Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Le comeback I Erio -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Hedgekey(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Je suis absent-e : Du 15/01 au 27/01
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 3240 - Points : 3574

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le Mer 7 Nov 2018 - 23:56 )
Lana n’arrive pas à croire qu’ils aient pu passer d’une discussion aussi grave à une autre totalement légère. Il faut croire que c’est le propre de leur couple : capable de passer du chaud au froid, de la tendresse à la passion mais aussi du dramatique à la comédie. Maintenant qu’elle a obtenu ce qu’elle souhaitait, qu’Erio se prenne en main et parle du traumatisme qu’elle a subi, Lana ne voit aucun mal à relâcher un peu la pression. Ils ont besoin de ça aussi, pour se retrouver, et le franc sourire qu’elle voit apparaître sur le visage de son petit-ami vaut tout l’or du monde. Elle préfère le voir comme ça que torturé, comme il a pu l’être avant son départ. « Non non pas la peine que tu me montres, non. » Connaissant Erio, la vulgarité pourrait partir dans la surenchère au point de lui faire saigner les oreilles et de vouloir disparaître dans un coin de la pièce et se faire oublier. Il faut dire que Lana n’a pas tellement eu l’habitude de tel démonstration d’empressement de la part de ses exs, avec qui le sexe n’était finalement qu’une petite partie de leur relation. Là, avec Erio, avec sa libération, cette place prend toute son importance et si c’est jubilatoire, Lana a encore quelques malaises à gérer des déclarations du genre. Etre désirée, c’est assez nouveau pour elle. « N’importe quoi ! Je le suis, innocente ! » Ou peut-être plus tout à fait, c’est vrai, et ce pour son plus grand bien. Erio n’a fait que faire ressortir de plus belle une facette de sa personnalité, qu’elle peinait à exprimer auparavant de peur d’être jugée. Mais par pure esprit de contradiction, l’Italienne s’évertue à nier la vérité. « La preuve, regarde. » Lana dessine alors dans les airs un cercle au-dessus de sa tête comme pour représenter une soi-disant auréole. Mais sa défense se retrouve soudainement mise à mal par l’argument suivant de son colocataire. Sous le choc, elle marque un arrêt avant d’étouffer un rire en se souvenant de ce moment incongru. « C’est moche de me balancer des vieux dossiers comme ça ! J’étais complètement bourrée ! » Au point que cette idée lui ait sortie de nulle part, amenant à des rebondissements plus inattendus les uns que les autres. Ce soir-là, sans le savoir, Lana avait démarré le fil de leur histoire, à la fois tordue et magnifique. Il faut dire qu’Erio a su dépasser ses attentes en tant que professeur. « En tout cas-là, on a plutôt affaire à Monsieur je veux qu’on fasse du sexe. » Et face à cette demande, le regard de Lana se fait provocant et malicieux à la fois. L’idée de jouer avec lui la tente mais contre toute attente, son intérêt se porte sur autre chose, à savoir la manière dont Erio occupe ses moments de solitude. Le porno, c’est un univers qu’elle ne connaît pas du tout, en tant que jeune femme fleur bleue qui se respecte. Mais pourtant, Lana se montre curieuse. « Ces trucs. » Répète-t-elle une nouvelle fois, refusant de prononcer le mot interdit. Mais finalement, sachant pertinemment qu’Erio ne lui lâchera pas la grappe avec ça, elle lève les yeux au ciel et soupire. « Ces films pornos. » Le mot est prononcé, ou plutôt murmuré au possible, dans sa barbe.

Au fond, que lui a-t-il pris de lancer une telle conversation ? Comme 90% des choses qui sortent de sa bouche, Lana n’en a pas la moindre idée. Mais elle voit bien qu’elle a ouvert la boîte de Pandore, qu’Erio saisit sa perche au vol pour la piquer, comme à son habitude. « Attends, j’ai pas dis ça. » Elle ne sait même pas si elle est capable de regarder un truc pareil, Lana. Mais Erio semble avoir décidé pour elle puisque, sans qu’elle n’est vraiment le temps de réagir, il la met plus en confort en lui retirant ses chaussures avant de quitter la pièce et de revenir avec le précieux sésame. Il semble à Lana qu’elle pique un énième fard, si tant est que ce soit possible qu’elle puisse rougir encore plus. « Euh… ok. » Pourtant hors de question de se défiler face au pétrin dans lequel elle s’est elle-même mise. Par esprit de défi, mais aussi avec un soupçon d’indiscrétion, la jeune femme se met à chercher dans la boîte mystère de son petit-ami. Certaines images lui créent quelques émois mais c’est finalement un DVD qui attire plus son attention qu’un autre. Un DVD du Roi Lion. « Où t’as eu ça ? » Aucune chance que ce DVD n’ait atterri là par erreur pour la simple et bonne raison qu’Erio n’a aucun DVD Disney en sa possession. Lana lui a plusieurs fois fait la remarque d’ailleurs. Curieuse, la jeune femme ouvre donc pour y trouver un DVD visiblement gravé, avec le titre écrit au marqueur sur le dessus. Blanche fesse et les sept mains. « Alors là, super ! T’as voulu faire un thème groupé ! » Il est vrai que pour que ce soit parfait, il aurait fallu qu’il est à disposition un coffret DVD de Blanche Neige. Mais Lana ne le possède pas, trouvant le Disney un peu trop daté. « T’as piqué mon coffret du Roi Lion hein, avoue ? Avoue ? J’y crois pas que t’es osé ! » Son air est à moitié chagriné et à moitié osé. Un instant, elle délaisse la boîte aux pornos pour reprendre sa place sur son petit-ami, à califourchon sur lui. « Ca mérite une punition, un truc pareil. » Là, elle approche son visage lentement du sien jusqu’à ce que leur bouche se frôlent… Jusqu’à finalement reculer et se réassoir à côté de lui. « Je devrais peut-être te laisser seule avec tes pornos, finalement. » Balance-t-elle, l’air de rien, avant de reporter son attention sur les autres DVD qu’elle n’a pas examiné.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©Gorgeousmali
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Devraj, Loris
Messages : 897 - Points : 3388

Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le Dim 18 Nov 2018 - 0:37 )
Innocente, vraiment ? C’est l’air qu’elle se donne, ces petites moues choquées qu’elle arbore, Erio en raffole. Ca l’amuse. Ce qui lui plaît d’autant plus, c’est d’en jouer en appuyant là où ça peut la gêner. Lui rappeler cette fois où l’alcool avait pris possession d’elle, au point de lui délier la langue, la rendant plus détendue, ou encore en lui apportant cette boîte renfermant des films qu’il ne visionne plus depuis longtemps, mais qui a été l’objet de ses fantasmes. N’importe quel mec normal conserverait ces trésors dans un coin, à l’abri de la curiosité d’une femme, mais la voir fouiller dans le carton, avec sa bouille embarrassée qui disparaît bien vite. « Oh. » se contente-t-il de dire, en haussant les épaules à la vue de la jaquette. Elle était sur son chemin, vide. Son DVD était sans doute dans le lecteur et il n’en a pas tenu compte, a pris ce qui l’intéressait et il ne culpabilise pas une seule seconde. Pis, il éclate même de rire lorsqu’elle cite le titre. « C’était pas voulu, mais maintenant que tu le dis… ! » Ca tombe plutôt bien. Le policier rit de plus belle, sans passer aux aveux. Nullement besoin, elle sait qu’il lui a volé son bien. Enfin, lui dirait « emprunter », jusqu’à ce qu’elle le découvre, ou qu’il pense à lui rendre. Ce qui n’aurait pas eu lieu avant des millions d’années tant ça lui passe au-dessus de la tête. A présent sur lui, ses mains trouvent vite refuge sur ses cuisses, remontent le long de celles-ci, jusqu’à ses hanches. « Ca fait très… autoritaire, m’zlle Giaccomo. » dit-il, en saisissant le coffret pour le lancer dans le carton derrière elle, prêt à retrouver ce qu’il a perdu durant plusieurs semaines : ses lèvres qui s’approchent des siennes et qui… s’éloignent quasi aussitôt. « Okay… » La bouche entrouverte, la surprise le prenant, Erio la suit des yeux. C’est une vengeance. Elle a décidé de le laisser mariner pour le coup du lionceau et le pire, c’est qu’elle reprend innocemment sa grande chasse. « Aheum. » se raclant la gorge, il se lève, disparaît dans sa chambre pour en récupérer un objet qu’il coince dans la poche de son jean et revient près d’elle. Là, il pousse la caisse du pied qui glisse à quelques mètres d’eux et saisit sa main pour la ramener tout contre lui. « T’as raison. J’veux qu’on fasse du sexe. » Son index glisse sous son menton, l’incite à relever sa tête vers lui et lorsqu’il croise enfin son regard, il ajoute : « J’veux te faire ce que j’ai manqué de faire ces derniers temps. » En lui tombant dessus à chaque fois que l’occasion se présentait. Au lieu de l’épauler, de lui accorder de l’attention, de la tendresse, Erio l’a prise pour son ennemi, se vexait pour des choses futiles, d’autres moins, mais ça prenait des proportions énormes. Il le regrette amèrement, se rend compte qu’il aurait pu perdre celle qu’il aime, qui lui donne envie d’une vie meilleure. Avec Lana, il arrive à se projeter, à se stabiliser. Elle lui fait beaucoup de bien et à l’instant T, il aimerait lui rendre la pareille, à sa manière. Ses sentiments, il les exprime bien mieux physiquement qu’avec les mots. Pourtant, il essaie : « J’suis fou d’toi, de ton corps. Et là, j’suis affamé. » Ses mains s’appuient sur le bas de son dos, la retenant prisonnière contre lui. « Tu sais… Comme cette fois, où tu m’as proposé cette idée, dans c’bar. » C’est ce qu’il lui avait dit ; qu’il avait faim, mais qu’il aimait qu’on se souvienne de lui le lendemain. C’est la raison qui a motivé son refus. Ca ne l’a pas empêché de la découvrir, de répondre à l’une de ses envies. « T’as raison, avoir pris le Roi Lion comme cachette, c’était complètement nul… J’ai honte. » Ton faux, sarcastique et son sourire en témoigne. « Ca mérite punition, t’as encore raison. » Là, il saisit ses mains qu’il place au-dessus de sa tête, retire la paire de menottes qu’il est parti chercher quelques minutes plus tôt et les emprisonne. « J’veux jouer avec toi. » murmure-t-il, tout contre ses lèvres, en la soulevant dans ses bras. « J’veux tout savoir de toi… Tout. » Sans lui laisser le choix, il se dirige vers la table du salon et la dépose dessus, balançant d’un geste vif les objets qui s’y trouvent. « T’as pensé à moi ? Tous les jours ? » De ses dents, il mordille son cou, en s’octroyant une place entre ses jambes. « Il t’es arrivé de regretter pendant ton départ ? D’vouloir en finir avec nous. » Il le sait bien qu’il profite de ses mains liées pour l’interroger, mais il a besoin de savoir ce qui lui est passé par la tête durant son absence. Et par la même occasion, il réalise l'un de ses fantasmes. Les menottes. Ce n'est pas rentré dans l'oreille d'un sourd.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Hedgekey(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Je suis absent-e : Du 15/01 au 27/01
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 3240 - Points : 3574

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le Dim 18 Nov 2018 - 1:46 )
Le DVD du Roi Lion. Un objet sacré pour Lana pour qui il s’agit-là d’un des Disney préférés, bien que la première place revienne à la Belle et la Bête. Cette histoire d’amour entre deux personnes que tout oppose a toujours fait chavirer son cœur et, quelque part, elle comprend pourquoi puisqu’elle en vit désormais une. A bien y réfléchir, il faut en plus remarquer qu’Erio a de nombreuses caractéristiques de la Bête – hirsute, sauvage – quand Lana a la candeur et la soif d’aventure de Belle. Mais là, n’est pas le sujet. « Et ça te fait rire ? Ca te fait rire, hein ? Bon sang, Erio, tu fais suer, vraiment ! J’l’ai cherché plusieurs jours, ce coffret ! » Avant de se dire que son côté distrait avait encore frappé, la forçant à utiliser une jaquette de DVD à graver. Sacrilège. « J’en reviens pas que tu salisses un de mes plus grands chefs d’œuvre avec… ces trucs salasses ! » Le ton est outré mais l’attitude l’est tout autant. Pas de blague ici, Lana prenant véritablement les choses à cœur, trop peut-être. Alors bien entendu, pas question de taper un esclandre pour une chose finalement futile mais la vengeance, elle, est bien au programme. Alors certes, le processus est plus que vicieux puisqu’il l’amène à se frustrer elle-même mais, après tout, la fin justifie les moyens. C’est donc une Lana très fière d’elle qui reprend ses investigations, comme si de rien n’était, avant d’être perturbée par la sortie soudaine d’Erio de la pièce. Un instant, elle reste interdite, se demandant si elle n’est pas allée trop loin au vu de leur réconciliation encore récente et peut-être plus fragile qu’elle ne l’imaginait. C’est avec un certain soulagement qu’elle contient qu’elle le voit revenir dans la pièce et reprendre la charge, pour son plus grand bonheur. « Charmant. J’ai l’impression d’être un bout de viande vu comment tu en parles. » Pas question pour autant de le satisfaire complètement. Si elle se laisse faire dans les gestes, ne rechigne pas face à la proximité qu’il lui impose, Lana met un point d’honneur à résister en paroles. Elle se complaît dans ce petit jeu du chat et de la souris, bien que son sourire malicieux trahisse finalement que ses paroles ne lui sont pas si désagréables à l’ouïe. Alors bien entendu que ce n’est pas la plus belle déclaration qu’elle ait entendue mais c’est du 100% Erio. Et elle l’aime pour ça. « Oh non, on ne vas pas encore reparler de ce moment. S’il te plaît. » Et de son attitude plus qu’embarrassante. Malgré la forte teneur dans son organisme, elle se rappelle chaque détail avec un petit soupçon de honte. Malgré tout, elle ne regrette rien puisque c’est finalement ce qui l’a amené là, aujourd’hui, dans ses bras. « Fais-le malin va. Fous-toi de ma gueule. » Son ton ne trahit aucune agressivité mais plus un soupçon de défi. Ce qu’elle lui a fait subir tout à l’heure ne suffit finalement pas à se venger pleinement quand elle le voit là, en train de le narguer sur cette punition qu’elle lui a promis pour finalement voir les rôles s’inverser. Prise au piège de ses menottes de flics, Lana échappe un sourire plus marqué quand des paroles prononcées il y a longtemps lui reviennent en mémoire. Cette envie dont elle lui avait fait part de subir un interrogatoire, d’être menottée et qui se réalise aujourd’hui alors qu’elle ne s’y attendait pas du tout. « Tu es complètement dingue. » Mais elle aime ça, cette sensation de frisson qui s’empare d’elle alors qu’il la fait quitter le sol pour la porter jusqu’à la table du salon. Ce genre de sensation, le feu qu’elle sent naître au fond d’elle, elle ne l’a jamais expérimenté avec aucun autre homme. Avec Erio, Lana se sent suffisamment en confiance pour lâcher prise, pour ne pas être parfaite et pouvoir se montrer parfois excentrique. « Penser à toi ? Jamais. Pas le moins du monde. » Bien décidé à ne pas être la prisonnière docile, à lui faire encore un peu payé sa subtilisation de DVD, Lana provoque, attire même sa lèvre inférieure avec ses dents. Quand il le lui fait, ça a le don de la rendre dingue et, en tant que bonne élève, Lana applique les leçons de son professeur. Mais la question suivante la pousse à changer son fusil d’épaule alors qu’elle marque un arrêt, hausse les sourcils. Elle plonge alors son regard sur Erio et se fait plus sérieuse, pour la première fois depuis de longues minutes. « Pas une seule fois. » Elle n’a jamais exprimé l’envie d’arrêter là à voix haute, contrairement à Erio lors de leur dernière séance chez la psy. Ca l’a anéanti, ce jour-là, d’entendre ça, au point qu’elle a décidé sur un coup de tête de quitter la ville. « Et bien sûr que j’ai pensé à toi tous les jours. Ca m’a coûté mon portable, je te rappelle. » Lana sourit en se remémorant cette manière que son père avait eu de la punir en lui confisquant son téléphone, comme si elle avait encore quinze ans. La plaisanterie avait duré tout de même deux jours avant qu’elle ne parvienne à le retrouver en haut d’une armoire. « Si je suis partie, c’était pas uniquement pour aider mes parents, mais surtout parce que je ne me sentais pas du tout capable de gérer, rien qu’à l’idée que tu me quittes. » Lana avait peur de retomber dans ses mauvais travers, de céder aux sirènes de son frigo s’ils en étaient venus à se séparer. Quelque part, en prenant de la distance, en se renfermant dans son cocon familial, elle espérait se sentir suffisamment en sécurité pour ne pas replonger. « J’suis contente de nous retrouver monsieur le policier. » Sa voix est suave alors que ses bras menottés viennent entourer son cou. Elle ne se retient cette fois-ci plus de s’avancer pour poser ses lèvres contre les siennes pour y déposer un baiser tendre dans un premier temps mais qui se fait de plus en plus pressant au fur et à mesure. « Je n’oublie quand même pas ta punition, à venir. » Lâche-t-elle, désireuse de revenir sur un sujet plus léger plutôt que de revivre leurs disputes passées, le cœur serré. Cette légèreté, Lana en a besoin et elle croit bien savoir qu’Erio aussi.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Elfe de NapoliPrêt pour un petit tour ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Djo/Ealy
Faceclaim : Elfe
Messages : 18 - Points : 204
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le Ven 30 Nov 2018 - 16:47 )
Elfe de NapoliJe suis passé par ici
Bonjour ! Je suis l'Elfe de Napoli. J'interviens dans les RPs se déroulant dans des lieux publics, mais également par MP. Si tu lis ceci, c'est que tu es dans ma ligne de mire. Tu pourras en savoir plus dans ce topic afin d'en apprendre d'avantage sur le dispositif.
Situation / ActionTon voisin du dessus a une fuite d'eau et ton plafond s'en ressent et moisit de jour en jour. Aujourd'hui, il décède malheureusement. Dans un fracas assourdissant vous vous retrouvez avec une baignoire en plein milieu de votre cuisine avec une cascade d'eau usée qui se déverse sur votre sol : quittez le navire !
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©Gorgeousmali
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Devraj, Loris
Messages : 897 - Points : 3388

Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le Dim 9 Déc 2018 - 19:20 )
Sa déclaration est loin des belles paroles que soufflent les types dans les téléfilms de Noël. Ceux qu’elle met au quotidien, tous les ans, sans lui laisser le choix puisqu’elle planque la télécommande en sachant très bien qu’il serait tenté de la récupérer et de zapper. Il s’attend à ce que cette année ne soit pas une exception à la règle. Il pourrait prendre exemple sur eux, mais ce ne serait pas lui. Erio ne sait pas correctement parler. Il use des mots comme ils viennent dans son esprit. Certes, ce n’est pas très glorieux, mais on ne peut pas lui reprocher son manque de franchir. « C’est vrai que M’dame est fleur bleue. » Elle n’est pas tombée sur le gars le plus romantique de la terre. Il demande souvent conseil à Sara pour ne pas être à côté de la plaque. S’il réfléchit de lui-même, tout est toujours fait avec maladresse, comme ce repas de la dernière fois qui avait brûlé. Ses intentions sont pourtant bonnes ; Erio aimerait qu’elle soit bien dans ses bras, qu’elle ne regrette pas ce choix, bien qu’il se fasse souvent la réflexion qu’il ne la mérite pas, qu’il n’est pas à la hauteur de ce qu’elle devrait avoir. Et pourtant, il s’accroche à elle comme une étoile de mer à son rocher. Aucun autre homme ne pourra l’aimer aussi fort que lui. Alors il a beau ne pas être un prince charmant, il sait au moins qu’il fera tout pour lui apporter la sécurité, est apte à lui décrocher les étoiles rien que pour elle. Il en est raide dingue amoureux. Lana, c’est son rayon de soleil, sa personne unique. Celle dont il a besoin pour avancer, évoluer. Il l’a compris le jour où il a pris connaissance de ses sentiments pour elle et ça s’est révélé plus intensément lorsqu’il a assumé ce que son cœur lui dictait de faire et il a failli tout compromettre avec ses états d’âme, ses doutes, mais il est bien décidé à rattraper le coup. Son manque d’elle, cette lourde absence l’a bien fait réfléchir. Lana, c’est bien plus qu’une colocataire qui a su le toucher au point de le pousser à vivre une relation plus forte encore qu’elle ne l’était lorsqu’il y avait cette liberté entre eux. « J’vois pas pourquoi, c’était plutôt cool. C’était mémorable. J’voyais la petite Lana se décoincer pour la première fois… Franchement, tu crois que j’vais zapper ? » Il embrasse doucement son menton. « J’ai pu goûter ta peau, c’soir-là. » C’est une première. Lui qui aimait la mettre mal à l’aise, qui n’hésitait pas à la reluquer, s’est efforcé de garder ces distances, de ne pas agir comme un dragueur, mais plutôt comme un emmerdeur qui aime la mettre mal à l’aise. Seulement, ce qui s’est passé-là, ça a changé la donne. Ca les a rapprochés. Et il a aimé ça. Tout comme il aime la savoir prisonnière de ses menottes. « J’sais. » Ca ne l’a jamais repoussée pour autant ; il n’a jamais caché sa folie. Sa remarque le fait sourire d’autant plus. « Ah ouais ? Pas une seule fois. » répète-t-il, en tirant sur sa lèvre inférieure, alors qu’il descend le long de son cou pour y laisser une trace de son passage, marquer son territoire. Alors qu’il s’apprête à continuer dans sa lancée, Erio relève sa tête, plante ses yeux qui reflètent tous ses regrets dans les siens. « J’ai jamais été aussi dingue d’une nana, mais tout ça, c’est nouveau pour moi. J’ai eu peur. De ce que j’prenais pour des reproches, de penser que t’avais pas confiance. J’me suis demandé si on n’faisait pas fausse route, toi et moi. » Mais il ne veut pas la quitter. Il l’a dit, a exprimé cette possibilité en se disant que ce serait sans doute la meilleure option, à défaut d’être la bonne. « J’veux pas être celui qui t’fasse du mal. J’ai des défauts, mais j’suis pas comme lui. » Et ils sont nombreux, ses défauts, mais il pense beaucoup à elle. Enormément. Erio ne cherche pas à la blesser, bien qu’il le fasse parfois, souvent, involontairement. Il est impulsif, ne réfléchit pas toujours et il s’en veut pour ça. « J’sais, c’est normal. J’peux que t’avoir manqué. » plaisante-t-il, avec un ton sérieux, en enroulant ses bras autour de sa silhouette. Ses lèvres retrouvent les siennes, tandis qu’il récupère ses bras qu’il place au-dessus de sa tête. Finalement, lui qui avait décidé d’être sympa en ne tiraillant pas ses mains, les libère, pour l’obliger à les mettre dans son dos et les attacher de nouveau, de sorte à ce qu’elle puisse ne plus s’en servir, ni même caresser ses cheveux, ou les tirer pour lui faire payer son insolence. Et alors qu’il s’apprête à répondre à sa provocation, un bruit l’interrompt. C’est d’abord étrange, moindre, et d’un coup, d’un seul, un gros vacarme le fait sursauter. Il presse sa main sur la taille de Lana pour l’embarquer avec lui vers la salle de bain, lieu du massacre. La baignoire du voisin est sur la leur et le plafond est tombé, laissant entrevoir l’appartement du haut. « Putain ! » s’exclame-t-il, en s’approchant de la baignoire, là où un jet d’eau a commencé à fuiter. « Putain !! » s’emporte-t-il, tout en récupérant entre ses mains le tuyau, afin de limiter les dégâts. C’est un cauchemar.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Hedgekey(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Je suis absent-e : Du 15/01 au 27/01
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 3240 - Points : 3574

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le Dim 9 Déc 2018 - 21:46 )
C’est vrai que cette soirée au bar avait été pleine de surprises alors qu’au départ tout avait très mal commencé. Il avait fallu une déception amoureuse supplémentaire, un énième type qui s’était foutue d’elle, pour Lana baisse les armes et se laisse aller à la proposition la plus folle qu’elle est faite de sa vie alors qu’elle était sous l’emprise de l’alcool. « Je n’étais pas coincée, avant. Je ne le montrais pas c’est tout. » Il est vrai que ce type de liquide a toujours eu tendance à révéler la folie qui est en elle qu’elle enfouit généralement par convenance, pour entrer dans les clous. Il faut quand même dire que, ce soir-là, la jeune femme avait dépassé toutes ses limites et de loin. Elle ne regrette absolument pas qu’Erio ait saisi l’opportunité au vol, marquant le début de leur folle aventure. Ca ne fait qu’un an, à peine, et pourtant il lui semble que cela remonte à une éternité tant les évènements se sont bousculés par la suite. « C’est vrai. Difficile d’oublier. » Un frisson lui parcourt l’échine alors qu’elle se souvient de cet instant passé dans la ruelle, tous les deux, où elle avait fait sauté toutes les barrières, s’était laissé aller à un plaisir qu’elle s’était longtemps refusé, laissant les envies des hommes passer en premier. Grâce à Erio, elle a appris à se connaître, apprends aussi doucement à s’aimer et ça, c’est quelque chose pour lequel elle ne pourra jamais assez le remercier. Qu’importe ce que l’avenir lui réserve, cette découverte, cette sensation de bien-être vis-à-vis d’elle-même et de ses envies, ce sera toujours à lui qu’elle le doit. Et à personne d’autre. « Je sais. J’ai pas été très diplomate, moi non plus. » Dans cette longue dispute qui les a amené au bord du gouffre, Lana considère qu’ils ont tords partagés. Elle pour avoir laissé son manque de confiance en elle prendre le dessus sur le reste et lui, pour avoir manqué de diplomatie, s’être renfermé après le choc de la fusillade qu’il peinait à digérer. L’un et l’autre ont été incapable de faire un pas vers l’autre mais aujourd’hui c’est du passé. Apaisée, Lana est bien décidée à faire en sorte que leur couple fonctionne, qu’ils puissent vivre tous les deux enfin le bonheur. Ils l’ont bien mérité. « Et je veux pas être la caricature de cette fille mal dans sa peau qui surveille son mec à l’excès. Je vais faire des efforts pour pas me laisser aller à mes mauvais travers. Je sais que tu n’as rien du tout avoir avec lui. » Erio est tout le contraire de son ex petit-ami. Il ne l’a pas trahi, a toujours fait en sorte de la remonter vers le haut et de la mettre à l’aise. Simplement, il arrive encore à Lana d’avoir des traces du comportement de son ex’, craignant finalement qu’il ne lui arrive la même chose que par le passé : un cœur brisé. Pourtant, elle sait qu’elle peut lui faire complètement confiance et elle le prouve d’ailleurs en se laissant faire avec les menottes qui lui bloquent à présent les mains dans le dos. Avec Erio, elle n’a rien à craindre. « On hausse le niveau de jeu, alors, hein ? » Pire, elle le provoque même mais leur petit jeu cesse court quand un énorme bruit vient perturber la passion de leur retrouvaille. Interloquée, c’est une Lana encore menottée qui suit Erio jusqu’à la salle de bain pour faire face à un véritable bazar. Une fuite d’eau, visiblement, qui leur a coûté une partie de leur plafond. Toute leur salle de bain est également foutue. Lana reste un instant bloqué devant le désastre alors qu’Erio lui, s’active déjà, pestant au passage. « Non. » Murmure-t-elle. « Non. Non ! Non ! » Et la voilà qui trépigne à présent, se mettant à taper du pied par terre alors qu’elle fait entendre le cliquettement de ses menottes en gesticulant comme elle le peut. « Pas ce soir ! Merde ! C’est pas vrai, ça à la fin, on nous en veut ou quoi ! » Il est certain qu’en d’autres circonstances, Lana aurait certainement réagi bien différemment, prenant les choses avec plus de calme comme à son habitude. Mais là, alors qu’elle était si heureuse de pouvoir retrouver l’homme qu’elle aime, cet incident arrive au plus mauvais des moments. Elle en a rêvé pendant des semaines, de cette soirée, et voilà qu’elle se retrouve finalement gâchée par le destin. « La vache. » Une voix se fait entendre au-dessus d’eux alors qu’un homme en peignoir les regarde incrédule. Cet homme c’est Filipo, leur voisin du dessus, plus connu dans l’immeuble pour sa fabrication de film pornographique amateur. « La vache ! La vache ? C’est tout ce que vous avez à dire ? Vous pouviez pas vous rendre compte qu’il y avait une fuite chez vous avant que ça ne prenne de telles proportions ? Vous étiez trop occupé…. A forniquer dans tous les coins ?! » Lana devient alors affreusement rouge alors qu’elle se tourne vers son colocataire. « Erio, détaches-moi. Détaches-moi. Je vais me le faire cet abruti ! » Pour avoir ruiné un moment précieux… et un de ses fantasmes au passage.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©Gorgeousmali
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Devraj, Loris
Messages : 897 - Points : 3388

Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le Lun 10 Déc 2018 - 0:33 )
Ca doit être dur, de ne pas être soi-même, dans son propre logement. Avant de se rapprocher, ça faisait deux ans qu’ils se côtoyaient et on ne peut pas dire qu’il ait eu une image dingue de sa colocataire. Il ne connaissait pas cette facette de sa personnalité, celle qu’elle lui a fait découvrir en sa compagnie, qu’il apprend un peu plus chaque jour. Et il aime ce qu’elle est, ses coups de folie, même ses excès de colère, comme à l’instant même où elle met les pieds dans la salle de bain, tandis qu’il essaie désespérément de retenir l’eau du tuyau, trempant son t-shirt. S’il relâche, il le sait, il sera mouillé de la tête aux pieds, mais ce qui l’inquiète bien plus, c’est la pièce. Impossible qu’il laisse l’eau inonder la salle de bain. Ca lui semble bien plus important que le type qu’il voit en relevant la tête. Voilà, il manquait plus que lui. Ce gars, il ne l’a jamais porté dans son cœur, mais pour autant, il n’a pas été jusqu’à changer d’immeuble. Il vient le voir de temps en temps, lorsque son équipe et lui se permettent de faire trop de bruit. Des tournages qui laissent imaginer plein de choses, des séquences qui sont faites et refaites. Quant aux nuits, eh bien… Il en profite parfois pour se taper des midinettes, majeures, tout en s’efforçant de respecter le silence de chacun à une certaine heure ; il connaît assez Erio pour savoir qu’il n’hésiterait pas à lui coller une amende pour trouble du voisinage. Là, il n’a pas le temps de dire un mot que sa petite amie s’énerve après lui, prête à lui rentrer dans le lard. Il ne l’a jamais vue s’énerver après lui de cette manière, en utilisant des mots qu’elle n’a jamais utilisés en sa présence et il en rirait presque, s’il n’était pas préoccupé par le jet, mais c’est plus fort que lui. Erio part dans un gros fou rire, penche la tête en arrière pour souffler et se donner une certaine contenance qu’il n’arrive pas à maîtriser. « Quelle furie ! » Impressionnant, oui, mais il déteste ce sourire qu’il voit apparaître sur son voisin. Un sourire carnassier, qui veut tout dire. Ses intentions sont loin d’être bonnes. « J'sais que ma copine est bonne, mais oh, tu veux pas mater autre chose ? » Il ne supporte pas cette langue qui passe sur ses lèvres, ni cet air pervers. Il reprend tout de même son sérieux lorsqu’il visualise Erio dans une mauvaise posture et qui s’adresse enfin à Lana. « Bébé ! Tu vois pas que j’suis un peu occupé, là ?! » Pas le temps pour ses menottes. En plus, la clé, elle est dans la poche de son jean. Il lui fait signe de s’approcher. « Tu vas te faire personne, tu vas t’calmer plutôt, hein, redescendre d’un cran, parce que là, tu fais peur à personne avec ta crise de nerfs. » Mais elle l’amuse un peu, c’est certain. « Elle est dans ma poche. » Se mordant la lèvre, et foutu pour foutu… Erio dirige le tuyau dans sa direction et le lâche soudainement. Le jet atterrit sur Lana, la mouillant de haut en bas. « Attends, j’m’exécute. » Puisque Madame souhaite être déliée, alors il ne cherche pas à aller à l’encontre de ses souhaits. Il récupère rapidement la clé qu’il coince entre ses dents et saisit de nouveau le tuyau pour éviter des dégâts supplémentaires, mais c’est trop tard. Le mal est fait. Et il sait, sent qu’elle est déjà dans un état de nerf assez avancé, alors il s’attend à tout. A ce qu’elle lui hurle dessus, à ce qu’elle pleure, ou le plus déroutant serait qu’elle éclate de rire à son tour, alors que quelques minutes avant, elle tapait du pied.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Lana Giaccomo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1604-lana-be-my-friend-hold- http://www.ciao-vecchio.com/t1630-lana-broken-inside#33911
ID : Mary
Faceclaim : Rachel Bilson ©Hedgekey(avatar) .beylin (code signature) , Ealitya & mrs chaplin (gif)
Je suis absent-e : Du 15/01 au 27/01
Multi-comptes : Leila Mancini
Messages : 3240 - Points : 3574

Âge : 33 ans (23 mai 1985)
Métier : Organisatrice de mariage. Est une passionnée de la danse mais n'a jamais eu le courage d'en faire son métier
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le Lun 10 Déc 2018 - 13:11 )
Les évènements se bousculent et les voilà dans une mauvaise posture : une fuite d’eau, impressionnante, qui arrive au plus mauvais des moments. Lana, à la limite de la crise de nerf, s’énerve, tape du pied comme une enfant mais rien ne change pour autant à la situation désastreuse dans laquelle ils se trouvent. Pire encore, le voisin du dessus semble n’avoir rien à faire de la situation, reste planté là à la regarder avec un sourire qui veut tout dire. Si Erio prends sa défense en premier, Lana n’est pas en reste pour autant. « Vous n’êtes qu’un gros porc ! Laissez-tomber. » Il n’a pas la moindre chance de l’attirer un jour dans son appartement, qu’elle évite comme la peste. Quand ce dernier se montre trop perturbant avec ses activités, c’est toujours Erio qui est envoyé en éclaireur pour lui dire de baisser d’un ton. Lana, elle, lui dit bonjour du bout des lèvres lorsqu’elle le croise et ça s’arrête là. Elle n’apprécie ni le type ni la manière dont il gagne son argent pour vivre. « Et moi tu vois pas que je suis comme une idiote, là, sans pouvoir t’aider à cause de ton idée débile ? » Peste-t-elle, en colère, bien que son ton soit plus celui d’une enfant déçue que d’une femme en colère. « Oh, on a voulu tester des trucs sympas, hein ? » Le regard  plus que libidineux du voisin se pose encore sur elle. « Mais fermez-là, vous ! »  Le regard noir, Lana tente de le chasser de son esprit alors qu’elle s’approche finalement d’Erio, la tête un peu baissée. Elle a conscience de totalement péter les plombs et pour quelque chose qui n’est pas si grave que ça en plus, en dehors des dégâts matériels, mais elle ne peut pas s’en empêcher. C’est plus fort qu’elle. « Mais c’était censé être notre soirée ! Et tout est foutu à cause de cet abruti ! » Enième regard noir avant de revenir vers Erio, une moue déçue greffée au visage. C’est bien là l’unique raison de sa crise de nerf : la déception de ne pas avoir mené au bout cette soirée comme ils le devaient, alors qu’elle juge qu’ils l’ont bien mérités après tous leurs problèmes. Mais non, le destin ne semble pas vouloir les laisser tranquille. « C’est bien ma veine, ça. » Pas plus que de leur faciliter les choses, avec cette clé qui se trouve dans sa poche et qu’elle ne peut pas attraper avec ses mains attachées dans le dos. Mais c’est finalement le dernier de ses soucis quelques secondes plus tard quand elle se prend un jet d’eau en pleine face. L’eau froide la transit une seconde alors que son top blanc vient se coller contre sa peau, laissant entrevoir sa lingerie. Pour le bas, c’est son jean qui se retrouve soudainement lourd alors que ses cheveux, eux, gouttent de toute part. « Tu te fous de moi, là ? » La scène est loin de la faire rire alors qu’elle se retrouve là,  trempée, sans pouvoir être plus libre de ses mouvements. « Tu peux me dire comment tu vas faire pour me libérer avec ta clé entre tes dents ? » Parce qu’elle, elle a du mal à l’imaginer mais elle se tourne quand même, monte sur la pointe des pieds pour se rendre accessible au mieux. « Débrouilles-toi, penches toi, serre les dents et sois efficace. » Lana se tortille, impatiente mais se rend bien compte que l’entreprise est impossible pour Erio qui tient encore le tuyau dans ses mains pour éviter que l’inondation se propage alors elle soupire profondément, se rendant à l’évidence. « Vas-y. Lâches le tuyau deux secondes. » Il n’y a pas d’autres solutions si elle veut être libérée et elle y tient. Même si elle sait que dans l’esprit farceur de son petit-ami, elle va se retrouver une nouvelle fois aspergée et ça ne rate pas. Mais elle est enfin sans menottes. « Vous devriez faire de la télé-réalité vous deux, sérieusement. Vous êtes hilarants. » Sans doute Filipo aurait-il mieux fait de se taire car, bien qu’elle hésite une seconde, Lana se penche, enlève une de ses chaussures et la lui balance dessus, touchant son torse. Il semble que les cours qu’Erio lui a donné sur le terrain de baseball porte ses fruits. « Mais qu’est-ce que vous foutez encore là vous ? Faites quelque chose ! Je sais pas moi, comme allez couper l’eau de votre foutu logement ? » La deuxième chaussure qu’il se prend en pleine tête semble convaincre le voisin de s’éclipser de sa salle de bain pour s’exécuter. C’est une Lana un peu rassasiée par ce geste de rage qui se retourne vers son petit-ami, lui faisant soudainement les yeux doux. « T’iras me les récupérer, hein ? Je les adore ces chaussures. » Mais ça valait le coup de les lui balancer. Pas question pour elle, néanmoins, de mettre les pieds dans l’appartement de ce type qui, en plus d’être sordide, s’avère inefficace. Il doit sûrement peiner à trouver l’emplacement de la vanne puisqu’Erio se retrouve toujours obligé de tenir le tuyau ce qui lui donne une fenêtre de tir pour se venger. Balancer un de ses petits regards suppliants dont elle a le secret, Lana fond sur sa proie à la vitesse d’un chat et attrape le tuyau, libérant la fuite sur son colocataire. Chacun son tour. « Vengeance, mon amour. » Le jet ne dure que quelques secondes mais suffit à bien arroser son colocataire avant que le filet d’eau s’épuise jusqu’à disparaît, l’arrivée d’eau ayant été coupé. Alors oui, sa petite initiative a rajouté encore un peu aux dégâts et il lui faudra redoubler d’efforts pour éponger mais voir le visage d’Erio, les cheveux plaqués sur les côtés a tout d’une récompense. C’est seulement là, à cet instant, qu’elle finit de craquer nerveusement et part dans un fou rire à son tour, difficile à contrôler. « Je t’aime. » Lance-t-elle pourtant très sérieusement alors qu’elle arrive à se calmer, après avoir contemplé en détail la salle de bain où il n’y a plus rien à sauver. C’est comme ça, eux deux : imparfait, bordélique. Mais ils se tiennent toujours au milieu de tout ça. Tous les deux.


Erio & Lana


Je ne squatterais plus les rues de ma peine. Quand je suis perdue, j'veux que tu me ramènes. Je veux qu'on fasse bien, je veux qu'on aille loin et qu'on traîne.
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1361-erio-i-don-t-want-to-li http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jesse Soffer ©Gorgeousmali
Multi-comptes : Caitlin, Dante, Demetrio, Devraj, Loris
Messages : 897 - Points : 3388

Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le Mer 12 Déc 2018 - 2:24 )
La situation est catastrophique, Erio en a conscience. Pourtant, ça ne l’empêche pas de s’en amuser et d’observer ce qui se trouve sous ses yeux. Ce top blanc qui lui colle à la peau, qui dévoile sa lingerie. Un instant, il s’imagine en train de la lui défaire, mais l’impatience de sa petite amie le force à ne plus y songer, pour se concentrer sur ses mains liées. Alors qu’il s’apprête à relâcher la clé pour lui faire comprendre que dans cette position, il n’a aucune possibilité de lui venir en aide, Lana le devance. « Très bien, cheffe. » dit-il, avec humour, en s’exécutant. De nouveau, l’eau se déverse sur le sol, puis sur elle. Erio la libère rapidement et saisit de nouveau l’engin afin de limiter les dégâts qui sont déjà importants. C’était sans compter l’intervention du voisin qui ne fait rien pour arranger les choses. Le policier éclate de rire en la voyant s’énerver, jeter cette malheureuse paire de chaussures. Ses réactions, ses mimiques, il n’y a rien de plus adorable et divertissant, si bien qu’il ne souhaite pas lui donner ce qu’elle souhaite tout de suite. « Oh oui, bien sûr, j’vais aller m’faire chier à récupérer ton arme fatale. » Maintenant qu’il y a un trou, il n’aura qu’à demander au réalisateur de lui balancer la paire à travers. Même s’ils ne s’entendent pas très bien, il a l’air d’avoir de la sympathie à leur égard. Assez pour leur balancer des vannes et les conseiller sur une participation dans une télé-réalité. Il observe un instant le plafond, espérant qu’il se dépêche pour qu’il puisse se libérer et est très vite surpris par Lana. Ses mains relâchent le tuyau, et d’un coup, il se lève en sentant l’eau froide couler sur lui. « BORDEL ! » s’exclame-t-il, en faisant un pas à reculons, se rattrapant de justesse au mur pour ne pas tomber dans la baignoire. « Nan, mais t’as osé ! » Il bat des bras, des mains, laisse goutter l’eau le long de sa peau, puis saisit le bas de son t-shirt qu’il essore. « J’te jure toi… » Son rire est communicatif, si bien qu’il se laisse emporter par la bonne humeur. Oui, cet événement aura gâché le leur, mais lorsqu’il voit qu’ils sont capables de tourner ça à leur avantage, Erio n’a aucun doute quant à la suite. « J’sais, c’est normal. J’suis même surpris que tu sois pas tombée raide dingue de moi plus tôt. » Il pose sa main sur sa taille, dépose un baiser sur sa tempe, tandis qu’il la rapproche de lui en visualisant à présent la pièce. « Va falloir qu’on bouge d’ici, le temps des travaux. » Dormir dans la chambre ne lui pose pas de problème, mais devoir être là, avec le bruit d’un chantier, non. « J’peux demander à Dario… » Ce dernier ne lui refusera pas ça. Pourtant, ça ne l’enchante guère. Si le contact avec Sara s’est arrangé, ça fait bien longtemps qu’il ne lui a pas adressé la parole. C’est une femme qu’il apprécie, qui a été présente pour lui, mais avoir eu l’impression d’être en tort, constamment, d’être souvent le responsable unique de leurs maux, ça lui a fichu un coup. Il s’est senti comme un sale type. Ce n’était peut-être pas ce qu’elle souhaitait lui faire ressentir, mais la situation actuelle n’a pas aidé. Il prenait les choses bien trop à cœur, interprétait les propos, les regards, de la plus mauvaise des façons.


Erio & Lana
Toi, tu es comme un aimant et moi le métal et me rapprocher de toi devient vital. Juste d'y penser je sens mon cœur qui bat. Oh, moi, je ne suis pas dans mon état normal, car ce que je ressens n'est pas très banal. Moi je veux respirer ce parfum dans ton cou, permet-moi de te dire à l'oreille des mots doux que tu y penses encore quand je suis loin de toi. Tout doucement, te prendre dans mes bras, lentement t'embrasser, m'inscrire sur le mur de ta vie, de ton passé. Je sais aujourd'hui que toi seul me guideras.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] Le comeback I Erio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Le comeback I Erio -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2