Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Liloo_49
Je suis absent-e : du 6 au 13.
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Erio, Loris & Stefan
Messages : 9264 - Points : 7051
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Ven 20 Avr 2018 - 19:02 )
Des questions, il s’y attend et il s’en serait bien passé. N’ayant pas réussi à joindre Barbara qui aurait respecté ses silences, Dante s’est arrêté sur le numéro suivant dans son répertoire, portant un surnom complètement niais, qu’on donne souvent à la personne qui partage sa vie, mais qui pourtant lui rappelle toujours Leila. « Bébé ». Ce qui peut porter à confusion, indique souvent qu’il a une petite amie et raison pour laquelle il ne souhaitait pas que Natalina prenne son téléphone. Leurs échanges étaient écrasés à chaque changement d’appareil, mais un tel pseudo aurait pu attiser sa curiosité, lui déplaire aussi. La connaissant, elle lui aurait demandé des explications, peut-être même de supprimer le contact et lui en aurait bien été incapable, n’aurait donc nié l’évidence. Peut-être que leur relation serait partie en vrille bien plus tôt… Sauf que son ex respectait son intimité, estimait qu’il parlerait de lui, quand il en ressentirait le besoin. En attendant, ils passaient d’excellents moments ensemble, partageaient un quotidien ensemble, qui n’a jamais détrôné son histoire avec Leila. Cette dernière est importante dans sa vie, mais actuellement, il se sent en danger. Elle met un pied dans son univers en y étant invitée, mais pas avec un large sourire pour autant. En douze ans, Dante ne lui a jamais conté une seule anecdote de son passé. Ses parents, elle ignore qui ils sont, elle ne sait même pas s’ils sont encore vivants, puisqu’il n’a jamais souhaité aborder le sujet. S’il a des frères, des sœurs, ou s’il est enfant unique, elle n’en sait rien. Son adolescence, son enfance, elle n’a aucune idée de comment il les a vécues, s’il a été heureux, ou un peu moins. Leila ne sait pas quel garçon c’était à l’école, s’il était bagarreur ou à la première rangée à vouloir épater les professeurs, ou simplement parce que le tableau était plus visible. Les petites choses qu’elle connait sont certains de ses goûts. Ce qu’il aime, déteste. Il ne pense même pas lui avoir dit être allergique à l’arachide. Même s’ils ne se connaissent pas tant que ça, il a l’impression de bien savoir qui se cache derrière ce bout de femme, apprécie son caractère de feu autant que ça l’agace et il lui est impossible de s’en séparer. Cependant, il se demande si c’était réellement une bonne idée d’avoir fait appel à elle.

C’est tendu qu’il atterrit sur le sol italien, à 16 heures. Ses passagers descendent, râlent un peu pour le retard pris, sans prendre conscience que partir avec un problème technique était dangereux. Là, leur voyage était assuré. Il a l’habitude d’entendre de tels commentaires spécialement dit pour que le personnel les entend et s’il est souvent patient, là, il bouillonne un peu, mais s’efforce de sourire… Jusqu’à pouvoir souffler une fois tout le monde sorti de l’appareil, pour délaisser l’appareil à un collègue qui vérifie que rien n’a été oublié à l’intérieur.

Ce n’est pas trente minutes de retard qu’il a, mais bien quarante. C’est contrarié qu’il arrive chez lui, avec le cœur serré à l’idée qu’une chirurgienne ayant cessé son activité il y a un an, pour se consacrer à sa vie de femme, soit repartie au nord de l’Italie. Ses recherches l’ont mené à elle et après avoir insisté longuement, elle a fini par céder, mais il n’est plus sûr de rien, maintenant. Vivement, il pousse le portail, ouvre la porte d’entrée, toujours avec cette boule au ventre qui lui indique que Leila se trouvera seule… Son appréhension s’essouffle, sa crainte s’efface d’un coup. Sur l’un des fauteuils se trouve la personne tant attendue. Une grande blonde, avec les traits un peu tirés par la fatigue sans doute, mais avec un petit sourire qui s’étire sur le visage et sur le canapé, il y a Leila. Un instant, il se demande si toutes les deux ont échangé sur l’objet de la visite. Il est à cran, mais il ne préfère pas y songer. « Bonjour et désolé du retard. Un imprévu de dernière minute. Navré. » Il l’est, véritablement et ça se sent dans sa main moite qui vient serrer la sienne. « Votre amie m’en a informé. Un peu plus et je partais. La prochaine fois, essayez de me faire attendre avec quelqu’un de plus agréable. » Charmant. Bien. Alors qu’il lance un regard à Leila, le chirurgien reprend très vite : « Peut-être pourrais-je voir la dernière IRM ? » Acquiesçant d’un hochement de tête, il s’absente quelques secondes pour lui ramener un dossier qu’elle saisit pour le regarder en détail, tandis qu’il s’approche de Leila. « Dois-je te remercier pour le service rendu ou pas ? » Parce que là, il n’en sait absolument rien.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.


Dernière édition par Dante Galeone le Mar 15 Mai 2018 - 23:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leila Mancini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2785-leila-princesse-basculant-du-c http://www.ciao-vecchio.com/t2797-leila-que-la-force-soit-avec-toi
ID : Mary
Faceclaim : Alicia Vikander + ©Lolita Lempicka (avatar), soulmates (signature), Ealitya et tumblr (gif)
Multi-comptes : Lana la fleur bleue & Lucy la sportive
Messages : 153 - Points : 417

Âge : 29 ans
Métier : Enseignante en primaire récemment virée
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Dim 22 Avr 2018 - 12:25 )
Rendre un service. N’étant pas uniquement qu’une sale gamine perturbée, Leila est plutôt du genre à le faire sans rechigner et sans poser de questions si c’est ce qu’on lui demande. Mais là… Ca vient de Dante. Un Dante qui ne l’a d’ailleurs pas recontacté depuis la fusillade à sa grande déception et qui se pointe là, comme une fleur, à lui demander de ne pas se laisser aller à sa curiosité habituelle. Forcément, ça lui donne envie d’aller à l’inverse de ce qu’il lui demande. Il a toujours été très mystérieux avec elle, comme elle peut l’être aussi avec lui sur de nombreux pans de sa vie actuelle, mais savoir qu’il se passe quelque chose de sans doute important et qu’il ne souhaite pas lui en parler la titille. Et puis, c’est qui cette fameuse « elle » pour qui il ne peut pas se permettre d’être en retard ? Toujours en proie à une jalousie maladive, c’est une Leïla pressée qui sort de son appartement avant de prendre un bus en direction de la maison de Dante. Sur le chemin, Leila tente de calmer une main tremblante, signe manifeste d’un manque d’héroïne dans son organisme. Ca fait plus de deux jours qu’elle n’a pas pu prendre sa dose, faute d’un manque d’argent de plus en plus catastrophique. Francesco s’est mis à lui refuser de lui donner de l’argent, arguant que c’était pour son bien, mais le fait est que Leila se retrouve dans une position qui devient de plus en plus inconfortable au fil des jours. Elle se sent mal aujourd’hui, tente pourtant de ne rien en laisser paraître aux passagers du bus bien que ses cernes plus marquées qu’à l’ordinaire semble être un indice suffisant. Bien qu’elle ait fait au plus vite, le service de bus rencontre quelques difficultés et la dépose non loin de sa destination avec seulement cinq petites minutes d’avance sur l’heure du rendez-vous. Elle court donc avec grande peine les quelques mètres qui la séparent de sa destination, se sentant terriblement faible quand elle arrive, trouve la clé et ouvre finalement la porte. La mystérieuse inconnue sonne seulement quelques petites secondes après ça, l’empêchant de faire un tour approfondi de cette fameuse maison. Il faut dire que la dernière fois, elle n’en avait pas vraiment eu le temps vu comment les choses s’étaient terminées. L’idée de pouvoir explorer l’environnement dans lequel évolue Dante avait pourtant quelque chose d’attrayant mais, ne souhaitant pas faillir à ses devoirs, Leila préfère plutôt se précipiter vers la porte d’entrée qu’elle ouvre. La femme en face d’elle lui semble un peu plus âgée, d’une quarantaine d’années mais possède clairement une classe et un charme évident. « Vous n’êtes pas Monsieur Galeone. » Et voilà qu’elle la devance en plus, sans doute mal à l’aise face à son regard inquisiteur. « Quant à vous je ne sais même pas qui vous êtes ! » La phrase malheureuse avec un ton terriblement froid lui a échappé, comme poussée par un instinct primaire de vouloir défendre son territoire. Le fait est qu’elle n’a aucune envie de la laisser entrer, cette femme. « Monsieur Galeone a eu un petit retard sur son vol, il m’a chargé de vous accueillir le temps qu’il arrive. Allez-y entrer. » Leila tente de se reprendre mais c’est les dents serrés qu’elle se décale pour laisser entrer cette dame qui, malgré sa petite remarque, ne semble pas vouloir éclaircir son identité. Pour le plus grand malheur de Leila. « J’espère en tout cas que Monsieur Galeone n’en a pas pour très longtemps. Comme il le sait, je suis pressée. » Lui lance-t-elle, avant de se débarrasser de son manteau et le lui tendre comme si elle était là à son service. « Le porte manteau se trouve juste ici, pour votre information. » Pas question pour Leila de faire la boniche, ceci dit. Elle lui montre alors le porte manteau d’un coup d’œil, sentant les lèvres de l’inconnue se pincer avant de se diriger et de s’assoir nonchalamment sur le canapé, suivie de la dame qui s’installe en face d’elle sur un des fauteuils du salon. « Dante fait au plus vite, ne vous inquiétez pas. Je comprends que ce soit compliqué de l’attendre ceci dit, dans une tenue aussi inconfortable. » Tirée à quatre épingles, l’inconnue dénote complètement du tee-shirt, jean, basket portée par Leila elle-même. « Disons que ça dépend pour qui. Je ne trouv absolument pas ça inconfortable. » La manière dont l’inconnue la détaille à son tour semble rempli de dédain. La passe d’arme s’arrête néanmoins là, Leila étant conscience que dans son état d’irritabilité, tout pourrait rapidement partir en vrille et, de ce qu’elle a compris, cette visite est très importante pour Dante. Alors la suite de l’attente se fait dans un silence de mort jusqu’à ce que, les minutes passées lui paraissant des heures, Dante fasse finalement son apparition. Son soulagement n’est que de courte durée quand elle entend l’inconnue parler soudainement d’une IRM. Qu’est-ce qui se passe ? Son cerveau en alerte semble partir sur mille et un scénario et aucun d’eux n’a rien de réjouissant. « Tu voulais que je l’accueille et que je la fasse patienter et elle est là, non ? Alors ? » Alors il devrait la remercier, à son humble avis. Mais pour l’heure, elle a d’autres problèmes en tête. « Qu’est-ce que tu as ? » Son ton trahit son inquiétude. Qu’est-ce qu’il y a, sur cette IRM ?


Dante & Leila

A faire vieillir, à faire blanchir la nuit. A faire brûler la lumière jusqu'au jour, à la passion et jusqu'à la folie, je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Liloo_49
Je suis absent-e : du 6 au 13.
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Erio, Loris & Stefan
Messages : 9264 - Points : 7051
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Dim 22 Avr 2018 - 14:48 )
Le résultat final est là, c’est tout ce qui compte. Même après quarante minutes d’attente, le chirurgien qu’il souhaitait rencontrer est présente et peut probablement lui apporter des réponses, le rassurer, lui faire part d’une solution. Alors au fond, peu importe la manière dont Leila s’est prise pour la faire patienter, tout ce qu’elle a bien pu lui dire de bon ou mauvais. Tout ce qu’il voit, c’est qu’il a une chance de pouvoir discuter du cas de son père, peut-être même l’inciter à l’opérer, avec un espoir grandissant qu’elle accepte de séjourner à Naples pour sauver la peau d’un homme qui mérite d’être sur pied. Il lui est arrivé des tas de soucis, mais c’est quelqu’un de bien, généreux, bienveillant. Orazio a laissé sa fierté de côté pour lui offrir un toit pour quelques nuits, demander de l’aide à un ami de lycée pour qu’il puisse se doucher, quand il sentait que son rejeton avait un vrai besoin de s’hydrater. Il s’est montré minable, devant quelqu’un qui a réussi sa vie, alors que lui avait tout perdu. Dante ne peut se résoudre à l’abandonner dans cette épreuve, se doit de le soutenir. « Merci. » C’est suffisamment important pour qu’il ne chipote pas. Ce que vient de faire Leila lui a retiré une épine du pied et il lui en est reconnaissant, même s’il s’agace presque aussitôt. « Pourquoi tu fais toujours le contraire de ce que je te demande ? » Là, en l’occurrence, c’est poser des questions. Une seule, mais c’est déjà trop pour quelqu’un qui n’a pas envie de se dévoiler. Sentant tout de même l’inquiétude dans son ton, il pose une main sur son épaule et tente de se montrer rassurant. « Rien. Je n’ai rien. » Son pouce caresse sa joue, ses doigts se perdent dans son cou. C’est vrai qu’il n’a rien, est même en très bonne santé. Il a bien été malade dans sa vie, mais ça n’a jamais été au-delà de quelques virus bénins, qui disparaissaient au bout d’une semaine seulement. « C’est une tumeur maligne. » Sa main quitte sa peau, alors qu’il tourne la tête vers la quarantenaire qui observe chaque prise de vue, chaque résultat. Il est au courant. D’après les médecins, elle a même pris de l’ampleur et il craint que les cellules cancéreuses envahissent son poumon droit, qu’elle se développe jusqu’à un point de non retour. « Et ils ne veulent pas tenter une opération, c’est bien ça ? » demande-t-elle, sûre d’elle. Si elle lui paraît hautaine, son assurance le réconforte. Elle a l’air de savoir ce qu’elle dit, ce qu’elle fait, ne passera pas par quatre chemins pour lui annoncer la couleur du fond de ses pensées. S’il n’y a malheureusement aucune possibilité d’agir, elle le dira, mais il a espoir qu’elle soit assez tenace pour tenir un discours contraire. « C’est trop délicat. Ereintant aussi, d’après vos confrères. » « Quelle opération ne l’est pas ? » Il comprend pourquoi elle a aussi bonne que mauvaise réputation dans son domaine, mais ça lui est égal. C’est un chirurgien compétent. « Il y a quelques années, je vous aurais dit que c’est une opération faite pour moi. » Elle pose l’imagerie sur le bar et tourne la tête vers lui. « C’est risqué, mais c’est possible d’intervenir. Seulement, comme je vous le disais, je n’exerce plus. » « Et vous avez fait des heures de route pour voir une IRM et m’annoncer droit dans les yeux que vous allez laisser mourir un homme ? » Il n’arrive pas à en croire ses oreilles. Le déplacement, les longues minutes d’attente et ça ? Il ne comprend pas très bien l’intérêt, mais espère juste qu’elle aime se faire désirer, alors il la caresse dans le sens du poil : « Si je me suis adressé à vous, c’est parce que vous me semblez être la seule assez compétente pour une tumeur de ce type. Imaginez un peu toutes ces têtes qui vous critiquent, ne pas avoir le choix que de vous admirer pour une opération qu’ils n’ont pas voulu tenter. » Voilà maintenant qu’elle pince les lèvres, en se demandant si passer à côté d’une telle occasion est bien malin. « Et si c’est une question de prix, je pourrais évidemment faire ce qu’il faut. » Elle hésite, observe de nouveau l’IRM pour finalement les emporter sous le bras. « Laissez-moi les étudier. Je vous recontacte dans la soirée. Demain au plus tard, avant mon départ. » Dante acquiesce d’un signe de tête et l’accompagne jusqu’à la sortie. Pas une poignée, rien, juste un simple hochement de tête. Cette femme est insupportable, mais il sent qu’elle peut lui apporter quelque chose. La main balayant son visage, Dante revient dans le salon, le cœur lourd, dépité. Il aurait aimé que cette entrevue se fasse loin des oreilles indiscrètes, qu’elle n’entende rien de tout ça. « Tu veux un verre ? » lui propose-t-il, tandis qu’il se déplace derrière le bar, pour récupérer une bouteille. « Est-ce que tu veux bien étouffer ta curiosité, s’il te plaît ? » Il sait qu’elle va poser des questions, qu’il n’aura pas la moindre envie de lui répondre.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Leila Mancini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2785-leila-princesse-basculant-du-c http://www.ciao-vecchio.com/t2797-leila-que-la-force-soit-avec-toi
ID : Mary
Faceclaim : Alicia Vikander + ©Lolita Lempicka (avatar), soulmates (signature), Ealitya et tumblr (gif)
Multi-comptes : Lana la fleur bleue & Lucy la sportive
Messages : 153 - Points : 417

Âge : 29 ans
Métier : Enseignante en primaire récemment virée
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Dim 6 Mai 2018 - 16:09 )
Bien sûr, Dante n’est pas content, se montre impatient devant la question qu’elle lui pose. Leila ne s’attendait pas à autre chose de sa part, sachant pertinemment que quand Dante lui demande quelque chose, il s’attends à l’obtenir. Et, comme à son habitude, elle n’y consent pas toujours. Et comment pourrait-il en être autrement au vu des circonstances ? Leila est complètement perdue face à cette situation quand elle entend parler de cette IRM qui sort de nulle part. Comment ne pourrait-elle pas s’inquiéter, poser des questions… s’intéresser ? Quand bien même leur relation est compliquée, conflictuelle elle n’en reste pas moins passionnée, aimante. Leila tient à cet homme, plus qu’elle ne pourrait sans doute l’admettre et c’est ce qu’elle essaye de lui faire comprendre par le regard qu’elle lui lance suite à sa mauvaise remarque. Un regard perdu entre la colère et l’inquiétude, entre l’agacement et l’attachement… Et quand enfin sa réponse tombe, c’est le soulagement qui prime : il n’a rien. Dante n’a rien. Leila le croit sur parole, parce que le savoir en bonne santé est une chose primordiale pour elle, mais toujours est-il qu’il y a quelqu’un d’autre qui ne va pas bien. Une tumeur maligne, un homme, proche de la mort visiblement et pour lequel une opération semble une possibilité compliquée mais pas tout à fait inenvisageable. C’est tout un flot de questions qui se bouscule dans sa tête face à ses informations qu’elle n’arrive pas assez bien à trier qu’en tant normal, à cause du manque qui lui brûle les veines. Elle tente d’être alerte néanmoins, lâche même un sourire mauvais au médecin quand celle-ci s’éclipse enfin mais c’est une Leila un peu à côté de ses pompes qui se retrouvent seule avec Dante. Un instant de flottement se pose là même face à sa question, quand elle revient enfin totalement à elle pour lui répondre. « Oui. Ce que tu veux. Un truc fort. » Elle a besoin de quelque chose qui la réveille, bien qu’elle n’est pas l’habitude de consommer des choses très fort. Leila a bien des vices mais l’alcool n’en fait pas vraiment partie. Aujourd’hui, cependant, cela peut peut-être s’avérer utile, donner un coup de pouce à son état et à ses cernes marquées, en remplaçant une dose par une autre. « Franchement, tu me gonfles, Dante. » Très vite, son irritabilité dû à son état reprend le dessus. Leila souffle, tente de calmer son rythme cardiaque qui s’emballe. Ce n’est sans doute pas la bonne manière de prendre Dante pour avoir des réponses à ses questions, mais tant pis. « Ce n’est pas juste de la curiosité. C’est normal que je me pose des questions. Tu vas me dire que si tu avais assisté à une scène pareille, avec des rôles inversés, tu ne t’en serais pas posé peut-être ? » C’est faux et il le sait. Ils ont beau ne pas s’être tout dit sur leur vie respective, respecter le jardin secret de l’autre, ça n’empêche pas qu’ils tiennent beaucoup l’un à l’autre et vu la situation, il est peut-être important de passer certaines barrières. « C’est qui cet homme ? Qu’est-ce qui se passe ? Dis-moi. » La voix de Leila semble s’adoucir un petit peu, y mettant tous les efforts du monde, alors qu’elle s’approche doucement de Dante comme on peut s’approcher d’un loup blessé. Elle le sent fébrile, touché par la situation et, plus que d’ordinaire, elle se doit peut-être de prendre des pincettes pour cette fois. Ce n’est pas dans son caractère, encore moins vu l’état dans lequel elle se trouve ces derniers jours, mais il est sans doute l’heure d’ajouter de l’eau dans son vin. Pour l’instant. « Crois-le ou pas mais je m’inquiètes pour toi. Vraiment. » Et c’est le regard plongé dans le sien qu’elle tente de le sonder alors qu’une de ses mains vient prendre possession de la sienne. Il n’a pas besoin d’être un mur, d’être un roc en permanence. Pas avec elle. Il peut lui parler.


Dante & Leila

A faire vieillir, à faire blanchir la nuit. A faire brûler la lumière jusqu'au jour, à la passion et jusqu'à la folie, je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Liloo_49
Je suis absent-e : du 6 au 13.
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Erio, Loris & Stefan
Messages : 9264 - Points : 7051
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Dim 6 Mai 2018 - 16:59 )
« Si je fais ça, tu te retrouveras sous la table, mais puisque Madame demande… » Alors Madame aura. Elle souhaite quelque chose de fort ? Dante sort sa bouteille d’eau de vie, tout droit récupéré de Grèce. L’Ouzo, il n’en boit pas énormément, le mélange souvent avec de l’eau, mais là il le lui sert pur dans un verre à shot qu’il rempli à ras bord, peu certain qu’elle supporte plus de trois verres à la suite. C’est sa manière de lui faire comprendre que le ton pris lui a déplu, que ce n’est pas en le poussant à parler de manière brutale, qu’il se confiera à ce sujet. Il n’en a d’ailleurs pas la moindre envie, même avec cet argument qu’elle avance et qui est réel. Si les rôles avaient été inversés, Dante aurait insisté pour savoir, comprendre et ainsi pouvoir l’épauler au mieux. Les secrets entre eux le dévorent parfois de l’intérieur. D’autant qu’elle a quelqu’un qu’elle retrouve le soir, qui prend soin d’elle, qui peut lui prêter une oreille attentive à n’importe quel moment de la journée. C’est son petit ami et c’est sans doute la première personne vers qui Leila se tourne lorsqu’elle a un coup de mou. S’il envie certains aspects de son ménage, il ne jalouse pour autant pas sa place d’homme trompé, trahi, préfère de loin celle qu’il a. Une place peut-être secondaire… Mais qui lui va bien. Il faut être honnête : même avec tous les cadeaux du monde, il n’arrivera jamais à la hauteur de leur relation, aussi néfaste soit-elle. « Tu crois que j’ai envie de t’en parler, là, tout de suite ? Peut-être que si tu me parlais autrement, tu aurais plus de chance d’obtenir ce que tu veux. Essaie d’être aimable pour voir ? » Ou de manger des carottes, ça aide. « Ah non, excuse-moi. Ce n’est pas dans tes gênes ! » Forcément que c’est impossible : ce n’est pas dans son caractère d’y aller doucement et si en temps normal, il arrive très bien à le gérer, aime même plutôt ça, qu’elle ne tourne pas autour du pot, là, à l’instant T, Leila aurait pu s’abstenir de le brusquer. Il sort une bière qu’il décapsule et boit une gorgée, peu enclin à lui dévoiler les réponses à ses interrogations. C’est seulement lorsque sa main saisit la sienne qu’il se calme. Il la sait sincère. Leila n’a pas besoin de le rassurer à ce sujet ; ils sont suffisamment proches l’un de l’autre pour qu’il en ait la certitude. Elle s’inquiète pour lui, autant qu’il s’inquiète de voir des cernes sous ses yeux. « Je n’en ai jamais douté. Notre relation est particulière et depuis le temps qu’elle dure, si tu ne te tenais pas un minimum à moi, je me poserai des questions… » Ce serait bien le genre à être complètement maso, mais il y a bien plus que ça entre eux. Dos appuyé contre le bar, Dante cherche ses mots, ne souhaite pas trop en dévoiler à ce sujet. Elle est en train de mettre un pied dans son monde, dans ce domaine bien trop privé et il ignore comment le gérer. « Il s’agit de mon père. Sa maladie prend de l’ampleur, aucun chirurgien ne souhaite prendre le risque de l’opérer ici. Cette femme à qui tu viens d’envoyer ton regard le plus mauvais est juste la seule personne qui pourrait être à même de l’opérer. Est-ce que tu comprends ce que ça veut dire ? » Qu’elle aurait pu foutre en l’air ses chances avec son sale caractère. « La prochaine fois, contente-toi de faire ce que je te demande et bon sang, laisse donc de côté ta jalousie deux minutes. Je ne suis pas assez tordu pour te présenter à l’une de mes aventures… ! Tu me prends pour qui ? » Pour quelqu’un qui souhaite la blesser volontairement ? Oui, bon, parfois, ça lui prend. « Je t’aurais seulement envoyé une photo pour t’enrager, je n’aurais pas pris le risque d’avoir un cadavre sur les bras. » ajoute-t-il, avec sarcasme.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Leila Mancini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2785-leila-princesse-basculant-du-c http://www.ciao-vecchio.com/t2797-leila-que-la-force-soit-avec-toi
ID : Mary
Faceclaim : Alicia Vikander + ©Lolita Lempicka (avatar), soulmates (signature), Ealitya et tumblr (gif)
Multi-comptes : Lana la fleur bleue & Lucy la sportive
Messages : 153 - Points : 417

Âge : 29 ans
Métier : Enseignante en primaire récemment virée
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Dim 6 Mai 2018 - 19:41 )
Madame veut, Madame a. Et Madame se rend compte qu’elle se comporte sans doute trop comme une Madame sur l’instant présent. C’est difficile pour Leila de savoir comment réagir face à Dante qui se ferme sur un pan visiblement important de sa vie mais ça l’est encore quand elle n’a pas eu sa dose depuis plusieurs jours. Elle est plus susceptible, plus à fleur de peau et donc plus à même de braquer l’homme en face d’elle qui n’apprécie visiblement pas son comportement. Elle le comprend, accepte sa critique sans trop broncher parce qu’il a raison : être aimable n’est pas toujours dans ses gênes. Elle a un caractère parfois difficile à supporter et beaucoup d’entre eux s’y sont cassés les doigts à commencer par son petit-ami qui subit régulièrement ses mauvaises humeurs. C’est encore pire depuis l’accident, pire encore quand elle a appris son infidélité il y a un peu plus d’un an avec une collègue de bureau. Il était meurtri et, elle, avait terriblement peur d’être seule alors… Elle a pardonné, du moins, elle a fait ce qui s’en rapproche le plus même si elle en garde une rancune tenace. Aujourd’hui, on peut dire malgré tout qu’ils sont à égalité avec ce retour de Dante dans sa vie, avec l’absence de question que Leila s’est posé avant d’unir son corps avec le sien. Quoi que, non, c’est au fond pire. Parce que Leila n’est pas meurtrie face à son acte, parce qu’elle ne le regrette pas. Parce que Leila est égoïste. « Je suis comme je suis, Dante. » Mais ce n’est peut-être pas ce dont il a besoin, aujourd’hui. Avalant le shot qu’il lui a préparé d’une traite, Leila ne retient pas un petit toussotement étouffé devant la chaleur du liquide qui lui brûle la gorge. Ca dégage, c’est certain. Et ça lui donne peut-être un peu de courage pour s’adoucir, pour lui montrer l’autre facette d’elle et qu’il attend peut-être. La Leila douce, attentive, à l’écoute. Celle qu’elle était dans son métier au contact des enfants tous les jours, celle qui s’est retrouvée totalement étouffée par l’accident pour n’en laisser que les mauvais côtés. Cette Leila là, que seul Dante arrive à faire remonter à la surface sans qu’il n’en ait conscience. Parce qu’elle s’inquiète, parce qu’elle veut être là pour lui-même s’il n’est pas d’accord. Malgré leurs différences, leurs disputes, leur haine parfois elle s’est toujours accrochée et ce n’est pas aujourd’hui que c’est prêt à changer. C’est donc comme un gros coup de massue qu’elle se prend quand elle apprend qui se cache derrière le malade. Son père. Leïla a beau être fâchée avec la quasi-totalité de sa famille, elle sait pourtant la préciosité des liens familiaux. Pour preuve, son frère, sa sœur et ses parents ne quittent jamais son cou dans une photo au sein d’un pendentif qu’elle n’enlève jamais sauf quand il s’agit de se doucher. Elle y tient, énormément, et ne prendrait pas le risque de l’abîmer avec le calcaire de l’eau. « Ca veut dire que j’ai été conne. » Elle a peut-être tout gâché, cette unique chance pour son père de s’en sortir et autant dire qu’elle s’en mord les doigts. Ce n’est pas du tout ce qu’elle voulait et, pour arranger les choses, Leïla est prête à beaucoup. « Tu as son numéro ? Tu veux que je l’appelle ? Que je m’excuse ? » Peut-être que ça peut paraître anodin pour d’autres, mais Dante sait pertinemment que ce n’est pas dans ses habitudes de s’excuser. Leila est fière, indomptable et revenir sur ses propos, ses attitudes ne fait que rarement parti de ses plans. Mais elle est prête à le faire pour lui, pour ce père qu’elle ne connaît pas mais qui compte beaucoup aux yeux de son fils. Et comme le fils compte beaucoup à ses yeux… « Ce n’est pas juste de la jalousie elle était extrêmement condescendante et désagréable je te signale ! C’est à peine si elle ne m’a pas prise pour le petit personnel de maison ! Si ce n’avait pas été toi, je… » Une nouvelle fois, Leila se laisse entraîner par son irritabilité latente, hausse le ton, fronce les sourcils. Il lui faut faire un effort supplémentaire pour se reprendre une nouvelle fois et ajouter d’un ton plus bas : « Laisses tomber, tu as raison. Je n’aurais pas dû agir comme ça. » Juste par rapport à son père, ceci dit, sinon elle n’aurait pas changé d’un iota son attitude. Cette femme est une vraie tête à claques. « Mais comment veux-tu que je me comporte comme il faut si tu ne m’as pas donné toutes les clés aussi. » Il la connaît, sait qu’elle s’emporte vite et qu’elle a tendance à marquer son territoire. La preuve avec sa dernière remarque qui lui arrache un sourire un peu mauvais malgré elle. Bien sûr, qu’elle ne serait jamais aller aussi loin mais l’idée lui a peut-être effleuré l’esprit malgré tout. Juste un petit peu. « J’suis désolée. Si j’avais su, je lui aurais même ciré ses chaussures à cette bonne femme si il l’avait fallu. » Parce que malgré tous ses défauts – nombreux – elle est comme ça Leila. Elle fait tout ce qu’il faut pour les personnes qu’elle aime quand on en vient à des choses importantes. Elle se décarcasse pour leur bien-être, encore plus s’il s’agit d’une histoire de vie et de mort. « Comment tu vas ? Toi ? » Leila s’approche un peu plus de Dante sans crier gare, posant une de ses mains sur son torse alors que son regard se plonge dans le sien. Est-ce qu’il va bien ? Non, elle imagine.


Dante & Leila

A faire vieillir, à faire blanchir la nuit. A faire brûler la lumière jusqu'au jour, à la passion et jusqu'à la folie, je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Liloo_49
Je suis absent-e : du 6 au 13.
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Erio, Loris & Stefan
Messages : 9264 - Points : 7051
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Dim 6 Mai 2018 - 20:53 )
Et il l’accepte, avec ses défauts, ne lui demande pas de changer, mais ne compte pour autant pas se laisser faire et répondre à ses requêtes par la positive, surtout lorsqu’elle se montre amère. Dante n’est pas mieux. A son contact, il peut devenir aussi mauvais qu’elle. Il réplique, se venge, la fait poireauter pour lui rendre la monnaie de sa pièce, dans l’unique but de lui montrer que si elle a réussi à dompter l’homme qu’elle côtoie actuellement, lui n’est pas du genre à baisser les bras par épuisement, ou simplement par bon cœur. Ca fait bien longtemps qu’il a compris que pour être auprès de Leila, il faut avoir les épaules pour la supporter. Et il suppose que la réciproque est vraie ; il n’est pas toujours facile. Natalina le lui a confirmé, lorsqu’elle essayait tant bien que mal de se frayer une place dans son jardin secret, mais elle est toujours restée devant un portail fermé avec une grosse chaîne impossible à briser. Elle s’est plainte de ne rien connaître de son passé, de ne pas avoir rencontré ses parents, là où elle lui a ouvert la porte de son cocon familial sans hésitation. Ses efforts ont été considérables, là où à ses yeux, il n’en faisait aucun. C’est cependant difficile pour lui d’avouer que son père est un homme n’ayant jamais pris ses responsabilités au sérieux, qu’il a dû croiser de rares fois dans sa vie, si peu de fois qu’il ne saurait reconnaître ses traits parmi la foule. Compliqué à avouer que sa mère est une junkie ayant préféré sa drogue à lui, le poussant à la piquer lorsqu’elle ne pouvait faire autrement. Oh ça oui, auprès d’eux, il en a appris des choses ! Préparer une dose d’héroïne, de cocaïne, nettoyer une seringue, savoir à quoi sert le citron pour la pris et bien serrer une ceinture ou autre lien de serrage. Ca, il est un pro en la matière, mais ça n’a rien d’une très grande fierté. C’est auprès d’Orazio qu’il a appris qu’il pouvait autre chose que le fils de deux parents irresponsables, n’ayant que faire de leur fils. C’est grâce à lui qu’il a compris que ses capacités ne résidaient pas seulement à réaliser une injection intraveineuse. « C’est à peu près ça, oui. » Heureusement, elle n’est pas partie, a supporté l’ambiance catastrophique entre eux. « Non. S’il te plaît. Elle n’en a rien à faire de tes excuses. Je te le demanderai si jamais elle refuse. » Même s’il est peu convaincu que ça puisse le servir. Il est néanmoins touché par cette initiative. Leila ne s’excuse que très rarement, n’aurait peut-être pas proposé si elle ne tenait pas à lui, justement et cette proposition suffit à l’apaiser au moins un peu, bien qu’il reste tendu par la situation actuelle. « Mais je me fiche de savoir qu’elle se soit mal comportée avec toi, si elle a été odieuse, insultante, ou je-ne-sais-quoi encore. Tu aurais dû deviner, pour que je te demande un tel service, que c’était assez important pour ne pas faire de vague. Et s’il fallait ramasser ses affaires, lui servir deux-trois verres avec des petits gâteaux, eh bien soit ! » Si ça n’avait pas été pour lui, Dante a conscience qu’elle se serait emportée depuis bien longtemps et qu’elle aurait envoyé bouler cette femme déplaisante et ça le soulage de voir qu’il a pu compter sur elle, qu’elle n’a pas été jusqu’à lui ouvrir la porte pour la virer de chez lui. « Ah parce qu’il faut te donner toutes les clés pour que tu te comportes bien avec le genre humain ? Qu’est-ce que j’aurais dû faire ? T’expliquer en long, en large ma situation ? » Les non-dits, entre eux, il y en a énormément. Elle, de son côté, avec l’accident qu’elle lui a appris récemment seulement et lui, avec tout ce passé qui l’entoure et dont il n’est pas forcément fier. Mais cet homme à qui il tient, en revanche, c’est le cas. Tête baissée, il ne répond rien, ne lui assène pas un nouveau coup, sachant très bien qu’elle regrette, qu’elle aurait fait des pieds et des mains pour la faire rester, si elle avait su dans quelle position il se trouvait. Mais c’est bien ce qu’il regrette : devoir s’expliquer, ne pas être certain de pouvoir réellement compter sur elle sans ça. « Je suis très inquiet. Son état ne s’améliore pas. Cet homme, je lui dois tout Leila. Notre rencontre aussi. » S’il n’avait pas été là, il serait parti de Naples, se serait sans doute arrêté ailleurs, ou aurait continué à errer dans les rues italiennes, sans avoir aucun objectif. « Et il ne mérite absolument pas tout ce qui lui arrive. Il en a clairement bavé dans la vie. Je suis très inquiet. Pour lui. Mais aussi à l’idée de me retrouver sans lui. » C’est un peu égoïste quand on y pense, mais il tient tellement à lui, à ce repère, qu’il craint de se retrouver dans une vie sans Orazio pour lui poser une main sur son épaule et lui souffler des paroles sages. « As-tu une personne importante dans ta vie, une suffisamment importante pour avoir peur de la perdre ? » C’est exactement ce qu’il ressent à cet instant précis. Dante pose sa main sur celle posée sur son torse, l'autre sur sa taille et la ramène un peu plus près de lui. Un besoin de la sentir encore plus proche de lui. Elle. Pas quelqu'un d'autre.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.


Dernière édition par Dante Galeone le Mar 8 Mai 2018 - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leila Mancini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2785-leila-princesse-basculant-du-c http://www.ciao-vecchio.com/t2797-leila-que-la-force-soit-avec-toi
ID : Mary
Faceclaim : Alicia Vikander + ©Lolita Lempicka (avatar), soulmates (signature), Ealitya et tumblr (gif)
Multi-comptes : Lana la fleur bleue & Lucy la sportive
Messages : 153 - Points : 417

Âge : 29 ans
Métier : Enseignante en primaire récemment virée
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Mar 8 Mai 2018 - 19:05 )
Dante refuse son aide pour se sortir du pétrin dans lequel elle l’y a mis et Leila, comme rarement dans sa vie, ne sait pas vraiment quoi répondre à son agacement. Se faire toute petite ? Démontrer son point de vue pour expliquer son attitude ? Le choix est difficile entre les deux car si elle sent qu’elle est allée trop loin, que son attitude n’était pas forcément appropriée, elle juge l’emportement soudain de Dante un peu injuste envers elle. Elle a fait ce qu’il lui a dit, a foncé jusqu’à sa maison, a accueilli cette femme qui s’est montré désagréable au plus haut point et a fait en sorte qu’elle ne parte pas et qu’elle l’attend sagement. Que pouvait-il attendre de sa part de plus que ça ? Ne pas faire de vague, faire la lèche-botte n’est pas dans ses habitudes et sans toutes les informations en sa possession, il était impossible pour Leila d’agir autrement. Il y a aussi un autre aspect qu’elle ne lui dit pas, ce manque qui la dévore tout au fond d’elle et qui a tendance à la tirer vers le bas, à exarcerber les plus mauvais côtés de son caractère. C’est une circonstance atténuante qu’elle tait, pour des raisons bien évidentes. Déjà, parce qu’elle ne souhaite pas que Dante apprenne sa fâcheuse addiction, la voit différemment mais aussi parce qu’aujourd’hui, il est question de lui et non pas d’elle. Leila a des défauts, peut être égocentrique quand l’envie lui en prend mais pas en présence de Dante, pas aujourd’hui alors que quelque chose de grave se joue pour lui. Et elle sait bien que son emportement y est d’ailleurs pour quelque chose, que c’est parce qu’il est stressé qui se retourne à ce point contre elle et si elle se laisse faire dans un premier temps, elle se rend compte que se taire ne serait finalement pas lui rendre service. La peur ne lui donne pas tous les droits. « Non j’ai besoin de toutes les clés pour me comporter bien avec une certaine partie du genre humain, le genre « je suis la meilleure femme qui soit alors que vous n’êtes qu’une sombre merde » ! Tu es injuste, Dante ! Tu me reproches de ne pas avoir fait tout ce que tu attendais mais tu connais ma personnalité, tu sais comment je suis, et tu ne peux pas exiger de moi d’agir autrement alors que je ne savais pas ce qui était en jeu. Tu ne peux pas me demander de tout deviner comme moi j’ai fait l’erreur de vouloir le faire avec mon accident. » Leila a l’impression de reproduire les mêmes erreurs mais simplement en échangeant les rôles. Leila et Dante se demandent l’un l’autre bien trop de choses, sont exigeants avec l’autre mais sans se découvrir suffisamment pour lui laisser la possibilité de l’aider correctement. Deux vraies têtes de mules qui s’affrontent mais qui tiennent malgré tout beaucoup l’un à l’autre. Et pour le lui prouver, Leila est prête à servir de punching-ball s’il le faut. « Alors que tu es peur, très bien, je le comprends. Que tu ais envie de passer tes nerfs sur moi, aussi. Mais ne le fais pas sous de faux motifs, tu veux. » Leila est prête à encaisser les coups, à le laisser se défouler mais autant que ce soit justifié. Il y a bien des choses pour lesquels il peut se plaindre : son sale caractère, son irritabilité mais le fait de ne pas avoir été à la hauteur de ce qu’il lui a demandé, ça, il n’en n’est pas question. Leila a fait de son mieux avec les informations qu’elle avait en sa possession et elle aimerait qu’il le comprenne, qu’il le reconnaisse. Pas pour sa satisfaction personnelle non, mais pour ne pas se sentir coupable de ne pas avoir été à la hauteur. Ca la tue, de le décevoir comme ça. « Je comprends. » Se contente-t-elle de dire face à l’inquiétude non dissimulée du pilote de l’air qui a l’air de beaucoup tenir à son père. Et c’est normal, à vrai dire. Pour Leila, malgré les difficultés, la famille est toujours sacrée. « Ca va aller, Dante. Je suis sûre que cette femme ne passera pas à côté d’une opération comme tu viens de le décrire. Tu as utilisé les bons arguments. » Parce que cette femme a un égo surdimensionné et que Dante a su la brosser dans le sens du poil mais Leila n’ose pas en dire plus sur le fond de sa pensée. Seul compte au final le résultat, le fait qu’elle l’appelle, qu’elle offre une chance à son père de se sortir de cette impasse dans laquelle la maladie l’a mise. Pour lui. Pour Dante, surtout. C’est peut-être égoïste mais c’est surtout à lui que Leila pense, avant cet homme qui est très important dans sa vie. Parce que c’est Dante, l’homme important dans sa vie à elle. Et c’est forcément à lui en premier qu’elle pense quand il lui pose sa question, pas à quelqu’un d’autre, pas à son petit-ami. Et elle ne ressent aucune honte à ça parce que c’est plus fort que tout, plus fort qu’elle, plus fort que sa volonté. C’est lui. Depuis plus de douze ans. « Il y a bien quelqu’un, oui. » Mais elle tait à moitié cette vérité par pudeur, par peur qu’un tel aveu ne brise leur drôle de relation. Elle ne lui a jamais dit. Qu’elle l’aime. Et pourtant, c’est encore plus vrai aujourd’hui que la veille. « Plusieurs, en fait. » Dit-elle pour se rattraper car il y a bien entendu d’autres personnes qu’elle a peur de perdre. Ses parents, son frère et sa sœur, bien qu’ils soient à ce jour fâchés. Sa famille, en général ainsi que quelques amis proches. Sans eux, Leila serait encore plus perdue qu’elle ne l’est déjà à l’heure actuelle. « Elle va t’appeler, ok ? » Et si elle ne le fait pas, Leila s’imagine déjà avec mille et un plan dans sa tête pour la faire changer d’avis. La poursuivre jusqu’à l’aéroport, s’excuser comme jamais elle n’avait fait avant… Ou bien la menacer, lui faire du chantage ou même la kidnapper s’il le faut. Elle est prête à beaucoup pour l’homme en face d’elle. « J’en suis sûre. » Parce qu’elle fera tout pour. Et comme pour apaiser ses tourments, Leila se hisse sur ses talons pour arracher un baiser à Dante, oubliant un instant ses propres douleurs qui lui tordent le ventre.


Dante & Leila

A faire vieillir, à faire blanchir la nuit. A faire brûler la lumière jusqu'au jour, à la passion et jusqu'à la folie, je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Liloo_49
Je suis absent-e : du 6 au 13.
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Erio, Loris & Stefan
Messages : 9264 - Points : 7051
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Dim 13 Mai 2018 - 15:39 )
Toutes les excuses du monde ne serviraient pas à obtenir le dernier mot. Leila a raison en lui affirmant qu’il vient exactement d’agir comme il le lui a reproché de s’être comportée. Dante lui est tombé dessus, la tenant responsable de tous les maux possibles. En lui demandant ce service, au fond de lui, il avait conscience que ce serait compliqué pour elle de se tenir, que faire face à une femme sans savoir ce qu’elle représente serait difficile, d’autant plus quand celle-ci se comporte hautainement. « Excuse-moi. » A défaut de tout lui expliquer par téléphone, peut-être aurait-il dû lui préciser que c’était assez important pour qu’elle garde patience, lui donner plus d’indice afin de la mettre sur la voie, ou plus simplement de prendre le temps de se dévoiler un peu, prendre le risque d’ouvrir un petit peu sa bulle, même si l’idée qu’elle le voie comme un petit garçon en manque de repère ou qu’elle puisse prendre pitié de lui ne lui plaît pas. Alors il s’abstient, encore une fois, en dit pas plus qu’il n’en faut, tout en se permettant de lui parler de cet homme qui compte énormément pour lui. Il l’a sauvé. Et il aimerait pouvoir l’aider à se sortir de tout ça, à son tour. Dante a encore besoin de lui, de le voir sourire, de l’entendre lui raconter ses nombreuses anecdotes d’un vieux passé qu’il regrette. Des souvenirs qui le rendent nostalgiques, son histoire naissante avec sa femme qu’on lui a retirée un peu trop vite. Et Lana, sa petite fille qu’il n’a pas vu grandir, mais qu’il s’est efforcé d’observer, de loin, pour s’assurer qu’elle se portait bien… Il a peur, mais espère que Leila a raison, que ses arguments ont réussi à convaincre cette chirurgienne de s’attarder à Naples, d’opérer un homme dans le besoin, de prendre ce risque pour lui, parce qu’il n’est pas prêt à prendre celui de perdre Orazio et Leila peut le comprendre. Elle-même a quelqu’un dans son entourage et s’il est curieux d’en savoir davantage, il se concentre sur ses mots qui se veulent rassurant. D’un signe de tête, l’homme lui donne raison, s’efforçant de croire ses paroles, de s’en convaincre. C’est tout ce qu’il a : l’espoir. Fermant les yeux au contact de ses lèvres sur les siennes, Dante resserre ses doigts sur sa taille, puis l’encercle de ses bras afin qu’il n’y ait plus aucune distance entre eux. Tout contre sa bouche, il murmure : « Merci, Leila. Ce que tu viens de faire aujourd’hui, pour moi, ça représente beaucoup. » S’être libérée, avoir fait patienter cette femme… Il a conscience que n’importe qui ne l’aurait pas fait. Il remonte une main dans sa chevelure, perdant ses doigts dedans et lui vole un baiser à son tour, tendre, empli de sentiments qu’il ne sait lui exprimer, mais ils sont puissants, ne se sont jamais éteints, même pas une seconde. Alors c’est vrai qu’ils se reprochent des choses, qu’ils se disputent souvent, mais ce n’est pas ce qui va l’éloigner d’elle, au contraire. Si parfois ils n’ont pas l’air de se comprendre, au fond de lui, il sent que c’est l’une des rares personnes à pouvoir saisir ce qui se passe en lui, qui sache le rassurer et c’est ce qu’elle fait à l’instant, en lui offrant de l’affection qui lui est nécessaire pour garder la tête hors de l’eau. « J’aimerais que tu fasses sa connaissance. » Aucune femme n’a rencontré Orazio. Il sait pour Leila, ce qui se passe entre eux. Il sait que c’est particulier, que son fils adoptif vit une relation très particulière avec elle et il l’a de nombreuses fois poussé à envoyer valser toutes ses craintes et à officialiser, tout en précisant que la distance n’était pas une excuse suffisante et que Rome n’était pas si loin de Naples. Il a également su pour Natalina, mais n’a jamais fait sa connaissance, même après deux ans de relation. Dante n’en avait pas envie. Il faut avoir une place particulière et son ex, avec tout le respect qu’il a pour elle, ne l’avait pas à ce point. Leila, en revanche…C’est différent. Tout est différent avec elle. « Je sais que ça fait très officiel, que ce n’est pas vraiment le cas de notre relation, mais… J’aimerais vraiment que tu le rencontres. » Ses lèvres glissent des siennes à son cou où il dépose un baiser, puis un deuxième. « Il sera ravi. Depuis le temps qu’il m’en parle… » Parce que oui, il aurait aimé savoir qui se cache derrière ce prénom, qui est à l’origine des battements de son petit cœur. « C'est un homme bon. Il n'y a pas plus gentil et abordable. » Et il est convaincu que le contact passera bien.


Dante & Leila
Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Leila Mancini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2785-leila-princesse-basculant-du-c http://www.ciao-vecchio.com/t2797-leila-que-la-force-soit-avec-toi
ID : Mary
Faceclaim : Alicia Vikander + ©Lolita Lempicka (avatar), soulmates (signature), Ealitya et tumblr (gif)
Multi-comptes : Lana la fleur bleue & Lucy la sportive
Messages : 153 - Points : 417

Âge : 29 ans
Métier : Enseignante en primaire récemment virée
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le Lun 14 Mai 2018 - 23:30 )
Hochant la tête, il se trouve que les excuses de Dante sont vite acceptées. D’ordinaire, Leila aurait peut-être fait un drame, fait traîner leurs disputes en longueur car elle adore quand ils s’engueulent mais aujourd’hui, avec ce qu’elle vient d’apprendre, avec Dante qu’elle sent fébrile face à l’état de son père, Leila préfère ne pas en remettre une couche. Elle a envie d’être à la hauteur de ce qu’il attend, de ne pas le décevoir et elle en oublie d’ailleurs facilement son état pitoyable pour se concentrer uniquement sur ce que ressent Dante. En sa présence, avec ses lèvres qui se collent maintenant aux siennes, Leila ressent un peu moins le manque qui lui brûle le ventre. L’espace d’un instant, il n’y a que lui, qu’elle, que tous les deux et elle aimerait que la vie en soit toujours ainsi. Avec cette nouvelle proximité, le fait qu’ils vivent dans la même ville, Leila se rend compte qu’il est de plus en plus difficile pour elle de redescendre quand elle le quitte. De revenir à une réalité qu’elle n’aime pas mais avec laquelle elle a appris à vivre. Et elle se dit finalement qu’avec ce qu’il vient de lui dire, la vie est peut-être trop courte pour se mettre des barrières, pour ne pas prendre plus de risque. L’idée la frôle une seconde, une très courte seconde, mais la peur l’étouffe rapidement. Nier l’évidence est finalement plus simple, garder leurs habitudes aussi alors elle ne dévoile pas l’identité de cette fameuse personne sans qui elle ne pourrait pas vivre et qui se trouve être juste en face d’elle. « Ca me fait plaisir de l’entendre. » Représenter beaucoup pour lui, par ses gestes, par sa présence c’est bien tout ce qu’elle demande. Elle ne rechigne d’ailleurs pas à céder à ses élans de tendresse bien que, surprise, cet instant laisse place à une proposition saugrenue. Faire sa connaissance. De son père. C’est une annonce qui la met un peu sur les fesses alors que Leila reste là, à le fixer du regard pour savoir s’il est véritablement sérieux, s’il y a une idée cachée derrière tout ça. Jusqu’ici, la famille a toujours été passée sous silence, pour Dante comme pour Leila, et c’est donc un sacré pas en avant qu’il est en train de faire. Leila en a conscience, ne prend pas sa demande par-dessus la jambe et, pire, un petit stress commence à s’emparer d’elle, tirant son état vers le bas. Est-ce qu’elle est vraiment prête, pour ça ? Pour entrer dans son monde, pour risquer de le décevoir ? Et si son père ne l’appréciait tout simplement pas ? Autant elle se fiche totalement que son actuelle belle-mère lui lance des regards noirs, autant là, c’est différent. « Tu aimerais vraiment, t’en es certain ? » Demande-t-elle pour avoir confirmation mais les baisers qu’il dépose sur sa peau pour la convaincre valent toutes les réponses. Ca semble lui tenir à cœur et il est difficile pour elle de ne pas céder quand il y met autant du sien mais, d’un autre côté, elle n’est pas certaine que ce soit l’idée du siècle. Parce que Leila peut être terrible quand elle s’y met, méchante, maladroite… Et si elle ne se comportait pas comme il faut ? « Oh parce que ça fait un moment qu’il veut me rencontrer, ah oui ? » Ce qui veut dire que Dante lui a parlé d’elle depuis longtemps déjà et, forcément, ça la touche. De son côté, elle est restée silencieuse avec sa famille, consciente qu’il ne comprendrait rien à ce qu’elle vit avec lui. C’est fort, spécial et quelque part Leila a aussi envie que ça n’appartienne qu’à eux deux sans que ses parents y mettent leur grain de sel. Au vu de leurs relations actuelles complètement catastrophiques, de toute façon, il n’y a pas vraiment de risque qu’elle se mette à se confier à ce sujet. « J’sais pas si c’est une bonne idée, Dante… » Et ça n’a rien avoir  avec le fait que cet homme soit bon ou pas, comme il le lui confie. « J’en doute pas une seule seconde. Le problème, c’est moi. » Parce qu’elle gâche toujours tout, d’une manière ou d’une autre. Sa première rencontre avec les parents de Francesco avait été tout simplement catastrophique. « J’suis pas quelqu’un de gentille, moi. J’suis pas quelqu’un d’abordable. Et la maladie me rend franchement mal à l’aise, c’est quelque chose que je ne sais pas gérer… Et si je faisais une bourde, et si ça se passait pas bien ? » C’est quelque chose que Dante doit envisager. Est-ce que ça changerait quelque chose pour lui ? Après tout, cet homme semble compter beaucoup et son avis avec certainement. « J’veux pas te faire honte. » Et surtout pas prendre le risque que ça modifie leur relation déjà bancale, certainement pas. « C’est moi où il fait chaud chez toi ? » Lâche Leila, prise de sueurs alors qu’elle se recule pour enlever sa veste et se retrouver en tee-shirt à manche courte. Elle crève de chaud, à cause du stress sans aucun doute mais aussi au manque qui se réveille face à ses soudains questionnements qui la bouleversent. Il faut qu’elle se reprenne et vite.


Dante & Leila

A faire vieillir, à faire blanchir la nuit. A faire brûler la lumière jusqu'au jour, à la passion et jusqu'à la folie, je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Leila | Merci pour le service rendu ? -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences