Revenir en haut
Aller en bas


 

- Vera - Home is where I want to be -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Enoch VolpinoLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3025-cause-all-i-ever-do-is-say-goo http://www.ciao-vecchio.com/t3075-fighting-fire-with-fire#98003
ID : Bone_echo
Faceclaim : Michiel Huisman + tweek
Multi-comptes : Rowtag ; Magda
Messages : 363 - Points : 276

Âge : 38 ans
Métier : Agent de terrain du MI5, spécialisé dans la lutte anti-terrorisme. Actuellement en convalescence.
Sujet: Vera - Home is where I want to be ( le Ven 8 Juin - 10:53 )
Le quotidien se posait à Naples. Enoch retrouvait des repères, des marques oubliant celles de Londres. L’homme se creuse une routine banale mais qui a eu du mal à s’installer. Parce que Naples, ça faisait bien 20 ans qu’il n’y avait pas mis les pieds. Parce que Naples représentait beaucoup. C’était l’écrin de ses plus beaux souvenirs mais aussi le théâtre d’un drame qui a implosé sa vie. Son cœur aussi d’une certaine façon. Un deuil qui lui a sauté à la figure et qu’il n’a jamais réellement pu apaiser même avec les années. Le suicide de son père qu’il condamne toujours, les victimes de cet acte pour lesquelles il culpabilise comme s’il était le coupable. Il l’est en quelque sorte, le Volpino, parce qu’il en porte le nom en toute lettres sanglantes. Malgré ses retrouvailles avec son pays d’enfance, ce pays fui avec véhémence, Enoch a vécu un peu reclus dans sa maison, ne sortant que de temps à autres. Surtout pour accompagner Lily dans les artères de Naples. Allant avec elle à quelque endroit où de bons souvenirs d’enfance s’y étaient greffés. Le brun avait fait un retour tout en discrétion, ne l’annonçant pas à ceux qu’il avait laissé, abandonné derrière lui car son retour n’était pas sûrement une nouvelle réjouissante pour ceux qu’il l’avait rayé de sa vie insensiblement. Il avait ses raisons et même si parfois, des remords lui tordent le cœur, Enoch assume. Enoch garde la tête droite, ne montrant rien. Pourtant, aujourd’hui, il y a bien un endroit où l’italo-britannique se rend, sa canne en bout de bras, prêt à embrasser un pan de son passé. Le meilleur comme le triste. Sa cousine, Vera qui avait souffert avec lui de la perte de Winston. A l’époque, ils formaient un trio infernal et enchaînaient les conneries et les cent coups pour le plus grand malheur des adultes qui étaient en charge d’eux. Parce que le Volpino ne fait jamais rien correctement. Parce que l’homme n’a que l’insolence en tout ligne de conduite, sa canne se lève pour se fendre sur un carreau qui se brise. Sa main se glisse pour en défaire le verrou afin de laisser sa carcasse pénétrer la demeure plongée dans le silence et le jour mourant. Sa cousine ne semble pas être présente et c’est bien pour cela qu’il est là. Pourquoi faire les choses correctement quand on peut les faire à l’envers ? L’alarme de la villa résonne dans tout l’habitacle, révelant une présence intrusive et lui casse les oreilles. Quelque minutes s’écoulent avant que l’éclopé trouve le boîtier contrôlant la sécurité de la villa. Ses doigts tentent un code à 6 chiffres : la date de son anniversaire, celui de Winston puis celui de Vera. Et c’est bingo. L’alarme s’arrête de crier et plonge la villa dans le silence le plus calme comme si de rien n’était. Comme chez lui, le Volpino ouvre le frigo et commence à se faire des tartines, pas le moindre gêné de s’introduire chez sa cousine de cette manière. Plateau sur les genoux, les pieds posés sur la table basse, Enoch mange ses tartines laissant ses miettes épouser le canapé comme un gamin qui s'entête à manger comme un cochon. Derrière lui, ses oreilles captent le son d’une clé qui se tourne dans le verrou de la porte d’entrée quand en face de lui, deux policiers s’aperçoivent de sa présence, passant leurs regards au carreau brisé et la baie vitré ouverte à sa dégaine qui ne suinte pas d’innocence. « Bonsoir, messieurs. Vous avez bien mis 8 minutes et 45 secondes à intervenir. Niveau efficacité, c’est à revoir » Les deux policiers n’apprécient pas sa remarque et le lui demandent de se redresser, les mains en l’air. « Vous avez peur que je vous agresse avec une tartine ? » Néanmoins, l’homme se relève avec peine et se maintient debout, une main sur sa canne. Son visage se détourne de quelque degrés, juste pour apercevoir sa cousine qui se tient derrière lui. « Salut, Verrue. Bienvenue à la maison » Un sourire narquois se glisse sur ses lèvres, s’amusant de la situation et du vieux surnom qu'il lui donnait mais son regard, lui, se remplit de tendresse en se posant sur sa chère et tendre cousine. « Je suis de retour » Face à la belle jeune femme qu’elle est devenue, Enoch ne peut s’empêcher de voir la gamine que Winston et lui ne pouvaient s’empêcher d’enquiquiner comme il le fait encore ce soir. De la surprotéger aussi mais ça, il a manqué à son rôle ces dernières années, la mettant à l’écart de sa vie tout en sachant que ce n’était pas la bonne décision. La bonne chose à faire. Fuir, c'est tout ce qu'il sait faire, après tout.

@VERA VENEZZIO



Certains moments ont un goût d’éternité.

All of our frustrations on hold 'Cause you don't know the life that I know. You need love but I'm in my zone. I know, I know, I know, I know you deserve better. Someone that give you all the things that I could never. I'd love to be the one that stays with you forever © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
 
- Vera - Home is where I want to be -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences