Revenir en haut
Aller en bas


 

- { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
ID : Djoan (Floriana) fait vivre Brigitta à travers les articles de son blog.
Faceclaim : Alison Brie ©Shiya
Messages : 504 - Points : 1144

Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
Sujet: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Sam 31 Mar 2018 - 15:38 )
Sur les lieux du drameMini-intrigue
Pour la version six, voici une mini-intrigue préparée par nos soins. Elle est en lien avec l'intrigue du moment, dont les détails vous sont expliqués ici.

L'intrigue étant assez cadrée, nous vous demandons de respecter les détails donnés. Ne prenez pas d'initiatives quant au criminel. Supposez, n'affirmez pas, prenez en compte les événements tels qu'on vous les donne afin de garder une certaine logique. Merci. I love you

Enfin, si vous avez un souci, une question, n'hésitez pas à nous contacter. Bon jeu ! 
Situation
Sept minutes. C'est le temps qu'a duré la fusillade. Cet homme a tué, blessé des gens qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam. Il n'a pas choisi, a ouvert le feu, simplement, sans aucune hésitation, en criant sa rage à chacune de ses balles tirées et les dégâts sont considérables. Des enfants, des personnes qui avaient encore des tonnes de projets en tête, des rêves, des envies, y ont laissé leur peau. D'autres ont survécu, mais le traumatisme est toujours là et les souvenirs de la fusillade sont intacts.

Précisions
• L'action se situe au centre-ville de Naples, le samedi 31 mars.
• Il est environ 21 heures 15.
• La grande place est encerclée par les forces de l'ordre. Les corps sont recouverts d'un drap, les blessés sont pris en charge.
Rappelez-vous que vous pouvez à tout moment quitter la mini-intrigue pour en rejoindre une autre.
• Pour rappel, les deux personnages à contacter sont @Erio Mazzei qui est en charge de l'enquête et @Jane Invanov, psychologue disponible pour vous accompagner.
Revenir en haut Aller en bas
Vittoria MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2843-i-have-the-heart-of-a-man-not- http://www.ciao-vecchio.com/t2859-vicky-_-what-about-my-fist-in-your-face
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Elsa Pataky @Elsy
Multi-comptes : Tobias, Vera & Ban-Ryu
Messages : 139 - Points : 522

Âge : 37 ans
Métier : Inspecteur dans la brigade criminelle
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Sam 31 Mar 2018 - 17:46 )
« Martinelli avec moi.  » L’ordre est donné, Vicky attrapa sa veste, vérifia le chargeur de son arme tout en suivant l’officier devant elle. « Quelle est la situation ? – Fusillade dans le centre-ville, j'en sais pas plus encore. » Elle hocha la tête et souffla longuement. Elle avait vu des scènes de ce genre à Sicile et n’était pas impatiente d’arriver. « Le tireur s’est suicidé après avoir vidé tous ses chargeurs. »

Dans la voiture, personne n’ose parler. Elle envoya un message à Brandon pour lui dire qu’elle était dans la voiture de l’officier Greco et qu’elle se dirigeait vers le lieu du drama. Arriver sur place, elle prit plusieurs inspirations avant de sortir de la voiture. Un chaos indescriptible régnait. Des cris, des pleurs : des ordres qui sont donnés aux ambulanciers et autour une foule de passants qui a peur. Qui regardent choquer ce qui se passe sous leurs yeux. Ce genre d'événement arrivait dans le monde entier mais quand les faits étaient sous vos yeux : vous preniez pleinement conscience de l'ampleur Vicky sortit son badge et le montra aux policiers qui faisaient la sécurité avant de passer sous le cordon de sécurité. Les corps recouverts d’un drap n’avaient pas encore été élevés.  Elle se dirigea vers une personne assise dans une ambulance. Les blessures semblaient superficielles mais le choc était tout de même là :

« Je suis l’inspecteur Martinelli, je sais que cela ne va pas facile mais pouvez-vous répondre à quelques questions ? » Sa voix était douce, compatissante : elle ne brusquerait pas la personne devant elle. Il en était hors de questions. « Le moindre détail peut nous être utile. »



☽☽ The only difference between the saint and the sinner is that every saint has a past, and every sinner has a future.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Sam 31 Mar 2018 - 17:58 )
Lea n'avait rien vu venir, les choses avaient été tellement vite qu'elle en avait encore des sueurs froides. Les coups de feu fusaient et autour d'elle, les gens tombaient ou couraient. La peur avait envahit le centre de Naples alors qu'elle était tranquillement entrain de rentrer chez elle accompagnée de son Lara, avec qui elle devait faire son devoir de biologie. Assise dans l'ambulance, un verre en plastique rempli d'une eau fraîche dans la main, elle contemplait le liquide. Impossible d'avaler quoique ce soit alors qu'elle était encore submergé d'image d'horreur. Avant d'arrivée là, elle avait traversé un cimetière de drap blanc. Elle reconnaissait les rues, elle s'y était toujours sentie en sécurité jusqu'à présent mais maintenant, le moindre bruit, le moindre contact physique la faisait sursauter : « Je vais bien, je dois appeler ma mère, je vais bien... » s'entêta t-elle mais ses doigts refusaient de lâcher son sac à dos. Une voix féminine, douce et compatissante arriva : « Je suis l’inspecteur Martinelli, je sais que cela ne va pas facile mais pouvez-vous répondre à quelques questions ? » Elle releva les yeux vers la blonde, elle ne l'avait pas vu en arrivant dans l'ambulance alors elle acquiesça bêtement lorsque l'inspecteur lui avait demandé si elle pouvait se rappeler de quelque chose. Ce fut seulement après qu'elle avait bien fixé la plaque qu'elle lui avait montré : « Je vais essayer... » Elle jeta un oeil au delà de la jeune femme.

note note note :
 


Dernière édition par Leana Romanelli le Lun 2 Avr 2018 - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : PITOQUINHA, Louise Rumor-Glen
Faceclaim : Amber Laura Heard + © black pumpkin
Je suis absent-e : jusqu'à mi-octobre, bien que cela soit principalement une présence réduite.
Multi-comptes : Majbroute et Gabounette
Messages : 1507 - Points : 2977

Âge : trente-deux pétales
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Lun 2 Avr 2018 - 17:08 )
mini intrigue : sur les lieux du drame.
{ @Francesco Spinoza principalement }
C'est étrange comme on peut voir défiler notre vie en seulement quelques secondes. Le temps semble interminable, alors que seules quelques minutes se sont écoulées. Je sais que je serais marquée pour toujours par ce qui vient de se produire, jamais je n'aurais imaginé qu'un jour, cela arriverait. Choquée ? Je le suis. Apeurée ? Également. Je ne sais pas comment j'arriverais à m'en remettre…

⋆⋆⋆
Samedi 31 mars, je vais m'en souvenir malheureusement. Il est dans les coups de vingt-et-une heure et je suis à la terrasse d'un bar. Je ne sais pas pourquoi, mais je me sens toute chose. Je suis avec une amie, nous discutons tranquillement, mais je sens un malaise. Je l'ai ressenti toute la journée, ce qui n'arrive pas souvent, voir jamais, mais je me dis que c'est dans ma tête, que cela ne signifie rien. Cécilia, c'est le prénom de mon amie que je n'ai pas vu depuis un moment. Cette sensation désagréable reste présente dans mon esprit, cela gâche nos retrouvailles, mais je crois que j'aurais dû la prendre en compte... Il y a foule, on ne s'entend quasiment pas parler, au point de devoir parler plus fort. Naples est une magnifique ville, puis, on est en week-end alors forcément, il y a pas mal de monde. Avec mon amie Cécilia, nous rions. Cela me fait énormément de bien de la voir, je tiens même chaleureusement sa main dans la mienne alors que nous trinquons. Nous avons commandé elle comme moi un Mojito, puis, on discute de nos vies, de ce qu'on a loupé, mais on a encore tellement de choses à se dire, on a beaucoup de temps à rattraper...

Lorsque j'entends le premier coup partir, le malaise que je ressens depuis ce matin s'amplifie. Je panique. J'ai peur. Je me précipite sous la table, puis d'autres coups retentissent. J'ai évidemment lâché la main de Cécilia, je pensais qu'elle ferait comme moi. Malheureusement, ce n'est pas le cas et son corps s'effondre sur le bitume. Je suis choquée, je me sens trembler alors que je la regarde, et les larmes commencent à couler. Son corps sans vie est à quelques centimètres de moi. Je n'arrive plus à sortir le moindre son, je ne peux pas crier, je suis comme paralyser. Les larmes roulent sur mes joues en silence, je ne les essuie pas, l'image de mon amie décédée est gravée sur ma rétine, à jamais. Je ne sais pas vraiment combien de temps dure ce terrible drame. J'arrive à jeter un oeil autour de moi, et j'aperçois un homme. L'arme à la main, il la positionne sous son menton et il tire. Son corps s'effondre, je porte mes mains sur mon visage, je n'arrive quasiment plus à respirer face à l'horreur. Il y a quelques minutes, cet endroit était animé par la joie, par des amis qui se retrouvent, des familles, des personnes seules, mais à présent, il n'y a plus aucun bruit hormis les sanglots étouffés. Je ne peux m'empêcher de me recroqueviller, continuant à pleurer.  




is big, big love
'Cause all that we are All that we're made of Is big, big love Big, big love And all that we have All that we're made of Is big, big love Big, big love That's all that we are
Big Love - The Black Eyed Peas



Dernière édition par Anabela Laranjeira le Dim 1 Juil 2018 - 1:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vittoria MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2843-i-have-the-heart-of-a-man-not- http://www.ciao-vecchio.com/t2859-vicky-_-what-about-my-fist-in-your-face
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Elsa Pataky @Elsy
Multi-comptes : Tobias, Vera & Ban-Ryu
Messages : 139 - Points : 522

Âge : 37 ans
Métier : Inspecteur dans la brigade criminelle
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Lun 2 Avr 2018 - 19:48 )
Vittoria se mit accroupit pour être à la hauteur de la jeune femme. Elle savait les traumatismes que pouvaient laisser ce genre de massacre. Elle se souvenait de la première fois où elle avait vu autant de corps sur le sol ; où les sangs se mélangeaient aux uns et aux autres. Dans leur métier, ils devaient être prêts à tout : surtout au pire. Ils n’avaient pas le choix. Mais pour les civils : cela ne devait pas être le cas. Ils étaient là pour les protéger, mais la vie montrait bien trop souvent qu’ils ne pouvaient bien souvent rien faire pour empêcher les drames de ce genre.

« Merci. Vous devriez boire : vous vous sentirez mieux après croyez-moi. » Vicky voulut rajouter que si elle devait vomir : il valait mieux que son estomac ne soit pas vide. Elle sortit son magnétophone : « Pouvez-vous me dire ce qui s’est passé ? Avez-vous vu quelque chose d’anormal avant que le premier coup de feu soit tiré ? » Elle précisa presque immédiatement : « Prenez tout votre temps. »



☽☽ The only difference between the saint and the sinner is that every saint has a past, and every sinner has a future.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Lun 2 Avr 2018 - 20:54 )
L’adolescente fixait la jeune femme qui lui parlait. Elle avait les cheveux courts, le visage sympathique et doux mais la seule chose qui la préoccupait actuellement, c’était les draps blancs éparpillés sur le sol. Cela lui évoquait l’emplacement où des personnes lambdas se promenaient, tout comme elle, avec ou sans but précis. D’un instant à l’autre, la vie s’éteint.
« Merci. Vous devriez boire : vous vous sentirez mieux après croyez-moi. » Leana regarda à nouveau ce verre en plastique où le liquide n’avait pas diminué depuis qu’elle avait été prise en charge : « Oui. » répondit-elle mécaniquement puis porta le verre à ses lèvres, obéissante. Elle ne s’en était pas vraiment rendue compte avant mais sa gorge était incroyablement sèche, elle but une nouvelle gorgée, plus conséquente. Le magnétophone dans une main, elle prit lui posa la première question : « Je ne sais pas comment vous expliquer. Je marchais tranquillement et puis tout d’un coup, tout le monde s’est figé. » Elle reprit une gorgée, finissant le verre d’eau par la même occasion : « Tout autour de moi, les gens criaient. Un homme m’a attrapé par le manteau en me hurlant de courir. » Lea haussa des épaules, revivant ce sentiment d’impuissance et d’incompréhension : « Les coups de feu ont fusé, j’ai pas réfléchi, j’ai couru mais j’ai trébuché sur quelqu’un. En me relevant j’ai regardé derrière moi. Tout ce que je peux dire, c’est que... c’était un homme. » Les souvenirs refaisaient surface au fur et à mesure qu’elle parlait : « Il visait pas, il tirait seulement. Ensuite, j’ai couru dans une ruelle, derrière une grosse benne. » Son regard fixait un point invisible, revivant la scène en direct. Ses mains tremblaient : « J'ai cru que ma copine me suivait mais... » Ses yeux s'embuèrent de larme, où était Lara ?
Revenir en haut Aller en bas
Rafael Adamo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t553-rafael-adamo http://www.ciao-vecchio.com/t557-rafael-adamo-liens
ID : Ran94, marjorie
Faceclaim : Arthur Darvill + Tag(avatar), wiise(sign), tumblr(gifs)
Messages : 729 - Points : 1738

Âge : Trente quatre ans (12/05/1984)
Métier : Libraire
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Mar 3 Avr 2018 - 22:37 )
La situation ne s’était pas vraiment arrangée entre lui et Camilla, il s’en voulait un peu de l’avoir affiché à ce cours, mais bon parfois l’amour ça fait faire de drôle de choses. De temps en temps, il lui envoyait des messages, il essayait de se rapprocher d’elle, mais ce n’était pas simple. Ce soir-là, il lui avait laissé un message, comme quoi, il faisait un tour du côté du centre-ville, afin de boire un verre, mais qu’il aimerait bien passer chez elle, pour essayer de discuter. Pas de réponses à son message, ça ne le surprenait pas tellement. Il avait donc pris un cocktail dans le coin, c’est après avoir quitté l’établissement, qu’il a entendu les premiers coups de feu. Inutile de le nier, il avait peur, c’était la folie et son portable a fini par se fracasser au sol. Cela n’avait pas d’importance, il ne comptait pas mourir aujourd’hui. Cela avait du duré quelques minutes, mais ça ressemblait à une éternité, il avait eu de la chance de s’en sortir, mais ce n’était pas le cas de tout le monde. Il se sentait mal, heureusement que sa fille n’avait pas été là, il aurait eu peur pour sa vie. Tout ce qu’il trouva à faire c’était s’asseoir au sol, sans rien dire, il tremblait. Ce n’était pas quelque chose qu’on vivait tous les jours, il avait peur de regarder autour de lui, tout ce qu’il voulait à ce moment-là, c’était d’être auprès des personnes qu’il aimait. Il n’avait pas vu grand-chose, il avait surtout vu la foule et entendu les cris, c’était horrible et c’était sans doute quelque chose qu’il ne pourrait pas oublier. Il n’était pas loin de la grande place, il savait que la police allait vouloir lui parler, mais pour le moment, il n’osait pas bouger.


Rafael & Camilla.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Mer 4 Avr 2018 - 0:29 )
Un jour m’a conseillé de voir le positif en toute chose, dans chaque événement, qu’il soit bon, mauvais ou inattendu. Dès lors, je peux vous affirmer que l’avantage, dans la blessure physique, c’est qu’elle nous aide à oublier les maux du cœur. L’inconvénient – et il en faut dix à lui seul – c’est que recevoir une balle perdue en plein dans la cuisse, ça vous bouleverse le cœur et l’estomac. Au moment où l’on s’écroule, ce n’est pas la souffrance qui vous surprend, c’est cette impression que le temps a ralenti sa course. On se sent tomber, défaillir et, lorsqu’une minute auparavant, on a été confronté à un homme armé comme un militaire, on s’imagine qu’on ne se relèvera pas, tantôt par choix afin de ne pas attirer l’attention tantôt parce qu’en tant qu’élément faible, c’est nous que l’agresseur achèvera en premier. On en tremble, mais l’instinct de survie est une fabuleuse mécanique. Elle est bien huilée et, à défaut de nous pousser à commettre des actes intelligents, elle nous aide à puiser notre stock de calories de quoi ramper pour se mettre à l’abri. J’optai pour un tas de poubelles qui n’a pas encore été ramassé par les camions. L’odeur était insoutenable, mais cachée derrière les grands sacs noirs, je n’entendais que l’espoir de me tirer de cette merde en respirant encore. J’avais des choses à vivre, des révélations à faire, j’avais besoin de savoir ce que le destin me réservait. L’heure de ma mort n’était pas encore arrivée. Je m’en persuadais en récitant des Ave Maria, les mains jointes, après m’être improvisée un garrot, au cas où. La télévision n’aidait pas d’ailleurs. J’imaginais déjà le pire au sujet d’artère fémorale et autre danger du genre. J’ignorais ce que c’était exactement, mais j’arrachai tout de même la manche de mon chemisier pour le nouer bien serrée autour de ma cuisse. Il était autant que ma détermination à ne pas quitter mon trou à rat tant qu’on ne viendrait pas m’y chercher.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 453 - Points : 2011
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Mer 4 Avr 2018 - 1:11 )
Francesco sortait avec deux de ses amis. Antoine, un français qu'il appréciait, hommes d'affaires qui travaillait désormais pour Airbus et avec qui il s'entendait bien. Son autre ami était lui purement italien, pardon, sicilien. Luigi. Ne vous moquez pas, son frère s'appelle Mario. Bonne blague des parents, ou simple erreur? Il ne le savait pas vraiment. Les trois hommes discutaient à la fois affaires, filles et boulots, et, décontractés, se promenaient un peu dans les rues de Naples, profitant de la soirée qui leur était offerte. Ils avaient pris un verre et cherchait désormais un endroit où manger. Luigi avait de bonnes adresses dans le centre-ville, et à cette heure-ci, il savait où dénicher le meilleur pour les trois compères qu'ils étaient. Alors qu'ils sont là, à marcher tout en discutant, l'improbable se produit. Vous savez? Ce genre de choses qui n'arrive qu'aux autres? Ce genre d'événements qui n'arrive que dans des pays en guerre? Ce genre de situations que vous ne pensez jamais vivre? Les balles fusent, la peur paralysent les uns, fait fuir les autres. Dans un instinct de survie soudain, Francesco se couche et projette avec lui Luigi. Il reste là allongé alors qu'il entends les cris, la peur, les pleurs. L'instant semble durer une éternité. C'est comme si le temps s'était arrêté et que le moment allait tourner en boucle devant vos yeux. Le bruit de l'arme s'arrête soudainement. Certains corps ne se relèvent pas. La peur en a paralysé d'autres. Francesco se mets sur les genoux. Il a le coeur qui bat à cent à l'heure. Luigi se redresse. Egalement. Mais Antoine reste couché.
- Putain de merde... Non! Francesco se précipite en rampant à ses côtés, les muscles tremblants sous le coup de l'émotion. Il le mets sur le dos. Il respire à peine. Bordel, Antoine, nous lâche pas l'ami!! Francesco commence à lui faire un massage cardiaque pour ne pas le perdre. C'est la seule chose qu'il peut faire, la seule chose qu'il sait faire. Aller bon sang, tient le coup. Au loin, on entend les sirènes. Les pompiers. Les flics. Les deux peut-être. Francesco sent les larmes lui monter. L'émotion qui ressort. Allez Antoine... Fait pas l'con là!! On a encore besoin de toi bordel!! Dis-moi que ça va mon pote. Tiens le coup, les secours arrivent!! Ils arrivent. Prends courage!! Luigi s'approche également. Quelques instants plus tard les secours sont là. Ils le mettent sur une civière, s'assure que les deux autres hommes vont bien et le charge dans une ambulance.
- L'un de vous deux peut l'accompagner, si vous le souhaitez. Luigi s'empresse de dire oui, de plus il a une petite plaie au visage, sans doute à cause de sa chute provoqué par Francesco. Francesco fait signe que ça va aller. C'est faux. Mais il se veut rassurant.
- Je prends la voiture et je vous rejoins dans... Le temps de me remettre de... De tout ça. Hein? Luigi hoche la tête et finalement l'ambulance s'en va laissant Francesco seul. Des flics sont déjà là. Honnêtement, Francesco n'a rien vu. Il e pourra rien leur dire. Leur décrire le début, mais rien de plus. Les secours font le nécessaire, mais il y a tellement de monde... Francesco s'éloigne un peu et va finalement se caler contre un banc, ne prenant pas la peine de s'asseoir dessus, mais devant. Il respire un grand bol d'air frais. En vie, et sans blessure. C'est un véritable miracle. Un miracle. Lui qui n'est pas croyant est prêt à croire là pour le coup. C'est la panique dans les rues. Certains, pris en charge par les pompiers où les ambulanciers, ne savent pas quoi faire, leur regard erre dans le vide, sans rien voir de la vie alentours. La vie? Mais où est-elle après ce drame. Francesco reprends son souffle. Il ne peut empêcher son coeur de battre à une vitesse folle. Il entends du bruit provenant des poubelles à côté, mais ce n'est qu'un chat errant qui prends ses jambes à son cou. Il sursaute rien qu'à cela. Finalement, Francesco ose se lever. Il a les jambes qui tremblent légèrement. Un ambulancier le voit, mais au moment où il va pour s'approcher de lui, Francesco fait signe que ça va aller. L'autre le laisse. La police est là également. Il ne s'attarde pas sur eux. Il tente de faire quelques pas. Le ciel est bleu, le vie est belle, la journée magnifique. Mais comment le croire après ce que l'on vient de voir? Il aperçoit alors une jeune femme, recroquevillée sous la table d'un bar. A ses côtés gît toujours un corps sans vie. Des ambulanciers ne tardent guère à arriver. Ils prennent le corps, tente de rassurer la blonde, et alors qu'il la relève et l'assoit sur une chaise, Francesco la reconnait. Ana! Bon sang! Il s'approche alors, soulagé qu'elle n'est rien.
- Ana!! Elle se tourne vers lui, sans vraiment le voir peut-être. Ana, c'est... C'est Francesco. Il ne pose pas la question de l'habituelle "ça va?". Non ça ne va pas. Il prends une chaise et s’assoit juste en face d'elle. Eh... Doucement... ça va aller. On va s'en sortir, fait-il rassurant. il essai d'être rassurant, il espère l'être.

Edit: Avec autorisation du staff et en raison du départ de Dafné, je relance un peu tout ça.

@Anabela Laranjeira

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : PITOQUINHA, Louise Rumor-Glen
Faceclaim : Amber Laura Heard + © black pumpkin
Je suis absent-e : jusqu'à mi-octobre, bien que cela soit principalement une présence réduite.
Multi-comptes : Majbroute et Gabounette
Messages : 1507 - Points : 2977

Âge : trente-deux pétales
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le Dim 22 Avr 2018 - 18:34 )
mini intrigue : sur les lieux du drame.
{ @Francesco Spinoza principalement }
Je suis comme paralyser. Les prunelles closent je continue de pleurer en silence alors que je suis toute recroquevillée. Comment un tel cauchemar a pu s'abattre sur Naples ? Je ne comprends pas, je ne cherche pas à comprendre. Cette journée si paisible, si douce, si calme, si belle n'est plus. Il n'en reste rien, tout est comme figé. C'est comme si on avait mis un film sur pause, comme si le temps s'était soudainement arrêté, sans savoir quand il reprendra… Je n'ose pas rouvrir les yeux, d'abord, je ne sais pas si mon cerveau répondra, puis surtout, je ne peux pas à cause du corps de mon amie, de sa dépouille, parce que malheureusement, elle n'est plus de ce monde. Je repense alors à notre arrivée, ici, pour boire un verre et renouer parce que nous ne nous sommes pas vues depuis un bon moment, depuis de nombreuses années.

*** *** ***
« Attends une seconde Ana. Tu sais quoi ? On va prendre un verre, on va boire un bon Mojito. » Cécillia se rappelait que j'aimais les Mojitos. Nous ne nous étions pas vues depuis trop longtemps, mais nous avions gardé contact, du moins au début. Ensuite, on a commencé à s'appeler de moins en moins, puis finalement, avec les années, il n'y a plus eu que des coups de fil lors des fêtes, noël, le nouvel an ainsi que nos anniversaires. Mais j'étais de retour à Naples. Je ne savais pas pourquoi, mais j'avais pensé à elle, presque immédiatement lorsque j'étais sortie de l'avion. Je m'étais empressée de l'appeler, et puis, nous avions décidé de nous revoir.
J'étais très heureuse. Nous passions cette fin de journée et début de soirée ensemble, nous allions boire un verre, enfin, quand je disais un, je disais deux et puis trois, etc. « Tu veux aller à quel bar ? » Elle me demandait. Ses yeux parcouraient la place. Je faisais de même alors que je choisissais finalement le premier, celui où on se rendait souvent plus jeunes. Nous avions un ami qui était serveur, du coup, discrètement, il ajoutait de l'alcool à nos boissons, nous venions souvent. « Le premier ! Ça va me rappeler de très bons souvenirs. » Cécilia me regardait alors, elle semblait gêner, je ne comprenais pas vraiment, puis j'ai pris sa main et je l'ai entraîné à ma suite. « Ne fais pas cette tête enfin ! » Je riais, on trottinait presque et j'ai également choisi la table. « Celle-ci. » Je lui disais, pour ne pas être collé aux autres personnes présentes et s'entendre parler, bien qu'avec la foule, on ne risquait pas de s'entendre. « Bon, d'accord. » Elle m'avait répondu, faisant mine de soupirer alors qu'un mince sourire commençait à naître sur son visage. « Je sais bien que tu as envie de rire et que tu ne fais pas du boudin ! » J'ajoutais, riant, alors qu'elle commençait à s'asseoir. « Non ! Je veux cette place. Ainsi, on me voit de dos. Aucun homme saoul ne viendra me fatiguer avec des "vous êtes toujours aussi belle", ou encore, "je vous paye un nouveau verre", enfin, tu vois le genre. » Elle se relevait et s'asseyait finalement en face de moi, à la place où JE voulais qu'elle s'assoit.


*** *** ***
La première pensée qui fuse dans ma tête est : « Ça aurait dû être moi... Mon corps sans vie, mon corps écroulé sur le bitume... » Je n'arrive plus à m'arrêter de pleurer, je n'arrive plus à bouger, mais je tremble comme une feuille, comme s'il faisait très froid. Cela prend même l'allure de convulsions, mais fort heureusement, ce n'est pas le cas. Je ne perçois plus aucun son, hormis les battements de mon cœur qui tente de s'échapper de ma poitrine, qui tape avec force contre ma cage thoracique. Je devrais sans doute crier, je devrais essayer de me relever, écouter ce qui se passe autour, aider les autres, ceux qui ont peur, mais je ne peux pas. J'en suis tout bonnement incapable. Je ne me rends pas compte qu'on s'active autour de moi, je n'entends pas la moindre parole alors que je sens tout de même qu'on me soulève. Je rouvre les yeux, je cherche quelque chose à quoi m'accrocher, mais rien, il n'y a personne, je ne connais pas ses hommes qui me font asseoir et j'entends SA voix. Je le regarde, puis il reste, Francesco s'assoit face à moi, il tente de me rassurer comme il peut. Le voir ainsi fait naître de nouvelles larmes, il n'a rien, heureusement, il n'a rien. Je me sens tirailler entre le soulagement de savoir Francesco vivant, sans blessure, du moins visible, et la douleur d'avoir perdu une amie, une amie que je ne reverrais jamais, une amie que j'ai laissé s'éloigner, une amie qui ne voulait pas aller à ce bar, une amie qui ne voulait pas s'asseoir à la place que je lui avais désigné, une amie qui dans le fond m'a sauvé la vie. Je tremble toujours alors que mon regard s'accroche à celui de Francesco. Je voudrais le toucher, prendre l'une de ses mains, mais j'en suis incapable, je ne peux pas pour le moment. Après quelques minutes, mon cerveau se réveille et j'essuie l'une des nombreuses larmes qui continuent à rouler sur mes joues. Je tremble toujours comme une feuille et puis, lentement, je me penche vers lui, et j'attrape l'une de ses mains que je presse. J'essaye de parler, c'est difficile, sans doute trop compliqué, puis, je perçois le son de ma voix, empli de trémolos. « Tu n'as rien. » Je pousse un soupire de soulagement, pressant davantage encore sa main dans la mienne, comme pour réaliser qu'il est là, que c'est réel, et qu'il n'a rien eu, qu'il est sain et sauf.




@FRANCESCO SPINOZA Je t'aime trop. Merci d'avoir repris le poste et d'être présent pour la miss Ana.  


is big, big love
'Cause all that we are All that we're made of Is big, big love Big, big love And all that we have All that we're made of Is big, big love Big, big love That's all that we are
Big Love - The Black Eyed Peas



Dernière édition par Anabela Laranjeira le Dim 1 Juil 2018 - 1:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- { MINI INTRIGUE : SUR LES LIEUX DU DRAME } -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre