Revenir en haut
Aller en bas


 

- This is just my luck [PV] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mario BatagliniToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3635-i-was-lightning-before-the-thu http://www.ciao-vecchio.com/t3666-mario-bataglini-you-made-me-a-believer#120458
ID : redkiwix
Faceclaim : Nico Tortorella + (c) Yourdesigndiary & tumblr
Messages : 85 - Points : 141
Âge : 31 ans
Métier : Professeur de yoga, anciennement pompier
Sujet: This is just my luck [PV] ( le Dim 1 Juil 2018 - 18:18 )
Oh, this is just my luck
Vito & Mario

Je m'étais dépêché. Oui, même si me convoquer au Dolce Vita ne ressemblait pas tellement à une urgence et que Vito pouvait être drama queen à ses heures. La vérité, c'était que je répondais toujours présent quand il était concerné, et qu'il pouvait sans doute en abuser si cela lui chantait sans que ça ne me dérange vraiment. Droit d'ainé. Je n'étais pas un de ces adeptes de la famille à tout prix, avant tout, mais j'étais toujours disponible pour mon grand frère. Les années et la distance inévitable que nos vies différentes avaient engendré n'avait jamais changé quoi que ce soit à l'affection que je lui portais. Et même lorsqu'il se mettait les pieds dans les plats, j'étais ravi d'avoir l'occasion de passer un peu de temps en sa compagnie. Ces derniers temps, ça ne s'était pas produit bien souvent, la faute de son emploi du temps de ministre... Quelques années plus tôt, je l'avais envié pour le métier qu'il pratiquait. En somme, je blaguais souvent qu'être pilote était sans doute un bon compromis entre les rêves de gosse que j'avais eus de devenir astronaute et les contraintes de la réalité. Mais je constatais surtout que son boulot exigeait de lui beaucoup, et qu'être absent sur une base régulière posait plus de contraintes que de libertés en définitive. Cela faisait sans doute partie de la maturité acquise avec l'âge ; la grandeur ne rimait pas toujours avec le bonheur. J'étais, en ce qui me concernait, bien heureux de n'être qu'un prof de yoga.

Après avoir passé la porte, je balayais rapidement les environs du regard pour le repérer sans mal au comptoir. Il était en un morceau, rien de grave donc. Je soupirais de soulagement, car malgré la réponse cynique que je lui avais envoyé par SMS, une toute petite part de moi s'était inquiétée véritablement sur son état. Mais s'il lui était arrivé quelque chose, j'étais persuadé que j'aurais plutôt reçu un appel de sa femme et qu'aucun bar n'aurait fait partie de l'équation. En un temps, trois mouvements, je prenais place à ses côtés. « Heureux de voir que tu n'es pas à l'article de la mort. » Je l'observais avec curiosité quelques secondes, cherchant à comprendre ce qu'il y avait derrière tout ça. « Non pas que je ne suis pas ravi de te voir, mais... j'ai droit à des explications ? » La serveuse s'approchait de nous pour prendre ma commande et je lui demandais une bière. Apparemment, Vito ne m'avait pas attendu pour commander un verre lui-même. Je reportais à nouveau mon attention vers mon frère, dont la vie ne manquait jamais de rebondissements.

CODES c LITTLE WOLF.


astra; bb — Run away with me, lost souls and reverie, running wild and running free, two kids, you and me ;; @X Ambassador - Renagades
Revenir en haut Aller en bas
Vito IngleseLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3069-vito-o-mayday-prepare-for-impa http://www.ciao-vecchio.com/t3095-vito-o-somewhere-only-we-know
ID : mrs.chaplin (pascale)
Faceclaim : sebastian stan + ava by ifUCmaud and crackship by mrs.chaplin, gif from tumblr.
Je suis absent-e : présence réduite jusqu'au 10/09.
Multi-comptes : donatello, vincenzo & frederico
Messages : 374 - Points : 246

Âge : trente-six ans.
Métier : pilote de ligne pour la compagnie alitalia.
Sujet: Re: This is just my luck [PV] ( le Lun 16 Juil 2018 - 7:00 )
Oh, this is just my luck
Vito & Mario

Ma tête se fait légèrement plus lourde, ma main la soutient au-dessus du bar, tandis que mon regard est rivé sur l’écran situé en haut, derrière le bar. À ma demande, le barman a mis la chaîne de sport, qui rejouait un match de Napoli. L’envie de me calmer et de me changer les idées m’a traîné jusqu’ici, mais à la vue de mon beau-père, qui fait son apparition de temps à autre sur l’écran, j’ai du mal. Pourtant, je ne demande pas qu’on change la chaîne. Non. Je me contente de commander un autre verre de whiskey. Puis, un autre. Je pense à Dalia, que j’ai laissé seule à la maison, préférant partir que de me battre une millième fois. À quoi bon ? On se bat, on calme la tempête avant qu’elle ressurgisse, voilant nos problèmes pour se donner de faux espoirs. J’ai dit aller retrouver Mario pour éviter qu’elle se fasse d’autres allusions sur ma fidélité, ou douter de mon amour pour elle. Rapidement, la route m’a mené jusqu’au Dolce Vita. Trouver réconfort dans l’alcool, c’est ce que font les maris, lorsque leur couple bat de l’aile, non ? Me voilà donc rendu là. Le mec qui vient noyer ses problèmes dans plusieurs verres de whiskey, comme si ça allait aider. Sauf que la conscience me rattrape rapidement alors que j’en viens à me blâmer pour quelques problèmes concernant mon mariage. Parce qu’il n’y a pas que Dalia qui se sent insécure dans notre couple. La seule différence est qu’elle ne se gêne pas de le dire. Tandis que, de mon côté, mon orgueil m’en empêche. J’enchaîne mon troisième verre, sentant ma tête s’alourdir. Je réalise que si je reviens chez moi, sentant l’alcool, lourd... Dalia allait se poser des questions et savoir que j’ai traîné seul au bar n’allait qu’engendrer une nouvelle dispute. Cette pensée me pousse alors à envoyer un message à mon frère, lui demandant de me rejoindre en utilisant des mots alarmant. Comme ça, il n'aura pas le choix de se ramener.

Une quinzaine de minutes passent, mes verres se vident de plus en plus lentement, mes tournées aux toilettes se font plus fréquentes. Signe que je devrais arrêter avant de me retrouver bourré. Je n’abuse que rarement de l’alcool. Bien que la dernière fois que je me suis payé une cuite me semble loin. Disons que ce n’est pas un feeling que j’adore avoir. Tandis que j’hésite à commander un nouveau verre, une voix familière me fait tourner la tête pour voir mon frère assis à mes côtés. Un large sourire prend forme sur mes lèvres, je me redresse sur le tabouret, ma main se pose sur son épaule : « Héé ! » Je souffle, content de ne plus me trouver seul. Il me sert peut-être d'alibi pour l'instant, reste que j'avais tout de même besoin de sa présence. Quelqu'un à qui parler, que je peux faire confiance avec mes confidences. Mon sourire se fait amuser devant ses paroles. « Eh bien, maintenant que t'es là, je suis sauvé. » Ce qui n'est pas faux. Comme ça, je n'ai pas menti à ma femme : je suis en compagnie de Mario. Si elle découvre que je me suis rendu au bar, seul, au lieu de chez Mario, elle risquerait de croire que je suis là pour commettre l'adultère et non me changer les idées. Elle a de l'imagination, mais celle-ci se limite toujours à moi qui va voir ailleurs. « J'ai dit à Dalia que j'allais chez toi, pour pas qu'elle me tombe dessus. Puis, j'ai réalisé que c'était pas la meilleure idée... » Mentir n'est jamais la solution dans un couple, mais parfois, on n'y pense pas et on tente de limiter les dégâts. J'hausse les épaules, prenant une gorgée de mon verre. « J'avais besoin de souffler un peu. » J'ajoute, anticipant les questions. Ce n'est pas un secret pour Mario que mon couple n'est pas aussi parfait qu'on puisse le croire. Bien que je n'étale pas mes problèmes de couple à tout le monde, mon frère fait partie de ces personnes à qui je peux me confier sans crainte. « J't'ai pas dérangé j'espère ? » Avec mon message d'urgence, je ne lui ai pas trop laissé le choix. Je n'ai pas songé au fait qu'il pouvait peut-être être déjà occupé. La serveuse revient avec la bière de Mario, je me charge de payer sa bière, posant ma main sur son porte-feuille lorsqu'il s'apprête à sortir un billet. « Je m'en occupe, c'est bon. » C'est la moindre des choses. Je glisse un billet à la demoiselle, lui demandant de garder le change.
CODES c LITTLE WOLF.





DALIA & VITO ☽ neither of us is happy, but neither of us wants to leave. so we keep breaking one another and calling it love.
Revenir en haut Aller en bas
Mario BatagliniToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3635-i-was-lightning-before-the-thu http://www.ciao-vecchio.com/t3666-mario-bataglini-you-made-me-a-believer#120458
ID : redkiwix
Faceclaim : Nico Tortorella + (c) Yourdesigndiary & tumblr
Messages : 85 - Points : 141
Âge : 31 ans
Métier : Professeur de yoga, anciennement pompier
Sujet: Re: This is just my luck [PV] ( le Dim 22 Juil 2018 - 0:29 )
Oh, this is just my luck
Vito & Mario

C'était injuste, ou plutôt c'était parfaitement juste. Il me revenait à l'esprit ces soirées de notre enfance où je l'avais sans doute bien emmerdé à vouloir jouer, discuter, au lieu de dormir. Et lui, qui aurait préféré avoir sa chambre pour lui tout seul, comme ça avait été le cas avant que je ne lui sois imposé par le mariage de nos parents. J'étais un mec plutôt positif dans l'ensemble et si j'aurais pu me montrer contrarié de son stratagème plus ou moins subtil, plus ou moins légitime pour me faire venir aussi rapidement que l'éclair sans me laisser vraiment d'autres choix, je voulais bien jouer au plus stable de nous deux pour changer. Quand nous étions jeunes, Vito avait été un modèle pour moi. Non seulement ça, mais je m'étais pris d'affection pour le grand frère que je n'avais pas eu et que j'avais tout fait pour convaincre de m'accorder un peu d'attention. J'avais sans doute été un gosse pot-de-colle, j'étais persuadé qu'il avait mentionné cela à ses potes de l'époque au moins une fois, mais j'étais ravi que l'âge adulte nous ait au moins apporté cela. Nos relations étaient toujours bonnes, peut-être même davantage encore. Et c'était tout compte fait avec un sourire exaspéré, mais sincère, que je prenais place à ses côtés au comptoir du Dolce Vita. Il savait exactement quels mots choisir, parce que cela me faisait plutôt plaisir de l'entendre dire que j'étais son sauveur. Je ne cachais même pas mon amusement, pouffant de rire. Pourquoi n'étais-je pas surpris d'apprendre que ses soucis du soir concernaient son mariage ? Malgré les années, je ne connaissais pas si bien Dalia, mais je savais que ce n'était pas toujours rose avec Vito, et qu'ils se prenaient particulièrement souvent la tête ces derniers temps. Ce n'était pas quelque chose qui me manquait, pour avoir partagé ma vie lors de ma dernière relation sérieuse avec un homme qui faisait ressortir le pire de moi-même.

« Pauvre Dalia. » Commentais-je, juste avant de sourire à la serveuse qui venait prendre ma commande. « Une bière, merci. » Je reportais mon regard vers Vito. Bon, d'accord, il n'avait pas très bonne mine lui non plus et je ne prenais pas partie pour sa femme plus que pour mon frère, mais je pouvais comprendre. J'avais été celui à courir derrière un homme qui semblait toujours avoir mieux à faire qu'investir du temps dans notre couple. Quoi qu'il en soit, je laissais cette réflexion de côté pour le moment, songeant que je tâcherais de tenter de comprendre ce qui se tramait dans son couple cette fois. Écouter sans juger, c'était mon rôle, pas vrai ? « Mais non... Qu'est-ce que tu veux que j'aie à faire ? Pas de yoga les jeudi soir. » J'étais moqueur, puisque je trouvais toujours de quoi m'occuper. Entre les cours de yoga, les sports que je pratiquais, les sorties ici et là, je ne m'ennuyais jamais. Mais mon mode de vie n'était certainement pas aussi rempli que le sien, avec les nombreux voyages incontournables auxquels il prenait part dans le cadre de son boulot de pilote. Cela sans compter qu'il savait bien qu'il pouvait m'appeler n'importe quand et que je trouverais toujours du temps pour lui. Je m’apprêtais à payer ma consommation que la serveuse déposait juste devant moi, quand Vito me coupait et se chargeait de payer. Je lui adressais un sourire en guise de remerciement. « D'accord. Alors, qu'est-ce qui se passe avec Dalia ? Si tu veux que je te couvres, j'ai besoin d'un minimum d'infos. Suis-je sensé t'avoir invité à diner ? » Je ne comptais pas m'acharner à le faire parler de cela s'il n'en avait pas envie, mais j'avais l'impression qu'il avait besoin non seulement de souffler, mais de ventiler. C'était pourquoi je lui donnais le choix, entre légèreté et confidences s'il le voulait. « Ce n'est peut-être pas le bon moment de le dire, mais c'est bon de te voir. » Ces derniers temps, il avait été si occupé. Je n'avais sans doute pas autant de poids que sa femme sur son moral, mais je tenais à ce qu'il sache que quelqu'un avait vraiment envie d'être en sa compagnie ce soir, même si toute cette rencontre s'était organisée à la dernière minute et pour des raisons pas trop heureuses.

CODES c LITTLE WOLF.


astra; bb — Run away with me, lost souls and reverie, running wild and running free, two kids, you and me ;; @X Ambassador - Renagades
Revenir en haut Aller en bas
Vito IngleseLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3069-vito-o-mayday-prepare-for-impa http://www.ciao-vecchio.com/t3095-vito-o-somewhere-only-we-know
ID : mrs.chaplin (pascale)
Faceclaim : sebastian stan + ava by ifUCmaud and crackship by mrs.chaplin, gif from tumblr.
Je suis absent-e : présence réduite jusqu'au 10/09.
Multi-comptes : donatello, vincenzo & frederico
Messages : 374 - Points : 246

Âge : trente-six ans.
Métier : pilote de ligne pour la compagnie alitalia.
Sujet: Re: This is just my luck [PV] ( le Ven 27 Juil 2018 - 7:18 )
Oh, this is just my luck
Vito & Mario

« Pauvre Dalia. » J’hausse les épaules, grimaçant. Parce que bon, j’ai peut-être menti sur l’endroit où j’allais, reste que si je mens, c’est de sa faute à elle. C’est elle qui trouve toutes les raisons possibles pour déclarer la troisième guerre mondiale, prêt à larguer ses bombes nucléaires, nous étouffant de plus en plus. C’est ainsi que je me sens, étouffé. Si je respire, ça me tombe dessus. Et c’est réciproque, je l’avoue. Je ne suis pas mieux qu’elle, l’empêchant de vivre son rêve en étant heureux pour elle. Je suis égoïste, ayant eu l’habitude qu’elle dépende de moi, maintenant que ce n’est plus vraiment le cas, j’ai cette jalousie naissante. Possessif ? Aussi. L’amour, ça nous pousse à être ainsi. « Bah j’sais pas. J’pas la seule personne avec qui tu fais des plans. » Je rétorque avant de prendre une nouvelle gorgée. Mario a toujours été là lorsque j’en avais besoin. Ce genre d’appel, j’en fais rarement. Disons que je ne suis pas du genre à me morfondre auprès des autres, trop fier pour avouer mes problèmes. Je préfère continuer de croire que ce n’était que des disputes futiles, que Dalia et moi allions s’en sortir. Mais ces derniers temps, les remises en question se font plus fréquentes et que notre amour l’un pour l’autre ne semble plus être suffisant à la survie de notre couple. « Parlant de yoga. Je devrais peut-être m'inscrire pour canaliser mon énergie. » J'appuie mes derniers mots avec un mouvement de mains, accompagné d'une grande inspiration avant d'échapper un rire d'ivrogne. Parce que l'idée n'est pas débile, mais je me suis fait marrer en mimant un geste qui, je crois, appartiens au yoga. La preuve que j'ai peut-être pris un verre de trop. Mais bon. C'est vrai que le yoga va peut-être me détendre, une fois de retour à la maison, c'est retour à la réalité. Bref, ça ne prends pas de temps avant que Mario me pose des questions sur ce qui se passe avec Dalia. J'échappe un long soupir. « Y se passe que ça va pas. » Plus précis que ça, on crève. « Non, pas de diner. On avait rien de prévu. Je suis venu sur un coup de tête après une dispute. » Dit comme ça, j'ai l'air de créer des mensonges pour rien, donnant raisons à Dalia de m'en vouloir, mais croyez-moi. Vaut mieux qu'elle me croit avec Mario que seul au bar. Ce pourquoi j'ai contacté ce dernier. Par culpabilité, mais au cas où elle l'appelle pour s'assurer que je suis vraiment là. Je ne sais pas si elle le ferait, mais qui sait ! Vaut mieux prévenir que guérir. Un large visage prend forme sur mon visage. C'est vrai qu'on ne se voit pas trop souvent ces derniers temps et je réalise maintenant qu'il m'a manqué aussi. Pas que je ne pensais pas à lui, mais disons que le temps et mes problèmes de couple me permettent pas d'y songer régulièrement. Ma main se pose lourdement sur son épaule, le secouant légèrement. « Maintenant que tu le dis, c'est vrai que ta gueule de beau gosse m'a manqué. » J'ai toujours plaisanté sur le fait que Mario était le beau gosse de la famille, attirant l'attention de toutes les jolies demoiselles du quartier. « On peut pas trouver la DeLorean et retourner à l'époque où faire chier Sienna était notre seule priorité ? » Je n'ai jamais eu peur de vieillir, assumant ma trentaine sans remettre avoir à remettre en question mes choix de vie ou avoir peur des responsabilités qu'impliquaient le monde des adultes. C'est tout le contraire pour moi. Cependant, ces derniers temps, plus les jours passent, plus je redoute le futur, car à un moment donné, Dalia et moi allons devoir agir et prendre une décision. On ne peut pas continuer de fuir les disputes, pensant que ce soit la solution. Les non-dits s'empilent et la rancoeurs s'accumulent. « J'suis désolé... » Je lui souffle après m'être écouter parlé et pensé. « On se voit rarement et lorsque je t'invite c'est pour m'écouter déprimer. » Quoique c'est la première fois que j'agis ainsi en sa présence, cherchant à me faire un peu plus optimiste habituellement. « Mais t'es le seul à qui je peux réellement me confier. » Bien que j'aille mes bons amis avec qui je partage certains de mes tracas, avec Mario, je me permets de pousser plus loin, de confier mes vraies craintes. Celles qui me tiennent éveillé la nuit, qui me laissent entrevoir une partie plus sombre de moi-même. Ça a toujours été ainsi. Lorsque j'allais au lycée, c'était la même chose. Lorsqu'un truc n'allait pas, on se réfugiant dans notre chambre et on parlait. Parfois, on passait des nuits blanches à parler et à raconter n'importe quoi, jusqu'à ce ma mère ou son père nous demande d'arrêter de rire, qu'ils essayaient de dormir.
CODES c LITTLE WOLF.





DALIA & VITO ☽ neither of us is happy, but neither of us wants to leave. so we keep breaking one another and calling it love.
Revenir en haut Aller en bas
Mario BatagliniToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3635-i-was-lightning-before-the-thu http://www.ciao-vecchio.com/t3666-mario-bataglini-you-made-me-a-believer#120458
ID : redkiwix
Faceclaim : Nico Tortorella + (c) Yourdesigndiary & tumblr
Messages : 85 - Points : 141
Âge : 31 ans
Métier : Professeur de yoga, anciennement pompier
Sujet: Re: This is just my luck [PV] ( le Mer 1 Aoû 2018 - 21:26 )
Oh, this is just my luck
Vito & Mario

J'étais extrêmement bien placé pour savoir que l'amour n'était pas toujours suffisant. Il suffisait d'ailleurs d'aimer de façons différentes pour se retrouver dans un cul de sac, tout la volonté du monde ne suffisant pas à trouver le bonheur au quotidien... Mais j'étais bien déterminé à lui servir autre chose que ces réflexions déprimantes. Soit, j'avais été appelé en renfort ce soir sous le couvert d'un mensonge, mais en éternel optimiste que j'étais, je me donnais une importante mission-sauvetage. Boire seul était à mes yeux l'expression pure du désespoir et Vito aurait menacé d'y sombrer complètement s'il n'avait pas eu la présence d'esprit de vouloir s'éviter davantage d'ennuis avec Dalia et ses mensonges. J'avalais ma gorgée -tiens, il ne buvait plus seul, une chose de réglée- avant de lui répondre : « Non, c'est vrai, il y a Nat'. » Pour ainsi dire, je n'avais pas un réseau social bien stable depuis quelques années. Ma vie était bien plus tranquille que lorsque j'étais pompier et où non seulement mon couple occupait la plus grand partie de mon temps libre, mais où mes collègues étaient aussi mes amis. Ces derniers temps, je voyais mes étudiants du cours de yoga, les mecs qui regardaient le foot au bar près du boulot que j'avais l'habitude de fréquenter certains soirs et quelques autres personnes, mais c'était limité. Ma meilleure amie pouvait se vanter d'être le centre de mon univers, la première que j'appelais lorsque j'avais besoin de quelque chose ou simplement envie de trainer quelque part. « Pitié, non. » J'éclatais de rire, sans égard au fait que j'étais un peu bruyant. « Tu ferais fureur et ce serait horrible. » Vito était bel homme, moi-même je pouvais l'admettre. Mes cours étant principalement remplis de femmes, je me doutais que ce serait une distraction de plus à gérer. « Je plaisante, je serais ravi de t'y voir si t'as envie d'essayer un de ces jours. Ça me fera peut-être un truc où je serai meilleur que toi. » Inutile d'en parler davantage, car quelque chose me disait qu'il ne le ferait pas de toute façon. Il était bien trop occupé et préoccupé, et c'était curieusement ceux qui en avaient le plus besoin qui ne prenaient jamais le temps de se détendre. Si j'en avais l'occasion, je songeais de toute façon lui proposer une séance de kayak ou ce genre de choses. Je faisais plus souvent qu'autrement ces activités en solo et je m'imaginais que cela pourrait lui plaire.

« Okay... Et moi, j'ai voulu venir au Dolce vita parce que j'adore les endroits beaucoup trop cher pour mon pauvre salaire de prof. » Aussitôt que je captais son regard, je m'empressais de lui faire savoir par un sourire que je me moquais gentiment. Bien sûr que j'allais jouer le jeu. Même si mentir à Dalia n'était pas quelque chose qui me plaisait particulièrement. Pour lui, n'importe quoi. Même mettre les pieds dans le bar d'un ancien ami qui ne pouvait plus me voir en peinture, Demetrio. Vito n'y avait probablement pas pensé et je ne lui en tenais pas rigueur. De toute façon, le propriétaire ne semblait pas présent sur les lieux et tant mieux. Je ne me souvenais pas de lui avoir demandé de me rendre la pareille à Vito, mais je ne doutais pas un instant qu'il répondrait présent si j'en avais besoin.  Je pouffais de rire à nouveau à l'entendre évoquer le passé. Pour être honnête, je ne retournerais en arrière pour rien au monde. Que c'était ingrat, le manque d'expérience en toute chose ! Mais je comprenais ce qu'il voulait dire. « Eh bien, justement. Avec Dalia, c'est ce que tu devrais faire. Tu dois bien faire une ou deux destinations pas mal, et vous pourriez prendre quelques jours de vacances tous les deux, avec interdiction de se disputer. » C'était facile, comme solution. Et c'était pourtant ce que personne ne faisait, se donner une véritable chance. Le quotidien n'était jamais le contexte le plus propice à cela. « Si tu t'excuses encore, j'appelle ta femme sur le champ. » Commentais-je, suite à ses explications. « Sérieusement. Changez d'air, donnez-vous une chance de voir ce qu'il y en en dessous des problèmes du quotidien. Donne-toi une chance. » Elle avait si longtemps été tout pour lui, Dalia. « Et moi, je serai là qu'importe, si ça ne tourne pas comme tu veux. » Je laissais mon regard s'attarder sur le visage soucieux de Vito. Certes, l'alcool peignait quelque peu ses traits qui me semblaient plus tendus que de coutume, alors qu'il maitrisait toujours si bien ses émotions. Mais franchement, je me demandais ce qu'il désirait vraiment dans tout cela, à présent. « Je suis pas un expert des relations amoureuses... C'est juste que je sais combien elle a compté pour toi. » Et combien elle compte toujours, non ?

CODES c LITTLE WOLF.


astra; bb — Run away with me, lost souls and reverie, running wild and running free, two kids, you and me ;; @X Ambassador - Renagades
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: This is just my luck [PV] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- This is just my luck [PV] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Dolce Vita