Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana © Schizophrenic...(vava) / Tobias (crackships)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Luna Primavera
Messages : 2347 - Points : 3694

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Sam 24 Mar 2018 - 16:50 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


Le temps c’est comme enveloppé de douleur et de doute. Safiya ne sait plus trop où se trouve sa place dans la vie de Tobias. En a-t-elle une ? Depuis qu’il lui a dit être le père de l’enfant que porte Angèle. La belle ne sait plus. Pourtant ses sentiments sont toujours là, ils se font même plus puissants chaque jour. La laissant démunie et complètement perdue. La soirée qu’elle avait vu délicieuse avait viré au cauchemar. Et depuis ce jour elle ne savait que penser. Partir loin de son ami aurait surement été la meilleure des solutions, pourtant l’égyptienne ne peut s’y résoudre. Elle sait qu’il a besoin d'elle. Comme elle a besoin de lui. Alors elle est restée. Cachant de son mieux cette souffrance qui la ronge comme de l’acide. Cachant de son mieux son désir, ses envies, son amour. Sans trop savoir dans quel gouffre toutes les émotions la mèneront. De toute façon cela ne pourra jamais être pire que ce qu’elle a vécu, enduré et partagé avec Tobias. Un prénom qui résonne en boucle dans sa tête. Un regard. Un sourire. Qui envoute chaque parcelle de son être. Et qui fait accélérer son cœur quand il s’approche. Quand ses lèvres frôlent ses joues. Quand ses bras l’entourent pour la réconforter de ses mauvais rêves. Non elle ne peut pas fuir. Mais elle ne peut céder à cet appel du désir. Alors elle se glisse dans tout ce qu’elle éprouve. Avec l’espoir de voir un jour le bout du tunnel et pouvoir vivre à nouveau sans avoir la peur au ventre.

Et les jours s’écoulent comme des grains de sable entrent ses doigts. Douce caresse du temps qui passe sans lui apporter de solution.

Et puis il y a ce sourire sur ses lèvres si charmant et envoutant. Et la flamme dans son regard que le plaisir d’être ensemble rend plus brillante. Il y a longtemps que Safiya n’avait pas vu une telle envie de vivre sur le visage de Tobias. Deux billets pour l’Égypte secoués sous son nez. Et un flot de parole pour lui dire qu’il l’emmenait en voyage au Caire plus précisément. Une conférence. Mais Safiya s’en moque cela pourrait être même pour donner son sang ou ses larmes ou son souffle. Elle s’en fout. Ils vont partir en Égypte tous les deux. Sur cette terre où elle a vu le jour. Sur cette terre où leur amitié est née et a pris racines au travers de leur rire et de leur joie. C'est tout ce qu'elle retient. Retrouver le bonheur envolé. Le plaisir d’être seul au monde. Juste elle et lui. Juste lui et elle. Comment résister à pareille invitation. Effacer d’un coup la douleur collée par la grossesse d’Angèle. Tobias va être à Safiya. Le temps peut s’arrêter. Le monde peut s’écrouler. Elle est juste heureuse. Même si au fond d’elle, elle se dit que cela pourrait être l’occasion de rentrer chez elle. Et de laisser Tobias reprendre sa vie à Naples. Sans l’ombre de son passé pendu à ses basques. « Merci. Cela va nous faire du bien. » Et l’Égypte lui manque tellement. Ce voyage va être bénéfique. Et c’est tout ce que ce dit la belle à cet instant.

Et les jours passent approchant le moment du départ rapidement. Leurs regards se gorgent d’une nouvelle flamme. Et leurs sourires se font plus francs.

Les bagages. Le vol. Et les voilà en terre d’Égypte. Safiya retrouve les résonances de son accent. Elle les avait oublié au milieu du chant de l’accent italien. Cela lui fait de bien. Première approche du bonheur. Et les odeurs, la chaleur, les couleurs. Tout vient bercer son être dans une caresse exquise. « Cela fait tellement du bien de retrouver tout ce qui m'a porté depuis tant d’année. » Elle se sent vivre et cet instant de vie elle le partage avec Tobias. L’homme qui compte le plus à ses yeux. Celui qui a marqué son cœur de sa douceur, de ses attentions, de son courage, de sa bonté, de son amour. Et qu’importent les attaches au-delà des frontières. Qu’importe si ce moment ne dure indéfiniment. Ils sont là tous les deux comme deux gamins avides de liberté. D’interdit si souvent désiré que respirer devient presque pénible. Mais là tout s’efface pour laisser place à une nouvelle histoire. Comme si durant ce séjour ils allaient écrire une histoire qu’à eux. Un livre où seules leurs faiblesses, leurs forces et leurs désirs nourriront les pages. « Tu ne peux pas savoir comme je suis heureuse. Être en Égypte avec toi. C’est tellement merveilleux. » Elle pose son regard sur lui. Un regard troublé. Peut être même plus amoureux que jamais. Elle laisse ses lèvres effleurer sa joue. « Merci Tobias. J’avais besoin de cette parenthèse juste avec toi. »

Besoin de cet instant volé au temps ou leur vie risque de prendre un chemin dérobé. Un chemin avec des saveurs nouvelles jamais explorées et pourtant si souvent désirées.

AVENGEDINCHAINS




" Je vais t'aimer. Comme on ne t'a jamais aimée. Plus loin que tes rêves ont imaginé. Comme personne n'a osé t'aimer. Comme j'aurai tellement aimé être aimé. Je vais t'aimer. " M. Sardou
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Oph
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 472 - Points : 1351

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Lun 2 Avr 2018 - 18:48 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


Tobias avait fait la connerie de laisser parler son cœur. Il était difficile de ne pas être un salopard : mais il se l’interdisait. Il ne voulait pas faire partie du club des connards de service. Il en était hors de questions. Son père ne l’avait pas élevé ainsi et il avait peur que ce dernier le juge de là où il était maintenant qu’il était mort. Si un jour il devait le revoir : l’Historien voulait pouvoir serrer la main de ce grand homme sans sourciller, sans se sentir honteux de ses actions. C’est pour ça que quoiqu’il arrive : il sera un adulte responsable et prendra soin d’Angèle ainsi que de leur enfant. Enfin… S’il le pouvait. Gianluca laisserait-elle sa femme partir dans les bras d’un autre ? Allait-il abattre son courroux sur elle ? L’idée qu’elle perde le bébé à cause de cette enflure lui faisait peur. C’est maintenant le corps sans vie de la belle blonde avec leur enfant dans ses bras qui le hantait avant que la scène ne change pour montrer le corps de Safy éventrée. Le schéma de ses mauvais rêves était toujours le même et il ne savait pas comment les interpréter. Il faut dire que son cœur n’était pas en reste et il n’était pas en paix avec lui-même. Les moments passés avec la belle Egyptienne ébranlaient tout chez lui. S’il l’avait toujours apprécié : la chaleur et l’affection qu’il ressentait pour elle étaient différentes maintenant. Ces deux yeux couleurs onyx faisait chavirer son cœur, son sourire lui donnait envie de rire, sa respiration douce et régulière quand elle dormait lui donnait envie de la serrer contre elle. Il avait l’impression de se réveiller d’un long sommeil et prenait conscience de ce qui l’entourait. Etait-ce parce qu’il allait mieux ? Que les petites choses de la vie étaient plus évidentes maintenant qu’il avait la sensation qu’un voile s’était levé ?
C’est peut-être pour célébrer ce nouveau départ, ce nouveau chapitre de leur relation qu’il s’est jetée sur l’occasion de l’emmener en voyage. Et pas n’importe où dans son pays natal. Cette terre qui lui était si chère et qui a vu leur amitié naître sous un soleil ardent. Tobias se souvenait du premier jour où il a croisé son regard enivrant. Lui, l’Anglais à la peau pâle et au corps frêle qui savait parler arabe mais pas aussi bien qu’un natif ; elle la jeune Egyptienne au regard pétillant et à la curiosité sans fin. Pour sûre qu’ils faisaient la paire et tous ceux qui les ont côtoyés par la suite n’arrêteraient pas de souligner cette évidence. Quelque chose que Toby ne faisait que remarquer à son plus grand malheur. Ce voyage était un grand pas en avant. Il n’était pas retourné dans un pays du Moyen-Orient depuis sa libération. Son psychologue lui avait conseillé de faire cela il y a longtemps mais il n’avait jamais osé. Aujourd’hui, cela était chose faite

Après avoir envoyé un message à Angèle pour la prévenir qu’il ne serait pas à Naples pendant quelques jours, il embarqua en compagnie de Safiya. À peine arriver qu’un flot de souvenirs l’assaillit. Bon sang… Ce que cela était enivrant d’entendre parler autour de lui une langue étrangère. Son arabe n’était plus aussi bon, mais il comptait bien retrouver rapidement ses mots pour ne pas perdre la face. Naturellement, il savait que son amie ne le laisserait pas tout seul et puis ils allaient retrouver des gens qu’ils connaissaient.

« Je savais que cela te ferait plaisir. » Tobias souriait franchement, il lui avait parlé en arabe pour se réhabituer tout de suite à utiliser cette langue. Il glissa sa main dans le bas de son dos : « Tout le plaisir est pour moi. » Il rougit au baiser et en soulignant le fait qu’elle avait besoin de cette parenthèse. « Moi aussi. » Souffla-t-il pour toute réponse. Pourquoi le nier ?

Il porta sa valise et celle de Safiya et sortit de l’aéroport. Avec une pancarte attendait Sheihab. Un archéologue du musée du Caire avec qu’ils correspondaient tous les jours. Après de longues embrassades chaleureuses, il les emmena jusqu’à sa voiture puis à l’hôtel. Rattrapant le temps perdu, parlant de tout et de rien, le trajet se fit dans la joie et la bonne humeur : teintée de rire et de ‘tu te souviens ?’. De quoi mettre sous de bons augures la suite de leur périple. Arriver à l’hôtel, Tobias alla chercher leurs clés de chambre et remarqua amusé qu’en vue des chiffres ils allaient être soient l’une à côté de l’autre ; soient l’une en face de l’autre. Il tendit une des deux cartes à Safiya :

« On a le temps d’aller se débarbouiller avant de rencontrer le directeur selon Sheihab, il revient nous chercher dans deux heures. On pose nos bagages et on se retrouve au restaurant/bar pour manger quelque chose ou tu veux commander dans la chambre ? » Il se rendit compte alors que cela pouvait être mal pris alors il se rattrapa dans un sourire : « Après si tu es fatiguée, on peut juste se retrouver plus tard. Mais tu devrais au moins commander des dattes : elles sont bien meilleures ici qu’en Italie ! »


AVENGEDINCHAINS


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana © Schizophrenic...(vava) / Tobias (crackships)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Luna Primavera
Messages : 2347 - Points : 3694

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Dim 8 Avr 2018 - 15:21 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


Safiya est heureuse à l’idée de partir avec Tobias en Egypte. Son pays. Ses racines. Le ciment de leur amitié. L’endroit qui l’a vu naitre. Elle est certaine que cela va leur faire un bien fou. C’est le meilleur endroit pour sentir à nouveau la vie couler sans heurt dans leurs veines. Mais en même temps elle angoisse. Depuis qu’elle sait pour la grossesse d’Angèle elle est perdue. Déchirée par des sentiments qu’elle refuse de ressentir envers son ami. Et qui n’ont fait que grandir durant cette année au prés de lui. Pourtant elle a tout fait pour les garder en cage. Elle l’amoureuse de liberté. Se disant qu’il n’y avait rien de plus logique que d’éprouve ce genre de sentiment pour celui qui a partagé le même enfer qu’elle. L’égyptienne ce refuse même de mettre un mot sur ce ressenti puissant et vorace. Pourtant ils ont échangé des "je t’aime". Mais avaient-ils cette importance là ? Elle ne sait pas. Elle ne sait plus. Elle se sent juste troublée quand leurs chairs se frôlent. Quand leurs lèvres sont proches. Et que leurs souffles se lient dans des paroles prononcées joue contre joue. Elle ne sait plus quel chemin est en train d’emprunter leur amitié. Pourtant au fond d’elle cette idée d’être seule avec Tobias, et en plus sur sa terre natale, la rend heureuse comme jamais. Elle a besoin de se retrouver avec lui, dans des senteurs, des couleurs, des émotions qui leurs sont familières. Ils en ont besoin tous les deux. Cette situation aidera peut être à finir de cicatriser les plaies encore ouvertes et encore bien douloureuses. Peut être ce sera le moyen de dire au revoir à un passé trop pesant. Et de pouvoir enfin avancer sans avoir peur de se retourner. Ou alors elle reviendra de ce voyage plus tiraillée que jamais, ne sachant plus vraiment où se situer dans la vie de Tobias. Mais si elle n’y va pas, elle ne saura jamais. C’est peut être prendre le risque de tout perdre. De le perdre. Mais c’est aussi peut être sa porte de sortie vers une vie sans souffrance.

Alors même si le bonheur tambourine dans son cœur, une part d’angoisse s’y glisse aussi.

Et le jour tant attendu arrive enfin. Comme un cadeau, l’Égypte vient offrir à Safiya la dose d’oxygène dont elle avait besoin. A peine le pied posé à terre, tout revient titiller son esprit. La caressant comme une brise légère. Un bonheur pur et enivrant qui rend sa voix chantante alors qu’elle retrouve les tonalités de sa langue natale. Le sourire de Tobias est sincère, et aussi plein de bonheur que le sien. Lui aussi reprend le pli de parler dans la langue du pays. Un lien de plus dans leur amitié sans frontière. Le plaisir est là, présent secouant tout le corps de Safiya comme un vague qui se meurt sur une plage. Mais elle aime cette sensation qui enveloppe son être tout entier. En plus elle partage ce bonheur avec l’homme le plus important dans sa vie après son père. Elle sent la main de Tobias se glisser dans son dos, elle frissonne légèrement. Avant de le taquiner d’un baiser. Lui aussi lui avoue qu’il avait besoin de cet instant de liberté. De ce moment à eux, loin de tout, et surtout loin d’Angèle et de l’idée que Tobias allait être père. Ils sortent de l’aéroport pour rejoindre l’archéologue du musée du Caire. Tobias joue le gentleman en s’occupant des valises. Tous les trois échanges une longue accolade. Et Shelhad les emmènent à leur hôtel. Le chemin jusqu’à l’hôtel passe très vite. Il faut dire que les trois amis ne cessent de parler, évoquant leurs souvenirs. Les rires résonnent et les enivrent. Un moment de pur bonheur. Le premier mais pas le dernier. Une fois à l’hôtel Tobias récupère leurs clés et il en tend une à Safiya. « Merci. Tu as quel numéro ? » Elle ne peut s’empêcher de sourire en s’apercevant qu’ils ne seront pas loin l’un de l’autre. Elle ira surement squatter sa chambre avant de s’endormir. A part que cela ne soit son ami qui vienne squatter la sienne. Elle sourit à sa phrase et à la façon qu’il a de ce justifier sur ce qu’il a dit.

Aurait-il peur qu’elle voit dans ses propos un quiproquo ? Ou aurait-elle envie qu’il n’y en ait pas ?  

Safiya pose sa main sur celle de Tobias. « Une douche nous fera le plus grand bien en effet. Histoire d’effacer toutes ces heures de vol. Et je ne suis pas fatiguée. Et toi ? » Elle le regarde avec douceur, elle n’a pas spécialement envie de se retrouver seule, même si c’est pour à peine deux heures. Elle ne veut perdre aucune seconde de ce séjour en compagnie de Tobias. « Je n’ai pas tellement faim. Mais il est vrai que je grignoterais bien quelques dates fraiches. Mes papilles en ont terriblement envie. On pourrait les partager. Vu que nos chambres sont côte à côte. » C’est comme une invitation, elle n’a pas l’intention de se dérober. Même si au fond d’elle cela lui fait peur. L’égyptienne sait qu’elle se laissera tenter, elle a envie de succomber. Elle l’aurait déjà fait, notamment ce fameux soir ou elle a cru un instant que tout s’effondrer. Mais là il n’y a qu’eux. « Le premier qui a fini de ce doucher rejoint l’autre. Est-ce cela te va ? » Son regard se fait plus profond, alors que son cœur tremble dans sa poitrine. A part que cela ne soit son corps vu les idées qui titillent son esprit.

Elle effleure sa joue de ses lèvres avec douceur tout en laissant sa main glisser sur celle de son ami. Le trouble l’envahit.

Safiya s’éloigne de quelques pas pour rejoindre sa chambre. Elle ouvre la porte. Un dernier regard à Tobias et elle entre dans sa chambre. La chambre est belle. Grande. Bien trop pour une personne seule. Elle pose son sac sur une chaise et s’occupe de sortir des affaires pour se changer de sa valise. Puis elle file dans la salle de bain. Elle se déshabille et elle ouvre le robinet. Elle se glisse sous le jet tiède. Elle laisse l’eau détendre son corps. Cela lui fait du bien. Elle reste quelques minutes qui s’éternisent un peu. La mousse du gel douche embaume son corps d'odeur d’Orient. De quoi enivrer l’égyptienne. Puis elle sort et se glisse dans le peignoir de l’hôtel. Elle rejoint sa chambre pour choisir sa tenue. Mais on frappe à sa porte. Tobias est-il déjà prêt ? Elle hésite puis elle va ouvrir après tout il l’a vu presque nue alors il peut la voir en peignoir, le corps encore humide et les cheveux en bataille dans un chignon mal arrangé.

Elle ouvre laissant naitre un sourire des plus charmeurs sur ses lèvres. Prête à entendre que se sont toujours les femmes qui trainent le plus dans la salle de bain.


AVENGEDINCHAINS




" Je vais t'aimer. Comme on ne t'a jamais aimée. Plus loin que tes rêves ont imaginé. Comme personne n'a osé t'aimer. Comme j'aurai tellement aimé être aimé. Je vais t'aimer. " M. Sardou
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Oph
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 472 - Points : 1351

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Dim 6 Mai 2018 - 23:03 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


L’Egypte était synonyme d’agréables souvenirs. Des moments de complicités, pas seulement au point de vu affectif : mais aussi intellectuelle. Tobias avait réellement adoré représenter le Musée Nationale Anglais au Caire. Il était tombé amoureux de la ville et avait redécouvert sous un nouveau jour l’Histoire de cette grande nation qu’a été l’Egypte. De plus… Il y avait Safiya. Non seulement il avait gagné des connaissances, mais aussi une amie. Cette femme était précieuse à ses yeux. Autant que l’était Angèle. Elles ne jouaient pas sur la même scène, n’apportaient pas les mêmes choses dans sa vie mais elles étaient toutes les deux essentielles. Égoïstement, il voulait les garder près de lui. Il ne mangeait pas de pain-là mais quand il était question des deux femmes de sa vie : la donne était différente. Il était torturé par ses sentiments. Par le désir et la douceur qu’il éprouvait pour Safy ; par la tendresse et la passion qui le liait à Angèle. Pourquoi avait-il fallu qu’il s’emmêle les pinceaux ? Depuis la mort de son père : la vie semblait prendre un malin plaisir à tirer des ficelles, à le faire souffrir. Dieu devait vouloir le punir de quelque chose. De quoi ? D’avoir des relations hors mariage ? Toby ne savait pas trop et se poser la question lui causait de terribles maux de tête. Et pourtant, durant les longues heures d’avion : il avait eu le temps de ruminer. S’il était excité et enjoué de ce voyage ; s’il était impatient de partager des moments de complicités avec sa Safiya : il y avait cette petite boule au ventre. Difficile de dire si cela était du désir ou de l’appréhension : l’historien savait qu’il allait devoir se confronter à cette sensation tôt ou tard et cela l’effrayait. Après tout, il n’était qu’un homme et n’avait jamais prétendu être autre chose. On l’avait souvent mis sous un pied d’estale mais il n’en était rien. Tobias était un pécheur comme toutes les créations de Dieu. Est-ce que cela faisait de lui une mauvaise herbe ? Non. Cela prouvait qu’il était humain.

La chaleur étouffante de l’ancienne terre des Pharaons oppressa quelques instants les poumons de Toby. Cette même sensation le prenait quand il posait les pieds sur le sol Israëlien. Il lui faudrait quelques jours pour s’y habituer, avant d’apprécier ce climat même si le soleil n’était pas compatible avec sa peau. Posant délicatement sa main, il suivit de près la belle. Il y avait toujours cette petite angoisse dans un coin de sa tête : celle de se faire à nouveau kidnapper. De devoir à nouveau entendre Safy souffrir à ses côtés sans pouvoir faire quelque chose. Un cauchemar qu’il ne voulait pas revivre. Le trajet jusqu’à l’hôtel fut bien trop court mais ils se promirent de continuer la discussion quand ils se reverraient plus tard dans la soirée. Les clés de leurs chambres en main, il en tendit une à l’Egyptienne.

« 302 et tu as la 303. » Tant mieux. Il n’aurait pas aimé la savoir loin de lui. Proposant de se retrouver dans quelques heures le temps de passer sous la douche : il lui offrit un immense sourire. Il avait déjà hâte de se mettre au travail. Il n’y avait pas de temps à perdre : l’Historien savait déjà que le temps allait passer rapidement. « Non, ça va. Pour tout te dire : je suis plutôt impatient de commencer ! Il me tarde de découvrir les nouveaux artefacts trouvés par Zahi Hawass et son équipe. » Les yeux pétillants, il salivait déjà à l’idée de goûter des fruits mûres et exquis mais aussi des dattes. « Tu as toujours des idées incroyables ! » Regardant un peu trop tendrement la jolie plante devant lui : il se racla la gorge en cachant ses joues rougies. Son désarroi devient encore plus grand quand il sent les lèvres de Safiya contre sa peau.

La douche froide calme ses ardeurs, il ne s’y attarde pas et se sèche rapidement pour enfiler un pantalon en toile beige et une chemise à manches courtes blanches. Prêt, il descendit jusqu’au restaurant pour commander des fruits frais et des dattes ainsi que du thé à la menthe avant de remonter avec la commande. Frappant à la porte de la belle, il poussa la porte avec son coude pour pouvoir passer avec le plateau. Il aurait très bien pu faire appel au room service mais il avait envie de seulement être avec l’Egyptienne.

« Mademoiselle à commander des fruits frais, des dattes et du thé ? » Demanda-t-il avec un sourire charmeur. Il posa le plateau sur la table basse et s’installa sur le canapé. Il servit le thé et prit un morceau de pastèque : « Oh dear Lord ! C’est tellement meilleur ici ! » Il savoura chaque bouchée : « Ca m’avait manqué ! Comment ça ce fait qu’il n’y a qu’ici que les fruits ont un goût comme ça hein ? Tu m’expliques ? » Il attrapa une datte et se leva pour la faire manger à Safiya : « Elles sont bien meilleures que celles que je t’achète en Italie ! J’en ai presque honte ! » Toby sourit comme un enfant qui partait en vacances pour la première fois. Ce n’était que le début de leur aventure et il était déjà exalté : « Je sens déjà qu’il va être difficile de repartir ! » Autant le dire tout de suite. Il alla se rasseoir : « Tu crois que le Docteur Hawass va se souvenir de nous ? » Dit-il avant de croquer dans un morceau de pastèque.
AVENGEDINCHAINS


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana © Schizophrenic...(vava) / Tobias (crackships)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Luna Primavera
Messages : 2347 - Points : 3694

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Sam 19 Mai 2018 - 16:38 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


A peine Safiya a-t-elle le pied à terre qu’elle sent une ribambelle de frisson caresser son échine. L’Egypte. Sa terre. Ses senteurs. Sa magie. Et les souvenirs qui reviennent irriguer la mémoire de la belle brune. Tobias ne pouvait lui faire de plus beau cadeau. Revoir son pays et surtout en compagnie de son ami, c’est un bien précieux. C’est comme le sang qui coule dans ses veines, et qui même bafoué est toujours aussi vivace. Bien entendu au fond d’elle, il y a une angoisse. L’Egypte les a uni pour la première fois en tant qu’ami. Va-t-elle les unir dans une relation plus charnelle ? Car Safiya ne peut s’empêcher de penser à ce que son corps éprouve avec plus de ferveur quand il est proche de celui de Tobias. Elle ne peut ignorer les signaux que sa chair lance à peine elle frôle celle de l’historien. Comme elle ne peut ignorer à quel point il lui retourne les entrailles quand la proximité se fait bien trop intime, sans pourtant être provocante ou indécente. Cela la bouleverse au plus au point. Mais elle ne veut pas se laisser affecter par toutes ces questions et tous ces doutes. Safiya veut juste profiter du moment et elle verra bien ce que cette escapade bien loin de l’Italie, loin d’Angèle et du bébé qu’elle porte. Alors à peine la porte de l’aéroport franchie elle s’enivre de tout ce que son pays lui donne.

Un cadeau du ciel doux comme du miel.

Safiya et Tobias sont rapidement à l’hôtel, faut dire qu’ils n’ont cessé de parler durant le trajet avec leur ami. Ils se retrouvent à leur étage. Leurs chambres se trouvent côte à côte. Ce qui l’enchante. Savoir son ami si prés d’elle la rassure comme cela le perturbe. Elle fait un maximum pour cacher se sentiment qui l’enveloppe avec plus de force chaque jour. La malmenant parfois sans qu’elle n’arrive à gérer ce que son cœur et son corps ressentent. Compliquant d’avantage son état d’esprit déjà mis à mal par les démons qui se tiennent toujours aux aguets. Elle récupère sa clé. Ni l’un ni l’autre ne sont fatigués, surement l’excitation de retrouver ce pays qui a une grande importance dans leur vie. « J’avoue que j’ai hâte aussi. Je me sens comme une gamine à qui on a promis un sac de sucrerie. » Et cela s’entend dans sa voix qui résonne comme des milliers d’éclat de rire. En tout cas ils sont tous les deux d’accord pour prendre le temps d’une bonne douche. Et l’idée de se retrouver après avec les délices qu’offrent ce pays enchante les deux amies. « C’est pour ça que tu m’aimes. » Encore une fois ce mot dit avec l’innocente d’une enfant et qui portant sonne comme l’amour d’une femme. Et cela fait peur à l’égyptienne. Mais elle pensera à tout ça plus tard, là elle entre dans sa chambre après avoir laissé sa trace sur la chair de Tobias. Un baiser doux sur sa joue qui la chavire bien trop, vu comme son cœur s’emballe.

L’eau fraiche lui fera du bien et calmera surement ce feu qui étreint son être comme une prisonnière. Mais là les chaines sont des plus délicieuses.

Safiya se dépêche, enfin essaie. Mais Tobias a été plus rapide quelle, vu que c’est à la porte de sa chambre que l’on vient frapper. Elle se moque un peu de sa tenue, son ami l’a vu en bien pire état. Alors il ne va pas fuir devant une belle en peignoir, les cheveux trempés et mal attachés. Elle lui ouvre, heureuse de le retrouver. « En effet mais je ne m’attendais pas à que cela soit livré par si un bel homme. » Elle le taquine jouant de son regard charmeur, sans arrière pensée. Enfin c’est ce qu’elle se dit. Elle le regarde faire, le regard attendri par ses attentions. Sans prendre réellement conscience à quel point elle est fébrile. A quel point elle se laisserait bien porter par l’instant, voulant partager bien plus qu’un plateau de fruits frais et un thé. Même si les fruits renforcent sa gourmandise et que le thé embaume son odorat. Tobias s’installe sur le canapé, alors qu’elle reste droite se demandant encore si elle va se changer ou si elle garde son peignoir. Elle se met à rire à l’expression de son ami, heureux de croquer dans des fruits juteux. « Regardez moi ce gourmand. » Elle se fait pensive à la suite de sa phrase. « Je ne sais pas. Le soleil. La douceur de vivre. La beauté des gens. Les circonstances tout simplement. Le fait d’être là tous les deux. » Safiya se mord la lèvre. Pour elle, la présence de Tobias rend tout plus beau, plus délectable, plus enivrant. Alors peut être que pour lui aussi. Il se lève pour lui faire déguster une date, Elle coule comme du miel dans sa gorge, fondant sur sa langue. « Tu n’as pas à avoir honte. En Italie il y a d’autre mets succulents que tu n’as pas ici. » Elle savoure, prenant le temps de retrouver ce plaisir que ses papilles n’ont jamais oublié. Son regard se fait plus brillant, le bonheur irradie son être comme une caresse. « Je sens que bien des choses vont être difficile. » Elle pose son regard dans le sien. Son cœur cogne comme un fou dans sa poitrine. Un feu ardant s’empare de ses reins et de ses entrailles. Non elle ne doit pas penser à ça, elle ne peut pas. Même si elle en crève d’envie, même si sa raison ne veut plus l’écouter ou bien est ce sa déraison qui l’entoure à cet instant. Elle a la sensation que ses jambes se dérobent sous elle. Pourquoi faut-il qu’il la chamboule de la sorte ? Bien d’avantage quand Italie. L’égyptienne se demande encore comme elle arrive à rester droite. Elle ne fait pas attention à ce que dit Tobias. « Pardon .. je devrais peut être aller me changer. » S’isoler surtout quelques secondes pour reprendre ses esprits.

Tobias se rend t-il compte à quel point elle est perdue ? A quel point elle lutte entre son désir et sa raison ?

« Je reviens. » Mais Safiya s’assoit. Regardant Tobias à nouveau. Avec intensité. Elle attrape sa tasse de thé et en boit quelques gorgées avant de recroquer dans un fruit. « Tobias .. je crois que l’on a fait … une bêtise .. venir ici .. tous les deux .. » Elle se sent coupable d’avoir ces pensées envers son ami. Mais elles sont si agréables, si puissantes, si véridiques. Pourquoi vouloir les chasser, les combattre ?

Mais comment lui dire avec des mots ce que son regard exprime malgré elle. Ce que son corps dégage alors qu'elle le voudrait sage.



AVENGEDINCHAINS




" Je vais t'aimer. Comme on ne t'a jamais aimée. Plus loin que tes rêves ont imaginé. Comme personne n'a osé t'aimer. Comme j'aurai tellement aimé être aimé. Je vais t'aimer. " M. Sardou
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Oph
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 472 - Points : 1351

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Dim 3 Juin 2018 - 19:42 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


La beauté de ce voyage était qu’il était unique. Qui sait quand ils pourraient de nouveau partir comme ça tous les deux ? Tobias avait tellement de responsabilités qui l’attendait une fois de retour que cette perspective semblait impossible. Et pourtant… Il serait prêt à beaucoup de choses pour Safiya. Pour ces grands yeux noirs qui l’ensorcellaient et le rendaient niais au possible. Pourquoi avait-elle maintenant ce pouvoir sur lui hein ? Pourquoi avait-elle maintenant une place différente dans son cœur ? Après tant d’années à être sa meilleure amie : s’était-il menti à lui-même en prétendant qu’elle n’était qu’une compagne d’aventure ? Il ne voulait pas penser à tout cela mais qu’importe sa volonté il se retrouvait dans des situations tentantes. Sa présence était apaisante mais aussi … Tentatrice. Il s’était surpris à rêver d’elle à plusieurs reprises et ce n’était pas en tout bien, tout honneur. Les clés de l’hôtel récupérées, la surprise fut complète alors qu’il remarqua qu’ils étaient l’un à côté de l’autre.

« Bien sûr que c’est pour cela que je t’aime ! Quelle question ! »


Bientôt il fut sous une douche froide. Histoire de se rafraîchir mais aussi de reprendre ses esprits. Il en avait besoin. Se répétant encore et encore que Safiya n’était qu’une amie. Sa meilleure amie. Celle avec qu’il a survécu. Rien de plus. Rien de moins. Une fois changé et lavé : il se sentait tout de suite mieux. Les choses devaient rester comme elles étaient. Toby ne pouvait pas perdre Safiya, pour cela : il devait être fort et résister. Qu’importe que cela est douloureux et intenable. Il le devait. En attendant, il alla chercher dans le restaurant au rez-de-chaussée des mets délicieux pour les rafraîchir alors que cette chaleur étouffait littéralement Tobias pourtant habitué aux hautes températures. Retrouvant une Safiya absolument pas prête, il se permit de rentrer et de faire comme chez lui alors que ce n’était pas sa chambre. Ils vivaient ensemble : cela n’était pas si différent n’est-ce pas ? Le compliment de Safy le fait rire :

« Bel homme, bel homme s'est vite dit chère demoiselle. »


Croquant dans un fruit une fois installé, il n’hésita pas une seule seconde à faire commentaire on ne peut plus enfantin. Il était heureux et avait décidé de ne pas le cacher car cette allégresse était bien trop agréable pour passer a côté ! Il ne savait pas combien de temps cela allait durer. La fin du commentaire de l’Egyptienne le fit sourire en coin. Une risette tendre et affectueuse. Il semblait avoir oublier toutes ses bonnes résolutions. Voulant partager le bonheur de cette dégustation, il s’approcha d’elle pour glisser entre ses lèvres désirables une datte. Laissant à la demoiselle le temps de savourer, il continuait de la regarder pour voir son expression.

« C’est sûre, je ne dis pas le contraire : mais si je peux manger des fruits comme ça tous les jours ; je vais clairement demander une mutation. »


Alors qu’il se réinstalla sur le canapé, son expression changea. Il avait tenté de garder la discussion légère, parlant du programme à venir mais Safiya avait autre chose en tête. Pour une fois que ce n’était pas lui… Il avait compris l’allusion de la belle plante du désert. Il l’avait très bien compris. Il prit sa tasse de thé, sans rien dire et la porta à ses lèvres. Elle s’excusa rapidement, prétextant devoir se changer : mais Toby était chamboulé. Un long soupire traversa ses lèvres alors qu’il la vit s’asseoir. Son regard perdu dans le sien : son cœur manqua plusieurs battements. Il raffermit son emprise sur la tasse de porcelaine blanche. Pourquoi est-ce que cela était si difficile de se retrouver dans la même pièce qu’elle maintenant ? Il avala sa salive et termina la pastèque en baissant son regard : préférant soudainement regarder la table que Safiya.

« Tu… Tu veux que je parte ? »
Articula-t-il avant de reprendre une gorgée de thé. « Je… Je comprendrais. » Il ne pouvait faire que continuer maintenant. « Je… »

Quoi ? Devait-il avouer qu’il était tourmenté par le désir d’attraper ces lèvres ? De retirer ce peignoir qui couvrait la peau mate de son amie pour embrasser chaque cicatrice en lui disant au combien il admirait son courage et sa force ? Se mordant la lèvre en imaginant ce scénario, il leva ses yeux au ciel pour tenter de se calmer. Une peine perdue. Il reposa finalement son regard sur Safiya :

« Depuis quand nous deux … Je veux dire : depuis quand cela est devenu compliqué ? » Il reposa la tasse tout en restant plonger dans ses yeux noirs. « Depuis quand j’ai arrêté de penser à toi comme ma meilleure amie alors que je ne devrais pas ? » Il était incapable de répondre mais posait tout de même la question. Toby n’avait pas l’habitude de fuir, de cacher ses sentiments : encore moins avec la belle qui se tenait devant lui. Ils pouvaient tout se dire après tout. « Safiya… » Souffla-t-il à bout de souffle alors que son cœur cognait dans sa poitrine jusqu’à résonner dans ses tempes : « Je… Je ne devrais pas avoir ce genre de sentiments, de pensées mais je crois que je t’aime plus que comme une simple amie. »

Voilà. Il l’avait dit. Tobias mettait des mots sur son mal-être depuis quelques mois. Il était tourmenté par deux femmes et dans l’histoire il n’était pas le seul à souffrir. La distance qu’avait imposée Angèle depuis l’annonce de la grossesse jouait elle dans la balance ? Il ne savait pas. La seule chose qui était certaine était qu’il avait honte de son comportement.

« Je suis un connard hein ? »
Affirma-t-il en reniflant avant de terminer sa tasse. « Je suis un bel enfoiré de te dire ça ; de te mettre dans ce genre de situation. » Il se leva : « Je… Je vais te laisser te préparer. Ça sera mieux pour tous les deux. Je t’attends à la réception ok ? »

AVENGEDINCHAINS


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana © Schizophrenic...(vava) / Tobias (crackships)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Luna Primavera
Messages : 2347 - Points : 3694

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Dim 10 Juin 2018 - 17:22 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


Après toute la noirceur que Safiya a partagé par le passé avec Tobias. L’Egypte leur donne enfin la lumière. La liberté. Bien entendu il y a eu d’autres moments doux et sincères, qui ont effacé un peu leurs quatre années d’enfermement. Mais là tout semble différent. Tout semble si pur. Comme s’ils étaient loin de tout ce qui a fait leur vie. Comme si leurs chaines enfin se brisaient. Il n’y a juste qu’eux. Et ce lien indéfectible qui n’a fait que grandir dans leurs cœurs. Au point que là. Tout a un gout différent. Une saveur douce et âpre. Légère comme un nuage. Fragile comme le cristal. Et pourtant aussi dure qu’un roc. Mais avec aussi un gout d’interdit. Aucun des deux n’arrive à mettre un nom dessus. Pourtant leur regard s’éclaire d’une lumière si puissante qu’elle rendrait presque aveugle. Leur corps s’appelle après avoir si longtemps refusé cette attraction. A croire que là ils ne veulent plus lutter.

L’évidence se dessine au creux de leur cœur malmené.  

Alors quand Tobias entre dans la chambre de Safiya muni d’un plateau de dates. Sucrées et enivrantes comme une caresse. La belle craque. Son cœur explose face au regard clair de son ami. Comment peut-elle taire ce qu’il ressent ? Comment peut-elle calmer les battements de son cœur ? A cet instant elle se sent vivante comme jamais. Ce n’est plus du sang qui coule dans ses veines mais un feu ardant. Un feu qui n’a fait que s’amplifier et qui lui caresse les reins avec insolence. Elle ne peut nier ce que son corps lui crie. Elle l’a souvent enterré au plus profond de ses entrailles. Oubliant cette ivresse dans d’autre bras. Oubliant cette faiblesse dans son travail. Mais là face à Tobias. Face à la liberté et la force que son pays lui donne. Elle ne peut plus le garder. Folie de vouloir lui dire. Elle le sait. Folie de vouloir le taire. Elle en est consciente. Elle a peur que ce sentiment lui face une cicatrice de plus. Une plaie béante qui jamais ne se referme. Mais si elle ne fait rien cela sera pire. Et pas sur qu’elle survive cette fois. Elle voudrait s’isoler pour aller se changer, trouvant sa tenue indécente vu la situation. Même si Tobias a vu Safiya bien plus dénudée. Mais l’égyptienne n’en a pas la force. Elle s’assoit à nouveau. Plus tremblante que jamais avec la peur au ventre. Perdue dans cette lutte infernale qui la détruit. Prise entre ce désir dévastateur et l’idée de l’avenir.

S’il y en a.

« Non .. non .. ce n’est pas ce que je souhaite. » Sa voix est faible. Safiya ne veut pas que Tobias parte. Elle a besoin de lui. Un besoin devenu vital comme l’est l’oxygène. Le voir partir causerait sa perte. Le voir rester la causerait aussi. Pourquoi faut-il que tout ce complique de la sorte ? Pourquoi ne peuvent-ils pas profiter de ce moment de répit et oublier tout le reste ? L’Italie. Angèle. Leur amitié. Et juste ce plonger dans ce feu qui les anime avec passion. Il serait si simple de ce laisser couler et de savourer l’ivresse d’une joute charnelle. Elle frissonne à cette pensée, alors qu’elle sent Tobias aussi perdu qu’elle. Qu’on t’il fait aux Dieux pour mériter pareil tourments ? N’ont pas t-ils payé assez cher leurs droits de liberté ? Leurs droits d’aimer. L’égyptienne retrouve le regard de son ami. Alors que ses lèvres s’animent d’un souffle. Elle se retient de se les mordre. Ne voulant provoquer aucune ambiguïté mais n’est pas trop tard, vu l’ardente flamme qui pare son regard noir. Elle l’écoute suspendu à ses lèvres qui lui semblent aussi douce qu’une datte sucrée. Comme elle voudrait les croquer. Les gouter avec plus de ferveur. « Je ne sais pas. » Elle murmure plus qu’elle ne parle. Comme si les mots trop forts pouvaient chasser cette magie qui les lie. Elle est troublée, déroutée. Elle a envie de se jeter à ses pieds. De briser cette barrière devenue aussi fine que de la soie. Elle veut sentir ses mains se perdre sur sa peau. Ses désirs se dessinent avec plus de force dans son être. Et Safiya ne veut pas les chasser. Pas cette fois. Elle soutient le regard de Tobias, prête à faire une faute. Celle de céder. Enfin.

Elle est comme la proie qui ne veut plus combattre et qui a qu’une envie sentir les crocs de son chasseur se planter dans sa chair.

Tobias souffle son prénom. Et le regard de l’égyptienne se fait plus intense. Elle ne retient plus son cœur. Tant pis s’il résonne dans toute la pièce. Elle veut qu’il l’entende et elle veut entendre le sien. « Je t’aime aussi Tobias .. cet amour cogne mon cœur depuis bien longtemps .. il est là depuis le début .. je n’ai pas su le voir .. ou j’ai refusé de le voir. » Il était avec Angèle quand ils se sont rencontrés pour la première fois. Et pas question pour Safiya de voler un homme à une femme. Au moment de leur emprisonnement elle a enfermé cet amour dans une cage, ne voulant pas qu’il devienne sa faiblesse. Ne voulant pas que ses geôliers ne s’en servent. Mais là elle ne veut plus le museler. Même si Angèle plane au dessus d’eux avec l’enfant qu’elle porte. Mais son image s’efface face aux mots de Tobias. Safiya marque un temps de surprise face à la remarque de son ami. Elle était prête à se jeter à ses genoux. A laisser leur chair se trouver enfin.

Mais ses mots la déroutent.

L’égyptienne se lève à son tour poussé par une force qu’elle ne peut pas contrôler. Dans l’élan la ceinture de son peignoir se défait laissant entrevoir son corps abimé. Elle attrape le bras de Tobias le serrant de toutes ses forces. « NON. » Elle crie presque. Un appel au secours. Elle ne peut pas le laisser partir. Tobias ne doit pas partir. Safiya se met face à lui, tenant toujours son bras. Glissant l’autre autour de la taille de son ami. Collant leur corps. Son cœur accélère à ce contact presque violent. Elle regarde ses lèvres avant de planter son regard dans celui de son ami. Plus résolue que jamais. « Tu n’es pas un connard. Ni un enfoiré. Tu es juste perdu comme je suis perdue. Déchiré par ces sentiments qui nous caressent et nous malmènent. » L’égyptienne lâche le poignet de son ami et vient doucement caresser sa joue. « Je crois que l’on a assez souffert .. on a droit à un peu de liberté .. à des moments de bonheur .. même s’ils sont éphémères .. » Elle pose ses lèvres contre sa joue. « Comme risque de l’être ce moment. » Elle est lucide et consciente que ce qu’ils risquent de vivre et partager ici, ils ne pourront peut être plus le partager. « Mais je veux gouter à ce bonheur avec toi .. et tant pis si je souffre après .. je ne veux plus enfermer cette envie .. je veux qu’elle soit libre .. je t’aime et j’ai envie de toi. » Le reste n'a pas d'importance. Safiya resserre son étreinte et vient emprisonner les lèvres de Tobias avec douceur et passion.

Le monde peut s’écrouler. Elle s’en moque.
A cet instant ils sont seuls. Et cet instant n’est qu’à eux.




AVENGEDINCHAINS




" Je vais t'aimer. Comme on ne t'a jamais aimée. Plus loin que tes rêves ont imaginé. Comme personne n'a osé t'aimer. Comme j'aurai tellement aimé être aimé. Je vais t'aimer. " M. Sardou
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Oph
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 472 - Points : 1351

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Mer 13 Juin 2018 - 23:22 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


La chaleur n’avait jamais été sa chose préférée mais il aimait bien trop le Moyen-Orient pour s’arrêter aux contraintes climatiques. L’envie de partager des moments de répits avec Safiya rendait le tout encore plus charmant. Il était temps après toutes ces années de recréer des souvenirs heureux ; de retrouver cette dynamique joyeuse qui les avait animée et permis de rester souder quand leur réalité est devenue enfer. Tobias s’était toujours vanté de contrôler son corps, ses émotions mais pour il ne savait quelle raison il se trouvait en proie aux doutes et au désir. Comme il aurait voulu être à l’image de son père : droit dans ses chaussures ; qui ne dévie pas du chemin emprunté. Malheureusement, il n’en était que le piètre héritier et le spectre de son géniteur pesait sur lui. En regardant Safiya, il pouvait l’entendre au creux de son cœur lui implorer de ne pas céder à la tentation ; de rester fort. Mais comment pouvait-il faire une telle chose après avoir rêvé pendant plusieurs nuits consécutives de toutes les alternatives qui pouvaient arriver s’ils se retrouvaient tous les deux loin de l’Italie ? Toby n’était qu’un homme que l’on pensait hors norme alors qu’il n’était qu’un genre commun. Un exemple type de son espèce. Il n’était qu’un humain qui avait envie de vivre, de ressentir et d’aimer. Son psychologue n’avait pas eu de cesse de lui répéter qu’il ne devait pas se sentir coupable d’être égoïste ; qu’il avait lui aussi le droit d’être heureux et d’aspirer à une vie plus facile. Une existence sans conflit, sans dispute quand bien même la rage qu’il avait emmagasinée et emmagasinait tous jours : menaçait de sortir à tout moment. Le pire dans tout cela n’était pas d’atteindre le bonheur : ce dernier se trouvait à quelques mètres de lui envelopper dans une peignoire en coton.
Assise sur le lit, comme si le poids du monde venait de s’abattre sur ses épaules : Tobias comprend rapidement qu’ils n’allaient pas échapper à la confrontation de leurs sentiments. Après tout… Ils ne pouvaient pas continuer comme ça n’est-ce pas ?
L’Historien l’observa tendrement, il sentait sa peine : il pouvait la ressentir jusque dans le creux de ses entrailles pour être victime. Ils souffraient des mêmes maux, comme si cela était devenu une tradition : le chemin qu’ils devaient suivre et partager main dans la main. Ils n’étaient plus à cela prêt. Pourtant, il s’était juré de ne plus jamais la faire souffrir, de la protéger et de faire en sorte qu’elle soit heureuse. Un seul regard sur elle suffisait à prouver son cuisant échec. La seule chose qu’il pouvait faire était de la laisser en paix. De partir, l’histoire de quelques heures. Ce voyage n’était pas le but, mais si Safiya lui demandait il se tiendrait le plus possible loin d’elle. Esclave de ces grands yeux noirs : Toby n’avait pas son mot à dire. Pour le bonheur de son ami il ferait tout. Absolument tout. Peu de personnes dans sa vie pouvaient prétendre avoir un tel pouvoir sur lui. Immobile, assis à la contempler : il ne peut qu’attendre. Aucun mot ne sortit d’entre ses lèvres, ils n’avaient plus besoin de communiquer avec la parole pour se comprendre. Il n’entend d’ailleurs pas murmure mais peut lire dans son regard que le même conflit faisait rage en elle. Alors que son cœur tambourinait dans son poitrail, le rendant sourd à toute autre chose, l’esprit de Tobias ne pouvait pas s’empêcher de forcer son regard à dévorer les lèvres de l’égyptienne. C’est à ce moment-là qu’il décida de jouer cartes sur table. D’abattre ses as dans l’espoir d’avoir une réponse. De remporter la mise ou bien de tout perdre. Qu’en avait-il à faire ? Ils ne pouvaient pas rester comme ça ? Ils ne pouvaient pas vivre comme deux écorchés qui avaient peur de se cogner à la vie ; qui ne souhaitaient plus souffrir inutilement. Ils devaient vivre pleinement ou bien mourir à l’instant car si Tobias avait bien retenu une leçon au cours de ces trente-cinq dernières années c’est que la vie était une belle catin qui ne faisait pas de pitié et ne rendait jamais la monnaie. Cette garce égoïste jouait avec les âmes, les personnes qui comme Safiya et lui n’aspiraient qu’à voguer sur un fleuve tranquille après avoir survécu aux rapides.
Rompant l’instant, il se leva et alla partir après avoir fait le triste constat qu’il était rentré dans la catégorie des connards. Que pouvait-il faire d’autres ? Tobias avait l’envie de sauter dans l’inconnu mais également la peur d’atterrir brutalement dans un autre enfer. Comme toujours, la peur menait d’une main de fer sa vie et emprisonnait ses envies. Ayant déjà capitulé, il regarda la main de Safiya serrer fermement son bras alors qu’un ‘non’ lui ordonna de ne plus bouger. A l’arrêt, il tourna lentement la tête et laissa son regard glisser le long de ses jambes avant de remonter pour se plonger dans les deux obsidiennes qui le regardaient intensément. Collant son corps au sien, une douce chaleur envahit ses reins et il se mordit férocement l’intérieur de la joue pour ne pas craquer. Tout en l’écoutant attentivement, il remonta sa main pour caresser sa joue et à chaque pause passa son pouce sur ses lèvres. L’Egyptienne venait de trouver les mots pour débloquer son cœur et sa retenu. Pour faire taire les voix qui déchiraient son cœur et l’empêchaient de saisir l’instant. Les intestins serrés, le cœur tambourinant dans sa poitrine : il répondit au baiser avec passion.


AVENGEDINCHAINS


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana © Schizophrenic...(vava) / Tobias (crackships)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Luna Primavera
Messages : 2347 - Points : 3694

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Sam 16 Juin 2018 - 18:03 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


Laissait partir Tobias. Non. Safiya ne peut s’y résoudre. Pas à cet instant. Pas dans ce moment qui ne se veut qu’à eux. Loin de tout. Loin du monde qui les a blessé. Bafoué. Balayé. Les promenant comme deux poupées de chiffon au gré de ses envies et de ses colères. Non. Safiya ne peut laisser partir Tobias. Pas après les mots dits et ceux souvent non dits. Pas après cet échange de regard qui emplit son corps de frisson envoutant. Pas après avoir ressenti encore et encore ce désir brulant. Qui la happe avec tant de ferveur qu’elle ne peut plus le retenir. Qu’elle ne veut plus le retenir. Combien de fois il lui a explosé au visage alors que la peau de Tobias frôlé la sienne avec douceur et tendresse ? Combien de fois Safiya a eu envie de céder à cette tentation quitte à devoir vendre son âme au diable ? Ou à se retrouver en enfer. Elle a cessé de compter depuis mais années. Cherchant toujours un échappatoire en se disant que l’aimer lui était interdit. Autant avec son cœur, qu’avec son corps et son âme. Elle en a verse des larmes la sauvage qui se voulait libre et rebelle. Et même si elle a cherché l’oublie dans les bras de bien des amants. Tobias est toujours resté bien présent au fond de son être. Comme marqué au fer rouge dans sa peau dorée, dans sa chair devenue trop tendre sous les coups de fouet. Elle n’a jamais flanché, elle aurait pu. Comme lors de cette nuit de cauchemar ou il a été son phrase. Comme le jour où il lui a avoué qu’Angèle attendait un enfant de lui. Mais elle a toujours ravalé ses désirs secrets et insolents. Pour n’être que l’amie fidèle, la confidente, la sœur, la meurtrie, l’autre part de son cœur. Mais là. Elle ne veut plus. Elle a besoin de lui et bien au-delà des limites qu’ils se sont évertués à tenir. Ils ont sans le vouloir dressé un mur qui à cet instant s’effrite. Fragile comme du cristal. Alors qu’ils le croyaient aussi solide qu’un roc. Et puis n’ont-ils pas droit eux aussi à cette part de rêve si souvent bafoué et anéanti ? Que risquent-ils de vivre en plus comme horreur s’ils cèdent à se désir que leur regard exprime avec franchise ?  Un autre enfer ? Ils ne sont plus à ça prés. La seule chose qu’ils pourraient avoir peur de perdre c’est l’innocence qu’ils avaient la première fois qu’ils se sont rencontrés.

Sur cette même terre. Avide du même amour de connaissance et de découverte.

Alors là même s’il y a des craintes, des doutes, des peurs, des questions sans réponses, des réponses bien trop pesantes. Safiya s’en fout. Elle balaie tout. Elle veut cette ivresse qu’elle lit dans les yeux de Tobias. Elle veut que ce gout d’interdit se perdre sur sa langue avec douceur et passion. Elle veut l’ivresse. La saveur des caresses. L’impatience des corps. La sensualité des baisers. Et l’odeur de la peau de Tobias sur son corps. Alors de ses mots elle chasse les frayeurs. Elle abat les dernières barrières. Et dévoilent ce qu’ils ont toujours cherché à fuir. L’abandon. Leurs lèvres se trouvent goutant cette chair aux saveurs si souvent espérées. Ils se sont touchés. Caressés. Frôlés. Mais cette fois ils laissent le désir guider leurs gestes. Ils laissent l’envie couler dans leurs veines. L’appel de la chair plus forte que l’appel de la peur. Plus forte que l’appel de la mort qui a bercé leur vie durant bien des années. Tout s’efface. Et ils se retrouvent seuls. Dans un monde fait pour eux. Dans un monde juste à eux.

Avec leur corps pour rivage, leur regard pour horizon, et leur amour pour oxygène. Ils vivent en oubliant qu'une partie d'eux meurt peu à peu.

Safiya frissonne sous le toucher de Tobias. Sa chair s’électrise sous sa caresse enivrante. Sa peau l’a si souvent rêvé que cela est presque irréel. Son peignoir glisse doucement et les baisers parsemés sur sa peau son aussi doux que le frôlement d’aile de papillon. Elle savoure chaque seconde comme si c’était la dernière. Les mains de la belle égyptienne viennent aussi à la rencontre de la peau de son amant. Ce mot explose dans sa tête comme un feu d’artifice exquis. Leurs lèvres s’abreuvent sans vraiment être rassasiées. Mais ils prennent le temps, ne voulant nullement abimer ce moment. Non. Ils le veulent éternel et unique. Tobias la pousse sur le lit, elle s’allonge. Offerte. Ne lui cachant rien de son corps à présent presque nu. Il murmure son prénom ou plutôt le surnom qu’il lui donne depuis leur rencontre. Tobias est le seul à l’appeler ainsi. Un privilège que Safiya ne donne à personne d’autre. Elle le regarde, laisse ses doigts glisser sur sa joue avant de se perdre dans ses cheveux. Combien de fois elle a pensé à ce moment merveilleux ou leur corps s’accorderait dans une mélodie parfaite. Elle défait les boutons de sa chemise dégageant son torse qu’elle effleure avec douceur. Pas de coup de griffe ou de croc. Peut être plus tard quand la passion les enveloppera. Leurs yeux se kidnappent. Leurs lèvres s’amourachent. Avide de gouter à d’autre saveur. Avide de croquer dans ce fruit qu’ils ont si souvent interdit. Tobias vient apaiser ses cicatrices d’un baiser. « Si tu savais depuis quand j’attends ce moment .. » Une éternité. Et encore c’est peu dire. Elle fait glisser la chemise sa peau fait si pâle face à la sienne. Elle est troublée. Pourtant Safiya a déjà vu Tobias torse nu, mais là avec le désir qui alimente son corps tout prend une ampleur bien différente. Troublante. Touchante. Perturbante. « Tu es beau ..tellement beau… » Elle laisse ses doigts agiles courir sur la peau de son ami. Son amant. Sur ses bras. Ses épaules. Son cou. Son torse. Son dos. Elle découvre son corps comme une femme aimante et attentionnée. Abandonnée et amoureuse. Car oui elle est amoureuse. Elle l’a toujours été.

Et le désir comble le vide, la brulant de son incendie, la remplissant de tendresse infinie. Ils vivent cet instant comme s'ils étaient le dernier. Savourant les secondes comme si l'éternité était à leur pied. Plus rien n'existe à part leurs souffles qui se mêlent et leurs cœurs qui battent à l'unisson.


AVENGEDINCHAINS




" Je vais t'aimer. Comme on ne t'a jamais aimée. Plus loin que tes rêves ont imaginé. Comme personne n'a osé t'aimer. Comme j'aurai tellement aimé être aimé. Je vais t'aimer. " M. Sardou
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Oph
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 472 - Points : 1351

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Dim 24 Juin 2018 - 22:09 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


Quelle douce folie prenait possession de lui. Safiya était la tentation incarnée, un des sept péchés capitaux et Tobias n’avait plus la force de résister. N’avait-il pas le droit d’être faible ? De ne pas être un simple humain ? Depuis son retour d’entre les morts : il n’avait cessé de vivre comme la personne qu’il devrait être au lieu d’être celui qu’il était devenu. Les traumatismes encore présents dans son esprit ne disparaîtraient jamais. Il le savait. Il avait accepté ce fardeau et il était peut-être temps qu’il montre aux autres la profondeur de ses blessures. Mais pas aujourd’hui. Là, dans cette chambre d’hôtel luxueux, la seule chose dont il avait envie était devant lui ; seulement envelopper dans une sortie-de-bain. Rien que cette idée faisait flancher son cœur, imaginer son corps nu sous le coton du peignoir émoustillait ses sens et le rendait nouille. Que Dieu lui pardonne d’avoir des pensées aussi obscène, si l’Homme était réellement sa création cela était de sa faute en un sens. D’avoir fait ses enfants si faibles pour les plaisirs de la vie ; pour rendre impotents les hommes et les femmes quand le désir embrassait leur sens. Toby avait jusqu’ici été en mesure de retenir cet élan amoureux envers Safiya ; il avait été un homme bon et fidèle à ses idéaux et principe mais le voilà cependant sur un chemin bien plus dangereux, sinueux : qui ne mènerait probablement nulle part. Pourtant, il était convaincu que cela était une route qu’il devait emprunter et il ne serait pas seul dans ce voyage. Le désir dans les yeux de l’Egyptienne n’est que le reflet du sien. Ils brûlaient d’amour pour l’un et pour l’autre. Ce qu’ils avaient vécu avait probablement mis de l’huile sur le feu. Entendre ses cris avait changé la donne. Une partie de lui savait qu’en sortant de leurs cellules, en l’embrassant fougueusement de joie ; de libération : il avait scellé leur destin. Leurs résistances étaient louables ; ils avaient tous les deux fait le maximum pour ne pas en arriver là mais au final ils avaient échoué. Tobias n’avait plus la force de résister, n’avait plus l’envie non plus. L’occasion était bien trop parfaite. Ici, couper de tous et du monde : ils n’y avaient qu’eux. Cet amour n’était pas interdit de toute façon : peut-être que son salut se trouvait au creux des reins de Safy. Cette paix qu’il cherchait tant et qu’il n’avait trouvé qu’occasionnellement : toujours aux bras d’Angèle. Mais voilà, leur relation était on ne pouvait plus houleuse mais également incertaine. Tout comme durant leur captivité, quand il était en Italie l’Historien n’était sûr de rien. Ici, en Egypte, il était libéré de ce carcan. Il pouvait être ce qu’il voulait sans qu’on le juge. Safiya ne ferait jamais une telle chose : il le savait. Elle n’était que douceur et ils n’avaient jamais eu un mot plus haut que l’autre.


AVENGEDINCHAINS


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde