Revenir en haut
Aller en bas


 

- You have to dream before your dreams can come true - Jamal -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Bibliothèque Vittorio Emanuele III
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Kamilla AyadToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Lou
Faceclaim : Sofia Boutella © Schizophrenic ❤
Multi-comptes : Aucun
Messages : 33 - Points : 158
Âge : 31
Métier : Serveuse, Vendeuse, elle ne se pose jamais.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Dim 8 Juil - 14:59 )
You have to dream before your dreams can come true

Le stress s'insinue en elle, si fortement qu'elle en perd sa bienséance et ses bonnes manières. Ce n'est pas comme si elle en avait toujours eu énormément mais il lui arrive de faire des efforts. Surtout aujourd'hui, avec Jamal qui lui, est tout plein de sympathie, de gentillesse et de bonne manière. Il est tout ce qu'elle ne sera jamais, calme et compréhensif et au lieu de faire en sorte de le mettre à l'aise, son pire côté ressort immédiatement quand elle remarque qu'il a commandé pour elle. Ce n'est pourtant rien de plus qu'un détail idiot et sans importance mais c'est simplement Jamal qui la perturbe bien plus qu'elle n'a envie de se l'avouer. Accepter un café, ce n'est pas son genre. Accepter qu'on le lui paie et qu'on commande à sa place, encore moins. Ce qui l'embête, ce n'est pas tant qu'il l'ait fait par ailleurs, ce qui la tue, c'est qu'il ait vu juste. Il l'a écouté au sujet du café et il a deviné au niveau de ses goûts pour la tarte. Ca, c'est le réel problème, celui qu'elle ne dira jamais à voix haute parce que ce serait soulever ses faiblesses. Montrer à Jamal qu'elle n'a aucune envie de se laisser approcher par qui que ce soit et surtout pas par lui. Il faudrait qu'il soit plus cruel, qu'il ait l'air moins bien comme mec pour qu'elle accepte de le voir. Pour qu'elle soit certaine que ça ne durerait pas plus de quelques heures. Mais quel genre de mauvais garçons vous invite à boire un café en commandant d'avance une fichue tarte au citron? Franchement, elle n'en revient pas. Elle ne s'en remet pas et Jamal en paie les conséquences alors qu'elle arrive à peine à reprendre son souffle pour se remettre de la perfection de ce gars-là.

C'est encore pire lorsqu'il s'excuse et qu'il ne s'énerve pas. Elle se calme en un éclair et lève des yeux intrigués vers lui. C'est un robot, il n'est pas humain. C'est la seule pensée qui lui traverse premièrement l'esprit. Puis, elle plante ses prunelles dans les beaux yeux de Jamal et elle grimace. Il est humain et il s'en veut sincèrement et elle, c'est une belle garce. Elle est même au fond du trou quand il propose même de prendre les deux tartes pour qu'elle en choisisse une autre. Même ses amies l'auraient engueulé avec une attitude pareille. Kami fronce les sourcils, n'y comprenant plus rien. "Non. Ouais. Oublie, t'as bien fait." Contradiction du jour, bonjour. Elle plante une fourchette dans sa tarte, toujours un peu prise au dépourvu et dit d'une voix neutre. "Au pire on en prendra une troisième qu'on partagera. A la framboise, ok?" Ce ton, c'est simplement pour enterrer la hache de guerre, une hache qui n'est là que de son côté à elle, elle l'a bien compris parce que Jamal, lui n'a pas réagit négativement à ses paroles. Elle sourit bien malgré elle en ramenant sa première part de tarte à sa bouche lorsqu'il explique, se connaissant plutôt bien, que ce n'est pas son défaut, d'être un maniaque du contrôle. Ce qui rappelle d'ailleurs à Kami que c'est donc bien elle qui l'a agressé, le pauvre. Elle manque d'avaler de travers en voyant son petit sourire revenir sur ses lèvres suivi de sa question. Il veut clairement sa mort. Elle avale difficilement et s'insurge. "Quoi?!? Non!" Alors que si en fait, c'est exactement ce qu'elle cherche à savoir. Elle soupire. "Non mais tu connais les miens, tu as pu en voir certains..." Alors, non mais si. C'est exactement ce qu'elle essaie de dire sans vouloir réellement le dire, ou plutôt sans réussir à le faire correctement. "Et puis merde Jamal, je te rentre dedans tout le temps et toi, t'es toujours tout sourire. Y'a un problème avec toi ou quoi? Il faut que tu m'expliques!" Elle ne risque pas d'admettre que finalement, le problème, c'est qu'elle lui rentre dedans, encore.



Codage par Libella sur Graphiorum



I BELIEVE IN FREEDOM

Freedom is about being so truly, madly and deeply attached to your own soul that you can bear a life that doesn't honor it. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Jamal Viscenti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3537-thank-god-i-m-alive-jamal-v
ID : Schizophrenic, Emilie.
Faceclaim : Michael B. Jordan (© Alaska).
Messages : 116 - Points : 230

Âge : 32 ans.
Métier : Coach sportif (au Circolo Nautico Posillipo à Posillipo) et pompier volontaire.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Lun 9 Juil - 22:29 )

you have to dream before your dreams can come true
Kamilla & Jamal

« A dream doesn't become reality through magic ; it takes sweat, determination and hard work. »
A chaque fois qu'elle ouvre la bouche, Kamilla parvient à lui donner le vertige. Jam n'est pas quelqu'un que l'on impressionne facilement, pas quelqu'un que l'on impressionne tout court. Avec elle, pourtant, c'est différent. Elle a une force de caractère qui ne trompe personne, et qui ne peut pas être laissée de côté. Pour autant, elle ne lui fait pas peur. Et il parvient à rester plutôt maître de lui-même, alors qu'elle vient de déverser sa colère sur lui. Visiblement, il n'aurait pas dû commander pour elle et il s'en mord les doigts à présent. Mal à l'aise malgré tout, il s'excuse. Essaye de rattraper son erreur. En restant toujours aussi serein, calme. Jam est comme ça, il ne s'énerve pas facilement et n'est pas non plus gêné sans raison, de manière générale. Kam y parvient, pourtant. Sans dire grand chose. Et sans que Jam perde totalement de sa superbe. Preuve en est, il doit avoir touché le bon point puisqu'elle lui dit ensuite d'oublier. Elle s'assoit en face de lui et plante sa fourchette dans sa part de tarte. Face à elle, Jam prend tout de même deux minutes de plus pour s'assurer que ce n'était pas qu'un leurre. Qu'elle est bel et bien calmée et qu'elle ne va pas l'étriper s'il tente autre chose. C'est bon, tout a l'air de bien se passer. Elle parle même de prendre une troisième part, qu'ils pourraient partager. A la framboise. « Tout à fait. A la framboise, c'est parfait aussi. » Et voilà, il ne lui en fallait pas plus pour se remettre de toutes ses émotions, pour mettre de côté son embarras et pour oublier totalement cet incident. Ce n'était rien de grave. Et il saura, à l'avenir, qu'il faut toujours laisser Kamilla commander pour elle-même. Au fond, il aurait peut-être pu le deviner. Que ce soit elle ou quelqu'un d'autre, ce ne doit jamais être agréable de ne pas avoir le contrôle sur un choix comme celui-là. Un truc de rien du tout, mais un truc qui n'annonce rien de bon pour la suite.

D'ailleurs, Jam essaye de la rassurer à ce sujet avant d'oser une nouvelle petite taquinerie. Et bien quoi ? Il ne va pas changer du tout au tout parce qu'il y a eu ce petit malentendu entre eux. Et alors qu'il prend sa première bouchée de tarte au citron - délicieuse par ailleurs -, il ne manque pas une miette du spectacle qu'elle lui offre. Elle ne le prend pas mal, elle a juste l'aise... Prise sur le fait. Attrapée la main dans le sac. Et c'est assez drôle à voir, de là où il se tient. Son non ne le convint pas, mais Jamal n'insiste pas. Il a le sentiment que ce n'est pas le moment... Et que Kamilla n'apprécie sans doute pas d'être un peu trop bousculée. Alors autant en rester là. Il sourit de plus bel, un brin mystérieusement, alors qu'il l'observe se débattre avec elle-même... Puis enchaîner sur la vérité pure et dure. Un petit rire lui échappe, à Jamal. Il ne veut toujours pas la brusquer mais il n'a pas pu le retenir celui-là. « Ben écoute je dois être maso, je ne sais pas. » C'est peut-être vrai hein, qui sait ? « Mais c'est juste que c'est comme ça. Je trouve que la vie est trop courte pour être prise tout le temps trop au sérieux. Et pour prendre la mouche à chaque fois qu'une personne avec un fort caractère me fait remarquer à quel point je suis diablement ennuyant. » Et non, il n'y a pas de reproche caché à l'encontre de Kamilla là-dedans. Il ne sous-entend rien. « J'accepte les gens comme ils sont et puis c'est tout. » Paraît aussi que le fait de sourire, même dans les moments les plus tristes, aide bien à se remonter le moral. Alors Jam ne perd jamais le sien comme ça il n'a pas à tester cette théorie. « Donc du coup si tu veux continuer à me faire du rentre-dedans n'hésite pas hein, je n'y vois aucun inconvénient. » Cette fois, il y a sous-entendu. Pas de reproche, mais un sous-entendu clair. Qu'il balaye d'un revers de main en allant avaler une nouvelle bouchée de sa tarte. L'air de rien, mais le sourire en coin bien présent quand même.
(c) DΛNDELION


@ CODE PAR ASTRA — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out.
Revenir en haut Aller en bas
Kamilla AyadToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Lou
Faceclaim : Sofia Boutella © Schizophrenic ❤
Multi-comptes : Aucun
Messages : 33 - Points : 158
Âge : 31
Métier : Serveuse, Vendeuse, elle ne se pose jamais.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Mar 10 Juil - 8:16 )
You have to dream before your dreams can come true

Jamal ne semble éprouver aucune difficulté à accepter sa proposition de paix et de partage sur la tarte à la framboise. Il semble même aimer autant qu'elle le parfum ou tout du moins, ça n'a pas l'air de le déranger d'avoir à la partager. Kamilla serait bien surprise encore une fois de l'attitude calme et zen de Jamal mais elle commence à enregistrer que c'est simplement quelque chose à laquelle elle doit se faire. Il est difficile de l'énerver, contrairement à elle. "A quoi dirais-tu non de toute façon?" Elle est persuadée que même s'il n'était pas fan d'un tarte, il est tellement poli qu'il n'oserait pas le dire et qu'il l'avalerait sans geindre, une chose qu'elle ne ferait jamais, ô grand jamais, même pour des yeux aussi beaux que les siens. Plutôt mourir que d'avaler une tarte citron meringuée par exemple, parce qu'elle déteste la meringue. Trop sucrée, quand a ce mélange de croquant et de fondant, c'est une horreur. Elle avoue, pour ne pas avoir à lui tendre un piège en attendant sa réponse. "Je pense que par politesse, tu ne dirais jamais à quelqu'un qui t'offre une tarte que tu la détestes." Elle le fixe en attendant sa réponse, certaine d'avoir raison même si elle ne détesterait pas se tromper sur son compte. Finalement, elle est bien plus curieuse qu'en train de le juger. La politesse, ce n'est pas un défaut en général, sauf si elle se résulte par une meringue à avaler bien-sûr.

Pendant qu'elle se débat pour expliquer ses sentiments, il n'a pas l'air choqué ou dérangé. Il semble plutôt amusé et elle doit bien admettre que c'est la première fois qu'elle voit cet amusement et cet intérêt dans le regard de quelqu'un alors qu'elle est tout bonnement en train de péter sa durite, tranquillement. En général, on la traite de folle ou on lui demande de se calmer mais lui, il l'observe comme s'il pouvait trouver cela intéressant qu'elle soit incapable d'exprimer ses sentiments correctement, amusant même. Elle fait tourner sa tasse du bout des doigts quand elle pose sa question, persuadée qu'il va finir par lui avouer qu'en effet, il en a marre de ce genre de réaction mais qu'il tente de le supporter. Seulement, le visage de Jamal traduit autre chose et elle explose de rire à l'aveu de son masochisme. La troisième fois en moins de 2h qu'elle rit aux éclats? C'est un miracle. "Enfin, on est d'accord!" Lâche-t-elle pendant qu'elle rigole avant de se calmer immédiatement, écoutant attentivement son interprétation des choses. Elle fronce les sourcils. "Tu n'es pas ennuyant." Elle ne se rappelle pas l'avoir mentionné ou sous-entendu à un seul moment. D'ailleurs, avec lui, Kami ne voit pas le temps passer, c'en est presque affolant. Si elle avait imaginé passé 1h dans la bibliothèque, elle a déjà dépassé ses limites depuis un bon moment. "Ouais, tu vois la vie du bon côté quoi... T'es un mec bien!" C'est tout le contraire d'elle qui broie plus facilement du noir et voit tous les défauts qu'il est possible de voir dès qu'elle en a l'occasion. La vie en rose contre une vie en noir. Elle est certaine pourtant d'être plus proche de la vérité que lui. "Tu sais, si je me prends la tête souvent, c'est parce qu'il y a bien plus de connards que de mecs bien sur cette planète. Tu ne les as jamais rencontré?" Demande-t-elle amusée, persuadée qu'il a du vivre une vie agréable, dans un cocon avec des superbes parents. Une vie qui lui a prouvé qu'elle était belle et qu'elle valait la peine d'être vécu. A l'opposé de ce qu'elle pense elle, évidemment.

Elle ramène le café à ses lèvres en le regardant pendant qu'il affirme accepter les gens comme ils sont. C'est réellement un mec bien et c'est une qualité qu'elle n'a pas, qu'elle n'aura sûrement jamais, elle la dingue du contrôle. "Est-ce qu'ils te le rendent bien?" Elle est en droit de se le demander, elle qui est persuadée que personne ne mérite d'être trop bien traité, au risque de se le prendre en plein figure plus tard, à part la famille. La famille, c'est différent. Elle sourit contre sa tasse en entendant sa dernière proposition et ses yeux brillent d'une malice soudaine. Elle se penche sur la table, rapproche sa main du visage de Jamal et fixe ses lèvres. "T'as perdu un morceau de tarte, juste là." Du bout des doigts, elle récupère une miette à la comissure de ses lèvres dans une caresse et la ramène sur ses lèvres à elle. Elle y passe doucement sa langue sans le lâcher des yeux. Le message est clair de son côté aussi quand elle balance dans un souffle. "Je ne pouvais pas continuer. Je n'avais jamais commencé à te faire du rentre-dedans Jamal!" Pas avant maintenant, en tout cas, Kami ne le quitte pas des yeux. Elle l'embête mais c'est juste trop bon d'entrer dans son jeu en lui prouvant qu'il serait plus facile pour lui de perdre pied que pour elle.



Codage par Libella sur Graphiorum



I BELIEVE IN FREEDOM

Freedom is about being so truly, madly and deeply attached to your own soul that you can bear a life that doesn't honor it. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Jamal Viscenti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3537-thank-god-i-m-alive-jamal-v
ID : Schizophrenic, Emilie.
Faceclaim : Michael B. Jordan (© Alaska).
Messages : 116 - Points : 230

Âge : 32 ans.
Métier : Coach sportif (au Circolo Nautico Posillipo à Posillipo) et pompier volontaire.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Mar 10 Juil - 14:01 )

you have to dream before your dreams can come true
Kamilla & Jamal

« A dream doesn't become reality through magic ; it takes sweat, determination and hard work. »
C'est assez drôle, finalement, la tournure qu'a prise la conversation. Tous les deux assis, l'un en face de l'autre, à commencer la dégustation de cette tarte qu'il a pas si mal choisie en fin de comptes. Ils se jaugent, se testent d'une certaine façon. Jam a tôt fait de retrouver de sa superbe, et il se jure mentalement de ne plus la perdre avant la fin de ce petit rendez-vous qui n'était pas prévu. Au moins, Kam pourra attester qu'il n'a pas fait semblant les premières minutes, mais que c'est bel et bien son mode de fonctionnement permanent. Elle semble l'avoir mieux cerné qu'il ne se l'imagine, cela dit. Face à lui, elle lui pose ce qui semble être une question rhétorique. Et, en effet, elle enchaîne là-dessus avant de lui avoir laissé le temps de répondre - tant mieux, il aurait eu peur de faire une énième boulette. « Tu crois ? » Sourire mystérieux, qui laisse vite place à un petit rire. Encore un, ouais. « Ce n'est pas totalement faux. Mais cela dépendrait du contexte aussi... J'aurais plus peur d'entretenir une idée dans la tête de quelqu'un et ainsi faire en sorte que la situation se réitère, vois-tu ? » Autrement dit, il ne fait remarquer un mauvais choix que s'il sait que cela pourrait se reproduire. Il est peut-être un peu maso sur les bords - d'ailleurs, l'idée fait rire Kamilla lorsqu'il la sort à voix haute - mais pas complètement dingue non plus. Il a des limites, lui aussi. Des fois. Sur certains sujets. En revanche, il sait qu'il ne se lassera jamais du rire de Kamilla. Ce n'est pas la première fois qu'il l'entend, mais il sonne toujours aussi agréable à ses oreilles.

D'ailleurs, il a de la chance qu'elle ne s'en rende pas compte mais il a -encore- buggé pendant deux secondes. L'observant alors qu'elle riait. Elle le remet sur le droit chemin sans même en avoir conscience, en s'exclamant qu'il n'a rien d'ennuyant. Ah oui ? « Oh, tu m'en vois rassuré. » Et voilà qu'il sourit de nouveau. Elle va vraiment finir par croire qu'il a une déformation du visage, à cette allure-là. Mais il lui explique avec ses mots ce dont il s'agit en réalité. Une façon comme une autre de voir tous les aspects de la vie sous son meilleur jour. En souriant même dans les pires moments, il a l'impression que ce n'est pas si terrible. Et il a aussi remarqué que cela avait une nette tendance à mettre les gens autour de lui de bonne humeur. Ce n'est peut-être qu'une impression ceci étant dit... Il n'a pas de pouvoir ou quoi que ce soit de ce genre, et il le sait. Il lui sourit de nouveau lorsqu'elle dit que c'est un mec bien, mais n'ajoute rien là-dessus. Il n'a pas envie de parler de sa propension à sourire en permanence pendant des heures. Et puis, s'envoyer des fleurs non-stop ce n'est pas trop son truc non plus. Il a aussi - et surtout - envie d'en apprendre plus sur Kamilla, qui se dévoile encore un peu. Pas trop, elle semble toujours assez méfiante. « Si bien sûr, mais personne n'est parfait. » S'imagine-t-elle qu'il n'a jamais eu de problème ? Jamais rencontré de mec qui l'ait poussé dans une rage folle ? Elle est loin de la vérité...

En même temps, Jam se dit qu'ils n'ont sans aucun doute pas le même vécu, tous les deux. Il se dit toujours qu'il a eu de la chance, ses parents adoptifs étaient extras, ainsi que le reste de sa famille. Et puis, elle parle peut-être de connards sous un tout nouveau point de vue, genre dans les relations amoureuses et tout ça... Il ne peut que faire des suppositions, et ce n'est déjà pas mal. « En général, oui. Après, il y a des cons partout. » Il hausse les épaules, avant de porter une nouvelle fois sa fourchette à sa bouche. Le café est encore trop chaud pour lui, il attend en général qu'il soit tiède pour le boire. Il s'est brûlé la langue une fois et en garde un semi-traumatisme. Comme Kamilla est, de son côté, en train de porter sa tasse à sa bouche, Jam en profite pour glisser un petit sous-entendu. Réel, celui-là. Elle le comprend, et en joue. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne s'y attendait pas à celle-là. Et, bien malgré lui, il sent tout son corps se tendre alors qu'il ne la lâche plus des yeux. Le sous-entendu s'est retourné contre lui - d'une certaine façon - et il le comprend lorsqu'elle porte son doigt à ses lèvres à lui... Avant de le rapprocher de sa bouche à elle. Il est comme hypnotisé par son geste et il comprend assez vite que c'était le but recherché. C'était précisément ce qu'elle voulait... Et lui ne peut rien faire d'autre que se racler la gorge dans le but de reprendre une contenance. Plus facile à dire qu'à faire ! « Ce n'est pas faux... » Sa voix est plus rauque encore qu'à l'accoutumée, et sa phrase n'a pas de sens réel si on la met à la suite du reste. Mais c'est juste pour lui laisser le temps de se remettre un peu de ses émotions. Une fois cela plus ou moins fait, il pose ses avants-bras sur la table devant lui et se pencher légèrement en avant. Plissant les yeux, il l'observe de plus bel. « Maintenant que tu as commencé, tu ne vas plus t'arrêter j'espère ? » C'était obligé qu'il continue sur la lancée. Et c'est encore gentillet... Mais Jam n'a pas la même faculté de séduction qu'elle. Elle, en revanche, le rend fou avec pas grand chose. Il est mal barré. Voire même complètement foutu.
(c) DΛNDELION


@ CODE PAR ASTRA — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out.
Revenir en haut Aller en bas
Kamilla AyadToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Lou
Faceclaim : Sofia Boutella © Schizophrenic ❤
Multi-comptes : Aucun
Messages : 33 - Points : 158
Âge : 31
Métier : Serveuse, Vendeuse, elle ne se pose jamais.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Mar 10 Juil - 15:06 )
You have to dream before your dreams can come true

Il semble s'amuser à laisser planer le mystère au-dessus de leurs tête, ce qui ne l'agace pas, au contraire. Avec quelqu'un d'autre, elle a conscience qu'elle lui serait rentrée dans le lard en lui demandant d'arrêter de jouer la potiche et de répondre mais pas avec Jamal. Quand il agit ainsi, il le fait naturellement et elle le sent, il ne le fait pas pour se rendre intéressant, ni même pour lui en mettre plein la vue, il est juste amusant. Il s'amuse de tout et rien et elle l'a remarqué dès le départ, c'est peut-être ce qui rend les moments avec lui si simples, si calmes. Alors quand il lui pose la question pour qu'elle se répète, elle ne lui précise pas que c'est idiot et qu'elle ne mentirait pas déjà la première fois, elle hoche simplement la tête avec un petit sourire sur ses lèvres, attendant patiemment qu'il daigne l'éclairer sur l'idée qu'elle a lancé comme ça, sur la table, certaine qu'elle commence à le connaître, au moins un peu. Elle lève un petit poing victorieux en entendant sa réponse. Elle aime gagner Kami, elle ne s'en est jamais cachée. "Ha, j'en étais sûre! Ouais, j'entends, tu ne voudrais pas manger de la merde jusqu'à la fin de ta vie si tu me laissais croire que t'aimais les cuisses de grenouilles par exemple!" Elle lui fait un clin d'oeil pour lui montrer qu'elle le taquine encore. "T'es vraiment trop bon. T'as un chien à qui donner tout ça j'espère?" Une fois qu'elle est lancée, elle n'arrive plus à s'arrêter et elle considère que c'est de sa faute quand même parce qu'il est si facile à chercher et à trouver.

Pour une raison qu'elle ignore, Jamal semble penser que les personnes avec du caractère pourraient le trouver ennuyeux. Elle est certaine de n'avoir jamais pensé une seule seconde à ça alors elle le lui précise quand même, juste au cas où. En vérité, il y a même peu de monde qu'elle puisse supporter aussi longtemps sans finir par le déglinguer. L'idée ne lui a pas encore traversé l'esprit avec lui. "Qu'est-ce qui te fait penser que tu es ennuyant?" Malgré tout, elle se le demande. Il a tellement d'humour et de réparties que c'est soit, un manque de confiance en lui qu'il cache sous cette pile de taquineries et de bienveillance, soit quelque chose qu'on lui a souvent faire ressentir et qu'il a fini par croire. Personne n'est parfait, elle soupire en levant les yeux au ciel. "Ouais c'est vrai mais je ne parle pas de perfection. Je détesterais ça quelqu'un de parfait et puis, qu'est-ce que ça veut dire au fond? Ce qui est parfait pour moi ne le sera pas pour toi. C'est juste que... Pas besoin d'être parfait pour être quelqu'un de bien, de respectable ou de droit et il y en a trop peu, je trouve." Alors que pour Kami, ça, c'est la base. Le reste, c'est du bonus.

Elle reste persuadée que Jamal est trop gentil et qu'il voit le monde avec ce voile de gentillesse et de naïveté sympathique qu'il a sur les yeux. Ce n'est pas quelque chose de grave, bien-sûr mais elle en serait bien incapable, au contraire, si elle devait avoir un voile elle, ce serait celui d'un détecteur. Celui des mauvaises personnes et elle en trouve 9 sur 10, la plupart du temps. Oui, parfois elle se trompe mais il lui arrive surtout d'avoir souvent raison. Au fond, elle est contente de voir que Jamal voit la vie ainsi et que la vie le lui rend bien, il y a finalement des gens qui bénéficient de la loi de l'offre et de la demande universelle. C'est ce que certains appelleraient le karma, ce qui ferait de celui de Jamal un magnifique halo de lumière dans lequel il fait bon de se blottir. Quant à celui de Kami, il serait glaciale. En été, pourquoi pas? Mais en hiver, ça pouvait faire mal. Ses prunelles se sont perdues dans celles de Jamal et elle ne manque plus aucune de ses réactions. Alerte, elle voit tout. Son corps qui s'est tendu, sa respiration, le fait qu'il se racle la gorge. En séduction, Kami sait y faire et elle devrait s'en vouloir de mettre Jamal dans tous ses états mais elle adore ça, en fait. Le voir se dépatouiller alors qu'il lui a grandement tendu la perche et qu'elle ne s'est pas fait priée pour l'attraper au vol. Le son de sa voix est une douce victoire qui procure étrangement des papillons dans le ventre de Kami. En général, quand elle séduit, c'est simplement pour obtenir quelque chose et elle en tire rarement du plaisir mais là, c'est différent. Alors qu'elle est déjà penchée sur la table, il ramène ses bras de part et d'autre des siens et se rapproche dangereusement. Elle ne s'y attend pas sur le coup mais elle ne montre pas une seule seconde qu'elle est déstabilisée et elle arque un sourcil avec un air intéressé en l'entendant. En fait, elle l'aurait plutôt mis dans la catégorie du mec pris au dépourvu qui ne rebondira pas immédiatement. Encore une fois, elle adore s'être trompée et elle se mordille la lèvre inférieure en posant sa main sur l'avant-bras de Jamal. Dans une caresse provocatrice, elle la remonte lentement jusque son biceps avant de revenir au point de départ. Kami se penche encore un peu, se rapproche et elle colle presque sa joue à celle de Jamal, ses lèvres l'effleurent presque pour lui susurrer à l'oreille. "Oh oui. Jusqu'à ce que tu n'en puisses plus." Et alors qu'elle joue toujours, elle est persuadée qu'il en fait de même et que le vainceur va se décider à celui qui craquera d'abord. Evidemment, Kami sait que c'est lui qui lâchera le premier. Tout du moins, c'est ce qu'elle croit.



Codage par Libella sur Graphiorum



I BELIEVE IN FREEDOM

Freedom is about being so truly, madly and deeply attached to your own soul that you can bear a life that doesn't honor it. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Jamal Viscenti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3537-thank-god-i-m-alive-jamal-v
ID : Schizophrenic, Emilie.
Faceclaim : Michael B. Jordan (© Alaska).
Messages : 116 - Points : 230

Âge : 32 ans.
Métier : Coach sportif (au Circolo Nautico Posillipo à Posillipo) et pompier volontaire.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Mar 10 Juil - 19:23 )

you have to dream before your dreams can come true
Kamilla & Jamal

« A dream doesn't become reality through magic ; it takes sweat, determination and hard work. »
Kamilla semble ravie d'avoir eu -au moins partiellement- raison à son propos. Jam, lui, s'évertue à ne pas paraître trop joyeux, ni même déçu. Il n'a jamais été du genre à cacher sa personnalité à chercher à être une personne qu'il n'est pas. Il ne manque pas de confiance en lui sans trop en faire. Il aime ce qu'il est, sans jamais cesser de remettre en question ses actions. C'est en apprenant sans cesse de soi-même que l'on évolue pour le mieux. « Exactement ! » Il lui sourit, ravi qu'elle soit ravie. Et oui, il est aussi comme ça : toujours prêt à tout pour rendre heureux autour de lui. Si cela peut faire à ce point plaisir à Kamilla alors il ne voit pas pourquoi il irait changer quoi que ce soit à ce qui vient d'être dit. Et non, il ne va pas chercher à la contrarier alors qu'elle a l'air si fière d'avoir vu juste. A quoi bon, de toute façon ? « Mais non, pas de chien à qui refiler tout ça. Je me force donc toujours à finir quoi qu'il advienne. » Il exagère un peu, mais rien qu'un peu. Au vue de sa carrure, il a de toute façon besoin de beaucoup manger. Et ce n'est pas une excuse pour bouffer pour deux, croyez-le bien ! Jam est toujours très lucide vis-à-vis de ce dont il a besoin, et aussi de ce qu'il est. Il peut parfois être ennuyant et ce n'est pas une façon de se descendre, c'est juste la réalité. Il est conscient de ne pas pouvoir plaire à tout le monde - et encore heureux d'ailleurs. A la question de Kamilla, il hausse les épaules. Comment lui répondre sans avoir l'air d'un gros lourdingue qui ne se fait pas confiance ? En étant sincère, sans doute. « Certains ont besoin de plus d'action que je ne peux en fournir avec ma trop grande bonté. »

Voilà, c'est dit. Il ne veut pas avoir l'air trop vantard alors il sourit, histoire de bien lui faire comprendre que ce n'est qu'une façon de rebondir sur tout ce qui a déjà été dit. Mais comment ne pas l'être un tant soit peu quand elle lui fait autant de compliments sous-entendus ? Il les entend. Et il doit admettre qu'elle n'a pas tort sur toute la ligne, notamment avec cette histoire de perfection qui n'existe pas et que, finalement, elle ne souhaite pas. C'est sûr que la perfection serait fichtrement ennuyante. Et là il n'y aurait rien à y redire. « Mais c'est juste que tu n'as pas encore rencontré la personne qui l'était... Enfin, que tu n'avais pas encore rencontré cette personne. » Sous-entendu clair et limpide : lui l'est peut-être bien. En tout cas, il s'estime respectable, droit et plutôt bien. Pas parfait, bien évidemment, il a ses défauts - comme tout le monde -. Mais l'une des seules choses qui peut mettre Jam hors de lui c'est, justement, l'injustice. Il est toujours prêt à se lever pour aller à l'encontre de quelque chose qui ne lui plaît pas. Très peu quand cela le concerne directement, par contre. Il est plutôt du genre à se lever et à se battre pour ceux qu'il apprécie. Cela a toujours été ainsi, sans doute parce qu'il ne se laisse pas atteindre par tout et n'importe quoi. Heureusement d'ailleurs, sinon il n'aurait pas tenu face à quelqu'un comme Kamilla. Pour l'instant, il s'en sort. Mais cela ne durera sans doute pas : elle est très douée, pour lui en faire baver. Et sans jeu de mots, bien sûr ! C'est juste qu'il ne sait réellement plus où donner de la tête. Il est tout crispé tout à coup, droit comme un I et plus du tout décontracté.

Pourtant, il ne perd pas son sourire. Jamais. Mais il fait moins son malin et s'il essaye de reprendre le dessus en, lui, se penchant dans sa direction... Il est très loin du compte. Elle est plus maligne que lui, pleine de technique dont il n'avait jusque-là pas connaissance. Sa main se fait joueuse sur son bras et Jam sent ses poils se hérisser. Diable, qu'elle est douée. Les mots de Jam, presque plein d'assurance, lui semblent bien loin. Il ne s'en sent plus capable. Entre les doigts de Kamilla qui courent de son bras à son biceps et cette lèvre qu'il voit disparaître entre ses dents, il ne sait plus où donner de la tête. Comment se comporter sans avoir l'air d'un gros mufle ? Sauf qu'il ne peut pas faire autrement, quand elle réduit encore plus la distance entre eux et s'autorise même à effleurer sa joue de la sienne. A glisser quelques mots au creux de son oreille qui ont une incidence folle sur son self control. Mais quel self control, d'ailleurs ? « Je vois... » Ouais, pas très utile cette réflexion. Mais cela lui permet de gagner du temps... Rien qu'un peu de temps. Comme elle n'a pas bougé, Jam peut s'autoriser à poser sa main sur son avant-bras, avant de s'approcher de son oreille à son tour. « Je crois, par contre, que tu vas avoir du boulot... » FAUX ! Elle doit le savoir, d'ailleurs. Jam n'est pas très doué pour masquer ce qu'il ressent. Mais si elle veut jouer à ce jeu-là, ils peuvent être deux à le faire. Et il dépose un rapide baiser au creux de sa mâchoire, juste sous son oreille, avant de se reculer pour mieux plonger son regard dans le sien. « Tu crois que je suis un homme facile ? » Retour de son sourire charmeur. C'est plus simple, lorsqu'il y a un peu de distance entre eux. Et puis, probablement sans le vouloir, Kamilla lui a fait gagner quelques secondes. Précieuses pour retrouver sa contenance et un semblant de maîtrise de lui-même.
(c) DΛNDELION


@ CODE PAR ASTRA — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out.
Revenir en haut Aller en bas
Kamilla AyadToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Lou
Faceclaim : Sofia Boutella © Schizophrenic ❤
Multi-comptes : Aucun
Messages : 33 - Points : 158
Âge : 31
Métier : Serveuse, Vendeuse, elle ne se pose jamais.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Jeu 12 Juil - 17:09 )
You have to dream before your dreams can come true

C'est toujours si facile avec Jamal de rire de lui, de tout, de rien. Il est si prompt à accueillir l'humour et la bonne humeur sans broncher que tout coule comme une évidence lorsqu'elle parle avec lui. Il ne prend pas mal le fait qu'elle le taquine encore, en pointant une sorte d'attitude qu'elle considère pourtant comme péjorative du doigt. Au contraire, il en rit avec elle et il confirme même ses dires. Kami n'est même plus certaine d'avoir réellement raison, tant Jamal tourne tout à la dérision. Est-il en train de raconter des âneries pour lui faire plaisir ou a-t-elle vu juste, pour de vrai? Elle roule des yeux quand il avoue tout finir à chaque fois et, juste parce qu'elle sent qu'il en fait trop même si ça ne la gêne pas, elle rajoute le plus sérieusement du monde. "Oui et tu es si bon comme homme que ça t'arrives à minima, deux fois par semaine." En vérité, sérieuse, elle ne l'est pas du tout et c'est difficile de l'être avec un homme comme celui-ci qui se plaît toujours à tout prendre au second degré. C'est raffraîchissant, elle ne peut que l'admettre, ça lui fait un bien fou et c'est tellement rare que cela lui arrive. C'est exactement pour cela que le terme ennuyant la dérange et que Kami cherche à comprendre. Elle fronce les sourcils quand il lui explique, toujours pas certaine de ce qu'il essaies de dire. "Tu veux dire qu'une personne de caractère pourrait avoir besoin que tu la remettes à sa place ou que tu te figthes avec elle pour pimenter votre relation?" Elle pince un peu les lèvres. "Tu as du sortir avec un paquet de filles tordues..." Siffle-t-elle au passage pour l'embêter dans un sourire.

Elle manque immédiatement de s'étouffer à nouveau alors qu'elle arrive presque à son dernier morceau de tarte quand elle prend son sous-entendu, qui n'en est pas tellement un d'ailleurs en pleine tête. Non, si c'était simplement sous-entendu, elle aurait pu hésité sur la signification de cette phrase alors que là, elle n'a aucune hésitation. Jamal parle de lui. Ses yeux sont figés, un court instant, par peur sans aucun doute. Pourquoi voudrait-il être cet homme à ses yeux? Qu'est-ce que ça lui apporterait? Rien. Sur le long terme, il y a peu de chances qu'il continue à la fréquenter, tout du moins, c'est ce qu'elle pense et c'est ce qui lui permet de rester calme mais maintenant. Maintenant, elle panique. Alors, elle cherche la faille l'air de rien. "Qu'est-ce qui te fait penser que tu es réellement un homme respectable et droit? Tu pourrais le prouver?" Impossible pour Kami de faire confiance à des paroles. Il n'a pourtant pas l'air d'un beau parleur. Elle les connaît bien ce genre-là et Jamal n'en fait pas partie et c'est sans doute même bien plus dérangeant à cause de ça. Elle a conscience qu'il dit sûrement la vérité.

Pourtant, cela ne l'empêche pas d'aimer le voir réagir à ses gestes, ses regards, ses caresses. L'aimer même un peu trop comme si, pour la première fois, voir le pouvoir qu'elle avait sur un homme était réellement jouissif alors qu'il avait l'habitude d'être lucratif. Elle l'entend parler et, bien malgré elle, elle sent son pouls s'accélérer alors que le son de sa voix change encore un peu sous sa caresse. Elle l'enivre et ce sentiment est mieux que tout. Mieux que n'importe quel drogue. Elle n'y croit pas une seule seconde quand il affirme qu'elle allait avoir du boulot parce qu'elle voit très bien l'effet qu'elle lui fait, elle le sent. Ce serait plus facile si ça n'était pas réciproque bien-sûr, ce qui fait d'elle une femme faible, momentanément. "Vraiment?" Rétorque-t-elle alors amusée, du tac-o-tac pour qu'il lui explique pourquoi il lui a dit cela même si elle a compris l'idée, au fond. Elle se fige inconsciemment quand elle sent ses lèvres sur sa peau alors qu'elle ferme les yeux, surprise elle-même par la force de son désir, qui se lit, pour son plus grand malheur dans ses yeux alors que Jamal recule pour capter celui-ci. Quand elle les ouvre, elle ne peut pas le cacher, peut-être n'est-il pas si bon lecteur de livres qu'il l'est pour l'expression au fond des yeux. C'est son seul espoir. Une remarque qui, pour elle, veut tout dire suit alors ce baiser. "Je crois que tu es un homme!" dit-elle doucement en réitérant sa caresse sur son bras mais au lieu de s'arrêter cette fois, elle glisse sa main jusque son cou pour l'effleurer d'abord avant de l'y poser. Elle se rapproche encore parce que chercher Kami signifie la trouver très rapidement, leur nez se touchent, leurs lèvres se frôlent presque et elle souffle en fermant les yeux. "Et je crois que je te fais de l'effet." En vérité, la sorcière, elle en est certaine.


Codage par Libella sur Graphiorum



I BELIEVE IN FREEDOM

Freedom is about being so truly, madly and deeply attached to your own soul that you can bear a life that doesn't honor it. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Jamal Viscenti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3537-thank-god-i-m-alive-jamal-v
ID : Schizophrenic, Emilie.
Faceclaim : Michael B. Jordan (© Alaska).
Messages : 116 - Points : 230

Âge : 32 ans.
Métier : Coach sportif (au Circolo Nautico Posillipo à Posillipo) et pompier volontaire.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Ven 13 Juil - 17:53 )

you have to dream before your dreams can come true
Kamilla & Jamal

« A dream doesn't become reality through magic ; it takes sweat, determination and hard work. »
Plaisanter de lui-même n'a jamais été un problème pour Jamal. Bien au contraire, il trouve que c'est nécessaire... A la fois pour se remettre en question, mais aussi pour ne pas se laisser aller à la facilité de s'en prendre aux autres. Et comme il est, justement, quelqu'un de bien et de droit cela ne lui arrive jamais. Sauf quand il est assez proche de la personne en question pour se permettre de la taquiner bien sûr... Et il lui arrive aussi de faire exception à la règle avec des personnes qu'il vient juste de rencontrer. Quand le courant passe, quand il sent qu'il peut se le permettre. C'est plutôt le cas avec Kamilla, même s'il devine que cet équilibre, visiblement bien instauré entre eux, est fragile. Nul doute que sur un petit coup de vent, cela pourrait s'envoler. Elle est sanguine, la petite. Alors Jam préfère rester sur sa personne à lui. Pas par plaisir de parler de lui, croyez-le bien ! « Oui, au moins ! » Un nouveau rire lui échappe, preuve supplémentaire s'il en fallait une qu'il plaisante. A moitié. Il est bon, mais ce n'est pas quelque chose que l'on dit à voix haute sans avoir l'air d'avoir une tête plus grosse qu'un melon. Jamal ne se fait pas trop de soucis là-dessus : Kamilla n'a pas l'air de le prendre pour un mec narcissique. Il l'espère, en tout cas. Parce qu'il fait tout pour ne pas l'être, et encore plus pour ne pas paraître l'être. Bref, la discussion dévie un peu mais elle n'en fait pas moins sourire Jamal. C'est sûr qu'il est sorti avec pas mal de filles tordues. Mais elle touche un point qui l'intéresse, là. « Tu n'as pas l'impression que la plupart des femmes sont attirées par les bad guys plutôt que par les gentils ? » C'est l'impression qu'il a, lui. Il se trompe peut-être. Il n'a pas une mauvaise opinion de lui, mais il a déjà remarqué qu'il fait assez facilement fuir les filles. Il ne sait pas trop pourquoi, d'ailleurs. Des fois, il se dit que ça vient de sa manière de se comporter, d'autres fois, qu'il n'a juste pas rencontré la bonne. En parlant de cela, d'ailleurs... Kamilla manque de s'étouffer face au sous-entendus - plus clairs que jamais - qu'il vient de faire. C'est assez drôle, pour Jamal. Mais il fronce les sourcils et attend de voir quelle sera sa réaction dans l'après-coup. Le sourire toujours aux lèvres. Bien sûr. Comme il aurait pu s'y attendre, Kamilla est plutôt... Mordante. Mais Jamal reste imperturbable et n'hésite pas trop avant de lui répondre. « Parce que j'ai été bien éduqué, pardi ! Et le prouver m'est assez compliqué, il faudrait que l'on se revoie encore plusieurs fois. » Cette fois, c'est limpide. Mais que voulez-vous ? Jamal n'y peut rien. Il a besoin de dire ces choses. Il se sent en confiance avec Kamilla, et il ose espérer que c'est également son cas.

Le petit jeu qui s'instaure entre eux par la suite est à la fois délectable et... Un brin hors de contrôle pour Jam. Il a l'impression d'être en très mauvaise posture, là. Incapable de masquer ses émotions, son attirance pour elle. Son souffle s'accélère et il sent que son cœur bat soudainement à vive allure. Il fait de son mieux, pourtant, pour ne pas trop en montrer. Kamilla pourrait tout aussi bien prendre la fuite sur le champ, et ce n'est pas ce qu'il veut. Certainement pas ! « Oui, vraiment », lâche-t-il dans un souffle avant de déposer un bref baiser sur sa joue. Pour mieux se reculer, et plonger ses yeux dans les siens. Ce qu'il lit dans son regard est uniquement délectable cette fois. Parce qu'il sent qu'elle le désire, elle aussi. Peut-être pas autant que lui mais c'est bien là, il en est certain. Jam a beau être naïf sous certains aspects, il n'en reste pas moins conscient de ce genre de choses, et assez éveillé et attentif à l'autre pour s'en rendre compte. Il lui sourit, avant de comprendre qu'il a fait une grave erreur. Elle ne prend pas la fuite. Ne semble pas non plus prendre la mouche ou s'agacer de son comportement. Non, elle choisit de faire bien pire que cela : elle pose de nouveau sa main sur son bras. Reprend ses caresses mais l'arrête dans son cou, là où sa chair semble prendre feu. La remarque qu'elle a faite lui traverse de nouveau les pensées, et c'est suffisant à Jam pour reprendre un peu ses esprits. Un peu. « Mais je ne suis pas n'importe quel homme voyons ! » Offusqué, voilà ce qu'il est. Mais en fait pas tant que ça. Parce que quand elle se rapproche une nouvelle fois et que leurs nez se frôlent, il ne pense plus vraiment à ça, le Jam. Peut-être qu'il n'est pas aussi différent des autres qu'il veut bien le laisser croire, finalement. A son tour, il ferme les yeux. C'est assez plaisant de voir le visage de Kamilla d'aussi près... Mais il préfère tout de même ne plus la regarder pour éviter de perdre tous ses moyens. Ce serait dommage d'en arriver là quand même. « Dit-elle... » Sous-entendu, de nouveau. Cette fois, il tient à souligner le fait qu'il n'est pas le seul dans ce cas-là. Elle pourra le nier autant qu'elle veut, il sait que c'est réciproque. Au moins qu'il lui fait de l'effet, lui aussi. Et comme pour le prouver, il franchit les derniers millimètres qui séparaient encore leurs bouches et effleurent ses lèvres. Il ne cherche pas à initier ou à approfondir quoi que ce soit, se contentant plutôt d'un effleurement à peine perceptible. Pendant deux-trois secondes tout au plus. Puis il s'écarte rien qu'un peu, et rouvre les yeux. « Tu crois bien. » Une petite confession au milieu de ce flot d'informations, ce n'est pas si mal.
(c) DΛNDELION


@ CODE PAR ASTRA — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out.
Revenir en haut Aller en bas
Kamilla AyadToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Lou
Faceclaim : Sofia Boutella © Schizophrenic ❤
Multi-comptes : Aucun
Messages : 33 - Points : 158
Âge : 31
Métier : Serveuse, Vendeuse, elle ne se pose jamais.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Ven 13 Juil - 19:19 )
You have to dream before your dreams can come true

Si on peut rapidement penser que Kami a une meilleure opinion des femmes qu'elle n'en a des hommes, il s'avère que ce n'est qu'à moitié vrai. Les femmes aussi sont capables de la rendre complètement "nuts" et c'est un fait qui lui revient facilement en mémoire quand Jamal lui demande si elle n'a pas l'impression que les filles sont plus intéressées par les mauvais garçons que par les bons. Kami ne saurait supporter un mauvais garçon, même  pour quelques secondes, elle aurait vite fait de lui montrer où est sa place et de lui régler son compte à sa manière. Pour plaisanter, elle lâche. "Perso, je ne regarde que leur porte-monnaie alors..." Elle lui sourit, histoire de ne pas laisser cette question, qui semble importer à Jamal dans le vide sans lui expliquer le fond de sa pensée, même si sa vérité n'est peut-être pas une généralité. "Je crois que quand une fille flashe sur un mauvais garçon, c'est toujours dans l'espoir de réussir à en faire un doux agneau et de s'en accorder tout le mérite. Apposer sa marque. Comme pour contrôler quelque chose dans sa vie. Ca ne marche jamais comme ça, cela dit. La plupart du temps, elles l'ont là où je pense et finissent par se rabattre sur un gentil garçon quand elles comprennent. C'est là que tu interviens. Il faut juste attendre quelques années qu'elles déchantent!" Elle le fixe un moment et puisqu'il semble s'être dévoilé un peu dans cette question, elle en fait de même, sans dire clairement qu'elle parle d'elle pourtant. "J'imagine que ça peut être effrayant aussi de rencontrer quelqu'un comme toi... Pour quelqu'un qui aurait peur de s'attacher par exemple ou aurait du mal à se laisser approcher." Enfin ce qu'elle en dit à ce sujet, c'est qu'elle sait exactement de quoi elle parle. Jamal est autant un rêve qu'un cauchemar à ses yeux. Elle pourrait fantasmer sur ce mec jours et nuits au même titre qu'elle pourrait fuir à grandes enjambées en le croisant à nouveau. Elle s'apprête à lui dire que c'est plus simple, dans un sens, de rencontrer des mecs qui ne souhaitent rester qu'une nuit, au moins, les filles peuvent être certaines de ne pas développer des sentiments mais il finit par lui répondre que pour prouver sa bonne foi, ils devraient se revoir plusieurs fois. C'est exactement à ce moment-là qu'elle bloque complètement. Si ce café avait l'air d'être un rencard, de loin, cette nouvelle information semble en prévenir plusieurs autres et Kami, elle en est bien incapable. "Sois inventif, trouve un autre moyen." Sa réponse à elle aussi est claire. Ce garçon, elle ne peut pas essayer de le revoir, elle ne peut pas décider de se jeter dans la gueule du loup, ce serait fou et idiot de sa part.

Peut-être qu'elle n'aurait pas dû jouer avec lui dans ce cas, sachant exactement ce qu'il souhaite lui. La revoir. Alors qu'elle, elle est certaine de ne pas vouloir. Non, là, elle se mentirait. Le revoir, elle le voudrait sûrement mortellement mais elle ne s'en sent pas capable parce que même là, alors qu'il l'embrasse, la frôle et la regarde, droit dans les yeux, elle a l'impression qu'il pourrait lui voler quelque chose qu'elle refuse catégoriquement de donner. Un petit peu de son âme. Un petit peu d'elle. Jamal le fait même déjà, l'air de rien, comme si c'était facile pour lui et Kami ne voit rien du tout. Alors quand il s'exclame ne pas être n'importe quel homme, elle sait qu'il a raison et qu'il ne fait pas que frimer en le disant. Kami a très bien compris qu'il disait la vérité à ce sujet, même à ses yeux à elle et que c'est justement la raison pour laquelle elle ne doit pas revoir Jamal Viscenti dans ses conditions-là. Celle d'un tête à tête. "Je le sais." Souffle-t-elle alors, déjà convaincue depuis un moment par cette affirmation. Il est bien mieux que tout ceux qu'elle a pu rencontrer tout au long d'une vie et il a réussi à le montrer en deux rencontres seulement. Deux de trop. Elle entend qu'elle est démasquée lorsqu'il le sous-entend juste avant de diminuer l'air entre eux, de se l'approprier et de toucher ses lèvres, légèrement, sans pression, furtivement, comme une caresse. Bien malgré elle, Kami se laisse aller à cette caresse, ouvre légèrement les lèvres avant de croiser le regard de Jamal lorsqu'il s'éloigne et avoue sans difficulté qu'elle a vu juste. Il n'a pas de fierté mal placée, il est juste d'une sincérité qui semble sans limite. Elle fronce alors les sourcils en prenant encore conscience de combien cet homme est génial. Trop pour elle. Elle sourit, elle a gagné d'avance dans sa tête et elle le sait. L'air de rien elle recule et le lâche. "Je crois aussi que tu as été bien éduqué." Manque de peau pour lui, ce n'est pas son cas à elle, elle se glisse sous la table, pour remonter pile entre les jambes de Jamal, ne cherchant pas si on la regarde dans le café ou non. Elle n'a aucune réputation  à garder ou à tenir et sûrement aucune mère qui lui dirait quoi que ce soit en apprenant son comportement merdique. Elle remonte jusqu'à ce que la table lui colle au dos et qu'elle se retrouve à califourchon sur lui. Bien-sûr, Jamal ne doit pas oublier lui qu'ils sont dans un endroit public et c'est ce qu'elle cherche, lui montrer à quel point ils sont différents pour qu'il lâche l'affaire, pour qu'il soit dégoûté, sans aucun doute parce qu'il lui faut une fille bien à Jamal. Elle glisse ses doigts sur ses bras avant de ramener une main dans les cheveux de Jamal en le regardant droit dans les yeux. "Même en essayant de toutes tes forces chéri, tu ne saurais pas me gérer." Et elle l'embrasse, lui volant un baiser torride alors qu'elle ondule très légèrement sur lui, gémissant contre ses lèvres, s'attendant à ce qu'il la jette. Espérant qu'il le fasse. Elle entend alors un toussotement de la serveuse, elle se recule, lance un regard d'incompréhension à Jamal. Il aurait dû la repousser. Elle pose une main sur ses lèvres et se relève en balançant la tête et récupérant son sac. "Je suis partie." Lâche-t-elle à l'intention de la serveuse et elle se retourne une dernière fois vers lui. "Merci pour la tarte et le café." Cette fois, elle ne lui sourit pas, elle part plutôt comme si elle fuyait le diable en personne.


Codage par Libella sur Graphiorum



I BELIEVE IN FREEDOM

Freedom is about being so truly, madly and deeply attached to your own soul that you can bear a life that doesn't honor it. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Jamal Viscenti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3537-thank-god-i-m-alive-jamal-v
ID : Schizophrenic, Emilie.
Faceclaim : Michael B. Jordan (© Alaska).
Messages : 116 - Points : 230

Âge : 32 ans.
Métier : Coach sportif (au Circolo Nautico Posillipo à Posillipo) et pompier volontaire.
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le Sam 14 Juil - 11:18 )

you have to dream before your dreams can come true
Kamilla & Jamal

« A dream doesn't become reality through magic ; it takes sweat, determination and hard work. »
Jamal a le sentiment de marcher sur des œufs, en abordant pareil sujet de cette façon. Mais il se lance malgré tout, conscient de ne pas pouvoir faire autrement. Ses pensées sont intégralement tournées dans cette direction, alors il se doit de tenter sa chance. La jeune femme n'a pas l'air de mal y réagir et il pourrait presque en soupirer de soulagement. Presque, parce qu'il se contient. Ce n'est pas le moment de faire le fier parce qu'il a obtenu une réponse de sa part ! D'autant qu'elle ne se prive pas pour le taquiner encore un peu, en plaisantant sur ce qu'elle cherche, elle, chez un homme. Cela a le don de faire sourire Jam, qui ne lui en tient pas rigueur. Il sait qu'elle plaisante, qu'elle n'en pense pas un mot. Et puis, tout de suite derrière survient l'explication de Kamilla à propos de tout cela. Forcément, Jam ne peut qu'écouter avec attention, dans l'espoir d'apprendre quelque chose. C'est le cas. Il ne voyait pas réellement les choses de cette façon, mais maintenant qu'elle le dit... « Ah oui, je vois. Mon rôle réside dans la patience alors. » C'est ce qu'il fait depuis des années pourtant ! A trente-deux ans, il est aussi près de se caser que de devenir milliardaire. Ses chances sont proches de zéro, donc. Et puis ce que lui dit par la suite Kamilla reste dans un coin de sa tête. Il l'analysera plus tard... Mais pour l'instant, il a comme l'impression que c'est d'elle dont elle parle. Il lui sourit, sans rien dire là-dessus. Ce ne serait plus marcher sur un ou deux œufs, là. Ce serait marcher sur une poule qui en couve une dizaine. Très mauvais jeu de mots il est vrai ! Une chance que Jam ne soit pas du genre à penser à voix haute. Kamilla ne l'est pas non plus, sinon Jam l'aurait complètement analysée depuis une éternité. Mais elle reste toujours un mystère à ses yeux. Une ombre qu'il aperçoit parfois et qui, dès qu'il a le sentiment de s'approcher d'elle, s'évapore dans un écran de fumée qui le rend aveugle.

Visiblement, elle est à deux doigts de le faire aujourd'hui. Son sourire tromperait n'importe qui, mais ses yeux, eux, révèlent tout à fait autre chose. Une espèce de crainte que Jam détecte, sans comprendre. Qu'a-t-il dit, cette fois ? Est-ce lié au fait qu'il ait terriblement envie de la revoir ? Dans un autre contexte que celui-là, mais avec les mêmes objectifs. Les tête-à-tête n'ont jamais mis Jam mal à l'aise. Sauf quand le courant ne passe pas, ce qui est loin d'être le cas avec Kamilla. Au contraire, cela se passe plus que bien et il a hâte de voir jusqu'où cela pourrait les mener. Difficile de dire, cependant, si Kamilla en a envie elle aussi. Elle est si... Mystérieuse et intrigante. Il ne sait pas ce qu'il se passe dans sa tête, et c'est peut-être le plus terrifiant.

Et puis les choses dérapent. Sans que Jamal ne sache trop comment, sans qu'il ne soit en capacité de tirer au clair ses pensées voraces. Kamilla l'embarque dans une histoire qui le dépasse. Pourtant, il essaye de jouer lui aussi. Il tente de ne pas se laisser rattraper, de ne pas être pris de court par quelque chose qu'elle pourrait faire. C'est lui, du coup, qui comble les derniers centimètres qui séparaient encore leurs lèvres. Lui qui recule pour mieux plonger ses yeux dans les siens et essayer, une nouvelle fois, de comprendre ce qu'elle tait. En vain, bien sûr. Il se retrouve confronté à un mur de pierre infranchissable face auquel il se retrouve sans défense. Alors qu'elle souligne qu'il est en effet bien éduqué, Jam croit apercevoir une lueur de défi dans les yeux de la jeune femme. Oups. Qu'a-t-il lancé là ? Avant qu'il n'ait pu essayer d'en apprendre plus, de comprendre ou de lui poser une quelconque question, elle se glisse sous la table... Pour mieux en ressortir au plus près de lui. Sur le coup, Jam entrouvre la bouche dans le but de dire quelque chose, de protester - plus pour la forme qu'autre chose, cela va de soit -. Mais il se retrouve immédiatement sans voix. Elle lui a coupé le sifflet, tiens ! Alors qu'elle s'assoit à califourchon sur lui, les mains de Jam se posent par réflexe sur ses hanches, et il recule son dos autant que faire se peut. Très vite confronté au dossier de la chaise, il ne peut pas fuir. Mais en a-t-il seulement envie ? Non, certainement pas. Kamilla est là, au plus près de lui et il ne peut, ni n'a envie, de s'en aller. Sauf qu'il n'a le contrôle sur rien, là. Il n'est pas avare de laisser-aller mais ses limites existent bel et bien tout de même. Et il ne sait absolument pas comment faire pour résister à cette jeune femme. Elle semble avoir annihilé toute résistance dans son corps, et Jam se retrouve dans l'incapacité de dire ou faire quelque chose pour sa défense. La main de Kamilla glisse dans ses cheveux, sur son bras et Jam se perd dans ses yeux. Toujours aussi incapable de dire quoi que ce soit. Elle lâche une petite phrase bien sentie... Avant de happer ses lèvres des siennes. Jam ne met pas trente à réagir, et lui rend son baiser avec la même ardeur. Quoi qu'il est tout de même moins réactif qu'elle : c'est elle qui, en se trouvant au-dessus de lui, détient tout le pouvoir. Peut-être bien qu'elle a raison, finalement : il n'est qu'un homme. Un homme qui, même lorsque la serveuse toussote, est à deux doigts de grogner de frustration parce qu'elle s'éloigne de lui. Se lève de la chaise et, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, récupère ses affaires. Elle s'apprête à prendre la fuite, il le sait, il le sent. « Kamilla... » Mais trop tard, elle s'est enfuie. Le laissant seul, complètement confus et perturbé.
Bah merde.
(c) DΛNDELION


@ CODE PAR ASTRA — i have galaxies hidden between my bones and i will love you until the stars burn out.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: You have to dream before your dreams can come true - Jamal ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- You have to dream before your dreams can come true - Jamal -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Bibliothèque Vittorio Emanuele III
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Bibliothèque Vittorio Emanuele III