Revenir en haut
Aller en bas


 

- All my scars are open || ft. James Weaver [TERMINE] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, Sweetie Plum // signature : Astra
Messages : 419 - Points : 480

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: All my scars are open || ft. James Weaver [TERMINE] ( le Lun 25 Juin 2018 - 0:39 )

All my scars are open
Le regret. Un sentiment que Tina connaissait bien et avec lequel elle s’était liée d’amitié. D’aussi loin que ses souvenirs pouvaient remonter, l’Indienne ne se souvient pas d’une fois où elle n’avait pas éprouvé du regret face à une décision qu’elle avait prise. Peut-être sa fille. Du moins aujourd’hui, quelques années plus tôt lorsque cette dernière traversait sa période de crise d’adolescence, elle était la première à se demander pourquoi est-ce qu’elle ne l’avait pas abandonné dans une poubelle, à l’image du caractère qu’elle lui montrait.

Le soleil tapait tellement fort dans le ciel que la jeune femme sentait les semelles de ses chaussures, absolument pas adaptés pour une marche d’une telle distance, fondre sous ses pieds à chaque pas qu’elle faisait. L’air en était presque irrespirable, chaque pas qu’elle faisait était lourd et lui donnait envie de s’allonger sur le sol jusqu’à ce que ça se rafraîchisse. Mais sa fierté qui lui servait de colonne vertébrale, l’obligeait à rester debout et à continuer de marcher. Elle ne savait pas si James était toujours là, ni s’il la suivait, et elle se forçait pour ne pas se retourner. La dernière chose que voulait la jeune brune était de lui donner la satisfaction qu’elle se souciait encore de sa présence. « Ne te retourne pas, tu t’en fiches de toute façon. » Souffla la brunette les dents serrées, les bras ramenés sur la poitrine l’air boudeur. C’était vrai, elle s’en fichait. Tout comme elle s’en fichait qu’il ait répondu à son baiser avant de la repousser, elle se fichait bien de savoir s’il tenait assez à elle pour ne pas la laisser s’aventurer seule dans les rues de Naples. Plongée dans ses pensées, c’est seulement en entendant sa voix qu’elle réalisa qu’il était toujours là. Et bien qu’un sourire veuille étirer ses lèvres, elle se contenta de soupirer en levant les yeux au ciel, sans s’arrêter de marcher pour autant. Elle avait dit qu’elle s’en fichait alors, elle s’en ficherait. Curieuse, elle accorda tout de même un regard furtif à la voiture qui avançait à son rythme, avant de tourner rapidement la tête devant elle pour ne pas que leurs regards se croisent. « Non. » Répondit sèchement Tina, qui brisa son silence ainsi que sa volonté de l’ignorer.

Retournant dans son silence, elle entreprit d’accélérer le pas en essayant de dépasser la voiture et voire de courir, mais elle savait qu’elle ne survivrait pas à une course dans cette chaleur. C’était à peine si elle n’avait pas envie de déclarer forfait alors qu’elle ne faisait que marcher.  A nouveau, elle soupira lourdement lorsqu’il prit la parole, ne pouvant s’empêcher de lui lancer un regard noir. En fait, c’était ses cordes vocales qu’elle aurait dû arracher, au moins là elle aurait eut la paix. « Ne fais pas attention à lui, il joue avec tes nerfs. » Souffla Tina qui prit une profonde respiration pour essayer de se concentrer sur autre chose que sa présence. Mais elle en était incapable parce que même si elle faisait la dure, elle marchait avec un cœur lourd qui lui rappelait à chaque respiration qu’il venait d’être brisé. Outre sa fierté qui l’empêchait de monter dans cette voiture, elle n’avait tout simplement pas envie de se retrouver seule avec l’homme pour qui elle éprouvait des sentiments qui semblaient ne pas être réciproque. Voilà pourquoi elle avait fait une croix sur l’amour à la mort d’Allan ; plus qu’un pressentiment, elle avait toujours eut cette certitude que les histoires d’amour n’étaient pas faites pour elle. Et aujourd’hui, elle avait la confirmation que ça ne l’était pas.

« Trop aimable. » Finit par commenter Tina qui gardait toujours les yeux rivés sur la route, une pointe d’agacement dans la voix. Au bout de quelques minutes à marcher en silence, la musique de la radio retentissant toujours, elle fini par être lassée et poussa un soupir avant de s’arrêter net devant la vitre baissée. Les bras le long du corps, elle posa un regard triste sur James qu’elle dévisagea un court instant, qui lui demandait sans un mot de baisser le volume de la radio pour qu’elle puisse prendre la parole. « Qu’est-ce que tu attends de moi exactement ? » S’enquit Tina qui sentait ses lèvres trembler sous le poids des mots. « Tu ne penses pas que j’ai eu ma dose d’humiliation pour aujourd’hui ? » Poursuivit l’Indienne qui prit une profonde respiration. « Si tu tiens un minimum à moi, alors laisse-moi. Tu prétends savoir ce qui est mieux pour moi… » Elle insista sur le mot ‘prétendre’.  « Mais je pense être la mieux placée pour savoir ce qui est réellement bon pour moi, et je ne sais pas comment continuer après… ça…Donc s’il te plaît, laisse-moi. » Sa voix se brisa sur le dernier mot et les larmes qu’elle retenait depuis un moment, finirent par couler  le long de ses joues.
AVENGEDINCHAINS


astra; bb — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
James WeaverToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Jason Statham + a voir
Multi-comptes : Francesco Spinoza
Messages : 102 - Points : 556
Âge : 46 ans
Métier : Tueur à gages et chauffeur de taxi à ses heures perdues
Sujet: Re: All my scars are open || ft. James Weaver [TERMINE] ( le Mer 27 Juin 2018 - 8:40 )
All my scars are open
Le trajet qu'il entamait aller faire grimper sa consommation c'était sûr. Rouler à la même allure qu'une femme... La voiture manquait presque de caler de temps à autres, mais, jouant adroitement avec sa pédale d'embrayage et le point de patinage de l'embrayage, il parvenait à tenir cette allure. Elle prit la décision de l'ignorer. Il pouvait le comprendre. Il y avait eu trop de choses pour aujourd'hui. Trop d'émotions peut-être. Toujours était-il qu'ils se retrouvaient là, elle lui faisant la gueule, et lui essayant de se faire pardonner. Mais pour aujourd'hui, peine perdue, surtout avec le caractère de merde qu'elle avait. Il n'abandonna pas de suite. Hors de question, ce n'était pas lui. Il se moquait bien qu'on le regarde, pour l'heure seule comptait l'indienne qui marchait d'un pas décidé, tentant même d’accélérer, inutilement bien sûr, la cadence. Elle savait qu'il était là, mais elle faisait comme si de rien n'était. Un passant voyant cela aurait pensé qu'il la draguait et qu'elle tentait de se débarrasser de ce lourdeau. Il n'en était rien, ils le savaient tous les deux. Elle faisait comme si de rien n'était, l'ignorait, comme si elle se fichait de lui et de ce qui s'était produit. Mais au fond, elle ne s'en moquait pas. Il l'avait repoussé, et elle lui en voulait. Cependant, il ne reviendrait pas sur cela. C'était pour lui encore trop... Difficile. Le souvenir d'Allan était encore vif et il ne savait plus quoi penser de toute cette histoire. Finalement, elle lui lança un regard noir. Il ne se démonta pas, il commençait à en avoir l'habitude. Puis, elle s'arrêta, il freina et tira le frein à main alors qu'elle le regardait tristement. Il baissa le volume de la musique avant de l'éteindre, cela serait plus simple.

Il écouta ensuite avec attention la jeune femme. Elle lui demanda ce qu'il attendait d'elle, avant de rajouter qu'elle avait eu sa dose d'humiliation pour aujourd'hui. Bon sang, c'était qu'il avait touché à sa fierté, et de près. Bon, en même temps, il le comprenait sans trop de mal. Elle continua en demandant qu'il la laisse, arguant que si il savait ce qui était bon pour elle, elle le savait d'autant plus. Il n'en était pas réellement sûr, cependant... Il lui accorda le bénéfice du doute. De toute manière, la conclusion était la même, il fallait qu'il la laisse. Cependant, alors qu'elle explosait en larmes, il comprit que ce n'était peut-être pas vraiment ce qu'elle voulait, mais peut-être allait-il devoir s'y résoudre face à sa fierté et son caractère bien trempée qui faisait d'elle, de temps à autres, une véritable chieuse... Une chieuse qui avait le don de le faire sourire de temps à autres avec ses réflexions, mais une chieuse quand même. Il décida de couper son moteur et de mettre les warnings avant de sortir de sa belle automobile, au rétroviseur extérieur un peu fracassé. Lui qui avait promis qu'il resterait confortablement installé dans son siège, il venait de rompre sa parole. Mais il s'en moquait. Il s'arrêta au niveau de la belle brune, ne sachant trop quel ton employer. Il décida donc de répondre à ses questions avant toutes choses.

- Tina... Il souffla. C'est qu'en plus il allait falloir trouver les bons mots pour ne pas la vexer encore plus. Je ne veux pas que l'on se sépare en froid. Lança-t-il finalement même si, il devait l'admettre, c'était bien parti. Je suis... Je suis désolé pour toute à l'heure, mais... Comprends-moi, je suis pas... Je suis pas prêt, et puis... Et puis il y en avait d'autres, mais ça mieux valait le taire. Il avait de l'affection pour Tina. Beaucoup d'affection. Il aimait ce bout de femme capable d'être plein d'entrain et de bonne volonté autant qu'elle pouvait faire preuve de toute la flemmardise du monde. Devait-il terminer sa phrase. On se connait, j'ai été là pour toi, ta famille, et je le serais toujours. C'était une promesse qu'il avait faîte, plus que cela désormais, il ne le faisait plus pour feu son mari, mais pour lui-même. Ce que j'attends de toi c'est que tu me comprennes. C'est con... Mais c'est comme ça. Tout n'est pas rose, tout n'est pas facile, et je pense que tu es la mieux placée pour le savoir. Il tenait à elle, et il ne voulait pas la perdre. Mais il savait que si il s'engageait dans une relation avec elle, il perdrait bien plus ensuite. De plus, même ses sentiments le trahissaient, et il ignorait si il devait en tenir compte ou non après tout cela. Pour ta "dose d'humiliation", ajouta-t-il dans un léger sourire, Je suis désolé. Ce n'était pas mon intention. Mais il l'avait fait, c'était sans doute ce qu'elle risquait de répliquer. Peut-être qu'un jour il lui dirait tout. Vraiment tout. Mais pour l'heure... Il n'était pas prêt.

Dans un sourire, il retourna à sa voiture, ouvrit son vide-poche, et en sortit un paquet de kleenex qu'il amena à la jeune femme. Il se permit d'en sortir un et vint essuyer délicatement l'une des larmes qui coulait sur la joue de la jeune femme.
- La femme que j'ai connu aurait séché ses larmes bien rapidement autrefois... Sa fierté l'empêchant de les laisser couler. Elle eut un regard pour lui, mais il ne sut dire si c'était un regard noir ou simplement un peu empli de tristesse, à demi teinté d'un rire. Mais je suis ravi de voir que ce sont des larmes honnêtes. Ajouta-t-il alors qu'il s'arrêtait de lui essuyer le visage. Je n'en ai jamais douté. Termina-t-il avant de laisser le paquet entre les mains de la brune. Il tenta alors de lui arracher un sourire. Par contre tu devrais vraiment les essuyer, sinon ton maquillage risque fort de ne pas tenir. Et on risque de te prendre pour une droguée à cette heure de la journée. Fit-il avec une petite pointe d'humour. Il avait fait son possible, mais il comprenait qu'elle puisse vouloir être seule. Aussi s'éloigna-t-il un peu d'elle, revenant vers la portière de sa voiture. Il se tourna vers elle et finit par déclarer:
- Je vais y aller... Ma compagnie n'est plus vraiment utile et puisque c'est ce que tu veux. Il allait pour ouvrir sa portière et grimper dans la voiture mais se retourna et lança. Si tu veux me mettre une gifle, profites-en, c'est le moment. Il eut un sourire tout en sachant qu'elle en était capable.

Le pire, c'était qu'elle risquait de le faire, mais si cela lui permettait d'évacuer un peu, il était prêt à en recevoir une. Il ne voulait pas qu'ils se séparent en aussi mauvais terme, même si il comprenait la douleur qu'elle ressentait. Dans toute cette histoire, il espérait simplement qu'ils continuerait à se voir. De toute manière, il ne comptait pas la lâcher comme ça du jour au lendemain, qu'elle n'y compte pas. Cependant, pour aujourd'hui, il en avait peut-être assez fait... Qui sait?
     

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, Sweetie Plum // signature : Astra
Messages : 419 - Points : 480

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: All my scars are open || ft. James Weaver [TERMINE] ( le Ven 29 Juin 2018 - 0:50 )

All my scars are open
Lorsqu’elle vit James sortir de la voiture, Tina eut comme un petit mouvement de recul qui la fit se déplacer de quelques millimètres seulement. Elle avait peur que dans un élan d’affection – ou de pitié – qu’il se décide à la prendre dans ses bras pour la consoler. Et bien qu’elle ait aimé retrouver la chaleur de ses bras autour d’elle, elle voulait également éviter tout contact avec lui pour ne pas déchanter à nouveau au moment où elle serait rattrapée par la réalité.

En voyant qu’il s’était arrêté à une distance raisonnable entre eux, la jeune Indienne en fut presque déçue mais préféra ne pas faire de commentaire. A la place, elle prit une profonde respiration avant de détourner le regard pour ne pas croiser le sien. Ce ne fut que lorsqu’il prononça son prénom qu’elle leva doucement les yeux dans sa direction, se gardant bien de ne pas le regarder directement dans les yeux. Sans dire un mot, elle l’écouta parce qu’elle estimait que comme elle avait eut son temps de parole, il était en droit de répondre sans qu’elle ne l’interrompe. Et puis même si elle avait envie de parler, les mots étaient coincés dans sa gorge à cause de son cœur qui débordait de chagrin et qui ne laissait passer que les larmes. Elle laissa s’échapper un sanglot lorsqu’il parla de sa famille, parce qu’elle ne voyait pas comment ils allaient pouvoir continuer à se parler après ce qui s’était passé. A chaque fois qu’elle le verrait dorénavant, elle savait que ses sentiments la submergeraient et que ses souvenirs la renverraient au jour où son cœur fut brisé pour la seconde fois.  

Les bras croisés après qu’elle ait poussé un soupir, elle le dévisagea un court instant en réfléchissant. Elle ouvrit la bouche une première fois pour rétorquer, mais la referma aussitôt pour se donner encore un peu plus le temps de la réflexion. Elle avait envie de le contredire et de le blâmer pour les sentiments qu’elle avait pour lui. Elle avait envie de le blâmer pour son cœur qui venait de se briser et pour la douleur avec laquelle elle allait vivre, en sachant qu’une histoire entre eux était impossible. Mais au fond, elle savait qu’elle ne pouvait pas lui en vouloir de ça parce qu’à aucun moment il n’avait cherché à éveiller quelconque sentiment chez Tina. Elle en revanche… après une rapide introspection, elle se rendit compte qu’elle avait laissé James prendre une telle place dans sa vie, qu’elle s’était peut-être laissé prendre à son propre jeu. Mais comme elle n’allait pas s’en vouloir elle-même parce que ça ne lui convenait pas, elle décida de laisser tomber sa quête de bouc émissaire. « Je sais… » Finit-il par souffler à demi-mot dans un soupir, ses bras se balançant finalement à nouveau le long de ses bras. Elle le savait qu’il n’avait pas voulu la blesser, mais il avait fini par le faire mais même là, elle ne pouvait pas vraiment le tenir pour responsable. Alors quoi ? Elle avait envie de demander, et maintenant quoi ?

Tina suivit le chauffeur du regard en le voyant récupérer quelque chose de la voiture, et décida de ne pas réagir lorsqu’il prit l’initiative d’essuyer son visage sur lequel les larmes continuaient de couler. Au contraire, elle profita de ce contact à la fois doux et rassurant, en posant une main sur la sienne pour la bloquer, et ferma les yeux un court instant. C’était exactement pour cette raison qu’elle avait eut peur qu’il l’a prenne dans ses bras, parce que dés le moment où sa peau serait en contact avec la sienne, elle savait qu’elle finirait par perdre pied et s’abandonnerait entièrement contre lui, même si ça signifiait pleurer toutes les larmes de son corps par la suite. En ouvrant à nouveau les yeux, elle tenta d’esquisser un sourire mais en sentant que pas un muscle de sa bouche bougea, elle laissa tomber et lâcha la main du jeune homme pour refermer la sienne autour du paquet de mouchoirs qu’il lui laissa. Elle avait préféré ne pas répondre au sujet de ses larmes, de peur qu’elles ne recommencent à couler si elle osait ouvrir la bouche. Mais il réussit tout de même à lui arracher un sourire ainsi qu’un petit rire amusé à cause d’un commentaire sur son maquillage. « Si on m’interpelle je n’aurais qu’à dire que je teste mon maquillage pour mon costume d’Halloween. » Répondit Tina qui renifla doucement en passant une main rapide sous ses yeux avant de baisser à nouveau le regard.  A nouveau elle se retrouvait à court de mots. Entre le moment où ils étaient arrivés et là, les choses avaient tellement évolués qu’elle n’était plus sûre de savoir se comporter en sa présence. Elle lui offrit un nouveau silence lorsqu’il décida de s’en aller, juste un regard perdu qui lui disait que la meilleure option serait en effet de partir. Mais le deuxième sourire qu’il arriva à décrocher à Tina changea sa décision. « Hum… » Elle fit semblant de réfléchir un court instant, puis haussa les épaules comme résignée. « Ok ! » S’exclama l’Indienne qui se rapprochait de James en préparant la main qu’elle allait plaquer contre sa joue. Arrivée à sa hauteur, elle leva sa main bien haut comme si elle s’apprêtait à frapper réellement… pour finalement la laisser retomber. Elle n’allait pas le frapper, la journée avait été éprouvante pour tous les deux, elle n’avait pas besoin d’en rajouter. « Tentant. Mais non. Contente-toi de me ramener chez moi pour le moment. » Elle tourna les talons pour se diriger vers la portière côté passager, mais se retourna pour faire face à James. « La raison pour laquelle mes larmes ont coulées aujourd’hui, c’est parce que ça compte. Parce que tu comptes. » Elle insista sur le pronom et esquissa même un petit sourire. « Je ne te forcerai jamais à rien. Même si j’aurais voulu que les choses se passent autrement, je ne peux pas t’en vouloir de ne pas être prêt. Pas vrai ? » Dans un geste tendre, elle planta son regard dans le sien et lui prit la main doucement. « Je sais qu’on fera le nécessaire pour ne pas que cette histoire entache notre amitié. Et si un jour tu te sens prêt à… Non, tu sais quoi ? Oublie. » Un soupir s’échappa de ses lèvres ainsi qu’un petit rire nerveux. « Je veux juste te garder dans ma vie. Peu importe ce que tu as à m’offrir, que ce soit ton amitié ou plus… je prends. »  Elle pressa sa paume un peu plus contre sa main pendant quelques secondes, profitant de ce moment qui serait sûrement le dernier, et s’éloigna ensuite pour aller s’installer dans la voiture. Et maintenant, quoi ?
AVENGEDINCHAINS


astra; bb — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
James WeaverToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Jason Statham + a voir
Multi-comptes : Francesco Spinoza
Messages : 102 - Points : 556
Âge : 46 ans
Métier : Tueur à gages et chauffeur de taxi à ses heures perdues
Sujet: Re: All my scars are open || ft. James Weaver [TERMINE] ( le Sam 30 Juin 2018 - 23:36 )
All my scars are open
La journée avait été longue. Quand bien même elle n'était pas finie, James savait qu’émotionnellement, le peu qu'ils avaient vécus les avaient mis à cran et qu'il leur fallait réfléchir, et tout cela à tête reposé. Il avait donc tenté de la consoler, et, à sa grande surprise, devant ses explications, elle finit par lâcher un je sais qui signifiait en fait "je comprends". Il en fût heureux, et même si il ne déclara rien, cela le soulageait quelque peu. Pour une fois, elle ne lui coupa pas la parole. Ce qui lui convenait, il n'avait guère envie de se prendre la tête. Il put ainsi s'exprimer, et dire ce qu'il avait sur le coeur, s'expliquer avec la jolie brune qui n'avait peut-être pas compris, qu'il n'avait en aucun cas voulu blesser. Puis il avait fallu sécher les larmes de la belle, car en fait, il devait bien l'admettre, il n'aimait pas la voir pleurer. Il était donc venu, en gentleman, avec un paquet de mouchoir pour sécher les grosses larmes de l'indienne qui d'habitude n'en donnaient pas tant, mais il savait que ses larmes étaient sincères. Ce n'était pas du cinéma, et ce n'était pas le genre de Tina, pas même pour attirer l'attention. Finalement, il avait préféré la laisser. Mais pas totalement. Il s'apprêtait simplement à faire ce qu'elle lui avait demandé, la laisser tranquille. Mais il avait lancé une dernière proposition à l'indienne. Elle pouvait lui mettre une gifle si elle voulait.

C'est donc bien décidée qu'elle s'approcha, leva la main pour lui en mettre une et mentalement, il se prépara à recevoir le genre de gifle bien claquante que l'on reçoit de la part d'une femme en colère, un peu trahie. Mais rien de tout cela ne se produisit. La main de Tina redescendit le long de son corps. Elle ne le gifla pas et il en fût quelque surpris, mais préféra ne rien exprimer, cela lui éviterait une véritable gifle. Autant éviter de la mettre en colère ou de la provoquer à lui mettre une gifle, cette fois-ci, elle ne le raterait pas. Elle argua alors que c'était tentant, et il ne douta pas de sa parole. Elle rajouta qu'il devrait se contenter de la ramener. Il eut un petit sourire en la voyant partir, fier et droite comme à son habitude tout en répondant:
- Mais ce sera avec grande joie madame. Fit-il sur un ton joueur alors qu'elle se retournait pour venir lui dire que les larmes versées toute à l'heure, c'était parce qu'il comptait pour elle. Il comprenait. Elle l'avait inséré dans sa vie, petit à petit, elle s'était habitué à sa présence, s'était faîte à lui, comme un membre normal dans sa famille, un corps non étranger qu'elle connaissait en quelques sortes. Il ne put s'empêcher de sourire à sa déclaration sincère.

Elle ajouta ensuite qu'elle ne le forcerait à rien. Il la remercia en silence alors qu'elle continua en déclarant qu'elle aurait aimé que cela se passe autrement, mais que de toute manière elle ne le forcerait pas. Elle ne pouvait pas de toute manière, mais au moins sa conscience ne s'entêterait pas. Lorsqu'elle prit sa main tendrement, et planta son regard dans le sien, il nota que toute trace de colère avait disparu. A la place, c'était un regard doux, les pupilles encore brillantes d'avoir tant lâché de larmes, mais il préférait ce regard là au regard noir qu'elle pouvait lui lancer de temps à autres. Enfin surtout ces derniers temps. Puis elle lui déclara qu'ils feraient tout pour que rien de cette histoire ne vienne entacher leur amitié. Il hocha la tête positivement. Bien sûr. Il n'était pas le genre de type rancunier aimant se nourrir des disputes pour semer la discorde et la zizanie ou ramener sur la table les sombres pensées d'un temps ancien et révolu. Non, il préférait passer, tourner la page et continuait d'avancer, sans perdre les personnes auxquelles il tenait quoique parfois ce soit difficile. Elle allait ajouter quelque chose, et elle n'eut pas besoin de finir pour qu'il comprenne où elle voulait en venir. Il lui adressa un regard rassurant. Elle tenait à lui, tout simplement, et ce, plus qu'il ne l'avait jamais cru. Elle eut ce petit rire nerveux qui la caractérisait tant avant de lui demander d'oublier ses derniers mots, tenant simplement à le garder dans sa vie. Que ce soit son amitié, ou plus, elle prenait. Il sourit alors qu'elle lui pressait la paume avant de finalement le lâcher pour aller se mettre dans la voiture. Il resta un instant debout, à réfléchir à tout ça, à ce qu'il lui répondrait, puis, il décida de monter lui aussi dans la voiture. Il allait repartir sans un mot et déclara finalement en regardant la brunette:

- Tu sais... Tu auras toujours une place particulière dans mon coeur. Peut-être pas celle que tu désires aujourd'hui... Mais je serais toujours là pour t'aider... Ou pour venir déconner un soir autour d'un bon verre! Termina-t-il dans un clin d'oeil. Parce que Tina, il l'appréciait, il avait une profonde affection pour elle et ne pouvait pas la laisser ainsi. Non, c'était impossible, Elle aurait toujours cette place particulière, place qui n'avait pas de nom, mais qui, sur le panthéon de ses relations, arrivait sans doute non loin du sommet. Il enclencha la première et décida de repartir, la ramenant chez elle. Elle n'aurait pas tenu. La distance entre le cimetière et chez elle était trop grande, elle se serait écroulée sur le pavé, il le savait, et rien que de l'imaginer, cela le faisait sourire. Parce qu'elle avait toujours le don d'exagérer sa petite personne, mais au fond, c'est ce qui la rendait attachante, et tellement... Chiante? Oui, ça oui, mais il ne fallait pas le dire. Cependant, Tina avait un caractère franc également, et elle disait souvent ce qu'elle pensait, du moins avec lui. Bref, c'était une personne qu'il appréciait. Il ne savait pas quoi dire et resta silencieux un bon moment avant de finalement déclarer:

- Je sais que je représente quelqu'un d'important pour toi Tina. Il tourna ses yeux vers elle. Je sais que je comptes. Il s'arrêta un instant, le temps de rétrograder car une voiture se traînait sur la trajet. Sache que tu comptes aussi. N'en doute pas. Il voulait que ce soit clair. Il tenait à elle, et même si la relation qu'elle voulait établir avec lui n'était pas celle qu'il recherchait, ou à laquelle il avait pensé, cela ne signifiait pas qu'il ne tenait plus ou pas à elle, ça non! Il voulait qu'elle le comprenne tout simplement. Finalement, il s'arrêta devant chez elle. Le moteur de la splendide auto s'éteignit également. James la regarda avec un petit sourire:
- C'est tout de même mieux que à pied, hein? Il ne put s'empêcher d'avoir un petit rire en la taquinant sur sa flemmardise habituelle, mais il savait que quand elle voulait, elle pouvait être débrouillarde. C'est juste que madame ne se donnait pas la peine parce que... Parce que ça n'en valait pas la peine! Il déclara enfin, avant de la laisser filer:
- Passes une bonne fin de journée Tina et... Prends soin de toi. Il lui adressa un clin d'oeil sympathique comme si de rien n'était, voulant la mettre en confiance, sans qu'elle ne se sente plus le courage de lui parler parce qu'elle avait cru commettre une maladresse.      

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, Sweetie Plum // signature : Astra
Messages : 419 - Points : 480

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: All my scars are open || ft. James Weaver [TERMINE] ( le Mer 4 Juil 2018 - 0:55 )

All my scars are open
« Tant que j’y suis… peu importe ma place. » Répondit Tina avec un mince sourire qui lui étirait doucement les lèvres. Elle ne voulait pas entamer une nouvelle discussion où des tensions se créeraient, mais elle savait très bien qu’à partir d’aujourd’hui, rien ne serait plus comme avant. La jeune femme était venue à la réalisation qu’elle tenait à James d’une telle force, qu’elle avait refusé de mettre des mots sur ce qu’elle éprouvait alors que tous les signes étaient là sous son nez. Maintenant qu’elle avait retrouvé la vue à défaut de sa raison qui lui aurait dissuadé de se rendre à ce point vulnérable sans savoir si ses sentiments étaient partagés, elle voyait James sous un nouveau jour. Au revoir l’ami qui avait trouvé sa place dans sa vie naturellement au court de ces dernières années, et bonjour avec l’homme avec qui elle aurait aimé peut-être envisager un avenir à deux. Peut-être avait-elle été trop naïve en confondant la profonde amitié que lui portait le chauffeur, ainsi que sa loyauté pour elle, pour quelque chose d’autre. Peut-être qu’elle avait toujours su que ce n’était que de l’amitié, mais qu’elle en a toujours voulu plus parce qu’elle ne se voyait pas avancer dans la vie sans un homme à ses côtés. Et dans tous les cas, et ça elle en était même certaine, elle s’était laissée prendre au piège par son propre cœur qui s’attachait aux gens beaucoup trop vite, s’emballant alors que rien ne se passe, parce qu’il ne supporte pas le poids de la solitude et de la tristesse qu’amène avec elles les années.

Le trajet du retour commença en silence tandis que le regard de l’Indienne balayait le paysage qui défilait sous ses yeux. Comme une petite tension dans l’air, elle se sentait presque mal à l’aise à cause des récents évènements et savait que le mieux à faire était peut-être de crever l’abcès. Mais pour une fois elle préféra se taire parce qu’elle avait peur des réponses qu’elle obtiendrait si jamais elle se mettait à poser des questions. La question qui lui brûlait le plus les lèvres et qui tournait en boucle dans sa tête au point de cogner contre son crâne, provoquant un mal de tête, était de savoir pourquoi pas elle. Qu’est-ce qu’elle avait pu faire de mal pour qu’il ne lui rende pas l’affection et peut-être l’amour qu’elle était prête à lui donner. Pendant un court instant, elle décrocha le regard du paysage qu’elle connaissait sur le bout des doigts, avant de lancer un regard discret sur James, concentré sur sa conduite. Elle s’y prit discrètement pour ne pas qu’il la surprenne avant de se perdre sur les traits de son visage qu’elle dessinait mentalement, avant de s’attarder sur ses lèvres. Son cerveau se mis aussitôt en marche et lui renvoya le souvenir encore trop vivide du baiser qu’ils avaient échangés plus tôt. Un frisson lui parcourut le long du dos et elle ne saurait dire si c’était parce que le souvenir lui était plaisant bien que douloureux à cause de la suite après ce baiser, ou de dégout envers elle-même pour s’être à ce point laissée emporter. Ce baiser… celui qui avait à la fois libéré l’Indienne du poids de ses émotions, avant de la condamner à jamais à avoir le cœur réduit en miettes. Elle finit par détourner le regard doucement en sentant les larmes à nouveau lui monter, mais pu les retenir après une profonde inspiration qu’elle prit. Elle avait assez montré sa faiblesse pour aujourd’hui, si elle avait besoin de craquer elle le ferait à l’abri des regards pour éviter qu’on ne prenne pitié d’elle. Reportant son regard sur la route en face d’elle, elle avait commencé à jouer avec le bracelet qu’elle avait au poignet, traduisant ainsi son anxiété. Elle s’arrêta uniquement lorsque James prit la parole, l’obligeant à tourner la tête dans sa direction sous l’effet de la surprise. Sans dire un mot, elle l’écouta, hésitant un moment à le couper pour souligner qu’elle n’était pas aussi importante qu’elle le voudrait. Mais préféra se taire en poussant un petit soupire pour éviter que ces mots ne sortent. C’était exactement le genre de réaction ou de commentaire qu’elle allait devoir éviter, même si sa nature franche l’encourageait à lui dire le fond de sa pensée. Elle offrit tout de même un petit sourire sans joie et hocha doucement la tête, avant que le sourire ne disparaisse complètement. Elle allait donc devoir se contenter de ça, sûrement pour le reste de ses jours.

Tina ne remarqua même pas qu’ils étaient déjà arrivés devant chez elle, ce ne fut que lorsque la voix du chauffeur retentit dans l’habitacle qu’elle leva les yeux pour voir sa maison. « Oui, je confirme. » Elle ponctua sa phrase d’un petit rire plus nerveux qu’autre chose, avant de passer une main dans ses cheveux pour s’occuper les mains. Plus vite elle sortirait de cette voiture et plus vite elle se retrouverait seule pour se laisser aller à son chagrin, c’était la façon de relativiser qu’avait choisit l’Indienne, qui avait déjà la main sur la poignée de la porte. « Merci encore de… pour tout. » Un autre mince sourire étira ses lèvres, inutile de s’attarder plus longtemps sur les règles de bienséance. Il savait ce qu’il avait fait, elle n’avait pas besoin de le lui dire.  « Prends soin de toi aussi. » Répondit la jeune femme qui lui offrit cette fois un sourire sincère, qui ne tarda pas à lui tordre le cœur en réalisant à quel point les choses étaient sur le point de changer entre eux, si ce n’était pas déjà fait. Sans plus de cérémonie, elle sortit de la voiture avec hâte et sans se retourner, longea l’allée pour aller s’enfermer chez elle. Là où au moins elle ne craindrait rien. Et sans savoir pourquoi, elle avait l'impression que cet au revoir sonnait comme un adieu.
AVENGEDINCHAINS


astra; bb — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out. ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
James WeaverToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Jason Statham + a voir
Multi-comptes : Francesco Spinoza
Messages : 102 - Points : 556
Âge : 46 ans
Métier : Tueur à gages et chauffeur de taxi à ses heures perdues
Sujet: Re: All my scars are open || ft. James Weaver [TERMINE] ( le Mar 10 Juil 2018 - 10:40 )
All my scars are open
Ils avaient fini par arriver devant la villa de Tina. James regarda la brune qui confirma qu'ils étaient bien chez elle, et elle eut même un petit rire nerveux. Il lui sourit. Le trajet du retour s'était déroulé dans le silence, les deux étant sans doute gênés. James n'avait pas voulu lui faire du mal. Mais ce qu'il avait fait été nécessaire. Il le savait. Pour lui, comme pour elle. Il n'avait aucun doute que Tina saurait trouver celui qu'il lui faudrait. Mais James avait une vie bien trop... Chamboulée, rocambolesque diraient certains, pour qu'il puisse la partager avec Tina. Alors qu'elle le remerciait pour tout, et qu'elle sortait de la voiture, il ne put s'empêcher de penser qu'il continuerait de faire ce qu'il avait toujours fait: Il veillerait sur elle. C'était une promesse qu'il avait faîte, mais plus que cela, c'était une promesse qu'il s'était faîte à lui-même. Alors qu'elle lui souhaita une bonne journée, il sut qu'elle partait sans vraiment savoir si elle allait le revoir. Il la regarda prendre d'un pas décidé l'allée de sa maison, et eut un sourire. Cette femme de caractère, aucun doute, il la reverrait. Surtout qu'il aurait bientôt besoin d'un nouveau costume. Cela fournirait une bonne excuse. Il la regarda rentrer chez elle, sans qu'elle lui adresse le moindre regard. Il resta là un instant encore, plongé dans ses pensées. Avait-il eu un bon comportement, vraiment? Pour certains oui... Pour d'autres non. Il adressa un dernier regard à la villa de celle qui serait toujours plus qu'une amie finalement, d'une femme qu'il appréciait énormément et dont il savait que la réciproque fonctionnait également.

Il enclencha la première, et décida de partir. La voiture, tranquillement, s'engagea sur le chemin du retour. Une main posée sur son volant, l'autre accoudée à l'accoudoir du siège, il conduisait calmement. Il était pris par ses pensées alors qu'il traversait les rues de Naples, direction sa maison. Il nota cependant trop tard le barrage de police qui officiait sur l'une des artères de la ville, et lorsqu'il vit le flic lui faire signe d'aller sur le côté, James fût surpris, mais pour quelle raison est-ce qu'il l'arrêtait? Il coupa le moteur de sa splendide voiture, et baissa la vitre alors qu'un agent s'approchait de lui. Et ce fût tout naturellement que l'autre lui demanda les papiers du véhicule. James les sortit se demandant bien pourquoi ils l'arrêtaient. Finalement le flic lui fit dans un sourire:
- Vous savez qu'il vous manque un rétroviseur extérieur et que vous êtes verbalisable...
James tourna le regard vers le rétroviseur côté passager. Il l'avait oublié celui-là tiens... Il se tourna vers l'agent et répondit:
- Je sais, on vient de me l'arracher, il est dans le coffre si vous voulez vérifier.
Le flic parut surpris, rendit ses papiers à James qui les rangea, puis, finalement, James sortit pour aller leur ouvrir le coffre et il sortit la carcasse du rétroviseur. Le flic lui fit signe que c'était bon et James le remit dans le coffre.
- C'est arrivé comment?
James prit le temps de réfléchir, revoyant Tina. Maintenant, cela le faisait sourire. Il en rigolerait presque. Alors, sur un ton qui soulignait un certain amusement, alors qu'il rentrait dans sa voiture et remettait sa ceinture de sécurité.
- Une femme en colère avec un caractère de merde.
- Ah... Fit le flic qui eut un petit sourire et le laissa partir. James démarra, puis, après un signe de tête à l'agent de police sortit du barrage. Tina... Bon sang, jusqu'au bout de cette journée elle risquait de le poursuivre. Cela dit, il allait falloir qu'il prenne quand même rendez-vous au garage au moins pour commander un nouveau rétroviseur... En espérant qu'elle ne le lui casse pas la prochaine fois qu'il se reverrait... Bon sang quelle femme quand même. Quelle sacré foutue femme hein? C'était Tina ça... Voilà. Elle n'avait pas dérogé à ce qu'elle était. Il manqua l'appeler pour lui annoncer ce qui venait de se passer, mais se retint. Il le lui dirait la prochaine fois. La voiture prit la route longeant le bord de mer, et James se laissa aller à apprécier cette fin de journée, espérant qu'il reverrait la jeune femme sans qu'il y ait un froid. Il ferait en sorte que cela soit...        

Codage par Libella sur Graphiorum


RP Terminé



♠️On a parfois l'impression que tout nous oppose,
En réalité, il n'y a qu'un pas pour que tout nous rapproche.♠️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: All my scars are open || ft. James Weaver [TERMINE] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- All my scars are open || ft. James Weaver [TERMINE] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences