Revenir en haut
Aller en bas


 

- friends are like condoms, they protect you when things get hard • dante -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vito IngleseLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3069-vito-o-mayday-prepare-for-impa http://www.ciao-vecchio.com/t3095-vito-o-somewhere-only-we-know
ID : mrs.chaplin (pascale)
Faceclaim : sebastian stan + ava and crackship by mrs.chaplin, gif from tumblr.
Multi-comptes : donatello, vincenzo & frederico
Messages : 374 - Points : 246

Âge : trente-six ans.
Métier : pilote de ligne pour la compagnie alitalia.
Sujet: friends are like condoms, they protect you when things get hard • dante ( le Sam 14 Avr 2018 - 9:06 )
dante & vito
friends are like condoms, they protect you when things get hard

Voir Dante, ça va me faire du bien ! En fait, je songe sérieusement à me prendre un abonnement pour du Dante Time (oui, that’s a thing) tellement j'ai besoin de me changer les idées. D'ailleurs, je conseilles à tout le monde de s'abonner aussi, ça en vaut la peine, j'vous le dit ! Sauf pour Leila, elle a déjà eu sa période de gratuité et a décidé d'aller voir ailleurs, alors tant pis ! Même ma sœur tente de s’inviter à notre tête-à-tête. Ça ne compte pas vraiment, puisqu'elle tente de s'incruster à chaque fois que je fais un truc. Mais ce soir, elle me sort une excuse bidon : « Ça fait longtemps que j'l'ai pas vu. » Mouais... Elle l'a vu quatre fois dans sa vie et pense que je vais croire que ça change quelque chose à sa vie de ne pas en avoir une cinquième ? C'est plutôt une chance pour elle de draguer, mais je vois bien dans son jeu et c’est non. J'adore ma soeur, mais en ce moment, avec sa situation, je n'ai pas vraiment qu'elle fréquente l'un de mes amis. Certainement pas Dante. De toute façon, c’est une soirée entre homme. Donc, elle peut passer son tour pour cette fois-ci et les prochaines. Bref, avant de partir rejoindre mon ami, je passe par le bureau de la maison pour avertir Dalia. Cette semaine fut une bonne semaine. Assez pour me convaincre que je m'inquiète pour rien. Dans un couple, les disputes sont normales. Puis, ce n'est pas comme si c'était la première fois que nous avions cette mauvaise passe. Faut tout simplement s'accrocher !

Je descends du taxi – tolérance zéro people ! sensibilisation en rp maintenant – et profite de l’absence de Dante pour fumer une clope. Je ne me cache pas, mais je sais qu’il n’aime pas ça. Je ne suis pas le pote chiant qui se fout de tout le monde avec sa fumée. Je respecte ceux qui ne fument pas. Cigarette terminée, je fais mon entrée dans le bar, je cherche rapidement mon ami du regard, mais nulle part en vue. Je décide donc d’aller me prendre une bière et monopoliser la table de billard restante avant qu'on nous la pique. Et heureusement que Dante se pointe à cet instant, parce que sinon j’allais être le bâtard qui réserve une table alors que je ne joue pas dessus. On déteste toujours ces personnes jusqu'à ce qu'on réalise qu'on fait la même chose en fait. Ah, l'être humain... « Hey ! » Je le prends dans mes bras, quelques tapes amicales dans le dos. « Tu m'excuseras, j’ai commencé sans toi. » Je ne parle pas du jeu, mais de la bière que je lui pointe. Dante n’est pas le plus grand buveur, alors je doute qu’il me boude pour le reste de la soirée. Je lève la main – tel un gosse en cours – pour signaler à la serveuse du nouvel arrivant. « En passant, ma sœur te passe le bonjour. » Je souligne d’un rire moqueur. C’est vilain, mais Dante le sait qu’Ella a le béguin pour lui. Pas compliqué. Elle a le béguin pour plein de gars en fait. Elle me fait bien rire. Mais elle est sympathique, j’vous jure ! Je la fais passer pour une dépendant affective atteint d'un déficit d'attention, mais non. Elle fait simplement de mauvais choix dans la vie, c’est tout. « Sinon, toi, ça va bien ? T'as été sage ? Tu mérites que je paie la première tournée ? » Je ne pense pas nous faire boire jusqu'à ce qu'on doive ramper pour sortir d'ici, mais deux ou trois bières, ça se prend bien. 





DALIA & VITO ☽ neither of us is happy, but neither of us wants to leave. so we keep breaking one another and calling it love.


Dernière édition par Vito Inglese le Sam 23 Juin 2018 - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Enzo, Erio & Stefan
Messages : 8898 - Points : 6889
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: friends are like condoms, they protect you when things get hard • dante ( le Lun 23 Avr 2018 - 0:46 )
Tout Naples est en plein deuil. Quand ce n’est pas les journaux ou la télévision qui en parlent, ce sont les voix de ceux qu’ils croisent. Le San Calisto est réputé pour son ambiance légère, ses rires, les groupes musicaux qui passent pour se faire connaître, ou jouer pour le plaisir, simplement, mais chose évidente après un tel événement, le temps semble s’être plus ou moins arrêté. Si Dante se sent concerné, sa priorité actuelle n’est pas ce que compte faire le gouvernement italien suite à la fusillade, quelle mesure de sécurité il compte prendre, mais bien la santé de son père qui se dégrade. Son cancer a pris de l’ampleur et les risques sont trop énormes pour qu’un chirurgien de la ville veuille prendre le risque de l’opérer. Ca le travaille, bien plus que la fusillade. Il y pense néanmoins très souvent, mais est-ce égoïste de vouloir se détendre un peu ? Penser à autre chose que les catastrophes du quotidien ? Rire, plutôt que pleurer ? Certains répondraient que ça l’est, qu’il ne devrait pas s’autoriser à être de bonne humeur, plutôt soutenir ceux qui viennent de perdre des gens. Il se sent terriblement désolé pour eux, mais n’a aucun pouvoir pour les aider comme il aimerait le faire. S’il pouvait, il n’y aurait plus de guerre dans le monde et la paix règnerait sur Terre depuis bien longtemps déjà. C’est une vision utopique pour un type bien trop réaliste comme lui, qui rêve, mais pas au point de se mentir. C’est triste à dire, mais la vie doit continuer malgré tout, le monde tourne encore et il ne compte pas garder sur son visage une expression grave. Vito le comprendrait, lui. Lorsqu’il l’a rencontré, ça a été un véritable coup de foudre amical, si bien qu’aujourd’hui, il le considère comme l’un de ses plus proches amis et ils se comptent sur les doigts d’une seule main : Barbara, Valente et lui. C’est probablement la personne à qui il dit le plus de choses aussi. La discussion est facile, se perdre dans les confidences tout autant. Il se tourne vers lui régulièrement et sait qu’il répondra présent pour des petites soirées comme celles-ci, légères. Ce type, il ne peut tout simplement pas s’en passer et s’il venait à en douter, ce ne serait pas pour longtemps. Il suffit de voir comment il le prend dans ses bras alors qu’il vient d’à peine arriver. Dante pose sa main sur son dos, partage l’accolade avec naturel. « Je vois ça et il y a la queue au bar. Avant que je puisse en choper une, il va bien se passer cinq bonnes minutes. » S’il n’est pas un grand buveur, il boit de temps en temps, modérément, surtout lorsqu’il ne travaille pas le lendemain. S’il y a bien une chose dans laquelle il se montre exigeant, c’est dans sa profession. L’alcool, c’est bien, c’est bon, mais si c’est pour ne pas savoir ce que l’on fait aux commandes et mettre inutilement des passagers en danger, ça ne sert à rien. Alors il se contente souvent d’un ou deux verres lorsqu’il doit avoir un avion entre ses mains au petit matin. C’est aussi parce qu’il aime généralement être conscient et se mettre la tête à l’envers n’est définitivement pas sa tasse de thé. « Tu le lui rendras. En l’embrassant sur la joue de ma part. » Son ton est taquin, son sourire malicieux cache un sous-entendu qu’il ne réalisera jamais. Les sœurs de ses amis, jamais il n’y touche. C’est trop important. « Comment va-t-elle ? Ses relations, toujours au point mort ? » Il ne la connait pas des masses, mais les rares fois où il l’a vue, Dante l’avait appréciée. La main appuyée sur la table de billard, l’autre sur sa taille, le regard scrutant le comptoir pour voir l’affluence diminuer petit à petit. « Plutôt deux fois qu’une. » Menteur. « En fait, non, pas vraiment, mais on va dire que oui. » Si on parle de Leila, il est très loin d’être sage. Il faut dire qu’il goûte à sa chair, alors qu’elle est supposée appartenir à un autre, mais il s’en moque bien. « Alors en plus de payer ta tournée, tu vas peut-être me commander une bière à ma place ? En attendant, je prépare les boules. » Ce n’est pas comme si c’était si dérangeant que ça… Elles sont déjà préparées, au milieu de la table. « Et à ton retour, tu me donneras des nouvelles de Dalia. » A défaut de pouvoir sympathiser avec elle, il sait qu’il peut compter sur Vito pour le mettre à la page, sur son ménage.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.


FREDERINA
Revenir en haut Aller en bas
Vito IngleseLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3069-vito-o-mayday-prepare-for-impa http://www.ciao-vecchio.com/t3095-vito-o-somewhere-only-we-know
ID : mrs.chaplin (pascale)
Faceclaim : sebastian stan + ava and crackship by mrs.chaplin, gif from tumblr.
Multi-comptes : donatello, vincenzo & frederico
Messages : 374 - Points : 246

Âge : trente-six ans.
Métier : pilote de ligne pour la compagnie alitalia.
Sujet: Re: friends are like condoms, they protect you when things get hard • dante ( le Sam 23 Juin 2018 - 16:15 )
dante & vito
friends are like condoms, they protect you when things get hard

Une soirée entre hommes n’est jamais de refus. Avec Dante surtout. J’avoue ne pas avoir plein de pote, et faut dire que ma vie de couple prend beaucoup de place dans ma vie, me laissant moins le temps pour ma vie sociale. J’ai la chance de parler plus fréquemment au Galeone puisque nous travaillons pour la même compagnie. Si ce n’était pas de ça, je deviendrais quasiment invisible, donnant signe de vie seulement une fois par mois. Pour passer du temps avec, faudrait que je le séquestre dans une grange avec des portes en étain, verrouillées à double tour avec King Kong comme garde pour s’assurer qu’il ne se sauve pas. Mais ne vous inquiétez pas, il vivrait quand même la belle vie entre ces quatre murs. Sauf pour les journées de pluie, il se peut qu’il soit victime d’inondation. Autre que ça, je lui enverrai une veuve, de temps à autre pour se divertir et il aurait droit à une élingue comme animal de compagnie. Ça l'air sympa, non ? Qui sait. Peut-être que Dante serait ouvert à l'idée. Bref, tout ça pour dire que j'aime Dante, malgré ses ronflements bruyants lorsque nous dormions à l'étranger. Ah non, c'est vrai. C'était moi ça... Pour ma défense, ce fut un long vol et je n'avais pas bien dormi la veille, suite à une dispute avec Dalia. Le pauvre... Il pouvait m'entendre à travers le mur qui séparait nos chambres. Je tourne la tête vers le bar et effectivement, il y a du monde. « C'est sûr qu'avec le mec qui drague la barmaid, tu vas devoir prendre ton mal en patience. » Je lâche accompagné d'un rire à la vue de ce gars qui doit être posé au bar depuis quelques minutes déjà. Bien que connaissant mon ami, ça ne devait pas trop le déranger. Je n'abuse pas de l'alcool, mais je crois qu'entre lui et moi, je suis l'alcoolique du duo. Chacun son talent quoi. « Tant que ce n'est que sur la joue. » Ce ne sera jamais le cas - je l'espère -, mais je ne sais pas si je pourrai avoir Dante en beau-frère. Après tout, c'est un ami très proche et sachant ses antécédents avec les femmes, je serai tout de même sur mes gardes. Ma soeur fait peut-être des conneries, se mettant elle-même dans la merde, mais entre Inglese, il faut se tenir les coudes. Puis, bon, ça serait un sujet de conversation impossible à avoir avec lui; les relations. J'ai peut-être passé la trentaine, majeur et vacciné, je me transforme en prude lorsqu'on mentionne les aventures nocturnes de ma soeur. « Toujours dans ma cave... » Ça devrait répondre à sa question. Sienna est comme ça. Elle trouve un mec, elle part avec lui sans vraiment le connaître et revient nous demande de l'aide lorsque tout va mal. « Elle me met Dalia sur le dos en se comportant comme une adolescente. » Et je peux comprendre qu'à un moment, ça peut énerver ma femme. Mais à chaque fois que je viens pour en glisser un mot à ma soeur, elle est dans une mauvaise passe et je n'ai pas envie de la faire chier. Puis, bon... Si on avait un gosse, ce serait la même. « Comme quoi j'en ai pas déjà assez. » Quand ce n'est pas les crises de jalousie, ce sont les "merdes" que ma soeur laisse traîner partout. Mariez vous, c'est la joie. Enfin, je suis dur quand même, parce que ce l'est. Et c'est ça le problème. Être marié à Dalia est tout ce qui me rend heureux, mais souvent, c'est aussi ce qui me donne envie de tout lâcher. L'amour, c'est compliqué. Nous n'en sommes pas des victimes pour rien. Je viens donc à prendre de ces nouvelles, voulant ne pas commencer avec mes chicanes de ménage. « 'On va dire que oui' ? Qu'est-ce t'as fait ? Ou plutôt, qui tu t'es fait ? » Je ris à nouveau, lui lançant un petit regard amusé. « Une femme mariée et vous vous êtes fait surprendre en pleine action par le mari ? La fille d'Alberto ? » Alberto étant un des plus vieux pilotes qui fait saoule tout le monde en se pensant pour le meilleur. « En 1837, j'ai fait un atterrissage d'urgence dans la mer sans qu'aucun passager ne soit blessé. » Oui, oui, Alberto. On s'en fout. À ton époque, il n'y avait que quatre places dans un avion, j'espère qu'il n'y avait pas de blessé. Enfin, vous voyez le genre. Il se pense pour le sage de la compagnie, mais bon... On le laisse tout de même radoter, si ça peut lui faire plaisir. « Toujours après les boules ce Dante... » Je lâche en levant les yeux au ciel avant de rire. « C'est bon, je vais y aller. Mais n'ayant rien à offrir à la barmaid, je vais lui filer ton numéro. » Je plaisante en me dirigeant vers le bar sans lui laisser un temps de réponse. Je prends quelques minutes, la jolie barmaid aurait pu être une bonne candidate pour Dante, mais il est assez grand pour s'en charger lui-même. Je retourne vers mon ami en lui tendant sa bière. « T'as de la chance, son portable était mort et ne trouvait pas de stylo pour prendre en note tes informations. » Après une gorgée, je dépose ma bouteille sur la table haute pour ensuite me prendre une queue. « Dalia va bien. Elle bosse encore sur son deuxième livre, rencontre des gens importants. Elle est heureuse avec son boulot. » Dans ma voix, on ne ressent pas l'enthousiasme que je devrais avoir face au succès de ma femme. Parce que je ne le suis pas. Je voudrais l'être, mais je n'y arrive pas. Et ces temps-ci, je suis la cause de nos disputes.





DALIA & VITO ☽ neither of us is happy, but neither of us wants to leave. so we keep breaking one another and calling it love.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Enzo, Erio & Stefan
Messages : 8898 - Points : 6889
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: friends are like condoms, they protect you when things get hard • dante ( le Jeu 5 Juil 2018 - 23:19 )
« Que sur la joue. » répète-t-il, un brin amusé. Il n’a de toute façon aucun souci à se faire là-dessus. S’il se plaît à se perdre dans les bras des femmes pour combler sa solitude qui lui est parfois pesante, il n’est pas assez fou pour prendre le risque de déraper avec la sœur de Vito. Il tient trop à leur amitié, à ce qu’ils sont, pour tout gâcher avec une relation passagère, éphémère, qui ne donnera probablement rien sur le long terme. Ses pensées sont constamment ailleurs, le ramènent vers une femme avec qui tout est compliqué, où les tensions persistent et ne s’apaisent que pour quelques minutes à chaque fois, avant de reprendre le dessus sur les efforts qu’ils font l’un envers l’autre. Leila a un caractère bien trempé, est insolente et le provoque sans cesse, quand lui réplique et n’y met pas du sien non plus. Avec les récents événements, c’est encore pire que tout. Dante peine à la voir en peinture. Pourtant, une chose le pousse toujours vers elle, qu’importe ce qu’il décide de faire, qu’importe sa colère envers elle qui ne s’atténue pas. Et ce regard qu’il pose sur elle, qui n’a en ce moment aucune tendresse, plutôt de l’aversion, mais ce soir, il aimerait laisser ça de côté pour passer une bonne soirée et se concentrer exclusivement sur Vito. « Qui n’est pas dans la ligne de mire de Dalia ? » Soupir. Il exagère un peu, mais c’est ce qu’il ressent quand il la voit. Il ne sait pas ce qui arrive à sa bonne femme, mais elle a tendance à l’exaspérer de temps à autre, avec son attitude. Vito est heureux avec elle, alors il tente de faire comme si de rien n’était, mais on ne peut pas dire que Dalia aime donner les formes, de son côté. Il est même presque certain qu’il lui est arrivé de le démonter dans son dos. C’est ce que font les femmes, lorsqu’elle n’aime pas les amis de leurs compagnons. Ca le gêne un peu, mais tant qu’il peut continuer à passer de bons moments comme ça avec le pilote de ligne, alors il fait avec, ne cherche pas plus loin et évite la confrontation, histoire que ça se passe plus ou moins bien et que Vito ne se retrouve pas dans une situation délicate et Dieu sait à quel point c’est compliqué de ne pas lui rentrer dans le lard afin de lui demander ce qui cloche exactement. « Alors écoute, je conduis ce soir et toi, tu bois jusqu’à te ruiner la santé. Ce n’est pas comme si tu travaillais demain… » Il ne réagirait pas de la sorte, se contenterait d’être raisonnable, d’exiger qu’il le soit également, mais là, l’occasion se présente. Il peut bien se lâcher un peu. Comme lui aimerait le faire rien qu’en songeant à la question de son meilleur ami, mais sa moue disparaît et un rire résonne aussitôt son scénario soufflé. « Oh que j’aimerais avoir le cran de faire ça ! Rien que pour le faire taire un peu ! » Il se pourrait bien qu’il le prenne mal et qu’il ait envie de lui refaire le portrait. « Tu imagines ? Je crois que je l’aurais sur le dos pendant des semaines. » Les répercussions seraient telles qu’il pourrait regretter son acte. « C’est Leila, ce n’est pas toujours évident, entre elle et moi. » se confie-t-il, le cœur au bord des lèvres, mais il s’efforce de sourire. « Tu me connais. » Il s’apprête à poser sa main sur son épaule pour l’arrêter, mais le voilà déjà loin. Dante finit par en rire en secouant la tête et se promet qu’à la réception d’un message d’une inconnue, il saura en profiter. A son retour, l’homme boit une gorgée de sa bière, puis retire le triangle qui emprisonne les boules. « C’est pas grave, j’irai lui graver sur sa peau les chiffres. » déclare-t-il, en récupérant une queue qu’il glisse entre ses doigts. « T’as l’air heureux dis-moi. C’est bien pour elle, non ? » C’est son rêve et Vito l’a toujours encouragée dans ce sens, alors qu’est-ce qui cloche ?


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.


FREDERINA


Dernière édition par Dante Galeone le Dim 22 Juil 2018 - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vito IngleseLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3069-vito-o-mayday-prepare-for-impa http://www.ciao-vecchio.com/t3095-vito-o-somewhere-only-we-know
ID : mrs.chaplin (pascale)
Faceclaim : sebastian stan + ava and crackship by mrs.chaplin, gif from tumblr.
Multi-comptes : donatello, vincenzo & frederico
Messages : 374 - Points : 246

Âge : trente-six ans.
Métier : pilote de ligne pour la compagnie alitalia.
Sujet: Re: friends are like condoms, they protect you when things get hard • dante ( le Mar 17 Juil 2018 - 22:51 )
dante & vito
friends are like condoms, they protect you when things get hard

On ne choisit pas sa famille, malheureusement. Nous sommes coincés avec elle jusqu’à la fin de nos jours et parfois, faut faire des sacrifices. Dans mon cas, je sacrifie un peu ma vie privée en laissant ma cadette loger chez nous. Oui, je vis dans une villa, ce qui signifie que j’ai assez d’espace pour ne pas avoir à la croiser régulièrement, en plus de nos horaires différents. Parfois, elle assiste à mes disputes de couple, tout comme elle peut en faire partie sans le savoir. Tout ce que je voulais c’était aidé ma sœur, sauf qu’elle se met peut-être un peu trop à l’aise. Du moins, assez pour que Dalia me le rappelle. Et même si je le sais très bien que ma femme a raison, je fais peu pour l’arranger. Pourquoi ? Parce que je ne veux pas laisser gagner cette bataille... L’orgueil. Inutile, mais c’est ainsi. Après, j’ai tellement l’habitude d’être sur la défensive, toute excuse est bonne... De plus, accueillir ma sœur était mon idée, promettant à Dalia que ça se passerait bien. Je me permets de rire aux paroles de mon ami, malgré que la réalité de ce commentaire soit loin d’être amusante. Reste que son caractère est un détail que j’ai toujours aimé chez elle, aussi chiant qu’il peut être parfois. En l’épousant, j’ai accepté ses défauts. Je dois tout simplement apprendre à les gérer. C’est là que ça devient plus difficile. Puis, bon, ce n’est pas comme si j’étais mieux qu’elle. « Pour le meilleur et pour le pire. » J'hausse les épaules. C'est le cas de le dire. On a beau tenté de voiler le pire avec le meilleur, mais pour combien de temps ? Je redoute la réponse à cette question, préférant y trouver une réponse optimiste. Une phase ? Mais une phase qui dure un peu trop longtemps... « Bah voyons ! Tu passes ton tour ? » Ce qui ne m'étonne pas trop non plus. Dante a toujours été sage avec l'alcool, ce que j'aime bien chez lui. Pas besoin d'un verre pour passer une bonne soirée. Moi non plus, mais bon. Une fois de temps en temps, ça ne fait pas de mal. « Je travaille peut-être pas, mais je dois tout de même rentrer chez moi. Je vais donc y aller molo avec la bière. » Faire la débauche en compagnie de Dante et revenir auprès de ma femme, c'est comme lui annoncer que j'ai couché avec une hôtesse. Peut-être pas, non. Mais vous voyez l'image. La curiosité me pique lorsque je prends des nouvelles de mon ami. Sa réponse sous-entends qu'il y a des trucs qui ne vont pas, me poussant à poser des questions. Je plaisante un peu en sortant des hypothèses débiles. « J'suis sûr que t'as le cran. Mais bon... Tu veux pas toucher à ça. » Elle est jolie sa fille, mais qui veut Alberto comme beau-père ? Pas nous ! Je pouffe, acquiesçant de la tête. Il trouve une façon de nous virer, c'est certain ! « Pendant le reste de nos jours tu veux dire. Ce sera même marqué sur sa pierre tombale pour pas qu'on l'oublie. » Ah, Alberto. Tout un personnage. Nous avons tous besoin de ce genre de personne dans nos vies. Sinon, on ne pourrait pas se moquer de personne et il faut se libérer de temps à autre. Notre cher pilote est une cible facile et c'est toujours marrant de s'en moquer. Le sourire amusé qui arbore mon visage disparait aussitôt que Dante mentionne le prénom de Leila. « Ce l'est jamais avec elle... » Je lève les yeux au ciel, agacé juste par l'idée qu'il la voit. Mais bon, je vais aller chercher les bières avant de me lancer dans cette conversation. Parce que oui, j'ai des choses à lui dire sur sa charmante Leila... Je reviens rapidement, deux bières en main, un numéro en moins. Je pouffe de rire en lui répondant : « T'es sadique en fait. » Le sujet Dalia vient rapidement sur le tapis et j'y réponds d'un ton neutre. Appuyer contre ma queue, je le regarde faire le premier coup, éparpillant les boules un peu partout sur la table, en rentrant une dans un coin. « Bien joué. » Pour ensuite m'attarder sur sa question. « C'est très bien pour elle, mais... » Il ne devrait pas y avoir de « mais ». Je devrais être heureux, vouloir son bonheur et je le veux, je le suis pour elle. « Je pensais que la publication de son livre nous aurait fait du bien, mais je crois que c'est pire... » Et pour ça, je suis à blâmer. Il ne s'agit plus de calmer ses craintes à elle, mais les miennes aussi. À mon tour, je suis jaloux. Jaloux de ses éditeurs, de ces gens avec qui elle réalise ses rêves alors que je suis derrière à sourire comme un con, prétendant passer du bon temps. Dante fait son deuxième coup, je prend une gorgée en me penchant au dessus de la table pour faire le mien. « Avec moi qui est toujours partie, elle qui va a des rencontres et des soirées, on n'a plus de temps trop de temps. Puis, lorsqu'on a un moment ensemble, ça finit en dispute... Et souvent pour des conneries. » Je frappe la boule blanche, mais manque mon coup. « Tu sais ce qu'elle a fait l'autre jour ? Elle a fouillé mon historique internet et m'a tombé dessus pour avoir trouvé un lien vers une vidéo... » Je ne dis pas le mot, parce que la porno c'est comme Voldemort. On ne dit pas son nom, mais on sait de quoi on parle. « Elle est partie sur un délire ! Comme quoi je souhaitais faire pareil avec les hôtesses, bla bla bla. N'importe quoi. Parce que oui, mon plus gros fantasme est de me faire Genny et Irene dans le poste de pilotage. » Sarcasme, bien entendu. « J'en avais tellement marre, j'ai même songé à dire que tu m'avais envoyé la vidéo. » Plus facile de blâmer les autres. Quoique, j'aurais eu droit à un monologue sur Dante, pourquoi il m'envoie des vidéos comme ça, il m'encourage à déraper... « Bon, cette conversation ne m'aide pas à gagner la partie ! À mon tour de te déconcentrer. » Parce que me remémorer mes disputes me frustre encore, puisque je les ai encore sur le coeur. « Alors, Leila, hein ? Tu sais qu'elle a un petit ami au moins ? » Parce que je n'allais pas lâcher le sujet. Pas tant qu'il sache à ce qu'il a affaire. Il doit le savoir plus que moi, mais bon. L'amour rend aveugle...







DALIA & VITO ☽ neither of us is happy, but neither of us wants to leave. so we keep breaking one another and calling it love.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Enzo, Erio & Stefan
Messages : 8898 - Points : 6889
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: friends are like condoms, they protect you when things get hard • dante ( le Dim 5 Aoû 2018 - 10:19 )
« Le mariage. » commente-t-il, en haussant les épaules, suivi d’un long soupir. Dante n’a pas un avis négatif là-dessus et ne pense pas forcément que s’unir à quelqu’un, c’est se mettre la corde au cou, mais il considère que c’est chose maintenant courante pour bien des personnes. Une cérémonie pour faire joli, pour l’effet du spectacle, sans prendre véritablement en compte les promesses que l’on se fait. Il y a autant de divorce. Vito est dans la catégorie de gens qui y croient, qui se battent pour que ça fonctionne et c’est tout à son honneur. Une vie à deux, ce n’est pas toujours simple. Il y a des complications, des concessions à faire, ce à quoi lui a été habitué lorsque son ménage avec Natalina était d’actualité, mais il ne voyait pas les choses de la même façon, ne se sentait pas emprisonné, avec cette liberté de l’alliance en moins. Même avec celle-ci, probablement qu’il n’aurait pas résisté à l’appel de la séduisante Leila. « Disons que je me contenterai du minimum syndical, histoire de ne pas conduire n’importe comment. » De ne pas se mettre en danger inutilement, lui et son passager, mais également autrui. Ce n’est pas qu’il n’est pas fêtard, qu’il n’aime pas s’amuser, mais il considère qu’on peut passer un bon moment sans se mettre la tête à l’envers. Ce serait tout de même idiot de passer par la case hôpital, ruiner la vite de d’autres gens pour quelques minutes d’euphorie qui retomberait aussitôt pour laisser place à la culpabilité. « Si tu ne veux pas dormir sur le canapé, c’est peut-être plus judicieux. » Et par la même occasion, ça évitera de donner une occasion de plus à Dalia de le détester, bien qu’il commence à s’y faire. Tant qu’elle arrive plus ou moins à le supporter. « Elle n’est pas désagréable, pourtant, mais… Honnêtement, je le prendrai très mal si on me faisait le coup, alors j’aimerais autant éviter d’avoir Alberto sur le dos. » Surtout si ce n’est pas sérieux. Même si sa fille ne voit aucun inconvénient à ça, Vito a raison : il ne veut pas toucher à ça. Un rire s’échappe, tandis qu’il imagine sa pierre tombale, détruite par les rayures qu’auront causées les coups de canif. Ce rire s’efface néanmoins rapidement dès lors qu’il est question de Leila. Encore une fois, son meilleur ami a raison : ça ne l’est jamais et au fil des années, ça ne s’atténue pas.

« Prends-en de la graine. » souffle-t-il, en tapant une nouvelle fois, mais en ratant son coup. Sa relation n’est pas au beau fixe, semble partir un peu en vrille et leurs emplois du temps n’arrangent rien. « Et il n’y a pas moyen de vous organiser un petit week-end à deux ? Pour vous retrouver, justement et être loin de tout ça. » La ville, les soirées, l’appartement. Ca calmera peut-être les choses un petit peu, leur permettra de se voir dans un terrain neutre. « Essaie de faire moins bien. » dit-il, d’un air amusé, alors qu’il appuie la queue de billard sur le sol, tandis qu’il manque son coup. Se positionnant pour tirer, Dante relève les yeux vers son ami et ne peut retient pas un rire. « Je doute qu’elles soient d’accord, mais si tu veux, je t’arrange un coup. » Bien qu’il ait saisit ses sarcasmes, il rentre dedans et rit de plus belle en voyant Vito au bord du gouffre. « Tu aurais dû ! Ce n’est pas comme si elle m’adorait. » Ca lui fera une raison de plus pour le détester. « Ce ne sont que des vidéos. Ca ne lui arrive donc jamais ? Les films érotiques ? C’est quand son anniversaire, que je songe à lui trouver ça ? » C’est risqué de se prendre une bonne gifle dans la figure, mais soit. Tandis qu’il se concentre sur les boules, Dante tire sur la blanche qui tape dans le bord dès lors qu’il est question de Leila. Il se redresse, souffle en pensant à son petit ami qu’il déteste au plus haut point pour avoir baissé les bras. « Je sais, oui, mais ce n’est pas bien grave. Ses histoires n’ont jamais été un problème. Ca ne l’empêche pas de me vouloir. » Lui, eux. Le jour où elle se marie, en revanche, ce sera différent, mais pour le moment, Dante n’y pense pas une seconde. Elle n’est pas disponible, mais ça ne le ralentit pas. « Depuis quand tu le sais ? Tu l’as vu ? Il est comment ? »


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.


FREDERINA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: friends are like condoms, they protect you when things get hard • dante ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- friends are like condoms, they protect you when things get hard • dante -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto