa décision d’arrêter la course… Ou pas, en fait. La dernière en date ne remonte pas à plus d’une semaine. « Je ferais autre chose. Une autre forme de sport, s’il le faut. » Non pas qu’elle se sente pourtant particulièrement grosse. Lucy jette cependant un nouveau coup d’œil à sa silhouette, en proie aux doutes devant les attaques de deux de ses proches. Elle souhaiterait pourtant faire en sorte que cela ne la touche pas, mais, malgré tout ses efforts, ils y arrivent toujours. « Ecoutes Cécilia. Je ne peux pas mieux te promettre. Je me suis excusée, je ferais du sport. Je ferais des efforts. C’est oui ou c’est non ? » Il est vrai que participer au mariage de sa sœur lui tient à cœur mais Lucy a aussi ses limites. Agacée, la jeune femme soupire avant de voir sa sœur hésiter avant de jeter un coup d’œil à Stefan, dont le regard semble la convaincre de faire quelque chose. « Bon c’est d’accord. » Et autant dire que Lucy a l’impression que ça lui arrache la langue de le dire mais elle prend ce qu’on lui donne. Mais très vite, la Cécilia habituelle reprend du service. « En plus tu vas être contente, j’ai invitée Tom au mariage. Je l’ai placé juste à côté de toi. » L’Italienne hausse les sourcils un instant, tentant de voir où elle veut en venir. Tom… LE Tom ? Son ami d’enfance qui avait failli se noyer devant elle et qui avait été son premier « amoureux ». LE Tom dont Cécilia ne faisait que se moquer pendant son enfance parce qu’il avait un peu d’embonpoint ? Ce Tom-là ? « Qui sait, peut-être qu’en le revoyant et en discutant avec lui, de vieilles flammes renaîtront. » Ah voilà. Elle comprend mieux où elle veut en venir. « Cécilia, s’il te plaît, ne commences pas. » Lucy a eu son lot de bonnes leçons pour la journée. Ne pourrait-il pas tous la laisser tranquille et en revenir à l’organisation de ce fichu mariage ? Quoi que c’est ce qu’ils sont en train de faire, si on y réfléchit bien. Mais toujours de manière à la faire se sentir mal à l’aise. « Quoi ? Il va bien falloir que tu arrêtes de rester bloquée sur cette… » Le regard de Lucy se durcit alors qu’elle décide de lui couper la parole. « Cécilia. Non. » Sa voix est ferme, dure mais elle n’empêche pas sa grande sœur de continuer dans sa lancée. « Droguée. C’est ce qu’elle était ta copine, désolée Lucy. Une droguée en plus d’être une dégénérée. » Lucy se rappelle avoir dit vouloir faire des efforts mais comment faire alors qu’on attaque Cat’ devant ses propres yeux ? Cécilia parle sans savoir, n’ayant même pas voulu la rencontrer une seule fois pendant les nombreuses années où elle a été avec sa sœur. Prête à bondir malgré son envie d’arranger les choses, Lucy espère en silence que quelqu’un la retienne parce que sinon ce dîner s’annonce comme un véritable carnage. Elle est prête à sortir les griffes. « Vous savez quoi, en fait, je viens de me rappeler que j’ai un rendez-vous. Je vous laisse. » Elle ne sait même pas comment elle trouve pourtant la force de se taire et de ne pas faire de vagues. N'attendant pas une énième remarque de sa soeur ou de son père, Lucy se lève et file vers la sortie en claquant la porte avec fracas. Trop c'est trop.

Sujet terminé.


Lucy & Stefan

Allez viens on s'aime, on s'en fout de leurs mots, de la bienséance. Viens on s'aime, on s'en fout de leurs idées, de ce qu'il pensent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: La révélation I Stefan [Terminé] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- La révélation I Stefan [Terminé] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences