Revenir en haut
Aller en bas


 

- Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE.+ signature a dfinir + Gif de profil Elsy + MORPHINE.
Messages : 651 - Points : 1310

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Dim 10 Juin - 22:36 )
X
Vera & Alessio
Alessio venait de rentrer de tournée, il avait enchaîné les dates de concerts, mais cela ne l’avait pas dérangé. Bien au contraire, retrouver la scène fut un réel plaisir, pouvoir rejouer des heures du piano, retrouver son bus de tournée lui avait donné les mêmes sensations qu’un orgasme. C’était même mieux qu’un orgasme, il avait retrouvé le sourire et sa raison de vivre.

Il ne pouvait aller mieux et pendant sa tournée, il avait eu une bonne nouvelle. Le mec avec qui il aurait dû se marier s’était barré. Il n’aurait pas imaginé le jeune homme avoir le courage de partir réellement, mais cela l’arrangeait bien. Il avait été libéré de ce mariage arrangé, il avait découvert en même temps qu’il était un super bon acteur.

Il avait fait semblant d’être affecté, avait joué le jeu de la colère devant ses géniteurs qui avaient accepté d’abandonner leurs idées de mariages arrangés. Ils avaient aussi signé un document promettant de ne pas faire subir ça à sa petite sœur, un document fort utile pour Al qui ne croyait absolument pas ses géniteurs. Leurs paroles ne valaient rien pour lui et même s’il avait énormément d’argent, il en avait toujours moins que ses parents.

Il n’avait pas les moyens de s’opposer à ses parents, ces derniers avaient des contacts qu’il n’avait pas. Et sa connaissance du milieu des plus riches lui avait appris depuis longtemps que l’argent achetait tout et tout le monde. C’était aussi l’une des raisons qui l’avait dégoûté des autres êtres humains, il savait qu’ils ne valaient rien. Il avait donc été ravi de partir en tournée, retrouver l’amour de sa vie.

Dans son bus de tournée, il n’y avait que son manager et lui. Les autres étaient dans un autre bus, après il n’y avait pas de musicien, de styliste ou de coiffeuse. Il y avait juste une assistante et une équipe qui géraient les aspects techniques. Ce n’était pas les Rolling Stones en déplacement, juste un pianiste. Il logeait dans son bus et il avait passé les meilleures nuits de sa vie dans ce bus.

Mais il avait bien dû rentrer, sa main n’était pas totalement guérie et il devait encore la ménager. Il rentra donc chez lui sans aucune motivation et il alla directement chez la seule personne à qui il tenait dans cette ville. Il fut par contre surpris de ne croiser personne en rentrant chez son amie, il vérifia dans toutes les pièces, un peu surpris de croiser le gamin avec seulement sa gouvernante. Ce n’était pas normal et il s’inquiéta immédiatement.


Il commença à l’appeler et il fut surpris de tomber sur quelqu’un qui n’était décidément pas Vera. La personne lui demandant d’aller chercher son amie, il sauta dans la voiture de cette dernière et se gara rapidement devant l’adresse dite. L’angoisse lui broyait le ventre, il ne s’inquiétait pour personne d’habitude, les autres pouvaient bien crever, il n’en avait rien à foutre. Il se gara rapidement devant l’adresse dite et rentra dans le lieu repérant rapidement sa cible.

Il posa ses mains sur les hanches de la jeune femme. Bonsoir ma Vera, tu ne vas pas bien ? Il lui posa un baiser sur sa joue la serrant contre lui. L’odeur d’alcool ne pouvait pas lui échapper, il se doutait que Vera avait bu plus que de raison et il évitait donc de lui poser des questions trop compliquées. La grande conversation serait pour plus tard.


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO J'ai prit l'option bar, j'espère que ça te plait.


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©praimfaya
Multi-comptes : Toby & Vittoria
Messages : 215 - Points : 894

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Lun 18 Juin - 21:15 )
Affalée sur le bar, le bras dans le vide du côté des barmans et l’autre sous son menton pour soutenir sa tête : son regard était perdu dans le vide. Winston était probablement au lit à cette heure-ci, il était en sécurité alors elle était venue boire jusqu’à oublier son prénom, sa carrière. Veronica était dans une période étrange de sa vie ou elle était lasse de tout mais aussi de tout le monde. Elle n’avait pas d’offres pour l’instant et elle n’avait pas la foi de courir les théâtres pour trouver un rôle en attendant que son agent lui trouve la perle rare. Peut-être qu’elle devrait faire une pause dans sa carrière ? Une femme comme elle n’avait jamais effleuré du bout des doigts cette idée : mais elle était tellement déprimée que rien ne semblait pouvoir la sortir de ses démons. Alessio n’était pas en ville. Demetrio avait probablement mieux à faire que d’éponger ses yeux humides. Oh elle pourrait toujours aller voir ses voisins et leur apporter une bonne bouteille de vin en échange d’un peu de compagnie. Pourtant, Vera se retrouvait seule dans un bar avec pour seul ami un Jet 27. Sa tête tournait en même temps que ses pensées et sa mélancolie. Elle ne souriait pas, elle n’en avait pas envie alors qu’en temps normal elle était la première à rire tout en levant son verre. Pas ce soir. Le barman s’approcha d’elle :

« Signora… Vous allez bien ? » Vera bougea seulement ses yeux pour le regarder. « Avec tout le respect que j’ai encore pour l’espèce humaine… Je n’ai pas envie de parler. » Il était cute, ses cheveux courts ne cachaient pas sa jeunesse tout comme son t-shirt saillant mettait en valeur ses muscles. « Je peux appeler quelqu’un pour vous tenir compagnie ? » Il semblait sincèrement inquiet pour elle alors elle se redressa et termina son verre cul-sec. « Non, mais tu peux me resservir. » Elle lui fit un clin d’œil, il sourit et s’exécuta.

Il continua de bavarder de temps à autre avec elle ; la réservant quand elle le demandait. Au bout d’une heure il l’avait enfin reconnu et il n’arrêta pas de la complimenter pendant de longues minutes. Vera le remercia d’un sourire presque faux : elle n’avait pas envie d’entendre ça. Sa carrière stagnait. Avait-elle vécu ses derniers moments de gloire ? Cela lui brisait le cœur mais peut-être que cela était pour le mieux après tout. Son portable vibra et elle le sortit de son sac. Le prénom d’Alessio s’afficha. Elle tira la langue à son portable :

« C’est seulement maintenant que tu m’appelles ?! » Pesta-t-elle. « Je vais pisser un bol. Ne décroche pas hein ? » Dit-elle en pointant du doigt le barman qui rigola, au diable sa grace légendaire : aujourd'hui elle était en grève.

Quand elle retourna s’asseoir, le beau gosse avait son téléphone à l’oreille. Il raccrocha et lui tendit :

« Vous devriez rentrer Madame Venezzio. »
Dit-il doucement. Vera lui fit un beau fuck et termina son verre cul-sec. « Au lieu de dire des conneries tu pourrais me resservir et te rendre utile. » Elle souffla longuement et se remit dans sa position initiale.

Elle savait que bientôt Alessio serait là. Elle n’avait pas non plus envie de le voir car elle était dans un état pitoyable. Elle ferma les yeux : tout tournait autour d’elle. Le cœur au bord des lèvres, elle rouvrit ses yeux quand elle entendit le bruit du verre sur le comptoir. En sentant des mains sur ses hanches : elle se redressa vivement et manqua de donner un coup de tête à son ami.

« Tss c’est mal de me surprendre comme ça tu le sais non ? » Elle souffla longuement et prit une gorgée d’alcool. « Tu as réussi à me retrouver Sherlock. Congrats. » Elle tourna sa tête pour le regarder : « Comment, c’est passé ta tournée ? » Demanda-t-elle tout en tentant de cacher son état d’ébriété.


No more and yet no less
« Love all, trust a few, do wrong to none. » Shakespeare by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
 
- Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita