Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana © Schizophrenic...(vava) / Tobias (crackships)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Luna Primavera
Messages : 2339 - Points : 3684

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Sam 18 Aoû - 16:05 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


L’instant est grisant. Comme s’ils avaient enfin touché le paradis. Et ils n’ont pas envie de le quitter ce paradis. Ils ne rêvent que d’une chose. Prolonger l’instant. Le rendre éternel. Le graver à jamais dans leur mémoire. Chaque baiser. Chaque caresse. Chaque mot. Va trouver sa place et ne plus les quitter. Safiya savoure ce délice aphrodisiaque. Elle s’en nourrit. Elle s’en délecte. Et il emplit tout son être d’exquise sensation. Plus délicieuse les unes que les autres. Chaque seconde s’enroule autour de son cœur comme une protection secrète contre tous les démons qui voudraient la perdre à cet instant. Parce qu’elle a réussi pour la première fois de sa vie, à les terrasser. A les museler. Et elle se sent légère, heureuse. Comme une gamine qui voit tous ses plus beaux rêves réalisés. Juste dans le regard clair de Tobias. Juste contre ses lèvres. Et son corps qui a tremblé au même rythme que le sien. Jamais elle n’aurait pensé vivre pareille douceur, pareille ivresse. Et elle ne compte plus s’en priver à présent. Alors tout est bon pour rendre ce bonheur plus magique, plus extraordinaire. La taquinerie, comme la tendresse.

Et le tout caressé d’une dose d’amour des plus passionné, des plus fiévreux, des plus vrais, des plus purs.  

Et ils sont prêts à tous ces deux là pour voir durer leur paradis. De toute manière vu ce qu’ils ont subi que peut-il leur arriver de pire. Ce soir le monde leur appartient et leur histoire s’écrit sous l’encre du désir. Peu importe les fausses notes, tout est si vrai entre eux que la mélodie s'accorde. Et dans la douceur de la nuit, leur corps comblé par une première joute ils apprennent à vivre vraiment. Avec cette passion toute nouvelle. Enfin pas si nouvelle parce qu’elle a toujours été là, même quand ils partageaient l’enfer. La seule différence c’est qu’ils l’ont enfin laissé explosé. Et elle les éclabousse et les enroule tout en les rendant ivre de bonheur. Mais n’est pas le but de l’amour quand il est partagé. De noyer la tête des amoureux de douces folies en leur faisant oublier la réalité. En tout cas pour Safiya et Tobias c’est ce qu’il se passe dans ce cocon typiquement égyptien ou tout est rassemblé pour prolonger leur rêve jusqu’aux tréfonds de la nuit.

Et surement encore plus loin.

Safiya rejoint Tobias qui s’affaire dans la cuisine. Elle joue de son audace et de son corps qu’elle dévoile sans pudeur et sans crainte. Il l’a trouvé belle alors pourquoi le privé de la vue de ses courbes. Certains pourraient trouver cela indécent ou insolent mais elle s’en moque. Même si dans un coin de sa tête c’est sur ces points là qu’elle insiste. Elle cherche à affrioler son amant de la plus sensuelle des manières. Et quelle plus belle façon que de lui offrir encore son corps dévêtu. Comme un cadeau du ciel. Un don des Dieux. Elle vient, l’enivre du roulement de ses hanches. Du mouvement calculé de sa poitrine. Ses bras s’en mêlent. Et ses jambes apparaissent et disparaissent sous le paréo avec une habileté déroutante. Elle l’invite au voyage qui suivra leur repas. Une promesse sincère d’un envoutement charnel. Elle n’a pas de crainte à se perdre encore et encore dans ses bras. Elle a envie de brulure secrète et de caresse intense. Et leurs regards se kidnappent encore, parlant autant que leur corps sur l’envie qui se dessine d’avantage. Une torture délicieuse. Elle rêve de succomber mais pas tout de suite. Même si c’est tout le contraire que son être fait passer comme message. « De toute façon si tu me prives je deviendrais aussi féroce qu’une lionne. » Elle s’amuse à montrer ses crocs et à mettre ses mains comme des pattes d’animaux. Mais il lui est difficile de rester sérieuse. Surtout que son bassin continue son mouvement ensorcelant. Mi femme sage, mi rebelle Safiya s’offre aux yeux de Tobias. Peut être même plus car il y a des parts d’elle qu’il découvre. Comme sa sensualité à vif suite à ce désir qui la brule avec rage. « Tu as tout compris. Le mot sage est banni de mon vocabulaire à présent. surtout en ta présence .. je vais être une ensorceleuse .. une femme assoiffée d’amour et de désir charnel. » Safiya a toujours aimé faire l’amour. Bien entendu certains de ses amants n’ont pas été à la hauteur de ses espérances. Mais Tobias est un met exquis et délicat dont elle ne veut plus se priver. Il a su faire exploser en elle ses désirs les plus secrets.

Ceux que cachait son cœur depuis tant d’année.

Safiya écoute Tobias, sourit à ses allusions et joue celle qui n’a pas tout compris. Elle ne l’a jamais vu si heureux. Même lors de leur première rencontre. Là elle voit le vrai bonheur celui qui illumine le ciel des milliards d’étoile. Celui qui fait ouvrir des mers. Celui qui soulève la terre pour donner naissance à une nouvelle montagne. Un bonheur qui n’a ni début, ni fin. Et qui à cet instant semble indestructible pour les deux amants. Elle aime cette nouvelle liberté, plus précieuse que celle qu’elle a retrouvé après quatre années d’enfermement. Tout semble si différent, que la belle égyptienne n’a pas de mot pour décrire toutes les sensations qui s’emparent d’elle. Emportant par la même occasion Tobias dans le tourbillon. « Ah on a pris une douche avec plein de savon ce matin. » Elle fait un air pensif avant de rire. Comme si elle pouvait oublier ce moment magique. Le début de cette folie qui coule comme un bon vin dans ton son être. En quelques tours de main Tobias rend la salade plus succulente en y ajoutant des fruits. Elle s’amuse de le voir prêt à tout pour elle. Cela a toujours été comme ça. Mais là c’est magique. L’égyptienne rit de son accent français mais c’est tellement romantique qu’elle fait celle qui succombe en simulant un malaise. Avant de s’approcher de lui et lui voler un baiser. Puis elle murmure dans un français parfait. « Il va falloir que je te donne des cours très très particulier mon amour. » Et sa main frôle les fesses de son amant. Pour lui faire comprendre de quel cours particulier elle parle, elle laisse son corps répondre avec plus d’argument que n’importe quel discours. Et vu la tête de Tobias le message passe cinq sur cinq. De quoi lui donner envie d’être encore plus taquine. Elle se mord la lèvre comment résister face à une expression pareille. Elle lui offre un baiser jouant encore une fois et sans aucune modération de ses courbes. Laissant même descendre un peu plus le paréo. Elle en serait presque incendiaire. Une vraie diablesse qui n’a pas du tout envie de revêtir des ailes d’ange.

En tout cas pas pour les heures qui vont suivre.

Avec la nuit qui se met en place, l’endroit se fait encore plus idyllique. Tobias pause le saladier sur la table et il s’installe sur un des transats. La musique distille des airs d’orient qui envoutent les courbes de Safiya avec une facilité désarmante. Il y a bien longtemps qu’elle n’a pas laissé son corps s’engourdir au son des musiques de ses racines. Elle plonge son regard dans celui de son amant qui l’invite à venir prendre place entre ses cuisses. « Je n’ai pas spécialement envie de me reposer .. je ne suis pas fatiguée .. juste enivrée .. délicieusement envoutée .. » Elle s’avance tout en continuant de jouer du ballant de son bassin. Elle prend même un morceau de fruit et le glisse dans sa bouche de façon provocante. « Hum .. c’est extra. » Ses cheveux viennent frôler le torse de Tobias, elle effleure ses lèvres des siennes et puis elle prend place contre lui. Se blottissant tendrement. La dégustation de la salade de fait de façon peut conventionnelle. L’égyptienne pose des morceaux de fruit ou de légume contre les lèvres de son amant et elle vient les piquer avant qu’il ne les avale. Et elle lui laisse faire la même chose. Cet échange donne encore à l’instant plus de profondeur et de réalité. « L’Égypte m’avait manqué. Le ciel. Les odeurs. Les saveurs. J’ai la sensation de renaitre. Et le faire en plus avec toi c’est vraiment magique et tellement précieux. » Elle l’embrasse avec douceur, une de ses mains glissent du torse de Tobias vers son aine. Effleurant sans pudeur sa virilité. De la pure provocation.

« Je t’aime. » Un mot qui roule comme une sucrerie.

Puis la musique change, du coup Safiya se lève et se remet à danser. « Juste pour toi mon cœur. » Elle se fait encore plus sensuelle que tout à l’heure. Son corps ondule avec expertise. Elle tourne pour que Tobias se délecte du spectacle sous toutes ses facettes. Ses bras. Ses cheveux. Ses hanches. Son regard. Sa poitrine. Tout son être se pare d’attrait juste pour lui. Elle ralentit, accélère, suivant la musique. Puis elle l’attrape et le fait lever. L’égyptienne pose les mains de Tobias sur ses hanches pour qu’il savoure d’avantage. Elle se colle contre lui et puis recule. Elle sait parfaitement ce qu’elle fait et comment elle le fait. C’est à la fois subtil et envoutant. Puis dans un mouvement lent elle défait le nœud du paréo et il tombe au sol. La mettant encore une fois à nue devant lui. Elle continue de danser, frôlant le corps de son amant avec plus de provocation. Elle passe ses bras autour de son cou, l’attirant contre elle. L’égyptienne se saisit des lèvres de l’historien. Et les embrasse avec fouge, sa poitrine effleure le torse de son amant avant que l’étreinte se fasse plus charnelle. « Aime-moi. » Safiya veut se perdre encore et encore entre les bras de Tobias.

Elle veut se griser de ce bonheur, de ce plaisir et ne plus en être privée jusqu'au bout de l'éternité.



AVENGEDINCHAINS




" Je vais t'aimer. Comme on ne t'a jamais aimée. Plus loin que tes rêves ont imaginé. Comme personne n'a osé t'aimer. Comme j'aurai tellement aimé être aimé. Je vais t'aimer. " M. Sardou
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Oph
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 472 - Points : 1351

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Dim 19 Aoû - 21:54 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


La soirée était douce, l’air agréable : une simple brise venait faire voler les cheveux mouillés de Safiya. Il n’y avait pas de témoin à leur idylle, juste eux. Tobias avait l’impression qu’à la fin de toute chose : ils seront ensemble contre le reste du monde. C’était cela d’avoir un compagnon de route et quand ce dernier avaient des courtes aussi délicieuses : il était difficile de résister. Il le savait faible maintenant, après avoir goûté tellement de plaisir : comment pouvait-il ne pas se soumettre au plaisir de ne faire qu’un avec elle ? De balayer ce qui s’était passé et ce qui se passerait une fois qu’ils auraient quitté l’Egypte. Cela importait peu. La seule chose qui comptait en cet instant était la beauté des faits et gestes de Safiya, le timbre mélodieux de sa voix qui ne tarda pas à raisonner dans la maison. Et Tobias qui préparait à manger n’était pas insensible au spectacle qui se dessinait devant lui. Le déhancher de la belle n’avait rien à envier à ceux qu’il avait déjà vus lors de ses expéditions en Orient. Prude comme il avait été toutes ces années, il n’avait jamais réellement regardé ce genre de danses de toute façon ; ayant bien trop de respect pour la femme pour apprécier cet art qu’il trouvait dégradant pour elle. Pour être de cette espèce, il savait que les hommes pouvaient être de vrai porc. Autant dire que se laisser au plaisir de la vision qui s’offrait à lui était nouveau et le laissait tout chose. Bon sang comme il ne fallait pas grand chose pour qu’il se jette sur elle comme un animal : enlevant les dernières barrières de sa galanterie qui avait tenu si longtemps.
La bienséance lui interdit de faire une telle chose et il se contenta de regarder encore un peu avant de reprendre la découpe des légumes. S’ils voulaient manger : il devait finir la tâche qu’il avait commencée. Après tout… Ils devaient reprendre des forces après ce qu’ils venaient de vivre. Tobias, tout du moins, savait qu’il ne pourrait pas tenir sans avoir un peu de nourritures dans son estomac même si cela serait un repas frugal.

« Une lionne hein ? J’aimerais bien voir ça. » Il sourit : « Promis je jouerais le rôle du parfait mal dominant qui ne fait rien. » Tobias surenchérit rapidement à l’image qu’elle lui avait offert. Pour sûr que Safiya était une vraie lionne. Sans quoi elle n’aurait pas survécu à ses côtés. « Dois-je comprendre que je n’ai pas le droit d’être sage alors ? » Il sourit : « Heureusement que je ne compte pas l’être hein ? » Il regarda à nouveau les légumes : « Je te donne la permission de faire ce que tu veux de moi. »

Pourquoi se priveraient-ils des plaisirs qui s’offraient à eux ? Rien ni personne n’était en droit de savoir ce qui se passe entre eux à l’instant. Tobias allait garder jalousement ces précieuses minutes passées avec sa belle égyptienne. Car oui, là, maintenant, tout de suite : elle était à lui. Aussi, certainement, qu’il lui appartenait. La parité homme / femme était quelque chose qui tenait à cœur et l’Historien faisait toujours son possible pour être juste avec les descendantes d’Eve. Utilisant sans honte des propos qui feraient rougir les curés et les rabbins : Tobias en aurait honte si la personne en face de lui n’était pas Safiya. Mais voilà, devant lui se tenait la belle qui avait capturé son cœur en se faisant une place douillette dedans. Par la force des choses, par la volonté de leurs Dieux peut-être ? Qui savait ? Certainement pas eux : ils n’étaient que de simples mortels après tout. Feintant d’avoir oublié la douche de ce matin, cela le fit rire :

« Tant pis, je devrais te remémorer ce soir avant qu’on aille se coucher… Quel dommage ! » Non, pas réellement, mais il fallait bien prétendre que les choses étaient injustes alors qu’en cet instant : elles ne l’étaient pas. Bien au contraire : Tobias était heureux. Son cœur léger s’enivrait de cet instant.

Annonçant que la salade est prête, il embrassa délicatement son épaule en souriant : son regard tendre était sans équivoque. Il l’aimait. Plus que de raison. Il répondit au baiser volé : voulant la garder plus longtemps encore contre ses lèvres mais la voilà déjà à parler français : narguant le pauvre qui ne comprit rien de ce qu’elle venait de dire. Pourtant, la caresse sur son postérieur valait toutes les explications. Jouant l’innocent jusqu’au bout, il répondit :

« Ok tu m’as perdu. » Il rigola : « Je connais l’Hébreu pour ma défense qui est une langue difficile : je ne peux pas savoir en savoir plus d’une. »

Il avait envie de plus, là maintenant tout de suite : même s’il n’était pas encore prêt à retourner à l’assaut de sa féminité : cela ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas s’occuper d’elle et te tente de la rassasier elle. L’embrassant fougueusement, ses mains sur ses hanches se sont insolentes et remontent le paréo rapidement pour la caresser intimement tout en continuant de l’embrasser. La laissant sur sa fin, il s’éloigna rapidement pour aller poser le saladier entre deux transats. Cependant, il ne veut pas que l’Egyptienne soit trop loin de lui alors à peine assis qu’il montre l’espace entre ses jambes.

« Tu es définitivement la plus forte de nous deux. »

Il sourit, pas besoin de faire le fort : Tobias avait juste besoin de se reposer un peu. Cependant, il voit immédiatement que Safiya n’a pas des idées chastes et la façon dont elle mange le fruit fit sourire l’Historien. Heureux de voir sa belle savourer l’instant de la sorte, il ne peut s’empêcher de soupirer d’allégresse en la sentant à nouveau proche de lui. La façon dont il lui fait consommer la salade composée est plus qu’à son goût. Pourtant, à chaque fois que le fruit était partagé : un goût d’insatisfaction restait sur ses lèvres. Il en voulait plus. Quand elle prit la parole, il passa sa main dans ses longs cheveux noirs pour dégager son visage.

« J’espérais que ce voyage te fasse plaisir, je ne m’attendais pas à autant de douceurs. » Il l’embrassa délicatement : « Une part de moi comprend que ma mission maintenant est de te rendre heureuse. Par tous les moyens. Tu es l’une des choses les plus précieuses que je possède, Safiya. » Souffla-t-il sincèrement avant de l’embrasser fougueusement. « Je t’aime encore plus. »

Les caresses de Safy ne tardèrent pas à faire leurs effets bien malgré lui. Pourtant, elle s’éloigna rapidement pour se déhancher à nouveau et ravir les yeux de Tobias qui continuait de picorer tout en ne quittant pas du regard celle qui partageait ces instants parfaits. Debout, entraînée dans la danse : il se trouve gauche et ne sait pas trop quoi faire. En réalité, le désir est bien trop ancré dans les fibres de son corps pour qu’il puisse faire quoique ce soit alors il se contente de suivre le mouvement et sa belle. Ayant en elle une confiance aveugle.



Et cet ébat ne fut qu’un parmi de nombreux. Ils restèrent plusieurs jours dans ce paradis avant d’aller à Louxor pour voir les Rahotep. Tobias, en tout bien tout honneur, s’était bien tenu et avait accepté de dormir dans le salon pour que sa Safiya puisse avoir la paix. Il ne voulait pas causer d’ennuis et de toute façon son cerveau était encore plein d’images, de plaisirs, de douceurs qu’elle lui avait offerts les jours qui ont précédés. Rapidement, et à leur plus malheur, ils se retrouvèrent à nouveau à l’aéroport du Caire. Leur avion était dans deux heures alors, une fois la sécurité passée : Tobias était allé chercher des dattes et du thé à la menthe qu’il apporta à sa belle.

« Voilà mademoiselle. » Il embrassa son front et s’installa devant elle. « D’un côté… Je suis heureux de rentrer : on a plein de travail à faire maintenant à Naples et on va pouvoir préparer la prochaine exposition sur l’Egypte et ses relations avec l’Italie mais d’un autre côté… Comme j’aimerais rester ici avec toi pour toujours. Là-bas… Plus personne n’a besoin de moi. Je suis un poids plus qu’autre chose. » Il prit une gorgée de thé en soupirant longuement.
AVENGEDINCHAINS


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Safiya RahotepLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1780-safiya-celle-qui-est-lu http://www.ciao-vecchio.com/t1809-un-seul-jour-peut-equivaloir-a-l-eternite-safiya
ID : sweety / nath
Faceclaim : Zoé Saldana © Schizophrenic...(vava) / Tobias (crackships)
Multi-comptes : Augusto Rinaldi & Luna Primavera
Messages : 2339 - Points : 3684

Âge : 38 ans née le 20 octobre 1979 à Louxor en Egypte.
Métier : Archéologue. Travaille avec Tobias depuis son arrivée à Naples.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Mar 21 Aoû - 16:18 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


Safiya compte profiter à fond de chaque seconde. Elle est prête à oublier toute retenue. Prête à briser toutes les règles. Alors le mot sage, il se retrouve rayé de son dictionnaire. Elle en oublierait même l’idée de manger, mais il faut bien que Tobias reprenne des forces avant qu’elle ne l’épuise dans une nouvelle joute torride. « J’adore quand tu joues le rôle du beau mâle dominant. Plus jamais on ne sera sage. On l’a trop été. » Elle le regarde faire avec attention. « De toute façon si tu ne me la donne pas je la prendrais. » Elle se fait rebelle, sauvage. Tout en restant charmeuse. Elle use de ces côtés cachés. Cherchant à affrioler d’avantage son amant. En lui faisant découvrir cette part d’elle jusqu’à présent rester secrète. Là plus de pudeur, elle se dévoile comme jamais, libre de toute chaine. Libre de l’aimer et de le crier au monde entier. Safiya laisse exploser cette force que l’amour lui souffle et influe dans chaque partie de son être. C’est comme une vague immense, un raz de marée, une vraie tempête. Mais c’est aussi de la lumière intense qui repousse bien loin la noirceur emmagasinée depuis tant d’année. Elle se plait à taquiner Tobias. A le voir rire et sourire. A le voir désemparé devant tout ce qu’elle lui offre sans modération. Ils forment enfin un tout et cela rend ce moment plus unique. « Mais si tu me le remémores je devrais m’en souvenir. Et peut être que la douche sera encore plus douce que celle de ce matin. » Elle dit plus douce mais pense plus sensuelle et plus torride. Mais vu qu’elle est censée avoir oublié, elle reste soft. En tout cas elle n’est pas prête à oublier ce séjour et toutes leurs étreintes. Même sous la torture. Même si on lui lavait la mémoire. Safiya sait très bien qu’ils resteront graver à jamais dans chaque pore de sa peau. Elle vient encore une fois le titiller en français, elle adore cette langue qui roule entre ses lèvres. Elle joint les gestes à la parole, décidée à lui apprendre le français sous bien des formes. « Ne t’en fais pas tu ne resteras pas perdu longtemps. En effet l’hébreu est une langue compliqué. Mais ne t’en fais pas je vais te faire aimer le français. » Mais pour le moment ils doivent se sustenter même si l’égyptienne a d’autres idées en tête. Elle se doit de laisser reposer son amant. Mais elle compte continuer à l’envouter et à l’enivrer de toutes les façons.

Autant sages qu’audacieuses.

Mais avant qu’ils se s’installent c’est Tobias qui se fait audacieux, venant frôler sa féminité dans un mouvement qui la fait frissonner. Safiya se délecte de cette caresse éphémère mais si savoureuse. Et puis il s’assoit la laissant en demande d’une suite toujours moins sage. Et elle continue de jouer, le provoquant d’avantage. « J’ai mes faiblesses aussi. » Mais là cette complicité, cet amour la rend forte et avide d’autre gourmandise. Et elle commence par la salade. Jouant entre le froid et le chaud. Donnant et puis frustrant avant de rendre l’instant suivant plus incendiaire. Avant de lui avouer le bonheur qu’elle ressent à être en Égypte et à vivre cette idylle avec Tobias. Idylle qui prend une saveur délicieuse et exquise ici, parce qu’à la base ce pays est le berceau de leur histoire. Elle sait qu’elle sera toute autant délicieuse en Italie. Même si quelques doutes caressent son esprit. Doutes qu’elle oublie alors que les doigts de Tobias glissent dans ses cheveux noirs. Elle sourit à ses mots. A vrai dire elle non plus ne pensait pas en venant ici laisser enfin parler son cœur sans y mettre de barrière pour x ou y raisons. « C’est que niveau plaisir tu me combles de toutes les façons possibles et imaginables. Et la suite ne sera que douceur si tu veux toujours de moi. » Elle répond à son baiser. « J’aime beaucoup cette mission. Tu es également la chose la plus précieuse que je possède. Tu le seras toujours Tobias. » Elle évite de laisser partir son esprit dans tout un tas de rêves. Parce qu’elle ne sait pas de quoi demain sera fait. Mais Safiya sait que l’avenir avec Tobias ne saurait fait que d’amour.

Reste à savoir s’ils ont un avenir.



Et même si parfois les deux amants se font insolents et indécent, l’amour est toujours présent dans chacun de leurs gestes.

Il y eu d’autres nuits. D’autres joutes. Leurs regards se sont paraient souvent de la couleur du désir. De l’envie. Ils ont su allier, sans aucune fausse note, ce séjour professionnel à l’allégresse du plaisir charnel. Ils ont profité de chaque seconde offerte. Tant pour agrandir leur savoir que pour se découvrir d’avantage. Safiya est allée voir sa famille et profiter avec Tobias de ce moment délicieux. Même si elle a passé sa nuit seule dans sa chambre d’enfant devenu pour le coup le gardien d’un trésor précieux, toutes les images de ses joutes avec Tobias. Car même si cette nuit là fut douce, elle fut bercée d’image érotique de leur corps enchainés, enlacés. Elle voyait l’instant s’éterniser. Ne pensant pas que le temps filait.

Mais le jour de retour sonne son glas et les voilà dans l’aéroport.

Plus que quelques heures encore et ils seront à nouveau en Italie. Même si Safiya ne dit rien, elle ressent comme une angoisse au fond de ses entrailles. La peur de perdre cette magie qui a été mise en place sur sa terre natale. Elle savoure les dates et le thé à la menthe que Tobias vient de lui apporter. Elle voudrait que le temps s’arrête là, les oubliant ici dans ce paradis qui a vu naitre enfin leur passion. « Merci. » Elle sourit. Le regard encore pétillant de leurs ébats. Son cœur se serre légèrement à ses mots, surtout quand il lu dit que personne ne l’attend là bas. Elle ne peut s’empêcher de penser à l’enfant qu’attend Angèle. « Oui cela va nous occuper un bout de temps. Cette exposition donnera l’occasion de faire connaitre mon pays encore plus. » Elle marque un temps de pause avant de le regarder dans les yeux. « On pourrait tu sais rester ici … pour toujours .. tu trouverais du travail et il y a encore tant de choses à découvrir. » Sa voix n’est pas triste juste un peu lasse parce qu’elle ne sait pas trop de quelle couleur va se colorer ce retour en Italie. Ici le rouge flamboyant du désir, frôlait le bleu irisé du plaisir, effleurait le vert émeraude de la tendresse. Et bien d’autres couleurs éclairaient leur palette. « Je vais être sincère .. j’ai un peu peur de rentrer. » Puis on les appelle pour aller rejoindre leur avion. Safiya vient se saisir de la main de Tobias. « Tu crois que tout sera pareil à Naples. Enfin moi je serais toujours à toi .. et toi ? » Pas qu’elle n’est pas confiance. Mais elle a juste la crainte qu’une partie de lui vienne à nouveau caresse son esprit. L’ombre d’Angèle sera présente à Naples et cela angoisse l’égyptienne. Même si elle a toute confiance en Tobias. Ils embarquent et s’installent.

Un dernier regard par le hublot. Une larme au creux de ses yeux. Et l’avion décolle.  





AVENGEDINCHAINS




" Je vais t'aimer. Comme on ne t'a jamais aimée. Plus loin que tes rêves ont imaginé. Comme personne n'a osé t'aimer. Comme j'aurai tellement aimé être aimé. Je vais t'aimer. " M. Sardou
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Oph
Multi-comptes : Vera, Vittoria et Ban-Ryu
Messages : 472 - Points : 1351

Âge : 36 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le Lun 27 Aoû - 19:16 )


Et si pour une fois les Dieux nous laissaient être heureux.
Tobias & Safiya


« Pourquoi je ne voudrais plus de toi… ? » Souffla-t-il avant de l’embrasser fougueusement.

Une tornade de luxure s’empara d’eux alors que la danse de Safiya se faisait de plus en plus indécente. Tobias ne pouvait pas plus longtemps résister à l’appel primaire de la chair. Elle le rendait fou. D’amour, de passion, de tendresse. Cela était nouveau et pourtant naturel : quel étrange mélange de sentiments. De nouveau nue, il la dévore du regard même s’il ne se sent pas à l’aise à bouger comme elle le fait. La danse n’avait jamais été son fort mais il semblerait que sa nouvelle partenaire de jeu était une professionnelle en la matière. Rapidement, il succombe et s’approcha d’elle avant de la forcer à s’allonger à même le sol. Elle l’avait après tout provoqué : Safy ne pouvait donc pas se plaindre de la tournure presque animal que prenait cet ébat. Pourquoi mettre de la retenue alors que sa belle n’attendait qu’à être aimé dans tous les sens du terme ? Il s’était promis d’être son esclave, de faire de ses désirs des réalités et il était bien décidé à ne pas perdre de vu cet objectif.


La soirée avait donné le ton du reste du voyage. Chaque jour offrait son lot de surprise, son lot de tendresses et ses moments d’amours purs. A l’aéroport, la réalité les rattrapa inévitablement les rendant tristes. Tobias connaissait ce regard, alors, il alla chercher du thé et des dattes fraîches : histoire de lui remonter le moral. Il aurait aimé être un menteur né, lui promettre que tout irait bien mais il ne savait pas ce qu’il l’attendait de retour à Naples. Angèle portait toujours son enfant et la communication ne passait toujours pas entre eux. En voyant les yeux encore remplis d’étoile de sa belle, il sourit et replaça délicatement une mèche

« Je sais que tu trouveras les mots pour fasciner les visiteurs, il me tarde de t’entendre expliquer l’histoire des objets. » Tobias s’installa sur la chaise et attrapa une datte pour la porter à ses lèvres. « Je ne sais pas… Les Allemands ont la main mise sur plusieurs sites archéologiques et je ne connais aucun d’entre eux. » Il haussa les épaules : « Mais si jamais une position s’ouvre au musée du Caire : je peux demander au directeur de me tenir au courant. » Une affirmation qu’il savait lourde de conséquences mais qu’il était prête à mettre en place.

Quand elle creva l’abcès et exprima ses peurs, Tobias la regarda dans le blanc des yeux : portant le thé chaud à sa bouche pour prendre une gorgée avant de se lever. A genoux, il se mit devant elle et attrapa ses mains.

« Je sais, mais je ne laisserai rien, ni personne se mettre en toi et moi. Ce qu’on a vécu n’a fait que me réveiller : je sais que plus jamais je ne pourrais te laisser. » Il se releva et l’embrassa tendrement avant de serrer sa main : « Je serais à toi. Je trouverai une solution pour parler à Angèle. » Il sourit avant de la lâcher pour emballer soigneusement les dattes et les mettre dans sa poche. Son thé dans une main, sa valise dans une autre il sourit à Safiya : « Ca va aller ne t’en fais pas. » Il voulait être confiant, il voulait avoir l’espoir que le pire était derrière eux.

Dans l’avion, il laissa sa belle s’installer avant de prendre soin de ses bagages. Il sortit de sa poche les dattes en les tendant à Safy. Son sourire radieux n’arrivait pas à se briser. Il aurait le temps de s’inquiéter une fois sur la terre ferme. En attendant, il voulait simplement profiter de son Egyptienne encore un peu.
AVENGEDINCHAINS


RP terminé


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Un moment volé au temps. feat Tobias -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Le reste du monde