Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Lana | Mission sauvetage -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©.sassenach
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Loris & Stefan
Messages : 792 - Points : 3153

Âge : trente-deux ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Mer 30 Mai 2018 - 3:18 )
Une main tape doucement son épaule, celle de Dario qui lui adresse un clin d’œil. La victoire lors de cet entraînement ne leur revient peut-être pas, mais ils ont passé un excellent moment. Ca l’a détendu, lui a fait un instant oublié que l’affaire de la fusillade lui a été retirée la veille et qu’il n’a pas réussi à convaincre son boss de lui laisser l’affaire. Objectif, ce dernier sent bien qu’Erio est trop impliqué, prend les choses très à cœur, s’emporte au moindre détail qui le met en rogne. Il a besoin de repos, mais refuse de prendre quelques jours de congés, ayant besoin de se sentir utile, d’être au bureau, ne pas se couper du monde. Son collègue le sait et c’est donc sans hésiter qu’il le prend par les épaules pour l’attirer vers les gradins. « Ca te fera du bien de prendre un verre avec la troupe. » Oui, sans aucun doute. Seulement, la femme de son ami en a décidé autrement et tout en se pointant face à eux, secoue son index. « Oh non, il ne va pas venir avec nous. » « En quoi ça te regarde d’abord ? » Il a bien le droit. Après tout, il est adulte, peut encore décider de ce qu’il compte faire du reste de sa soirée et Dario a raison. Là, à l’instant T, se changer les idées lui est nécessaire. Récupérant son sac de sport, il s’apprête à la contourner, mais elle lui bloque le passage, les mains sur ses hanches, le regard ancré dans le sien, avant de donner une pichenette sur son front. « Hé ! » s’exclame-t-il, en grimaçant, frottant avec ses doigts l’endroit où le petit coup a été donné. « Tu te rappelles que tu as une petite amie ? » Baissant les yeux, tel un gamin qu’on enguirlande, Erio se contente de lâcher un soupir. Bien sûr que non, il n’oublie pas et la situation actuelle le pèse. Il ignore comment la gérer, est buté sur un fait, n’arrive pas à passer outre, alors il a tendance à tenir Lana à distance, à sortir sans elle, à moins se confier également. Il se renferme comme une huître et bien qu’il a conscience que son comportement est loin d’être correct, peine à franchir un pas vers sa colocataire. Il se sent coupable de penser comme ça, alors qu’il sait que le temps devrait solutionner le problème, la patience aussi, sauf que cette histoire de confiance ne cesse de le bouffer. Il a entendu ce qu’elle disait sur les autres femmes, s’est repassé en boucle sa remarque dans tous les sens, pour toujours arriver au même point : une part d’elle le pense capable à fauter, suite à un bon stratagème d’une demoiselle et ça, ça le vexe. Bloqué dessus, Erio n’arrive pas à avancer, à se dire que d’ici quelques semaines, mois, ce problème pourrait être qu’un mauvais souvenir. Il sait pourtant que c’est surtout parce qu’elle n’a pas confiance en elle, qu’elle se trouve banale… Il ignore comment gérer ça, s’il doit lui répéter sans cesse des paroles qui lui font du bien, qui la rassurent, si cette situation perdurera dans le temps, si ça finira par s’arranger, ou pas. Il est dans le flou le plus total, alors, s’il n’aime pas fuir, c’est pourtant ce qu’il fait, puisqu’il ne sait tout simplement pas comment agir quand il se trouve dans la même pièce. « Je sais que c’est compliqué entre vous en ce moment, mais fais des efforts. Elle ne mérite pas que tu la tiennes à l’écart de tout. Je t’assure que c’est une fille bien et ça crève les yeux que vous vous aimez tous les deux, mais bon sang Erio ! Arrête de jouer au con. » Là, elle lui donne une tape à la tête, le faisant grimacer de nouveau. « Ce n’est pas en fuyant le problème que vous allez réussir à le résoudre. Elle se sent terriblement mal… » Sara a l’air d’en savoir davantage à son sujet et ça ne l’étonne finalement pas, puisque les discussions sont soit avortées, soit partent en vrille. « Sara, c’est pas le moment là. » Dario tente de le sauver, mais sa femme souffle. « Certes. Mais justement, au lieu de tout te balancer à toi, Erio pourrait peut-être trouver du réconfort ailleurs, alors commence pas ! » Autrement dit, son silence qu’il impose entre lui et Lana n’est pas apprécié et il le comprend. Il le vivrait mal, s’il était à la place inverse. « N’oublie pas qu’elle est là. Enfin, ne compte pas sur elle pour te sauter dans les bras, hein, tu as quand même zappé son anniv’. » lâche-t-elle, si soudainement qu’Erio entrouvre la bouche, retenant son souffle une seconde, tendu. « Putain. » Se pinçant l’arête du nez, Erio se sent un peu plus coupable. « Ouais, tu peux le dire. » « C’est bon, t’as fini ? » Là, il la bouscule, passe devant elle et prend la direction de leur appartement, le cœur serré. Ca lui est passé au-dessus de la tête. Il n’oublie pourtant jamais ce jour, ne lui a jamais souhaité « joyeux anniversaire », étant plutôt du genre à dire « un pas de plus vers la tombe », mais lui proposait de boire un verre. L’an dernier, il lui avait placé un petit muffin dans le réfrigérateur, avec une bougie dessus. Là, il a simplement déconné.  Arrivé à l’intérieur, Erio lâche son sac sur le sol, puis s’engouffre dans le salon, en cherchant Lana, mais trouve uniquement Berlioz qui vient frôler ses jambes. « Lana ? » Tout ce qu’il sait, là, c’est qu’il doit rattraper le coup.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2787 - Points : 3025

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Mer 30 Mai 2018 - 22:34 )
Ca ira mieux demain. C’est sur ces mots qu’Erio avait clôturer leur dernière vraie soirée tous les deux et qui avait tourné court à cause d’une rencontre plus que malheureuse. Ca ira mieux demain. Naïvement, ou peut-être était-ce simplement parce que c’était la solution la plus simple, Lana l’avait cru, pensant qu’il lui fallait simplement un peu de temps et d’espace pour digérer cette soirée ratée, pour lui plus que pour elle. Lana, elle, n’avait retenu que les efforts de son petit-ami de lui proposer ce joli petit restaurant, après une tentative de dîner romantique ratée à la maison. En rentrant à l’appartement, les yeux de Lana s’étaient attardés plusieurs minutes sur la jolie table qu’il avait confectionné, elle avait même pris le temps de le complimenter pour ça mais ça semblait être passé dans l’oreille d’un sourd. Bien décidé à se refermer comme une huître, Erio n’avait plus lâché que quelques mots jusqu’à aller dormir mais, après tout, Lana avait jugé que ce n’était pas si grave. Parce que ça irait mieux demain. Ou peut-être après-demain, ou encore le jour d’après. Mais non. Voyant leur relation se dégrader, l’Italienne s’est contentée ces derniers jours de faire bonne figure, de ne pas montrer sa peine mais c’est bel et bien une culpabilité au poids douloureux qui s’est abattue petit à petit sur ses épaules. C’est sa faute, tout ça. Si son couple bat de l’aile, alors qu’il a à peine commencé, c’est entièrement sa faute à elle, son caractère, ses insécurités, ses craintes… Jusqu’ici, Lana ne s’était jamais sentie gênée d’être telle qu’elle était en présence de son colocataire mais, depuis quelques jours, elle a la désagréable sensation de devoir raser les murs, s’en voulant terriblement pour le mal qu’elle a causé chez lui. Au point de ne même pas lui en vouloir ouvertement d’avoir oublié son anniversaire. Elle a pensé à une surprise de sa part, jusqu’au dernier moment, pensant qu’il lui faisait une blague mais c’est avec une vraie déception collée au cœur qu’elle a fini par se coucher ce soir-là, du haut de ses nouveaux 33 ans. Ca l’a touché, plus que de raison, parce qu’elle est ce genre de fille à faire une obsession sur son anniversaire et ceux des autres et si énormément de personnes l’ont appelés ce jour-là  - Vincenzo, ses parents, ses amis – il lui manquait malgré tout la personne devenue la plus importante de sa vie.

Citation :
Bon Lana, bouges ton cul et prépares-toi parce que je passe te chercher dans 15 minutes ! Hors de question que tu loupes encore une soirée salsa avec les copains !

Lana jette un coup d’œil une seconde à son téléphone qui vibre qu’elle repose nonchalamment sur son lit. Ou plutôt son ancien lit puisqu’elle se trouve actuellement dans son ancienne chambre qu’elle occupait il y a encore quelques semaines avant son déménagement officiel dans la chambre à côté. Complètement déprimée, elle a ressenti le besoin de se retrouver un temps dans son ancien cocon, accolée contre Berlioz qui ronronne gaiement, et bien confortable dans son pyjama préférée le Roi Lion et acheté à Disney s’il vous plaît. La chose assez horrible lui a d’ailleurs coûté une fortune mais il a cet étrange don de la réconforter dans les moments où tout va mal, comme ce soir. Dans ce genre de moment où l’appartement semble résonner par son silence et où la culpabilité et la solitude lui donne terriblement envie d’aller dans la cuisine pour y faire une bêtise. De son lit, il lui semble entendre cette chanson charmeuse que lui adresse son frigo pour l’attirer dans ses filets et l’amener à tout dévorer. Et c’est finalement ça, cette sensation d’être au bord du précipice une nouvelle fois qui la pousse finalement à prendre son téléphone et à écrire frénétiquement tout en soupirant.

Citation :
Très bien, je viens. Tu fais chier.

Ou plutôt Bernardo lui sauve la mise en la poussant à se changer les idées. Elle en a terriblement besoin, de prendre l’air aussi et de sortir de cet appartement où elle ne fait qu’attendre que la porte d’entrée s’ouvre ces derniers temps et ça n’arrive pas assez à son goût. Elle est en train de tomber dans ses pires travers, finalement, à attendre le retour sagement de son homme à la maison tout en ne pouvant pas s’empêcher de penser à ce qu’il est en train de faire, avec qui, si elle lui manque… Tout ça est en train de la consumer de l’intérieur et c’est avec une détermination nouvelle qu’elle se lève d’un bon de son lit pour se diriger vers la gigantesque armoire où se trouve ses nombreux vêtements. Les détaillant un à un, réfléchissant très sérieusement à la tenue qu’elle va porter pour mieux tenter de chasser ses idées noires de son esprit, Lana sursaute sur place en entendant la voix d’Erio dans l’entrée, n’ayant pas entendu la porte s’ouvrir. « J’suis là. » Crie-t-elle finalement pour lui signifier sa présence. « Dans ma chambre. » Son regard s’arrête alors sur une robe rouge qui attire son œil et qu’elle entreprend de sortir du dressing alors qu’Erio fait son entrée. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Demande-t-elle, surprise de le voir là alors qu’il avait compris que son entraînement allait surement se prolonger par une soirée entre amis. Soirée entre amis dont elle n’était expressément pas conviée. « J’allais justement me préparer. Je sors ce soir. » Et ses plans ne s’avèrent pas inchangés par sa présence. Lana ne se sent pas prête pour une nouvelle séance de reproches ou encore pour faire face à la culpabilité qui la ronge et pour laquelle rien ne s’arrange. La fuite est encore la meilleure solution. Elle aussi, elle sait faire.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©.sassenach
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Loris & Stefan
Messages : 792 - Points : 3153

Âge : trente-deux ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Mer 30 Mai 2018 - 23:33 )
Pressant le pas vers la chambre, Erio réfléchit rapidement à la façon dont il pourrait lui dire les choses, s’excuser également, sans être convaincu que ses mots suffisent, mais il est bien décidé à rattraper le coup. La main posée sur l’encadrement de la porte, son attention se pose d’abord sur ce pyjama qui provoque un sourire, mais qui disparaît aussitôt son programme, sans les détails, révélé. C’est normal de sortir, de voir du monde et il n’y voit aucun inconvénient… Mais cette robe qu’elle a entre les doigts, qu’elle s’apprête à mettre lui resserre le cœur. Silencieux, il fait son possible pour ne faire aucune réflexion, mais c’est plus fort que lui. La peur panique de la savoir dans un bar avec des gens qu’il ne connait pas, dans une tenue qui la met en valeur. « Avec ça ? » Tous les hommes qui seront sur son passage se retourneront vers elle, la scruteront sans aucune gêne, mais ce n’est pas tant qu’on puisse la trouver attirante qui lui pose problème, c’est de ne pas connaître qui l’accompagnera. Il est pourtant mal placé pour le lui faire la remarque, mais la crainte de la voir s’envoler, à cause de ses erreurs, de son comportement est omniprésente. Si ça se trouve, elle se rend finalement compte qu’ils sont trop différents l’un de l’autre, qu’ils n’ont absolument rien à faire ensemble et ce n’est pas ce qu’il souhaite. « Tu sors avec qui ? » La vraie question est : sort-elle avec un mec ? Erio glisse la main sur son visage, voyant son plan de recoller les morceaux s’effondrer. Il voit bien qu’elle a besoin de s’échapper et quelque part, il arrive à le comprendre. Ces derniers jours, il ressentait également la nécessité de prendre de la distance, ne sachant ni gérer la situation, ni quoi dire en sa présence, quoi faire face à leur couple qui se dégrade. Pourtant, il n’a pas la moindre envie que leur histoire se casse la gueule, même s’il montre tout le contraire et il est effrayé. Il est évident qu’il n’a pas l’intention de s’en aller, de mettre un terme à leur relation, sachant exactement qu’il la veut elle. Néanmoins, il a conscience que rien n’est acquis, qu’elle pourrait préférer un autre. « Tu vas me quitter ? » demande-t-il, de but en blanc, en osant quelques pas vers elle. Glissant sa main sur ses lèvres, Erio se perd dans tout ce qu’il aimerait lui dire, ne sachant pas par où commencer, mais il joue le tout pour le tout, sentant son ménage en danger. « J’suis désolé. J’suis pas le meilleur petit ami qui soit, j’me comporte pas super bien. J’suis désolé. » Il lui fait beaucoup de mal. S’il a moyennement apprécié que Sara se mêle de ses affaires, ses propos lui ont fait prendre connaissance de la réalité. Il n’a pas été des plus présents, a joué au con. « J’suis sûr que ça peut s’arranger. J’sais pas comment, mais ce qu’on vit, c’est pas insurmontable. Il y en a bien avant nous qui sont passés par des phases compliquées et qui s’en sont quand même sortis. » Ils ont connu bien pire que des débuts difficiles, que de l’incompréhension. Ils ont réussi à se relever suite à Alessia, Fabio, alors cette histoire de confiance, cette jalousie qui naît également en lui rien qu’à l’idée de l’imaginer dans cette robe, loin de lui et bien qu’il prend beaucoup sur lui, ça le rend dingue. « Je m’y prends très mal, j’suis complètement paumé. » Maladroitement, il pose une main sur son épaule qui glisse le long de son bras, puis dépose un baiser sur sa joue, un deuxième au creux de son cou. « On peut peut-être en parler, essayer d’mettre les choses à plat. » Désespérément, il tente de la retenir, passe au-dessus de son envie de maintenir la discussion éloignée en voyant qu’elle lui file entre les doigts et c’est frustrant. « Reste avec moi. » Peu certain qu’elle accède à sa demande, Erio se raccroche à elle, à sa peau qu’il ne cesse d’embrasser. « S’il te plaît. » lui demande-t-il, comme une faveur, en relevant son visage, plantant ses yeux dans les siens.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2787 - Points : 3025

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Jeu 31 Mai 2018 - 0:11 )
Lana jette un regard à son vêtement, le détaille à la recherche d’un défaut, d’une tâche qu’elle n’aurait peut-être pas vue mais, au son de la voix d’Erio, elle sent bien qu’il y a un problème dans la tenue qu’elle s’est choisie. Avant que, tout à coup, ça fasse tilte. « Oh je vois. Elle me boudine, c’est ça. » Peut-être est-elle finalement trop moulante pour sa silhouette. C’est la seule explication qui lui vient en tête, bien à des années lumières des pensées de son compagnon, de la potentielle attraction que cette robe pourrait créer chez la gente masculine. Car qu’importe à quel point la robe est jolie, c’est elle qui se trouve à l’intérieur. Elle, la trentenaire haute comme trois pommes et avec des hanches qu’elle juge trop prononcée, malgré les dires répétés des autres. Forcément, le tout ne sera pas grandement attirant, c’est clair. « Avec Bernardo, tu connais pas. Il passe me prendre dans une quinzaine de minutes pour rejoindre des habitués d’un bar de salsa dans le coin. » Où Lana a aussi ses habitudes d’ailleurs, si bien qu’elle a finit par s’intégrer au groupe composé d’hommes et de femmes. Cet endroit, tout comme danser, lui fait toujours du bien et c’est ce qu’elle a besoin ce soir : d’un coup de boost, de retrouver sa joie de vivre. Ces derniers temps, ses pensées s’envolent trop souvent vers des contrées bien sombres mais, ce soir, Lana découvre qu’elle n’est pas la seule. La question d’Erio a l’effet d’un coup de poignard alors que, sous la surprise, elle laisse échapper sa robe qui tombe sur le sol. « Attends, quoi ? »  Est-ce qu’elle a bien entendu ? Elle, le quitter ? Est-il vraiment sérieux quand il lui demande un truc pareil alors qu’elle n’a d’yeux que pour lui, n’arrive pas à penser à autre chose qu’à lui, même à son travail où tout part en sucettes ? A-t-il seulement conscience d’à quel point elle l’a dans la peau au point d’être déraisonnable, de s’inquiéter plus qu’elle ne le devrait quand il est loin d’elle ? Pour les autres femmes, pour les risques qu’il prend à son travail, pour tout. « C’est toi qui me pose cette question-là, vraiment ? » Ne peut-elle pas s’empêcher de lâcher alors qu’elle se baisse une seconde pour ramasser son vêtement. Franchement, c’est le monde à l’envers. S’il y a bien quelqu’un qui a peur que l’autre le quitte, c’est Lana. Elle sait bien qu’Erio lui a dit qu’il ne partirait pas, qu’il comptait rester auprès d’elle, n’empêche que la jeune femme doute énormément. Pas de son envie mais du fait que sa promesse soit tenable sur la durée alors que ses craintes lui ont fait beaucoup de mal. Et il l’a prouvé par cette distance qu’il a installé ces derniers jours entre eux et qui est inhabituel pour eux. Même en temps que simple colocataire, même au début quand ça n’allait pas, Lana n’est pas certaine de s’être sentie aussi mal à l’aise chez elle que ces derniers jours. « Arrêtes. C’est moi. Je sais, c’est moi. » Pas besoin de mentir : c’est à elle d’être désolée, de présenter ses excuses pour ce joli bordel qu’elle a mis dans leur couple. C’est ce qu’elle a tenté de faire, la dernière fois, devant le restaurant, mais sa demande s’est heurtée face à un mur. Ce soir, Erio semble soudainement plus tendre, plus enclin à la discussion et plus vulnérable mais Lana doit bien avouer qu’elle ne comprend rien à ce changement soudain de comportement. Que cherche-t-il à faire ? A alléger un peu cette culpabilité qui l’étouffe au point d’avoir du mal à reprendre son souffle quand elle est avec lui ? A passer l’éponge ? Elle n’en sait rien. « J’vais pas te quitter, Erio. » Exprime-t-elle plus clairement face à la crainte qu’il exprime, face à cet espoir aussi qu’il a d’arranger les choses entre eux. Et, franchement, c’est tout ce qu’elle souhaite, arranger les choses. C’est ce qu’elle s’évertue à faire depuis des jours, à se racheter pour ses actes, pour cette liste, pour ses paroles chez le psy qui n’a fait qu’enfoncer leur couple visiblement… Mais elle ne sait plus comment s’y prendre. Elle aussi, est paumée. Et c’est peut-être pour cette raison qu’elle se laisse si facilement aller à sa tendresse même si un nœud reste bien présent au creux de son estomac. « On a déjà essayé, de mettre les choses à plats. Et je dis toujours un truc de travers. » Elle le blesse, se montre peut-être maladroite dans ses propos au point de souvent déclencher un agacement chez son petit-ami. Et elle s’en veut pour ça. Prenant tous les tords pour elle, elle hésite face à sa demande de rester, tiraillée entre sa volonté de prendre l’air, de prendre du recul à son tour et son émotion face à ce regard perdu qu’il pose sur elle. Forcément qu’elle est touchée par la détresse d’Erio, par celle qui ne la quitte pas non plus mais Lana a peur, terriblement, que cette discussion ne soit la fois de trop. Qu’elle finisse par aller trop loin dans ses propos, sans même s’en rendre compte, et qu’elle gâche tout. Définitivement. « Mes amis m’attendent. Je ferais mieux de pas tarder à me préparer. » La confidence est faite alors qu’elle détourne le regard, en proie à un mal de ventre grandissant. Elle ne sait pas si elle prends la bonne décision. « Tu m’as fait comprendre que tu voulais souffler ces derniers jours. Ca pouvait pas être plus clair. Alors je te donne ce que tu voulais, Erio. Franchement, j’vois pas quoi faire d’autre. » Parce qu’il finira sans doute par regretter de lui avoir demandé de rester si elle le faisait, une fois la conversation terminée, transformée certainement en nouvelle dispute. Alors Lana préfère prendre ses distances, à son tour, pour l’aider, peut-être pour mieux se préserver de ce qu’il pourrait lui dire en mettant les choses à plat. Elle se retourne alors vers le placard, repose celle initialement choisie en quête d’une nouvelle robe. Qui conviendra mieux à sa morphologie, cette fois.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©.sassenach
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Loris & Stefan
Messages : 792 - Points : 3153

Âge : trente-deux ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Jeu 31 Mai 2018 - 1:47 )
Alors qu’il ne s’y attend pas, la confiance de Lana est mise à rude épreuve. Le regard qu’elle pose sur sa silhouette est négatif. Aucune assurance, même pas une remise en question : elle est convaincue que sa remarque est due à ses formes. L’estime qu’elle a d’elle-même est faible et c’est précisément à ce moment précis qu’il voit que les dégâts causés par son ex sont extrêmes. Sa réaction semble être normale pour Lana qui ne lui tombe même pas dessus. Elle pourrait s’agacer, ou lui demander ce qui ne va pas, mais non. A l’entendre, le problème ne peut venir que d’elle, alors qu’il ne s’agit pas de ça. Son manque de confiance en elle lui fait mal au cœur. Lui, il la voit comme la huitième merveille du monde. Ce type, il a réussi à l’humilier, à la détruire. Erio repasse en boucle la séance avec la thérapeute qui a tenté de lui expliquer ce qui se dérouler dans sa tête, mais trop amer, vexé, il n’a pas tout pris en compte, avant d’être véritablement confronté à la réalité. Et elle est moche. Il détestait déjà Fabio, mais là, c’est pire qu’au point de non retour. Seulement, il n’a pas le temps de réagir verbalement qu’elle reprend en nommant cet ami, son petit groupe de danseurs et ses craintes s’amplifient instantanément. Ce type, il ne le connait pas, se permet de venir la chercher… Qui lui dit que ses intentions ne sont pas mauvaises ? Qu’il attend la bonne occasion de la draguer, lui sauter dessus ? Est-ce qu’elle est attirée par ce Bernardo ? Est-ce qu’il arrive à lui remonter le moral, là où lui l’enfonce ? Erio est perdu, a besoin de savoir où ils en sont, avec la ferme intention de ne pas la laisser sans rien faire. Il l’aime beaucoup trop pour ne pas se battre une nouvelle fois.  Acquiesçant d’un signe de tête, il reste pendu à ses lèvres, dans l’attente impatiente d’une réponse et en même temps, il ne sait pas s’il a réellement envie d’en prendre connaissance, a peur d’entendre des choses qui ne lui plairaient pas et ça en prend le chemin. Les femmes, avant de quitter l’autre, elles ont pour habitude de se rejeter la faute dans le but d’alléger la rupture, de partir en faisant les choses bien, mais il n’en est rien. Lana ne compte pas le quitter, se pense réellement responsable de tous leurs maux. Souhaitant aborder le sujet, il ne compte pas lâcher le morceau. « Tu peux lui envoyer un message pour lui dire que c’est pas utile qu’il vienne. J’peux t’accompagner. » Ce n’est donc pas nécessaire qu’il se hâte, peut bien l’attendre dans ce bar. « J’veux qu’on en parle. Regarde-toi, t’es en train de tout prendre pour toi, t’en bouffes alors que t’y es pour rien. » Là, il prend son visage entre ses mains, la force à relever les yeux vers lui. « C’est moi, j’ai mal géré. Ok ? J’ai déconné. J’capte pas toujours certains trucs, mais j’veux faire des efforts. J’veux essayer de comprendre c’qui se passe. J’en ai marre de voir notre histoire partir en vrille comme ça… Et j’sais que j’suis fautif. Hm ? » Son pouce appuyé sur ses lèvres glisse sur son menton. Il est navré de la tournure des événements, se sent coupable et n’accepte pas qu’elle prenne tout sur ses épaules, aimerait plutôt la décharger de quelques kilos afin de retrouver sa joie de vivre, plutôt qu’un air triste constamment présent ces derniers temps. « Ca m’a vexé, parce que… Parce que j’t’aime comme un dingue et ça m’a rendu malade, tout ça. J’étais tellement blessé que j’voulais pas entendre ce que tu me disais, mais j’commence à percuter. » Le fait qu’elle manque d’assurance, qu’elle a une image différente de ce qu’elle est et que toutes les autres femmes autour d’elle lui semblent bien plus belle qu’elle ne l’est, alors que pas du tout. Pas pour lui. « Elles t’arrivent pas à la cheville. Personne. J’veux bien te le redire autant que tu veux pour que ça rentre. C’est c’que j’aurais dû faire au lieu d’faire n’importe quoi… » Cette distance n’aura servi à rien d’autre qu’à augmenter le gouffre qui s’est créé, mais il est bien décidé à le refermer. « J’suis désolé. Pour ça, pour ton anniversaire… J’te promets que j’vais me rattraper. » souffle-t-il, en déposant un baiser sur sa tempe, alors qu’il ressort la robe rouge. « Mets ça. » Sa psychologue l’aide à s’accepter, mais il est convaincu que la personne la mieux placée pour lui faire prendre conscience de ses atouts, c’est lui, en agissant. « Mais j’viens avec toi. C’est parce que j’la trouve trop sexy pour être portée sans moi, que j’te disais ça, tout à l’heure, pas parce qu’elle te boudine. » Elle lui ira à la perfection, si bien qu’il ressent le besoin de ne pas la laisser seule pour faire savoir que c’est chasse gardé et que même un regard n’est pas approprié.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2787 - Points : 3025

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Jeu 31 Mai 2018 - 16:42 )
« T’embêtes pas, ça va. Je le connais très bien, c’est un gars sûr, t’as pas à t’inquiéter. » Et à faire l’effort de prendre quelques minutes de son temps pour elle alors qu’il préfèrerait sans doute être autre part avec ses amis comme c’était prévu… Lana peine d’ailleurs à comprendre la véritable raison de sa présence ici, ces mots qu’il lui adresse soudainement. Erio semble être désolé pour son comportement de ces derniers jours mais elle, tout ce qu’elle retient malgré tout, c’est le fait que c’est elle qui en est la cause, point. Si elle avait su contrôler ce qui se passe au fond d’elle-même, si elle avait su ne pas plonger dans ses terribles travers alors Erio n’aurait pas eu besoin de la tenir à distance comme il l’a fait. Et elle ne comprend pas cette manière qu’il a de prendre les torts sur lui tout à coup alors que ça ne devrait pas être le cas. Elle a saisi à leur dernière soirée ou encore à la visite chez son psy : c’est sa faute tout ça. Elle est juste allée trop loin. Et tout ce qu’il peut bien lui dire ne suffit pas à apaiser le tourment qui a pris place dans son âme. Ca devrait, si elle prenait vraiment la peine d’écouter, mais Lana préfère s’autoflageller. « T’as pas besoin de faire ça. D’essayer d’alléger ma responsabilité en prenant les torts pour toi. J’t’ai blessé et j’ai été nulle c’est tout, y’a rien à capter de plus. Mais moi j’ai vraiment compris tu sais ? Et la prochaine fois, je ferais encore plus d’efforts, je demanderais pas à ce qu’on parte quand on verra une de ces filles, et on passera une bonne soirée, je te jure. » Tout pour qu’il ne s’éloigne pas d’elle comme il a fait ces derniers jours parce que c’est quelque chose qu’elle ne supporte pas. Elle ne demande pas à ce qu’ils soient toujours collés ensembles et apprécie même qu’ils aient leur moment seul, avec leurs copains respectifs mais il y a un monde entre une certaine indépendance et dormir à côté de quelqu’un en ayant l’impression d’être une étrangère. C’est ce qu’elle a ressenti, ces derniers temps, dans les yeux d’Erio quand ils croisaient les siens alors qu’elle n’aspire qu’à lui apporter du bonheur et de la sérénité. Elle aimerait être là pour lui dans cette tempête qu’il affronte depuis la fusillade et qu’elle n’a pas oublié mais trop embourbé dans leur problème de couple, elle n’a pas trouvé l’occasion de jouer son autre rôle, celle d’une amie sur laquelle il peut s’appuyer. Au lieu de ça, elle ne lui a offert que des complications supplémentaires en lui imposant presque cette visite chez le psy qu’elle juge aujourd’hui comme une idée ridicule. « J’vais m’améliorer, Erio. Je vais m’améliorer. » C’est le cœur aux bords des lèvres et avec les yeux qui s’embuent légèrement que Lana lui fait cette promesse. Celle d’être à la hauteur de ce qu’il attendait d’elle, de ne pas le décevoir ou le heurter à nouveau au risque de le perdre. Cette peur qui restant accrochée à elle malgré qu’il soit là, à quelques centimètres d’elle, à lui répéter qu’aucune autre femme ne la surpasse à ses yeux. Et c’est douloureux, de n’y croire qu’à moitié, alors qu’elle voudrait avoir suffisamment confiance en elle pour prendre ses paroles comme argent comptant. Mais au lieu de ça elle est là, à baisser les yeux devant ses mots, incapable d’y ajouter quelque chose. Si ce n’est pour le dédouaner une nouvelle fois. « C’est pas grave, pour mon anniversaire. C’est pas important. » Sauf que si, ça l’est, mais se sentant terriblement responsable de tout, Lana ne voit aucun autre choix que de passer l’éponge, de faire comme si de rien n’était. Quelque part, elle a presque l’impression d’avoir mérité cette mise à l’écart au point qu’il passe sous silence ce jour qui n’arrive qu’une fois par et qui a toujours eu une saveur très spéciale pour elle. Cette année, c’était l’amertume. « T’es sûr ? » Parce qu’elle n’est plus du tout emballée à l’idée de porter cette robe rouge qui pourrait révéler ses défauts physiques. L’explication avancée par Erio quant à son hésitation précédente la surprend, la faisant froncer les sourcils au passage. « C’est ridicule. T’as pas à t’en faire. » Parce qu’elle ne remarque pas le regard des autres hommes et qu’elle ne le cherche pas. Lana n’a pas pour but de séduire à cette soirée, simplement de s’évader pour quelques heures de cette atmosphère pesante qui s’allège néanmoins par les efforts de son petit-ami. Mais elle sait pertinemment que tout est loin d’être réglé. « T’as pas besoin de faire ça, encore une fois. J’sais que c’est pas ton truc, que tu vas t’ennuyer. T’as surement tous tes copains et leurs femmes qui t’attendent. » Et il se sentirait plus à l’aise là-bas, elle le sait.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©.sassenach
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Loris & Stefan
Messages : 792 - Points : 3153

Âge : trente-deux ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Dim 3 Juin 2018 - 20:02 )
Justement, ça l’inquiète d’autant plus, parce qu’il s’agit d’un gars sûr, d’un type bien et ça ne le met pas en confiance. Erio sait qu’entre eux, c’est fort, mais s’ils se complètent sur des points, ils sont l’opposé sur d’autres et peinent à se comprendre. Un jour, elle pourrait se rendre compte que ce qu’il lui apporte n’est pas suffisant à son bonheur, alors il s’interroge et préfère de loin l’accompagner à cette soirée, pour ne prendre aucun risque. Il a confiance en elle, sait qu’elle ne le trahira pas, mais il n’est pas à l’abri qu’on lui fasse des avances, qu’on la séduise et que de fil en aiguille, il y ait une sorte de dépendance installée entre elle et son passionné de danse, un domaine dans lequel il peut en profiter pour s’en approcher. Et il y a également parce qu’il s’intéresse à elle. Même s’il n’est pas doué en danse, bien qu’il arrive à être plus adroit suite aux cours particuliers, Erio se sent concerné. C’est sa passion et ça a son importance, tout comme le fait d’avouer ses torts, mais sa petite amie voit les choses d’un œil différent, prend tout le poids du monde sur ses épaules. Seulement, bien décidé à lui faire entendre raison, qu’elle comprenne que lui aussi est responsable, qu’il n’est pas innocent, il ne compte pas lui laisser le dernier mot. « C’est vrai… J’ai été blessé. J’vais pas te mentir. Que tu sois jalouse, que tu t’en fasses pour les mêmes raisons que moi, ça, encore… » Il peut saisir pour le vivre à l’instant et même si ça n’a pas été agréable de lui écrire cette fameuse liste, de revenir sur son passé de coureur de jupons, ça l’a encore moins été de constater que toutes ses paroles pouvaient la rassurer sur le moment, puis de voir les effets s’estomper ensuite. « J’pensais vraiment que ça suffisait. L’histoire du baiser, de notre chambre partagée, mes sentiments pour toi, mon investissement. J’étais arrivé à un point où tout ce que je te disais n’avait finalement pas autant d’impact que je l’aurais voulu et c’était frustrant. Alors oui, ça m’a blessé. Aussi que tu puisses penser que j’pourrais fauter, alors que le respect que j’ai pour toi est sans égal. » Même s’il ne le montre pas toujours, notamment avec cette distance prise ces derniers jours, ou encore avec les mots qu’il utilise, son comportement. « Plutôt que de t’faire un coup pareil, j’préfère de loin faire les choses correctement. Le jour où il n’y aura plus aucun meuble à sauver, j’te le dirai, simplement, mais j’veux pas qu’on en arrive là. » Et il n’a pas l’intention de laisser faire. Elle et lui, a compte. C’est particulier, trop pour qu’il songe à la quitter. Erio craint qu’elle le fasse, que cette situation soit trop éprouvante, qu’elle peine à gérer, mais lui, de son côté, il sait absolument ce qu’il désire. En s’engageant, il avait conscience qu’il y aurait des hauts et des bas, bien qu’il ne s’attendait pas à ce que ça arrive aussi vite. « J’te demande pas ça. J’comprends que tu en aies eu envie. » De partir de ce restaurant. Dans sa situation, sans doute aurait-il réagit de la même manière, bien qu’il aurait fait un scandale en répondant à Fabio, qu’il ne serait pas resté aussi calme que Lana l’a été. Cet effort, c’est déjà énorme. « A ta place, j’aurais pas eu la même patience. » avoue-t-il, pour qu’elle culpabilise un peu moins. « C’est juste que j’ai passé un bon moment à préparer un truc qui ne s’est pas déroulé comme prévu, que j’ai dû trouver une solution d’urgence qui, elle aussi, est tombée à l’eau. Ca m’a mis à plat, en plus de tout ce qui se passe en ce moment. » Glissant ses mains sur ses épaules, Erio la ramène tout contre lui, resserre son étreinte autour d’elle, comme s’il cherchait à la protéger du monde entier. « J’comprends que tu ne fasses pas confiance aux femmes qui m’entourent, mais j’aimerais que t’essaies de croire en moi. » En ce qu’il dit. C’est sincère. Sachant très bien que ce n’est pas évident, il ajoute : « Dans l’idéal, j’aimerais que tu m’parles, que tu m’dises ce qui t’passe par la tête. » Parce qu’il ne peut pas le deviner. Vivre sur des non-dits, ce n’est pas sain, que ce soit d’un côté comme de l’autre. « J’veux qu’on communique. Que tu m’avoues quand une nana te donne l’impression d’être plus bas que terre, ou quand t’es piquée au vif quand on m’regarde de trop près. J’étais pas prêt à l’entendre, mais j’veux que ça marche entre nous et s’cacher des choses, comme ça, c’est pas l’idée du siècle. J’te promets pas d’être toujours patient, mais j’veux bien faire des efforts. J’sais que t’en as besoin. » Et qu’elle n’est pas fautive au fond, de tout ce qui se passe, de tout ce qu’elle ressent. « T’as pas besoin de t’améliorer. Faut juste qu’on… essaie de voir comment on peut s’y prendre. » Il n’a pas la science infuse, mais il sent qu’il va falloir un peu de temps encore et compte s’acharner, jusqu’à ce qu’entre eux, ce soit bien. Il acquiesce d’un signe de tête, quand il est question de la robe. « Si. Si c’est grave. Si c’est important. J’suis désolé. » Déposant un baiser sur sa tempe, puis tout en longeant sa colonne vertébrale, Erio appuie son menton sur sa tête. Il va se rattraper. Cet anniversaire, ils ne l’ont pas fêté le jour même, mais elle n’y échappera pas. « J’ai peur que tu me quittes. » avoue-t-il, après sa remarque, ne trouvant pas ses craintes ridicules et il l’explique aussitôt : « Que tu te rendes compte qu’on n’est pas toujours sur la même longueur et que ça devienne handicapant. J’suis sûr que y’en a qui n’attende que ça. T’es bourrée de charme, il y a que toi pour pas t’en apercevoir. » Et à travers cette soirée, il compte dire « ouh ouh, j’existe ». « Et cette robe… J’veux pas que tu la portes sans moi, mais j’veux crâner devant tes potes. Même si ça me saoule d’avance qu’on te mate, j’aime aussi l’idée qu’ils soient frustrés parce que t’es pas accessible. » Et ça, ça lui plaît. Se connaissant, il en jouera même.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2787 - Points : 3025

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Lun 4 Juin 2018 - 22:39 )
Au 36ème dessous, Lana s'excuse et assume pleinement ses torts. Elle déteste ça, savoir qu'elle l'a profondément blessé alors qu'elle souhaiterait être celle qui, au contraire, le tire au contraire vers le bonheur, vers une vie plus sereine que ce qu’il a vécu jusqu’ici. Elle aimerait pouvoir être exempt de reproches, montrer l'exemple mais elle se laisse finalement grignoter par ses propres démons au dépit de leur couple. Plus que de se décevoir elle-même, c'est de le décevoir lui qui est difficile à digérer parce que, jusque-là, Lana a toujours senti une forme d'admiration dans ses yeux. « J'ai saisi la raison pour laquelle tu l'as mal pris et j'en suis désolé mais je te signale que c'est exactement la même pour toi avec Fabio. » Et pour toute la culpabilité qu’elle ressent, Lana se sent mal de lui dire une chose pareille mais elle a besoin de parler pleinement de ce qu’elle a su ce le cœur. Après tout, lui aussi la croit capable de fauter sous les belles paroles de son ex petit-ami. La remarque qu’il lui a fait chez la psy n'est pas entrée dans l'oreille d'une sourde, bien qu’elle comprenne au vu de ce qui s’est passé entre eux trois. N'empêche que ça n’a pas été agréable à entendre pour elle non plus. « Je sais bien que, contrairement à toi, je t'ai donné des raison de douter par le passé. Mais j'croyais que tu avais compris sur le toit comment j'en étais arrivé là et que cette crise était derrière moi. Pour toi aussi, mes paroles n'ont pas toujours autant d'impact que je le pensais. » Et c'est peut-être leur problème au fond : ils sont tous les deux longs à la détente, ont besoin de temps pour engranger ce qui paraît être évident pour l'autre. Parce qu'ils n'ont pas le même passif, n'ont pas la même manière de fonctionner et forcément, parfois, ça amène à des incompréhensions. « Ce n'est pas un reproche que je te fais là, Erio, mais j'aimerais simplement que tu te rendes compte que ce n'est pas toujours évident de lutter contre des craintes qui sont ancrées en nous. » Lui à cause de ce qui s'est passé dans leur histoire et elle, à cause de ce qui s'est passé dans sa vie tout court. Alors c'est vrai qu'il y a une injustice supplémentaire pour Erio qui paye pour les autres, aussi pour son passif de coureur de jupon qui n'a rien avoir avec ce qu'il partage avec Lana, n'empêche que c'est ce qu'elle ressent, encore aujourd'hui, et c'est plus fort qu'elle. Elle travaille dessus, s'améliore, parvient à gérer les choses différemment mais il faudra du temps pour oublier des angoisses qui l'habitent depuis des années. Mais elle est prête à faire des efforts, parce que c’est lui, parce qu’il vaut le coup de se battre et de ne pas rester dans ses vieux schémas. La confiance en lui est là, au fond, mais elle ne prend simplement pas encore la forme que son colocataire souhaiterait. Elle n’est pas pleine et entière, souffre encore de quelques hésitations mais elle est bel et bien là et elle est grandissante. C’est sur cette partie là que Lana décide de se concentrer, alors qu’elle comprend enfin que son attitude au restaurant n’était pas démesurée. Avec tout ça, Lana peine à connaître ces limites, savoir quand elle dépasse les bornes mais fait confiance à Erio pour lui indiquer quand c’est le cas. « C’est vrai ? » Ne peut-elle pas s’empêcher de demander quant au sujet de sa propre patience, histoire d’être certaine qu’il ne dit pas ça pour la rassurer plus que parce qu’il ne le pense. Se lovant sans rechigner dans ses bras, Lana pose sa tête tut contre son tee-shirt avant de murmurer avec sa voix de femme enfant. « Mais moi tout ce qui comptait c’était de passer un moment avec toi. » Et qu’importe que ses deux surprises successives soient tombées à l’eau, seul comptait sa présence et sa volonté d’arranger les choses à ce moment-là. Et qui sait, peut-être qu’ils auraient fini par en rire avec le temps qui passe mais Erio a choisi de prendre le mauvais côté des choses en ne saisissant pas la proposition qu’elle lui avait faite et elle peut comprendre en connaissant son caractère, ne le juge pas négativement même si ça l’a beaucoup blessé, surtout avec ce qui s’est passé par la suite les jours suivants. Le fait qu’il ne ressemble qu’à un fantôme qui fait acte de présence dans sa vie, qu’il l’écarte de la sienne cette manière de l'écarter de sa vie alors qu'elle désire y avoir une place prépondérante : partager son quotidien, ce qui se passe dans son boulot, sortir de temps en temps avec ses copains... Là, elle ne s’est senti que comme un boulet qu'on n'a plus envie de traîner et qu'on laisse sagement à la maison. Lana sait cependant qu'Erio avait besoin de prendre ce recul et c'est ce qui fait qu'elle l'accepte pour le bien de leur couple mais il n'empêche que cette distance a été supporté avec difficulté pour sa part. « J’suis pas sûre de vouloir te dire ce qui m’passe par la t$ete dorénavant. J’veux plus que tu t’éloignes comme ça. » Et c’est pour ça que, si elle l’accepte, elle n’est pas prête à recommencer, à faire les mêmes erreurs que ces derniers temps. Et qui sait si une énième dispute suite à des paroles prononcées ne finirait pas par l’éloigner une énième fois d’elle ? Erio a de la patience mais peut-être pas autant qu’il le pense. « Ok, j’ferais un effort. » Concède-t-elle finalement même si elle est loin d’être convaincue, peinera sans doute à s’exprimer. Les conséquences de son dernier « lâchage » ont été trop dramatiques. « J’t’ai pardonné, c’est bon. » Ou en tout cas elle est décidée à le faire, pour ce qui s’est passé ou ne ‘est pas passé à son anniversaire. Maintenant, ce n’est qu’une question que le temps fasse son œuvre. « Quoi ? » Les craintes de son petit-ami lui arrive une nouvelle fois en pleine face. Elle pensait pourtant avoir évacué le problème de sa question de tout à l’heure, qu’elle pensait pour tout dire anodine, mais elle se rend compte qu’elle ne l’est pas. Le cœur resserré, Lana observe son petit-ami et attends qu’il est fini pour le surprendre en se hissant sur la pointe des pieds pour lui délivrer un baiser dans lequel elle y met toute sa tendresse mais aussi toute sa passion. Les deux caractéristiques qui lui collent à la peau. « Je t’aime. » Murmure-t-elle alors que son front se trouve collé contre le sien. « Et je t’aime pas parce que t’es le mec parfait mais je t’aime parce que t’es tout le contraire de moi. Que tu me pousses hors de mes lignes, que tu me challenges… C’est nos différences qui nous rapproches, pas l’inverse. » Et c’est pour ça qu’elle ne le quittera jamais pour quelques disputes de ce style, même si elle craint exactement la même chose de sa part. « C’est moi qui ait peur que tu me quittes, en fait. » Et c’est pour ça qu’elle est jalouse, plus que de raison. Elle tente de défendre son couple comme elle peut même si c’est à la limite du raisonnable. « De pas être à la hauteur ou bien que je finisse par te saouler avec mes problèmes. C’est vrai quoi, c’est la première fois que tu t’engages avec quelqu’un et au lieu du rêve, moi je t’amène chez le psy. J’suis cinglée. » Et si ça peut être mignon des fois, elle a peur que ça lui pèse sur la durée, de devoir porter ses problèmes en plus des siens. Même si de son côté, elle est prête à partager les fardeaux d’Erio, elle a conscience qu’une telle chose est nouvelle pour lui et qu’il pourrait prendre peur. Mais la sonnerie de l’appartement la tire de ses problèmes existentielles alors que Lana lève les yeux au ciel. « Merde, Bernardo ! » Elle l’avait complètement oublié celui-là. « Est-ce que tu peux allez lui ouvrir, lui dire qu’on le rejoint le temps que j’enfile ma robe ? » Parce que l’accueillir dans son pyjama le Roi Lion n’est pas des plus saillants, ça va de soi.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©.sassenach
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Loris & Stefan
Messages : 792 - Points : 3153

Âge : trente-deux ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Mar 5 Juin 2018 - 0:48 )
Fabio. Sa mâchoire se resserre à l’énonciation de ce prénom, s’efforçant de ne rien dire. L’envie de rétorquer est présente, alors qu’il se sent attaqué. Sa jalousie, cette crainte qui sommeille en lui depuis qu’elle s’est tournée vers cet homme. Il trouve ça justifié, puisque comme elle le dit si bien, Lana lui a donné des raisons de manquer de sérénité et même avec des efforts, ses doutes persistent, ne disparaissent pas. Peut-être que pour elle, les deux situations sont similaires, mais à ses yeux, ce ne sont pas les mêmes. Il prend néanmoins sur lui pour ne pas épiloguer, pas parce que le sujet ne mérite pas d’être abordé, mais parce qu’elle le rassure instantanément : ses mots ne sont pas là pour lui reprocher son comportement, juste pour qu’il prenne conscience que sa déclaration sur le toit n’a pas suffit à lui retirer ce poids, à l’aider à tourner une page, à oublier, que ce n’est pas évident de passer outre ses inquiétudes. Il aimerait pourtant pouvoir, repartir sur de meilleures bases, se concentrer sur le positif de leur couple qui tient malgré tout la route, peu importe les épreuves. Ils reviennent de loin et les sentiments éprouvés l’un pour l’autre sont toujours aussi forts, semblent être intact. Même s’ils ne sont pas aidés par les points obscurs, Erio continue d’y croire. « Puisque j’te le dis. » Et il se fiche bien de ce qu’on aurait pu dire, des réactions du personnel ou des clients. Face à de telles réflexions, il ne serait pas resté discret et peut-être bien qu’il aurait attrapé la main de sa petite amie pour quitter les lieux. Ou alors il se serait installé avec la ferme intention de montrer à son ex que Lana ne lui appartient plus, que son choix final ne s’est pas orienté vers lui. Cette pensée devrait lui faire du bien et avoir son importance, mais c’est peine perdue. Il ne se sent pas légitime dans sa vie et les appréhensions de sa petite amie ne font que renforcer son inconfort. Cette sensation qu’elle pourrait le quitter du jour au lendemain en s’apercevant faire fausse route. Leurs réactions sont tellement à l’opposé de celles de l’autre. Les siennes sont imprévisibles, même pour lui qui ne peut rien promettre quant à ses agissements. « Alors on va avoir un problème pour s’comprendre. Si on s’cache des trucs, j’suis pas sûr que ça tienne la longueur. » avance-t-il, qu’elle se rende compte que cette solution n’est pas la plus appropriée pour que leur ménage survive. « J’ferai des efforts. » Ne pas s’éloigner, lui laisser une porte ouverte. L’objectif est qu’ils arrivent à se renforcer à deux, pas s’engager dans une relation basée sur des non-dits. Ils en souffriraient tous les deux, ne se sentiront pas à l’aise et il ne souhaite pas ça. D’ailleurs, il montre l’exemple avec ce qu’il ressent au fond de lui. Cette crainte incessante qui le bouffe de l’intérieur, qui ne s’efface pas lorsqu’il sent ses lèvres sur les siennes, encore moins à ses trois mots qui sont forts, oui, certainement, et qu’il croit. « Je sais tout ça. » Elle le lui a déjà dit, répété et il a fini par le comprendre avec le temps. « Mais j’ai quand même peur. Ecoute… J’te dit qu’il faut qu’on s’parle, alors… Quand tu as pris l’exemple de Fabio, tout à l’heure, j’ai trouvé ça tellement… déplacé. » Et ce n’est sans doute pas ce qu’elle souhaite entendre, mais il a besoin de s’exprimer sur le sujet. « J’entends ce que tu me dis, comment tu m’aimes, mais… » Il se mord l’intérieur de la joue, cherchant comment placer le fond de sa pensée sans être blessant. Il n’y a pas une bonne méthode. « J’trouve ça différent. Si j’te crois capable de me quitter, c’est parce que tu l’as déjà fait une fois et j’sais ce que tu vas me dire… Que t’étais pas dans la bonne période, que tu souhaitais te punir, ceux à qui tu tiens aussi. J’ai entendu tout ça. N’empêche que tu m’as lâché pour ce type une fois, alors que tu te sentais pas bien et qu’aujourd’hui, rien ne me prouve que tu recommenceras pas, pour les mêmes raisons. C’est pas mon cas, Lana. Alors… J’trouve que ta position et la mienne, c’est pas pareil. » Et il s’obstine à le penser, à vouloir mettre un point d’honneur là-dessus. « Alors, bien sûr, j’manque de confiance en toi, mais c’est parce que tu m’as déjà fait le coup… Moi, j’t’ai rien fait. J’t’ai pas lâché pour une blonde. J’t’ai pas trompé, rien de tout ça. J’veux pas dire que ce que tu ressens est pas légitime, mais j’pense que comparer mes craintes vis-à-vis de ton ex et les tiennes, c’est carrément déplacé. » Son ton est calme, posé, tandis qu’il se surprend lui-même à donner une explication moins brouillonne. « En vérité, je m’y attends, je te jure. J’sais qu’un jour, tu me quitteras. J’saurais pas te dire exactement pourquoi, mais j’m’y attends. » Cette insécurité est oppressante, joue sur son moral, en plus du reste et si ça se trouve, c’est ce qu’elle ressent elle aussi. « Quant à cette histoire de psy, ouais, c’était nul, parce que j’aime pas l’idée qu’une personne intermédiaire vienne résoudre nos problèmes, alors que notre histoire est très récente, mais j’compte pas partir. Je t’ai dit. C’est toi qui me quitteras. » Pas lui. Elle. Erio dépose un baiser sur son front et lui désigne sa chambre. « Va. » lui dit-il, avant de se diriger vers la porte pour ouvrir à ce type qu’il ne connait ni d’Eve ni d’Adam, espérant qu’il ne soit pas assez crétin pour avoir jeté son dévolu sur sa petite amie. C’est franchement pas le moment pour ça.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©leeloo_59(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Multi-comptes : Lucy la sportive, Leïla la droguée
Messages : 2787 - Points : 3025

Âge : 33 ans (23 mai)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le Mar 5 Juin 2018 - 23:31 )
Erio a raison : s’ils se cachent des choses alors leur couple n’a aucun avenir. Lana a conscience de tout ça mais n’oublie pas à quel point sa réaction a été violente pour elle quand elle lui a dit les choses qu’elle ressentait. Après le psy, après cette soirée ratée, Erio s’est totalement refermé face à elle, ne lui a laisser aucune chance d’aller vers lui en se montrant absent physiquement mais aussi psychologiquement quand il était avec elle. Il l’a laissé seule avec sa culpabilité, qu’elle peine encore aujourd’hui à gérer et, si elle s’en veut beaucoup, elle lui en veut aussi pour ça, pour l’avoir fait se sentir comme la plus nulle des petites amies. Peut-être que ces quelques jours d’absence pour lui ne représentait pas grand-chose, parce que ça fait partie de son mode de fonctionnement, mais pour Lana, qui prend les choses à cœur, ça a pris des proportions monumentales dans sa petite tête et dans son cœur. Au point même où elle a fini par croire qu’il était simplement en train de chercher le bon moyen de la quitter, en douceur, sans provoquer un cataclysme dans sa vie encore fragile. Lui aussi semble avoir les mêmes craintes alors que Lana est à des années lumières d’envisager de le quitter. Pour elle, ça semble évident que ses crises intenses de jalousie montre au contraire qu’elle l’aime qui frôle la folie. Mais sa manière de le lui communiquer, de le lui dire ne suffisent visiblement pas à passer le filtre de ses oreilles pour arriver à son cœur. Une nouvelle fois, Lana échoue à le rassurer et se reprend ses erreurs passées en pleine figure. Elle pensait pourtant que tout ça était derrière eux, qu’il comprenait mais dans son long discours, Lana comprend qu’il n’a qu’entendu ses paroles sans les intégrer, les comprendre. Et là, à son tour, c’est à elle d’avoir l’impression de parler à un mur qui ne prend pas en compte ce qu’elle avance comme elle a pu le faire avec Erio. Tout ce qu’elle dit est peut-être maladroit, c’est vrai, mais ça finit toujours par être interprété de la pire des manières possibles. Et ça la blesse, forcément, plus qu’elle ne le montre en apparence mais, à l’intérieur d’elle, son cœur saigne. « J’voulais pas comparer dans ce sens-là… Je voulais juste te faire comprendre que les mots, les discours ne suffisent pas forcément toujours c’est tout. Oublie ce que j’ai dit. » Et par la même occasion qu’il l’oublie elle et cette histoire dont elle n’est pas fière mais dont il vient de lui rappeler tous les détails. Le pire dans tout ça, c’est plutôt que de la croire suffisamment forte pour ne pas refaire ses erreurs passées, Erio semble la voir assez faible pour replonger à la moindre petite difficulté. Pour la première fois, elle ne se sent plus cette femme exceptionnelle dans ses yeux et elle repense un instant à ce regard qu’il avait posé sur elle dans leur salle de bain après son intense crise de boulimie. Un regard qui n’était pas rempli de pitié, ni déçu, ni rancunier… Un regard avec des étoiles dans les yeux, un regard pour lequel elle donnerait tout pour le revoir une nouvelle fois mais là, alors qu’elle ne quitte pas ses prunelles, elle ne parvient pas à l’apercevoir. Tout ce qu’elle voit, c’est un homme, qu’elle aime de tout son cœur mais qui semble avoir déjà fait le choix pour elle à savoir qu’elle le quittera, un jour ou l’autre. Il ne semble même pas envisager une seule seconde que, dans leur couple, aucun des deux n’aura à quitter l’autre pour la simple et bonne raison qu’ils pourraient partager toute une vie ensemble. Non, Erio ne l’évoque pas une seule seconde et semble la voir comme la méchante qui mettra un terme à leur histoire. C’est dur ce qu’il est en train de lui dire et si Lana est d’accord pour dire que l’honnêteté est le ciment du couple là, ses paroles vont beaucoup trop loin et lui enfoncent un poignard dans le cœur. Elle se sent en dessous de tout, comme jamais elle ne l’avait été et ce qui était partie comme une discussion constructive se transforme encore une fois en un joli petit cauchemar. L’histoire de leur vie. « Ok. Je comprends. » Lâche-t-elle, incapable de trouver d’autres mots face à la claque qu’elle vient de se prendre, aussi pour ne pas envenimer plus la situation qu’elle ne l’est déjà. Sauf que non, elle ne comprend pas comment il peut lui sortir une chose pareille, comment il peut rester auprès d’elle tout en étant là, à attendre son ultime faute où elle mettra fin à tout ça. Elle ne le suit pas dans ce qu’il vient de lui dire, se demande ce qu’elle a bien pu faire pour qu’il en arrive à ce point. Et elle cherche, elle cherche pour trouver la réponse à ses questions et la solution qui va avec mais elle n’arrive pas. « Ok, merci. » Dit-elle avant de s’éclipser dans leur chambre mais l’envie n’est plus là quand elle enfile finalement cette robe. Cette soirée à venir vient de perdre tout son charme.

Sujet terminé.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] Lana | Mission sauvetage ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Lana | Mission sauvetage -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences