Revenir en haut
Aller en bas


 

- Sur quelques accords endiablés, perdons la tête - rp libre -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Michael ChapmanToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : spf
Faceclaim : Federico Cola
Messages : 120 - Points : 254

Âge : 35 ans
Métier : Assistant photographe
Sujet: Sur quelques accords endiablés, perdons la tête - rp libre ( le Ven 18 Mai - 23:33 )
Il dansait à en perdre la tête, emporté depuis des heures par le rythme des instruments. Cave retirée des rues principales, atmosphère intimiste et le son des guitares qui s’envolaient, celui des percussions qui faisaient battre le cœur plus vite : il y avait quelque chose de magique ici, quelque chose de sensationnel qui le faisait chavirer. Tout s’oubliait, rien ne restait : il n’était plus qu’un corps en mouvement qui avait fait disparaître vie, soucis et passé. Plus de jambe douloureuse, plus de retrait de la scène publique et de fantasme sur patte qui lui menait la vie dure.
Juste lui, la musique assourdissante et des dizaines de corps qui se pressaient contre le sien, le bousculaient parfois, savouraient le même rythme endiablé. L’adresse était connue des plus fêtards, de ceux qui avaient le besoin frénétique de bouger toute la nuit afin de fuir la même rengaine du quotidien, et qui s’évadaient entre ces murs oubliés. Ici, tout reprenait vie grâce à la musique : si les corps transpiraient, les âmes s’envolaient et plus rien ne comptait.
Cela faisait des heures qu’il était là. Une à discuter avec un ami qui avait fini par partir, et deux autres à danser corps et âme perdus, savourant chaque note avec un sourire de plus en plus grivois.
On jouait de tout ici, mais surtout des rythmes latinos : salsa, mambo, bossa nova, electro swing et même parfois quelques jazz manouche, perdus parmi des morceaux plus techno ou pop. De tout pour ravir ceux qui aimaient se déhancher et se laisser emporter par une petite folie passagère.

Habillé simplement, chemise blanche à demi ouverte et jean, il évoluait sans peine parmi les danseurs : confrontation de solitudes au même tempo. Jusqu’à ce que son corps vienne frôler le sien et qu’il glisse la main autour de sa taille, l’emportant avec lui. Danser seul était enivrant, danser à deux était exaltant. Peu importait de qui il s’agissait pourvu que la même fièvre l’habite, pourvu que cela les mène au bout de la nuit !
Revenir en haut Aller en bas
Fulvia Di Renzo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3300-i-know-we-were-on-average-full http://www.ciao-vecchio.com/t3392-fulvia-happy-hours
ID : Piccolchou
Faceclaim : Lyubov Novikova.
Messages : 80 - Points : 136

Âge : 32 ans
Métier : Editorialiste dans une revue culturelle à Naples et alentours
Sujet: Re: Sur quelques accords endiablés, perdons la tête - rp libre ( le Sam 19 Mai - 19:33 )
Cette ambiance, la première fois qu'elle s'y était perdue, ça lui avait rappelé l'Espagne. En différent, ni en mieux ni en moins bien, avec des accords et des voix plus typiques de là-bas. Elle ne se souvenait de rien de pareil qui aurait pu marquer sa jeunesse en avant plan des décors alpins. Naples ne pouvait pas se comparer à la Lombardie, c'était un cadre et une atmosphère totalement autres qui devait se contempler à sa manière, autant que le lac de Come ne trouvait pas d'égal dans cette partie centrale du l'Italie.
Elle appréciait cette ferveur populaire à célébrer le coucher du jour de manière aussi disciplinée et sage sans toutefois perdre de la féerie de ces moments. Ils étaient nombreux encore une fois, qu'elle savait pertinemment que d'y aller avec un appareil photo et un calepin aurait été trop ambitieux. Son crayon aurait fini broyé entre deux diables qui se seraient emparé de corps humains pour les écraser les uns sur les autres. Et comme elle appréciait sonder la température au milieu du foyer, elle s'engageait toujours prudemment pour ne pas déranger ces fanatiques envoûtés par les sons que les instruments dégageaient au coeur des ruelles étroites où l'acoustique par écho pouvait s'apprécier sans devoir entrer dans les bâtisses. Elle avançait pas après pas et jetais des regards partout où elle le pouvait, pour capturer un maximum de clichés rien que par la vue. Elle s'en servirait pour écrire peut-être deux lignes, peut-êtres six dans la prochaine revue. Il n'était pas improbable non plus qu'elle n'en écrirait rien, beaucoup de paramètres rentrant en compte. Mais au moins les sensations en plein milieu de ce véritable volcan.
Elle mit trois minutes complètes pour le traverser, et entreprit de le retraverser à peu près à l'identique, la largeur de la piste improvisée ne lui offrant que peu d'alternatives sur le chemin à prendre. La chaleur qui avait manqué à cette journée de mai s'était concentrée dans ce lieu et chaque contact de l'épaule ou des jambes amplifiait la grimpette du mercure. Elle ne distinguait pas encore les derniers mètres de son trajet retour qu'elle fut happée comme sur un bateau malmené par la mer déchaînée, le point de gravité la tirant dans une direction contraire.
Rien qu'un gloussement lui échappa avant qu'elle ne serre son sac à main par peur d'être dérobée. Il ne l'avait pas emportée bien loin, la conservant de bras roulés autour de sa taille. Elle cherchait à sentir s'il empestait l'alcool mais ce n'était pas le cas. Il ne refoulait pas d'odeur d'herbe non plus. A le percevoir plutôt clean, uniquement mais totalement sous l'influence de la musique, elle ne le repoussa pas et lui accorda cet interlude pour commencer à bouger avec hésitation. Elle n'avait pas pour coutume de souvent danser, mais cela ne faisait rien car lui semblait gérer la conduite pour deux. Et elle le laissa la guider. Le regarda. Elle songeait qu'elle écrirait finalement quelques lignes grâce à Ended with the Night de Caravan Palace. Mais elle lui autoriserait que cette chanson et pas deux, car Flavia n'était pas encore couchée lorsqu'elle avait quitté leur appartement et qu'il y avait école le lendemain !
Il lui avait pris la main pour valser et la musique bascula précipitamment sur du Got that swing au moment où lui avait élevé leurs poignets dans les airs.

Revenir en haut Aller en bas
Michael ChapmanToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : spf
Faceclaim : Federico Cola
Messages : 120 - Points : 254

Âge : 35 ans
Métier : Assistant photographe
Sujet: Re: Sur quelques accords endiablés, perdons la tête - rp libre ( le Sam 26 Mai - 16:03 )
Elle était un peu hésitante mais son gloussement amusé le décida à l’entraîner plus loin, à la voir se libérer pour entrer totalement dans la danse. Elle était plutôt petite contre lui mais tout à fait à son goût, de l’ordre de la petite souris qui pouvait se révéler véritable tigresse une fois lancée : une femme telle qu’il les appréciait quand elles savaient s’émanciper de leurs chaînes invisibles, et ce soir, il ne rêvait que de liberté et de folie.
Sa jambe ne lui faisait pas mal, il se sentait pousser des ailes et il avait besoin de tout oublier dans la musique et le rythme, de faire comme si sa vie se résumait au balancement de ses hanches et du sourire de sa partenaire. Il avait adoré son gloussement, il en voulait davantage et saurait en obtenir à l’aide du sourire chaleureux qu’il lui adressa. Il était né américain mais avait vite appris des manières italiennes, si charmantes, si sensuelles dès qu’il s’agissait de séduire leur proie. Ils avaient quelque chose d’incroyable qui mélangeait la chaleur ambiante et la luminosité de leur soleil, quelque chose ancré en eux qui l’avait séduit à son tour et qu’il tâchait d’utiliser à bon escient.
Ses mains se firent plus entreprenantes, tout en restant sages : elles ne laissèrent pas le choix à sa délicieuse partenaire quand il décida d’enchaîner sur Got that swing, adoptant le rythme nonchalant et légèrement coquin de la chanson. Un de ses bras autour de sa taille, l’autre à soulever ses mains en l’air et la voilà dans ses filets, ses hanches se mettant doucement en rythme avec les siennes alors qu’il lui adresse l’un de ses plus beaux sourires. Pas besoin de mots, il veut juste la perdre avec lui dans la folie ambiante et lui faire oublier l’heure ou l’endroit où elle semblait vouloir filer quand il l’avait attrapé.
La chanson était parfaite : ni trop moderne ni trop has-been pour les lasser. Juste ce qu’il fallait de balancement pour lui faire garder ce sourire malicieux et cette envie de jouer au fond des yeux.
Elle avait un petit corps souple qui s’accordait parfaitement avec le sien et il se pencha pour murmurer à son oreille, malgré l’intensité de la musique :

- Accordez-moi une autre danse, de grâce.

Revenir en haut Aller en bas
Fulvia Di Renzo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3300-i-know-we-were-on-average-full http://www.ciao-vecchio.com/t3392-fulvia-happy-hours
ID : Piccolchou
Faceclaim : Lyubov Novikova.
Messages : 80 - Points : 136

Âge : 32 ans
Métier : Editorialiste dans une revue culturelle à Naples et alentours
Sujet: Re: Sur quelques accords endiablés, perdons la tête - rp libre ( le Dim 27 Mai - 11:01 )
Qu'il l'ait un peu emprisonnée et légèrement enfiévrée à travers leurs mouvements, Fulvia ne réfléchit pas à la question pour y répondre spontanément.

- C'est tout accordé.

La passion qu'il dégageait aurait conduit à des remords chez Fulvia de ne pas l'avoir accompagné dans un tel moment de pur délassement. Elle y gagnait d'avoir été attirée de ses mains qui prodiguaient autant de bienfaits qu'une séance de massage : relaxation optimale des nerfs qui furent quelque peu sollicités de la journée comme cela arrivait régulièrement depuis plusieurs semaines et mois. Ce soir quelqu'un lui évacuait gratuitement cette crispation, avec en cadeau une belle rencontre qu'elle recroiserait à l'occasion. Elle en était persuadée : si la ferveur de cet homme restait intacte de jour en jour, elle retomberait encore sur lui. Elle ne savait pas quand, elle ne savait pas exactement où, mais la probabilité semblait plus que convaincante. En guise de remerciement, Fulvia s'octroya une accolade avec lui au cours de la transition musicale et se détacha lorsqu'elle reconnut le son revisité de Billie Jean par Bart & Baker. Parmi les chanteurs qui auront marqué son époque, Michael Jackson était l'un de ceux que Fulvia appréciait jusqu'à en connaître des bouts de phrases en anglais, c'est dire !

- J'adore celle-ci !! mais c'est vraiment la dernière, je dois m'assurer que ma fille est au lit. Y a école demain.

Son adaptation au bruit lui avait fait oublier que c'était peut-être nécessaire d'élever la voix pour se faire bien entendre alors qu'elle s'était exclamée pour s'expliquer moins fortement. Elle décocha un large sourire à l'adresse de son partenaire de détente qu'elle n'avait pas encore pris la peine de dévisager. S'il y avait un tort à donner à Fulvia en soirée, c'était celui de fermer les yeux dès qu'elle se retrouvait au coeur même de l'ambiance, comme pour s'y plonger et se laisser emporter par la puissance décuplée du flux d'émotions. Prenant une distance d'avec Michael dont elle ignorait le prénom, elle bougeait en solo sur le nouveau rythme et fredonnait le minimum de connaissances sur le texte de l'artiste américain.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Sur quelques accords endiablés, perdons la tête - rp libre ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Sur quelques accords endiablés, perdons la tête - rp libre -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre