Revenir en haut
Aller en bas


 

- Giullia | Un remontant -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Demetrio, Enzo, Erio & Stefan
Messages : 7029 - Points : 5836

Âge : trente-cinq ans
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia
Sujet: Giullia | Un remontant ( le Lun 2 Avr - 23:42 )
Il s’est passé une journée depuis la fusillade et le temps semble s’être arrêté en même temps que le drame a eu lieu. Lui n’était pas présent sur les lieux, mais c’est le cœur lourd qu’il observe les napolitains marcher dans les rues, tels des zombies. C’est dur pour un homme comme lui, qui a trouvé refuge dans Naples, qui s’est pris d’affection pour cet endroit dans lequel il a fini par se faire une place, s’entourant de personnes importantes. C’est dur de la voir souffrir en silence. Ce qui est d’autant plus difficile, c’est de ne pas savoir comment la femme qui fait battre son cœur se porte. Tout ce qu’il sait, c’est ce qu’elle a bien voulu lui dire par texto, dont son dernier est resté sans réponse. Il sait que c’est lui qui a voulu la situation comme elle l’est, mais c’est terriblement frustrant de la savoir dans les bras d’un autre, alors qu’il souhaiterait pouvoir la prendre dans ses bras et s’assurer que tout va bien, qu’elle n’a aucune égratignure. Se rendre compte de ses propres yeux qu’elle a toujours son sale caractère, se prendre la tête pour des broutilles. Dante a besoin de ça. Sauf qu’il est trop fier pour lui demander clairement de prendre quelques minutes pour lui. Trop fier pour, ne serait-ce que l’appeler la veille comme elle le lui avait proposé. Au lieu de ça, il se trouve accoudé au comptoir d’un bar. Lorsqu’il relève les yeux, il aperçoit une silhouette qui lui fait dos. Elle est aussi brune que celle qui trotte dans la tête. Et quand elle se tourne, lui faisant face, il la reconnaît. Dante a quelques aventures éphémères, mais elles ne sont pas assez nombreuses pour qu’il ne s’en rappelle pas. Et il est physionomiste. Ca lui saute aux yeux, tout comme le souvenir d’une nuit passée. « Tu travailles ici ? » Il s’adresse à elle comme s’ils étaient proches, mais on peut dire qu’ils l’ont été durant quelques heures, alors… Ca ne le choque pas. « Je peux avoir une Old Ale s’il te plaît. » Ca lui fera passer son coup de blues.

@Giullia Corleon


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Giullia Corleon10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3004-try-sleeping-with-a-broken-hea
ID : SPF
Faceclaim : BARBARA PALVIN
Messages : 97 - Points : 31
Âge : 29 ans
Métier : Gardienne d'un domaine de luxe dans un des quartiers le plus richeBord de la Tyrrhénienne, un manoir de luxe qu'elle surveille- à coté, pour le fun, elle est barmaid quelques jours par mois.
Sujet: Re: Giullia | Un remontant ( le Mar 3 Avr - 17:33 )
Cela devait bien faire quelques semaines que je travaillais par ci par là dans ce petit bar qui donnait sur la plage. Il ne payait pas de mine de l'extérieur, mais l'intérieur était cosy, et les clients étaient toujours très enjoués-peu de soucis survenaient quand l'alcool débordait. J'aimais bien y travailler, même si je n'en avais pas vraiment besoin, cela me sortait de ma bulle de tristesse que je possédais depuis ces derniers mois. La cure que j'avais du faire, m'avait beaucoup aidé mais, et soyons franche, j'avais trouver d'autres moyens d'oublier, de l'oublier et de supporter de trou béant qu'il avait laissé depuis sa disparition.

Ce soir là, simplement vêtue d'un jean taille basse et du petit haut tombant légèrement sur l'épaule, je m'agitais derrière le bar, le sourire aux lèvres et les mains habiles à servir les clients devant le comptoir. Quelques habitués commençaient à me connaitre et je prenais plaisir à échanger avec eux et à faire mon travail consciencieusement. Un client commença à un peu trop déborder dans son attitude et déjà, le videur s’apprêtait à venir le calmer, mais un sourire et une voix franche le fit se calmer calme toi un peu Jo, la soirée ne fait que commencer et tu sais très bien que si tu continues tu vas finir ta soirée ailleurs qu'ici. Allez finit ta bière et va donc t’aérer sur la plage et revient tout à l'heure, je te ferais un cocktail de ma spécialité , je finis par un petit clin d'oeil et lui son verre d'un trait et s'en alla en riant, me promettant de revenir plus tard. Je secouais la tête en souriant quand je relevais la tête pour saluer le client qui venait de se présenter devant moi.

Mon souffle se coupa d'un coup. Je le reconnu immédiatement. Son nom? Aucune idée, juste je savais qu'il était le pilote de l'avion qui m'avait amené ici, de chez moi à Napples. Il m'avait fait visiter la cabine de pilotage et c'est contre la paroi de la porte que nous avions fait plus "ample connaissance". Un sacré vol, que je n'étais pas prête d'oublier.

J'usais la voix suave, charmeuse pour lui répondreeffectivement je travaille ici... j'esquissais un sourire alors qu'il passait sa commande. Je posais mes deux mains sur le rebord du comptoir en bois, ignorant les autres clients qui m'interpellait comment va mon pilote depuis tout ce temps? Je le détaillais sans aucune discrétion, il était beau et il le savait, je n'avais pas la gêne d'une petite minette ne pouvant affirmer mon interêt pour sa plastique parfaite, et jouer avec ce genre de gars me plaisait particulièrement. et après, peut être que le commandant souhaiterait que je lui fasse également visiter mon lieu de travail? Malgré notre échange, je n'étais pas restée inactive, et je lui posais le verre devant lui, sans le quitter des yeux et un sourire coquin au coin des lèvres. Je n'y allais pas par quatre chemins et je me contre fichait totalement de ce que pouvait penser les gens.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Demetrio, Enzo, Erio & Stefan
Messages : 7029 - Points : 5836

Âge : trente-cinq ans
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia
Sujet: Re: Giullia | Un remontant ( le Dim 8 Avr - 19:26 )
Spoiler:
 

Un regard à droite, à gauche… Dante semble être privilégié. Ca manque de professionnalisme et à la place du patron, il aurait sans doute râlé un peu. Peut-être est-ce une habitude de la maison. Ce bar, il ne le connaît pas vraiment. Ses références sont le San Calisto, ainsi que le Dolce Vita lorsqu’il souhaite avoir une belle vue sur la baie. Alors, forcément, ça le surprend, mais ça ne le choque pour autant pas, contrairement aux autres clients. Entendre le soupir de celui de gauche l’amuse, le fait sourire et il ne s’en cache pas. « Eh bien… On fait aller. Dans de pareilles circonstances, je ne peux pas te donner une autre réponse. » La fusillade, les cris, la panique. C’est terrible. Tous les napolitains peuvent être touchés par un tel événement, c’est plus que justifié. Et lui, il a le cœur lourd. Sa mutation, il la remercie. S’il était toujours sur Rome, Dante l’aurait très mal vécu et ce serait empressé de prendre quelques jours de congés pour retourner à Naples, s’assurer que ses proches allaient bien. Et ils vont bien, plus ou moins. « Et toi ? » demande-t-il, remarquant le regard de l’inconnue glisser sur sa silhouette. Elle ne se gêne pas et le ramène aussitôt à leur instant vécu, partagé, à l’extérieur de l’avion. Ses mains caressant sa peau, ses yeux se promenant sur son corps. Ca avait été un bon moment, auquel il ne s’attendait pas, comme à chaque fois qu’il croise le chemin d’une femme avec qui il va plus loin qu’une conversation de quelques minutes. Là, ça devient… encore mieux que ça. « C’est une proposition, mademoiselle ? » Ne se gêne-t-il pas de demander, appréciant l’initiative. Il saisit le verre, en boit une gorgée, sans la quitter des yeux. « Ton service se termine à quel heure ? » Pourquoi donc devrait-il s’en priver ? Ce n’est pas comme s’il était pris quelque part.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Giullia | Un remontant ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Giullia | Un remontant -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo