Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 453 - Points : 2011
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Dim 1 Avr 2018 - 11:53 )
It's a sexy woman in beautiful night
RDV à 20h30. Francesco relisait le carton d'invitation à l'anniversaire de son ami, Antonio Calerni. Un homme qui fêtait ses trente-cinq ans et bien sûr, qui avait organisé une fête, visiblement qui allait être grandiose, pour bien marquer le coup. On était vendredi, ce qui annonçait bien le week-end dont Francesco allait profiter amplement. Son entreprise tournait bien, et il était plutôt satisfait du dernier bilan. Il était donc de bonne humeur, et prêt à passer une bonne soirée. Il fallait désormais choisir quelle tenue il porterait, mais en cela, et pour une fois, il n'avait pas eu trop de mal. Un costard chic et sobre, composé d'un beau pantalon noir, d'une veste de costume noire également mais non moins chic, et d'une chemise blanche orné de motifs floraux finement cousus dans le tissu... Du travail d'orfèvres. Il avait également laissé sa barbe, âgée de quelques jours et qui lui donnait un air non moins charmant, mais peut-être un peu plus mature. De belles chaussures pour terminer l'habillage et un nœud papillon bleu, et il était prêt. Il n'eut plus qu'à saluer son majordome et il descendit au garage pour prendre sa voiture: La Maserati bien évidemment. Il alluma le contact, fixa sa ceinture de sécurité alors que s'ouvrait la porte du garage, et démarra sa voiture, dont le son si particulier lui donna toujours autant de plaisir. Et il sortit de sa splendide propriété pour prendre la direction d'un quartier un peu plus loin. Il avait la flemme d'y aller à pied, tout simplement. Non pas qu'il ne soit pas sportif, mais plutôt flemmard, et puis, ça faisait toujours mieux d'arriver en grosse bagnole. Il arriva à l'heure, plusieurs voitures étaient déjà garés devant la splendide villa de Antonio et Francesco suivit l'exemple, se rangeant en épis sur le parking. Lorsqu'il sortit, il nota immédiatement que l'ambiance était à la fête, rien que de la musique qui se dégageait de la villa. Et il rentra finalement, la porte étant déjà ouverte. Plusieurs invités étaient déjà présents dans la splendide villa dont l'immense salle à manger alliée au salon avait été aménagé en piste de danse. Visiblement, son ami avait pris soin de faire venir un DJ.

Francesco retrouva son ami dans le jardin, en train de discuter avec deux charmantes demoiselles et un homme que Francesco avait déjà rencontré, mais dont le nom lui échappait. Il arriva discrètement et le petit groupe lui accorda un peu d'attention. Il prit immédiatement la parole.
- Je vous prie de bien vouloir excuser ce dérangement, je venais simplement saluer mon petit vieux préféré. Les autres ne purent que rire de la remarque alors qu'il embrassait son ami et lui souhaitait un joyeux anniversaire. L'autre le remercia et il les laissa tranquille. Il ne tarda guère à rencontrer d'autres amis à lui et discuta avec eux. De tout, de rien, de la pluie et du beau temps, parfois des affaires, d'autres fois sur l'opinion qu'ils avaient d'un film ou d'un artiste, qu'il soit musicien ou comédien. S'emparant d'un verre sur un plateau que transportait un serveur, engagé sans doute pour l'occasion, Francesco profitait de boire et de s'amuser un peu, lançant quelques piques au passage, quelques blagues de temps à autres. Il était plutôt à l'aise dans ces milieux là et ne s'en cachait pas. Finalement, i se retrouva sur la piste de danse, jouant de son corps, de sa souplesse, et de son charme sur une piste de danse déjà bien enflammée. Quelques filles venaient se frotter à lui, et il répondait, provocant en tout temps, mais sans jamais franchir d'autres limites qu'un effleurement de temps à autres. Dans ce genre de soirée, ce qui prime aussi, ce sont les défis à la con. Avec de l'alcool, bien sûr. Et bientôt, une partie des invités regardaient Antonio qui, à moitié bourré, tentait de tirer un ballon dans une petit cage au fond de son jardin. Il n'avait pas le pied carré, mais bourré, c'était un véritable empoté. Que dire de ses deux concurrents qui n'étaient pas bien mieux non plus. Beaucoup se moquaient, non pas de manière méchante, mais du jeu stupide auxquels ils se livraient.
- Ah si on avait mis une femme dans les cages, je suis sûr que t'aurais au moins su cadrer l'ami! Balança Francesco. L'autre se tourna avec un grand sourire et répondit.
- Viens donc nous faire une démonstration toi qui est si fort! Lui lança Antonio, se saisissant d'un ballon de foot qu'il avait. L'attention se porta un peu plus sur Francesco qui s'avança.
- Je ne voudrais pas que tu perdes ta notoriété... Petit rires de la foule rassemblée là alors que Antonio posait le ballon et lui désignait les cages au fond du jardin. C'était ces petites cages en plastique de même pas deux mètres de largeur et d'a peine deux mètres de hauteur. plus une cage de hockey qu'une cage de foot.
- Allez... Francesco Totti, montre nous ton talent. Provocation ultime, il n'en fallait pas moins pour que Francesco se sente obligé de participer. Gamin, il avait fait du foot et n'hésitait pas à aller taper dans un ballon de temps à autres avec ses amis... Ce qui ne faisait pas de lui un footballeur professionnel cependant. Mais il avait la vivacité et la force nécessaire pour s'imposer. Il prit un peu d'élan, se concentra, et frappa dans le ballon d'un geste sûr et avec application. Le ballon partit... Et atterrit tout droit dans la petite cage qu'il renversa. Pas étonnant vu qu'elle n'était pas fixé et que Francesco avait tout de même tiré assez fort. La foule s'écria de surprise alors que Antonio sautait sur lui, fou de joie, un bras autour des épaules de Francesco.
- Un florentin mes amis!!! Il nous vient tout droit de Florence et c'est un type aussi fort au foot que dans la négoce!! Ils en rirent quelques instants alors que Antonio continuait. Apportez-moi une bouteille!! Une bouteille de Rhum pour mon ami! Francesco sourit avant de répondre
- Là mon ami, tu joues avec le feu... Tu sais que j'aime le Rhum?
- Eh pardi! tu adores ça! La bouteille arriva, déjà ouverte et heureusement et Antonio s'en but quelques longues gorgées avant de la tendre à Francesco tandis que les gens les regardaient.
- Bah quoi?!! Qu'est-ce que vous regardez comme ça?!! Cet homme a trente cinq ans aujourd'hui, alors foutez-moi l'bordel! La musique reprit de plus belle alors que Francesco buvait à son tour. Le rhum, il aimait ça, et il comptait bien profiter de cette soirée.

Après quelques longues gorgées et alors que la foule se dispersait pour dans de droites à gauche, il remarqua alors une jolie blonde. Il arrêta d'en boire pour mieux la détailler. Belle, bien habillée, les formes mises en valeur, véritable poupée barbie vivante, elle le regardait également. Leur regard se croisèrent un instant, mais elle ne supporta pas le sien. Elle avait dû le voir faire le pitre car elle avait un petit sourire en coin. Ou alors était-ce les les dires de l'homme avec qui elle parlait qui la faisait rire. Il finit par s'approcher, posant la bouteille sur une table du jardin et arriva près des deux personnes. Il tapota sr l'épaule de l'homme qui se tourna pour lui faire face.
- Tiens, tu sais quoi t'es gentil, tu dégages et tu laisses mademoiselle respirer, d'accord? Sans perdre plus de temps, Francesco s'approcha de la charmante blonde dont le regard bleu acheva de le conquérir. Mademoiselle... Reprit-il pour la saluer en se saisissant de sa main pour y déposer un baise-main des plus galants. Francesco. pour vous servir. Je serais heureux de... Il n'eut pas le temps de terminer qu'on lui tapotait l'épaule. Il se retourna et vit le même homme auquel il n'avait déjà plus accordé d'attention depuis une bonne minute. T'es encore là? Faut que j'te l'dise en quelle langue? En chinois? Francesco se concentra pour se rappeler des quelques notions qui avait du mandarin puis abandonna l'idée rapidement. Ouais ben j'ai pas l'temps. L'autre sembla vouloir rétorquer quelque chose, mais Francesco eut tôt fait de lui clouer le bec. Tiens tu sais quoi? t'es sympa, t'as tout un tas de filles dans le coin, tu t'en trouves une et tu me fais pas suer d'accord. l'autre préféra ne pas insister tandis que Francesco reportait son attention sur cette femme magnifique. Veuillez m'excuser, des soucis de dernière minute... Comprenez, les hommes d'aujourd'hui sont bien mal élevés je trouve. C'était l'hôpital qui se foutait de la charité, mais ça il s'en moquait bien. Francesco l'orgueilleux était dans la place. Francesco le charmeur également, mais certainement pas le modeste. D'ailleurs c'était un qualificatif qu'on ne lui attribuait pas souvent. Ils s'approchèrent du buffet où traînaient diverses cochonneries et amuses-gueules et Francesco reprit. Puis-je vous offrir un verre?   

Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Francesco Spinoza le Ven 11 Mai 2018 - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : PITOQUINHA, Louise Rumor-Glen
Faceclaim : Amber Laura Heard + © black pumpkin
Je suis absent-e : jusqu'à mi-octobre, bien que cela soit principalement une présence réduite.
Multi-comptes : Majbroute et Gabounette
Messages : 1507 - Points : 2977

Âge : trente-deux pétales
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Dim 1 Avr 2018 - 23:37 )

It's a sexy woman in

beautiful night.

 







Alors que je suis encore assise sur le sable, je souris. Je pense à la soirée d'anniversaire de l'un de mes amis, Antonio Calerni. Nous nous sommes rencontrés il y a pas mal d'années, alors que je passais toutes mes vacances scolaires ici, à Naples, puisque mon père est italien. J'ai toujours beaucoup aimé cette ville, puis, je me suis faite rapidement de bons amis. Même si je retournais au Portugal, nous gardions contact, également lors de mes années où je faisais du mannequinat. J'ai la sensation que j'ai plus d'amis ici qu'à Lisbonne au final, et cela fait disparaître mon sourire. Je n'aime pas penser à ce qu'il m'attend là-bas, si j'y retourne. D'ailleurs, j'ai essayé de prendre un vol pour retourner dans cette magnifique ville, celle où je suis née, mais j'en suis incapable. Ici, je dis simplement que je fais une pause dans ma carrière d'actrice. C'est simple et efficace, j'annonce que je suis « fatiguée » parce que j'ai travaillé en tant que mannequin dans les dix-sept, dix-huit ans, et que j'ai enchaîné avec mon rôle dans la télénovéla se déroulant à Lisbonne. Je pousse un soupire alors que je regarde la mer. Je me sens apaiser à Naples, bien que parfois, mes angoisses reviennent pour me ronger de l'intérieur, mais ça, personne ne le sait. Je ne pense pas être prête pour me confier à qui que ce soit, je pense que tout cacher m'arrange aussi, je n'affronte pas la dure réalité que j'ai fuis pour rejoindre l'Italie. En attendant, je décide de rentrer afin de me changer, puisque je vais à une fête d'anniversaire. Il va y avoir beaucoup de monde, des amis, des connaissances aussi, puis, je vais pouvoir discuter et m'amuser, c'est tout ce que je fais en ce moment, mais j'admets que ça me plaît bien. Puis, j'ai besoin de faire le point, j'ai besoin de me retrouver tout simplement.
Je ne passe pas énormément de temps dans mon dressing, je m'habille selon mes humeurs très souvent. Puis, à Lisbonne ou encore à Naples, il y a rarement du mauvais temps, j'admets que j'ai beaucoup de chance sur ce point. Ce n'est pas comme si j'avais abandonné le beau temps, d'ailleurs, mon père me disait toujours que s'il faisait soleil à Lisbonne et à Naples, c'était parce qu'il me suivait, que c'était moi qui rayonnais. Je rougis à cette pensée, alors que je me mords la lèvre. Avec Antonio, nous avons toujours été proches, nous avons toujours communiqué, je sais que je peux compter sur lui, mais je n'ai pas besoin que l'on soit en permanence sur mon dos. J'aime être tranquille, j'aime être seule, en réalité, je crois que je ne me suis jamais sentie aussi libre de toute ma vie. Cela me fait beaucoup de bien, étonnement. J'enfile un jean, je mets un top blanc et puis je prends des sandales. Les cheveux lâchés, j'attrape le cadeau pour Antonio, et je pars bien en avance, parce qu'il a peut-être besoin d'aide pour quelque chose, puis ainsi, je lui offre son cadeau sans toutes les personnes qui seront présentes. Ça m'arrange, je n'ai pas envie d'assister à la scène de la découverte de son cadeau devant tout le monde, malgré mes airs, je suis une grande timide. Une fois prête, je m'en vais, fermant rapidement la porte de ma villa, le cadeau en main. Antonio ne vit pas bien loin de toutes les villas donnant sur la plage, puis, je sais que je vais boire, alors je ne préfère pas prendre ma voiture, puis j'adore marcher. Je profite du soleil, mon sourire réapparaît, et après un bon quart d'heure, je suis chez lui.
Alors que j'arrive, la porte est déjà ouverte. Plusieurs personnes s'affairent, il faut croire qu'il y a encore des choses à placer, je souris poliment avant d'essayer de retrouver mon ami. « Antonio ? » Je prononce alors, assez fort, alors qu'il apparaît, devant sa cuisine. Mon sourire s'étire davantage, je le rejoins, lui offrant une accolade. « Salue la belle. Tu sais qu'on est que dix-huit heures ? » Je dépose un baiser sur sa joue, puis je lui tends son paquet. « Je sais. C'est ton cadeau. Joyeux anniversaire. » Je suis contente de le voir, puis ainsi, nous allons pouvoir discuter, ou alors, il va me demander de faire quelque chose avec lui, les deux options me conviennent. « C'est bête, j'aurais aimé que le cadeau ça soit toi. » C'est vrai qu'il me lance toujours ce genre de phrases, il me taquine, puis je rougis. « Arrête, t'es pas prêt, je suis indomptable. » Je lui offre un clin d'oeil, alors que nous allons dans sa cuisine. « J'ai hâte de voir, j'espère que tu n'as pas mis trop d'argent dedans. » À vrai dire, il s'agit d'une bouteille de vin, son préféré, d'une excellente année. « En fait, j'ai dû mettre la villa de ma famille à vendre, mais ça vaut le coup, tu as trente-cinq ans. » Je lui souris encore, je le taquine, et comme prévu nous commençons à discuter. « Au fait, j'ai tout pris pour que tu puisses te faire autant de Mojito que tu as envie. » C'est adorable de sa part, bien sûr, il sait que c'est mon cocktail préféré, j'adore en boire. « Des nouvelles de ta famille ? » Mon sourire se crispe, je sais qu'il ne veut pas en venir à ce qu'il s'est produit à Lisbonne, mais, j'y repense forcément. « Ça va, Alejandro voudrait me rejoindre, je lui manque. Il me manque aussi. » Je hausse les épaules, j'admets qu'un voile de tristesse s'est installé dans mon regard. « Je ne voulais pas te peiner Ana. » Je lui offre un sourire, il est certes mince, voir timide, mais je sais bien qu'il ne voulait pas me blesser. « Je sais, ne t'en fais pas. » Il pose alors ses mains sur mes épaules pour me secouer, puis, il reprend. « Ton frère devrait te rejoindre ici, tu serais moins seule, même si je sais que tu as besoin de temps. » Il a raison, j'en ai besoin. Puis, je me balade beaucoup, je m'occupe mine de rien.
Il est presque vingt-et-une heure et il y a déjà énormément de monde. Je me faufile entre pas mal d'invité, lorsqu'on me rentre dedans. Il s'agit d'un homme que je ne connais pas, mais qui me sourit, à l'évidence, je lui ai tapé dans l'œil. « Bonsoir. Depuis que je suis arrivé, je me dis que je vous ai déjà vu quelque part. » Je le regarde, gêner. « Je ne vois pas d'où. » Je lui réponds, avant de hausser les épaules pour rejoindre l'immense terrain, Antonio semble se donner en spectacle et je ne veux pas en rater une miette. « Vous êtes sûre ? Parce que vraiment, votre visage me rappelle quelqu'un... » Je soupire, alors que je regarde mon ami, il est saoul, comme souvent lors de soirées, j'ai bien envie de rire. Je ne me moque pas méchamment, mais il faut bien admettre qu'une fois bourré, il est… Comment dire… C'est un véritable clown, d'ailleurs, il y a beaucoup de monde qui rit alors que je me retiens, me pinçant les lèvres. Un homme le rejoint, je ne pense pas le connaître, mais il semble avoir beaucoup d'humour. Je souris, quand je sens une main se poser sur mon épaule, je me retourne. « Vous êtes mannequin, c'est ça ? » Je le fixe un instant, avant de répondre, il faut qu'il comprenne que j'aimerais qu'il me lâche les baskets. « Je l'ai été, je ne le suis plu. Écoutez, je... » Il ne me laisse pas terminer. « Oui ! J'y suis, vous êtes toujours aussi belle, voir encore plus. » Je devrais sans doute être touché, voir flatter, mais ce n'est définitivement pas le cas. « Excusez-moi, je veux savoir lequel des deux va réussir à tirer dans la mini cage de but. » Je pense qu'il va passer à autre chose, mais il reste à mes côtés et je n'ai pas envie de le rembarrer devant toutes les personnes présentes. Alors que mon regard se pose de nouveau sur mon ami, je vois le visage de l'homme en costume à ses côtés. Je dois bien admettre qu'il est très beau, très attirant également. Je le regarde un instant lorsque je croise son regard. Je me mords la lèvre, puis l'homme qui me colle depuis un temps reprend. « Vous ne voulez pas boire quelque chose ? Genre un alcool pour délier votre langue. » Il m'offre un clin d'œil et je suis de plus en plus mal à l'aise. S'il continue, il va falloir que je sois claire et cela devant tout le monde, tant pis pour lui.
Je n'ai pas vu l'homme qui m'a tapé dans l'œil arrivé, à vrai dire, je suis soulagée, parce qu'il va s'en doute m'apporter de l'aide sans le savoir en discutant avec lui, sait-on jamais, ils sont peut-être amis. Quand il lui dit de se tirer pour me laisser respirer, j'admets que je suis surprise, mais je ne pipe mot, parce que malgré tout, même si ce n'était pas ce que j'avais pensé, il m'en débarrasse. Charmant et charmeur, il se présente alors que monsieur pot de colle revient à la charge. Il faut lui dire quoi pour qu'il me lâche ? J'ai bien envie de lui dire très clairement qu'il me saoule, mais je n'en ai pas l'occasion. Francesco, lui demande une fois encore de s'en aller, de me laisser, j'espère qu'il va comprendre ce coup-ci. Il me fait rire, c'est sans doute ce que je préfère chez un homme, bien avant le physique. « Merci de m'en avoir débarrassé. » Je réponds, alors qu'on rejoint le buffet. « Je m'appelle Anabela, et je veux bien que vous m'offriez un verre. » Mon regard s'accroche au sien, je le fixe avec gourmandise, allé savoir pourquoi.
CODE DE SOLSKEN SUR BAZZART.


Dernière édition par Anabela Laranjeira le Lun 2 Avr 2018 - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 453 - Points : 2011
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Lun 2 Avr 2018 - 16:37 )
It's a sexy woman in beautiful night
Sexy, séduisant, charmeur, Francesco savait jouer de tous ses atouts pour plaire aux femmes. Et celle-là ne lui avait pas échappé. Belle, blonde, le regard magnifique, véritable poupée en ces lieux. Immédiatement, Francesco avait saisi l'occasion, se préoccupant peu de la discussion qu'elle entretenait avec l'autre idiot qu'il eut tôt fait de chasser, tel un lion bien plus imposant en chasse un autre pour conserver son harem ou l'agrandir. On pouvait se demander parfois si Francesco n'était pas plus félin que homme de temps à autres, mais bon, cela lui plaisait, et il continuait. La jeune femme quand à elle le détaillait et acceptait de le suivre. C'était un bon début. Bon, en général, Francesco était plutôt doué avec les femmes, et elles étaient rarement en train de le fuir. Mais certaines étaient plus coriaces que d'autres ou faisaient leur difficile. Elle le remercia finalement de l'avoir débarrassé de l'autre homme. Il la regarda avec un grand sourire:
- Mais ce fût avec un immense plaisir que je me suis porté à votre secours! Il disait cela avec de l'humour bien que c'était également on ne peut plus véridique. Je viens toujours au secours des demoiselles en détresse... Mais vous... Il souligna sa phrase en la désignant d'un doigt, comme si il y avait quelque chose de particulier. Vous j'ai de suite senti que vous l'enverriez voir ailleurs si je n'intervenais pas et vous l'auriez peut-être fait moins délicatement. Donc il fallait que je préserve votre image si... Parfaite? Il osa un sourire devant tant de conneries, mais s'en amusa rapidement. Ils arrivèrent près du buffet, il poussa deux trois filles du milieu, ainsi que quelques mecs et fit de la place pour que la jolie blonde puisse le rejoindre. Elle acceptait le verre qu'il lui offrait, et il en fût tout heureux. Il la détailla. Ce genre de blonde se régalait en général de cocktail, et la valeur sûr était un mojito, d'autant qu'il en courait plein la table et que Francesco les adorait aussi. Cependant, il préféra se le faire lui même. Il se saisit de deux verres, d'une bouteille de rhum, d'un peu de citron, de l'eau, et du sirop de sucre de canne ainsi que d'un sirop de menthe.
- Alors je serais heureux de vous offrir l'une de mes boissons favorite... Un mojito. J'espère que vous aimerez... D'autant qu'il est préparé par moi.

Il commença sa préparation, tel un véritable pro, comme si il avait travaillé dans un bar alors qu'il ne s'était jamais entraîné nul part ailleurs que dans des soirées bien arrosés pour épater la galerie. La musique continuait et certains gars commençaient à se lancer dans la danse, n'hésitant pas à montrer ce dont ils étaient capable. Francesco n'y prêta que peu d'attentions. Pendant qu'il préparait leurs boissons, il demanda alors:
- Bon, et je ne vous ai jamais vu dans le coin? Vous êtes nouvelle? Il lui tendit le verre, le mojito enfin prêt alors qu'il s'attaquait au sien. buvez tant que c'est frais. Il ne tarda guère à se servir le sien, profitant de contempler la jolie blonde. Un top blanc qui laisse entrevoir de jolies formes, un jean splendide qui met en valeur ses jambes parfaites et des sandales tout aussi assorti qui la rendent non moins agréable à la vue. Elle sait s'habiller, a du goût, et elle est belle. Tous les atouts d'une femme en quelques sortes? Francesco finit par se servir son verre et décide de trinquer avec elle. A notre ami Antonio et à ses trente-cinq ans! Fait-il en riant. Ce-dernier arrive justement, salue quelques un de ses amis et s'éffondre presque dans les bras de Francesco.
- Et bien alors, que vois-je? l'un de mes plus gros arnacoeur accompagnant l'une de mes plus charmante et de mes meilleures amies? Francesco se sent un peu gêné des propos de son ami mais ce-dernier n'a pas totalement tort. Il ose cependant répondre.
- Ton "gros arnacoeur' comme tu le soulignes si bien, est heureux d'être ton ami accessoirement. Fait-il dans un sourire.
- Mais oui! Heureux d'être avec une aussi jolie blonde oui! Répond-il alors en désignant Anabela. Francesco n'est pas mal à l'aise, mais son ami en fait un peu trop... Un italien tout craché.
- Ouais, mais ça on le dit après, sinon elles prennent la grosse tête les jolies blondes. Fait-il dans un clin d’œil charmeur pour cette dernière. Antonio se tourne vers lui et dans un semi-murmure qu'elle entends sans doute, déclare:
- Elle... Mon ami, crois moi. Elle est pas femme facile... Indomptable et peu d'hommes ont eu la chance de... Tu vois?
- Toi, réponds Francesco du tac au tac, je vais aller devoir te mettre au lit, tu es tellement bourré que tu tiens plus debout. Finit Francesco dans un petit rire. Antonio se redresse rapidement, fait mine qu'il tient debout et répond avec fierté.
- N'importe quoi! Je peux tenir encore sept heures comme ça, et avec cinquante-sept verres de rhum en plus... Francesco sourit alors que Antonio parle un peu à la blonde avant de filer, les laissant tous les deux. Visiblement l'un comme l'autre ne savent pas trop que dire après cette intervention qui les a quand même un peu coupé. Il sent qu'il ne la laisse pas insensible cependant aux regards qu'elle lui lance, mais il a un peu bu, peut-être qu'il se fait des illusions... Bien sûr, il ne nie absolument pas la réciproque. Finalement, après avoir terminé son verre sans trop rien dire si ce n'est lui adresser quelques sourires maladroits, il demande:
- Vous dansez? Elle semble hésiter un instant, il pose son verre sur la table et finit par reprendre. Moi c'est mon cas. Un nouveau clin d’œil et il s'éclipse pour rejoindre les quelques danseurs dans le jardin alors qu'il se laisse entraîner par la musique et qu'il se laisse aller à quelques mouvements. Il croise quelques uns de ses amis, mais n'y fait pas attention, jetant quelques coups d’œil à la blonde.

Puis la musique devient plus entraînante, plus forte, plus intense. Il se laisse aller à quelques grands mouvements. A force de fréquenter ce genre de fêtes, il est devenu plutôt débrouillard pour la danse en boîte et dans les soirées. Il sait se mettre en valeur, sait comment bouger chacun de ses muscles pour intimider, impressionner et charmer. On lui laisse de la place. Il s'exprime. Il aime danser. Il aime bouger au rythme de la musique. Il se fait plus provocant, la musique continue, et son regard fixe celui de la jolie blonde. C'est désormais du Michael Jackson qui sort, et il enchaîne la chorégraphie qu'il connait on ne peut mieux avant que, quelques minutes plus tard, la chanson qui s'ensuive ne soit plus vive, plus provocatrice et invite hommes et femmes à s'enlacer. Cette fois, il se redresse, se cambre, et ne lâche pas Anabela du regard. Il la séduit, et certains le note bien. Dans un mouvement provocateur, il l'appelle une première fois. Et à son grand étonnement, elle répond. Provocatrice et sexy, elle s'impose à son tour. Petit à petit, il recule pour laisser la place à la charmante blonde de s'exprimer son tour, mais il ne l'abandonne pas et c'est à deux qu'il danse sur la musique, se laissant porter par le rythme et le son, sans se soucier du reste. Ils se provoquent, s'amusent, s'amourachent l'un de l'autre. Il ose finalement venir la frôler de ses doigts, mais toujours pour s'en éloigner après, ne lui laissant qu'une sensation électrique et courte. C'est à son tour d’enchaîner une nouvelle fois. Il provoque, mais surtout, il impressionne. Il est doué, on ne peut le cacher. Son mouvement de jambe n'est pas mauvais et il fait monter la tension et l'ambiance dans le jardin. Certains regardent, d'autres dansent à ses côtés et finalement il vient se remettre à côté de la blonde, laissant balancer ses bras et son corps au rythme d'une nouvelle musique, bien plus ancienne, type année 80. De son côté, elle n'est pas mal non plus... Et il note que d'autres gars la regarde, mais pour l'heure, il pense être en pôle position pour être le favori de la jolie blonde... Sans se faire trop d'illusion.
- Je dois l'admettre, vous ne dansez pas mal du tout, fait-il en calmant son jeu de jambe et en revenant un peu plus dans une danse "tranquille". Vous étiez danseuse? termine-t-il pour ouvrir une nouvelle conversation.

 

Codage par Libella sur Graphiorum


Les apparences sont trompeuses
Qu'est-ce que tu sais de moi? De mes rêves de femmes? Des moments où j'ai froid? Des secrets de mon âme?
Alors tu m'aimes les yeux fermés, sans regarder mon coeur de verre...
Mon Coeur de verre. - Hélène Ségara


Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : PITOQUINHA, Louise Rumor-Glen
Faceclaim : Amber Laura Heard + © black pumpkin
Je suis absent-e : jusqu'à mi-octobre, bien que cela soit principalement une présence réduite.
Multi-comptes : Majbroute et Gabounette
Messages : 1507 - Points : 2977

Âge : trente-deux pétales
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Lun 2 Avr 2018 - 21:53 )

It's a sexy woman in

beautiful night.

 







J'aime faire la fête et j'aime plaire, mais j'admets que je suis soulagée depuis que l'homme qui me collait a disparu de mon champ de vision. Ce n'est pas qu'il était désagréable, plutôt collant et inintéressant à mes yeux. Je ne suis pas forcément une femme difficile seulement, je préfère l'humour aux monologues et aux phrases toutes faites pour séduire une femme. Puis je n'aime pas l'intérêt qu'on porte uniquement à mon physique, puisque finalement, il m'a dit que je devais être mannequin. Il est vrai que cela a été le cas, mais à présent, je suis passée à autre chose. Je ne crache pas sur mon passé, seulement, je suis devenue une autre femme, et d'ailleurs à présent je suis comédienne. Certes, c'est au Portugal, à Lisbonne, mais j'aime ce que je fais ou plutôt ce que je faisais. Comme il est parti, je me concentre sur l'homme qui l'a éloigné, je le remercie par ailleurs. On rejoint le buffet, j'ai envie de boire, je suis du genre à enchaîner les verres d'alcool lorsque je m'y mets. Cet homme me charme, il semble aimer plaisanter, d'ailleurs, il me dit qu'il m'a porté secours, ce qui n'est pas totalement faux, mais quand même, j'aurais pu m'en débarrasser sans lui. Il s'amuse, il a un débit de paroles rapide, je me contente de l'écouter pour le moment. Alors qu'il me désigne du doigt, je me dis que si cela avait été un autre homme, je l'aurais envoyé balader, seulement, je ne sais pas pourquoi il me fait sourire. Alors que je m'attends à ce qu'il me couvre d'éloges dans le même genre que monsieur pot de colle qui a disparu, je suis étonnée. Il a compris que j'allais l'envoyer bouler, et que même si la façon dont il lui a dit de partir a été directe, j'aurais terminé par être encore moins délicate que lui. Surprise, je me pince les lèvres, puis je suis déçue, selon lui mon image est parfaite. « Je ne dirais pas cela. Pour être franche, je suis plutôt connue pour mon franc parlé. » Au moins il le sait, on ne se moque pas de moi impunément. Malgré tout, il continue de m'amuser alors je me retiens de rire à de nombreuses reprises. J'ai bien constaté qu'il était charmant ainsi que charmeur, mais surtout, il est un excellent orateur. Beaucoup de femmes doivent être fascinées par lui dès qu'il ouvre la bouche, j'admets que c'est un peu mon cas, mais je ne le montre pas. Il ne manquerait plus que ses chevilles gonflent et explosent, il aurait bien trop mal et je préfère lui éviter un passage à l'hôpital. Il y a quelques personnes autour du buffet, mais en peu de temps il les fait s'écarter et j'admets qu'encore une fois, je suis surprise. N'importe qui aurait attendu quelques minutes, mais ce n'est pas son cas. Il est différent des autres hommes présents, bien que dragueur et allez savoir pourquoi, ça me « plaît », dirons-nous. Il me surprend toujours, parce qu'il me propose un mojito. Je raffole de ce cocktail, je pourrais en boire durant toute une soirée, même si ce n'est pas raisonnable. Il décide de les faire lui-même, du coup, je le laisse les préparer. Après tout, il est peut-être bon barman, sait-on jamais. De nombreuses personnes commencent à danser, la musique est entrainante, il faut bien l'admettre du coup, en attendant mon cocktail, je commence à onduler sur son rythme. J'aime danser, je le fais très souvent même seule et parfois, je me mets même à chanter, mais je ne le ferais pas ce soir ou du moins pas tout de suite. Alors qu'il s'intéresse de nouveau à moi plutôt qu'à sa préparation, je lui réponds tout en continuant d'onduler légèrement : « Quelques mois seulement. » M'emparant du verre qu'il me propose, je le porte à mes lèvres. Il a raison, il faut le boire tant qu'il est frais. Du coup, il prépare le sien et je goûte celui qu'il m'a préparé. Il est très bon et finalement, alors qu'il a terminé le sien, il me propose de trinquer. Je lui souris, il me parle d'Antonio et de ses trente-cinq ans, c'est vrai que c'est à fêté ! « À Antonio. » Je réponds, sourire aux lèvres alors que j'avale une nouvelle gorgée. Lorsque Antonio nous rejoint, je remarque qu'il est encore plus bourré. Je ne sais pas comment il fait pour rester debout, je serais déjà couchée à sa place. Il commence à parler, un véritable moulin à paroles, accompagner par son ami. C'est apparemment un gros « arnacoeur », il n'avait pas besoin de le souligner, je m'en étais rendu compte toute seule. Je les laisse discuter alors que je profite de cet instant pour boire davantage, en moins de deux minutes, j'aurais terminé son cocktail. Quand il parle des « jolies blondes », je me dois d'intervenir. « Vous avez raison, surtout que moi, par exemple, je prends rapidement le melon. » Je le fixe, humectant mes lèvres avant de lui offrir un clin d'œil. Je l'allume très clairement, même si je reste d'apparence inaccessible. Antonio finit par se rapprocher de son ami, mais bien sûr, j'entends tout. Ils le savent tous deux, j'admets que c'est amusant dans le fond, on dirait deux gosses, à croire qu'Antonio fête ses trente-cinq ans, mais qu'il n'a pas atteint les dix ans dans sa tête. Je ne peux m'empêcher de sourire, puis ce qu'il dit est vrai, s'il pense que je vais terminer dans son lit ce soir, il peut toujours rêver. Une fois qu'Antonio a terminé, son ami lui dit qu'il va aller le coucher. Je suis de son avis, il devrait rejoindre son lit, mais nous savons qu'il ne le fera pas puis c'est son anniversaire, après tout il a bien le droit de boire, même si j'ai peur qu'il termine par perdre connaissance à un moment ou un autre. Il exagère quand il dit qu'il peu encore avaler une cinquantaine de verres, je soupire. Amicale, je pose une main sur son épaule pour lui dire à l'oreille : « Ralenti sur l'alcool s'il te plaît, je n'ai pas envie de passer la matinée et l'après-midi à l'hôpital en attendant qu'on s'occupe de toi, d'accord ? » Je dépose un baiser sur sa joue, puis il s'en va pour continuer à profiter de sa soirée. Je garde un œil sur lui alors qu'il s'éloigne, j'ai été sérieuse, s'il lui arrive quoi que ce soit j'irais avec lui parce qu'il est mon ami et que je tiens à lui. Alors qu'il disparaît je ne sais où, je regarde toutes les personnes présentent qui dansent. Je ne sais pas s'il connaît tous ses invités, parce que sinon il a un énorme carnet d'adresses. Le silence s'installe entre le beau brun au costume impeccable et moi, il y a comme un malaise, alors nous nous sourions bêtement. Je rougis même, son regard est magnifique, pénétrant. D'ailleurs j'aime également la forme de son visage, ses traits, et bien sûr son sourire. Je me sens soulager lorsqu'il reprend la parole, je pense que j'en aurais été incapable, je suis charmée, hypnotisée par son regard d'un bleu magnifique. Je préfère baisser le regard durant quelques secondes, me pinçant les lèvres une fois encore alors qu'il me demande si je danse et qu'il rejoint le groupe de personnes qui se dandine sur le rythme des musiques qui passent. Poussant un soupire, je le regarde faire, il est à l'aise avec son corps, il n'hésite pas à user de ses charmes et à l'évidence cela plaît puisque de nombreuses femmes ont le regard posé sur lui. Étrangement, il ne dévie pas le sien. Il me fixe avec attention, il désire me plaire, je n'en ai aucun doute. Il me séduit et il le sait. Ce n'est pas le genre d'homme à douter, puis il me fait signe de le rejoindre et je me lance. Déposant mon verre sur le buffet, je vais vers lui et une fois encore il fait de la place pour moi. Je commence à onduler sur le rythme de la chanson en cours, fermant les yeux, me rapprochant de lui avant de prendre mes distances, on joue au même jeu. On se provoque, on s'attire, j'aimerais le toucher et d'ailleurs, lorsque nos regards se croisent je lui fais bien comprendre que je le désire. Je me mords la lèvre, mais j'aimerais que ça soit la sienne. Francesco fait son spectacle, il enchaîne les pas et je le laisse s'éloigner. Je continue de danser, me moquant bien si d'autres hommes s'approchent, ou me regardent, de toute façon ils ne m'intéressent pas. Le seul à qui je porte de l'attention ce soir est celui qui m'impressionne en dansant de cette manière, je me demande bien dans quelle discipline il n'excelle pas. En attendant, je continue de danser de manière très sexy, faisant de lents mouvements de tête. Les prunelles closent, je profite tout simplement. Il revient vers moi en me disant que je danse bien. Je ne réponds pas, en vérité, je me contente de me rapprocher de lui, puis la musique change. Du coup, je décide de placer mes mains autour de sa nuque, me rapprochant de son corps. Nous sommes attirés comme des aimants. Alors qu'il me demande si j'étais danseuse, je hausse les épaules. Il est vrai que j'ai fait de la danse classique, mais cela remonte à mon adolescence et je ne pense pas me souvenir de grand-chose.  « Un peu, lorsque j'étais plus jeune. » Je plante mon regard dans le sien, m'approchant davantage alors que je le frôle, usant de mouvements lents, je n'arrive plus à détacher mon regard du sien.

CODE DE SOLSKEN SUR BAZZART.
Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 453 - Points : 2011
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Mar 3 Avr 2018 - 11:51 )
It's a sexy woman in beautiful night
Elle l'avait finalement rejoint sur la piste de danse. Elle était souple et son corps bougeait de manière sensuelle attirant le regard sans aucun doute. Ils jouaient à se charmer. Ils jouaient à se séduire, mais au fond, l'un et l'autre savaient. Ils savaient qu'ils s'étaient vus, qu'ils se plaisaient, sans le moindre doute. Francesco aimait les belles femmes, celle-ci ne faisait pas exception. Et une fois de plus, il se donnait en spectacle. La musique changea de ton, elle se rapprocha de lui, brisant l'espace qu'il avait laissé et s'agrippa à sa nuque. Elle faisait un premier pas vers lui, ce simple geste montrait en tout cas qu'il ne la désintéressait pas, bien au contraire. Il laissa alors ses main traînaient sur les hanche de la jolie blonde, cette fois-ci de manière plus ferme, ce n'était plus un effleurement, c'était un toucher, une caresse bien plus prononcé. Son regard fixé dans le sien, elle finit par lui répondre qu'elle avait fait un peu de danse lorsqu'elle était plus jeune. Elle avait en tout cas la souplesse. Dans des mouvements plus lents, ils se dandinaient sur la piste, leur regard ne déviant pas du regard de l'autre. Cette femme l'attirait non seulement par son physique, mais aussi sa personnalité. Elle était sensuelle, jouait au jeu de la séduction et elle était franche. C'est elle qui le lui avait dit, et il la croyait sur parole, sans même se poser de question. Stupide? Non, il ne l'était pas, elle lui paraissait juste sincère. Désormais, ses mains ne lâchaient plus les hanches de la jolie blonde qui se balançaient au rythme de la musique alors que leurs visages n'étaient qu'à un souffle l'un de l'autre, elle joue, le frôle, mais il le sait, tout comme lui, elle est on ne peut plus tenté. Et il répond à son jeu. Exercé à cela, il doit admettre qu'il est néanmoins déstabilisé. D'habitude, les jolies filles lui sautent dessus sans hésitation, mais elle, belle, résiste à toutes ces pulsions et parvient même à rentrer dans son jeu... Un caractère fort en conclut le beau brun.
- Et bien laissez-moi vous dire, non par flatterie, que vous dansez encore de manière... Plutôt pas mal. Lui susurre-t-il au creux de l'oreille.

Au sein de la foule rassemblée là et qui vouge, il fait chaud. Francesco commence à transpirer, d'autant que l'ambiance devient torride. Il finit par lui sourire avant de demander, sans la lâcher:
- Vous me suivez? Le simple jeu de la confiance. Soit elle le désire, et elle le suit, soit elle s'en moque bien et s'est foutue de lui, et elle le laisse. La dernière option lui est rarement arrivé, mais il n'irait pas jusqu'à dire que cela ne s'est jamais produit. Finalement, il s'éloigne, se frayant un chemin dans la foule de personnes surexcitées. Il finit par revenir au buffet où il s'empare d'une bouteille de rhum. Antonio n'a pas lésiné sur la quantité d'alcool acheté, et il l'avait bien dit... Alcool a volonté. Francesco s'installe sur une chaise, reprenant un peu son souffle. Il se laisse aller à quelques gorgées de cette boisson qu'il raffole avant de laisser retomber son bras tenant la bouteille alors que la jolie blonde apparaît devant lui. Il lui désigne une chaise à côté de lui pour qu'elle prenne place. Il lui tends la bouteille au cas où elle veuille un peu de rhum.
- Donc vous êtes à Naples depuis quelques mois?... Je me disais aussi que je ne vous avait jamais vu. Il s'arrêta, prenant le temps de respirer un peu d'air frais avant de planter à nouveau son regard dans le sien. Vous travaillez dans quoi? Question basique, un peu stupide, celle que l'on aurait dans une conversation avec un type que l'on vient de rencontrer, c'est un peu le cas, si ce n'est que c'est une femme. Et puis merde, oubliez cette question idiote et dîtes-moi plutôt si vous êtes libre ce soir? Voilà, il cède, il craque, il dévoile tout. Inutile de se cacher, il la désire. Autant être fixé maintenant. Il ne pose pas a question de savoir si elle a un petit ami ou non, il s'en moque un peu. Et puis, de la manière dont elle le dévore du regard, elle lui a bien fait comprendre qu'elle le désirait... Donc ce ne sera visiblement pas un souci. Finalement, il se rapproche de son visage, se plongeant dans son beau regard... et laisse sa main aller caresser la cuisse de la jeune femme, a portée de son geste, comme pour l'inviter à aller plus loin. Il n'a en fait pas le temps de continuer que Antonio revient à la charge. Les deux protagonistes le regardent en même temps et il s'arrête net.
- Nom d'un chien... J'ai l'impression d'être fixé par deux automates là... Calmez-vous les amis! Il prend une chaise, maladroitement, et fait décaler Francesco pour s'installer entre eux. Je ne voudrais pas que tu parviennes à tes fins, fait-il malicieux alors que le regard de Francesco croise celui de Ana. Leur regard suffit à se dire une chose: Ils reprendront ce qui a été commencé après. Antonio remercie Ana pour le cadeau qu'elle lui a offert et se tourne vers Francesco qui sort une enveloppe de la poche de sa veste. A l'intérieur, une petite carte d'anniversaire que Antonio s'empresse de découvrir sur laquelle est rédigé un petit mot qui parle justement du cadeau: Un aller-retour en hélicoptère pour Rome où Antonio pourra se rendre avec sa copine... Ou l'une de ses conquêtes. Il le remercie du regard alors que Francesco l'embrasse. Merci également l'ami.
- De rien. Je savais que tu en avais envie... Alors je me suis dit... Puisque je peux le faire... Pourquoi pas? Il lui sourit et finalement, après un dernier au revoir, il se lève et les laisse tranquille à nouveau. Cela risque de ne pas durer d'autant que Francesco note quelques regards curieux dans leur direction.

Il se déplace rapidement, vient prendre la place de Antonio pour se rapprocher de la blonde, la fixe un instant et finit par déclarer:
- Il y a pas mal de monde et de curieux ici... Voilà ce que je vous propose, on retrouve Antonio pour lui souhaiter joyeux anniversaire une dernière fois et pour lui dire au revoir... Et on décolle. Il manque d'ajouter "pour le septième ciel", mais il préfère garder cette autre partie de la phrase. Certains hommes et certaines femmes regardant dans leur direction, il y lit de la curiosité, mais aussi l'envie de tenir draguer l'un ou l'autre. Il se lève, réajuste sa veste, elle fait de même, et alors qu'elle se tourne vers lui comme pour dire "je te suis", il ne lui laisse pas le temps de faire autre chose qu'il l'embrasse. Le ton est donné, et il sourit intérieurement. Ils vont être un peu tranquille. Il goûte à ses lèvres, se laisse aller au goût délicieux de la bouche de la jolie blonde qui se laisse couler de contentement. Elle l'attendait et Francesco a failli être trop long. Il vient la titiller de sa langue, elle réponds immédiatement et il profite de ces quelques secondes de plaisir avant qu'il ne rompe le baiser. Elle sourit, et il ne peut que tirer une grimace.
- Je sais... J'aurais dû le faire avant! Fait-il sûr de lui. Mais il fallait vous faire languir ma très chère Anabela! Il lui sourit. Elle lui plaît, il ne le cache pas, et il la fait sienne pour la soirée... et peut-être pour plus qui sait? La soirée s'annonce bien, il compte bien profiter. Il a déjà profiter de l'alcool, désormais, il va profiter un peu des filles non? Ou plutôt... De cette fille qui l'attire véritablement de manière assez... Curieuse? Disons qu'il est comme un navire entraîné par un puissant courant vers de beaux rivages.   

Codage par Libella sur Graphiorum


Les apparences sont trompeuses
Qu'est-ce que tu sais de moi? De mes rêves de femmes? Des moments où j'ai froid? Des secrets de mon âme?
Alors tu m'aimes les yeux fermés, sans regarder mon coeur de verre...
Mon Coeur de verre. - Hélène Ségara


Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : PITOQUINHA, Louise Rumor-Glen
Faceclaim : Amber Laura Heard + © black pumpkin
Je suis absent-e : jusqu'à mi-octobre, bien que cela soit principalement une présence réduite.
Multi-comptes : Majbroute et Gabounette
Messages : 1507 - Points : 2977

Âge : trente-deux pétales
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Jeu 5 Avr 2018 - 22:56 )

It's a sexy woman in

beautiful night.

 







Alors que nous continuons de danser ensemble, nos regards restent accrocher. À mes yeux, il n'y a plus que nous au monde. Je me moque bien des autres personnes présentent, et même de leur curiosité alors que nous sommes de plus en plus proche. Francesco m'attire, mais ce n'est pas que physique. À vrai dire, c'est un tout de sa personne que je commence à découvrir et qui me plaît énormément. Puis, il faut bien l'admettre, Francesco est très beau, ainsi que séduisant et il semble être très bien bâti. Du coup, je ne peux m'empêcher de me rapprocher davantage alors que nos corps se frôlent et que mes mains restent positionner sur sa nuque. J'ai bien envie de l'embrasser subitement, en ajoutant ma langue, mais surtout je désire le goûter. J'imagine que de nombreuses femmes me jalouses en cet instant, mais cela me passe au-dessus de la tête. Francesco est l'homme de cette soirée à mes yeux, je ne compte pas aller danser avec un autre, puis il n'y a que lui qui m'intéresse ce soir. Il irradie, il est le soleil et je suis le papillon qui s'en approche et qui va brûler ses ailes. Cela ne me dérange pas, à vrai dire, je n'ai jamais senti une telle attraction avec un homme avant lui. D'ailleurs, je pense que c'est réciproque alors que je me noie dans ses yeux bleus. Ses mains ont une prise sur mes hanches, je dois bien admettre que cela m'émoustille. Je me sens toute chose, le désir grimpe en moi alors que je sers les cuisses. Oui, il me fait de l'effet et forcément, mon corps répond en conséquence. Il me dit une nouvelle fois que je danse « plutôt pas mal », je ne réponds pas. Je me contente de le dévorer du regard, alors que je rêve encore et toujours de goûter à ses lèvres, je suis certaine qu'elles sont délicieuses. Nos visages se rapprochent dangereusement, mon souffle s'accélère alors que ses mains restent agripper à mes hanches quand finalement, il me demande si je le suis. Perplexe, je n'ai pas le temps de répondre alors qu'il s'éloigne une nouvelle fois. Depuis que nos regards se sont croisés, Francesco me demande de le suivre. D'ailleurs c'est la seconde fois qu'il me laisse en plan pour voir si je vais revenir vers lui. Pour d'autres hommes, j'aurais sans doute hésité, ou alors, je ne les aurais pas suivis, seulement c'est différent. Je n'ai pas envie de porter de l'attention à d'autres hommes présents ce soir, je ne veux que lui : Francesco. Toutefois, joueuse, je ne le rejoins pas immédiatement. J'ondule encore un peu, seule bien sûr, alors que certains hommes se rapprochent de moi, mais aucun ne parvient à me faire oublier cet homme magnifique, très classe, mais surtout qui me captive. Je décide donc de laisser en plan tous ceux qui me tournaient autour alors que je le cherche. Arrivant près du buffet, je remarque qu'il est assis avec une bouteille de rhum à la main. Me pinçant les lèvres, je me place non loin de lui, pour une simple et unique raison : il y a comme une alchimie entre nous. Je n'ai pas envie d'être collé serrer à un autre, bien que nous ne nous touchons pas. Il me propose du rhum à boire à même la bouteille, mais j'hésite. Ce n'est pas que je ne désire pas boire après lui, c'est surtout que je me demande si d'autres ont fait la même chose auparavant. « Pourquoi pas. » Je réponds, puis finalement je bois quelques gorgées. Francesco reprend son souffle, il doit avoir chaud, notamment parce qu'il est en costume, toutefois j'admets que j'aime penser que c'est également dû à la proximité de nos corps sur la piste de danse. J'admets volontiers que j'aime les hommes qui ont une certaine classe et beaucoup de goût, ce qui est évidemment son cas. Il reprend notre conversation, là où nous l'avons laissé, et je l'écoute attentivement. Oui, je suis ici depuis quelques mois seulement. Au début, je ne sortais pas vraiment, ça doit être la raison pour laquelle nous ne nous sommes pas croisé avant. Il faut dire que nous n'avons pas forcément les mêmes horaires puisque lui travaille alors que je fais une pause. Je me balade beaucoup à Naples et de ce fait, je rentre tard pour rester sur le sable et écouter le son des vagues. D'ailleurs, je raffole des bains de minuit, nue évidemment. J'avale encore quelques gorgées, et je lui réponds. « En fait je bouge beaucoup. J'ai besoin d'une certaine liberté depuis que j'ai quitté le Portugal et que je me repose ici, alors je ne suis quasiment jamais à la villa. » Il me demande ce que je fais dans la vie, j'y réfléchis. Je voudrais bien lui répondre que je profite tout simplement alors que du tac au tac, il me demande si je suis libre ce soir. Je souris, me pinçant les lèvres, Francesco n'y va pas par quatre-chemins, j'aime son franc-parler. Lorsque sa main se pose sur ma cuisse, je suis prise d'un délicieux frisson alors que mon regard est happé par ses lèvres. « À vrai dire peut-être. » Je hausse les épaules. « Il y a un beau brun qui m'a tapé dans l'œil ce soir. Il porte un très beau costume qui lui va comme un gant, il est sexy, charmant, mais surtout, il me fait rire. » Je me retiens de rire justement, avant d'ajouter : « Vous le connaissez peut-être on le nomme Francesco Totti. » Cette fois-ci, je ne peux pas me retenir et je ris un instant, moi aussi, je peux m'amuser, alors qu'Antonio réapparaît. Je me stoppe net, puis j'ai bien envie de lui dire de nous laisser tranquille, seulement il s'agit de son anniversaire, puis surtout c'est un ami de longue date et je n'ai pas envie de me montrer indélicate à son égard. Alors qu'il est toujours aussi ivre voir plus, Antonio se place entre nous. Je pousse un soupire, il dit alors à Francesco qu'il ne veut pas qu'il parvienne à ses fins, seulement il ne va pas pouvoir nous garder dans son champ de vision en permanence. Puis, lorsque je rentrerais chez moi, il ne sera pas derrière moi, comme mon ombre pour savoir ce que je fais. Très sincèrement, je pense surtout qu'il va finir par s'effondrer soit sur son canapé, soit sur son lit. Je me demande même combien de temps il va dormir. Le connaissant, j'imagine que nous ne le reverrons pas avant une bonne journée, et encore je suis gentille. Francesco lui offre son présent, je les laisse discuter, je suis déjà ailleurs. Je m'imagine seule avec cet homme qui m'attire, nous serions proches et je l'inviterais peut-être à prendre un bain de minuit avec moi. Rien qu'à cette idée, je sers les cuisses, inutile de dire que je mouille, c'est une évidence. Antonio décide finalement de nous quitter, alors Francesco se rapproche immédiatement, ce qui ne me déplaît pas bien au contraire. Sans le moindre geste, et uniquement avec le regard, il comprend que je n'ai qu'une envie, que l'on se donne davantage l'un à l'autre. Il n'hésite pas à me faire une proposition alléchante et indécente, il faut bien l'admettre. Dire un dernier joyeux anniversaire et nous éclipser afin de pouvoir être seulement tous les deux, l'idée me plaît beaucoup. Du coup, alors qu'il se lève, je fais de même. Il est vrai qu'on nous regarde, ce qui ne me dérange pas plus que cela, je suis habituée à être regardé par des hommes, mais également des femmes. Prête à le suivre, mon beau brun ne me laisse pas le temps de me stabiliser, qu'il se jette sur moi afin de m'embrasser. Mon corps s'enflamme alors que je goûte à ses lèvres, c'est absolument divin. Me collant tout contre lui, je ne peux que remarquer qu'il me désire tout autant que je le désire moi-même. Mes mains s'accrochent à sa nuque, alors que nos langues se cherchent pour finalement se trouver. Notre baiser a une résonance, comme s'il s'agissait d'une urgence de s'embrasser de cette façon, comme si nos vies en dépendaient. Il termine par rompre notre baiser, je serais bien rester ainsi encore quelques instants, mais tant pis. Mon regard restant accrocher au sien, il me fait sourire et j'étouffe même un léger rire. Il aurait dû le faire avant, sans doute, quoi que ce baiser m'a énormément plu. Il y a quelque chose d'additif entre nous, du moins de mon point de vue. Je suis attirée par lui tout simplement. Je décide alors de prendre les choses en main, l'attirant près de moi afin de l'embrasser une nouvelle fois, enfonçant ma langue dans sa bouche alors que l'une de mes mains se place sur son torse et que l'autre caresse ses cheveux. Quand je décide de rompre ce baiser, je m'empare de sa main afin d'aller dire au revoir à Antonio, parce qu'à présent nous avons besoin de nous retrouver seuls. « On le trouve et vous êtes tout à moi. » Oui, je ne dis pas que je suis toute à lui, puis j'aime l'idée qu'il puisse m'appartenir durant la soirée, la nuit, le petit matin. Je le gratifie d'un clin d'œil qui veut tout dire, et nous continuons de chercher Antonio. Gardant sa main dans la mienne, je suis certaine qu'il doit encore être en train de boire. Le trouvant, je me vois obliger de lâcher la main de Francesco, avant d'étreindre mon ami pour la dernière fois ce soir. « Je te souhaite encore un joyeux anniversaire. N'oublie pas ce que je t'ai dit tout à l'heure. » Je dépose un baiser sur sa joue, alors qu'il me répond. « Sérieux, vous allez vous jetez l'un sur l'autre ? Il va falloir qu'on se fournisse en boule quies cette nuit ou quoi ? » Je lève les yeux au ciel alors que c'est au tour de Francesco de lui dire un dernier mot avant qu'on ne s'éclipse. 
CODE DE SOLSKEN SUR BAZZART.


is big, big love
'Cause all that we are All that we're made of Is big, big love Big, big love And all that we have All that we're made of Is big, big love Big, big love That's all that we are
Big Love - The Black Eyed Peas

Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 453 - Points : 2011
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Sam 7 Avr 2018 - 15:32 )
It's a sexy woman in beautiful night
Il l'avait fait. Finalement, il l'avait embrassé. Elle en mourrait d'envie, et elle répondit avec autant d'ardeur que lui. Enfin, il avait cédé, et elle profitait de l'instant. Lui également. Il affirmait désormais qu'il l'avait choisi pour ce soir et éloignait les éventuelles prétendants qui souhaiteraient se l'approprier. De plus, cela lui permettait aussi de montrer aux autres filles, que pour ce soir, c'était grillé. Cela lui éviterait de se fondre en excuses et explications diverses. C'était plus court, plus simple à mettre en oeuvre... Et plus agréable de l'embrasser. Finalement, alors qu'il rompt le baiser, elle décide de l'attirer vers elle, et l'embrasse à son tour, ne lui laissant pas le temps de protester plus que cela, et commence déjà à se laisser aller à quelques caresses sur le corps du bel italien qui ne demande que ça. Finalement, elle accepte la proposition qu'il lui fait et elle décide de le tirer par la main pour l'entraîner à la recherche d'Antonio. Il sourit à sa phrase. Lui? Tout à elle? Sans doute oui... Il a craqué. Mais si elle ne le déclare pas, la réciproque est on ne peut plus vrai. Il le sent, il le sait. Charmant, beau, séduisant, il a toutes ces qualités qui font qu'un homme est désirable et désormais, elle n'a qu'une envie: Pouvoir l'avoir rien que pour elle le temps d'un instant. Ils partent donc à la recherche du concerné qu'ils ne tardent guère à trouver. Finalement, elle lâche la main de Francesco pour aller étreindre son ami. Francesco ne peut que sourire à la remarque de ce-dernier et vient l'embrasser également en déclarant:

- Les boules quies si tu veux... Par contre je prends les jumelles, ça évitera que tu nous espionnes, fait-il dans un clin d'oeil malicieux.
- Toi l'ami... Tu perds rien pour attendre... Bon aller, faîtes pas les cons! Merci d'être venus! Ils se saluent encore une dernière fois de la main, et finalement, c'est au tour de Francesco d'entraîner la jolie blonde vers la porte de sortie alors que la musique résonne dans la luxueuse villa. Puis, c'est le porte d'entrée, ou plutôt de sortie dans ce cas-là. Francesco l'ouvre, fait sortir la belle blonde et referme la porte. Il fait une température agréable, même à cette heure un peu tard de la nuit et la musique est déjà moins audible. Il détaille la belle blonde, curieux, affamé diraient certains. C'est peut-être vrai. Francesco se demande comment il a pu faire pour ne pas la remarquer. Puis il se rappelle qu'elle lui a dit qu'elle n'était pas de Naples. lui non plus. Mais elle, c'est plutôt qu'elle n'est carrément par italienne. Elle est portugaise. Il se demande d'ailleurs quelle est la raison qui l'a poussé à venir là, mais n'ose pas encore poser la question. En tout cas, elle est à Naples où elle se repose... Et profite de ce genre de soirées. Peut-être qu'elle repartira donc? Francesco préfère ne pas se poser la question et l'alcool qui lui monte un peu à la tête ne l'aide pas trop à réfléchir de toute manière. Elle le regarde également et il sourit bêtement. Il s'approche d'elle et vient poser sa main sur ses fesses de manière indécente et provocatrice.
- Au fait, moi c'es pas Francesco Totti... Mais je passerais sur cette bavure, fait-il joueur. Quand au beau brun dont vous m'avez donné la description toute à l'heure... Il fait mine de réfléchir. Je suis certain d'être à la hauteur. Et il vient s'emparer de ses lèvres, sans demander une quelconque permission. Il goûte à elle, ses mains caressent les cheveux de la blonde, s'accrochent à ses épaules, à sa peau... Il n'a qu'une envie, la dénuder. Bon cela dit, ils sont dehors. Autant éviter pour le moment. Je peux vous amener quelque part? Fait-il alors après ce baiser sulfureux en montrant les clés de sa jolie voiture. Elle finit par lui demander la plage. Il hausse un sourcil curieux mais accepte sans protester. Il ouvre la voiture et vient même, dans un geste galant, lui ouvrir la portière. Elle monte dans la voiture et il ne tarde guère à la rejoindre, à démarrer et part... Pour une fois relativement tranquillement parce qu'il sait qu'il est un peu éméché et ne voudrait pas avoir d'accident par une si belle nuit.

L'objectif, c'est à dire la plage, est rapidement atteint. Francesco se gare sur une place de parking juste devant la plage de sable fin. Personne à cette heure-ci. Guère étonnant. Il arrête sa voiture, se masse les tempes et regarde la belle blonde.
- Bah voilà quoi... La plage. Il la regarde, elle se rapproche... Et il ne peut que venir l'embrasser. Puis, finalement, il en profite pour se montrer un peu plus entreprenant et laisse sa main vadrouiller un peu plus sur le corps de la belle femme qu'il découvre, malgré l'entrave du tissu des habits. Je suis d'avis de commencer là maintenant... Fait-il sur un ton plus que coquin et séducteur alors qu'elle réponds à ses caresses, enivrantes elles aussi. Visiblement elle en a autant envie que lui... Mais joueuse, elle sort de la voiture. Il décide de la suivre non sans verrouiller sa splendide auto avant de rejoindre la jolie blonde sur le sable. Le son des vagues, apaisant, est sans doute le seul bruit de cette soirée. Pas de vent. Pas de bruit. Pas de musique. Juste elle et lui. Soudain, joueuse, provocatrice dans ses mouvements, elle commence à se déshabiller.
- Attends... Tu vas pas?... Il ne finit pas. "Te baigner..." A cette heure? Elle n'y pense pas tout de même?!! Non pas que l'eau doit être froide, elle doit même être agréable mais bon... Tout de même. Il est tard quoi? c'est pas à cette heure-ci que... Mais à son regard, à son sourire, il comprend qu'elle va le faire. Oh mais tu veux jouer? Fait-il alors. Mais t'inquiètes pas... Moi aussi je peux me déshabiller de manière insolente ma lapine! Et il retire ses chaussures rapidement qu'il laisse sur le sable, puis retire sa veste de costume d'une manière plus que provocante tel un homme qui ferait un strip-tease. Puis il s'attaque à la chemise... Retire un bouton l'un après l'autre, défiant la belle blonde du regard, révélant petit à petit son torse puissant, sans aller trop vite, jouant avec le désir qu'elle a de le voir, de pouvoir le regarder... Ah ça chérie... On va jouer tu vas voir. Reprend-il enfin encore plus provocateur et avec un sourire carnassier. La soirée s'annonce plus que bien. Et les deux jouent à se provoquer, jouant au jeu de qui cédera en premier. Elle ou lui? Mais il sait se faire désirer le vilain quand il veut.  

Codage par Libella sur Graphiorum


Les apparences sont trompeuses
Qu'est-ce que tu sais de moi? De mes rêves de femmes? Des moments où j'ai froid? Des secrets de mon âme?
Alors tu m'aimes les yeux fermés, sans regarder mon coeur de verre...
Mon Coeur de verre. - Hélène Ségara


Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : PITOQUINHA, Louise Rumor-Glen
Faceclaim : Amber Laura Heard + © black pumpkin
Je suis absent-e : jusqu'à mi-octobre, bien que cela soit principalement une présence réduite.
Multi-comptes : Majbroute et Gabounette
Messages : 1507 - Points : 2977

Âge : trente-deux pétales
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Mer 11 Avr 2018 - 22:34 )

It's a sexy woman in

beautiful night.

 







Cet homme me plaît. Je le trouve charmant, drôle, solaire, ainsi que sexy et désirable et… et je m'arrête là. Sait-on jamais, il a peut-être le don de lire dans les pensées. Du coup, je préfère penser à des choses coquines, ainsi, il saura ce que j'attends de lui ce soir. Pour être sincère, je suis attirée par cet homme que je viens seulement de rencontrer, je ne sais même pas s'il a une famille ou une femme, une fiancée, ou je ne sais trop quoi encore. Je devrais sans doute lui poser la question, je le ferais en tant voulu, avant que l'on passe à la vitesse supérieure… Quoi que je l'embrasse, j'enfonce ma langue dans sa bouche, mais peut-être n'est-ce pas trompé ? Je ne sais pas. En attendant, je me dis que je dois profiter, puis, on n'est pas obligé de reparler de cette soirée, s'il a bien quelqu'un dans sa vie. J'admets que je ne supporte pas l'infidélité, mais j'ai bu, puis je pense qu'un homme marié ne viendrait pas ainsi vers une autre femme que la sienne, à moins que ce soit un… Mot bipé ! Très sérieusement, je ne pense pas qu'il soit un homme à une seule et unique femme. C'est bien dommage, pour toutes les autres femmes qui sont tombées sous son charme. Quant à moi ? Je profite. Je me suis lancée dans un mariage, désireuse d'avoir des enfants et une belle vie, comme dans les comptes pour enfant, mais j'ai bien réalisé que finalement, même si on y croit dur comme fer petite, ça n'existe pas. J'ai dû me faire à l'idée que je ne pourrais jamais avoir d'enfant comme je suis stérile, puis j'ai aussi dû réaliser que l'homme que j'aimais ne voulait plus de moi, parce que j'avais trop « changé » à son goût. Je me suis longtemps demandée s'il m'avait trompé avec une autre, seulement, je ne lui avais jamais posé la question et j'ai reçu suffisamment de claques dans ma vie ses derniers temps pour supporter une réponse positive de sa part.
Aujourd'hui, je suis à Naples, je me repose, du moins c'est ce que j'affirme, mais ce soir, je suis tombée sur un homme attirant, entreprenant, séducteur, magnifique. Nous sommes encore à la soirée d'Antonio, un ami proche qui fête ses trente-cinq ans. Je dois bien avouer que je suis heureuse d'être venue, parce qu'il m'est précieux et qu'il est un excellent confident. Il est le seul ici à tout savoir, la raison de mon divorce et j'en passe. Seules nos familles respectives savent les raisons de notre rupture, d'ailleurs mon ex-compagnon m'a affirmé qu'il n'a rien révélé non plus, je le crois. Il n'a jamais été le genre à mentir, bien au contraire. De ce fait, je sais que je suis tranquille ici, puisque nous sommes peu à connaître toutes les raisons de ma séparation, seulement à Lisbonne, c'est plus compliqué. Je ne pouvais pas sortir sans qu'un paparazzi ne vienne pour me demander pourquoi mon ancien époux et moi-même nous nous sommes séparés, je n'ai plus eu la force de lutter et je suis partie. J'en avais bien besoin à l'époque, puis je me rends compte que je peux me reconstruire ici. Certes, boire n'aide pas forcément, mais il s'agit d'une journée spéciale, puis je me dis que ce n'est pas bien grave. De toute façon, cet homme me plaît, si cela se trouve nous ne nous reverrons jamais, alors pourquoi ne pas profiter simplement ? C'est bien ce que je compte faire et ce bel homme, Francesco semble du même avis que moi.
Nous quittons la villa de notre ami, je veux absolument aller à la plage. J'adore me baigner nue la nuit, puis, j'ai toute une plage pour moi seule, enfin, pour Francesco et moi ce soir. Alors que nos corps s'embrasent, il vient porter une main sur mes fesses, j'aime ça. Il n'a pas peur de se prendre une gifle ou alors il est bien trop bourré et du coup entreprenant. Encore une fois, un autre homme aurait agi de cette façon, il se serait pris une bonne paire de claques, mais pas lui, pas Francesco. Il me fait rire, il me dit que ce n'est pas Totti, ça m'amuse. « C'est bête, je trouvais ça très mignon. » J'arbore un regard rieur, taquin, et mon regard se pose sur ses lèvres. Je désire les goûter, encore, à croire que je vais devenir accrocs. On se goûte, on se découvre alors que je mouille délicieusement. On se désire, il y a une sorte d'attraction physique entre nous, seulement, j'aime jouer au jeu du chat et de la souris, il va très bientôt s'en rendre compte. Je me pince les lèvres pour ne pas rire, alors qu'il parle de lui en s'amusant, ou alors, il a les chevilles qui enflent. Je ne le connais pas assez pour le savoir. Il semble tout de même sûr de lui, de ses charmes, je suis certaine qu'il en abuse, il a bien raison. Je suis absolument séduite, mais je ne le lui dirais pas, parce que sinon, sa tête va éclater et ça serait dommage pour lui. N'empêche, je le laisse m'embrasser, d'ailleurs, je lui réponds, ses lèvres sont douces, absolument délicieuses, je ne vous parle pas de sa langue qui cherche la mienne. Alors que ses mains parcourent mon corps, je frissonne, chaque caresse me retourne, puis finalement, il me demande où je désire continuer la soirée, je le sais déjà. « Bon, alors monsieur Francesco sans Totti, je veux que l'on aille à la plage. » Il semble surpris, il ne pose d'ailleurs aucune question, peut-être à cause de l'alcool qu'il a bu, qui sait.
Nous montons dans sa voiture, il m'ouvre même la portière, je me demande s'il est toujours aussi gentleman, n'empêche ça fait plaisir. Je sais déjà ce que je veux, joueuse et taquine, je suis faite ainsi. Le silence s'installe dans l'habitacle alors qu'il conduit. Il a bu, moi également, autant dire qu'on a besoin d'un électrochoc pour se ressaisir. Heureusement, j'ai la solution ! Alors que mon beau brun du soir se gare et qu'il masse ses tempes, il semble ne pas saisir la raison pour laquelle nous sommes ici, mais il va le savoir très bientôt. Je me mords la lèvre, le fixant alors qu'il m'annonce la plage, j'ai envie de rire, mais surtout, je le trouve adorable. Je me rapproche de lui, le fixant avec mon regard glouton, très révélateur de ce que je désire… Nos visages se rapprochent un peu plus, puis une fois encore, nous nous embrassons. Nous sommes attirés comme des aimants alors que ses mains viennent se poser sur mon corps, pour le caresser. Je rends le change, déposant une main sur sa cuisse, me rapprochant un peu plus de son membre, puis finalement, je stoppe notre baiser, et je sors. Je ris alors que je cours sur le sable, ôtant mes sandales, mais pas seulement. Je lui fais signe de me rejoindre, j'ai hâte de savoir s'il va me suivre ou non. Alors que je suis à présent nue, après avoir retiré avec sensualité mes vêtements, je le regarde se dévêtir. J'admets que Francesco est très sexy, très musclé également, d'ailleurs, je le reluque sans aucune gêne, alors que nous sommes tout proches maintenant. Regarder un homme retirer ses vêtements m'a toujours rendu toute chose, mais c'est un niveau encore au-dessus avec mon beau brun de ce soir. « Plutôt pas mal. » Je dis, avant de rire, puis je reprends : « Non, sans rire, vous êtes très attirant, très HOT aussi monsieur Francesco sans Totti. » J'ai bien envie de m'approcher, de le toucher, mais, je dois tenir coûte que coûte. À présent, je n'attends plus que lui, nu, ne sachant pas lequel de nous deux cédera le premier. Il faut dire qu'il a de très bons arguments pour que je cède avant lui.

CODE DE SOLSKEN SUR BAZZART.


is big, big love
'Cause all that we are All that we're made of Is big, big love Big, big love And all that we have All that we're made of Is big, big love Big, big love That's all that we are
Big Love - The Black Eyed Peas

Revenir en haut Aller en bas
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron + Merci à Vito Inglese!
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 453 - Points : 2011
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Mar 17 Avr 2018 - 20:32 )
It's a sexy woman in beautiful night
La soirée aurait pu être des plus basiques. Alcool, femmes, et puis retour au QG. Mais elle ne l'était pas. Ou plus. La direction avait changé. Francesco était tombé sur Anabela, jolie blonde invitée là aussi apparemment. Tout de suite, il avait ciblé la jeune femme. Il avait bon goût. Blonde, belle, attirante, et joueuse, elle avait répondue à ses avances, non sans jouer les provocatrices et se faire désirer. Elle savait jouer également. Boire, s'amuser aussi. Et finalement, les deux avait le même objectif en tête: L'autre pour une nuit... Ou plus. Alors ils étaient partis, non sans les commentaires amusants de la blonde quand à un "Francesco sans Totti" que se plaisait à dire la belle blonde qui le charmait depuis un bon bout de temps maintenant depuis le début de la soirée. Amusé, il l'était, surpris d'autant plus lorsque la direction à prendre fût la plage, mais il ne posa pas trop de question, pas assez en forme pour réfléchir sans nul doute. Il poserait la question après et réfléchirait encore après, après avoir posé la question, ce serait plus simple. Il avait donc dû se concentrer sur la route, se concentrer sur le trajet, pourtant court, mais histoire d'éviter d'avoir des emmerdes avec les flics ou un feu rouge grillé. Ils étaient donc arrivés sans embûches à la plage et finalement, elle était sortie, non sans l'avoir provoqué une dernière et ultime fois. Elle savait s'y prendre. Il ne revenait pas sur cela, elle prouvait qu'elle savait le faire languir et jouer avec lui.

Il avait dû suivre le mouvement, alors qu'elle galopait déjà sur le sable fin de la plage et qu'elle ôtait ses vêtements, séduisante, provocante, ne donnant qu'une envie à l'italien: La toucher. Il avait alors suivi la cadence, retirant également ses vêtements. Et elle ne cacha pas qu'elle le trouvait séduisant. "Très hot" était effectivement le terme juste. Il ne put que sourire avant de répliquer:
- Oh, mais rassurez-vous... Vous avez également quelques atouts! Il se laissa aller à rire alors qu'il contemplait le corps de la belle blonde qui s'offrait à sa vue. Décidément, elle était très attirante. Il s'approcha d'elle. Elle l'avait fait languir, elle avait sut se montrer désirable, et finalement, il tombait dans ses filets. Il planta son regard dans celui de la belle portugaise et se rapprocha d'elle jusqu'à n'être plus qu'à un souffle. Finalement, nue tous les deux, il ne tarda guère à laisser aller ses mains sur le corps splendide de la blonde, ses doigts caressant la peau douce de la jeune femme qui ne faisait rien pour les éviter, au contraire. Talentueux dans le domaine, il restait toujours doué, précis, et doux, ne s'empressant jamais dans ce qu'il faisait, prenant de la temps de savourer chaque parcelle de peau de la jolie blonde, prenant le temps de s'amuser un peu, de savourer ce plaisir. Bientôt, ce fût ses lèvre qui entrèrent en contact avec celles Anabela. Il l'embrassa, goûta à ses lèvres, les lécha, puis laissa sa langue partir à la rencontre de celle de cette femme qui ne manquait pas de répondant. Leurs langues ne tardèrent guère à se trouver, à se marier, danser, s'enlacer, alors que les mains du beau brun se faisaient plus ferme sur les hanches de la blonde, alors que ses gestes se faisaient plus insistants et qu'il ne résistait plus à l'envie de la faire sienne. Il coupa un instant le baiser, le temps de dire:
- Vous êtes une femme... Remarquable. Pourquoi? Il ne tarda guère à se justifier. La plupart du temps ce sont les femmes qui se jettent sur moi et pas l'inverse. Fit-il joueur.

 

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t3885-anabela-nobody-said-it-was-easy-no-one-ever-said-it-would-be-so-hard#125671
ID : PITOQUINHA, Louise Rumor-Glen
Faceclaim : Amber Laura Heard + © black pumpkin
Je suis absent-e : jusqu'à mi-octobre, bien que cela soit principalement une présence réduite.
Multi-comptes : Majbroute et Gabounette
Messages : 1507 - Points : 2977

Âge : trente-deux pétales
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le Dim 22 Avr 2018 - 17:21 )

It's a sexy woman in

beautiful night.

 







Je ne pensais pas que la soirée terminerait de cette manière. Pour être franche, je pensais rentrer comme j'étais venu, c'est-à-dire à pied. Antonio était un très bon ami, je lui avais offert son cadeau, puis j'avais pensé allumer quelques hommes pour me divertir, boire également, danser, m'amuser, mais sans plus. J'aime plaire, j'aime également séduire, mais aucun homme ne peut prétendre être dans mon lit le premier soir. Certes, je m'amuse, mais j'en reste là. Malgré les apparences, je n'ai pas un grand nombre de conquêtes, ce que je préfère, c'est le jeu : fuis-moi, je te suis, suis-moi, je te fuis. J'aime ça, j'adore même et j'y joue de temps à autre, lorsque je rencontre un homme qui est à la hauteur et cet homme, celui qui m'a suivi jusqu'ici fait parti de ses hommes-là. Francesco sans Totti, Francesco. Il me plaît, il m'a charmé, il m'a séduite. J'aurais pu me jeter à son cou, quoi que ça a été un peu le cas tout de même, puisque je l'ai laissé m'approcher, mais surtout m'embrasser. Je ne me suis jamais senti aussi brûlante, fiévreuse depuis longtemps, et cela, avec ses baisers, sa langue, ses lèvres, son corps musclé ainsi que ses mains baladeuses… Lorsqu'il dépose ses mains sur moi, même avec une couche de vêtements, je brûle, je brûle de désir pour lui… Je suis toute chose, inutile de dire qu'il me fait vibrer. Cette soirée prend des allures que je n'aurais jamais imaginé, et pourtant… Pourtant, je succombe doucement à l'envie que nous passions toute la nuit ensemble...

CODE DE SOLSKEN SUR BAZZART.


is big, big love
'Cause all that we are All that we're made of Is big, big love Big, big love And all that we have All that we're made of Is big, big love Big, big love That's all that we are
Big Love - The Black Eyed Peas

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] It's a sexy woman in beautiful night [Anabela] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo