Revenir en haut
Aller en bas


 

- BULBI | Somewhere over the rainbow -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Ghetto Crime Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Katerin BoschettiLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3063-je-ne-peux-pas-j-ai-yoga http://www.ciao-vecchio.com/t3131-katerin-l-age-de-la-raison-vraiment
ID : Djoan, Yohan
Faceclaim : Jennifer Aniston | ava : © mrs. chaplin
Multi-comptes : Rob, Flo & Val
Messages : 58 - Points : 38

Âge : 48 ans.
Métier : nutritionniste
Sujet: BULBI | Somewhere over the rainbow ( le Dim 15 Avr - 14:51 )


frederico & katerin
Somewhere over the rainbow

La plupart du temps, lorsque nous sortons avec les amis, nous nous retrouvons dans le restaurant de l’un d’eux, ou nous courrons après un volant sur un terrain de Badminton. Mais parfois, lorsque l’on décide de sortir en comité plus restreint, nous nous permettons un grain de folie ! Parfois un petit cinéma, d’autres fois une visite au musée… On est trop des oufs comme disent les jeunes aujourd’hui. Ce soir, par contre, c’est différent. A la sortie du boulot, je n’ai pas trainé sur le chemin. Je voulais avoir le temps pour me préparer, pour m’occuper du chantier. Après un bon et long bain, tout y est passé, les poils de mes jambes ont été rasés, les cheveux lissés bien plus que de raisons et j’apporte actuellement la dernière touche à mon œuvre d’art en plaçant mon mascara. Une œuvre discrète comme à mon habitude, mais ça suffira. Cela fait longtemps que je n’ai pas fait autant d’effort pour une sortie. J’ai enfilé une robe bain de soleil grise et des escarpins noirs. Je sais, c’est un peu formel, mais je n’ai jamais prétendu être une gravure de mode. Je sors de la salle de bain et frappe à la porte de mon fils. Celui-ci m’invite à entrer, ce que je fais. Il a la tête dans ses bouquins, c’est un garçon studieux. Mais je l’imaginai plus sur un de ses jeux. « Je sors chéri. Le repas est dans le frigo. Ça va aller ? » Je m’inquiète, une petite grimace sur le visage. Il lève les yeux de son activité et m’observe enfin : « Tu es jolie. » Je baisse la tête sur ma robe ajustée et le remercie : « Tu sors avec Fredo ? » me demande-t-il, curieux. Je fronce les sourcils : « Je vais prendre un verre avec Frederico oui, pourquoi ? » Mon grand se lève, pose son livre et s’approche, un sourire malicieux sur les lèvres : « Pour rien, je me demandais quand vous alliez sauter le pas. » Je lui donne une tape sur le bras, un sourire complice aux lèvres : « N’importe quoi ! Ce serait comme coucher avec mon frère. » C’est au tour de mon fils de faire la grimace. Il prend un air plus sérieux et me partage : « Je suis sûr qu’il aurait fait un beau père idéal. » Sa réflexion m’attriste. Je sais qu’il souffre de voir si peu son père et que ce dernier ne lui accorde pas le temps qu’il souhaiterait mais je me dois de le corriger : « Tu as déjà ton père et moi un mari. » Il me prend dans ses bras et je sens tout cet amour qu’il réclame. « Ça va aller ? » Je lui lance pour m’assurer de ne pas le laisser seul dans un moment difficile. Il me répond que oui, qu’il faut que j’aille m’amuser un peu, que je pense à moi. Je lui souris et l’embrasse sur la joue pour lui souhaiter une bonne soirée.

Je regarde l’écriteau sur le bâtiment. La devanture est plutôt tape-à-l’œil. Je ne m’attendais pas à ça. J’attends Frederico sur le trottoir, près de l’entrée. Je pianote sur mon téléphone, donnant des nouvelles à mon fils, m’assurant qu’il a repris du poil de la bête. Lorsqu’il m’envoie une photo de lui, enfournant une grosse part de pizza dans sa bouche, je comprends que tout va bien, mais aussi qu’il a préféré se faire livrer que de manger la nourriture saine que je lui ai préparé. Je soupire. Pourquoi personne ne se montre raisonnable lorsqu’il est question de nourriture ? Je ne fais pas vraiment attention aux couples qui entrent dans la boite, je suis plus obnubilée par la rue et l’espoir de voir mon ami débouler. Je n’aime pas trop attendre seule dans un endroit si fréquenté et surtout inconnu. C’est pour ça qu’en règle générale, je préfère rester chez moi à m’occuper comme je le peux. Sortir, à quoi bon ? J’ai une alliance à mon annuaire. Je ne pars pas à la chasse. Ce temps est aussi révolu qu’il n’a jamais commencé. Il arrive enfin. Un sourire de soulagement se trace sur mes lèvres : « Te voilà ! » Je lui lance simplement devant l’évidence. « Je commençai à me sentir vieille, ici, toute seule. Maintenant, qu’on est deux, ça va mieux. » Une taquinerie sur fond de vérité. La plupart des gens autour de nous sont des jeunes, avec leurs jargons de jeunes, leurs looks de jeunes, leurs démarches de jeunes…Mon dieu…J’me sens si vieille. « Allez, on entre ! » Je propose sans attendre de réponse. Je ne veux pas hésiter plus longtemps. Ce n’est pas que j’ai peur de ce genre d’endroit, j’en ai juste pas l’habitude. La salle est plutôt animée. Il y a un sacré brouhaha, bien plus que dans le bar près de l’hôpital. Je trouve une table et m’y installe, pas mécontente de m’asseoir. Mes escarpins neufs ne sont pas assez confortables pour tenir debout plusieurs minutes. « Tu crois qu’il faut commander au bar dans ce genre d’endroit ? » Je m’inquiète en observant le comptoir. Je ne sais pas pourquoi je lui pose la question. Je ne pense pas que Frederico soit plus familier que moi avec ce genre d’endroit. Nous sommes deux brebis égarées dans une fosse aux lions.

code by mrs.chaplin & gif mrs.chaplin
Revenir en haut Aller en bas
 
- BULBI | Somewhere over the rainbow -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Ghetto Crime Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Ghetto Crime Bar