Revenir en haut
Aller en bas


 

- Diego | Quand les doutes s'installent... -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Demetrio ClarizioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t393-demetrio-o-la-terre-tour http://www.ciao-vecchio.com/t455-demetrio-o-take-a-sad-song-and-make-it-better
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Sean O'Pry ©Ealitya + Laura (gif Magdem)
Multi-comptes : Dante, Enzo, Erio, Stefan
Messages : 659 - Points : 2154

Âge : trente-deux ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Sujet: Diego | Quand les doutes s'installent... ( le Dim 6 Mai - 16:02 )
« Tu es ailleurs en ce moment. » Son père, inquiet, fronce les sourcils et pose sa cuillère à café près de sa tasse. Le coude appuyé sur le dossier de sa chaise, la main retenant sa tête, Demetrio sort de ses songes et se concentre sur l’air soucieux de l’homme qu’il voit une fois par semaine, grand minimum. Il se serait bien abstenu de ce rendez-vous régulier, mais ne tenant pas à l’inquiéter, il a pris sur lui, a fait l’effort de tenir un repas en se montrant le moins sec possible et en participant au sujet de conversation. La distance se remarque néanmoins. N’étant pas comédien, il peine à cacher sa contrariété, mais peu habitué à sourire, à rire, ça aurait dû passer comme une lettre à la Poste. Seulement, Cesare le connait très bien, n’a pas besoin qu’il se confie à lui pour savoir que quelque chose est en train de se passer. « Ce n’est pas à cause de cette fille ? » Autrement dit, Magda. Ce qui est évident pour lui ne semble pas l’être pour les autres. Elle n’est pas la raison de son mal-être, mais son père craint de devoir le ramasser à la petite cuillère, comme il a dû le faire avec Charlotte et l’an dernier aussi, en l’épaulant lorsque sa relation avec Dafne a pris fin. Il ne s’est pourtant pas attardé avec cette dernière relation, sentant que son père avait déjà une image bien négative de cette « pauvre fille » comme il aimait l’appeler. « Si tel est le cas, alors peut-être devrais-tu penser à cesser de la voir. » Dans son ordre de priorité des insectes à écraser, celle avec qui il s’affiche ces derniers temps a atteint la première place, la chapardant à ceux qui la campaient depuis de longs mois. « Il ne s’agit pas de ça. » Et il lui est impossible de lui expliquer le fond de sa pensée. Cesare, il le respecte énormément, mais il n’est au courant d’absolument rien. De plus, il n’est pas à l’aise à l’idée de se confier sur toute cette histoire qu’il préfère garder pour lui, comme s’il s’agissait du secret le plus précieux au monde et le concernant, c’est comme ça qu’il le voie. « Tu crois ? Parlons-en tout de même. Tu crois sincèrement que tu choisis bien ? Celle-ci n’est pas plus à la hauteur que les deux dernières et crois-moi, j’ai l’œil. » « As-tu fini ? » Non, il continue, dézinguant celle qui, pour lui, pourrait bien mettre à mal sa réputation, mais il s’en fiche bien sur le moment. Ca lui est complètement égal. Il voit de l’importance là où pour Demetrio, il n’y en a aucune. « Je te répète : il ne s’agit pas de ça. Je sais ce que je fais. » répond-il, sèchement, en terminant son café d’une seule traite. Son ton le surprend : pour que son fils lui parle comme ça, il lui en faut énormément. Il hésite, puis finalement, l’interroge, mais comme réponse, il n’a droit qu’à un gros silence. Demetrio lève l’index afin d’obtenir l’addition, paie celle-ci et s’excuse ensuite auprès de son père, ayant besoin de prendre l’air, de rester seul aussi.

Et c’est dans l’Eglise qu’il trouve refuge. Ce lieu dans lequel il se sentait bien, serein, à sa place, devient obscur, sombre. Les bras croisés, fermés, il erre entre les rangs, observant les vitraux colorés, puis s’installe sur un banc en bois. Il en a déposé des cierges, s’est confié dans l’isoloir, mais tout fiche le camp à l’instant T. Cette sécurité qu’il recherchait, qu’il avait obtenu, elle lui échappe des doigts, s’envolent en même temps que la déception a pris la place. Perdu dans ses pensées, se sont finalement les bruits de pas d’un homme qui le réveillent. Ceux de Diego qui prenait un chemin qu’il respectait autrement et qu’il ne comprend plus à présent. Quelques secondes de silence, lourdes, puis il le brise à demi-voix : « Crois-tu sincèrement que te rallier à l’Eglise en chassant ton ancienne vie est une bonne issue ? » Parce que lui, maintenant, il en doute sincèrement.

@Diego Gallini


Demetrio & Magda
J'ai toujours vécu comme ça, gardant une distance confortable. Et jusqu’à maintenant, je me suis juré que je me satisferais d'un rien avec la solitude. Parce que rien de tout ça n'avait jamais valu de prendre le risque, mais...
Revenir en haut Aller en bas
Diego GalliniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3275-diego-la-vie-est-la-vie http://www.ciao-vecchio.com/t3282-diego-vive-l-esperance
ID : MissPatate
Faceclaim : Chris Pine @anat
Messages : 98 - Points : 147

Âge : 37 ans
Métier : A travaillé pendant près de 10 ans en tant que hydrogéologue. Est à présent en quatrième année de séminaire dans le but de devenir prêtre.
Sujet: Re: Diego | Quand les doutes s'installent... ( le Lun 7 Mai - 0:33 )
Personne n'avait vraiment compris la décision de Diego, quelques années plus tôt. Beaucoup avaient essayé de l'en dissuader, certains lui en avaient voulu et très peu l'avaient réellement soutenu... Dans le sens où ces personnes s'étaient intéressants aux raisons profondes de son changement de vie, à ce qui l'animait et à ce qui pouvait être ce brasier qui parcourait son âme de long en large.
Le temps avait passé et des fois, il avait la sensation que les gens n'étaient toujours pas en phase avec ce qu'il était devenu et ce qu'il comptait devenir. Il savait que l'on aimerait, d'un côté, qu'il change d'avis, avant d'arriver à l'étape finale, celle après laquelle revenir en arrière ne serait pas interdit, mais périlleux, et complètement incompréhensible. S'il ne s'était pas posé de questions à l'époque, s'il n'avait pas cherché à combler le vide qui l'habitait en ce temps-là, il aurait très certainement suivi le chemin tout tracé qui lui incombait, comme il l'avait toujours fait. Il serait à présent marié et très certainement père de nombreux enfants. En vérité, tout cela n'était que modestes suppositions. Au fond, il ne pouvait nullement savoir ce qui serait advenu de sa vie... Personne ne peut connaître les portées de ses engagements.

Il poussa un soupire, s'asseyant sur l'un des bancs de l'église. Elle était vide et il était venu prier un peu, se ressourcer, en-dehors du séminaire, où il passait la plus grande partie de son temps, toutes ses journées. A vrai dire, il devrait être interne là-bas, comme au début, la vie en communauté étant d'une importance capitale, mais c'était suite à un souci liée à la sécurité dans les chambres, qu'il avait pris un studio. Il ôta ses chaussures. Il se permettait toujours l'audace de se mettre à l'aise, lorsqu'il était seul, fermant les yeux, se concentrant dans son âme, les mains liées dans une longue prière. Il n'entendit pas de sitôt les pas de l'homme qui pénétra dans l'édifice, ni même le grincement de la porte à son ouverture. Ce ne fut que lorsqu'il eut terminé qu'il fit attention au monde qui l'entourait.

Et là, pas très loin derrière lui, il reconnut son ami, Demetrio. Cela faisait longtemps qu'ils se côtoyaient, tous les deux. D'ailleurs, le trentenaire l'avait vu évoluer, changer au fil du temps, remplir son vide. Diego enfila ses chaussures et se hâta de s'approcher du jeune homme en question. C'était bizarre de se dire qu'ils entretenaient une relation si simple, si tendre, alors qu'ils ne faisaient nullement partie du même monde. Demetrio était milliardaire, PGD d'entreprises... Quelque chose auquel Diego n'avait jamais aspiré et n'aspirerait certainement jamais. Mais lorsqu'ils se parlaient, c'était en toute franchise et toute honnêteté. La voix de son ami vînt remplir le silence, subitement, subtilement.

Notre séminariste haussa les sourcils, étonné de la question ainsi posée. Un nouveau silence plana, l'espace de plusieurs secondes, le temps que l'information parvienne à faire le tour de l'esprit de Diego.
"Tu le sais bien. J'ai passé des années de discernement, à savoir si j'étais fait pour ça...Si j'y arriverai et... Je pense que oui." répondit-il doucement, même s'il ne voyait guère le sens de cette discussion pour le moment.
"Mais, je ne comprends pas... Pourquoi demandes-tu ça, d'un coup, maintenant?" demanda-t-il simplement, laissant paraître un léger sourire. En effet, c'était plutôt étrange comme remarque, en guise de salutation, après avoir laissé planer un certain silence, quasi-gênant. Demetrio avait l'air... perdu? Diego décida simplement de s'asseoir à ses côtés, attendant avec patience que l'autre ne reprenne la parole pour lui expliquer de quoi il en retournait.


la vie est la vie
La vie est beauté, admire-la. ▬ La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter. La vie est une chance à saisir, une beauté à admirer, une béatitude à savourer.
Revenir en haut Aller en bas
Demetrio ClarizioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t393-demetrio-o-la-terre-tour http://www.ciao-vecchio.com/t455-demetrio-o-take-a-sad-song-and-make-it-better
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Sean O'Pry ©Ealitya + Laura (gif Magdem)
Multi-comptes : Dante, Enzo, Erio, Stefan
Messages : 659 - Points : 2154

Âge : trente-deux ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Sujet: Re: Diego | Quand les doutes s'installent... ( le Mer 16 Mai - 12:12 )
Ce n’est pas en Diego qu’il ne croit pas. Son ami est probablement l’une des personnes qui fera le plus de bien autour de lui. Il n’a pas tout laissé tomber pour trahir ses promesses, son Dieu, ni même pour salir des enfants. C’est en tout ce qu’il y a autour d’eux qui lui fait froid dans le dos. Qu’un homme ait pu céder à la tentation, effleurer la peau d’une âme innocente, c’est déjà une chose qu’il n’accepte pas, mais qu’on en vienne à le protéger, cacher un tel acte dans le seul but de préserver la réputation de l’Eglise, il a du mal à s’y faire. C’est son monde qui s’effondre, ses repères et de voir Diego ficher en l’air sa vie pour des gens égoïstes, qui pensent avant tout à ce que l’on pourrait en penser, ça devient soudainement inconcevable. Il le soutenait, le comprenait… Aujourd’hui, il ne comprend plus. Est-il d’ailleurs au courant ? Vu l’affaire personnelle et délicate que c’était, qui n’a jamais vu le jour dans les médias, il en doute. « Je ne remets pas en cause tes convictions… Je me suis raccroché à l’Eglise, aux textes durant des années. » La Foi, il l’avait, mais comment pourrait-il la garder, alors que la supériorité en haut laisse ses hommes agir comme bon leur semble ? « Avec tout le respect que j’ai pour toi, je commence à me demander si les rejoindre, tirer un trait sur les personnes qui t’aiment vraiment, pour… » Un arrêt. Demetrio baisse les yeux sur le banc en face du leur. Teobaldo lui a confié l’histoire et il ne souhaite pas s’y attarder, de donner les grandes lignes. C’est une grosse affaire, ça pourrait faire des dégâts… Et peut-être que finalement, ça ne devrait pas être tenu secret. Si la presse s’en emparait, il sent que les grosses têtes seraient bien mal à l’aise face à leur propre bêtise, que des langues se délieraient également… Mais ce n’est pas à lui de faire une telle chose. Il agirait sur un coup de tête, par colère, frustration, déception. « Pour une maison pas si honnête que ça. » Evidemment, il y a partout des personnes malhonnêtes. Le monde n’est pas rose. Le sien est noir, obscur, n’a aucun rayon de lumière. « Pourquoi donner sa vie pour des personnes qui font passer leur bien-être avant ceux des autres ? » Il a besoin de son aide, qu’il l’éclaire, même s’il sait que sa réponse sera insatisfaisante.


Demetrio & Magda
J'ai toujours vécu comme ça, gardant une distance confortable. Et jusqu’à maintenant, je me suis juré que je me satisferais d'un rien avec la solitude. Parce que rien de tout ça n'avait jamais valu de prendre le risque, mais...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Diego | Quand les doutes s'installent... ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Diego | Quand les doutes s'installent... -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre