Revenir en haut
Aller en bas


 

- Du Rhum, des femmes et d'la bière! [PV Valentina] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Francesco Spinoza10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Eagle Horn
Faceclaim : Zac Efron
Multi-comptes : James Weaver
Messages : 401 - Points : 1819
Âge : 30 ans
Métier : PDG d'une société de transport par hélicoptère et acteur majeur en bourse dans les secteurs aéronautiques et automobiles.
Sujet: Du Rhum, des femmes et d'la bière! [PV Valentina] ( le Mar 24 Avr - 11:22 )
Du rhum des femmes et d'la bière!
Francesco prit le temps de relire le texto de l'un de ses amis qui lui disait que la fine équipe allait se rejoindre en centre ville aux alentours de 20h30 pour une soirée... Bien arrosée. On était samedi soir. Francesco n'avait rien fait de sa journée, pour une fois. D'habitude il sortait, partait faire du sport, passait à son entreprise, voir même pilotait l'un de ses appareils, mais non. Rien de tel aujourd'hui. La raison? Une précédente soirée vendredi dans laquelle il s'était bien amusé... A tel point que rentrer à six heures du matin n'avait pas été très bénéfique pour se lever tôt. Il avait donc dormi, plongé dans un sommeil profond jusqu'à... jusqu'à dans l'après-midi quoi. Francesco posa son téléphone sur le bar de la cuisine, encore à moitié endormi, et commença à se préparer un café. Il prit la tasse et appuya sur le bouton pour lancer la préparation tout en zieutant son téléphone, en communication avec un ami qui lui parlait de la bourse. La machine termina, il prit la tasse, la porta à ses lèvres en même temps qu'il regardait l'écran et se dirigeait vers son antre: Le garage. Lorsqu'il but la première gorgée il manqua de tout recraché. Il regarda la tasse. Avait-il bu au point que le café ne soit plus à son goût? Non... ça n'était pas ça. Il se rendit alors compte de son erreur alors que Tony passait par là.
- Putain mais le con... Mais le con...
- Monsieur?
- J'ai oublié de mettre une capsule à café dans la machine... C'était de l'eau chaude avec le café de l'ancienne capsule... Mais putain...
- Je vois que la nuit a été bonne si vous râlez de si bon matin... Ah non, pardon, de si bonne après-midi. Francesco sourit et releva la tête vers son majordome.
- Bon ça va, ça va. Francesco recommença donc, prenant soin de mettre sa capsule. Finalement, le café enfin prêt, il put descendre au garage tranquillement. Il s'installa devant ses écrans, juste en face de ses splendides automobiles. Tout en buvant son café, il gérait ses actions, surveillait les quelques courbes, la chute ou l’élévation des prix. Il alluma la musique, préférant pour ce réveil en douceur, un grand classique, la marche turque de Mozart. Il regarda l'heure. Il avait encore un peu de temps... Un peu. cela signifiait qu'il était déjà en retard en fait. Parce que c'était un peu de temps si il avait été prêt, or, il n'est prêt en rien. Il lui faut une bonne douche. Premièrement. Et... Et la suite, il faudra voir après. Il se lèvre après quelques instants à traîner devant son ordinateur et décide de filer, cette fois-ci en courant, jusque dans la salle de bain. En un rien de temps, il est sous l'eau. Il ne lui faut pas plus de temps pour se laver et sortir comme une bombe, le corps ruisselant d'eau encore chaude. Il s'enfile rune serviette et file dans sa chambre. Il ouvre son armoire dans laquelle se trouve pas mal d'habits. il prend un polo, hésite entre les marques et finit par prendre un Lacoste avant de voir pour un jean slim. Manque de pot il n'en voit aucun et commence à stresser.

-Tony? Pas de réponse. Ah oui, ça aussi c'est stressant bon sang. Tony?!! Reprends alors Francesco en gueulant.
- Monsieur? Qui y a-t-il? Souffle alors ce-dernier depuis le bas de l'escalier.
- Où sont mes jeans slim? Reprends Francesco alors que son regard fouille l'armoire.
- Dans votre armoire, sinon c'est qu'ils sont tous à la machine à laver.
- Quoi?!!! Francesco manque la crise cardiaque. Il court dans le couloir, paniqué pour arriver juste devant l'escalier. Comment ça se fait que je les ai tous utilisé? Panique-t-il.
- Et bien je n'en sais rien. Vous en enfilez trois par jour dés fois, alors...
- Non, il fallait que j'en achète d'autres parce que j'en ai pas assez et je l'ai pas fait...
- Vous en avez déjà une bonne vingtaine des jeans, c'est pas largement suffisant théoriquement, pour une semaine?
- J'en ai seize, c'est pas pareil.
- Excusez-moi. Réponds son majordome plein de sarcasme alors que Francesco a soudain une illumination.
- Mais oui bon sang!! Il file alors jusque dans son garage.
- Vous pensez qu'il y en a au garage? demande alors Tony curieux.
- Et comment! Hier j'en ai pris un de rechange au cas où! Francesco file ouvrir le coffre de son Audi et y découvre, bien plié, propre, son jean. Oh que j'aime quand je fais preuve d'intelligence à ce niveau! Il se saisit de son jean et remonte en vitesse. Il s'habille en un rien de temps, tout heureux d'avoir résolu le problème et file se mettre un coup de peigne avant de descendre. Aller, je file Tony! A demain! Merci! Et Francesco grimpe dans sa voiture avant de se rendre compte qu'il n'a pas les clés... Ni son portable. Et merde! Il sort en trombe à nouveau et court dans sa chambre récupérer son téléphone, redescend, prends les clés de sa voiture sur le buffet à l'entrée et est enfin prêt. A ce rythme là je vais au Jeux Olympiques l'année prochaine si ça continue... Souffle-t-il. Il démarre et l'Audi part en trombe. Le centre vile, direction le centre-ville. rendez-vous au bar de... Dans un bar voilà. Le nom est trop long à prononcer.  

Quelques minutes plus tard, après un excès de vitesse qui a duré pendant tout le trajet, et un stop parfaitement glissé, merveille d'un patinage artistique automobile, le voici garé devant le bar. Fallait-il mentionner l'oubli de priorité, où plutôt le fait qu'il ait foncé comme un fou, sans provoquer d'accident, mais passant le rond point autour des cinquante - Soixante? - Kilomètres à l'heure plutôt qu'à trente? Non, c'était un détail! Il verrouilla sa voiture et retrouva ses amis tout en jetant un œil à sa belle montre... Il était parfaitement à l'heure. Il salua ses amis, demandant quelques nouvelles, en taquinant d'autres.
- Bon on attends quoi? Fit-il alors.
Ils s'installèrent sur la terrasse du bar tandis que deux d'entre eux allaient commander les premières bières... Qui ne tardèrent pas à arriver. Le groupe de cinq gars est rapidement rejoint par deux amies, les copines de deux gars du groupe. Francesco les salue avant de se rasseoir pour apprécier la bière. A côté de lui, son ami, Valentino, un type qui ne branle rien de ses journées à part écrire des articles de mode, lui désigne alors une jolie blonde. La trentaine, peut-être moins. Des courbes plutôt sympas à voir, Francesco doit l'admettre, de dos, elle est mignonne. Et visiblement, elle travaille ici. Elle sert justement trois clients.
- Ah je dois t'admettre que c'est pas mal tout ça... Fait Francesco joueur. Mais tu sais, c'est un peu comme dans la peinture, voir un tableau de dos, c'est cool, mais faut voir la face pour être sûr de la... Il n'a pas le temps de terminer qu'elle se retourne. Il la regarde, non sans rester plutôt... Stupéfait. Elle est réellement, séduisante. Okay... J'admets, elle est vraiment pas mal. Déclare Francesco en terminant son verre.
- Pourquoi tu vas pas la voir? Demande alors Valentino.
- Cette manie que tu as de toujours te mêler de ce qui ne te regarde pas, déclare Francesco alors qu'il ne lâche pas la serveuse des yeux. Et je fais quoi, je lui offre un verre? Abruti! Elle bosse ici! Termine Francesco avec un sourire, taquinant son ami.
- Oh, te connaissant, je suis sûr que tu trouveras bien quelque chose.
- Mouais... Francesco continue de zieutter un peu avant de se concentrer sur la conversation. Finalement, trois de leurs amis se lèvent pour aller chercher des shooters. Ils ne tardent guère à revenir les mains pleines.

- Bon les gars... Je propose qu'on lève nos verres à... Valentino s'arrête. Ah putain le trou d'mémoire.
- A vos amours, moi les miennes sont déjà au lit! les autres reprennent en cœur tout en riant. Et ils avalent le shooters. Francesco se sent bien. Un peu trop? Non pas encore, il n'est qu'en début de soirée. Le soleil se couche d'ailleurs, il s'est couché depuis quelques minutes lorsque Francesco, un peu assoiffée, comme d'autres de ses amis, interpelle la serveuse.
- Mademoiselle? Visiblement elle n'a pas entendu. Il réitère. Chérie?! Elle se retourne. Ah... Je vois que j'ai trouvé votre nom. Trois bières s'il vous plait... Et pourquoi pas votre numéro avec?
Les autres rient de la belle connerie du beau brun qui lui sourit avec ce sourire de gamin, innocent même dans la connerie. Elle doit avoir l'habitude de toute manière non? Il continua alors qu'elle semble hésiter. Ah vous voulez le miens aussi? Mais y a pas de problèmes, ce sera avec plaisir!! Il fouille dans sa poche avant de relever le regard vers elle. Ah merde, vous auriez pas un papier et un stylo par le plus grand des hasard? Et il lui sourit une nouvelle fois. Ce sourire charmeur, un peu idiot, comme il en a l'habitude.       

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
 
- Du Rhum, des femmes et d'la bière! [PV Valentina] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre