Revenir en haut
Aller en bas


 

- [RP aléatoire] Une lourde approche -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
ID : Djoan (Floriana) fait vivre Brigitta à travers les articles de son blog.
Faceclaim : Alison Brie ©Djoan
Messages : 410 - Points : 1084

Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
Sujet: [RP aléatoire] Une lourde approche ( le Sam 9 Juin - 16:07 )
Diego & LilyUne lourde approche
Voici votre sujet aléatoire avec une situation préparée par nos soins. Si vous avez un souci, une question, n'hésitez pas à nous contacter. Bon jeu !

@Diego Gallini, @Lily Volpino
Situation Dans les rues de Naples, Lily a la malchance d'être dérangée par un inconnu qui la trouve charmante et qui ne se gêne pas pour le lui dire. Il est un peu trop collant, tente d'avoir son numéro de téléphone avec lourdeur et quelques sourires ci et là, sans prendre en compte les possibles refus. Diego, voyant la situation s'envenimer, décide d'intervenir.
Revenir en haut Aller en bas
Lily Volpino10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : JANE.SMITH / Léa
Faceclaim : Golshifteh Farahani ; angel dust
Messages : 186 - Points : 52

Âge : 30 ans
Métier : femme au foyer
Sujet: Re: [RP aléatoire] Une lourde approche ( le Dim 17 Juin - 13:42 )
C'est un plaisir, pour Lily, de flâner dans les rues de Naples, et c'est un rituel qu'elle s'offre tous les jours ou presque. Comme une impression de pouvoir respirer plus librement, loin de l'immense résidence qu'ils occupent, Enoch et elle. Peu importe les motifs de leur union, Lily croit fermement et honore les voeux prononcés pour son époux. Elle compte bien le soutenir dans l'adversité, la maladie et la douleur. Comme il a été là pour elle, et qu'il l'a sauvée de bien des manières. Reste que la villa, aussi cossue soit-elle, prend trop souvent des allures de thébaïde où son mari reste reclus. Plus que tout, Lily désespère de la solitude dans laquelle il s'enferme, de la distance qu'il creuse entre eux. Ils n'ont jamais partagé leur lit, mais à une époque, ils partageaient bien plus que les quelques conversations polies et posées qu'il leur impose à présent. A côté du silence d'Enoch, les rues colorées, les échanges vifs qui les animent, la langue même qui heurte ses oreilles ont une légèreté coruscante qui séduit la brune. Timidement, elle s'essaie à mâcher quelques mots en italien aux commerçants du marché : le charme opère souvent et l'amabilité de ces inconnus lui réchauffe le cœur.

Elle ne se méfie que trop peu, donc, quand celui-ci l'aborde. A Londres, elle se serait braquée face à ce sourire ominieux, qu'elle reconnait aisément. Ici, elle ne pense pas à le repousser et marmonne plutôt : « Désolée, je ne comprends p... » Elle lui glisse ces quelques mots pour se dérober sitôt. Elle vient plutôt de lui offrir un prétexte de choix pour poursuivre. Qu'est-ce qui peut bien exciter les hommes lorsqu'ils voient les sourires gênés, les yeux qui se dérobent ? Sont-ils si ignorants pour croire que la personne en face apprécie l'échange ? Lily ne comprend pas, elle se referme, mais ne sait comment se débarrasser de l'inconnu, qui s'exclame, en anglais cette fois-ci : « Oh ! D'où tu viens ? » Il la juge un instant et rend son verdict : « T'as pas l'air américaine - ou même européenne. Arabie Saoudite ? Oh non, je sais : Israël ? » Lily grimace, secoue vaguement la tête. Elle tente une sortie : « Écoutez, je dois y aller. Mon mari m'attend. » C'est qu'elle est bien contente d'avoir une bague au doigt et, surtout, une personne qui attend effectivement son retour, tôt ou tard. Sauf que le mec en rit. Il doit cruellement manquer d'empathie pour ignorer la crainte criante qui anime chaque geste de la Volpino, pour être certain qu'il peut encore tenter une approche. Ou alors, il prend juste son pied à la considérer comme une proie à sa merci. « Allez, ton mari n'est pas là. Relax. Moi, si j'étais marié à une bombe comme toi, je la perdrais pas des yeux. » Il rit à nouveau, s'approche quand Lily tente de s'éloigner. Elle cherche désespérément un échappatoire mais tous semblent ignorer volontairement la scène. Peut-être qu'elle pourrait rentrer dans ce magasin, juste-là ? Il serait capable de la suivre... « Tu sais quoi ? Tu me laisses ton numéro, et je pourrais te faire visiter Naples. Ce sera notre secret, t'as pas à en parler à ton mec. » Il pose une main sur son épaule. Lily frissonne aussitôt. Non. Elle veut lui dire droit dans les yeux, lui crier même, ne pas être cette femme sans volonté qu'elle reconnait à peine. Elle veut rompre le contact entre eux, lui cracher d'aller se faire foutre. Mais elle ne parvient plus à bouger, tout juste à penser et déjà, les pires scénarios se dessinent dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Diego GalliniLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3275-diego-la-vie-est-la-vie http://www.ciao-vecchio.com/t3282-diego-vive-l-esperance
ID : MissPatate
Faceclaim : Chris Pine @anat
Messages : 128 - Points : 270

Âge : 37 ans
Métier : A travaillé pendant près de 10 ans en tant que hydrogéologue. Est à présent en quatrième année de séminaire dans le but de devenir prêtre.
Sujet: Re: [RP aléatoire] Une lourde approche ( le Dim 17 Juin - 15:01 )
Ce jour-là, Diego avait décidé de prendre un peu de liberté et de flâner dans les rues, dans une lente promenade, où il pourrait observer tous les monuments, les arbres, tout ce qui l'entourait avec une découverte et une saveur inouïes. Il s'assit quelques instants sur un muret, se posant là, dans un filet d'air frais afin de lire quelques pages de son livre. Il ne sortait jamais sans un bon bouquin, c'était son habitude depuis toujours et tout le monde l'avait toujours connu comme un grand lecteur. Il était prit dans sa lecture lorsqu'il entendit, alors qu'ils passaient devant lui, parmi les passants, un homme semblant être assez agressif et une demoiselle effrayé, il releva les yeux un instant. Son regard se posa sur ce "couple" étrange. Il tendit l'oreille, faisant abstraction des bruits de conversations avoisinants et des sons de la ville ainsi que de la circulation routière. Il fronça les sourcils dans sa conversation. Et comme à sa première impression, il comprit que ces deux-là ne formaient pas un couple, bien au contraire, il s'agissait d'une tentative de drague malvenue.

Diego entendit qu'elle parlait de son mari, bien qu'il soit trop loin pour entendre et comprendre le sens de la conversation dans sa globalité. En tous cas, il était réellement évident que la jeune femme n'était pas avec ce trouble-fait et qu'elle était bien seule, en train de paniquer devant cet homme qui se montrait plus que pressant, voire oppressant. Ses yeux cherchaient de l'aide, avant qu'elle ne finisse par s'immobiliser, tandis que l'autre la touchait carrément, sans gêne. Diego n'avait pas de bague au doigt, mais une idée saugrenue lui était venue en tête, et c'était la seule. Alors, sans réfléchir davantage, Il rangea son livre et s'avança en courant vers la demoiselle et son agresseur.
"Hey ma chérie..." souffla-t-il, faisant semblant d'avoir longuement couru pour la rejoindre et d'être à court d'air. "Je sais, je t'avais dit que je t'attendrais à la maison, mais, j'avais envie de sortir un peu! C'était facile de te retrouver!" s'exclama-t-il, en venant ensuite serrer dans ses bras l'inconnue, espérant qu'elle comprenne vite où il voulait en venir et entre dans son jeu. Il mima un baiser rapide, alors qu'en vérité, il n'avait même pas frôlé ses lèvres, mais juste déposé un baiser contre sa joue. Jamais il n'aurait osé, cela aurait été malvenu. L'homme les regarda un instant, l'air dubitatif. Diego lui lança un regard. "Vous êtes qui? Chérie, c'est l'un de tes amis?" demanda-t-il, penchant la tête sur le côté. Il attrapa l'inconnue par la taille, pour bien marquer ce qui devait être son territoire, si on entrait dans son jeu, avant que l'autre ne tente de dire quoi que ce soit. Son interlocuteur maugréa encore quelques mots, avant de laisser tomber et de se décider à partir, non sans lancer encore quelques mots injurieux à l'attention de la pauvre demoiselle.

Diego attendit quelques instants qu'il s'éloigne, et s'écarta très subitement et brutalement de la demoiselle, comme si elle pouvait le brûler s'il restait dans cette position. En vérité, il était gêné par son geste comme elle n'avait pas l'air d'être très tactile. "Excusez-moi pour cette familiarité et tout ce... euh.. ce truc tactile, mais j'ai cru que c'était la meilleure solution pour se débarrasser de ce type. Je vous laisse tranquille maintenant... Et euh encore désolé." déclara-t-il, affichant un sourire gêné, les joues légèrement roses.


la vie est la vie
La vie est beauté, admire-la. ▬ La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter. La vie est une chance à saisir, une beauté à admirer, une béatitude à savourer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [RP aléatoire] Une lourde approche ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [RP aléatoire] Une lourde approche -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre