Revenir en haut
Aller en bas


 

- Tina * Tapas, sangria & chorizo -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Bodega
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Victoria ValentiniLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3556-victoria-what-say-we-go-up-in- http://www.ciao-vecchio.com/t3558-victoria-what-say-we-go-up-in-flames-together
ID : Elsy
Faceclaim : Iga Wysocka - Elsy
Messages : 416 - Points : 817

Âge : 27 ans
Métier : Doctorante en histoire
Sujet: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Ven 22 Juin 2018 - 0:41 )
Vicky tresse ses cheveux comme ce soir, elle se rend au Bodega, un bar à l'ambiance espagnole dans le quartier Spagnolie, où elle espère passer une agréable soirée, se délasser un peu, laisser retomber la pression qui pèse sur ses épaules ces derniers temps. Si la demoiselle est revenue en Italie depuis peu, ce n'est pas pour se reposer ou profiter de vacances mais bien pour travailler, si bien que malgré son amour pour Naples, elle ne peut pas en profiter. Elle nage dans son dossier, dans ses classeurs, alors qu'elle doit absolument bosser, poursuivre sa dissertation en vu de son passage devant un jury à la fin de l'année, qui lui délivrera le précieux sésame pour lequel elle étudie depuis toutes ces années. Un jury probablement hermétique à toute excuse qu'elle pourrait trouver pour ne pas être en forme ce jour là. Et cette pensé ne manquait pas de l'effrayer. Avec un peu de chance pourtant elle parviendrait à s'en sortir comme un chef et pourrait alors sonner les trompettes de la victoire et profiter de la plage, de son bikini, des tablettes de chocolat s'exposant au soleil et à la vue de tous. Ce passage à l'oral serait un pont entre la vie étudiante et la vie professionnelle, un pont qui lui faisait prendre conscience qu'elle entrerait dans la cours des grands, et c'était pour cela qu'elle ne devait rien laisser tomber, rien laisser au hasard, qu'elle ne devait pas cesser de bosser.

Elle enfile une jupe noire imitation latex, puis un haut moutarde et retouche légèrement son maquillage. Parfait. Elle accessoirise sa tenue par un collier et enfile ses chaussures, lassant ces dernières en vitesse, puis attrape son sac à main et le glisse sur son épaule avant de quitter sa chambre. Elle prévient son professeur qu'elle le laisse pour la soirée, lui adressant un sourire sans remarquer que l'homme toussote légèrement lorsqu'il remarque la tenue qu'elle porte, alors qu'il ne peut rien dire, après tout il n'est que son prof et la miss tourne les talons pour rejoindre le hall d'entrée avant de sortir. En grimpant dans la caisse, la jeune femme pose son sac à main sur le siège passager avant de démarrer et s'engager dans les rues en râlant sans délicatesse dans sa barbe pour un dépassement par la droite, son agacement croissant toujours quand elle prend le volant. La demoiselle a beau être bien élevée, elle ne supporte pas les incivilités, si bien qu'elle est toujours un peu stressée au volant, alors que certains semblent prendre la conduite pour du divertissement alors qu'ils ne se rendent pas comptes que casser les codes de la route, enfreindre les règles, peut conduire à de graves conséquences et tout n'est pas une question de savoir si l'assurance prendra en charge les dégâts d'un éventuel emboutissage. Quand on perd la vie au volant, rien ne peut y faire quoi que ce soit.

Arrivant enfin au Bodega, elle se gare et le moteur cesse de ronfler, tandis qu'elle se débarrasse de sa ceinture de sécurité, se baisse pour relacer son lacet défait et elle se redresse finalement, plissant les sourcils en croisant son regard dans le miroir. Prenant son sac, elle sort de l'habitacle et referme la portière de sa caisse avant de se diriger vers la tisse d'où l'ambiance la saisit déjà, donnant clairement envie de se trémousser en rythme et bouger du bassin, alors que les basses donnent le tempo. Elle entre et rejoint rapidement le comptoir pour passer commande avant d'aller s'asseoir dans un coin, sans ressentir aucune gêne à être venue seule, assumant totalement le fait de venir s'amuser sans copines mais avec l'assurance de faire des rencontres et de profiter tout de même de sa soirée. Elle n'était pas comme son frère, elle était plus sociable. Elle ne doutait pas que l'ambiance espagnole, la musique, ne tarderait pas à mettre un terme à sa solitude de toute façon. Confortablement assise dans un coin de ce bar, la jeune femme ajuste un coussin de la banquette sur laquelle elle s'adosse et un serveur arrive rapidement pour déposer sa commande sur la table basse qui lui fait face, alors que la rousse lui adresse un sourire et ses remerciements. 



Just, she's not me
I understand the consequences.
Are we willing to pay them ? What
say we go up in flames together.
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, tearsflight // signature : Anaëlle
Messages : 554 - Points : 651

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Mer 27 Juin 2018 - 0:19 )

Tapas, sangria & chorizo
Sans trop savoir pourquoi, elle avait dit oui. Malgré les conseils avisés de son employée qui implorait Tina de ne pas accepter, elle avait fini par répondre positivement à l’invitation de l’inconnu qui était entré dans sa boutique. Avant ça, elle a dû néanmoins assister à la mini conférence improvisée de ladite employée qui voulait souligner qu’elle était en train de se vendre et qu’elle valait mieux que ça. S’il y avait bien une chose sur laquelle elle était d’accord, était qu’elle valait bien plus que les 1500 euros que proposait l’Italien pour passer du temps avec elle. Elle savait se regarder dans un miroir et n’était pas encore assez myope pour ne pas voir qu’elle était encore belle pour quelqu’un de son âge – à savoir très jeune, si on lui demande elle dirait qu’elle vient de fêter ses 29 ans – et par conséquent, elle savait que sa beauté, son charme et son charisme valent plus que ça. Mais d’humeur charitable, elle était prête à accorder quelques minutes de plaisir pour les yeux à ce jeune homme qui avait l’air bien sous tout rapport. « Les gens entrent dans ma boutique et profitent de tout ça… » Elle fit une pause au milieu de sa phrase avant de tourner sur elle-même pour désigner sa personne.  « …gratuitement. Pour une fois qu’on propose de me payer pour m’admirer, si tu penses que je ne vais pas accepter, eh bien tu te trompes ! » S’était exclamée l’Indienne qui s’était déjà dirigée vers le miroir pour se refaire une beauté rapide. « On partagera moitié-moitié. Enfin, plus 70-30 vu que tu n’as pas été très encourageante. Et ça se prétend une amie. » Une dernière bise claquée sur les joues de la jeune femme, et elle avait déjà tourné les talons pour aller rejoindre son bienfaiteur. Celui qui allait contribuer à la cagnotte de Tina, qui servait la cause de sa beauté parce qu’elle le méritait.

D’humeur enjouée, elle le suivit sans broncher lorsqu’il proposa le bar espagnol, gardant une esquisse de sourire sur ses lèvres. Elle ne dit rien non plus lorsqu’il prit l’initiative de prendre sa commande à sa place, c’est lui qui payait alors pourquoi pas. Il s’est mis à bégayer au milieu de sa phrase au point que Tina soit déjà prête à demander s’il n’y avait pas un médecin dans le restaurant. Mais il finit par se ressaisir et la jeune femme mit ça sur le compte de la nervosité, c’était presque attendrissant. Vint ensuite le moment où il commença à prendre la parole pour essayer de tenir une conversation, d’attendrissant ils étaient passés à ahurissant. Pendant une bonne quinzaine de minutes, il fit la conversation tout seul sans se rendre compte que Tina glissait sur chaise doucement, pour pouvoir foutre le camp rapidement. La bravoure ayant décidément changé d’apparence, son généreux bienfaiteur eut la bonne idée de sortir son téléphone pour montrer à Tina un aperçu de ses fameux plans. Et quels plans. Le monsieur assit en face d’elle dessinait des jouets pour enfant, et sa dernière création était un cercueil pour poupées Barbie, avec une stéréo incrustée pour, la rédaction cite, qu’ils puissent danser même dans l’au-delà. Partagée entre les rires ou les pleurs de s’être laissée embarquée dans une telle mésaventure, elle opta pour les rires. Un petit rire nerveux remonta le long de sa gorge tandis que ses yeux balayaient toute la salle pour essayer de trouver quelque chose qui pourrait mettre fin à son calvaire ; de la drogue qui l’achèverait sur le coup, un policier en civil avec qui elle pourrait se battre pour qu’il l’emmène au poste et écourter ce rendez-vous qui virait au cauchemar. Elle était même prête à transformer le premier cure-dent qui lui tombait sous la main, en javelot pour lui crever les yeux.

Elle finit par s’excuser pour aller aux toilettes se rafraîchir. Au bout de cinq minutes, elle en sortit sans plan d’attaque pour se sortir de ce pétrin et de là où elle se trouvait, elle avait vue sur le jeune homme en train de sourire à son téléphone. Sûrement était-il en train de sourire à un autre jouet de merde qu’il aurait imaginé.  Tina prit une profonde respiration – elle prit surtout sur elle – et traversa la salle pour aller regagner sa place, mais elle s’arrêta à peine au bout de deux pas, et tourna vite les talons pour prendre la direction opposée. Elle s’assit à la table d’une jeune femme à qui elle adressa un mince sourire, avant de prendre une carte pour se cacher derrière. « Je ne suis pas folle. Il y a une explication très rationnelle à tout ça. » Chuchota l’Indienne à l’attention de la jeune femme. « J’essaie de mettre fin à un rendez-vous, et j’ai essayé d’ouvrir la fenêtre des toilettes pour m’enfuir mais sans succès. » Tenta d’expliquer Tina. « Vous voyez le monsieur qui sourit à son téléphone ? C’est de lui que je dois me cacher. Regardez discrètement ! »
AVENGEDINCHAINS


[...] une terre aride que n'atteignaient ni les regrets ni les lamentations. Une terre éloignée de tout rêve et de toute déception aussi. Là l'avenir importait peu et le passé ne renfermait qu'une leçon de sagesse: l'amour était une erreur dangereuse et son complice, l'espoir, une illusion perfide. Chaque fois que ces deux fleurs empoisonnées germaient en elle , [elle] les arrachait et les jetait avant qu'elles ne s'enracinent.


#TEAM ALESSORI
Revenir en haut Aller en bas
Victoria ValentiniLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3556-victoria-what-say-we-go-up-in- http://www.ciao-vecchio.com/t3558-victoria-what-say-we-go-up-in-flames-together
ID : Elsy
Faceclaim : Iga Wysocka - Elsy
Messages : 416 - Points : 817

Âge : 27 ans
Métier : Doctorante en histoire
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Mer 27 Juin 2018 - 17:03 )
La demoiselle a bien l'intention de s'amuser, de profiter de sa soirée et de faire quelques rencontres au cours de celles-ci, qu'elles soient amicales ou plus intimes. Dans son coin, elle n'a abordé personne, encore, analysant plutôt la salle, la fréquentation des lieux en cette soirée. Elle profite de sa commande en patientant, ainsi, ne sachant même pas si elle ira aborder qui que ce soit. En soit, elle préfère être la souris que le chat. Elle préfère que l'on vienne à elle. C'est ainsi qu'elle joue le mieux, qu'elle s'amuse le plus, en déstabilisant ses interlocuteurs. Alors elle patiente, le temps de voir si l'on vient, ou si ce sera à elle d'aller au devant des rencontres. Mais finalement, il semblerait que les rencontres viennent à elle, alors qu'une femme prend place en s'installant face à elle. [i]La demoiselle observe celle qui vient de la rejoindre, sans savoir ce qui lui a prit. Se faisant, elle écoute cette dernière se confier, levant dans un même temps un sourcil surpris. Se tournant dans la direction que lui indique la nouvelle arrivante, Victoria comprend vite les raisons de cette fuite que son interlocutrice a entrepris. Elle rit, un peu, de voir une telle situation, quoiqu'elle n'aimerait pas être à la place de cette jeune femme, aux prises avec un benêt éprit. Et elle se cache derrière sa carte, à son tour, comme elle apprend qu'une fuite par les toilettes cette femme a eut à l'esprit.

«- Je vois. Hormis son air ahuris et son sourire un peu niais, qu'avez-vous donc à lui reprocher ?» s'enquit Victoria en jetant un regard, encore, en direction de cet homme.

La demoiselle passe une main dans ses cheveux alors qu'elle laisse son regard glisser discrètement en direction de cet homme qui rit comme un bossu en se frappant la cuisse tandis qu'il fait fuir son rencart du soir. Et elle ne peut s'empêcher de dessiner une grimace sur son visage, tandis que son front se plisse, que ses sourcils se dressent dans un même temps, que les commissures de ses lèvres s'abaissent et qu'elle comprend mieux ce qui a rendu cet homme aussi déplaisant aux yeux de l'inconnue.

«- Je crois que j'ai saisi.»

Naturellement, l'homme n'est guère discret et la jeune femme a tout le loisir de le constater. La jeune femme pousse un léger soupir alors que l'homme adresse un signe de sa main crasseuse à un serveur, tandis qu'il ne les regarde toujours pas, sans donner l'impression de s'interroger sur la disparition précipitée de sa partenaire de soirée, aussi bien que si cette dernière n'avait jamais été à ses côtés.

«- Et qu'est-ce qui vous a poussé à accepter une soirée avec un type comme ça ?»

La demoiselle questionne son interlocutrice, tandis que cette dernière se cache toujours. Et Victoria en se réinstallant confortablement assise, ajustant les coussins, a la maladresse de grimacer, de ne point dissimuler l'avis qu'elle se fait de cet homme, ne parvenant à chasser sa moue de son visage. Mais soit, elle va sauver la mise à cette demoiselle.

«- Cessez de vous cacher, vous lui faites dos, agissons comme si nous nous connaissions depuis fort longtemps, il nous prendra pour des amies, des connaissances de longues dates et ne pourra pas soupçonner que vous soyez la demoiselle lui ayant faussé compagnie, et s'il a quelques doutes, nous voir bavarder avec aisance devrait les dissiper.»

La miss se montre pleine d'assurance, essayant dans un même temps de rassurer la demoiselle assise en face d'elle, et finit par caresser la main de cette dernière en l'observant comme si elle était une pure merveille, comme l'homme semble commencer à la chercher du regard. Victoria improvise, et même si c'est une attitude dont elle n'est pas familière, n'ayant guère de penchant pour les dames, elle songe que c'est le meilleur moyen de suggérer que la femme lui faisant face n'est pas celle qu'il cherche.

«- Ne vous tournez pas, il nous regarde... Naturellement ceci reste entre vous et moi.»

Victoria comme d'ordinaire, ne tient pas à faire les choux gras de la presse à scandale.



Just, she's not me
I understand the consequences.
Are we willing to pay them ? What
say we go up in flames together.
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, tearsflight // signature : Anaëlle
Messages : 554 - Points : 651

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Mer 4 Juil 2018 - 22:57 )

Tapas, sangria & chorizo
Assise voire contorsionnée sur sa chaise, Tina était bien contente de voir que celle qu’elle considérerait comme sa sauveuse pour le reste de la moitié, ne la prenait pas pour une folle. Du moins pas pour le moment. Elle avait certes une bonne explication qui l’avait poussé à s’asseoir à sa table sans même y être invitée, mais l’explication était tellement invraisemblable qu’elle savait qu’il y avait un risque qu’on lui demande de se lever pour aller enquiquiner quelqu’un d’autre. Lorsque la jeune inconnue lui demanda ce qu’elle reprochait exactement à l’homme dont elle se cachait, elle eut un moment de blanc, ne sachant pas comment expliquer ce qui l’avait poussé à accepter un verre avec elle. La jeune femme ouvrit la bouche une première fois avant de la refermer, se laissant encore un peu le temps de réflexion. Au bout de quelques secondes, elle se mit à tousser comme un singe malade  sans pour autant attirer le regard des gens. Elle aimerait avoir une explication logique là aussi, et dire qu’elle avait par exemple envie d’agrandir son cercle d’amis du coup elle acceptait le rendez-vous de tous les allumés qui se présentaient à elle. Mais au lieu de ça, chou blanc. Elle avait l’impression que chaque chose qu’elle dirait encore plus invraisemblable que la solution qu’elle avait trouvée de s’asseoir à la table d’une inconnue. Ou alors, elle se sentait tellement ridicule qu’elle préférait prendre son temps pour inventer quelque chose d’à la fois dramatique mais pas trop, juste pour qu’on ait pitié d’elle et qu’on accepte de l’accepter. Sans pour autant qu’on ne décide d’appeler le GIGN pour la faire sortir comme si sa vie était en danger. « Alors en fait… » Commença l’Indienne sur un ton hésitant, avant d’être soulagée de la lourde tâche de devoir parler par sa sauveuse. Elle savait qu’on l’avait guidé à cette table précisément pour une raison. Enfin une personne intelligente qui n’irait pas faire tout planter, du moins elle l’espérait. « Voilà. Ca se passe de commentaire. » Souffla Tina qui voulait garder le ton bas sans pour autant être inaudible.

Curieuse de voir ce qu’avait vu la jeune femme qui avait fait abandonner toutes ses questions, elle se redressa doucement en essayant de sortir sa tête le plus discrètement possible. Et comme cachée derrières la brousse pour ne pas qu’on la voit, elle s’y prit délicatement. Avant de se rendre compte que dans certaines situations elle ne connaissait pas ce mot. Pour se couvrir, elle tendit le bras et arracha un roseau dans un des vases – ou pot ou peu importe, elle n’a pas vraiment la main verte – pour essayer de cacher derrière, avant de s’allonger à nouveau sur son siège au maximum. « Je suis une femme d’affaire, donc parfois pour arriver à tirer des bénéfices de certaines situations… » Elle prit un pause pour essayer de trouver ses mots qui étaient pourtant simple. Elle avait dit oui à la proposition de cet homme qu’elle ne connaissait pas, de se vendre, en quelques sortes, pour de l’argent. Argent qu’elle n’avait même pas besoin mais qu’elle avait décidé d’accepter parce que son employée lui a dit qu’elle ne devait pas accepter. Et comme l’Indienne détestait qu’on lui dise qu’elle ne pouvait ou devait pas faire quoi que ce soit… c’était avec cette même énergie et mentalité qu’elle avait faillit faire une séance d’acupuncture sur sa voisine, Leah, parce qu’elle avait justement sortie son nécessaire de couture pour finir le costume de vampire de Priya. « Non je n’ai aucune excuse. Il a proposé de me payer pour aller boire un verre avec lui et j’ai dit oui parce qu’on a essayé de m’en empêcher. » Elle haussa doucement les épaules – aussi haut que la position dans laquelle elle se trouvait le lui permettait. Le pire dans cette histoire, était sûrement que Tina n’en retiendrait aucune leçon. Dés que le moment où l’occasion se présenterait, elle sauterait sur l’occasion pour rendre sa vie un peu plus pertinente qu’elle ne l’est en ce moment. Même si ça signifiait prendre le risque qu’elle ne se retrouve avec une corde vocale arrachée et cuisinée dans une casserole. Et elle savait que c’était possible parce qu’elle lisait souvent la liste des morts les plus insolites.

Confiante, Tina décida d’écouter les conseils de la jeune femme et accepta finalement de se redresser, non sans appréhension que l’autre abruti ne vienne la voir. « Voilà, je ne me cache plus. » Dit-elle plus à elle-même qu’à son interlocutrice. Un mince sourire étira les lèvres de l’Indienne, confiante à son tour, avant de s’agrandir en sentant la paume chaude de la jeune inconnue sur sa main. C’était agréable de savoir qu’elle n’était pas seule et qu’elle pouvait compter sur quelqu’un, qu’elle la connaisse ou pas. Cependant, ce qu’elle commençait à trouver étrange était la façon dont elle la regardait et sa main entreprenante qui commençait à caresser le dos de sa main. Etait-ce temps pour Tina de se lever pour aller finalement retrouver son rendez-vous ? Elle réfléchit un court instant, avant qu’un frisson d’horreur ne lui parcoure l’échine. Non, elle était bien ici plutôt qu’avec l’autre qui devait avoir une autre passion étrange comme l’empaillage.  

Elle reprit sa main pour la passer dans ses cheveux et toussota doucement avant de s’enfoncer un peu plus confortablement sur son siège. « D’ailleurs, moi c’est Tina. » Se présenta l’Indienne. « Je suppose que vous n’aviez pas prévu de passer la soirée, ou du moins une partie, avec une inconnue qui doit vous sembler folle. » Elle ponctua sa phrase d’un petit rire, avant de reprendre la parole. « Pour vous remercier, je vous propose de payer la prochaine tournée. Deal ? »  Proposa l’Indienne avec toute la bonne foi du monde, oubliant que ses affaires étaient restées à la table qu’elle avait quitté avec précipitation. Rien que ça, risquait d’être intéressant. « Psst, garçon. » Interpella discrètement Tina, avant de se rendre compte qu’on ne l’entendait pas. Elle se racla la gorge avant de faire un ‘psst’ à nouveau, mais au bout de la troisième fois, elle en eut marre. « GARCON ! » Hurla Tina qui avait mis ses mains autour de sa bouche pour que sa voix porte beaucoup plus. Après qu’elle eut causée une mini crise cardiaque à presque tout le restaurant, elle tourna la tête en se cachant légèrement de sa main comme si de rien n’était. « Oh, garçon, vous êtes là ! » Dit-elle d’une voix douce, ignorant le regard encore choqué du jeune homme qui se tenait le cœur de peur qu’il ne sorte de sa poitrine, sûrement. « On a soif. On commande quoi ? » S’enquit la jeune brune en se tournant vers sa nouvelle copine de soirée.  
AVENGEDINCHAINS


[...] une terre aride que n'atteignaient ni les regrets ni les lamentations. Une terre éloignée de tout rêve et de toute déception aussi. Là l'avenir importait peu et le passé ne renfermait qu'une leçon de sagesse: l'amour était une erreur dangereuse et son complice, l'espoir, une illusion perfide. Chaque fois que ces deux fleurs empoisonnées germaient en elle , [elle] les arrachait et les jetait avant qu'elles ne s'enracinent.


#TEAM ALESSORI
Revenir en haut Aller en bas
Victoria ValentiniLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3556-victoria-what-say-we-go-up-in- http://www.ciao-vecchio.com/t3558-victoria-what-say-we-go-up-in-flames-together
ID : Elsy
Faceclaim : Iga Wysocka - Elsy
Messages : 416 - Points : 817

Âge : 27 ans
Métier : Doctorante en histoire
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Ven 6 Juil 2018 - 17:07 )
Victoria est un peu surprise c'est vrai en voyant cette inconnue débarquer de cette façon à sa table, comme une chapardeuse essayant de ne pas se faire voir par les vigiles. Evidemment la demoiselle ne comprend pas ce qui peut conduire cette fille à se comporter de la sorte et elle regarde tout autour d'elle, avant que cette femme n'indique essayer d'échapper à un homme. Et comme la jeune femme le lui désigne, Vicky jette un regard à la table du concerné avant de grimacer comme elle comprend tout à fait la fuite de cette inconnue, sans comprendre toutefois pourquoi, comment, elle avait accepté l'invitation de ce dernier pour venir boire un verre ou profiter d'une soirée dans ce bar espagnol. Et son incompréhension doit probablement se lire sur son visage, mais elle pose tout de même la question à cette fille pour tâcher de comprendre, d'en savoir plus. D'expliquer en somme comment cette dernière a put se retrouver dans une telle situation.

«- Je vois...»

Victoria grimace un peu en comprenant plus ou moins ce que cette femme veut dire et cette dernière elle-même semble considérablement hésiter sur les mots qu'elle peut employer. L'italienne ne lui demande pas spécialement d'en dire plus alors qu'elle comprend ce que cette gêne sous-entends et ce que cette femme a accepté de faire pour de l'argent. Néanmoins la blonde décide de ne pas la juger et de lui venir en aide, d'autant plus que cette femme se montre finalement honnête en avouant avoir accepté de l'argent pour aller prendre un verre avec ce type simplement pour aller à l'encontre de quelques recommandations. Et la jeune femme ne pouvait que comprendre son interlocutrice parce qu'elle avait manqué de faire cela plusieurs fois avec son frère, s'agaçant d'entendre ce dernier parler de ce qu'elle pouvait ou ne pouvait pas faire. C'était l'esprit de contradiction qui parlait dans ce genre de moments.

«- Je vois... Ce n'était pas l'idée du siècle quoi. Ce que l'on ve ferait pas pour contrarier son entourage... Vous aussi vous avez un frère qui passe son temps à vous dire ce que vous pouvez ou ne pouvez pas faire ?» suppose finalement la demoiselle.

C'était le genre de choses toujours un peu stupide que l'on avait tendance à faire seulement parce qu'on nous disait de ne pas le faire, l'esprit de contradiction purement humain que l'on finissait toujours par regretter au final. Parce que clairement la demoiselle était dans une salle position maintenant et Victoria en aurait peut-être retenu quelque chose, ou pas, peut-être pas plus que son interlocutrice. On est sensé apprendre de ses erreurs mais ce n'est pas toujours le cas en réalité.

La demoiselle conseille à son interlocutrice de ne pas se cacher, de se donner une attitude normale pour que l'homme n'ait aucun doute, comme elle lui faisait dos. Si elle semblait détendue il la prendrait, en regardant vite, pour une cliente lambda de l'établissement.. Mais comme il se tourne finalement, la demoiselle préfère parer le coup et prendre la main de l'inconnue dans la sienne en lui adressant un regard rêveur savamment calculé. Celui qu'elle sert à un type mignon mais stupide, quand elle veut faire croire qu'elle est bluffée alors qu'elle désespère d'avoir une conversation intéressante et n'attend plus, alors, que de pouvoir faire son affaire avant de dégager. Ce sourire mielleux qui semble mettre son interlocutrice bien mal à son aise et quand cette dernière reprend sa main pour la passer dans ses cheveux, l'italienne a un petit rire.

«- Ne vous inquiétez pas, mon cœur va aux garçons. Mais il regardait dans notre direction alors j'ai préféré dissiper tout doute potentiel dans son esprit sur votre identité. L'idée étant... enfin vous avez compris, qu'il vous prenne pour quelqu'un d'autre, un... autre genre de femme, si l'on peut dire.» s'empresse de la rassurer la demoiselle.

La demoiselle a un petit rire comme la femme lui faisant face fait remarquer qu'elle ne devait pas avoir prévu ce genre de choses pour sa soirée. Non, en effet, cependant contrairement à ce que croit cette femme, Victoria ne la prend pas pour une folle. Elle avait certes manqué de recul et de réflexion en acceptant son invitation à prendre un verre mais de là à dire qu'elle était folle, non, quand-même, Victoria n'irait pas jusque là.

«- Non ne vous en faîtes pas vous n'êtes pas folle.»

Mais amusante, ça oui et Victoria l'observe appeler un garçon, la trouvant peut-être un peu fofolle, un peu exubérante, un peu speed, mais elle aimait bien. Et comme son interlocutrice demande ce qu'elles vont boire, car elle paix sa tournée, la demoiselle n'a pas besoin de réfléchir longtemps.

«- Mhhh Une sangria peut-être ?»



Just, she's not me
I understand the consequences.
Are we willing to pay them ? What
say we go up in flames together.
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, tearsflight // signature : Anaëlle
Messages : 554 - Points : 651

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Sam 14 Juil 2018 - 21:24 )

Tapas, sangria & chorizo
Tina grimaça doucement lorsque la jeune femme assise en face d’elle confirma qu’elle n’avait pas eu l’idée du siècle. Oui, ça elle l’avait compris dés le moment où elle avait mis les pieds dans le restaurant, il n’y avait plus aucun doute qu’elle n’était pas très douée pour prendre des décisions. Comme la fois où elle avait voulu aller en Suisse sur un coup de tête la veille de son anniversaire, parce qu’elle refusait que les gens qui la connaissent viennent lui rappeler qu’elle vieillissait. La fin de l’histoire est qu’elle était restée à Naples ce jour là, parce que sa fille avait eu la brillante idée d’avaler une petite boule de naphtaline. Dés lors, Tina compris que le génie ne coulait pas dans ses veines. Quoi qu’il en soit, elle avait perdu la caution qu’elle avait dû avancer à l’auberge qu’elle avait trouvé, et même si pendant un court instant elle hésita à laisser sa fille derrière, elle se montra responsable et l’emmena aux urgences. Si on lui avait dit qu’être parent c’était ça, elle aurait sûrement réfléchie à deux fois avant de faire un enfant.

Un sourcil arqué lorsqu’elle mentionna un frère, Tina se demandait de quoi elle pouvait bien parler. Il ne lui fallut pas bien longtemps avant de comprendre qu’elle ne parlait pas d’elle, mais de son propre cas. Un petit sourire étira ses lèvres qu’elle adressa à la rouquine, avant de pousser un petit soupir. « Je n’ai pas de frère. Ni de sœur à vraie dire. Mais j’imagine que c’est votre cas, pas vrai ? » La question était stupide et elle connaissait déjà la réponse avant même qu’elle ne la lui fournisse. Au court de sa longue – tout est relatif – vie, la jeune Indienne avait eut la chance, ou la malchance, de pouvoir gérer sa vie comme elle le voulait. Fille unique, ses parents ne lui interdisaient pas vraiment de faire quoi que ce soit, au contraire, ils étaient les premiers à l’encourager dans ses projets, et ça même si ça signifiait quitter la maison à 18 ans pour ne revenir que plus tard. Parfois elle se dit qu’elle aurait aimé que ses parents soient un peu plus sévères avec elle, mais lorsqu’elle fait le bilan de sa vie, elle se dit qu’il n’y a pas une seule chose qu’elle referait autrement. Elle se serait toujours intéressée à la mode, elle se serait mariée aussi jeune et aurait acceptée de devenir maman aussi jeune. Toutes les décisions qu’elle avait prises – bonnes ou mauvaises – faisaient d’elle ce qu’elle était aujourd’hui, et elle essayait à chaque fois d’en tirer une leçon. Du moins, elle faisait de son mieux. La plupart du temps elle refaisait les mêmes erreurs passées, mais à petite échelle. Pas parce qu’elle est stupide, bien qu’on puisse penser le contraire, mais parce qu’elle aimait contredire les gens et les choses. Provocatrice, voilà ce qu’elle était.

En parlant de provocatrice, elle adressa un petit regard lorsque la main de la jeune femme s’attarda un peu trop sur la sienne. Elle la retira en pouffant nerveusement, avant de hocher doucement la tête. « Je ne suis pas sûre qu’il se rende compte de quoi que ce soit, honnêtement. » Elle haussa doucement les épaules avant de se risquer à un petit regard dans son dos. Il commençait à se demander où elle était et balayait la pièce du regard, c’est le moment de détourner les yeux et de se concentrer sur autre chose. Elle proposa d’offrir un verre à son interlocutrice. « Je prendrais la même chose ! » S’exclama Tina après que la rouquine ait commandé. En voyant le regard du serveur s’attarder sur elle – parce qu’il savait sûrement que c’était elle qui avait hurlé – elle lui rendit son regard insistant l’air de lui demander s’il avait besoin de quelque chose, avant de le reporter sur la jeune femme. Lorsqu’il tourna les talons, un soupir sortit des lèvres de l’Indienne qui s’enfonça un peu plus confortablement dans son siège. « Alors, qu’est-ce qui vous amène dans cet endroit, toute seule ? Votre frère vous a dit que vous ne pouviez pas venir ? » S’enquit la brunette.  
AVENGEDINCHAINS


[...] une terre aride que n'atteignaient ni les regrets ni les lamentations. Une terre éloignée de tout rêve et de toute déception aussi. Là l'avenir importait peu et le passé ne renfermait qu'une leçon de sagesse: l'amour était une erreur dangereuse et son complice, l'espoir, une illusion perfide. Chaque fois que ces deux fleurs empoisonnées germaient en elle , [elle] les arrachait et les jetait avant qu'elles ne s'enracinent.


#TEAM ALESSORI
Revenir en haut Aller en bas
Victoria ValentiniLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3556-victoria-what-say-we-go-up-in- http://www.ciao-vecchio.com/t3558-victoria-what-say-we-go-up-in-flames-together
ID : Elsy
Faceclaim : Iga Wysocka - Elsy
Messages : 416 - Points : 817

Âge : 27 ans
Métier : Doctorante en histoire
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Dim 15 Juil 2018 - 0:40 )
Peut-être que rappeler à cette femme qu'elle n'avait pas eut la meilleure des idées n'était pas nécessaire, que cette dernière s'en rendait parfaitement compte toute seule, mais ces mots avaient quittés la bouche de Victoria trop vite pour qu'elle puisse penser à les freiner, malheureusement pour son interlocutrice. La demoiselle réalisa, en même temps qu'elle parlait, qu'elle n'aurait pas dût, comme cette femme grimaçait. En même temps le constat était une évidence même. N'importe qui aurait put en venir au même résultat. Victoria chasse ses pensées en songeant qu'il valait mieux ne tout simplement pas revenir là-dessus et passer à un autre sujet de conversation. Elle s'inquiète de savoir pourquoi la demoiselle avait accepté ce rendez-vous et en découvrant qu'on lui avait dit de ne pas faire cela, ce qui l'avait conduit à le faire, Vicky hausse un sourcil. Elle n'était pas certaine qu'elle aurait fait la même chose seulement pour défier Alessio, mais elle s'imagine que c'est peut-être ce que la demoiselle a voulu faire, défier un frère. Mais cette dernière lui dit rapidement que ce n'est pas le cas car elle n'a pas de frère.

«- Oui effectivement j'en ai un en effet et parfois... disons que je fais exactement ce qu'il me demande de ne pas faire. Enfin jamais dans ces proportions cependant.» remarque la jeune femme. «Pas pour le moment en tout cas, je vais prier pour ne jamais commencer !»

Elle a un léger rire comme elle pense à Alessio et aux crises qu'elle pouvait parfois donner à ce dernier en faisant le contraire de ce qu'il lui disait de faire, ou en lui faisant savoir, par exemple, qu'elle comptait bien se marier quand lui aurait espéré qu'elle ne se marie jamais. Mais bientôt l'attention se repose sur l'homme que Tina a abandonné et qui ne semble pas se rendre vraiment compte qu'elle ne revient pas. Il n'est pas très insistant pour la retrouver en tout cas, comme si cela ne lui faisait ni chaud ni froid.

«- Probable.»

La jeune femme demande une sangria comme son interlocutrice a appelé un serveur de sorte qu'elles puissent commander et Tina demande la même chose que Victoria. Le serveur s'éloigne pour aller préparer les commandes des deux demoiselles et la brune se tourne vers la blonde pour en découvrir un peu plus sur les raisons de sa présence ici ce soir toute seule.

«- Oh non, non je voulais simplement sortir un peu et je me suis dis que je ferais sûrement des rencontres sympathiques sur place !» explique la jeune femme avec un sourire. «On a pas toujours besoin d'être accompagné par des amis pour passer tout de même une bonne soirée !» annonce-t-elle avec un large sourire. «Du coup cela m'arrive parfois de venir me poser dans un coin, tout simplement et attendre de voir qui le destin mettra sur ma route !» poursuit la demoiselle.



Just, she's not me
I understand the consequences.
Are we willing to pay them ? What
say we go up in flames together.
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, tearsflight // signature : Anaëlle
Messages : 554 - Points : 651

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Mar 17 Juil 2018 - 17:57 )

Tapas, sangria & chorizo
Tina ne pu s’empêcher de pouffer doucement de rire à la réponse de son interlocutrice. Elle n’avait pas de mal à croire qu’elle n’était pas encore arrivée à de telles extrêmes. Bien qu’elle ignorait l’âge exacte de la rouquine, elle se doutait bien qu’à son âge, si on lui avait dit qu’elle se retrouverait à accepter un rendez-vous parce qu’on lui a déconseillé de le faire, elle ne l’aurait pas cru. En réalité, l’Indienne a toujours pensé qu’elle s’assagirait avec l’âge, qu’elle se mettrait à une activité d’aérobie qui lui demanderait beaucoup moins d’efforts que de mentir, et qu’elle finirait par ailleurs par arrêter de jouer la comédie. Mais ce jour n’était pas encore arrivée et pour preuve, la semaine dernière elle avait raconté à une fille qu’elle avait rencontré qu’elle avait été championne de lancer de hache. Même si cette eut du mal à la croire au début, elle fini par la convaincre en lui montrant de fausses techniques pour ne pas rater sa cible et même un mouvement raccourci pour toucher directement la cible sans faire plusieurs essais. De toute façon qui allait vérifier si elle mentait ou pas ? Elle s’était rendue compte que plus ses mensonges étaient énormes et plus ils passaient. Elle ne se considérait d’ailleurs pas comme une menteuse, mais comme faisant partie de ces artistes qui transportent avec eux un chariot remplie d’histoires qui servent à mettre des étoiles dans les yeux des jeunes. Jeunesse, continuez de rêvez.

« Je vois. » Se contenta de répondre la brunette avant d’interpeller un serveur pour qu’il se charge de prendre leur commande. Elle reporta bien vite son attention sur la jeune femme, quitte à passer la soirée avec elle – ou du moins, quitte à l’accaparer pour se sortir d’une situation désagréable – autant qu’elles apprennent à se connaître un minimum. La première question que lui posa Tina était de savoir ce qui l’amenait dans un tel endroit, en y mettant une pointe d’humour, un petit sourire étirant ses lèvres. Elle l’écouta attentivement en hochant la tête par moment pour réagir à ce qu’elle disait. Le sourire de l’Indienne s’agrandit lorsqu’elle mentionna vouloir voir ce que le destin mettrait sur son chemin. Malheureusement pour elle, la seule personne qu’elle mettrait sur son chemin ce soir là, allait être Tina, du moins le temps qu’elle prenne son courage à deux mains et arrive à s’éclipser sans devoir se confronter à l’autre. Un petit rire remonta le long de la gorge de la jeune brune qui ne pu s’empêcher de pouffer doucement en se mettant une main devant la bouche. C’était impolie, un peu de tenue voyons. « Je suis désolée, c’est un rire nerveux. » Commença Tina qui avait eut le malheur de tourner la tête dans la direction de son rendez-vous initial qui commençait à se mettre debout pour chercher où elle avait bien pu passer. Elle fut parcouru d’un électrochoc mélangé à de la peur, qui fit se réveiller chaque fibre de son corps, lorsqu’elle cru pendant un moment qu’il l’avait vu. Fausse alerte. « C’est juste que je suis désolée pour vous. » Repris l’Indienne après s’être calmée. « Vous auriez pu trouver tellement mieux comme compagnie. Mais le destin a voulu vous jouer un sale tour pour ce début de soirée je pense. » Elle ne voulait pas tout ramener à elle, mais elle aussi s’était fait avoir. Dire qu’elle aurait pu  déjà être en chemise de nuit devant sa télé en train de regarder un vieux programme qu’elle aurait déjà vu, le temps de s’endormir devant. Oui sa vie n’avait rien de palpitant, il était loin le temps où elle aurait eu pour projet de voler un avion pour s’amuser. Elle ne serait jamais allée jusqu’au bout, mais elle aurait au moins commencé à faire un vieux plan sur une serviette en papier en réclamant même à ce qu’on baisse le volume de la musique pour qu’elle puisse réfléchir. Quelle vie. « Mais si vous trouvez quelqu’un qui vous plait et que le destin aura mis sur votre chemin, je peux vous servir de wing woman. Ou peu importe comment on appelle ça, je ne suis pas très familière avec le vocabulaire. » Déclara Tina au même moment où le serveur apporta leurs verres. Elle le gratifia d’un merci ainsi que d’un sourire avant de poser son regard à nouveau sur la rouquine.  
AVENGEDINCHAINS


[...] une terre aride que n'atteignaient ni les regrets ni les lamentations. Une terre éloignée de tout rêve et de toute déception aussi. Là l'avenir importait peu et le passé ne renfermait qu'une leçon de sagesse: l'amour était une erreur dangereuse et son complice, l'espoir, une illusion perfide. Chaque fois que ces deux fleurs empoisonnées germaient en elle , [elle] les arrachait et les jetait avant qu'elles ne s'enracinent.


#TEAM ALESSORI
Revenir en haut Aller en bas
Victoria ValentiniLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3556-victoria-what-say-we-go-up-in- http://www.ciao-vecchio.com/t3558-victoria-what-say-we-go-up-in-flames-together
ID : Elsy
Faceclaim : Iga Wysocka - Elsy
Messages : 416 - Points : 817

Âge : 27 ans
Métier : Doctorante en histoire
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Mer 18 Juil 2018 - 3:24 )
La jeune femme ne comprend pas pourquoi tout à coup son interlocutrice rit, alors qu'elle répond tout simplement à la question que cette dernière lui a posé, pour savoir ce qu'elle faisait ici ce soir, alors que cette inconnue avait supposé que Vicky voulait simplement défier son frère, ce qui l'avait conduit ici. Il 'est vrai que par esprit de pure contradiction, la jeune femme aurait put agir ainsi mais son frère n'avait absolument aucune raison de lui interdire de venir dans un tel lieux. Après tout elle ne risquait pas grand chose par ici à moins qu'il ne redoute qu'elle tombe amoureuse d'un type dans les parages et que ce dernier ne prenne trop d'importance dans la vie de sa cadette, voire la fasse tomber enceinte. Elle n'avait pas oublier les menaces selon lesquelles pendant sa grossesse il ne supporterait pas sa sœur et préférerait donc l'éviter au cours de cette période.

"- Pourquoi donc ?" demande Victoria comme l'autre femme s'excuse en disant que son rire est nerveux.

La jolie blonde ne comprend pas vraiment un tel élan de bonne humeur, un tel rire, qu'a-t-elle dit pour le justifier ? Elle ne comprend pas et cette femme doit s'en rendre compte car elle finit par retrouver un peu de son sérieux pour donner quelques éclaircissements à Victoria sur les raisons qui avaient provoquées son hilarité. Et quand Tina se dit désolée pour elle, la jolie napolitaine ne comprend pas vraiment ce que cette dernière veut dire, pour être honnête.

"- Je ne trouve pas que cela soit si catastrophique que vous semblez le dire." la rassure la demoiselle.

Après tout la soirée n'est pas terminée et Victoria ne peut pas dire que cette dernière soit particulièrement mauvaise même si elle ne connait pas son interlocutrice, même si les raisons qui avaient conduit cette dernière à la rejoindre étaient pour le moins étonnantes... Elle devait dire que la mauvaise fortune de Tina l'avait quelque peu amusée et elle trouvait que cela ferait toujours une agréable anecdote à raconter un jour à une ou deux oreilles attentives. Et comme la demoiselle parle de servir de Wing Woman si Victoria trouve quelqu'un à son goût, la demoiselle a un petit rire.

"- Oh vous savez quand je parle de voir qui le destin va mettre sur ma route je ne parle pas nécessairement de croiser forcément un bel homme à ramener dans ma couche... J'apprécie aussi de rencontrer de peut-être nouvelles amies ! On ne sait pas ce que l'avenir nous réserve dans ce genre de soirées à l'aveuglette et je dois dire... que j'apprécie particulièrement cela ! Cette découverte, cet inconnu, le fait de ne pas pouvoir supposer de comment les choses vont se dérouler. Aussi je doute fort de vous fausser compagnie pour quelques raisons que ce soit, à moins que, vraiment, l'homme de ma vie se décide à entrer dans cet établissement ce soir ! Auquel cas en effet je me réserve le droit de revenir sur ces mots !"

Et la demoiselle rit comme elle remarque son professeur qui entre, justement, avec un autre homme, qu'elle suppose être un collègue. Il est quelque peu original que ce soit cet homme là qui soit entré précisément à cet instant alors que si l'homme est charmant, elle le sait aussi totalement inaccessible du fait qu'il est son professeur, son maître de recherches, son directeur de thèse... et qu'il est pour couronner le tout, marié. ce qu'elle n'ignore pas et que confirme l'alliance qu'il porte à son doigt. Si cela ne freine pas quelques camarades de la jeune femme pour fantasmer sur cet homme, cela ne manque pas de retenir Victoria, pour sa part, dans ce genre de pensées.

"- Vous n'avez jamais fait de soirée comme ça, à l'aveuglette ?"



Just, she's not me
I understand the consequences.
Are we willing to pay them ? What
say we go up in flames together.
Revenir en haut Aller en bas
Tina CambiasoToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3136-i-never-want-to-hear-you-say-i http://www.ciao-vecchio.com/t3155-this-could-be-the-start-of-something-new
ID : wanderlust.
Faceclaim : aishwarya rai, tearsflight // signature : Anaëlle
Messages : 554 - Points : 651

Âge : 42 ans, mais elle ment sur son âge, des fois elle dit plus, très souvent elle dit moins
Métier : gérante d'une boutique de vêtements
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le Jeu 6 Sep 2018 - 22:12 )

Tapas, sangria & chorizo
 Un doux sourire étira les lèvres de l’Indienne lorsque la jeune femme la rassura, au moins elle était ravie d’apprendre que sa compagnie n’était pas aussi indésirable qu’elle le croyait. Envahissante oui, et ça s’était confirmé vu comment elle avait abordé la rouquine, mais pas désagréable. Elle adressa un signe de tête qui traduisait son soulagement de ne pas être un poids, avant de passer une main tout de même nerveuse dans ses cheveux. Elle ne savait pas si c’était le fait qu’elle se cachait d’un homme qui la rendait aussi nerveuse, ou de se retrouver en face de cette inconnue – plus si inconnue – mais elle ne se sentait pas vraiment à son aise, bien qu’elle essayait de ne pas le montrer. D’un coup d’œil discret, elle regarda autour d’elle pour voir où en était leur commande, peut-être que l’alcool les aiderait à aller mieux. Surtout elle en fait, parce que des deux, elle semblait la seule gênée.  Et comme par magie, le serveur arriva au même moment avec les deux verres qu’il posa devant elles, juste au moment où Tina proposait ses services de wing woman.

Le sourire de l’Indienne s’agrandit lorsqu’elle répondit à son offre, provoquant même un petit rire chez la brunette qui ne pouvait qu’approuver ce qu’elle disait. Certes, ce serait sûrement la dernière fois qu’elle se risquait à dire oui à un inconnu pour faire sa connaissance, et faire une soirée à l’aveuglette comme elle semblait le décrire, mais ça n’enlevait rien au fait que l’initiative était plutôt sympa. « Ca on ne sait pas. » Elle haussa doucement les épaules, un regard doux couvant son interlocutrice. Et même si elle ne s’étalerait pas sur le sujet, elle était bien placée pour savoir que l’amour n’avait pas vraiment de règle, c’était bien pour ça qu’elle s’était retrouvée mariée si jeune. « Dans tous les cas, mon offre sera valable pendant tout le temps qu’on passera ensemble ce soir. » Mêlant son rire au brouhaha général de la pièce, Tina ne manqua pas de remarquer que le regard de la jeune femme semblait captivé par quelque chose. Ou quelqu’un. Un peu moins discrète qu’elle, elle regarda dans la même direction de la rouquine, avant de s’apercevoir que son regard s’attardait sur un duo d’hommes qui venait de faire leur entrée. Intéressant, pensa Tina qui préféra garder tout commentaire pour elle. Son regard repartit sur la jeune femme avant de se concentrer à nouveau sur le duo, et à moins qu’elle n’ait des hallucinations, elle était à peu près sûre dans le regard de son interlocutrice qu’elle les connaissait.

Aussitôt reprit-elle la parole, que Tina, sourire toujours aux lèvres, reporta son regard sur la rouquine. « Hum… » Alors qu’elle avait presque oublié son verre devant elle, elle prit une gorgée le temps de réfléchir à une réponse. « Pas vraiment, non. » Un demi-mensonge. Mais elle ne se voyait pas expliquer à quelqu’un qu’elle connaissait à peine qu’elle s’introduisait souvent dans des soirées de gens qu’elle ne connaissait pas, et qu’elle s’inventait une vie à chaque fois qu’elle s’y rendait. De plus, elle ne s’était jamais rendue à ce genre de choses toute seule, donc on ne pouvait pas dire que c’était réellement à l’aveuglette. Mais elle supposait qu’il y avait une première fois à tout. « Excusez-moi, mais vous les connaissez ? » S’enquit l’Indienne, manquant sûrement de tact à se montrer si intrusive. « Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que votre regard s’est attardé sur eux. » Elle fit un petit signe du menton dans la direction du duo, très subtil et sans quitter la jeune femme du regard. « Je pense déjà connaître la réponse à ma question, mais je la pose toujours. » Pouffa doucement la brunette.
AVENGEDINCHAINS


[...] une terre aride que n'atteignaient ni les regrets ni les lamentations. Une terre éloignée de tout rêve et de toute déception aussi. Là l'avenir importait peu et le passé ne renfermait qu'une leçon de sagesse: l'amour était une erreur dangereuse et son complice, l'espoir, une illusion perfide. Chaque fois que ces deux fleurs empoisonnées germaient en elle , [elle] les arrachait et les jetait avant qu'elles ne s'enracinent.


#TEAM ALESSORI
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Tina * Tapas, sangria & chorizo ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Tina * Tapas, sangria & chorizo -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Bodega
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Bodega