Revenir en haut
Aller en bas


 

- Un moment face à son objectif - Enrik / Mike -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Michael ChapmanToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : spf
Faceclaim : Federico Cola
Messages : 130 - Points : 293

Âge : 35 ans
Métier : Assistant photographe
Sujet: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Sam 12 Mai 2018 - 17:28 )
Ses doigts vont plus vite que ses pensées et dérivent allégrement sur le clavier… Ils semblent savoir mieux que lui ce qu’il faut lui répondre, ce qu’il faut lui susurrer et lui faire imaginer. Ça en devient diabolique mais lui-même sourit en envoyant ce sexto osé. Un tout petit peu plus cru que les autres…. Un tout petit peu plus entreprenant.
Ce doit être la future séance de shooting qui le met dans cet état et le pousse à se montrer audacieux : non pas qu’il se soit montré sage avec cet inconnu jusque là, bien au contraire mais… Il avait tendance à pousser le jeu toujours un peu plus loin en ce moment, sorte de défi provocateur qui ne lassait pas de l’amuser. Il attendait ses mots avec impatience, mourait d’envie de savoir quel effet cela lui faisait de recevoir de tels sms… Il aurait voulu le connaître, juste un peu, pour imaginer son visage lisant ces quelques lignes. Se contenter de peu à défaut d’avoir plus.
Il se relit et range ensuite son téléphone : Enrik n’attendra pas. Lui non plus d’ailleurs. Comme toujours, il sentira son regard sur lui, et comme toujours, il ne bougera pas, s’offrant sans pudeur mais sans arrière-pensée… ou si peu. Quelques soupçons de folie restante, dû à ces sms. La frustration piquante de ne pas savoir ce qu’en pense l’autre, de se demander ce qu’il répondra, de ne pouvoir aller lire son portable pendant qu’Enrik le mitraillera avec son appareil. Retouchant encore et encore les poses, vérifiant la lumière, les angles, les zooms…. Toutes ces choses si absconses dans de tels moments pour lui qui reste là, souvent à moitié nu, attendant le bon vouloir de ce petit tyran à l’objectif frénétique.
Sentir son regard sur son corps exposé, c’était aussi enivrant que stupide, il en avait bien conscience. Mais c’était plus fort que lui : Enrik était intouchable, il y avait Alexander, leur amitié, un passé trop commun pour commencer à devenir ambigu et Mike en était parfaitement conscient. Mais c’était difficile de se rappeler de tout cela quand il était plongé dans l’instant, avec ce seul regard omniprésent comme compagnon. Difficile de se souvenir pourquoi exactement il n’avait pas le droit d’y succomber, de jouer avec et de se montrer un peu plus provocateur… Par jeu, par envie. Par désir.

Le téléphone est glissé dans son sac et il se dépêche de revenir vers Enrik qui déjà explorait l’endroit : levant les yeux, il apprécia le décor. Mine de rien, son ami avait un goût sûr et c’était rassurant de se dire que même si chaque séance se révélait un peu plus frustrante, elles en valaient toute la peine.

- C’est pour des photos de charme cette fois-ci ?

Il ne l’a même pas regardé en disant cela, les yeux accroché aux reflets lumineux qui s’étalaient sur l’eau d’une petite fontaine. Décidément, il y avait matière à rendre les clichés intéressants. Et l’endroit était intimiste, de l’ordre de ceux qu’Enrik avait le chic de débusquer dans Naples : il se demandait parfois comment il apprenait leur existence et arrivait à les obtenir pour lui le temps d’une séance photo.

- C’est pas trop mal…

Il évite l’exagération, encore dans la contemplation des lieux : l’engouement viendra plus tard, quand il verra les clichés. Quand le talent d’Enrik lui explosera les prunelles et le rendra encore un peu plus accroc à leur boulot. Quand il se découvrira tel qu’Enrik le voyait, aussi… Il avait encore du mal à croire parfois que c’était lui sur ces clichés, son corps qui s’exhibait avec autant de sensualité et d’impudeur. Du mal à se demander ce que son ami devait penser, lui qui aimait les corps masculins, quand il braquait son objectif sur le sien.

- Tu me dis où je me mets et on commence ?  
Revenir en haut Aller en bas
Enrik ZorziLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2683-enrik-un-coeur-ecorche-
ID : mary.
Faceclaim : michael fassbender (+) Stolen Paradise
Multi-comptes : owen ivaldi, isaiah stefano
Messages : 205 - Points : 521

Âge : 38 ans
Métier : Ancien pilote de formule 1. Il a connu une carrière fulgurante. La vitesse a été durant des années l’essence même de sa vie. Il vivait dans l’espoir de battre de nouveaux chronomètres, de surpasser les grands noms de l’époque. Il en a battu, qui ont été depuis des années battus à leur tour. Il était toujours dans les podiums, a même gagné un championnat lorsqu’il était au meilleur de sa forme. Carrière, qui s’est peu à peu éteinte face à la paranoïa de son mari. Il a arrêté pour calmer les crises de dépression de son amant. Il s’est depuis lors lancé dans la photographie de manière plus concrète. Il aime faire des photos de charme, révéler de manière artistique le corps de son mari, mais ne pouvant plus assouvir ce plaisir, il s’est tourné vers des femmes, des hommes, rien de sexuel, toujours pour la recherche d’une perfection, d’un esthétisme. Il s’est fait connaitre sous un pseudonyme, qu’il utilise toujours, pour préserver sa vie privée. En signant avec Vogue, il y a un mois, il a arrêté les photos de charme, vit toujours de photos artistiques en fonction de la demande. Il travaille parfois à son compte pour d’autres magazines, en fonction du projet, mais il continue en secret les photos de charme avec les modèles qui le désirent, qu’ils gardent pour eux.
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Sam 12 Mai 2018 - 22:43 )

L’endroit est excentré de la ville. Il s’agit d’un lieu qu’il a découvert au gré de ses promenades lorsqu’après une dispute, Enrik préfère s’aérer l’esprit en marchant. Il le retrouve en compagnie de son associé, Michael, cet acolyte qui l’accompagne dans sa carrière professionnelle depuis de nombreuses années, celui qu’il considère comme un frère, un confident, un membre de sa famille. Il n’en serait pas là où il en est sans son appui quotidien. Il est un bras droit dont il ne peut pas se passer et il ne compte pas s’en priver. Sa présence sur ce potentiel nouveau lieu de shooting n’est pas anodine. Michael est son modèle, celui qui accepte bien généreusement de poser et de se défeuiller pour qu’il puisse tester les idées qui se logent dans son esprit. Il n’y a aucune ambiguïté dans cet exercice. Du moins, il n’y en avait pas jusqu’à il y a quelques mois. Enrik essaye de passer au-dessus, de ne point se laisser happer par cette tension perceptible dans ces moments où il photographie les courbes appréciables de son ami. Michael a toujours été un bel homme, c’est un fait qu’il n’a jamais nié. Il est fort à parier qu’il pourrait se faire une carrière en tant que mannequin photo s’il le désirait tant il répond aux critères qu’on attend d’un modèle masculin, mais il ne l’avait jamais vu comme un objet de désir. Après tout, il était et reste profondément amoureux d’Alexander. C’est juste un effet nocif de cette frustration sexuelle qu’il éprouve au quotidien et qui vient titiller ses pulsions sans crier garde. Autant dire, qu’il serait mal avisé de se laisser tenter par ses pensées cupides. Il se sent déjà assez coupable de passer tant de temps sur cette application à envoyer des messages emplis de sous-entendus et de propos brûlants à des inconnus, alors céder à une tentation dans la vie réelle. Il est fort à parier qu’il ne se le pardonnerait pas. Il risquerait de perdre son époux. Pourtant, malgré ces dangers divers, il ne peut résister à la tentation de se connecter à cette application, savourer ses mots emplis d’images résolument excitantes. Elles lui permettent de s’échapper du quotidien, de laisser ses fantasmes prendre vie au moins dans son esprit. Le corps de certains hommes viennent parfois habiter ses rétines, effacent le temps d’une caresse intime le souvenir des courbes de son époux. Il ne peut pas s’en empêcher, se sent faible, mais ne peut résister à ce plaisir de charmer, de séduire, de faire jouir un autre corps que le sien. C’est le cas avec cet homme qui lui envoie un message. Le contenu du sexto est excitant. L’envie de lâcher la séance pour s’adonner à cet échange brûlant est terriblement tentante. Il en aurait été capable s’il s’était retrouvé seul, mais ce n’est pas le cas. Il tente de se concentrer sur son exercice, essaye d’effacer de son esprit les paroles osées de cet homme au corps qu’il juge beau, similaire à celui de son ami de longue date. Il remet son téléphone dans sa poche, sans y répondre, analyse l’endroit et l’espace pour identifier l’angle parfait pour faire des photos réussies en ce milieu d’après-midi. La voix de Michael l’extirpe de ses pensées. « Effectivement. Je veux m’assurer que le rendu pourra convenir aux attentes. Ils désirent des clichés remplis de sensualité et d’érotisme sans que cela ne soit trop vulgaire. Le cadre devrait pouvoir donner une ambiance qui saura leur plaire. » Il répond dans ce ton professionnel qui lui colle à la peau. Il revêt la peau de photographe, abandonne celle de l’ami pour éviter de songer à ces pensées qui l’assaillent. « Content qu’il te plaise. Il n’y a pas trop de passage dans ce coin, alors n’ai pas peur qu’on te voie nu. » Il taquine dans un petit sourire en venant lui donner une tape amicale contre l’épaule. « Enlève ton haut et ouvre ton pantalon, s’il te plait. » Il déclare naturellement, sans ressentir le moindre malaise sur l’instant. C’est des actions qu’il a l’habitude de lui demander, et ce, depuis des années. « Ensuite rapproche-toi de la fontaine contre le rocher. Je voudrai faire des essaies pour voir comment ça rend. Je pense qu’avec la lumière, cela fera de beaux clichés. » Il explique ce qu’il désire. Dans un premier temps, il veut que Michael agisse de manière naturelle, qu’il se détende, et puis après, il deviendra plus professionnel et fera de lui sa marionnette le temps de quelques clichés, dans des gestes déterminés et précis, comme toujours.


un coeur écorché par la folie, sombre dans l'oubli.
L'AVENIR NOUS TOURMENTE, LE PASSÉ NOUS RETIENT, C'EST POUR ÇA QUE LE PRÉSENT NOUS ÉCHAPPE
Revenir en haut Aller en bas
Michael ChapmanToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : spf
Faceclaim : Federico Cola
Messages : 130 - Points : 293

Âge : 35 ans
Métier : Assistant photographe
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Dim 13 Mai 2018 - 0:59 )
Sensualité et érotisme…. Pas de vulgarité. Un combo généralement gagnant, c’est là qu’Enrik révèle son plein potentiel : il a vraiment un don, l’œil pour voir les détails qui peaufinent l’image et la rendent magique. Bien souvent, Miek lui- même avait du mal à s’y reconnaître, troublé par ses propres allures et cette façon d’apparaître. Sous l’objectif d’Enrik, il se sentait beau. Sexy. Désirable.
Et la question, troublante, de savoir si c’était ainsi que son ami le voyait, revenait de plus en plus au fur et à mesure des séances.
Il avait si longtemps pensé que le roux était hétéro, et tout était parti en éclat quand il avait rencontré Alexander. Un homme à n’en pas douter, particulièrement beau : Michael était bisexuel et lui-même avait compris Enrik à l’instant même où il avait posé ses yeux sur son époux. Mais à l’époque, cela ne l’avait pas vraiment ébranlé : même encore aujourd’hui, Enrik était un ami, rien de plus. Et il s’interdisait à penser autre chose, conscient des failles et dangers que représenteraient de telles dérives.
Mais tout de même… Ne pensait-il qu’à l’image, au client ou au rendu lorsqu’il le photographiait ? Arrivait-il à faire abstraction de tout ?
Une chose était sûre, Mike y arrivait de moins en moins de son côté.

L’ordre est donné et il s’exécute : ses gestes sont habituels, machinaux. Il n’y réfléchit plus vraiment depuis le temps. Son dessus finit au sol et il baisse sa braguette, entrouvrant son pantalon. Il ne l’enlève pas de suite, il se contente de suivre les directives : juste l’ouvrir, ne rien dévoiler, ne pas tomber dans le vulgaire. Ce serait trop facile d’être entièrement nu.
Mais serait-ce plus érotique qu’en cet instant, offert et pourtant encore couvert ? Plus sensuel que de savoir qu’il avait dépassé les limites sans pour autant les avoir fait voler en éclat ? Il frôlait avec l’indécence, jouait avec le feu et c’était cela qui rendait si bien sur les photos d’Enrik, cette impression de s’être fait emporté sans pour autant avoir totalement débordé du cadre.
Il hausse les épaules et s’approche de la fontaine, s’obligeant à en regarder l’eau scintillante pour ne pas sentir tout de suite le poids du regard d’Enrik sur lui.

- Oh, ça ne me gênerait pas qu’on me voit nu tu sais… Si ça peut en rendre quelques-uns heureux….

Il relève son regard vers Enrik et lui décoche ce sourire polisson dont lui seul a le secret. Un sourire heureux, confiant. Son ami connaît ses travers : il sait même tout de lui ! Et bien que Mike reste discret là-dessus, il sait qu’Enrik a cessé de compter ses aventures d’un soir, ou de lui demander où il en était sentimentalement. 35 ans passés et encore l’âme de l’adolescent qui goûte à tout, touche à tous.
Se rapprochant enfin de la fontaine, il se penche pour y tremper la main : il sentait le doigt d’Enrik prêt à appuyer sur la détente, son attention déjà concentrée sur le shooting. Alors il se laisse aller, comme toujours : un bon début de shooting restait un début où le naturel s’imposait avec élégance. Sa main revient passer sur sa nuque, mouillant la peau hâlée et laissant quelques gouttes s’échapper sur ses épaules. Avec la chaleur actuelle, cela faisait un bien fou ! Il en profite pour masser rapidement la base de sa nuque, décontracter les muscles tendus avant de se relâcher pour se tourner enfin pleinement vers l’objectif.

- Si je me mets là, ça te va ?

Il se colle dos au rocher, relève une jambe. C’est instinctif, pas vraiment réfléchi : quand Enrik en aura besoin, il viendra apporter son propre grain à ses poses.
Ses bras se croisent, il ose enfin affronter le regard du photographe, caché derrière son appareil. Et s’offrir, pleinement. C’est légèrement piquant… C’est agréable tout en étant irritant. Etrangement, il repense au sms qu’il a envoyé. Un soupir lui échappe et ses bras se relâchent pour venir au-dessus de sa tête en un mouvement lascif. Le même qu’il pourrait avoir face à cet homme. Comme pour l’inviter à davantage d’indécence…
Ce n’est qu’Enrik qui le regarde. Uniquement lui.
Mais déjà, l’inconnu se profile derrière lui et c’est à lui que Mike s’offre.
Revenir en haut Aller en bas
Enrik ZorziLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2683-enrik-un-coeur-ecorche-
ID : mary.
Faceclaim : michael fassbender (+) Stolen Paradise
Multi-comptes : owen ivaldi, isaiah stefano
Messages : 205 - Points : 521

Âge : 38 ans
Métier : Ancien pilote de formule 1. Il a connu une carrière fulgurante. La vitesse a été durant des années l’essence même de sa vie. Il vivait dans l’espoir de battre de nouveaux chronomètres, de surpasser les grands noms de l’époque. Il en a battu, qui ont été depuis des années battus à leur tour. Il était toujours dans les podiums, a même gagné un championnat lorsqu’il était au meilleur de sa forme. Carrière, qui s’est peu à peu éteinte face à la paranoïa de son mari. Il a arrêté pour calmer les crises de dépression de son amant. Il s’est depuis lors lancé dans la photographie de manière plus concrète. Il aime faire des photos de charme, révéler de manière artistique le corps de son mari, mais ne pouvant plus assouvir ce plaisir, il s’est tourné vers des femmes, des hommes, rien de sexuel, toujours pour la recherche d’une perfection, d’un esthétisme. Il s’est fait connaitre sous un pseudonyme, qu’il utilise toujours, pour préserver sa vie privée. En signant avec Vogue, il y a un mois, il a arrêté les photos de charme, vit toujours de photos artistiques en fonction de la demande. Il travaille parfois à son compte pour d’autres magazines, en fonction du projet, mais il continue en secret les photos de charme avec les modèles qui le désirent, qu’ils gardent pour eux.
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Dim 13 Mai 2018 - 13:24 )

La chair légèrement enflammée par les propos brûlants de cet inconnu au corps désirable, Enrik s’efforce de s’échapper de cette tension pour se concentrer sur l’instant présent. Il essaye de chasser les images que cet homme méconnu à réveiller dans son esprit. La tentation est brûlante, elle taquine insidieusement ses pensées alors qu’il se trouve en compagnie de son acolyte depuis des années. Il reste secret sur ces impairs, même envers son ami. Sans doute parce qu’il se sent honteux d’en arriver à user d’une application de rencontres coquines pour pouvoir s’évader de cette vie morose, notamment au sein de son couple. Il ne peut pas nier le fait que le plan charnel de sa relation avec son époux lui manque, qu’elle crée un malaise profond au fond de ses tripes au point qu’il se sent contraint de séduire de parfaits étrangers pour se sentir exister en tant qu’homme. Ce malaise est tellement profond, que cette tension, cette frustration s’invite au sein de son travail. Il n’avait jamais regardé ses modèles comme des objets de fantasmes. Ils étaient des personnes dont il avait la charge de révéler la beauté, la sensualité et l’érotisme, mais il ne les voyait pas comme des objets de convoitises. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Il joue de cette tension pour s’enivrer. Il ne cherche pas à séduire, à convoiter ces modèles, mais il s’enivre de leur beauté, de leur sensualité et de leur érotisme. Ils ont un effet grisant sur sa chair, assez pour aviver ses désirs et l’inciter à se connecter à cette application pour poursuivre l’enivrement de ses sens avec ces hommes désireux de succomber à l’extase en solitaire, par le biais de paroles insidieuses. Indirectement, Enrik envie la liberté sexuelle de Michael. Il n’a pas à s’embarrasser de toutes ces pensées conventionnelles. Il profite de chaque occasion sans se prendre la tête, vivant ces expériences qui lui assurent une plénitude addictive. Parfois, il se dit qu’il serait plus simple pour lui de lâcher l’affaire, de faire comme Oskar, admettre son impuissance et s’efforcer d’avancer de son côté pour ne plus sentir ce poids lourd au sein de sa poitrine, mais cela lui semble impossible. Il ne peut pas laisser Alexander derrière lui, il a beau évoqué le fait qu’il faudrait qu’il le laisse s’échapper de ses doigts, mais cette pensée lui retourne les tripes avec violence. Il se sent incapable de le laisser filer aux bras d’un homme, autre que lui. Un sourire amusé se niche naturellement sur ses lèvres aux propos de son ami. « Surtout si elle est ou il est sexy. Tu aurais ta proie de la journée. » Il déclare avec une franchise espiègle. Il aimerait avoir cette liberté, mais est prisonnier de cet amour depuis bien trop d’années pour s’en défaire. Il l’invite à prendre place et Michael s’exécute en bon modèle. Il se rapproche de la fontaine et Enrik enfile son rôle de photographe pour se concentrer sur son objectif, les paramètres pour obtenir ces clichés qui feront sa renommée s’il obtient le résultat qu’il escompte. Michael découvre les lieux, s’active pour se mettre dans l’ambiance. Ces gestes sont lents, empreint déjà d’une certaine sensualité. Il sait déjà ce qu’il recherche, attend et sans attendre ces commandements, il agit de manière à lui fournir un résultat satisfaisant. Cette peau humide, ces fines gouttes qui s’écoulent sur sa peau halée se font capturer par son objectif. Il ne dit mot, actionne la prise de vue à chacun de ses mouvements. Il réajuste entre chaque prise, prend un nouveau cliché, vient observer le résultat temporaire sur l’écran de son appareil. « Parfait. C’est exactement là où je comptais te faire poser. » Il dégage son appareil de son regard. Il lui sourit de manière complice avant de reprendre son exercice et la tension monte d’un niveau. Il l’observe se donner à l’objectif. Son érotisme naturel se dégage. Son regard est pénétrant, son expression virile et soumise à la fois. Il ne peut nier que cela le trouble l’espace de quelques secondes. Il prend ses clichés, se déplace pour obtenir un meilleur angle de vue. Michael se fait plus tentateur, rend ses idées plus concrètes. Il semble comprendre ce qu’il désire et c’est un véritable plaisir de travailler avec lui. Un peu trop puisque l’envie d’être moins sage vient titiller ses reins. Cette chaleur liée au désir vient s’immiscer dans ses veines, surtout lorsqu’il l’observe de cette manière. Il ne dit mot, se contente juste de prendre photos après photos. Il se perd dans la beauté érotique de ce corps, vient relâcher son appareil pour se rapprocher de lui. Il cache cette attraction sous un masque impassible. « C’est parfait, mais on va essayer autre chose. » Il murmure en venant du bout des doigts tourner la visage de son ami sur le côté. Sa main glisse dans sa nuque un instant avant de retrouver l’humidité de l’eau de la fontaine. Il laisse une goutte d’eau se glisser dans le cou de son ami alors que sa main libre vient frôler la hanche de son ami. Il fait glisser le pantalon de son ami légèrement en dessous, laissant entrevoir une partie de son boxer. Il agrandit l’ouverture du jean, effleurant par inadvertance une partie de son aine. Il se concentre sur ses gestes, évite de penser à la tension sexuelle qu’il ressent au fond de ses tripes. « Cela devrait le faire. » Il souffle contre la peau de son ami dont il est très proche avant de s’éloigner. « Ne bouge pas. » Il recule, reprend son appareil en main et retrouve l’angle qu’il désire. Il prend une série de photos avant d’ajouter. « Regarde-moi, sans bouger la tête. Imagine que je suis celui que tu veux avoir dans ton lit, ce soir. » Il joue avec le feu, mais il le fait toujours, sauf qu’à cet instant, il ne résiste pas. Il veut le voir dégager toute son érotisme. « Tu auras droit de garder les photos et de les donner à qui tu veux pour le faire baver. » Il tente de plaisanter, avec complicité, comme pour éviter que cette tension soit trop palpable. Il doit avouer qu’au fond de lui, il savoure ces courbes bien différemment que par le passé et ça lui retourne les tripes, car il ne peut pas lutter contre cette réalité. Ses pulsions sont trop en manque pour être sages. Du moins, intérieurement. Il sait déjà que son inconnu sera celui qui recevra ses pensées lubriques qui s’activent à lui, face à ce corps, face à ce manque cruel de contacts charnels. Il ne peut rien faire contre. Cela s’imposera à lui.


un coeur écorché par la folie, sombre dans l'oubli.
L'AVENIR NOUS TOURMENTE, LE PASSÉ NOUS RETIENT, C'EST POUR ÇA QUE LE PRÉSENT NOUS ÉCHAPPE
Revenir en haut Aller en bas
Michael ChapmanToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : spf
Faceclaim : Federico Cola
Messages : 130 - Points : 293

Âge : 35 ans
Métier : Assistant photographe
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Dim 13 Mai 2018 - 16:42 )
L’instant était…. Parfait. Le souvenir de son inconnu le hantait encore, l’objectif d’Enrik ne le lâchait pas et se concentrait sur sa petite personne comme s’il était seul au monde, et le voilà qui plaisantait, qui retrouvait son sourire d’autrefois et s’autorisait une pause dans la morosité de son quotidien. C’était ce qui désespérait le plus Mike : voir son ami dégringoler la pente et ne pas réussir à l’aider comme il aurait dû le faire. Ne pas être capable d’apporter davantage de lumière dans sa vie, à défaut de lui trouver des solutions. Le voir de nouveau sourire, plaisanter, constituait autant de petits plaisirs dont l’ex-pilote raffolait.
Au moins, leur amitié n’avait pas eu à pâtir de la relation conjugale d’Enrik, et Mike savait qu’il trouvait un peu de repos auprès de lui. C’était sans doute à cause de cela qu’il essayait autant que faire se peut de se tenir tranquille et respectueux vis-à-vis d’Enrik, chassant les quelques rares pensées délictueuses qui parfois dansaient dans son cerveau.

Cela dit, en cet instant précis, alors qu’Enrik s’autorise à délaisser son appareil pour venir lui donner des ordres plus précis, et laisser glisser sa main sur lui, Mike ne peut s’empêcher de se demander si parfois, les mêmes pensées ne viennent pas le hanter lui aussi. C’est plus fort que lui, le masque impassible d’Enrik représente une sorte de mini-défi à lui tout seul, un challenge jeté au visage de Mike qu’il ne peut que relever. Il ne devrait vraiment pas, l’image d’Alexander devrait mettre un frein à ce petit jeu stupide, mais…. Alexander est loin. Son inconnu aux sextos enflammés est loin.
Enrik est là. A le regarder comme s’il n’éprouvait rien. Comme si son corps ne relevait aucun fantasme ou sensualité. Et ça le titille de voir s’il gardera ce visage impassible longtemps, s’il saura se contenter de ça… Ou si son œil de photographe finira par céder.
C’est bête comme jeu, mais c’est plus fort que lui. Surtout quand les doigts fins du photographe glissent sur sa nuque et jouent avec les détails qui semblent émoustiller son appareil…. Quand Enrik ose lui dire d’imaginer être face à celui qu’il veut dans son lit.
S’il savait…. S’il avait le moindre doute quant aux pensées qui l’habitent, il ne jouerait pas à ça. Mais ça relance son imagination et l’image de son inconnu se superpose à celle d’Enrik, violemment. Il se met à tout confondre, la tension sexuelle de l’instant lui fait perdre pied. Et il sourit à son ami, avec ce genre de sourire diabolique et enjôleur qu’il ne réserve qu’à ses amants d’un soir, ceux qu’il veut à tout prix capturer pour son palmarès. Un sourire qui sera capturé par l’appareil photo, encore une fois, mais qui est destiné uniquement au photographe.

- Parce que tu crois que j’ai besoin de photos, hum ?


C’est délicieusement provocateur et il continue son petit jeu, laisse sa main glisser sur son pantalon ouvert, se perd à l’intérieur… Par défi, pur défi. Son sourire s’agrandit avant de perdre de sa lumière pour devenir plus sombre, plus coquin. Il voudrait souffler ces quelques mots à son inconnu mais c’est à Enrik qui l’adresse. C’est Enrik qu’il s’emploie à séduire sur un coup de tête… Une impulsion stupide mais si délicieuse qu’il n’arrive pas à s’arrêter.

- Je sais que les photos, c’est ton domaine, mais sincèrement, tu me vois refiler ça à mes amants pour les convaincre de revenir ? Je préfère leur donner un peu plus de matière…

Son torse se soulève un bref instant, trop rapidement : sa main a touché un endroit sensible, malgré lui. Ses reins se creusent et il se surprend à regarder Enrik avec davantage d’intensité.
Non décidément, ce n’était pas sage du tout…. Sa main se retire, il joue trop avec le feu et il tente de se reprendre, perdant subitement un peu de cet éclat sauvage qui avait dansé au fond de ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Enrik ZorziLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2683-enrik-un-coeur-ecorche-
ID : mary.
Faceclaim : michael fassbender (+) Stolen Paradise
Multi-comptes : owen ivaldi, isaiah stefano
Messages : 205 - Points : 521

Âge : 38 ans
Métier : Ancien pilote de formule 1. Il a connu une carrière fulgurante. La vitesse a été durant des années l’essence même de sa vie. Il vivait dans l’espoir de battre de nouveaux chronomètres, de surpasser les grands noms de l’époque. Il en a battu, qui ont été depuis des années battus à leur tour. Il était toujours dans les podiums, a même gagné un championnat lorsqu’il était au meilleur de sa forme. Carrière, qui s’est peu à peu éteinte face à la paranoïa de son mari. Il a arrêté pour calmer les crises de dépression de son amant. Il s’est depuis lors lancé dans la photographie de manière plus concrète. Il aime faire des photos de charme, révéler de manière artistique le corps de son mari, mais ne pouvant plus assouvir ce plaisir, il s’est tourné vers des femmes, des hommes, rien de sexuel, toujours pour la recherche d’une perfection, d’un esthétisme. Il s’est fait connaitre sous un pseudonyme, qu’il utilise toujours, pour préserver sa vie privée. En signant avec Vogue, il y a un mois, il a arrêté les photos de charme, vit toujours de photos artistiques en fonction de la demande. Il travaille parfois à son compte pour d’autres magazines, en fonction du projet, mais il continue en secret les photos de charme avec les modèles qui le désirent, qu’ils gardent pour eux.
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Dim 13 Mai 2018 - 22:41 )

La séance de shooting prend une tournure inattendue. Du moins d’une manière détournée, imperceptible sans doute du point de vue de son ami. Il essaye de camoufler sa fébrilité, l’éveil d’une tension sexuelle que sa frustration provoque de manière insidieuse. Il n’en est pas fier, mais il a du mal à résister à la tentation. Il désire s’enivrer de l’érotisme que dégage son ami aux formes attrayantes. Il veut faire exploser sa sensualité, se nourrir de cette découverte pour satisfaire des pulsions incontrôlables, mais qu’il contient grâce à une raison qui tient bon face à sa passion naturelle pour le plaisir charnel. Son cœur accompagne le combat mené par son esprit en lui rappelant à chaque instant que tout impair de sa part pourrait lui faire perdre l’homme de sa vie. Et cette pensée suffit à lui donner la force pour canaliser toute cette tension sans pour autant y résister totalement. Il joue avec le feu à chaque shooting qu’il réalise. Il met en image ces fantasmes qui se forgent dans son esprit et se délecte de la vision de ces corps qui se donnent à son objectif. Et ce, encore plus lorsque le modèle est de sexe masculin. Il adopte une posture professionnelle, mais l’expression de son talent par ces clichés qui figent ces moments d’extrême sensualité, prouve surtout qu’il prend un plaisir résolument certain à les immortaliser. Si avec Michael, ces séances d’entrainements étaient essentiellement techniques, ils prennent un chemin différent. Il le photographie comme il le ferait avec le véritable modèle. Il use de son autorité pour profiter de sa beauté enjôleuse et espiègle, un peu similaire à celle qu’avait Alexander au début de sa rencontre. Son érotisme se superpose également aux charmes de ce bel inconnu qui lui fait miroiter de savoureuses visions et sensations par ses mots crus et coquins. Il cherche à lutter, mais son instinct le pousse vers une voie dangereuse. Il cherche à obtenir bien plus que des photos essaies. Il sent qu’il désire qu’il se donne à son objectif, comme il ressent l’envie qu’il se donne à lui et c’est terriblement troublant. Alors, il cherche à plaisanter, à laisser cette complicité détendre cette tension palpable. Du moins à ses yeux, tout en priant que son ami n’est observé aucun changement dans son comportement. Il se sentirait trop mortifié par l’idée qu’il puisse comprendre à quel point il se perd dans ses désirs inassouvis, qu’il réalise ses fantasmes en usant d’hommes et des femmes, de lui, pour éveiller ses sens qu’il consomme par la suite en faisant rêver d’autres hommes, qui lui donnent une satisfaction jamais totale, le condamnant à errer sans se sentir pleinement bien. Seulement, le comportement de Michael le perturbe. Il le taquine, il le pense, mais prend ses paroles comme un défi. Du moins, c’est ce qu’il perçoit dans ce sourire enjôleur, dans ses paroles emplies d’arrogance tout comme dans son action. Le regard rivé dans son objectif, il capture ces moments où se révèle l’érotisme sauvage de son acolyte. Il le regarde avec attention, se laisse envoûter par ce regard empli de convoitise et sa manière de se donner à lui. Il ressent une décharge électrique envahir ses reins lors qu’il voit le corps de Michael se courber dans un geste incroyablement érotique. Il l’immortalise avec son appareil, ne peut s’empêcher de ressentir l’excitation titiller le creux de ses reins. Il se sent pris au piège, mais ne le montre pas. Il prend d’autres clichés lors que la main de son ami se fait plus sage. Le regard sauvage et cupide de son ami s’assagit tandis qu’il reste silencieux. « Tu devrais penser à te reconvertir dans le mannequinat, surtout de photos de charmes. Tu ferais fureur. » Il finit simplement par déclarer après avoir inspiré profondément en éloigner l’objectif de son regard. « C’est parfait, merci Michael. » Il déclare en venant ouvrir la galerie de son appareil photo. « Je pense que cet endroit sera parfait pour l’esprit recherché, surtout si le modèle joue le jeu autant que toi. » Il se rapproche de son ami en agissant comme si rien d’étrange ne s’était produit, comme s’il n’avait pas ressenti durant l’instant de quelques secondes, l’envie impressive de se coller contre ses reins et de s’emparer de son corps. Enrik garde son masque imperturbable, bien professionnel, bien qu’il est fort à parier qu’une fois seul, il utilisera ces visions qui ont imprégnés son esprit pour satisfaire cette excitation discrète qui à enflammer son bassin dans un échange langoureux avec cet homme qui attend une réponse de sa part. En attendant, il se contente de lui montrer l’appareil pour qu’il regarde les clichés, lui donne son point de vue alors qu’il s’éloigne pour attraper son sac et en extirper une cigarette qu’il enflamme immédiatement. Un moyen de s’éloigner de lui pour masquer l’agitation érotique qui l’a gagné en quelques secondes tout simplement.  


un coeur écorché par la folie, sombre dans l'oubli.
L'AVENIR NOUS TOURMENTE, LE PASSÉ NOUS RETIENT, C'EST POUR ÇA QUE LE PRÉSENT NOUS ÉCHAPPE
Revenir en haut Aller en bas
Michael ChapmanToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : spf
Faceclaim : Federico Cola
Messages : 130 - Points : 293

Âge : 35 ans
Métier : Assistant photographe
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Mar 15 Mai 2018 - 18:14 )
Se reconvertir dans le mannequinat aurait été une très bonne idée.
Autrefois. Quand l’idée de son corps mutilé lui était tellement insupportable qu’il aurait voulu qu’on le voit différemment. Qu’on mélange sa sensualité à cette jambe brisée, ce membre devenu inutile puisqu’incapable d’appuyer sur une pédale d’accélérateur suffisamment fort. Cela aurait peut-être été une thérapie de choc, mais elle n’aurait jamais été aussi bienvenue qu’à cette époque.
Mais désormais, son monde tournait sur un autre axe : il y avait Enrik, les photos, la boîte, l’Italie, sa vie de chat de gouttière qui lui convenait à merveille… L’idée que d’autres voient son corps nu et abusent de cette vision pour des choses malsaines le mettait mal à l’aise. Qui savait ce qu’ils verraient, eux, sur ces pellicules, que lui ne voyait pas ? Tout ce qui lui importait – surtout en cet instant – c’était ce qu’Enrik voyait. Pensait. Ressentait. Etait-il aussi impassible qu’il le montrait, ou avait-il lui aussi ces sursauts brutaux dans le cœur qui le rendaient tout chose, et frustré ?
Mike aurait détesté être vu par ces étrangers avec la même indifférence qu’affichait ostensiblement Enrik. Depuis quand son regard comptait-il autant ? Depuis quand avait-il commencé à prendre goût à ces séances de shooting pour laisser son imagination fertile vagabonder librement ?
Il n’était pourtant pas frustré, il savait où se rendre pour calmer ses ardeurs alors…. Pourquoi lui ? Et pourquoi maintenant ?

Le temps de reprendre ses esprits et déjà, Enrik lui tend l’appareil afin de lui montrer les résultats de son travail. De leur travail, même si parfois, Mike se demandait s’il ne faisait pas uniquement que jouer ici… En tout cas, en un coup d’œil rapide, il doit admettre que le roux avait un talent hors norme : il en vient presque à sourire, et lâche un petit rire perplexe devant une photo tellement suggestive qu’il se demande s’il s’agissait bien de lui. Où était l’homme cloué au lit d’hôpital, abîmé de partout, qui avait l’impression que son corps pesait dix tonnes… ? Et cet inconnu qui enflammait l’appareil et dardait un regard sombre vers le photographe, était-ce réellement lui ?
Il en secoue la tête, refusant d’y croire.

- C’est moi ça ?


Il revoit le lit d’hôpital. Il entend même les médecins lui dire qu’il y aura peu de chances qu’il remarche… Et pourtant, là, sous ses yeux, la preuve évidente que son corps a traversé toutes ces épreuves s’affiche ostensiblement, faisant un pied de nez à tous ces praticiens.
Il se racle soudain la gorge, pris en flagrant délit d’auto-admiration et éteint l’appareil, venant le rendre à son ami dans un geste un peu brusque.

- C’est vraiment bon. Tu es doué. C’é…. C’était quoi l’esprit recherché ?


Tentation devant une fontaine ? « Prends-moi là maintenant et sans attendre » ?
Lui-même avait reconnu ce regard sur les photos, avait compris qu’il avait franchi les limites…
En présence d’Enrik.
Leurs doigts se frôlent quand il lui rend l’appareil, il sent la chaleur de sa peau un court instant et relève brutalement les yeux, toujours torse nu devant lui :

- Si je devais vraiment me reconvertir, j’voudrais pas d’autre photographe que toi. Du coup… Ca reviendrait au même qu’aujourd’hui.

Léger sourire, petit clin d'oeil. Dernier recours à cette tension qui s'estompe doucement et il se recule, remontant son pantalon et sa braguette avec nonchalance. Essayant de chasser cette folie de son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Enrik ZorziLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2683-enrik-un-coeur-ecorche-
ID : mary.
Faceclaim : michael fassbender (+) Stolen Paradise
Multi-comptes : owen ivaldi, isaiah stefano
Messages : 205 - Points : 521

Âge : 38 ans
Métier : Ancien pilote de formule 1. Il a connu une carrière fulgurante. La vitesse a été durant des années l’essence même de sa vie. Il vivait dans l’espoir de battre de nouveaux chronomètres, de surpasser les grands noms de l’époque. Il en a battu, qui ont été depuis des années battus à leur tour. Il était toujours dans les podiums, a même gagné un championnat lorsqu’il était au meilleur de sa forme. Carrière, qui s’est peu à peu éteinte face à la paranoïa de son mari. Il a arrêté pour calmer les crises de dépression de son amant. Il s’est depuis lors lancé dans la photographie de manière plus concrète. Il aime faire des photos de charme, révéler de manière artistique le corps de son mari, mais ne pouvant plus assouvir ce plaisir, il s’est tourné vers des femmes, des hommes, rien de sexuel, toujours pour la recherche d’une perfection, d’un esthétisme. Il s’est fait connaitre sous un pseudonyme, qu’il utilise toujours, pour préserver sa vie privée. En signant avec Vogue, il y a un mois, il a arrêté les photos de charme, vit toujours de photos artistiques en fonction de la demande. Il travaille parfois à son compte pour d’autres magazines, en fonction du projet, mais il continue en secret les photos de charme avec les modèles qui le désirent, qu’ils gardent pour eux.
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Mar 15 Mai 2018 - 21:38 )

La séance photo prend fin aussi vite qu’elle a commencé. Il avait d’autres prises à faire, d’autres perspectives à envisager pour pleinement exploiter l’endroit, mais il a choisi d’opter pour la carte de la prudence. Du moins, c’est sa raison qui l’a incité à agir de la sorte, car il prend conscience du danger que ce petit jeu malsain ait eu sur ses pulsions. L’érotisme dégagé par son acolyte était trop tentant, trop excitant et a éveillé une envie impressive de succomber à son appel. Cette réalité le désarme, bien qu’il le masque avec cette nonchalance habituelle. L’excitation est pourtant là, tapie dans le creux de ses reins et au fond de ses rétines. Il fuit le contact, tout rapprochement en simulant l’envie de fumer. Il s’empare d’une cigarette qu’il consume pour tenter de faire décroître cette fougue qui s’est emparée de lui en l’espace de quelques secondes. Il reste légèrement à l’égard, l’observe contempler les clichés qu’il a pris. En temps normal, il se serait rapproché de lui, aurait détaillé chaque cliché, aurait cherché la moindre petite bête, car Enrik est systématiquement à la recherche d’une perfection. Seulement, à cet instant, il craint d’observer ces clichés, de plonger de nouveau dans ce bref moment où il a eu la sensation d’être un homme que Michael cherchait à séduire, à faire succomber à ses désirs pour qu’il s’accapare de son corps. L’idée rend son agitation plus conséquente, en silence, sous ses traits impassibles. Le rire nerveux de son ami attire son attention. Il voit à son expression qu’il se découvre sous un angle nouveau, différent des autres clichés qu’ils ont pu prendre par le passé. Cela le pousse à amorcer un mouvement vers lui, à se rapprocher et se concentrer sur le cliché en question. Et la chaleur envahit de nouveau le creux de ses reins. Il observe la photographie de l’instant où il a ressenti celle pulsion prendre possession de lui. Il la sent de nouveau envahir son bassin alors il détourne le regard et récupère l’appareil. Leurs doigts se frôlent subtilement et il évite de songer à l’envie qui demeure de s’emparer de cette peau malgré lui. « Merci. La tentation gourmande. » Il souffle simplement, sans sourire, légèrement désorienté par toutes ces sensations. Une réalité qui s’accentue à la suite de ses propos, de ce sourire et ce clin d’œil. Son regard se fait pénétrant, plus sombre dans le regard de son ami. Il reste silencieux quelques secondes avant de sourire à son tour en venant reprendre contenance et ses esprits. « Quel honneur ! Dois-je comprendre que tu adores poser pour moi ? » Il lance dans un ton qui se veut désinvolte alors qu’il vient ramasser son sac. « Cela peut être une piste de réflexion si jamais on est à court de contrat prochainement. On vent tes clichés au plus offrants. Je suis sûr qu’on les vendrait rapidement et tout le monde pourrait voir quel gros coquin tu es. » Il le taquine en usant d’une malice naturelle. Il balaye par la même occasion l’effet électrisant que cette séance a eu sur ses désirs. Il tente de détruire cette tension palpable. Il attrape le T-shirt de son ami et lui lance. « Si jamais le modèle fait pas l’affaire, je saurai qui sacrifier pour le projet. » Il conclut en souriant simplement, prêt à revenir sur leur pas et rejoindre leur studio. Ce qui est résolument étrange de sa part, lui qui est si pointilleux, mais il ne peut s’empêcher de fuir le danger. Il sent que cela risquerait de déraper, sans qu’il ne le veuille vraiment.


un coeur écorché par la folie, sombre dans l'oubli.
L'AVENIR NOUS TOURMENTE, LE PASSÉ NOUS RETIENT, C'EST POUR ÇA QUE LE PRÉSENT NOUS ÉCHAPPE
Revenir en haut Aller en bas
Michael ChapmanToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : spf
Faceclaim : Federico Cola
Messages : 130 - Points : 293

Âge : 35 ans
Métier : Assistant photographe
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Mer 16 Mai 2018 - 21:30 )
Enrik interprétait tout, mais pas forcément dans le bon sens. C’était cela qui amusait également Mike, cette impression parfois d’être le seul à comprendre ses propres blagues – ou ses propres secrets. Il ne poserait jamais, pas pour ça, pas ainsi. Pas dans un but aussi simple et basique que de vendre des clichés de son corps exposé comme un morceau de viande à quelques pervers en mal d’imagination.
Non pas qu’il se compare à un morceau de viande, il avait vu le charme qu’il possédait et la façon dont il enflammait une seule photo d’un regard – et d’un geste sibyllin – bien tourné. Mais il avait connu le goût d’être ‘remplaçable’ et il n’était pas sûr de vouloir y goûter de nouveau dans sa vie professionnelle. De n’être qu’un nom qu’on pouvait permuter à loisir, pourvu que quelqu’un de plus jeune et plus sexy apparaisse dans le décor. Il avait connu cette impression d’être unique et voulait la revivre, encore une fois, une toute petite fois…. Même si avec le temps, ce souhait devenait de moins en moins tangible.
La carrière de mannequin n’était pas faite pour lui.
Mais pour Enrik, il était prêt à poser, encore et encore, jusqu’à voir ne serait-ce qu’un soupçon de réaction sur son visage. L’impression fugace dans son regard qu’il n’était pas aussi insensible qu’il le faisait croire. Cela relevait presque du fantasme – en passe de devenir obsessionnel plus les semaines passaient.

Ses paroles sur les possibilités de vendre leurs clichés ne lui arrachent qu’un haussement d’épaule :

- Tout le monde sait déjà quel coquin je suis…


Du moins, une grande partie. Il ne s’en cachait pas, que ce soit en boîte ou dans les bars, voire même dans la rue : il exhibait sa volonté de vivre son plaisir sans aucune gêne. C’était sans doute ce qui attiraient autant de proies dans ses filets d’ailleurs.
Il attrape machinalement le t-shirt lancé avant de se tourner vers l’endroit : d’habitude Enrik prenait son temps, faisait plusieurs scènes, demandait plusieurs poses… Il fronce les sourcils, un peu ébloui par le soleil, et met sa main en visière pour mieux apprécier le décor.

- Pourquoi tu t’arrêtes là ? Je sais pas, mais si le thème est tentation gourmande, il y a matière à faire par ici ! Oh !

Son esprit fulmine, il sent venir l’inspiration ! Il ne regarde même plus Enrik, partant déjà dans ce qu’il voit, ailleurs, dans son esprit, sur les futures photos…

- La crème chantilly, c’est trop banal. Oublie ça. La banane qu’on gobe aussi, c’est démodé. C’est même vulgaire !

Il lève un index pour souligner ses propos, toujours absorbé par la contemplation des lieux : il cogite, il travaille. Créatif. Soudain inspiré. C’est un thème nouveau mais au combien usité !
Son t-shirt toujours en main, il le roule en boule et se tourne alors vers Enrik, ignorant l’ami, ignorant le fantasme sur pattes et ne voyant plus que le photographe.

- Imagine une grenade. Une pêche. Un fruit à jus, tu vois, une orange même ! Le modèle mord dedans…

Il lève la tête, simule le fruit avec son t-shirt et penche son visage en arrière :

- Et tu vois quelques gouttes du jus qui perlent sur sa peau…. Qui dévalent…

Ses doigts glissent sur son cou, aériens… Viennent sur son torse. Et il regarde Enrik. Pas par provocation mais uniquement pour suggérer l’image que lui-même voit dans son esprit et qui semble tellement appétissante. Ignorant totalement sa propre image qu’il renvoie, sensuelle et presque torride à se caresser pour mimer le jus coulant sur lui.
Il sursaute soudain, emporté par son idée :

- Attends, tu verras mieux si j’utilise l’eau de la fontaine !


Et il s’approche du bassin, tendant la main pour s’exécuter.
Revenir en haut Aller en bas
Enrik ZorziLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2683-enrik-un-coeur-ecorche-
ID : mary.
Faceclaim : michael fassbender (+) Stolen Paradise
Multi-comptes : owen ivaldi, isaiah stefano
Messages : 205 - Points : 521

Âge : 38 ans
Métier : Ancien pilote de formule 1. Il a connu une carrière fulgurante. La vitesse a été durant des années l’essence même de sa vie. Il vivait dans l’espoir de battre de nouveaux chronomètres, de surpasser les grands noms de l’époque. Il en a battu, qui ont été depuis des années battus à leur tour. Il était toujours dans les podiums, a même gagné un championnat lorsqu’il était au meilleur de sa forme. Carrière, qui s’est peu à peu éteinte face à la paranoïa de son mari. Il a arrêté pour calmer les crises de dépression de son amant. Il s’est depuis lors lancé dans la photographie de manière plus concrète. Il aime faire des photos de charme, révéler de manière artistique le corps de son mari, mais ne pouvant plus assouvir ce plaisir, il s’est tourné vers des femmes, des hommes, rien de sexuel, toujours pour la recherche d’une perfection, d’un esthétisme. Il s’est fait connaitre sous un pseudonyme, qu’il utilise toujours, pour préserver sa vie privée. En signant avec Vogue, il y a un mois, il a arrêté les photos de charme, vit toujours de photos artistiques en fonction de la demande. Il travaille parfois à son compte pour d’autres magazines, en fonction du projet, mais il continue en secret les photos de charme avec les modèles qui le désirent, qu’ils gardent pour eux.
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le Lun 21 Mai 2018 - 12:56 )

Il cherche à fuir cette ambition saugrenue qui lui dévore les reins. Il n’a aucune intention de se laisser tenter par des pulsions qui viennent le prendre en traitre. La frustration subie au quotidien ne fait qu’accroitre la présence de ces pensées impropres. Si en temps normal, il tolère les ressentir lors des shootings derrière son appareil photo à la recherche d’une perfection, qui alimentera ses fantasmes une fois seul, il lui semble impossible de le faire face à son ami. Michael est son bras droit, son acolyte, ce soutien inébranlable, qui lui permet de garder les idées claires et de ne pas sombrer dans la tourmente profonde à cause de ce qu’il vit au quotidien aux côtés de son mari. Ressentir de tels désirs pour lui est incompréhensible et dangereux, car il ne peut pas se laisser aller à de tels desseins avec lui. Cela lui est interdit sous peine de manquer à cette promesse qu’il s’est faite, sans parler du fait de mettre à mal leur amitié solide. La honte également l’empêche de se laisser tenter, de mettre en évidence cette fébrilité qui le consume. La fierté, l’envie d’être considéré comme un homme solide et intègre l’incite à prendre la distance, à ne pas se laisser damner par une vision aussi sensuelle qu’érotique. Michael avive sa passion pour l’art érotique, d’une manière bien différente qu’Alexander à une époque et d’un genre bien plus particulier que ces centaines d’anciens modèles. Il a quelque chose d’incroyablement sauvage, indomptable et il trouve cela merveilleux à figer à travers son objectif et de jeux de lumière. Enrik considère ses clichés avec Michael comme les plus significatifs d’une perfection qui pourrait être considérée comme de l’art. Les clichés sont soigneusement conservés dans ses disques durs, empreints de cette aisance qu’ils ont d’être sur la même longueur d’onde. Michael lui donne toujours ce qu’il attend de la photo. Il a juste à exprimer le thème pour que leur imagination fusionne et permette de magnifiques clichés. Ce qui est résolument le cas à cet instant. Tandis qu’il s’apprête à amorcer le mouvement de départ, Michael en décide autrement. Animé par l’inspiration, Michael s’exécute, retrouve le mur près de la fontaine au milieu du feuillage pour exprimer les images qui se logent dans son esprit. Enrik l’observe, intrigué, sa curiosité piquée à vif, alors il se rapproche de nouveau, repose son sac et reprend en main son appareil photo. Il le laisse mettre en images ce qu’il a dans son esprit. Ce qu’il évoque va parfaitement dans le thème, rajoute un élément érotique non négligeable. Il le regarde faire, suit ces doigts qui viennent frôler sa peau dans des gestes emplies d’un érotisme certain. Le regard d’Enrik se fait plus sombre, plus pénétrant, sans qu’il en prenne réellement conscience. L’envie de voir du jus glisser sur sa peau titille le creux de ses reins, rend sa respiration plus lourde, alors qu’il ressent l’envie de venir laper ce fameux jus hanter ses pensées. Une volonté qui se fait plus forte lorsque son ami décide d’utiliser l’eau de la fontaine pour mettre plus en évidence ce qu’il a en tête. Enrik sait pertinemment que c’est une action dangereuse pour lui, mais il ne l’arrête pas, demeure silencieux, place l’objectif dans son champ de vision pour immortaliser cette action. Il ne dit mot, laisse Michael être pleinement maitre de la situation. Il l’observe à travers son objectif, prend plusieurs clichés à la suite en bougeant pour modifier les angles de prise de vue tandis que ce feu, révélateur du désir, vient brûler le creux de ses reins, peu à peu, tandis que l’érotisme dégagé par le corps de son ami devient trop intense pour rester de marbre. Il se sent bander, sa virilité venant doucement bomber le tissu de son pantalon, mais il est trop plongé dans l’exécution de son art, qui dépasse même cette pulsion violente de lâcher son appareil photo pour venir rattraper ces gouttes d’eau qui s’enfuie au sein de ce jean ouvert de sa langue, de sa bouche, même si l’envie enflamme son bassin, mais il n’en laisse rien paraître. Il savoure juste cette sensation, sans désir de la rendre plus insidieuse, espérant que Michael n’apercevra rien de ce qu’il provoque au creux de ses reins. Cela serait fort gênant. « D’autres idées en tête ? » Il finit par questionner en venant plonger son regard sombre dans celui de son ami, prêt à poursuivre la séance photo pour peu qu’il laisse son imagination se révéler et qu’il puisse la capturer. « Je vote pour la pêche. Comme fruit pour identifier la gourmandise. » Il déclare simplement, car il prend conscience qu’il est resté silencieux depuis le début de son monologue, mais également pour faire diversion et qu’il n’aperçoit pas tout le reste.


un coeur écorché par la folie, sombre dans l'oubli.
L'AVENIR NOUS TOURMENTE, LE PASSÉ NOUS RETIENT, C'EST POUR ÇA QUE LE PRÉSENT NOUS ÉCHAPPE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Un moment face à son objectif - Enrik / Mike ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Un moment face à son objectif - Enrik / Mike -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre