Revenir en haut
Aller en bas


 

- { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Colline de Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
ID : Djoan (Floriana) fait vivre Brigitta à travers les articles de son blog.
Faceclaim : Alison Brie ©Bavboule.
Messages : 659 - Points : 1315

Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
Sujet: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Sam 9 Juin 2018 - 14:42 )
La soirée des lampionsCélébrons le début de l'été
Topic commun
Le 31 mars 2018, une fusillade a eu lieu au centre-ville de Naples (plus d'informations). Si deux mois se sont écoulés, l'événement reste encore frais dans les esprits de chacun. Personne n'oublie et les cœurs sont un peu lourds, mais il n'est pas question de laisser ceux aux mauvaises intentions tout détruire, les effrayer au point de les inciter à se renfermer chez eux. La soirée des lampions, pour célébrer l'été est un bon moyen de se détendre et les napolitains s'y réunissent avec le désir de lancer des lampions qui rejoindront les étoiles.
En savoir plus
• Il est 20 heures, la nuit est maintenant bien tombée.
• La colline de Posillipo est bordée de lampions, créant un chemin lumineux jusqu'au sommet.
Deux stands pour obtenir des lampions sont à disposition en bas et au sommet de la colline.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael
Messages : 6432 - Points : 2517

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Dim 10 Juin 2018 - 23:00 )
Le 16 mai, elle n’oublierait pas cette journée, en effet, c’est ce jour là qu’elle était devenue officiellement la petite amie de Celian. Elle avait attendu ce jour depuis longtemps, ça lui faisait bizarre, mais elle était bien. Même si son petit ami était quelqu’un d’original, elle était heureuse de l’avoir à ses côtés, mais elle avait encore pas mal de choses à lui apprendre. La jeune femme l’avait convaincu d’aller à cette soirée de lampions et il avait accepté. Pour l’occasion, elle s’était mise en robe et avait laissé ses cheveux détachés. Elle avait hâte, elle aimait bien ce genre d’événement, elle trouvait ça romantique. « Merci d’être venu avec moi, seule, je n’y serai pas allé. » Pour elle c’était le genre de chose à partager avec quelqu’un. Elle déposa un baiser sur ses lèvres, pas besoin de raison pour faire ça, c’est juste qu’elle aimait le contact. Adelina lui tenait la main toujours en marchant, elle se sentait petite à côté de lui, monsieur était quand même assez grand comparé à elle. « Tu sais que bientôt ça fera un mois qu’on est ensemble. » Elle savait qu’il n’était sans doute pas aussi romantique qu’elle, mais elle l’aimait comme il était, elle savait que jamais elle ne pourrait le quitter. « Tu es heureux avec moi ? » Elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter, elle avait peur qu’un jour qu’il se rende compte qu’être avec elle ne lui convenait pas. Pourtant elle savait qu’il l’aimait, mais bon parfois, il y avait ce petit doute qui s’installait. « Allons acheter des lampions. » Elle l’entraîna jusqu’à un des stands, en tout cas l’endroit était parfait, les lumières étaient magnifiques. Elle se demandait si elle croiserait quelqu’un qu’elle connaissait, ce n’était pas impossible. Au moins cette fois, elle était en bonne compagnie.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Majbritt Bergman10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3920-majbritt-lisbeth-bergman-croir http://www.ciao-vecchio.com/t3927-majbritt-lisbeth-je-taime-une-fois-je-taime-deux-fois-je-taime-plus-que-le-riz-et-les-petits-pois#126299
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai beaucoup de chance puisque je joue la magnifique, sublime, parfaite Dianna Agron. + ©- paroles de "Murder Song" par AURORA + avatar signé .liloo_59
Multi-comptes : Je joue également Anabela Laranjeira, ayant pour célébrité Amber Heard, puis je joue aussi la très jolie Mila Clarizio ayant pour célébrité Jessica De Gouw.
Messages : 1687 - Points : 3454

Âge : Née à Göteborg le 24.12.1989, j'ai déjà trente ans.
Métier : Je suis actuellement la secrétaire personnelle (à l'essai) de monsieur Francesco Spinoza.
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Mar 12 Juin 2018 - 23:11 )
Topic commun : soirée des lampions.
{ @Matteo Dragoni principalement }
Deux mois. Pour certaines personnes, cela peut sembler très long, ou alors assez court. Le fait est qu'à Naples, je pense que tout le monde vous dira qu'il s'est figé. Il y a deux mois, nous avons vécu une fusillade. Certes, je n'étais pas sur les lieux, mais malgré tout, cela m'a ébranlé. Je me suis posée des questions, notamment sur ma passion : l'écriture. J'ai écrit onze romans policiers, onze. J'y parle de meurtres d'enfants, d'abus, de meurtres maquillés en suicides et bien d'autres choses encore. Je relate toujours d'instants compliqués avec le point de vue de l'entourage, alors, depuis cette terrible fusillade je me sens plus atteinte que je ne le devrais.

Je soupire. Je n'arrive plus vraiment à avancer ces derniers temps. Je me suis lancée dans l'écriture d'un roman, mais je doute. Le soir de la fusillade, après s'est retrouvé à l'hôpital, je me suis disputée avec mon meilleur-ami Dante. Il m'avait proposé d'aller dormir chez lui ce soir-là et je lui avais parlé de mes projets, comme toujours. Depuis le décès d'Henri et de Teddy, je me suis accrochée à lui comme à une bouée de sauvetage. J'ai réalisé depuis peu que je ne pouvais pas continuer à vivre de cette manière, tout simplement parce que cela deviendrait pesant pour lui. D'ailleurs, je ne suis pas un cadeau, je le sais, du moins, Henri ne cessait de me le rabâcher…

Ce soir, un évènement bien particulier va se dérouler : la soirée des lampions. Il me semble que c'est en hommage aux victimes de la fusillade, ou quelque chose dans le genre. De ce fait, lorsque j'en ai eu connaissance, j'ai décidé de m'y rendre. Encore une fois, je n'étais pas présente sur les lieux, mais j'étais à l'hôpital alors que les familles et les blessés arrivaient en masse. J'ai observé la scène et j'ai fait une crise de panique. Voir ses inconnus en pleure et recouverts de sang a été difficile à vivre et pour cause, cela m'a rappelé de douloureux souvenirs… La vue des corps inanimés des deux hommes de ma vie. Cela a engendré de nombreux cauchemars, des crises de larmes, une terrible dépression, mais également mon déménagement pour Naples.

Je pars en avance parce que je désire marcher pour me rendre à la colline. Je pense qu'il vaut mieux que je ne prenne pas le volant tant je suis touchée parce qu'il s'est produit. Alors que j'arrive au bas de la colline, je constate que le chemin pour atteindre son sommet est bordé de lampions par ses deux côtés. Je trouve cela très beau, mais l'atmosphère me semble lourde ou du moins elle pèse sur mes frêles épaules. Je suis indécise quant au fait de me procurer des lampions au bas de la colline ou alors à son sommet. Malgré tout, je prends rapidement ma décision et je me dis qu'il vaut mieux que je grimpe sans avoir quoi que ce soit dans les mains, vu que je suis une empotée et que je défie assez souvent les lois de la gravité tant je suis maladroite. Du coup, croisant les bras, je décide de commencer mon ascension, seule pour le moment.




murder song
He holds the gun against my head I close my eyes and bang I am dead I know he knows that he’s killing me for Oh, he did it all to spare me from the awful things in life that come And he cries and cries 5, 4, 3, 2, 1...
- PAR AURORA


Dernière édition par Barbara Rosa le Sam 30 Juin 2018 - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Matteo DragoniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3769-m-smells-like-a-freakshow http://www.ciao-vecchio.com/t3799-m-smells-like-a-freakshow
ID : Bellätrix (V.)
Faceclaim : E. Peters © ealitya ♡ (avatar) + ANESIDORA (signature)
Multi-comptes : Noah & Giovanni.
Messages : 1161 - Points : 629

Âge : 31 ans (1o.o4.87)
Métier : Agent immobilier.
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Mar 19 Juin 2018 - 18:48 )
La soirée des lampions. Honnêtement, je n’avais aucune envie de m’y rendre. Non pas à cause de la symbolique qui se cachait derrière cet événement ni du fait que l’ombre de la fusillade planait toujours sur la ville de Naples, mais je n’avais tout simplement pas le cœur. Depuis quelques jours, je n’étais plus moi-même. Je ne sortais presque plus – hormis pour le travail – je n’arrivais plus à dormir, mangeait presque plus rien … Je me laissais complètement aller. Mourir à petit feu. La culpabilité rongeant tout mon être. Qui me collait à la peau.  Tout était confus dans ma tête pourtant tout était tout autant clair également. C’était Bagdad. Le bordel. Depuis que j’étais revenu de ce road-trip, quoique, ce n’en était pas réellement un, étant donné qu’il n’avait duré que quelques heures, je n’arrêtais pas de ressasser ce qu’il s’était passé, ce qui aurait pu se passer. La limite que j’avais franchie, avant de m’en rendre compte. J’avais déconné. Mais ce n’était pas vraiment à cause de cela que je m’en voulais. C’était autre chose. Plusieurs même. 1) le fait que j’avais aimé, que j’en voulais plus, au dépend d’Emilia, qui m’attendait à la maison 2) que je serais capable de recommencer, juste avec elle, si je n’arrivais pas à me contrôler 3) je n’étais pas ce genre d’homme. Je n’étais peut-être plus heureux en couple, ce n’était pas une raison pour la rendre cocue. Malgré tout, elle ne le méritait pas.  Si elle ne l’était pas déjà, si un simple baiser était considéré comme de l’adultère. Pour certains, certainement que oui. Pour d’autres, non. Je me trouvais donc là. Complètement abattu. N’ayant aucune envie de sortir. De voir les gens heureux. Isadora s’y trouverait-elle ? Aucune idée, j’avais – à nouveau – coupé tous les ponts avec elle. Je m’étais éloigné, volontairement. Si elle était là, serais-je capable de me contrôler ? De me comporter comme si rien ne s’était passé ? Des mains se posèrent sur mes épaules, son parfum m’enveloppant. « Chéri ? C’est bientôt l’heure. Laura nous attend » Je me tournais, soupirant. Emilia était déjà prête. Habillée, coiffée et maquillée. Dès que la soirée des lampions avait été annoncée, elle avait hâte d’y être. Depuis la fusillade, encore plus. Elle avait promis à une de ses amies que nous l’accompagnerons, amie qui avait perdu sa sœur, en ce jour fatidique. Je fis donc un effort. Je me levai, marchant d’un pas automatique vers la chambre, me changer avant de retourner au salon, lui signalant que j’étais prêt à mon tour. Avant de sortir de cet endroit étouffant.

Posillipo. Je déambulais à travers la foule, main dans la main avec Emilia, et Laura. L’ambiance n’était franchement pas à la rigolade. Heureusement, j’eus un moment de répit. Elles partirent inspecter un stand. Je pris donc de l’avance, mettant de la distance entre elles et moi. Hésitant sur la marche à suivre, je regardais dans tous les sens. Rebrousser chemin discrètement ? Jouer le jeu, juste encore un soir ? C’est là que, sans trop savoir pourquoi, une jeune femme attira mon regard. Et cette jeune femme, n’était pas Isadora. Elle, je l’aurais reconnue entre mille tandis que, celle qui gravissait la colline, je ne la connaissais ni d’Eve ni d’Adam. Alors pourquoi ? Je me décidais à faire comme elle, à vaquer, tel un fantôme, parmi la foule. Devenir encore plus invisible. Se faire aspirer. À mi-chemin, je m’arrêtais. J’avais cru voir quelque chose tomber dans sa poche. Ce quelque chose était à présent à mes pieds. Je me penchais pour ramasser un porte-clé, avant de le ranger dans ma poche et d’accélérer le pas. Une fois à la hauteur de l’inconnue, je tournais la tête vers elle. J’hochais juste la tête, en guise de salutation « Bonjour », espérant ne pas passer pour un parfait connard ou encore un pervers. Je sortis finalement ma trouvaille de ma poche, le lui désignant. « Je crois que c’est à vous ».

@Barbara Rosa (tu sais où me trouver si jamais)


In the daylight I’m your sweetheart, You’re goody-thow-shoes prude is a work of art. But you don’t know me, and soon you won’t forget, bad as can be, yeah, you know I’m not so innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
ID : ChouxLy
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Acydic + © Pinterest + © iamhappytoseeyou + © Superhopper + © Mioune
Messages : 230 - Points : 630

Âge : 36 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Dim 24 Juin 2018 - 23:41 )
Soirée des lampions

Dans ce nouveau rôle encore inconnu à ses yeux qu'il avait décidé d'aborder en changeant de statut auprès de son ancienne meilleure amie d'enfance : en devenant le petit ami d'Adelina, il n'était jamais sûr de ce qu'il devait faire. Ni ce qu'il devait dire. Encore moins de l'attitude qu'il était censé adopter.  Pourtant, elle était restée à ses côtés, acceptant toutes ses imperfections et toutes ses maladresses. Toutes ces maladresses qu'il avait pu commettre : son absence et son silence radio durant une vingtaine d'années, l'incompréhension de leurs retrouvailles et les avances de la jeune femme qu'il n'avait su déchiffrer. Sa mémoire et son hypermnésie auraient pu encore en citer beaucoup d'autres, pourtant il s'arrêta à ceux-là en voyant l'heure défiler. Mais également en voyant son adjointe débouler dans son bureau, lui demandant pourquoi il était toujours là à cette heure-ci alors qu'il avait rendez-vous. Dans quoi s’était-il embarqué ? Lui-même n’aurait su le dire : toujours est-il qu'il avait accepté d'accompagner Adelina à la soirée des lampions sur la colline de Posillipo. C'était apparemment une soirée faite pour fêter l'arrivée de l'été. Il n'était pas friand d'habitude de ce genre de soirées : il avait d'ailleurs du mal à comprendre pourquoi est-ce qu'on fêtait l'arrivée d'une saison, mais la Brunette avait su se montrer persuasive et il avait fini par céder face à sa détermination. S'arrachant à ses recherches, le scientifique en profita pour rapidement passer à son appartement sur Santa Lucia afin d'avaler un plat de pâtes qu'il s'était préparé en amont et de se changer, en enfilant une nouvelle chemise.

La Brunette était déjà arrivée lorsqu'il atteignit le quartier de Posillipo : Merci d’être venu avec moi, seule, je n’y serai pas allé. Un léger sourire apparut sur ses lèvres l'espace d'un instant : Il faut avouer que tu sais te montrer très persuasive quand tu souhaites quelque chose. Il l'avait compris et continuait de le comprendre à ses dépends : persuasive et déterminée. L'instant d'après, elle prit l'initiative de déposer un baiser sur ses lèvres, avant de lui saisir la main, le guidant à travers le chemin. Celian n'étant pas encore plus tactile qu'avant, il pouvait encore parfois avoir ce mouvement de recul lorsque la jeune femme engageait ce genre de geste. Pourtant, quelque part en lui, il se rendait compte à chaque fois qu'il aimait ce contact. Qu'il aimait sentir cette proximité. Qu'il aimait sentir ce baiser qu'elle lui donnait à chaque fois qu'ils se voyaient tous les deux. Ce soir il n'eut pas ce recul. Tu sais que bientôt ça fera un mois qu’on est ensemble. Son aîné n'accordait que peu d'importance à ce genre de choses, de plus tous les deux se connaissaient depuis si longtemps qu'il avait perdu le fil des années : quelques mois de plus ou de moins, n'avaient pas le même effet. Tout cela parce qu'il n'était pas implanté avec le même mode de penser que tout un chacun. Si tu le dis. Son ton trahissait son incompréhension des dates et non pas un certain je m'en foutisme. Mais il ne prit la peine de le préciser : c'était avec Adelina qu'il parlait, elle savait de toute façon lire entre ses lignes.

Tu es heureux avec moi ? Soupirant, il leva les yeux au ciel : ce n'était pas la première fois qu'elle avait ce genre de questions déguisées même si le Brunet ne pouvait comprendre pourquoi elle revenait en boucle, il avait compris qu'il devait s'obstiner à répondre. Je crois avoir déjà répondu à cette question, ainsi qu'à toutes ses autres déclinaisons, n'est-ce pas ? Ou alors aimes-tu me faire répéter lorsque je te dis que oui, je suis très bien avec toi? Sa franchise était de mise encore ce soir. Allons acheter des lampions. Ces fameux lampions bordaient le chemin pour aller les acheter, le chemin qui menait au sommet de la colline : ces derniers étaient accrochés partout, donnant cette atmosphère si particulière à ce lieu. Au stand, Celian se permit de régler le lampion d'Adelina : il déclina l'offre d'en avoir un pour lui, malgré tous les efforts qu'il pouvait faire, ce n'était pas encore totalement son truc. Il faudra quand même que tu m'expliques un jour, en quoi les lampions représentent l'été. En quoi, il y a une quelconque association entre les deux et surtout pourquoi est-ce qu'il y a une fête pour célébrer une saison. Ses questions naïves étaient presque attendrissantes. Il était parfois beaucoup trop rationnel pour ce monde. Monter la colline semblait être la prochaine étape de ce voyage, de cette fête : certains faisaient le même arrêt qu'eux au stand pour acheter leurs lampions en amont, d'autres préféraient attendre le stand d'en haut pour le faire. D'autres encore semblaient s'arrêter au milieu du chemin emprunté pour gravir la colline afin d'échanger quelques mots autour d'un objet trouvé. Autour d'un objet qui semblait avoir été perdu quelques secondes auparavant par une jeune femme et qui avait été retrouvé par l'un de ceux qui empruntait le même chemin. On monte nous aussi j'imagine ? Proposa-t-il à Adelina. Dans un geste, il lui prit le lampion des mains afin de le porter jusqu'en haut de la colline, lui permettant d'éviter d'être encombrée. Un geste de gentleman britannique qu'on pouvait lui connaître.
Codage par Libella sur Graphiorum



Je ne sais rien de ce qu'on appelle le destin, pourtant en cet instant, je ressens soudain ce besoin de croire qu'il est present
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael
Messages : 6432 - Points : 2517

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Lun 25 Juin 2018 - 12:24 )
« Je sais ce que je veux. » Elle savait qu’il faisait ça pour elle, Adelina le connaissait trop bien. C’était quand même assez comique, ils avaient beau être un couple, Celian avait encore certains reflexe de recul, bon ce n’était pas grave, c’était même mignon, enfin cette fois, il ne semblait pas l'avoir eu. Elle devait tout lui apprendre, elle ce qu’elle attendait, c’est que ce soit lui qui prenne des initiatives, comme l’embrasser. Si ça se trouve, ce serait à elle de faire les demandes importantes, mais bon, elle s’y faisait, elle l’aimait tellement qu’elle acceptait tout ses défauts. « Il n’y a que moi qui pense aux dates importantes, d’ailleurs oublie pas qu’il y un événement spécial en juillet. » En effet le 18 juillet, la jeune femme aurait trente six ans, même si elle n’aimait pas trop vieillir, elle espérait que son petit ami n’oublierait pas de lui fêter, sinon elle risquerait de mal le prendre. Logiquement, il a quand même une bonne mémoire.

« Oui j’aime t’entendre dire que tu es bien avec moi, ce n’est pas ma faute, si tu n’es pas assez expressif, mais bon comme je t’aime, je te pardonne tes maladresses. » Elle se mit à lui sourire, de temps en temps, elle aimait bien lui envoyer une petite pique, mais c’était juste pour le taquiner. « Celian ne cherche pas une explication à tout, il n’y en a pas forcément. Cet événement est une bonne excuse pour passer un moment avec ta merveilleuse petite amie, tu ne vas pas te plaindre ? » Ah sacré Celian, toujours à chercher une réponse à tout, n’empêche, si elle était tombée amoureuse de lui, c’était qu’elle l’aimait comme il était et elle ne cesserait jamais de le dire. Ils étaient ensuite allés acheter un lampion, ce qui était bien suffisant. « Oui on monte. » Il avait beau faire preuve de maladresse, il savait aussi être galant. « Tu es un vrai gentleman quand tu veux. » Elle lui déposa un baiser sur la joue pour le remercier, bah oui, elle n’a pas envie qu’il soit trop gêné, parce qu’une fois de plus, elle l’aurait embrassé sur la bouche en public. « On peut faire aussi des trucs que tu aimes faire, du moment que je suis avec toi, je serai bien. Puis je ne veux pas que t’obligés à faire des choses qui ne te plaise pas, je veux te faire plaisir aussi. » C’était bien vrai, elle ne voulait pas être une petite amie capricieuse. « Je veux prendre soin de toi, par exemple, t’apprendre à cuisiner, car manger que des pâtes, ce n’est pas une bonne idée. » Elle était prête à cuisiner pour son homme, dire qu’il savait faire des tas des choses, mais que la cuisine semblait être difficile pour lui alors que pour elle, ce n’était pas tellement compliqué. Les choses changeraient le jour ou ils vivront ensembles, mais bon ce serait sans doute elle qui dans quelques mois devrait lui faire la proposition, car le connaissant, ce n’était pas prêt d’arriver.


Adelian
« uc. »


Dernière édition par Adelina Alma le Mar 3 Juil 2018 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Majbritt Bergman10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3920-majbritt-lisbeth-bergman-croir http://www.ciao-vecchio.com/t3927-majbritt-lisbeth-je-taime-une-fois-je-taime-deux-fois-je-taime-plus-que-le-riz-et-les-petits-pois#126299
ID : Je suis connue sous le pseudo de pitoquinha sur les forums, sinon je me prénomme Louise.
Faceclaim : J'ai beaucoup de chance puisque je joue la magnifique, sublime, parfaite Dianna Agron. + ©- paroles de "Murder Song" par AURORA + avatar signé .liloo_59
Multi-comptes : Je joue également Anabela Laranjeira, ayant pour célébrité Amber Heard, puis je joue aussi la très jolie Mila Clarizio ayant pour célébrité Jessica De Gouw.
Messages : 1687 - Points : 3454

Âge : Née à Göteborg le 24.12.1989, j'ai déjà trente ans.
Métier : Je suis actuellement la secrétaire personnelle (à l'essai) de monsieur Francesco Spinoza.
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Ven 29 Juin 2018 - 15:40 )
Topic commun : soirée des lampions.
{ @Matteo Dragoni principalement }
La solitude. Certaines personnes y sont habituées, se disant qu'elle est une amie fidèle, puis d'autres ne la supportent pas ou plus. Je ne sais plus vraiment où j'en suis, rapport à celle-ci, le fait est que j'ai surtout l'étrange sensation que je n'arrive plus à communiquer avec les autres. Il y a comme un mur de verre qui me sépare du reste du monde et de ce fait, personne ne me comprend. C'est ce qu'il s'est produit avec Dante, mon meilleur ami. Je regrette ce soir où j'ai accepté qu'il vienne me chercher sur le parking de l'hôpital afin que je dorme chez lui. Je pensais passer un instant hors du temps dans notre nulle de confort, seulement, cela ne s'est pas passé comme prévu. Au début, tout se déroulait sans encombre. Il m'avait préparé mon thé préféré, puis nous nous étions installés sur son canapé et caler tout contre lui, je me sentais en sécurité. Le fait est que ce moment de tendresse à tourner court. Dante me manque énormément et j'aimerais me retrouver à nouveau dans le creux de ses bras, seulement j'ai peur. Je préfère donc repousser l'instant où nous nous reverrons, non parce que j'ai peur de lui, mais parce que je suis terrifiée à l'idée de ne plus retrouver cette sensation de sécurité à ses côtés. Alors que je soupire, les mains dans les poches, je suis soudainement parcouru par un frisson. Je frotte donc mes bras afin de les réchauffer, alors que je continue à marcher seule pour rejoindre le sommet. Arborant une silhouette assez frêle, on pense aisément que je suis fragile, que je n'ai aucune force dans les bras, ce qui n'est pas le cas. Je suis plus robuste qu'on ne pourrait le croire, même si cela ne se voit pas au premier abord. Le fait est que mon thérapeute m'a révélé que j'étais très forte, beaucoup plus forte que je ne l'imaginais, mentalement parlant. À présent, lorsque j'y pense, je sais qu'il a raison. Je me sens davantage en phase avec moi-même, parce que mine de rien, je me découvre un peu plus chaque jour. J'aime la femme que je commence à entrevoir, même si depuis deux mois, je me sens désespérément seule. Puis, de nombreux projets sont tombés à l'eau, des projets professionnels qui devaient me remettre dans le bain. Cela me fait de la peine quand j'y pense, parce que j'y croyais. Je pensais que grâce à ses deux romans, j'allais pouvoir retrouver mes lecteurs, seulement, aucun de ses deux projets ne verra le jour.

Ma procession se déroule relativement bien. Quelques enfants courent afin d'arriver le plus rapidement possible au sommet alors que leurs parents demandent à ce qu'ils se calment et à ce qu'ils respectent cet instant solennel, alors que d'autres discutent tout bas, se racontant les derniers évènements apparus dans leurs existences. Il reste tout de même les silencieux, ceux qui, comme moi, sont venus seuls ou en couple, mais qui ne pipent mot. Peut-être sont-ils en train de prier, ou peut-être pensent-ils à leurs proches malheureusement disparus. Le fait est que l'on entend que leurs pas qui foulent le sol et rien d'autre. Alors que j'observe ces quelques personnes, le jour termine sa course pour laisser place à la nuit. Le crépuscule s'installe avec douceur, alors que je suis soudainement prise de nostalgie. Je me dis que Teddy m'aurait sans doute tenu la main, avant de vouloir courir avec ces quelques enfants présents. Peut-être aurait-il pleuré, un peu, pour retrouver son calme avec rapidité, comme lorsqu'il était en vie. Henri ne serait sans doute plus dans le tableau, puisque je m'étais décidée à le quitter une fois pour toute, malgré toutes ses supplications et menaces. Tout n'était pas forcément évident avec lui, seulement, ma vie à ses côtés était intense. Avec les années, elle était plus difficile à supporter, le fait est qu'il me portait un amour inconditionnel, du moins je crois. Pensive, j'erre avec lenteur lorsque j'ai la sensation que l'on me regarde. Tournant la tête, j'aperçois un jeune homme qui me salue. J'esquisse un sourire alors que je tente de me rappeler si je l'ai déjà rencontré, je pense bien que non. J'ai une excellente mémoire des visages et je suis persuadée de ne pas le connaître. Le fait est qu'il prend la parole, avant de me dire qu'il a quelque chose qui m'appartient. Fronçant les sourcils, je le vois sortir de sa poche la chose en question. Instinctivement, je touche mes poches de jean et je réalise, qu'effectivement, j'ai perdu mon porte-clefs. « OH ! » Je souffle, avant de m'empourprer. « Vous avez raison. » Je dis, baissant les yeux durant quelques secondes. « Merci de me l'avoir rapporté. » J'ajoute, parce que de nos jours, les gens courtois, polis et serviables sont rares, malheureusement. Lorsqu'il me le rend, je décide de le garder en main afin de ne pas le perdre à nouveau. De nature curieuse et après m'être mordu la lèvre, je m'adresse à lui, ou plutôt, je lui pose une question. « Vous êtes venu tout seul ? » J'aimerais que cela soit le cas, puisqu'ainsi, nous pourrions continuer notre ascension ensemble.




murder song
He holds the gun against my head I close my eyes and bang I am dead I know he knows that he’s killing me for Oh, he did it all to spare me from the awful things in life that come And he cries and cries 5, 4, 3, 2, 1...
- PAR AURORA
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
ID : ChouxLy
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Acydic + © Pinterest + © iamhappytoseeyou + © Superhopper + © Mioune
Messages : 230 - Points : 630

Âge : 36 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Ven 20 Juil 2018 - 22:02 )
Soirée des lampions

Je sais ce que je veux. De cela, Celian ne pouvait douter : après tout, elle l’avait convaincue de venir à cette soirée alors que ce n‘était pas sa tasse de thé habituellement. Apparemment cela faisait également parti de son nouveau statut. Le fameux statut de petit ami qu’il avait acquis depuis cette soirée où il avait été obligé de ramener une Adelina bourrée arrivant à peine à lui indiquer le chemin pour le rejoindre. La leçon de morale que son aîné avait voulue lui donner avait viré sur un tout autre sujet pour les mener jusqu’ici. Il n’y a que moi qui pense aux dates importantes, d’ailleurs oublie pas qu’il y un événement spécial en juillet. Arquant un sourcil, il fut surpris de cette remarque, au contraire le Brunet n’oubliait jamais rien, il avait parfois du mal à savoir ce qui était important de ce qui ne l’était pas ou qui l’était moins. Ce qui était dû à son hypermnésie : cette faculté à se souvenir du moindre détail. Instinctivement, il passa en revue ce qui pourrait arriver en juillet jusqu’à tomber sur la date d’anniversaire de la jeune femme. Le 18 juillet. Adelina était d’un an sa cadette et elle semblait attacher une certaine importance aux dates d’anniversaires. Ce qui était moins le cas du scientifique : comme beaucoup d’autres normes sociales qu’ils n’avaient pas intégrés ou qu’il ne voulait pas intégrer. Son anniversaire à lui étant accolé à la fête de Noël, plus d’une personne avait confondu les deux. Je n’oublie rien Adelina, tu devrais le savoir : j’ai juste dû mal à comprendre l’importance qu’on accorde à certaines dates. Je sais pertinemment que ton anniversaire est le 18, si c’est ce dont tu avais peur que j’oublie. Il disait cela avec une telle décontraction que cela trahissait ce décalage dont il lui faisait part, tout en abordant un ton qui aurait pu paraître condescendant. Alors que cela n’était pas la réalité, Celian était juste détaché de ce genre de choses.

Oui j’aime t’entendre dire que tu es bien avec moi, ce n’est pas ma faute, si tu n’es pas assez expressif, mais bon comme je t’aime, je te pardonne tes maladresses. Pourtant Celian était expressif, du moins c’était comme cela qu’il le ressentait. Il avait l’impression de bien plus se livrer qu’auparavant en sa présence mais un minuscule petit changement représentait une montagne pour lui. D’où ce si grand décalage entre eux deux. Chaque petit pas semblait être une avancée vertigineuse pour lui. Un véritable saut dans l’inconnu. Une ronde des émotions et des sentiments qu’il ne connaissait pas. Celian ne cherche pas une explication à tout, il n’y en a pas forcément. Cet événement est une bonne excuse pour passer un moment avec ta merveilleuse petite amie, tu ne vas pas te plaindre ? Pourtant cela tourmentait le Brunet ce rapprochement avec les lampions et une fête consacrée à la saison estivale. Oh aucun rapport ? Dommage. Gardons ton excuse alors. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres : cette phrase était un des symboles, un des moments d’expression que la jeune femme aimait tant. Certes c’était une petite pique, mais la façon dont elle était dite et formulée, montrait toute la douceur dont le Brunet pouvait être capable. Oui on monte. Leur ascension pouvait donc commencer alors que le scientifique prit le lampion dans ses mains. Tu es un vrai gentleman quand tu veux. Sur un sourire, elle déposa un baiser sur sa joue. Cela doit bien être la seule chose de bien dont j’ai hérité de mon côté anglais. Sarcastique : Adelina avait toujours été au courant de sa relation plus que compliquée avec sa maternelle.

On peut faire aussi des trucs que tu aimes faire, du moment que je suis avec toi, je serai bien. Puis je ne veux pas que t’obligés à faire des choses qui ne te plaise pas, je veux te faire plaisir aussi. Alors c’était l’image que son attitude dégageait ? A nouveau, il se rendit compte qu’il faisait tout de travers, car ce n’était pas ce qu’il souhaitait dégager : cela ne le dérangeait absolument pas d’être ici ce soir, en sa compagnie. Certes, elle avait dû être déterminée pour le faire sortir, mais c’était uniquement parce que Celian n’avait pas l’habitude. Pas l’habitude de ce genre d’événements. Auparavant, il aurait laissé les autres y aller, malgré une petite curiosité qui aurait pu le pousser à vouloir connaître ce genre d’événements. Mais avec Adelina, c’était toujours un autre monde, une autre histoire. Lui qui avait l’impression d’être presque asocial, lui qui ne comprenait ni les autres ni leurs émotions, il avait pourtant l’impression d’apercevoir une lumière au bout du tunnel grâce à elle. Est-ce que c’est vraiment l’attitude que je dégage ? Cette interrogation exprimée naturellement à voix haute, il continua sur sa lancée : Ce que je veux dire c’est que je ne voudrais pas que tu penses ça : certes je ne serais jamais allé dans ce genre de soirées si tu n’avais pas été là. Certes, ce n’est pas dans mes habitudes, mais ça ne me déplaît pas./b] Voilà maintenant qu’il était étiqueté comme un rabat-joie. Si tu as si peur que je sois dépaysé, nous irons à l’observatoire astronomique la prochaine fois, comme ça tu seras dépaysée alors. L’astronomie était son rayon et cela depuis son enfance. L’Observatoire était un endroit qu’il avait connu lors de ses toutes jeunes années. Je veux prendre soin de toi, par exemple, t’apprendre à cuisiner, car manger que des pâtes, ce n’est pas une bonne idée. Malgré le fait qu’il ne soit que très peu expressif, toute l’attention que la jeune femme lui portait, le touchait. A un véritable point qu’il n’aurait su exprimer. Jamais pu exprimer. Arrêtant Adelina dans son ascension en l’attrapant par le bras, il déposa un baiser sur son front. Tu en fais déjà énormément, crois-moi. Ne t’attaque pas à une cause perdue supplémentaire. Je te laisse la cuisine tant que j’ai toujours le droit de préparer mon thé.

Reprenant leur montée des marches, ils firent tous les deux par arriver au sommet, offrant un spectacle lumineux des plus saisissant. Les lampions ainsi que la vue sur la ville dégageaient une atmosphère des plus agréables, des plus reposants. C’est quoi la prochaine étape maintenant ? Dit-il en se rappelant qu’il avait entre les mains ce fameux lampion, le graal qu’ils avaient cherché en bas de cette montée.
Codage par Libella sur Graphiorum



Je ne sais rien de ce qu'on appelle le destin, pourtant en cet instant, je ressens soudain ce besoin de croire qu'il est present
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
ID : Ran94, Marjorie
Faceclaim : Louise Brealey + Ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Multi-comptes : Rafael
Messages : 6432 - Points : 2517

Âge : 36 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Ven 20 Juil 2018 - 22:53 )
« Je me doutais que tu n’oublierais pas mon anniversaire. » Avec la mémoire qu’il avait c’était peu probable, cet homme était incroyable et il était avec elle. En tout cas Adelina savait quand tombait l’anniversaire de son petit ami, donc elle avait le temps de réfléchir à un cadeau. En fait, elle devait avoir deux idées, car Noel tombait peu de temps après. La jeune femme trouvait que Celian devenait de plus en plus expressif et ça lui faisait plaisir. S’il arrivait un peu plus à s’ouvrir à elle, c’était une bonne chose surtout qu’ils formaient un couple, peut être original, mais bien ensemble. Il y a quelques années, elle n’aurait jamais pensé qu’il reviendrait et pourtant c’était le cas et il ne repartirait pas.

« Mon excuse et bonne et je suis sûr qu’elle est satisfaisante. » Bah oui, si elle pouvait passer un maximum de temps avec son homme, c’était ce qui comptait. Quand il souriait, il était encore plus beau, elle ne s’en lassait pas et lui sourit à son tour. « J’aime ton accent anglais aussi. » Adelina voulait que Celian n’ait pas honte à cause de sa mère, elle savait très bien qu’il avait une relation compliquée avec elle.

« Je suis d’accord pour l’observatoire et ne t’inquiète pas, c’est juste que je veux faire des choses que toi tu aimes. Je veux que tu me fasses découvrir tes passions, je veux tout partager avec toi. » Une jolie déclaration sincère. Puis il ne fallait pas qu’ils fassent seulement ce que Adelina voulait Celian aimait des choses aussi, il méritait qu’elle s’y intéresse et qu’elle participe, qu’elle le soutienne. Elle aimait quand il prenait des initiatives comme l’embrasser, même si c’était seulement sur le front, pour le moment ça lui convenait. Elle avait hâte de voir son petit ami la saisir pour l’embrasser avec passion. « Tu n’es pas une cause perdue, puis j’adore ton thé, tu me diras ce que tu veux que je te prépare à manger, d’ailleurs tu le feras avec moi et tu verras, ce n’est pas si compliqué. » Elle était optimiste, puis elle était convaincue que Celian apprendrait très vite.

« Je pense qu’il faut attendre qu’il y ait plus de monde. »
Du moins c’était ce qu’elle supposait. « Tu sais j’appréhende un peu mon anniversaire, je vais avoir trente six ans et comme on dit l’horloge tourne. » La peur de vieillir, alors qu’elle n’avait pas encore d’enfants. « Dis-moi comment imagines tu notre avenir ? Tu sais notre future famille ? » Qu’est ce qui lui prenait de lui demander ça maintenant, elle avait ce genre d’inquiétude sur le futur, puis, elle n’avait plus vingt ans, c’était délicat pour elle.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t2242-dante-o-this-smoking-mi http://www.ciao-vecchio.com/t2254-dante-o-never-open-up-so-afraid-to-trust
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©Ealitya
Multi-comptes : Caitlin, Demetrio, Devraj, Erio, Loris
Messages : 10315 - Points : 7824
Âge : trente-six ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le Lun 23 Juil 2018 - 2:48 )
La main posée sur son poignet, Orazio l’observe avec un doux sourire, tandis qu’il appuie ses doigts sur ses phalanges pour le rassurer. Même s’il s’efforce de cacher son inquiétude afin que sa présence lui soit apaisante, qu’elle puisse lui changer les idées, c’est devenu compliqué depuis que la chirurgienne qui s’est déplacée jusqu’à Naples, est repartie dans sa ville pour prendre le temps d’étudier le dossier de son père. Il ignore ce qu’il en retourne, ce qu’elle lui dira, n’est pas serein à l’idée de l’avoir si loin d’ici, mais il essaie désespérément de prendre son mal en patience, se convainc que ce n’est qu’une question de temps. Cette femme est tellement étrange, confiante, a un côté hautain et désagréable qu’il se dit que c’est « normal », ça façon d’être, à laquelle il doit se faire, mais ça reste délicat. Il vit dans l’appréhension de ne plus vivre avec Orazio, n’arrive pas à se préparer au pire. Il espère, toujours plus et essaie d’être disponible aussi souvent qu’il le peut. C’est notamment pour cette raison qu’il hésite encore à se rendre à la soirée des lampions. Celle-ci a fait parler d’elle lors de son organisation et il comptait s’y rendre… Vraiment. Et Orazio le sait. « Tu peux passer à l’épicerie sur ton trajet de retour ? Il va me manquer des bouteilles d’eau. » Ou comment lui dire qu’il doit s’en aller. « Je vais y aller. » « Après les lampions. J’aimerais que tu me dises comment ça s’est passé. Si ça ne tenait qu’à moi, j’y serai. » Et c’est comme ça qu’après une dizaine de minutes à s’attarder chez lui, l’homme quitte l’appartement le cœur lourd, prend la direction de la colline où sont disposées des lampions tout au long de son ascension.

Une main fourrée dans la poche de son pantalon, Dante s’avance, salue les personnes qu’il croise et se stoppe d’un coup lors d’un choc. Un pigeon qui passait par là s’est arrêté juste au-dessus de sa tête pour se soulager dessus. Un instant, il croit rêver, puis en relevant les yeux vers l’oiseau qui le nargue avec son petit chant nocturne, il comprend que celui-ci s’est déchargé sur lui, sans doute parce qu’il faisait la gueule, ou parce que sa tête ne lui revenait tout simplement pas. Ou encore par jalousie : parce qu’on aura beau dire, hein, mais Dante, il envoie du lourd. Voilà. C’est de la jalousie de la part d’un animal qui mériterait qu’on lui casse les pattes et il s’en donnerait à cœur joie s’il ne battait pas des ailes en s’éloignant. Avec appréhension, il place ses doigts sur le dessus de sa tête et grimace en touchant cette chose visqueuse, quand soudainement, il croise le regard d’une femme qui ne lui est pas inconnue. Tina. « Ne te moque pas, ou il t’arrivera un accident. » dit-il, en s’approchant d’elle. « Tu n’aurais pas un mouchoir, ou quelque chose ? Enfin, tu ne pourrais tout simplement pas m’aider ? » Ca l’arrangerait beaucoup.

@Tina Cambiaso


Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- { EVENT : SOIRÉE DES LAMPIONS } -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Colline de Posillipo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant