Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 744 - Points : 1781

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Mer 4 Juil 2018 - 13:28 )
X
Vera & Alessio
Alessio avait les moyens financiers de s’acheter son propre avion, il ne l’avait pas fait parce qu’il n’en avait pas l’utilité et que les compagnies aériennes lui convenaient très bien. Il ne voyageait bien entendu pas en classe éco ou même en classe affaires, il voyageait en première classe et pas autres choses. Mais il pouvait acheter un avion à Vera si elle le voulait, elle n’aurait plus l’excuse de ne pas pouvoir le rejoindre.

Après elle n’était pas le genre de femme à rompre ses promesses, il savait que Vera tenait toujours ses promesses sauf exception. C’était d’ailleurs l’une des nombreuses choses qu’il appréciait chez elle et l’une des rares choses que l’on pouvait apprécier chez lui. Il tenait toujours ses promesses, il n’avait pas beaucoup de qualité, mais il tenait parole.

Alessio n’était pas un mauvais bougre, il était quelqu’un de bien au fond de lui-même si peu de personnes avait la chance de le voir. Son changement de caractère pouvait surprendre, il était froid, désagréable et ironique avec des personnes extérieures, mais il devenait doux comme un agneau en présence de Vera ou de Vic. Il accordait des petites attentions à ces deux femmes, il en prenait soin et il montrait son vrai visage.


Son comportement tactile pouvait également surprendre, il prenait sa sœur ou son amie dans ses bras en public, mais s’il croisait un enfant ou même une connaissance dans la rue en train de pleurer, il n’allait pas la prendre dans les bras. En dehors des deux femmes de sa vie, il n’aimait guère les contacts physiques.

Il finit rapidement au lit avec Vera et cette situation lui sembla presque naturelle, comme si sa place était là et nulle part ailleurs. Il n’avait pas ressenti le besoin d’avoir de la pudeur, il était allé se coucher comme chaque soir en boxer. Il n’avait rien mis d’autres et il ne fut même pas choqué de la tenue de Vera. Elle aurait pu venir nue que cela ne l’aurait pas dérangé plus que ça. Enfin il aurait laissé trainer ses yeux et une certaine partie de son anatomie aurait réagi.

Lorsqu’elle lui répondit concernant le kidnapping qu’il prévoyait, une idée se forma dans la petite tête d’Alessio. Il avait besoin de souffler après cette tournée et vu l’état dans lequel elle était, elle avait aussi besoin de souffler. Je pourrais te kidnapper une semaine, tu as besoin de repos et de te détendre et j’ai besoin de souffler. On pourrait aller à l’étranger ou réserver un centre bien être rien que pour nous. Je te laisse le choix de l’endroit, même si tu vas devoir partir une semaine avec moi.


Il n’ajouta rien de plus avant de préciser quelques choses d’important connaissant Vera qui d’ailleurs l’attirait en l’embrassant ainsi. Tu me donnes ta destination et j’organise le voyage, tu n’as pas intérêt à bouger le petit doigt. Tu peux même oublier les valises si tu continues à m’embrasser comme ça. Il lui ébouriffa les cheveux lorsqu’elle lui dit qu’elle aimait son caractère de cochon. Il espérait bien que Vera aimait son caractère vu qu’elle devait le subir presque tous les jours.

Elle pouvait souffler uniquement lorsqu’Al partait en tournée même s’il essayait de l’appeler avant chaque concert. Il ne voulait pas trop être pesant pour elle, il ne voulait pas qu’elle se lasse de lui et il évitait de l’appeler tout le temps. Il était de toute façon complètement perdu dans son monde lorsqu’il était en tournée, son piano était la seule chose qui l’intéressait.

D’ailleurs il comptait bien jouer du piano demain matin, surtout si elle continuait comme ça. Il la laissa s’installer à califourchon sur lui avant de répondre à ses baisers, les caresses qu’elle lui procurait étaient plaisantes.

Vu sa tenue, il ne pouvait pas lui cacher l’effet qu’elle lui faisait même s’il n’était pas certain de craquer. Tu n’es vraiment pas sage et complètement bourré. Il captura ses lèvres laissant ses mains dévoiler ce corps qui lui faisait tant envie. Il n’allait pas plus loin, il n’abusait pas des femmes alcoolisées et Vera avait de nombreux grammes d’alcool dans le sang.

Elle n’était pas dans son état normal et il n’était pas certain qu’elle aurait fait la même chose sans cet alcool dans le sang. Tu es bourrée Vera. Il lui sourit avant de caresser le corps de la jeune femme sans aller plus loin lui montrant qu’il al désirait, mais qu’il n’allait pas abuser d’elle vu son état d’ivresse.


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO  


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Sam 7 Juil 2018 - 0:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©ROGERS..
Multi-comptes : Toby, Vittoria & Ban-Ryu
Messages : 375 - Points : 1314

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Jeu 5 Juil 2018 - 0:08 )
Gamine, Vera adorait voyager et attendait impatiemment les vacances en Italie pour prendre l’avion ; découvrir des endroits qu’elle ne connaissait pas encore. Ses parents n’avaient pas le temps d’être avec eux mais avec son frère : ils en avaient fait des aventures. Leur nourrice en perdait la tête, aujourd’hui elle devait probablement être dans une maison de repos à savourer enfin la paix. Elle avait après tout démissionné au bout de quelques années face à l’énergie des deux enfants. Maintenant grande, la cantatrice devenait de plus en plus casanière : elle appréciait les soirées dans son cocon, avec son fils ou bien à travailler sa voix. Pourtant, avec l’entreprise de son époux et celle de son père sans oublier les tournées parfois : Vera n’avait pas réellement d’occasion de se poser. C’est pour cela qu’elle aimait autant Alessio : non seulement il la faisait rire, sourire, mais en plus il lui donnait une bonne raison de se poser. Il avait ce pouvoir sur elle entre autres. Elle avait arrêté depuis longtemps de faire la liste de tous les bienfaits qu’il lui apportait. Veronica était condamnée à vivre près de lui, même si pour cela elle devait rester dans son ombre. Les jours passaient et soulignaient de plus en plus cette évidence. Pourtant, elle serait incapable de dire depuis quand les yeux de son ami sont devenus aussi profond ; depuis combien de temps son cœur bat de la sorte quand il est là : quand elle est dans ses bras. Peut-être que cela avait toujours été comme ça entre eux mais qu’elle ne faisait qu’écouter plus attentivement ses sentiments. Elle qui vivait à cent à l’heure devait prendre plus de temps pour elle. Cela lui éviterait de passer à côté de choses aussi précieuses que ces instants avec Alessio. Même si elle avait dû boire plus que de raison pour qu’il daigne se montrer : elle estimait que ça en valait la peine. Car il serait toujours là pour elle : peu importe dans quel état elle était. La preuve, une fois douchée : elle se retrouvant dans ses bras ; contre lui pour ne pas dire à sa place. Son bras autour d’elle, la main du pianiste dans ses cheveux : que le temps s’arrête il n’y aurait aucune complainte de sa part. Elle se sentait apaisée, elle se sentait à l’aise. Les yeux fermés, il entreprit de la faire rêver en lui parlant déjà de la kidnapper et avec son fils qui plus est. Attention : il sortait le grand jeu. Mai Vera dans sa miséricorde ne tarda pas à affirmer qu’ils pourraient partir sans lui. Cela serait son cadeau.

« Tu sais parler aux femmes dis-moi… »
Souffla-t-elle malicieusement en commençant déjà à chercher une destination. « Ça tombe bien, pour l’instant je n’ai pas encore d’auditions en vue. » Vera savait déjà que ces vacances en sa compagnie lui feraient le plus grand bien.

Se redressant pour pouvoir le regarder, l’envie de l’embrasser fut bien trop forte pour qu’elle soit en mesure de la réprimander alors elle se laissa aller et vient capturer délicatement ses lèvres. Elle rigola quand il ébouriffa ses cheveux :

« Deal, on a un deal. » D’un air faussement outré, elle souligna. « Ma mise en plie voyons ! » Ronchonna-t-elle avant de rire aux éclats.

Son rire se perdit dans un sourire taquin alors qu’elle monta sur lui pour le surplomber. Non contente de l’effet que procuraient ses caresses : Vera réalisait que c’était la première fois qu’elle était aussi… Intime avec lui. Avant, cela ne lui serait jamais venu à l’idée d’avoir un tel comportement. Mais voilà, l’absence d’Alessio ces derniers temps avait eu un tel impact que la dame avait réalisé qu’il y avait peut-être plus entre eux qu’elle ne le voyait. Après toutes ces années passé l’un auprès de l’autre : cela n’était pas étonnant. Les mains de son ami sur sa peau l’électrisèrent immédiatement et elle le laissa ouvrir la sortie-de-bain sans chercher à l’en empêcher.

« Cela fait bien longtemps que je ne suis pas plus sage en ta compagnie… » Elle posa ses mains de chaque côté de sa tête pour mettre son visage sur le sien : « La ballade de tout à l’heure m’a permis de décuver un peu. Je me sens déjà mieux après la douche. » Elle prit appuie sur un seul bras pour passer sa main dans ses cheveux : « Tu m’as manqué… J’ai réalisé que ma vie est fade quand tu n’es pas là. » Elle l’embrassa à nouveau. « Je crois que je supporte de moins en moins tes absences. » Cela était un fait qu’elle ne pouvait pas cacher. « Alors je veux profiter de toi ce soir, juste au cas où ce soit un rêve et que tu n’es pas encore revenu de ta tournée. » Elle l'embrassa délicatement : « Si j'avais sû que tu revenais je n'aurais pas autant bu. » Elle se décala finalement et se remit à côté de lui.


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 744 - Points : 1781

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Sam 7 Juil 2018 - 0:30 )
X
Vera & Alessio
Aucune personne ne lui avait donné envie de se poser, il n’avait jamais ressenti le besoin de prendre du temps  pour une autre personne que son piano. Enfin il prenait du temps pour ses proches, mais il n’annulait pas ses tournées justes pour être avec eux. Il n’avait jamais été dans la situation où l‘un de ses proches finissait à l’hôpital, surtout parce qu’il n’avait pas beaucoup de proche.

Il ne savait pas ce qu’il allait choisir entre son piano et ses rares proches. Il ne voulait pas y penser, il savait qu’il n’était pas capable d’arrêter les tournées. Il aurait pu arrêter les tournées, il avait assez d’argent pour vivre paisiblement toute sa vie sans jamais lever le petit doigt.

Il gagnait de l’argent grâce à ses ventes de disques, de produits dérivés, mais il avait aussi investi une grande partie de son argent. Notamment dans l’immobilier, il gagnait de l’argent sur les loyers ou les locations ponctuelles. Il n’était donc pas à plaindre et il pourrait ne plus travailler, mais il devait admettre qu’il adorait ça. Il adorait jouer, que ce soit sur scène ou tranquillement chez lui. Il adorait jouer du piano, c’était d’ailleurs la seule chose pour laquelle il était doué.


En effet, Alessio n’était pas très doué à l’école et dans tous les aspects de la vie courante. Il n’était pas cet homme qui cuisinait comme un dieu, qui avait d’excellentes notes ou d’excellents rapports de travail, qui avait toute une flopée d’amis tous plus beaux et intelligent les uns que les autres. Alessio ne savait que jouer du piano, il n’était doué pour rien d’autres, même pas pour ce faire des amis. Au fil du temps, il avait fini par rejeter tout le monde et vivre uniquement pour son piano. Le seul domaine où il excellait, le seul objet ne l’ayant jamais rejeté.

Il se sentait bien lorsqu’il jouait, pas lorsqu’il était en public ou en contact avec d’autres personnes. Vera avait percé une partie de sa carapace, peut-être parce qu’elle avait compris que cet homme était un incompris, qu’elle voyait quelques choses de biens en lui, qu’elle le pensait suffisamment intelligent pour rester auprès d’elle.

Il se demandait vraiment pourquoi elle restait avec lui, elle aurait pu trouver dix fois mieux et c’était également l’une des raisons qui le poussaient à ne pas céder. Les relations de couple n’étaient pas non plus son fort, bien au contraire. Il la garda dans ses bras avant d’éclater de rire lorsqu’elle lui dit qu’il savait parler aux femmes.


Je sais tellement bien parler aux femmes qu’il n’y a que toi dans ma vie, si on enlève ma merveilleuse petite sœur. Et je me suis toujours demandé pourquoi tu t’embêtais à passer des castings ? Tu n’es pas conne, tu connais le métier sur le bout des doigts et je peux t’avoir les ressources suffisantes pour monter ton propre spectacle. Je sais que tu sauras gérer et tu n’auras pas à subir le jugement de ces ignorants. Tu n’as jamais été tenté par l’idée ? Même un petit truc pour commencer. Il l’embrassa doucement avant de rire à son commentaire résistant difficilement à l’envie de lui ébouriffer les cheveux à nouveau.

Il la laissa monter sur lui et laissa ses mains caresser le corps parfait de la jeune femme. Même si elle avait donné la vie et porté un gnome dans son ventre, elle avait une silhouette de rêve, une silhouette qui aurait fait rêver toutes les femmes. C’était sûrement le cas, il lisait ses interviews. Parce que tu as été sage un jour ? Il laissa la jeune femme l’embrasser, lui passer la main dans les cheveux, mais afficha une moue boudeuse lorsqu’elle s’éloigna de lui.

C’est lui qui retourna se positionner au-dessus du corps de la jeune femme soutenant son propre poids grâce à ses coudes de chaque côté de la jeune femme. Je peux te pincer si tu veux, comme ça tu verras que je suis bien là. Et tu ne dois plus jamais boire autant, tu me rejoins, je joue du piano et je suis à toi ensuite. Il lui embrassa le front, le nez, les lèvres et le cou s’arrêtant sagement à ce niveau.

Même si elle lui avait assuré décuver, il préférait ne rien faire ce soir et éventuellement se rattraper demain matin. Il ne savait pas encore comment allait se dérouler la matinée de demain. Il allait déjà voir et surtout regarder comment Vera allait se comporter sans alcool dans le sang. Tu sais que j’ai une surprise pour toi ? Tu vas être ravie, mais je ne te dirais rien. Il posa son front contre celui de la jeune femme avant de se reculer ne voulant pas que sa barbe dérange la jeune femme en piquant ou autres.

Il remercia son coach qui l’avait forcé à faire du sport, sinon il n’aurait jamais pu rester dans cette position. Ce n’était pas la plus confortable, mais il ne voulait pas écraser la jeune femme et il pouvait encore caresser ses cheveux tout en déposant des baisers par-ci par-là essayant de faire dormir Vera.


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO  


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Mar 10 Juil 2018 - 12:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©ROGERS..
Multi-comptes : Toby, Vittoria & Ban-Ryu
Messages : 375 - Points : 1314

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Dim 8 Juil 2018 - 18:51 )
Chez Alessio, un poids sembla s’enlever de ses épaules. Elle était chez elle, en territoire conquis ici en quelque sorte. Pas besoin de porter un masque, de jouer la mascarade : le maître des lieux la connaissait sous toutes les coutures. Envers cet homme, elle avait une confiance aveugle, un amour inconditionnel qui au fil des années s’était installé dans son cœur : le gangrenant et le condamnant à être malade quand l’être aimé n’était pas là. Les tournées que faisait le pianiste était nécessaire : Vera savait qu’il appréciait le contact avec le public ; mais à chaque fois ses absences étaient un crève-cœur et ce depuis le début. Alessio était bien le seul homme que sa femme pouvait voir, il tolérait sa présence car ils étaient deux musiciens. Combien de fois lui avait-elle assuré que ce n’était qu’un collègue alors que déjà son cœur flanchait pour lui ? Dans son quotidien morose imposé par son mari abusif, il était son rayon de soleil. Pourtant, elle s’était habituée à le voir loin d’elle. Elle acceptait ce fait mais cela ne rendait pas le tout plus simple. Etrangement, comme ce soir, il arrivait toujours à revenir au bon moment cependant. Une fois l’odeur de l’alcool enlevé de sa bouche et toutes traces de fatigues de son corps : elle se glissa dans une sortie de bain puis se dirigea vers le lit d’Alessio. Dormir à ses côtés était devenu une habitude tenace. Veronica réalisait toujours avec amertume qu’il lui était difficile de trouver un quelconque repos quand il n’était pas là. Là, tout contre lui, elle se savait et sentait à sa place. Il avait ce pouvoir-là sur elle. Soupirant d’aise, la discussion tourna autour de tout et de rien même si elle ne manquait jamais une occasion pour le complimenter. Pour susurrer des mots doux qui se terminaient toujours par des sourires et des rires.
La question de son ami était légitime, elle avait plusieurs fois pensée à devenir metteur en scène, mais elle n’osait pas. Ce n’était pas son forte. Elle ce qu’elle aimait s’est être sur la scène ; jouer ; chanter.

« Je ne sais pas… C’est un monde complètement différent, je ne suis pas certaine d’avoir les épaules pour diriger. Je n’ai pas l’œil pour ce genre de choses même si je peux savoir quand quelqu’un chante faux. » Elle le regarda dans les yeux : « L’argent n’est pas le problème, mais ça n’achète pas tout malheureusement… Je suis douée sur les planches mais être de l’autre côté de la scène… Ma foi je ne sais pas. » Elle ne pouvait pas dire si elle serait bonne ou mauvaise dans le rôle du metteur en scène. Elle devrait essayer pour savoir mais cela voulait dire quitter sa zone de confort et elle était trop lâche pour faire une telle chose.

Maintenant sur lui, la vision qui s’offrait à elle lui plaisait encore plus en sentant les mains d’Alessio sur elle. L’alcool levait les barrières qu’elle s’était toujours mises : s’interdisant de ne pas penser au pianiste comme autre chose qu’un cher et tendre ami. « Toujours. » Et Dieu sait que cela avait été vrai. Si elle avait fauté une ou deux fois dont avec une femme : elle avait toujours confessé. Le mieux était de résister, mais Vera avait assez mis de barrière dans sa vie pour continuer de vivre brimer de la sorte. Alors elle préférait vivre dans le péché et demander pardon plutôt que de ne pas vivre du tout.

Inversant les rôles, elle sourit et se laissa complètement faire. Ses mains se posèrent sur ses côtes. Il la sermonna à nouveau : mais elle lui pardonna d’autant plus qu’il entreprit de l’embrasser doucement ; éveillant ses sens. Les yeux fermés, elle savoura cet instant.

« Tout à moi… ? » Demanda-t-elle malicieusement sans cacher le vrai sens de la question. Elle était d’humeur taquine même si la fatigue la rattrapait petit à petit. Son front contre le sien, elle lui vola un baiser : « Une surprise ? » Il avait piqué sa curiosité : « C’est quoi ? »

Elle bailla et se laissa bercer par les attentions d’Alessio, elle tomba dans les bras de Morphée sans pouvoir attendre la réponse à sa question.

Au petit matin, elle eut du mal à ouvrir les yeux. Si elle n’avait pas mal à la tête : sa bouche pâteuse lui rappelait qu’elle avait trop bu. Elle se tourna et mit sa tête sous l’oreiller en grognant. Elle ne savait pas quelle heure il était : mais c’était trop tôt pour elle ! Vera soupira longuement et tenta de se souvenir de ce qui s’était passé la veille. C’est alors qu’elle réalisa qu’Alessio était bel et bien revenu. Enfin… Elle espérait. Alors vivement, elle se redressa : les cheveux bouclés n’importe comment et le visage encore endormis pour chercher du regard le musicien. Quand elle le vit : elle sourit.

« Ce n’était pas un rêve ! » S’exclama-t-elle. Elle s’étira avant d’attraper le verre d’eau : qu’elle vida d’une seule traite. Se laissant retomber dans le lit, elle se glissa à nouveau dans ses bras. Elle n’avait pas oublié les caresses et les baisers qu’ils s’étaient échangés avant qu’elle s’endorme. Alors, sans gêne : elle l’embrassa tout en emprisonnant son visage de ses mains. Un baiser long et passionné. « Tu m’as tellement manqué… Je te l'ai déjà dit ? »


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 744 - Points : 1781

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Mar 10 Juil 2018 - 12:42 )
X
Vera & Alessio
En entendant les peurs de son amie, il comprit que la jeune femme manquait d’assurance, qu’elle n’avait pas assez confiance en elle pour faire ce genre de spectacle. Selon lui, elle en était capable et elle ferait bien mieux que certains metteurs en scène qui se permettaient de la juger alors qu’elle avait une carrière phénoménale. Il ne comprendrait jamais les gens qui se permettaient de refuser Vera, à leur place, il aurait pris la jeune femme partout en lui donnant à chaque fois le premier rôle s’il voulait que son spectacle ait du succès.

Il prit le temps de réfléchir à ce qu’elle venait de lui dire continuant à lui caresser les cheveux. Je pense au contraire que tu auras l’œil pour ce genre de chose comme tu dis parce que tu as vécu tout ça de l’intérieur. Tu sais ce qui te posait problème et ce qui te pose encore problème encore maintenant. Tu pourrais tester en faisant un petit spectacle, une scène ouverte, il y a des évènements comme ça dans cette ville. J’ai confiance en toi et tu pourras compter sur tout mon soutien. Il lui fit un sourire avant de déposer des baisers sur ses lèvres, sur son cou et sur sa joue.


J’ai toujours été tout à toi et tu ne sauras rien ! Tu découvriras ta surprise demain matin, mais maintenant tu dois dormir la belle au bois dormant. Il lui fit un sourire avant d’essayer de l’endormir, ce qui marcha assez bien  à sa grande surprise. Elle plongea rapidement dans un sommeil profond et Alessio put quitter le lit pour tout préparer pour le lendemain.

Il retrouva bien vite le lit commun pour se coucher auprès de sa Vera. Il disait sa Vera, mais au fond de lui, il savait qu’elle ne lui appartenait pas. Elle avait une vie en dehors de lui, des amis et des conquêtes, Alessio n’avait qu’elle. C’était triste à penser, mais il n’avait pas beaucoup d’amis, actuellement il n’avait que Vera et sa sœur.

Il passait son temps à citer le nom de Vera tout simplement parce qu’il ne pouvait pas en citer un autre et parce qu’elle avait pris une place énorme dans sa vie et dans son cœur même s’il ne voulait pas se l’avouer. Il n’eut pas vraiment de mal à s’endormir, il revenait de tournée et même s’il avait plein de question dans la tête, il réussit à s’endormir grâce à l’épuisement accumulé.


Il se réveilla avant Vera et il eut le temps de préparer le petit déjeuner qu’il posa dans la cuisine sur un grand plateau. Il voulait d’abord réveiller Vera tranquillement et lui donner son cadeau. Il n’était pas doué pour ce genre de chose, il ne savait jamais comment faire plaisir aux autres et la peur du ridicule ou du cadeau ne plaisant pas était toujours là.

Le réveil de la belle au bois dormant ne tarda pas et Alessio sourit à sa réaction avant d’être entraînée dans un baiser qu’il approfondit avec plaisir. Bonjour belle au bois dormant, tu vas bien ? Tu n’as pas pris ton médicament si ? Il lui déposa un baiser sur le crâne avant de filer lui rechercher un nouveau verre d’eau puis de se diriger vers l’un de ses sacs de voyage.

Il revient rapidement près du lit tendant un cadeau bien emballé à Vera. Ta surprise, j’espère qu’elle te plaira. Je t’apporte ton petit-déjeuner dans deux minutes. Il l’embrassa rapidement avant de sortir de la pièce pour récupérer le petit déjeuner. Il avait pris la fuite ne sachant pas si son cadeau allait plaire à Vera.


Il avait trouvé une vieille boîte à musique dans un marché, il l’avait fait restaurer et il avait fait en sorte que la musique jouée soit celle de l’opéra favori de Vera joué par ses soins. Il y avait un compartiment secret dans la boîte à musique et il avait acheté un collier gravé de leurs deux initiales et une montre faite sur mesure par l’un des rares amis d’Alessio.

Le jeune homme faisait des montres uniques, des montres qui changeaient de l’ordinaire et le jeune homme espérait vraiment que son cadeau allait plaire. Il allait bientôt savoir la réponse vu qu’il rentra dans la chambre avec le plateau du petit déjeuner. Et voilà Madame. Un petit déjeuner complet pour la plus belle des femmes.


Il posa le plateau sur la table de chevet prenant Vera dans ses bras. Son cadeau avait l’air de lui plaire, elle était souriante et plus belle que jamais et Alessio profita de l’instant restant derrière elle passant ses bras autour de sa taille. La jeune femme devait manger, ce qu’elle n’aurait pas pu faire s’ils avaient pris une autre position. Puis il pouvait encore toucher la jeune femme, lui déposer des baisers dans le cou et sur les joues. Il était bien là, il n’aurait voulu être nulle part ailleurs même s’il ne savait pas de quoi sa journée allait être faite.

Il n’avait pas oublié les évènements de hier soir et il ne savait pas comment allait réagir la jeune femme ce matin sans aucun alcool dans le sang. Bon le baiser qu’elle lui avait donné lui avait fait comprendre qu’elle ne lui en voulait pas trop, mais Al avait encore l’impression qu’il avait abusée de son état d’ébriété même s’ils n’avaient pas été plus loin que des caresses. Il resta donc pensif en regardant Vera manger ce qu’il lui avait préparé.


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO  


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Mer 11 Juil 2018 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©ROGERS..
Multi-comptes : Toby, Vittoria & Ban-Ryu
Messages : 375 - Points : 1314

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Mar 10 Juil 2018 - 23:30 )
Il y avait eu tellement peu de personnes qui avaient sincèrement, de tout leur cœur cru en elle durant sa vie que Vera avait toujours eu ce manque de confiance en elle. Si l’art de la scène avait effacé en grande partie cela : il n’en restait pas moins qu’elle avait encore des lacunes quand elle n’était pas sur les planches. Alessio faisait partit de ces irréductibles à converser une foi sans fin pour elle. C’était ce don elle avait besoin au fond. Rien de plus, rien de moins : juste la chaleur de ses paroles ; la douceur de son rire et l’éclat dans ses yeux qui lui ferait faire mille et une chose tant que ces derniers sont fiers d’elle. La cantatrice passait souvent pour une diva, en réalité elle n’était qu’une âme en peine. Une personne à la dérive qui cherchait comme beaucoup un port d’attache. Ce dernier se pourrait-il être sous son nez depuis tout ce temps ? Auprès de ce musicien renommé et talentueux ? Peut-être. Seul le temps le dirait mais en attendant ce n’était pas le sujet.

« Je vais y réfléchir… C’est vrai que si j’ai ton soutien : je pense pouvoir accomplir plus de choses que seule. » Elle en était même convaincue.

Alessio affirmait avoir une surprise ce qui piqua au vif la demoiselle qui voulait évidemment en savoir plus. Cependant, son ami n’était pas décidé à révéler quoique ce soit pour son plus grand malheur. Elle devrait attendre une nuit entière pour assouvir cette curiosité. Heureusement, les baiser du bel Apollon eurent le don de l’aider à trouver un repos serein après une soirée chargée en alcool. Le petit matin arriva bien trop rapidement à son goût : oubliant à son réveil qu’une surprise l’attendait. Grognant son mécontentement, tentant de se rendormir quelques minutes : elle sortit la tête de l’édredon pour regarder le tatouer. Non contente de le retrouver à côté d’elle : Veronica réalisa avec bonheur que ce n’était pas un rêve. Il était là. Tout près d’elle, à veiller sur sa personne. Des matins comme ça, elle aimerait que cela soit quotidien. Alessio n’avait qu’à être à ses côtés pour lui donner envie de rire et d’être heureuse. Il avait ce pouvoir sur elle, cette emprise salutaire qui lui était cruellement nécessaire. Se retenant de se jeter sur lui, elle n’empêcha pas son corps de se rapprocher pour autant et l’embrasser tendrement. Elle hocha négativement la tête et ferma les yeux en sentant le baiser dans ses cheveux. Assise dans le lit, elle prit les deux comprimés puis le verre d’eau qu’elle termina à nouveau d’une seule traite pour réhydrater son corps. Elle pouvait déjà sentir les effets du lendemain de soirée sur ses cordes vocales. Elle allait devoir nettoyer tout ça rapidement. Si elle perdait sa voix… Elle n’aurait plus rien.

« Merci. » Elle lui sourit et reposa le verre sur la table de chevet avant de s’étirer. Quand il s’approcha à nouveau du lit : il tenait dans ses mains un paquet cadeau. Les yeux pétillants de joie, elle le regarda : « C’est pour moi ? » Elle était surprise oui. « Haaaan mais il ne fallait pas ! » Comme une gamine de cinq ans : elle s’extasia devant ce qu’elle tenait entre ses mains. Elle répondit au baiser et le laissa s’éloigner.

Vera hésita quelques instants à l’ouvrir, ne devrait-elle pas l’attendre ? Et puis le vice prit le pas sur la raison et elle ouvrit soigneusement ce cadeau qu’elle n’attendait pas. Elle découvrit la boîte à musique et son cœur s’arrêta. C’était tellement … Beau. Parfait. Tellement bien pensée. Comment Alessio avait-il trouvé cette idée géniale ? Fébrilement, bien trop excitée par ce qu’elle découvrait petit à petit ; elle l’ouvrit et écouta la chanson. Des larmes aux yeux montèrent à ses yeux en entendant « der holle nacht » de la Flûte Enchantée jouer au piano. Pas besoin d’être Einstein pour comprendre que Alessio avait lui-même enregistrer cette chanson ce qui la toucha un peu plus. C’était pour elle et elle seule qu’il avait interprété ce morceau qu’elle n’aurait jamais cru entendre au piano un jour. Elle caressa du bout de ses doigts les détails des gravures, la finesse des dorures. C’est en touchant délicatement les courbes de l’objet qu’elle entendit un petit ‘clic’. Cherchant d’où provenait le son, elle découvrit le double fond assez profond pour contenir un collier et une montre. Elle était émue en remarquant avec extase qu’il y avait leurs initiales gravées sur le bijou. Elle s’empressa de le mettre et de le caresser avec sa main une fois sur son cou. Il ne le quitterait jamais. La montre trouva rapidement son poignet, elle l’admira à la lumière qui passait entre les rideaux de la chambre. Gâtée, elle l’était. Chanceuse : elle l’était encore plus. Quand le pianiste arriva avec le petit-déjeuner : elle avait encore les yeux humides à cause des émotions qu’elle avait ressentis en ouvrant le paquet qui lui a tendu un peu plus tôt.

« Je ne sais pas quoi dire à part… Merci… Merci mon Alessio. » Elle se retourna pour le prendre dans ses bras et le serrer contre elle avant de l’embrasser fougueusement. « Merci infiniment, je … Merci. » Elle était émue. Cela se voyait. Elle s’éloigna pour le regarder tendrement dans les yeux : « Il y a une occasion particulière pour ces cadeaux ? » Demanda-t-elle avant de s’éloigner pour attraper le plateau et le mettre sur ses genoux. Tasse de café à la main, elle respira le délicat aromate en l’écoutant. « J’essayerai de faire aussi bien que toi la prochaine fois. » Même si cela allait être dur. Il avait mis la barre haute, très haute.

« Tu as prévu quelque chose aujourd'hui ou on peut passer la journée ensemble ? » Demanda-t-elle en croquant dans une tartine de confitures. « Qu'on rattrape ce tout où tu n'étais pas là ? » Même si dans son état elle ne dirait pas non pour rester à l'intérieur, devant un film à se reposer dans les bras d'Alessio cela allait de soit.


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 744 - Points : 1781

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Mer 11 Juil 2018 - 22:22 )
X
Vera & Alessio
Tu peux accomplir tout ce que tu veux toute seule, tu es tellement forte. J’ai confiance en toi et je serais toujours là pour te soutenir. Alessio pensait ce qu’il venait de dire, il était le plus fervent admirateur de Vera et il était prêt à la soutenir à travers le monde. Il avait vu chacune de ses représentations et il l’avait soutenu à chaque fois.

Il savait qu’elle avait énormément de talent et contrairement à lui, elle avait un cœur. Lui n’aurait aucune patience avec les chanteurs ou ceux mettant en place tout l’aspect technique, il finirait bien vite par les traiter d’incapables. Il n’avait aucune patience avec les gens et il arrivait généralement juste dix minutes avant l’heure de son spectacle. Il passait ces dix minutes à tout vérifier et il faisait des commentaires à son manager qui se chargeait de transmettre le message.

Enfin il devait y mettre les formes et ne pas dire certaines réflexions d’Alessio qui était assez râleur. Il avait un caractère de cochon et il n’était pas facile à vivre, heureusement il laissait les autres tranquilles préférant de toute façon passer son temps avec son piano. C’était l’amour de sa vie et il n’était bien qu’en touchant les touches noires et blanches.


Enfin il était également bien avec Vera ou avec sa sœur dans ses bras. Il resta collé à elle pendant toute la nuit avant de lui préparer le petit déjeuner. Il préparait toujours le petit déjeuner de Vera, mais cette habitude n’était pas un automatisme. Il ne le faisait pas parce qu’il devait le faire, mais parce qu’il avait envie de le faire. Il ne disait pas souvent je t’aime, il ne le disait jamais presque jamais.

Il n’était pas à l’aise avec les mots, il s’embrouillait toujours ou finissait par vexer la personne en face de lui. Il était plus doué avec les gestes, comme le prouvait le petit déjeuner qu’il avait préparé à Vera et la boîte à musique qu’il lui avait offerte. Il avait immédiatement pensé à elle en voyant cet objet dans un marché, elle n’était pas dans un super état, mais après une bonne restauration, la boîte avait été comme neuve.

Il lui donna son cadeau avant de filer lui chercher son petit déjeuner. Il lui avait parlé de sa surprise hier soir et il espérait qu’elle n’allait pas être déçue de la surprise qu’elle attendait depuis la veille. Enfin il ne savait pas si elle se souvenait de l’intégralité de leurs conversations de hier soir après il ne lui avait pas laissé le temps de beaucoup parler et elle n’avait pas eu le temps de réclamer sa surprise avant qu’il ne lui donne spontanément.


Il posa le plateau du petit déjeuner sur la table de chevet avant d’être entrainé dans un baiser fougueux.

Elle avait l’air extrêmement émue et Alessio plongea ses yeux verts dans les siens un peu bouleversés par sa réaction. Il n’y a aucune raison, j’ai juste vu cette boîte à musique et je me suis dit que cela t’irait bien. Tu as une petite place dans ta chambre, enfin tu peux la mettre au grenier si tu préfères. Je n’ai rien trouvé pour ton gosse, en même temps je n’ai pas cherché. Alessio supportait le fils de Vera, mais il n’allait pas dire qu’il l’aimait.

Il le supportait par amour pour Vera, mais il ne fallait pas qu’elle le lui laisse pendant quelques heures sans la présence de la nourrice. Lorsqu’il était seul avec l’enfant, il avait toujours la nourrice ou un employé de Vera pour larguer le gosse. Il préférait passer son temps avec son piano, le gamin était présent, mais heureusement il avait compris qu’il fallait se taire quand Alessio jouait du piano.

Il lui posa le plateau devant elle avant de se mettre derrière elle après un deuxième baiser. Je ne te fais pas un cadeau pour avoir un cadeau en retour. Le plus beau cadeau serait pour moi serait de te voir être heureuse. Je sais que tu ne l’ait pas forcément alors si tu veux m’offrir un cadeau, dis-moi comment je pourrais te rendre heureuse.


C’était le seul souhait d’Alessio parce qu’il savait bien que Vera n’était pas heureuse. Son état de hier soir le prouvait encore, elle n’avait pas bu par plaisir. Elle avait bu parce qu’elle était triste, peut-être qu’elle avait essayé de noyer sa peine dans l’alcool. Cette pensée attristait Alessio qui ne savait pas comment rendre heureuse Vera.

Et je n’ai absolument rien de prévu pour aujourd’hui, je ne vais pas voir ma sœur et je n’ai rien d’autre à faire. Je vais rester dans mon lit comme un gros feignant. Tu peux rester avec moi, on mettra un film ou alors on peut aller dans ma piscine. Tu veux peut-être voir ton gamin ?

Alessio ne voulait pas s’imposer dans la vie de Vera, elle était mère de famille et elle devait avoir envie de voir son enfant. Il la laissa manger son petit déjeune l’admirant alors qu’elle était en train de manger. Il aimait manger, mais il n’avait pas trop faim ce matin. Il ne faisait jamais de folie quand il partit en tournée, mais généralement lorsqu’il revenait de tournée, la fatigue lui coupait toute envie de manger. Il laissait donc Vera manger avant de lui piquer un bout de tartine qu’elle s’apprêtait à mettre dans la bouche.


Il lui fit un clin d’œil avant de faire en sorte que le bout de tartine soit hors de sa portée puis de le mettre dans sa bouche. Il mangea le morceau de la jeune femme s’amusant à la taquiner. Elle pouvait toujours venir le chercher si elle tenait tant que ça à son morceau de nourriture. Leur relation était un peu étrange depuis hier soir, mais Alessio faisait ce qu’il savait faire de mieux.

A savoir-faire l’autruche et ne pas se poser de questions sur cette situation atypique. Il ne voulait pas se poser de questions et il voulait juste profiter de sa matinée. Il voulait juste rester dans ce calme apparent, vivre tranquillement même si la situation allait lui exploser à la figure un jour ou l’autre.


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO  


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Mar 17 Juil 2018 - 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©ROGERS..
Multi-comptes : Toby, Vittoria & Ban-Ryu
Messages : 375 - Points : 1314

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Dim 15 Juil 2018 - 20:14 )
Alessio semblait avoir une confiance aveugle en elle sur ses capacités. La trentenaire hésitait encore à affirmer son talent ; à se dire qu’elle était devenue une référence dans le monde de l’Opéra. Peut-être parce que le trois-quarts de sa vie : elle les avait passées dans l’ombre. D’abord de son frère, puis de son père : les personnes qui ont cru en elles peuvent se compter sur les doigts d’une main. Par chance, la plupart d’entre eux étaient encore en vie, à ses côtés même si l’atout principal de son entourage reposait en paix six pieds sous terre. Mais il vivait en la personne de Demetrio qui avait pris doucement sa place au fil des rencontres. Sans pour autant le remplacer cependant, mais cela était mieux que rien. La cantatrice avait appris à être redevable pour les petits plaisirs que la vie lui donnait à défaut d’avoir vogué sur un long fleuve tranquille.

« Je te donne officiellement le statut de fan numéro 1. Cela semble juste étant donné que je suis la tienne ! Echange de bon procédé ! » S’exclama-t-elle. Vrai qu’elle avait toujours été sous le charme d’Alessio. Que cela soit sa musique ou bien par sa personne : il l’avait séduite rapidement.

Malgré la jalousie de son défunt mari : jamais elle n’aurait mis un point final à leur amitié. Alors elle avait caché ses sentiments, son affection pour le pianiste pour ne pas le perdre ; pour ne pas que son ancien compagnon de voyage forcé lui fasse du mal. Alors, quand elle se rend compte qu’elle est aujourd’hui dans ses bras, sous son corps couverts d’encre : elle se sent chanceuse. Inévitablement. L’allégresse la pousse à répondre au baiser, à en vouloir plus même si on pourrait la blâmer de ne pas être en pleine possession de ses moyens. Vera l’était et quand bien même ce n’était pas le cas : elle n’avait encore jamais rien fait qu’elle avait regretté sous le joue de la boisson.
Au réveil, Vera alla de surprise en surprise : que cela soit en retrouvant Alession à ses côtés ou bien en recevant ce paquet bien emballé. L’ascenseur des émotions était en marche et elle se trouvait impotente face à la vague d’allégresse qui prenait possession d’elle. Les larmes aux yeux, elle découvrait cet écrin de perfection ; cette boîte à musique des plus exquise. Les trésors à l’intérieur serrèrent son corps. Si la montre était magnifique : le collier l’était encore plus. Etait-ce une promesse d’amour ? Un signe qu’ils pouvaient maintenant franchir la barrière si fine qu’il y avait entre une dévotion amicale et amoureuse ? Devait-elle prendre ça comme une invitation ? A peine revenu qu’elle se jeta sur lui pour l’embrasser fougueusement. Par envie, par désir : parce qu’elle se souvenait parfaitement qu’elle avait goûté ces lèvres la nuit passé et qu’elle en avait encore envie.

« Cela fait bien longtemps que je n’ai pas reçu un cadeau comme ça. » La dernière fois, cela devait être à l’époque où Winston était en vie. « Tu… Tu ne peux pas savoir au combien ça me fait plaisir, je suis heureuse. » Sa voix enrouée par les larmes et ses yeux gorgés d’eau salée : elle était émue.

Le petit-déjeuner embaumait la chambre, quand Alessio affirma que son bonheur faisait le sien, elle sourit et reporta son attention sur lui : « Tant que tu es à côté de moi… Je ne peux rien demander de plus. » Dit-elle sincèrement. « Tu es une partie de mon bonheur. »

Il fallait dire les choses comme elles étaient. Vera n’avait pas honte de ses sentiments : pourquoi les cacher et en avoir honte ? Le programme de la journée devait maintenant être trouvé. Il énonça qu’il n’avait pas de plan. Elle non plus, cela tombait bien. Croquant dans une tartine, elle prit cette pause pour réfléchir. Alessio lui vola une bouchée ce qui la fit sourire :

« Je pense que c’est un bon programme. Si on utilise sa piscine : on peut prendre Winston peut-être ? Bien qu’en ce moment il est plus dans sa période de jeu vidéo à l’intérieur au frais. Il ne remarque même plus quand je suis là ou pas. »

Même si elle avait une complicité avec son fils, elle avait remarqué que l’âge de l’adolescence arrivait à grand pas. Du haut de ses onze ans maintenant : pour sûr que c’était presque demain qu’il allait se rebeller et lui en faire voir des vertes et des pas mûres. Ou pas. Elle n’aura qu’à le menacer de l’envoyer chez ses grands-parents pour le calmer étant donné qu’il ne les supporte pas. Elle termina presque la tartine avant de donner le dernier morceau à Alessio : le faisant manger. Elle prit la tasse de café et se leva pour aller ouvrir les rideaux.

« Il va faire encore chaud aujourd’hui. » Elle prit une gorgée et souffla d’allégresse avant de revenir auprès d’Alessio. Elle posa la tasse pour avoir ses deux mains libres. Elle les posa sur le torse du brun et le poussa vers le lit pour l’allonger. Le surplombant, elle était d’humeur taquine. « Il fait trop chaud pour avoir des vêtements tu ne crois pas … ? » Dit-elle en défaisant la sortie-de-bain complètement pour se retrouver nue sur lui. Elle le regarda dans les yeux et l’embrassa langoureusement.

Ce petit jeu qu’ils avaient toujours joué, d’une façon anodine : Vera avait décidé de mettre la barre plus haute et de pousser le vice. Même si ce n’était qu’une seule fois, elle voulait être aimée par un homme. Elle voulait sentir les frissons de la passion. La plupart de ses expériences ayant toujours été catastrophiques : elle voulait simplement redécouvrir les plaisirs charnels mais pas que. Alessio et elle se connaissaient par cœur. Physiquement et mentalement. Mais jamais encore, Vera ne l’avait caressé avec une telle indécence. La Cantatrice n’en avait pas honte même si elle attendait l’aval d’Alessio avant d’aller plus loin : se contentant de caresser délicatement sa joue en gardant son regard dans le sien. Au pire… S’il la repoussait : elle n’était que nue sur lui. Ce n’était pas la première fois qu’il la voyait de la sorte.


love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t951p40-lost-child#18392 http://www.ciao-vecchio.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE..+ signature a définir + Gif de profil Elsy + MORPHINE. + Sharky
Messages : 744 - Points : 1781

Âge : 34 ans
Métier : Pianiste international.
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Mar 17 Juil 2018 - 20:34 )
X
Vera & Alessio
Alessio leva les yeux au ciel à sa réflexion sur son statut de fan numéro un. Il n’avait jamais été fan de personne, il admirait Vera, mais il n’était pas fan au point de pleurer dès qu’elle apparaissait ou de dormir sous une tente pour ne louper son concert.

Certains dormaient même à la belle étoile ou risquaient de se faire écraser pour apercevoir ou toucher leurs idoles. Une attitude qui agaçait Alessio et qu’il trouvait complètement stupide. Il avait vécu le cas avec certains de ses fans et il avouait ne pas comprendre pourquoi ils se mettaient dans des états pareils pour sa personne.

Pas qu’il souffrait d’un manque de confiance en lui, mais il était un être humain comme eux. Il n’y avait aucune différence entre lui et ses fans, le corps humains était composé à l’identique, sauf handicap ou maladie rare. Mais Alessio était normal avec un cœur, deux poumons et tout le reste. Il ne voyait pas pourquoi certains le considéraient comme un demi-dieu.

D’ailleurs il ne comprenait pas non plus pourquoi certaines personnes demandaient à ce que l’on se prosterne devant elle, ces personnes n’avaient rien fait de particulier, ils n’avaient pas sauvé le monde ou simplement mis fin à la faim dans le monde.

Pour toutes ces raisons, il trouvait le fait d’être fan complètement débile, mais il s’agissait de Vera alors il décida de ne pas être trop méchant dans sa réponse, plutôt ironique. J’espère que je vais avoir le droit à un badge, je ne pourrais pas vivre sans. Je suis content que mon cadeau te plaise, mais il n’avait pas pour but de te faire pleurer. Il déposa un baiser sur sa joue veillant à ce que les larmes de la jeune femme ne franchissent pas la barrière de ces yeux. Il détestait la voir pleurer, même de joie. Elle devait avoir le sourire en permanence et il essayait de tout faire pour qu’elle l’ait en permanence.

Elle lui annonça être une partie de son bonheur, ce qui fit sourire et en même temps grimacer le jeune homme. Il se demandait qui pouvait bien être l’autre partie. Il y avait déjà son fils, mais elle avait peut-être quelqu’un d’autres dans sa vie. Il devait admettre qu’il était un peu jaloux, ce qui ne lui était jamais arrivé. Il avait enchaîné les conquêtes et les rares fois où il avait été en couple, il n’y était pas resté suffisamment longtemps pour découvrir ce sentiment de jalousie.


Ce sentiment était tellement inconnu pour lui qu’il avait déjà fini en couple avec deux hommes en même temps, une bonne expérience, même si l’histoire avait vite pris fin. Il ne connaissait pas ce sentiment et il n’était pas certain de vouloir le connaître. Je peux savoir qui sont les autres parties de ton bonheur ? Tu fréquentes quelqu’un et tu ne me l’as même pas dit.

Il piqua l’une des tartines de la jeune femme pour se venger avant de l’avaler devant Vera comme un gamin fier de sa bêtise. Elle lui proposa un après-midi piscine avec son fils, ce qu’il accepta d’un hochement de tête. Tu vois quand je te dis que faire des enfants est la pire bêtise de l’humanité. Ils sont tellement ingrats, ils coûtent une fortune et en plus tu n’as aucun retour sur investissement. Que Dieu m’en préserve, si toutefois Dieu existe.

Alessio n’était pas athée, mais il n’était pas particulièrement pratiquant. Il se moquait de savoir si Dieu existait ou non, il ne faisait rien pour prouver sa foi et vivait au jour le jour sans vraiment ce soucier du lendemain. Il savait que Vera était croyante et pratiquante, heureusement elle n’avait jamais eu l’idée de le traîner un dimanche matin à la messe. Il avait bien mieux à faire comme dormir.


Il mangea la tartine que Vera lui faisait manger ne la quittant pas des yeux même quand elle se déplaça pour ouvrir les rideaux. Elle parla de la chaleur, ce qui ne lui valut qu’un haussement d’épaules de la part d’Alessio. Il avait la climatisation dans toute sa maison et il supportait bien la chaleur alors il se moquait un peu de la température extérieur. Il avait de toute façon un gentil majordome qui lui tenait un parapluie s’il venait à pleuvoir lorsqu’il sortait.

Il regardait rarement la télé, elle était plus là pour la déco que pour autres choses. Il lui arrivait de jouer aux jeux vidéo, mais c’était rare. Il jouait quand son piano avait besoin de souffler ou lorsqu’il avait trop mal aux doigts. Les touches de la manette demandaient des mouvements des doigts différents que sur les touches de son piano. Son kiné lui avait conseillé de varier les exercices pour sa main, ce qu’il essayait de faire, même si l’appel du piano était toujours plus fort.

Il comprit rapidement la remarque de la jeune femme sur la chaleur lorsqu’elle s’installa nue sur son corps qui appréciait le spectacle comme elle pouvait le constater. Il savait maintenant que les gestes de hier soir n’avaient pas été à cause de l’alcool et il décida de se laisser aller n’écoutant que ses envies et son instinct.

Il penserait à l’après plus tard, il ne voulait pas songer à comment leur relation allait évoluer après cette matinée et pour le moment il s’en moquait pas mal. Les lèvres de la jeune femme étaient comme de la drogue pour lui et il caressa son corps de ses mains, de sa bouche l’aimant avec douceur et tellement d’amour qu’il en avait mal au cœur.


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO  


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Mer 1 Aoû 2018 - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©ROGERS..
Multi-comptes : Toby, Vittoria & Ban-Ryu
Messages : 375 - Points : 1314

Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le Dim 22 Juil 2018 - 13:27 )
La blague sur les fans n’était pas sérieuse, Vera ne faisait pas attention à ce genre de choses en réalité et prenait le temps de répondre à chaque email qu’on lui adressait ou les lettres qu’on lui envoyait. Elle n’était pas une de ces stars snobes qui se pensent mieux que tout le monde. En tant que cantatrice, ses fans ne devaient pas être aussi nombreux qu’un groupe de musique, mais tout de même. Elle savait qu’elle avait certains admirateurs qui lui étaient fidèles.

« Je t’en ferai faire un avec mon visage dessus : histoire que tu n’oublies jamais à quoi ressemble ton idole. » Répondit-elle sur le même ton. « Ce ne sont pas des larmes de tristesses tu le sais hein ? » Non, bien au contraire. Elle était heureuse. « Ce sont des larmes de joie, tu sais quand soudainement il y a trop de plaisir et pouff ça coule. » Radieuse, elle l’était et son sourire était le témoin direct de cette allégresse.

Et puis Alessio était là. Rien que ce détail était, en soit, quelque chose dont elle se réjouissait. Il était là. À quelques mètres d’elle pour ne pas dire centimètre ! Elle n’avait qu’à étendre le bras pour le toucher. Il faisait partie de ces personnes qui la rendait heureuse en un seul regard oui. Il n’y avait pas beaucoup de monde dans ce cercle très privé mais le pianiste était l’une des pièces maîtresses à n’en pas douter. Quand il demanda qui faisaient le reste de son bonheur, elle arqua un sourcil :

« Serais-tu jaloux ? » Le taquina-t-elle en le regardant voler une tartine. « Et bien, pour tout te dire, il y a Winston, Demetrio mais aussi mon cousin Enoch qui est à nouveau dans ma vie. » Et c’était tout. Ou pas. « Il y a aussi un ami de longue date, mais je n’ai pas de nouvelles depuis longtemps alors j’ai abandonné l’idée de le revoir de ci-tôt. » Leurs chemins avaient pris des directions différentes, mais jamais elle ne l’oublierait pour autant. Elle se le refusait.

Pensant au programme de l’après-midi, l’idée de la partager avec son bel Apollon et son fils autour de la piscine semblait être quelque chose d’agréable. Si elle tentait de ne pas ressentir les effets de la soirée d’hier : elle savait déjà que le contre coups arriverait bientôt. Avoir mangé et bu un café lui avait permis de ne plus avoir le cœur aux bords des lèvres.

« Il n’est pas ingrat… Pas encore, il est juste dans sa phase où il préfère être à l’intérieur plutôt que dehors. Ce que je peux comprendre : combien de fois j’ai voulu ne rien faire et rester allonger sur le canapé ? » Elle sourit : « Mais si je lui propose quelque chose : il dit toujours oui. Ce n’est pas un enfant emmerdant, c’est le mien après tout : il ne peut être que parfait. » Dit-elle non sans avoir une pointe de fierté dans la voix en affirmant cela. Elle ne releva pas la partie sur Dieu : elle ne prêchait pas la bonne parole divine. Chacun avait le droit d’avoir sa croyance ou pas du tout. C’était quelque chose de privé.

S’approchant de la fenêtre, elle laissa la lumière pénétrer dans la chambre et regarda pendant quelques instants la vue qui s’offrait à elle. C’était le genre de matinée parfaite, où tout semblait à sa place. Elle n’avait pas beaucoup connu ce genre de réveil et elle se rendait compte amèrement qu’elle pourrait y prendre goût. Malicieuse, portée par le moment et n’ayant certainement pas oublié le rapprochement de la nuit dernière : elle retourna auprès de son ami. Poussée par l’envie et le désir, elle le poussa sur le lit pour s’allonger sur lui : complètement nue.



love at first sight
« I can resist everything except temptation. »
Oscar Wilde by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé} Amore mio, sposiamoci nei boschi. ft Vera -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant