Revenir en haut
Aller en bas


 

- ANABELA ✘ Walking up to you -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mirko ScalabriniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Em
Faceclaim : Siid
Messages : 25 - Points : 90
Âge : UC
Sujet: ANABELA ✘ Walking up to you ( le Lun 30 Avr - 21:17 )

Naples était une ville agréable, j'aimais me balader dans les rues de celle ci tout en profitant de l'architecture. C'était ce que je faisais aujourd'hui, un café à la main et un journal sous le bras. Je venais d'aller visiter ma mère et à la voir elle semblait être en bien meilleure santé que moi, si on ne prenait pas en compte son Alzheimer. Je m'étais réveillé pâle, fatigué et il m'avait fallut un bon moment pour me tirer du lit. Il le fallait. Si je commençais à baisser les bras tout de suite je n'y arriverais pas. Le soleil, le bruit, l'agitation de la ville me faisait me féliciter de ma décision de sortir de chez moi ce matin. J'avais fait le bon choix - chose rare -.
Je marchais en solo et ça m'allait très bien, je ne cherchais pas à rencontrer du monde, je voulais juste faire quelque chose de ma journée. Quand il y avait le travail ça allait, mon esprit était occupé, mais les jours où je n'avais rien à faire je n'arrivais pas à m'enlever le cancer de la tête - même s'il était dans mon foie -. Et c'est par hasard que je me retrouva devant Anabela. Elle et moi avions un passé, mais la revoir était toujours un plaisir. D'ailleurs je l'interpela de loin pour ne pas la manquer. Elle était peut être occupée, mais je voulais pouvoir lui dire bonjour, peut être s'arranger pour se revoir plus tard. J'avais besoin de me retrouver avec les gens qui avaient compté pour moi dans ma vie et elle en faisait partie.

« Marche moins vite que le vieux puisse te rattraper Bella. » Dis-je en la rejoignant à quelques mètres de là.


cancer sucks.
« Not dead yet.
•• .unbreakable
»
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t2941-c-est-une-poupee-qui-fait-non-non-non-non-ana#89609
ID : PiTOQUiNHA, Louise
Faceclaim : AMBER H. + ©TAG + OTH quote
Je suis absent-e : jusqu'à la fin du mois
Multi-comptes : BARBARA ROSA
Messages : 1254 - Points : 2360

Âge : 32 ans
Métier : ancienne mannequin & actrice
Sujet: Re: ANABELA ✘ Walking up to you ( le Mer 2 Mai - 1:46 )
Je soupire. Après un appel houleux avec la personne qui est censée « s'occuper de ma carrière d'actrice », je décide de sortir, j'ai besoin d'air. En gros, j'ai eu le droit à un ultimatum et je déteste ça. Je lui ai donc parlé avec agressivité, ce qui ne me ressemble pas. Je ne suis pas le genre de femme à sortir de mes gongs, mais c'est arrivé. Perturbée par cet appel, je décide de quitter la villa. Il faut que j'aille me balader, je dois me changer les idées. J'ai le souffle court, alors prenant mes bottes, je les enfile rapidement avant de m'emparer de mon sac à main ainsi que de mes clefs de voiture et de maison. Une fois le tout fermé, je monte dans ma voiture, j'attache ma ceinture, et je lance ma playlist puis je démarre. J'ai bien envie d'accélérer, seulement, je ne sors pas de la ville alors je respecte les limitations de vitesse. Un enfant pourrait traverser la route, on ne sait jamais. J'ai toujours été relativement prudente, surtout lorsque je ne suis pas seule dans mon véhicule. Toutefois, lorsque je le suis, lorsque je roule sur des routes où il n'y a personne, où il y a peu de voiture, j'appuie sur la pédale et j'accélère. Sentir la vitesse est grisant, puis j'avoue que j'aime ressentir de l'adrénaline, mais aujourd'hui ça n'arrivera pas. Je rejoins le centre de Naples afin d'arpenter les rues pour m'aérer la tête. Peut-être vais-je faire du shopping ? Pour le moment, je préfère me concentrer sur mon créneau. Une fois garée, je verrouille ma voiture, puis, je commence à marcher. Je ne croise personne que je connais pour le moment, puis ses dites personnes doivent travailler. D'ailleurs, cela me fait penser que je devrais envisager un nouveau plan de carrière, parce que je ne peux pas quitter Naples, cela me semble toujours inimaginable. J'ai toujours pensé qu'il y a un temps pour tout. J'ai été mannequin, puis actrice et à présent, je dois passer à autre chose. C'est en y pensant que je déambule dans les rues, ne prenant pas la peine de scruter les vitrines des magasins de vêtements, alors que j'aime faire du shopping comme toutes femmes, du moins je crois. C'est relativement perdue dans mes pensées que j'ai la sensation que l'on m'appelle. Au début, je n'en suis pas certaine, puis je me rends compte que je reconnais cette voix. Lorsque je relève la tête, je me rends compte qu'il s'agit de Mirko, un homme qui m'a séduite alors que je commençais le mannequinat. Je le trouvais charmant, intimidant aussi, puis j'avais eu un véritable « béguin » à son égard. Le voir me fait plaisir, véritablement. Lorsqu'il arrive à ma hauteur, je le regarde émue et heureuse, mais surtout, je ris à sa plaisanterie. « Mirko ! » Je prononce, avant de me jeter à son cou. Oui, je suis tactile, et démonstrative, j'ai toujours été ainsi, enfin d'aussi loin que je m'en souvienne. « Mon Dieu, ça fait si longtemps. » C'est vrai que nous ne nous sommes pas vus depuis pas mal d'années, depuis beaucoup trop de temps. « Je suis heureuse de te voir. » Je lui dis tout bas, d'ailleurs seul lui peut m'entendre. Alors que je scrute son visage, il me semble assez fatigué, malade peut-être, mais également amaigri. Je n'ose pas demander quoi que ce soit, alors, je lui souris avant de m'emparer de son bras pour marcher à ses côtés. « Tu veux que je t'avoue quelque chose ? » Je le fixe avec malice, et je reprends : « Tu fais ma journée. » Ce qui est vrai, je suis bien contente d'être sortie, sans cela, je ne serais sans doute pas tombée sur Mirko.  


Liberté chérie, liberté retrouvée.
Pendant un bref moment, tout était différent. Quelque chose s’était établi, quelque chose de profond. Le temps s’est arrêté. Le mouvement aussi. On a tous ressenti cette connivence, et la vie a repris son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Mirko ScalabriniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Em
Faceclaim : Siid
Messages : 25 - Points : 90
Âge : UC
Sujet: Re: ANABELA ✘ Walking up to you ( le Mer 9 Mai - 19:56 )

Dans le monde du cancer il y avait deux types de personnes : ceux qui décidaient de rendre le peu de temps qui leur restait aussi palpitant que possible, et ceux qui n'utilisait pas ce temps. Je faisais partie de cette deuxième catégorie. Ma vie, mes voyages, j'avais vécu des choses uniques, mais avec l'âge je m'étais rendu compte que je n'avais rien construit de concret. Pas de famille, pas de femme, des amis qui se comptaient sur les doigts d'une main. Bref, je n'avais pas grand chose et je n'arrivais pas à me booster tout seul pour vivre cette vie, certes avec le cancer, mais surtout avec une seconde chance pour refaire les choses mieux. Certaines de mes journées étaient totalement inintéressantes et d'autres comme aujourd'hui prenaient un tournant agréable.
J'avais aperçu Anabela Laranjeira et je l'avais interpelé pour pouvoir la rejoindre. Ça faisait des années que je ne l'avais plus vu, il y avait eu un truc spécial entre nous, mais c'était resté platonique. Surement parce que j'étais incapable de saisir les chances qui se présentaient à moi au bon moment, fin du moins dans le domaine de l'humain. Mais la revoir ravivait une flamme au plus profond de moi, j'étais content d'avoir l'opportunité de la retrouver, même si ce n'était que pour la journée.
La belle blonde n'avait pas changé, toujours aussi belle... Elle portait juste une expression un peu plus fermée, triste, aujourd'hui. Elle devait passer une mauvaise journée, c'était l'explication la plus cohérente - et simple - que je pouvais avancer. J'étais là à présent, j'allais pouvoir lui redonner le sourire. En tout cas elle était tout aussi contente que moi de se retrouver et son étreinte en disait long. Elle ne lâchait plus et moi non plus. « C'est vrai que c'est une bonne surprise de te revoir. » Mes lèvres se posèrent sur une de ses joue avant que je ne la libèrent enfin. « Tu n'as pas changé, toujours aussi belle. » J'étais charmeur, je ne savais pas comment être autrement avec elle. Elle le savait très bien, c'était comme un petit jeu entre nous. On avait commencé des années auparavant, et même si on ne s'était pas vu depuis des lustres, les vieilles habitudes revenaient au galop.
Je lui pris la main et c'est tout naturellement que je la fis reprendre son chemin. On avançait au milieu d'une rue passante sans attirer l'attention de personne. C'était calme. Il y avait bien quelques magasins, mais aucun qui lui ressemblaient vraiment. Du coup on marchait, on se baladait sans contraintes dans les rues de Naples en discutant de tout et de rien. On rattrapait le temps perdu. « Et tu en es où au niveau de ta carrière ? » J'étais vraiment intéressé, je me souvenais encore de la fois où je l'avais rencontre, à l'époque elle était modèle et elle avait tout de suite attiré mon regard. C'était toujours le cas, mais ça faisait un moment que je ne l'avais plus vu sur une publicité pour une grande marque de luxe.


cancer sucks.
« Not dead yet.
•• .unbreakable
»
Revenir en haut Aller en bas
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2937-le-coeur-dune-femme-est-un-oce http://www.ciao-vecchio.com/t2941-c-est-une-poupee-qui-fait-non-non-non-non-ana#89609
ID : PiTOQUiNHA, Louise
Faceclaim : AMBER H. + ©TAG + OTH quote
Je suis absent-e : jusqu'à la fin du mois
Multi-comptes : BARBARA ROSA
Messages : 1254 - Points : 2360

Âge : 32 ans
Métier : ancienne mannequin & actrice
Sujet: Re: ANABELA ✘ Walking up to you ( le Jeu 10 Mai - 22:46 )
J'ai la sensation d'avoir à nouveau dix-sept, dix-huit ans. À l'époque, j'étais une jeune mannequin et je profitais de l'instant. J'étais heureuse, épanouie, je me sentais belle ainsi que désirable et d'ailleurs, je l'étais. Je plaisantais avec les autres filles, mais je ne me faisais pas de véritables amies, tout simplement parce que je savais que cela ne durerait pas, puis j'avais déjà du caractère. Le fait est que j'ai rencontré un homme : Mirko. Je le trouvais séduisant, comme toutes les autres mannequins j'imagine. Il avait quelque chose de spécial, quelque chose qui me plaisait, qui me faisait vibrer. Je voulais être unique à ses yeux et nous avons partagé de très beaux instants ensemble. Il me draguait un peu, parfois plus et moi, je le regardais avec admiration, buvant ses paroles. Nous nous sommes rapprochés, mais pas dans le sens que l'on pourrait imaginer. Nous passions beaucoup de temps à discuter de ce que nous aimions sans rien de plus. Pourtant, il me plaisait, mais nous avons dû manquer de temps, ou alors nous attendions tous deux que l'autre fasse le premier pas. J'avais des papillons dans le ventre lorsque nous étions ensemble et puis avec les années nous nous sommes éloignés et nous nous sommes perdus de vue. Bien sûr, j'ai beaucoup pensé à lui, puis je suis tombée amoureuse et enfin je me suis mariée. Le fait est qu'aujourd'hui, je suis célibataire et seule, sans amour, sans attache. Est-ce un signe du destin de le retrouver de cette façon ? Je ne sais pas et puis je ne veux plus me poser de question. Je décide même qu'il faut que je profite de lui aujourd'hui, de sa présence parce que je pourrais bien ne plus le revoir. Alors, je me jette dans ses bras tout naturellement. Quand il me dit que c'est une bonne surprise, je ne trouve pas mieux. D'ailleurs, je lui dis qu'il fait ma journée, ce qui est vrai. Je pensais que je ne rencontrerais personne, je pensais broyer du noir en parcourant les rues, mais il est là, à mes côtés, mon beau Mirko. Charmeur et gentleman, il m'assure que je suis toujours aussi belle et que je n'ai pas changé. Naturellement, je m'empourpre. « Merci. » Je lui souffle, timide comme lorsque j'avais dix-sept ans. Alors que j'ai pris son bras, Mirko est quant à lui plus sûr de ce qu'il veut et il prend ma main. Je le laisse faire, heureuse d'être à nouveau à ses côtés. J'admets que je suis tout de même assez soucieuse, je le trouve différent, quelque chose ne va pas. Je lui jette des coups d'œil alors que l'on marche côte à côte, profitant du calme qu'il règne dans ces rues. « Tu es toujours aussi charmant. » Je lui dis, ayant un immense sourire encré sur mon visage. Mirko est plus amaigri, mais il a gardé le charme de sa jeunesse. Son sourire est toujours aussi envoûtant, et il se montre toujours aussi attentif et doux. « Toi non plus tu n'as pas changé. » J'ajoute, alors que je serre un peu plus sa main dans la mienne afin d'être certaine que cet instant est bel et bien réel. Mirko reprend la parole et il me demande où j'en suis au niveau de ma carrière. Je me pince les lèvres, non parce que je suis contrariée, mais parce que je ne sais pas vraiment comment lui répondre. À présent, je ne fais rien. Je ne suis plus mannequin, ni même actrice parce que j'ai quitté Lisbonne et que mon agent m'a fait comprendre que si je ne rentre pas dans la semaine, il ne s'occupera plus de moi. Du coup, je me dis qu'il vaut mieux que je lui réponde sur un ton léger. « Je ne suis plus mannequin et je ne sais pas si tu l'as appris, mais j'ai été actrice dans une télénovéla à Lisbonne. Le fait est que je n'y vis plus, du coup, je ne fais rien actuellement. On peut dire que c'est une sorte de pause. » Je hausse les épaules, faisant mine que cela ne m'atteint pas, mais Mirko me connaît. Du moins, il me connaissait, alors peut-être va-t-il comprendre que cela me touche beaucoup, même si je ne veux pas l'avouer. « Tu as une place à pourvoir où tu travailles ? » J'ajoute rapidement, alors que nos regards s'accrochent et que je lui souris une nouvelle fois.


Liberté chérie, liberté retrouvée.
Pendant un bref moment, tout était différent. Quelque chose s’était établi, quelque chose de profond. Le temps s’est arrêté. Le mouvement aussi. On a tous ressenti cette connivence, et la vie a repris son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Mirko ScalabriniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Em
Faceclaim : Siid
Messages : 25 - Points : 90
Âge : UC
Sujet: Re: ANABELA ✘ Walking up to you ( le Aujourd'hui à 9:31 )

Sa main dans la sienne me ramenait bien des années en arrière. Anabela n'avait pas changé, ou du moins physiquement, pour moi elle était toujours cette belle jeune femme qui me faisait craquer. Mais si rien ne s'était produit avant, rien n'arriverait aujourd'hui, elle allait rester la miss intouchable que j'avais appris à connaitre sur une plage d'Amérique du Sud. En un peu moins honnête qu'avant, car si elle disait que je n'avais pas changé, je savais que ce n'était pas le cas. Toutes ces années de débauche - pas vraiment de débauche, mais de vie bien vécue - avaient eu un retentissement sur ma santé. Malheureusement. Elle l'avait vu, son regard la trahissait, elle n'osait juste pas le dire et je n'allais certainement pas l'embêter avec ça. Il était bien plus facile de faire glisser la conversation sur quelque chose de plus simple, plus léger. « J'ai quand même pris quelques cheveux blancs depuis, non ? » J'en avais au niveau des tempes et même dans la barbe. Ça avait un certain charme - à mon gout -.

Ma curiosité me poussa à apprendre que la carrière d'Anabela était au point mort. Elle avait pourtant un talent monstre, j'avais beau ne pas avoir suivi tout ce qu'elle avait fait au cours des années, j'en avais suffisamment vu pour savoir qu'elle était passionnée et douée. Du coup j'avais un peu de mal à comprendre cette "pause". Pourquoi personne ne voulait d'elle pour un photoshoot ou un film ? Moi j'étais prête à lui filer un job de suite et d'ailleurs elle ne tarda pas de me le demander. En plaisantant bien sure, mais je n'allais pas manqué l'occasion de pouvoir travailler avec elle. « J'aurais toujours une place pour toi dans ma boite. » Son sourire me répondit et ma main se resserra autour de la sienne.
Des années que l'on ne s'était plus vu et pourtant je la retrouvais exactement comme avant. J'avais envie de me poser dans un coin tranquille avec elle et papoter. Boire un verre aussi, mais ce n'était plus possible. « Un café ? » Proposais-je en l'entrainant dans une ruelle pour rejoindre une rue adjacente où je connaissais un café sympa. Je connaissais la ville par coeur, comme beaucoup d'autres villes dans le monde. J'étais passionné de voyage, de la culture dans les différents pays... Et si ce café me plaisait, j'en avais également une vingtaine d'autres en tête à des milliers de kilomètres de nous. Mais un en particulier me revenait à l'esprit. « Tu te souviens du jour où on a passé la journée à boire des cafés face à l'océan. On aurait pu aller boire des cocktails, mais non tu m'as suivi dans mon délire de café sous 40°. » J'en avais pleins des anecdotes de la sorte avec elle et c'est ce qui faisait que ce que l'on avait été spécial.


cancer sucks.
« Not dead yet.
•• .unbreakable
»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: ANABELA ✘ Walking up to you ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- ANABELA ✘ Walking up to you -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre